Banniere


La Gaume et le gaumais,
la Gaume et les Gaumais...
El billet don dîmatche (à lîre su Facebook
(https://www.facebook.com/Fregaume)
 tous les dîmatches au matin)
MG & PT

2 aousse 2020...

    Bondjou, mère Grougn’resse!

    Bondjou, père Tampir. V’ez l’air bin gai, anû.

    Alors, v’atins à la mer èchoi!

    Coummat c’què vès l’savez? Djè n’vès l’avous m’ dit!

    Djè v’â vû su Fècebouc.

    Coummat c’què v’m’arins vû su Fècebouc? Vès v’foutez d’mi, là?

    Mi? Non.net, djè n-n’ôs’rous, mâs l’çoune qu’è mins la vidèyo su sa pâdge, sûr què si!

    Allèz, èn’ m’ènervez m’, dijez m’ èç’ què v’ez vû...

    Sûr què vès n’l’ez m’ vû en train d’filmer quand v’ez eû in problème!

    Qué problème, don? Qu’est-ce qu’il è filmé, c’t’imbècile-là?

    V’atez roudge coumme in coqu’licot, Germaine, vès savez bin c’què dj’veux dère...

    Bè... Bè... I n’è m’ montré ça, tout d’mîme?

    I-l allout s’dgîner, p’t-ête! Et il è co montré tous les badauds autou d’vous qu’atint ployis à deux télmat qu’i s’hossint la boudlette!

    Si c’est vrâ, djè va porter plainte!

    Mâs dijez, coummat c’què v’ez fât vote compte? C’est l’attatche qu’è laûtchi?

    Ça n’vès rwâte mi!

    À vote âdge, Germaine, on n’mette pus d’bikini!

    Quoi, à m-n âdge, hein, quoi, à m-n âdge? Djè n’sûs m’ si mau foutûte què ça, pou m-n âdge!

    Peut-ête, mâs quand el dessus è laûtchi, i faut bin dère què vote margoulette volout qu’on la rwâtiche! Djè n’sais si les dgens riaint d’voir el tâbleau ou si ç’atout d’voir vote figure!

    V’allez v’târe, maûvais bouc! Et djè suppose què v’ez rigolé aveu quand v’ez vû la vidèyo!

    Djè n’arous sû fâre autrèmat, Germaine! Ça valout l’côp, là, dè c’côp-là!

    Vès n’atez qu’in vî vicieûx, in carcan d’houmme!

    Et djè va co v’dère, Germaine, djè n’mè rapp’lous m’ qu’i dèchadint si bache...

       PAF!

    Foutez-m’ el camp! Djè n’vès cause pus!

    Mâs... Mâs... Vès m’ez foutu n’baffe!

    V’a rarez co eune si vès n’vès tâjez m’!

    En tout cas, vès n’ôs’rez pus sorti dans l’villadge, i-s avant tourtous vû la vidèyo...

    Aveu vote pètit sourire en coin, v’atez en train dè m’fâre eune fârce!

    Bin oyi, allez, i gn’è djamâs pont eû d’vidèyo su Fècebouc. Co heûreûx!

    V’ez causé aveu la Francine èt elle v’è raconté l’affaire! Djè lî avous bin dit d’wârdez ça pour lie! V’ez quand mîme bin mèrité n’baffe! Vès v’nez à l’apèro?

    Si c’est pou z’a-n avoir eune deuxîme, dj’îme mieux d’morer touci!

    Djè n’â pont d’rancune, don. On peut mîme fâre in barbecue pou dîner, dj’a tout c’qu’i faut.

    Bounne idée. Djè m’mettrâ en maillot d’bain èt v’mettrez vote bikini!

    C’est ça! Et dj’a fârâ co pou in parapuie!

2 août 2020...

    Bonjour, mère Grougn’resse!

    Bonjour, père Tampir. Vous avez l’air bien gai, aujourd’hui.

    Alors, vous étiez à la mer hier!

Comment le savez-vous? Je ne vous avais rien dit!

    Je vous ai vue sur Facebook.

 Comment auriez-vous pu me voir sur Facebook? Vous vous fichez de moi, là?

    Moi? Non, je n’oserais pas, mais celui qui a mis la vidéo sur sa page, luji, c’est sûr!

    Allez, ne m’énervez pas, dites moi ce que vous avez vu...

    Vous ne l’avez sûrement pas vu en train de filmer quand vous avez eu un problème!

    Quel problème, donc? Qu’est-ce qu’il a filmé, cet imbécile?

 Vous êtes rouge comme un coquelicot, Germaine, vous savez bien ce que je veux dire...

    Bè... Bè... Il n’a pas montré ça, quand même?

    Il allait se gêner, peut-être! Et il a aussi montré tous les badauds autour de vous qui étaient pliés en deux tellement ils rigolaient!

    Si c’est vrai, je vais porter plainte!

    Mais dites-moi, comment avez-vous fait votre compte? C’est l’attache qui  lâché?

    Ça ne vous regarde pas!

  À votre âge, Germaine, on ne porte plus de bikini!

    Quoi, à mon âge, hein, quoi, à mon âge? Je ne suis pas si mal, pour mon âge!

    Peut-être, mais quand le dessus a lâché, il faut bien dire que votre tronche valait qu’on la regarde! Je ne sais si les gens riaient de voir le tableau ou si c’était de voir votre tête!

    Allez-vous vous taire, mauvais bouc! Et je suppose que vous avez aussi rigolé quand vous avez vu la vidéo!

    Je n’aurais pu faire autrement, Germaine! Ça valait la peine, hein, de ce coup-là!

    Vous n’êtes qu’un vieux vicieux, un carcan d’homme!

    Et je vais aussi vous dire, Germaine, je ne me rappelais pas qu’ils descendaient aussi bas...

       PAF!

    Fichez-moi le camp! Je ne vous parle plus!

    Mais... Mais... Vous m’avez collé une claque!

 Vous en aurez  une autre si vous ne vous taisez pas !

    En tout cas, vous n’oserez plus sortir dans le village, tout le monde a vu la vidéo...

    Avec votre petit sourire en coin, vous êtes en train de me faire une blague!

    Ben oui, allez, il n’y a jamais eu dr vidéo sur Facebook. Encore heureux!

    Vous avez parlé avec la Francine et elle vous a raconté l’histoire! Je lui avais bien dit de garder ça pour elle! Vous avez quand même bien mérité la gifle! Vous venez à l’apéro?

    Si c’est pour en avoir une deuxième, je préfère rester ici!

    Je ne suis pas rancunière. On peut même faire un barbecue pour dîner, j’ai tout ce qu’il faut.

    Bonne idée. Je me mettrai en maillot de bain et vous mettrez votre bikini!

   Bien sûr! Et j’en ferai encore pour un parapluie!

26 dè djulet 2020...

    Bondjou, Tampir.

    Tchiès, wa! V’là note Germaine. Bondjou, savez-v’.

    Vès v’rapp’lez bin d’la Marie Chèrrâye dè Vîrton?

    Ben oyi, allez. Mâs cè n’atout m’ ès nom, ça! Si elle v’oûye dè d’là-haut, v’allez ramassi n’caberlâye su la margoulette avant d’mî!

    Vès v’rapp’lez bin qu’elle avout fât v’nu les dgendârmes à r’vènant d’ène quinzîne dè djous d’vacances tchûz sa fèye...

    Oyi, mâs i m’sène que ç’atout tchûz n’nièce. Djè n’mè rappelle-mi qu’elle avout atu mariâye èt co moins’, bin sûr, qu’elle avout eû des afants.

    V’ez p’t-ête râjon, mâs ça n’tchîdge rin. Elle avout accusé sa voisine d’en face dè lî avoir barboté ses èconomîes... Et on è perquisitiounné tchûz ç’brâve feumme là.

    Djè m’a rappelle foût bin! Mîme si ça fât d’jà des annâyes!

    La Lèona don Rabigaine vint d’fâre à pau près pareil. On n’sait d’où c’qu’i sant ses sous, mâs la police vint d’fouilli la mâjon d’la Zûlma Gègè...

    Vès n’ez rin dit?

    Djè n’â n’osu! Si djamâs elle è fourré ses sous à in aute place, djè s’rous co bin rwâtie d’travîs coumme si dj’avous volé la Lèona!

    La police est co toulà?

    Oyi, mâs s’i vous plait, n’loûs y causez m’ dè mi.

    Pont d’dandgi, Germaine. Djè m’vas-y.

...

    Alors, Jules, i-s avant touvé?

    Bin oyi, allez. Quand dj’â raconté coummat qu’in dgendârme qu’avout tèré les rideaux tchûz la Marie avout trouvé qu’les tentures atint bin fârce, aveu in ourlet ma foi foût èpais, et qu’c’est ainlà qu’on avout r’trouvé les sous cousus pas la Marie das ces ourlets-là, la Lèona è v’nue toute pâle... Après deux-trois minutes, elle è dit : «Mossieu l’policier, djè sûs bin dènortée. Djè m’rappelle à c’t’heûre què dj’avous catchi mes sous ètou...

    Et où c’qu’elle les avout foûrrés, lîe?

    Vès savez bin qu’elle è tout plî d’rèproduction d’tâbleaux en câdes aveu in verre dèssus?  Eh bin elle avout ètalé ses billets atère les r’productions èt l’dos des câdes!

    Elle dèvout avoir l’air bin béte! Et la Zûlma n’est m’ co prête dè lî r’causer!

    Bin siè, Germaine, elle restant copines. La lèona è d’mandé aux agents d’aller quîre la Zûlma, è quand elle è mins l’pid das la mâjon, aveu in air aradgi, la Lèona lî è d’mandé pârdon, pûs elle lî è dit d’tchoisi in câde qui lî plâjout bin. La Zûlma s’est in paû dègrougni, què c’n’atout m’ aveu in imâdge qu’on pouvout la lober.

    Et elle è foutu l’camp!

    Elle allout l’fâre. Mâs in agent lî è dit qu’elle doûrout tchoisi in câde. Radoûcie, elle è prins in tâbleau don Magritte. Ç’atout in p’tit format. La Lèona s’est avancîte, èt lî è d’mandé si elle îmout bin l’Magritte. L’aute è r’pondu qu’elle l’adorout. «Bin pernez-a in aute aveu», qu’elle è dit la Lèona. «C’t’ilate èm plât bin ètou...»

    Bin, elle atout gènèreuse, la Lèona!

    C’est n’bounne feumme, vès savez. Elle atout vraimat trisse dè la situâtion. Et i gn’è in plocier qui lî est dit (pasqu’elle nè savout rin à propôs des sous!) : « Madame, djè dous v’montrer âque. Dèposez l’pètit câde touci. Djè va l’dèmonter.»

    Combin c’qu’i gn’avout padrî l’imâdge?

    Djè n’a sais rin, Germaine. Mâs djè peux v’dère què la Zûlma è sauté das les bras d’la Lèona. Et elles s’avant r’minche copines pou d’bon...

    Dijez, Tampir...

    Djè v’choûte, Germaine...

    Das quinze djous, djè va m’a-n aller pour trois s’mînes.

    Djè v’vois v’nu...

    Vès venrez voir où c’què dj’arâ catchi mes sous? Mâs, vès n’dèrez rin à pachoûne!

    Vès p’lez compter d’sus, Germaine. Mâs si v’ez roubli tafât a r’vènant, djè v’garantis què dj’s’râ l’preumi à fâre el tout d’ la cassine!

    Vès causez coumme in lâd bouc, mâs djè n’vès crois m’ èt djè v’fâs confiance.

    Ah, Germaine, vès m’coun’chez bin! N’dèmeurez m’ trop longtaps voûye...

26 juillet 2020...

    Bonjour, Tampir.

    Tiens! Voilà notre Germaine. Bonjour, savez-vous.

    Vous vous rappelez la Marie Chèrrâye de Virton?

    Ben oui, allez. Mais ce n’était pas son nom, ça! Si elle vous entend de là-haut, vous allez ramasser une drache sur la figure avant demain!

    Vous vous rappelez qu’elle avait fait venir les gendarmes en revenant d’une quinzaine de jours de vacances chez sa fille...

  Oui, mais il me semble que c’était chez une nièce. Je ne me rappelle pas qu’elle avait été mariée et encore moins, bien sûr, qu’elle avait eu des enfants.

    Vous avez peut-être être raison, mais ça ne change rien. Elle avait accusé sa voisine d’en face de lui avoir dérobé ses économies... Et on a perquisitionné chez cette brave femme.

    Je m’en souviens fort bien! Même si ça fait déjà des années!

   La Léona du Rabigaine vient de faire à peu près pareil. On ne sait où sont ses sous, mais la police vient de fouiller la maison de la Zulma Gègè...

    Vous n’avez rien dit?

    Je n’ai pas osé! Si jamais elle a fourré ses sous à un autre endroit, je serais encore bien regardée de travers, comme si j’avais volé la Léona!

    La police est encore là?

    Oui, mais s’il vous plaît, ne leur parlez pas de moi.

    Pas de danger, Germaine. J’y vais.

...

    Alors, Jules, ils ont trouvé?

  Ben oui, allez. Quand j’ai raconté comment un gendarme qui avait tiré les rideaux chez la Marie avait trouvé que les tentures étaient bien bizarres, avec un ourlet ma foi fort épais, et qu’c’est comme cela qu’on avait retrouvé les sous cousus par la marie dans ces ourlets-là, la Léona est devenue toute pâle... Après deux ou trois minutes, elle a dit : «Monsieur le policier, je suis bien désolée. Je me rappelle maintenant que j’avais moi aussi caché mes sous...

    Et où les avait-elle fourrés, elle?

   Vous savez qu’elle a beaucoup de reproductions de tableaux en sous-verres?  Eh bien elle avait étalé ses billets entre les reproductions et le dos des cadres!

    Elle devait avoir l’air bien bête! Et la Zûlma n’est pas près de lui reparler!

    Ben si, Germaine, elle restent copines. La Léona a demandé aux agents d’aller chercher la Zûlma, et quand elle a mis le pied dans la maison, avec l’ai enragé, la Léona lui a demandé pardon, puis elle lui a dit de choisir un sous-verre qui lui plaisait bien. La Zûlma a un peu maugréé, que ce n’était pas avec une image qu’on pouvait la flatter.

    Et elle s’en est allée!

    Elle allait le faire. Mais un agent lui a dit qu’elle devrait choisir un cadre. Radoucie, elle a pris un tableau de Magritte. Ç’était un petit format. La Léona s’est avancée, et lui a demandé si elle aimait bien Magritte. L’autre a répondu qu’elle l’adorait. «Ben prenez-en un autre en plus», a dit la Léona. «Celui-là me plaît bien aussi...»

    Ben, elle était généreuse, la Léona!

    C’est une bonne femme, vous savez. Elle était vraiment triste de la situation. Et un policier lui a dit (parce qu’elle ne savait rien à propos des sous!) : «Madame, je dois vous montrer quelque chose. Déposez le petit cadre ici. Je vais le démonter.»

    Combien y avait-il derrière l’image?

    Je n’en sais rien, Germaine. Mais je peux vous dire que la Zûlma a sauté dans les bras de la Léona. Et elles sont redevenues copines pour de bon...

    Dites, Tampir...

    je vous écoute, Germaine...

    Dans quinze jours, je vais m’en aller pour trois semaines.

    Je vous vois venir...

    Vous viendrez voir où j’aurai caché mes sous? Mais vous ne direz rien à personne!

    Vès pouvez compter dessus, Germaine. Mais si vous avez out oublié en revenant, je vous garantis que je serai le premier à faire le tour de la maison!

    Vous parlez comme un laid bouc, mais je ne vous crois pas et je vous fais confiance.

    Ah, Germaine, vous me connaissez bien! Ne restez pas trop longtemps partie...

19 dè djulet 2020...

    Bondjou, Germaine! V’allez bin?

    Qu’est-ce què ça peut bin v’fâre? V’atez docteûr?

    Non.nèt : vètèrinaire. Djè peux v’âdi?

    Nè m’tchârtchez m’ co des misîres, hein, Tampir!

    Cè n’est m’ mi qu’è coummaci!

    A v’là assez! Lâyez-m’ passer!

    Cè n’est m’ co la politesse ni la dgentillesse qui v’fârant crèver d’in maû d’vate anû!

    Maû èduqué vous-mîme!

    Gn’è vote cabas qu’est trawé, èt vote lapin passe les pattes hoûte.

    Dè quoi? Ah, nom des djeux, djè l’avous pourtant bin rassarsi!

    Si v’ez fât ça aveu don fil blanc, mi ètounnant qu’c’è laûtchi!

    Vî loûgne, què v’atez! Vès m’pernez pou n’gamine?

    Oh, ça, gn’è pont d’dandgi! Aveu n’trougne ainlà, on n’è pont d’hèsitâtion!

    Gn’è des djous qu’on n’doûrout m’ ès’ croiser!

    Apèro?

    Quoi, apèro?

    On s’va penre l’apèro?

    Hm. C’est co eune dè vos manigances, ça...

    D’ordinaire, ça rèussit à v’calmer...

    Djè dous mette èm’ lapin au frais!

    V’là n’manière originâle dè dire què c’est tchûz vous qu’on l’ p’enrait!

    Vès toûnez toudjous tafât à vote manière èt à vote avantadge!

    Allèz, allans-y. Baillez-m’ vote cabas, djè vès l’poûrt’râ djusqu’à la mâjon.

    C’est ça... I fârait noir où c’què vès v’pîrdrez!

    Allèz, Germaîne, baillez m’ eune pètite boutchette, ça r’mettrait tafât en oûrde...

    Hâye, assians-nous deux minutes su l’banc toulà.

    El lapin n’va m’ avoir trop tchaud?

    Vès n’ez què d’tèrer vote pal’tot. Ah... L’aute, què v’vèlins dère... Djè.. Mmmhmmmhmhmmh...

(ndlr : dj’a-n’ â-n’allé avant d’voir s’i gn’avout in parapuie das l’quartier...)

19 juillet 2020...

    Bonjour, Germaine! Vous allez bien?

    Qu’est-ce que ça peut bien vous faire? Vous êtes docteur?

    Non : vétérinaire. Je peux vous aider?

    Ne me cherchez pas encore misère, hein, Tampir!

    Ce n’est pas moi qui ai commencé!

    En voilà assez! Laissez-moi passer!

 Ce n’est encore ni la politesse ni la gentillesse qui vous feront mourir d’un mal de ventre aujourd’hui!

    Mal éduqué vous-même!

    Votre cabas est troué, et votre lapin passe les pattes par le trou.

    Comment? Ah, nom des dieux, je l’avais pourtant bien raccommodé!

    Si vous avez fait ça avec du fil blanc, pas étonnant que ça ait lâché!

    Vieil idiot, va! Vous me prenez pour une gamine?

    Oh, ça, aucun risquei! Avec une trogne pareille, on n’a aucune hésitation!

    Il y a des jours où on ne devrait pas se croiser!

    Apéro?

    Quoi, apéro?

    On va se prendre un apéro?

    Hm. C’est encore une de vos manigances, ça...

    D’ordinaire, ça réussit à vous calmer...

    Je dois mette mon lapin au frais!

    Voilà une manière originale de dire que c’est chez vous qu’on le prendra!

    Vous tournez toujours tout à votre façon et à votre avantage!

    Allons, allons-y. Donnez-moi  vote cabas, je le porterai jusque chez vous.

    C’est ça... Il fera noir où vous vous perdrez!

    Allez, Germaîne, donnez-mois un petite baiser, ça remettra tout en place...

    Bon, asseyons-nous deux minutes su ce banc-là.

    Le lapin ne va pas avoir trop chaud?

    Vous n’avez qu’à enlever votre Veste... Ah... L’autre, que vous vouliez dire... Je... Mmmhmmmhmhmmh...

(ndlr : Je suis parti avant de voir s’ii y avait un parapluie dans les environs...)

12 dè djulet 2020...

    Tchantans, tchantans eune tchanson pour nous autes, tchantans bin foût...

    Wâye, mère Grougn’resse, v’atez d’mou bounne humeûr, anû!

    Bondjou, Tampir!

    Qu’est-ce qui v’mette d’aussi bon poil?

    Ben à c’t’heûre, Tampir, deux tchôses!

    Aha. La preumière?

    El patois gaumais fât in tabac pou l’moumat! V’ez vû la vidèo don Bernard Daussin?

    Et la deuxîme?

    Vès n’ez m’ atu assez mauvais pou fâre eune rèflexion su l’taps pasquè djè tchantous!

    Mi dujette, dj’â roîti la mètèo à la tèlè, èt i plûrait tout d’mîme.

    C’est ça... Vès l’ez vû, la vidèo don slam?

    Mère Grougn’resse, djè l’â roîti au moins sîje côps!

    Et vès compernez tafât?

    Faurout djà ête loûgne, i mettant l’texe pa d’zous. Mâs djè n’â m’ dujette dè ça. El Bernard è n’bounne diction, èt on l’comprend bin au preumi côp!

    Mâs cè n’est m’ el patois què v’causez, ça.

    Vès n’allez m’ fâre coumme deux trois arûlés qui trouvant què cè n’est pus don gaumais quand on l’cause coumme das in aute villadge, tout d’mîme!

    Non, bin sûr. Mi, i p’lant causer l’gaumais d’Mussy ou d’Habâ, dè Mûnô ou d’Tôrgny, djè les comprends tourtous.

    Pasquè v’atez n’vraie gaumaise, Germaîne, aveu in cœur de Gaume das la poitrine!

    Dj’â v’nu au monde touci, Jules, èt à part in grand flandrin coumme vous, djè n’mè dispute djamâs aveu in Gaumais.

    In aute djou, djè v’arous d’mandé si v’savins bin c’qu’i v’dit, l’flandrin. Mâs anû, djè v’invite putot à l’apèro, on roîtrait co la vidèo assène.

    Bounne idée, ça!

    Est-ce què v’savez bin qu’un CD aveu n’chiée d’ tchansons don Bernard doûrout sorti avant la fin d’l’annâye?

    Mi possibe!

    Ben si, Germaîne, el travau est en train dè s’fâre.

    Bin il est d’aboûrd taps, on m’è dit qu’il avout enrèdgistré ça i gn’è pus d’in an...

    Et bin ça va v’nu. In Ricard?

    Oyi, mâs n’mettez m’ trop d’âwe... mâs tou pli d’glaçons!

    À la vote!

12 juillet 2020...

    Tchantans, tchantans eune tchanson pour nous autes, tchantans bin foût...

    Eh bien, mère Grougn’resse, vous êtes de bien bonne humeur, aujourd’hui!

    Bonjour, Tampir!

    Qu’est-ce qui vous met d’aussi bon poil?

    Ben maintenant, Tampir, deux choses!

    Aha. La première?

  Le patois gaumais fait un tabac pour le moment! Vous avez vu la vidéo de Bernard Daussin?

    Et la deuxième?

    Vous n’avez pas eu la méchanceté de me faire une réflexion sur le temps parce que je chantais!

    Pas besoin, j’ai regardé la météo à la télé, et il pleuvra de toute manière.

    C’est ça... Vous l’avez vue, la vidéo du slam?

    Mère Grougn’resse, je l’ai regardée au moins six fois!

    Et vous comprenez tout?

    Faudrait déjà être bête, ils mettent le texte en bas de l’écran. Mais je n’ai pas besoin de ça. Bernard a une bonne diction, et on le comprend bien au premier coup!

    Mais ce n’est pas le patois que vous parlez, ça.

   Vous n’allez pas faire comme deux trois abrutis qui trouvent que ce n’est plus du gaumais quand on le parle comme dans un autre village, quand même!

    Non, bien sûr. Moi, ils peuvent parler le gaumais de Mussy ou d’Habay, de Muno ou de Torgny, jr les comprends tous.

    Pace que vous êtes une vraie gaumaise, Germaine, avec un cœur de Gaume dans la poitrine!

    Je suis née ici, Jules, et à part in grand flandrin comme vous, je ne me dispute jamais avec un Gaumais.

    Un autre jour, je vous aurais demandé si vous saviez ce qu’il vous dit, le flandrin. Mais aujourd’hui, je vous invite plutôt à l’apéro, on regardera encore la vidéo ensemble.

    Bonne idée, ça!

    Est-ce que vous savez bien qu’un CD avec une volée de chansons de Bernard devrait sortir avant la fin de l’année?

    Pas possible!

    Ben si, Germaine, le travail est en train de se faire.

    Ben il est bientôt temps, on m’a dit qu’il avait enregistré ça il y a plus d’un an...

    Eh bien ça va venir. Un Ricard?

    Oui, mais ne mettez pas trop d’eau... mais beaucoup de glaçons!

    À la vôtre!

5 djulet 2020...

    Bin où ç’què v’atins, Tampir, ça fât bin deux heûres què djè v’rawâ!

    Bondjou, mère Grougn’resse. Djè v’fâs tout plî d’escûses. Dj’â essayi dè v’tèlèphouner, mâs v’atins d’jà sûr voûye...

    Bin dj’â ètu fâre deux-trois coummissions avant dè v’nu v’rattade touci...

    Djè m’a trèmelé dans les heûres, Germaine, èt djè vins soûlmat d’soûrti m’pî don four.

    Ça vaut co la poûne dè l’fare à c’t’heûre? Pou vous tout seûl... Qu’est’ce què v’a mîdgez su n’sèmîne?

    Inque, pa de côps in pau d’pus.

    Mâs, si vès comptez l’courant pou vote four, vès päyez pus’ tchûz vous qu’thûz l’bouladgi, non.nèt?

    Djè fâs tout d’mîme deux pîs à tchaque côp, là, Germaîne. Pûs quand i sant rafradis, dj’a côpe inque, èt djè l’mette au condgèlâteur.

    Ah? La croûte èn’ s’a va m’ quand v’pernez des tranches dècondg’lâyes?

    Mi si v’avez côpé l’pî avant, hein, mère Grougn’resse. Mâs si vès v’lez l’côper quand il est dècondg’lé, bondjou les dègâts...

    C’est ça qu’v’atez si en r’târd, v’ez rawardé qu’i souche rafradi!

    Ben non.nèt, va! Djè l’côp’râ a ratrant, i s’rait co taps!

    Mi, djè n’a fâs pus. Djè n’â djamâs rèussi à l’fâre lèver coumme i faut.

    Bin, i faut bin qu’les bouladgis viquinchent ètou...

    Vès savez, Tampir, i gn’a è pus wâ qui queujant l’pî zoux-mîmes. I l’fayant v’nu pa camions...

    In venrait in djou què l’pî n’s’rait pus qu’ène souv’nance. I nous fârant des pilules aveu tout c’què l’coûrps è dujette, èt on s’rait tranquille.

    C’est toulà qu’on thârtch’rait après les bons restaûrants!

    Bin vès n’y atez m’, là, Germaine! Quand v’arez prins les pilules deux trois mois d’affilée, vès n’arez pus d’estoumac, vès n’sarez pus mîdgi d’tchâ, d’frites ou co d’macaronis!

    Bin zous pilules, i n’arant qu’à s’ les mette où c’què dj’sondge!

    Oh, èn vès fayez pont d’illusions : vès n’arez m’ el tchoix!

    Bin alors, qu’est-ce qu’on arait co d’ bon su la tîrre à nos âdges, Jules, djè vès l’dèmande! Mi qui qu’ îme tant d’fâre in bon p’tit gueûl’ton!

    I restrait l’dessert, ène pètite pilule seucrâye. Et pûs l’cafè, trois gouttes das in p’tit potiquet coumme les lacîs qu’on v’baille das les cafès...

    Mon djeu, mon djeu... Vès m’foutez la pètoche!

    Et pûs i restrait les après poûsse-cafès, noum’ don... Coumme on mîdg’rait en cinq sècondes, on arait sûr pus’ dè taps pour l’resse...

    Vès n’sondgez vraîment qu’à ça, don, Jules?

    Et on y guîgn’rait co autremat : on s’rait moins lourds, aveu l’vate plî d’eune ou deux pilules!

    Dijez, Jules, vès croyez qu’c’est pou bintot?

    A voir vote vate, c’est sûr pou das deux-troîs s’mînes...

    Sacré camp–volant, v’ez d’la tchance què dj’nâ pont d’parapuie!

5 juillet 2020...

    Ben où étiez-vous, Tampir, ça fait bien deux heures que je vous attends!

    Bonjour, mère Grougn’resse. Je vous fais toutes mes excuses. J’ai essayé de vous téléphoner, mais vous étiez sans doute déjà partie...

    Ben j’ai fait deux-trois courses avant de venir vous attendre ici...

    Je me suis emmêlé dans les heures, Germaine, et je viens seulement de sortir mon pain du four.

    Ça vaut encore la peine de le faire maintenant? Pour vous tout seul... Combien en mangez-vous sur une semaine?

    Un, parfois un peu plus.

    Mais si vous comptez l’électricité pour votre four, vous payez plus chez vous que chez le boulanger, non?

    Je fais quand même deux pains chaque fois, Germaine. Puis quand il sont refroidis, j’en découpe un et je le mets au congélateur.

    Ah? La croûte ne s’en va pas quand vous prenez des tranches décongelées?

    Pas si vous avez coupé le pain avant, hein, mère Grougn’resse. Mais si vous voulez ls couper quand il est décongelé, bonjour les dégâts...

    C’est ça que vous êtes si en retard, vous avez attendu qu’il soit froid!

    Ben non, allez! Je le couperai en rentrant, il sera encore temps!

    Moi, je n’en fais plus. Je n’ai jamais réussi à le faire lever convenablement.

    Ben, il faut bien que les boulangers vivent aussi...

    Vous savez, Tampir, il n’y en a plus guère qui cuisent leur pain. Il le font livrer par camions...

    In viendra un jour où le pain ne sera plus qu’un souvenir. On nous fera des pilules avec tout ce dont le corps a besoin, et on sera tranquille.

    C’est alors qu’on cherchera les bons restaurants!

    Ben vous n’y êtes pas, Germaine! Quand vous aurez pris les pilules deux trois mois d’affilée, vous n’aurez plus d’estomac, vous ne pourrez plus manger de viande, de frites ou même de pâtes!

    Ben leurs pilules, ils n’auront qu’à se les mette où je pense!

    Oh, ne vous faites pas d’illusions : vous n’aurez pas le choix!

    Ben alors, qu’est-ce qu’on aura encore de bon sur la terre à nos âges, Jules, je vous le demande! Moi qui qui aime tant faire un bon petit gueuleton!

    Il restera le dessert, une petite pilule sucrée. Et puis le café, trois gouttes dans un petit pot comme les laits qu’on vous donne dans les cafés...

    Mon dieu, mon dieu... Vous me faites peur!

    Et puis il restera les après pousse-cafés, n’est-ce pas... Comme on mangera en cinq secondes, on aura certainement plus de temps pour le reste...

    Vous ne pensez vraiment qu’à ça, donc, Jules?

 Et on y gagnera encore autrement : on sera moins lourds, avec dans le ventre une ou deux pilules!

    Dites, Jules, vous croyez que c’est pour bientôt?

    À voir vote ventre, c’est probablement pour dans deux ou trois semaines...

    Sacré vagabond, vous avez de la chance que je n’aie pas de parapluie!

 28 djoin 2020...

    Pardon, Madame, ai-je l’honneur et le plaisir de m’adresser à Madame Germaine Grougneresse?

    Pou causer ainlà, Tampir, faut qu’v’atinche moûrt z’ive. Djè va quîre èm-n accessoire tout d’chûte!

    Djè l’savous bin : causer coumme i faut à n’sorcière, ça n’amoûne què des côps d’parapuie!

    Vès n’allez m’ èm’ dère què v’atez normâl pou m’causer ainlà, tout d’mîme!

    Tâjez-v’, mère Grougn’resse, djè coummace à chûre dès l’çons d’maintien...

    Ah! Pasqu’i gn’è co âque à maint’nu tchûz vous?

    V’atez co pus mauvaise gueûle què djè n’croyous, là, dè c’côp-là! Djè cause dè s’bin t’nu das l’monde. Et cè n’est m’ aveu ces l’çons-là qui’ v’appenrins c’qu’i faut pou n’mi v’pèter la rotule si vès v’lins v’dèfini a v’tèrant n’bâlle pas d’zous l’nènet gaûtche!

    En tout cas, pou c’qu’est d’ l’èducâtion, i-s avant don pî su la plîtche aveu in pareil à vous! Les profs arant sûr prins zou r’traîte dèdpûs longtaps qu’è v’n’arez m’ co saisi la preumîre lèçon!

    Co eune pâre ainlà, èt pûs djè n’arâ pus dujette dè pîrde èm taps à l’icole.

    Ah bon? Et pouquoi, sivouplé?

    Djè s’râ à la gayole pou v’avoir nèttise au mîtant don trottoir!

    Vès n’a fârins m’ eue pareille tout d’mîme!

    Mi avant d’avoir ramassi mes utés das vote câve à buâye, bin sûr..

    V’avins fât autou don robinet? C’est vrâ què dj’n’â pus vu couler d’âwe das tous les coins. Djè sûs bin contente. V’ez bin travailli. Nez-a r’quîre vos utés, c’est l’heûre dè l’apèro!

    Mais certainement, Madame, avec plaisir, et je reste votre obligé. J’en profiterai pour vous présenter mes hommages.

    Oblidgi? Oblidgi d’quoi fâre, don? Et vès wâtrez d’rester conv’nâbe, là, n’vènez m’ èm montrer c’qu’i n’faut m’!... Ah... dj’y sûs, c’est co vote langadge dè maint’nance...

    I faut bin què dj’m’entrîniche in paû...

    Après l’apèro, vès mîd’grez n’târtine aveu mi?

    Bin ma foi, c’est aussi bon. Pûs on vèrait fâre in tou das l’bos, djè counneus n’bounne place.

    V’ez co des envies d’fâre des pouchèl’ries, vous!

    Djè v’lous dère què dj’sais bin où c’qu’i gn’è tout plî d’frambâjes, èt qu’on fârait n’bounne galette pou la nût!

    Aha. Bin djè verans voir ça! Dj’â co n’belle grande saye. Vès fârez la pâte, Jules?

    Si vès v’lez.

    Djè n’sais djamâs c’qu’i faut mette pou avoir eune pâte conv’nâbe

    I faut d’aboûrd bin pèser tafât...

    Et v’sarins dère ainlà c’qu’i faût?

    Bin sûr : Farine, bûre, lacî, suc, sé, lèvure, èt in u par lîve dè farine.

    Bon. Djè marqu’râ tout ça fât à m’seure què v’ pès’rez...

    Qué djou qu’dj’atans, anû?

    Bin, dîmatche, bin sûr!

    Ouf! C’est condgi!

    Mossieur m’eût-il misérablement délaissée pour s’en aller retrouver la clâsse?

    Bin merte, alors! Vès causez coumme les aristos!

    Et djè n’a m’ dujette dè l’çons, mi! Dj’a-n n’â, d’l’èducâtion èt co d’l’instruction!

28 juin 2020...

    Pardon, Madame, ai-je l’honneur et le plaisir de m’adresser à Madame Germaine Grougneresse?

    Pour parler comme cela, Tampir, il faut que vous soyez fin rond Je vais chercher mon accessoire tout de suite!

    Je le savais : bien parler à une sorcière, ça n’amène que des coups de parapluie!

    Vous n’allez pas me dire que vous êtes normal pour me parler de cette manière, quand même!

    Eh bien, mère Grougn’resse, je commence à suivre des cours de maintien...

    Ah! Parce qu’il il y a encore quelque chose à maintenir chez vous?

    Vous êtes encore plus mauvaise gueule que je ne croyais, cette fois! Je parle de bien se tenir dans le monde. Et cd n’est pas avec ces leçons-là que vous apprendriez ce qu’il faut pour ne pas vous fracasser la rotule si vous voliez vous suicider en vous tirant ene balle sous le sein gauche!

    En tout cas, en ce qui concerne l’éducation, ils ont du pain sur la planche avec un pareil à vous! Les profs auront à coup sûr pris leur retraite depuis longtemps que vous n’aurez pas encore assimilé la première leçon!

    Encore une ou deux comme cela et je n’aurai plus besoin de perdre mon temps à l’école.

    Ah bon? Et pourquoi, s’il vous plaît?

    Je serai en prison pour vous avoir démolie au à même le trottoir!

    Vous n’en feriez pas une pareille, Quand même!

    Pas avant d’avoir récupéré mes outils dans votre buanderie, bien sûr..

    Vous en aviez fini avec le robinet? C’est vrai que je n’ai plus vu couler d’eau dans tous les coins. Je suis bien contente. Vous avez bien travaillé. Venez reprendre vos outils, c’est l’heure de l’apéro!

    Mais certainement, Madame, avec plaisir, et je reste votre obligé. J’en profiterai pour vous présenter mes hommages.

    Obligé? Obligé de faire quoi? Et vous êtes prié de rester convenable, hein, ne venez pas me montrer ce qu’il ne faut pas!... Ah... j’y suis, c’est encore votre langage de maintenance...

    Il faut bien que je m’entraîne un peu...

    Après l’apéro, vous mangerez une tartine avec moi?

    Ben ma foi, c’est aussi bon. Puis on ira faire un tour dans le bois, jr connais un bon endroit.

    Vous avez encore envie de faire des cochonneries, vous!

    Je voulais dire que je sais où  il y a beaucoup de myrtilles, et qu’on fera une bonne tarte pour le soir!

    Aha. Ben nous irons voir ça! J’ai encore un beau grand seau. Vous ferez la pâte, Jules?

    Si vous voulez.

    Je ne sais jamais ce qu’il faut mettre pour avoir une pâte convenable

    Il faut d’abord bien tout peser...

    Et vous pourriez dire comme cela ce qu’il faut?

    Évidemment : farine, beurre, lait, sucre, sel, levure, et un œuf par livre de farine.

    Bon. Je marquerai tout ça à mesure que vous  pèserez...

    Quel jour sommes-nous?

    Ben, dimanche, bien sûr!

    Ouf! C’est congé!

    Mossieur m’eût-il misérablement délaissée pour s’en aller retrouver la clâsse?

    Ben flûte, alors! Vous parlez comme les aristos!

    Et je n’ai pas besoin de leçons, moi! J’en ai, de l’éducation et aussi de l’instruction!

21 djoin 2020...

    Tampir, vès n’atez qu’in holle crotte!

    Bondjou, mère Grougn’resse. V’atez co bin pâjèle anu!

    El robinet què v’ m’ez soi-disant r’fât i gn’è quéque taps...

    Vès l’ez dj’à r’dèbrôlé?

    Si v’l’avins r’fât coumme i faut, i s’rout co d’action!

    Bin là, mère Grougn’resse, v’ez prononcé n’belle phrâse.

    Ah, vès trouvez, vous?

    Combin c’què v’avins päyi la rèparâtion d’vote antiquité d’robinet?

    Vès n’avins rin d’mandé!

    Bin à c’t’heûre, app’lez l’plombièr èt vès voirez si i va l’rèparer ou s’i faurait l’remplacer, èt si ifârait l’travail pou rin!

    L’remplacer? L’remplacer? I n’lî manque rin, à m’robinet, djusse in djoint ou âque ainlà!

    Quand v’arez autant d’fuites què lu, vès vèrez dère au docteûr qu’i gn’è qu’in djoint à remplaci!

    Bin vès m’a fayez in bî, d’docteûr! Dj’â r’netti la baraque deux côps dèd’pûs l’matin!

    Oho! Ou bin l’robinet baille dè la niche âwe ou bin i fât bin niche tchûz vous!

    Vès n’ez m’ l’air dècidé à v’nu voir!

    Bin djè n’sûs m’ fou! Djè v’avous dit qu’ç’atout n’rèparâtion d’fortune èt qu’i faurout sûr remplaci l’robinet!

    Et qu’est-ce què v’rawardez?

    Mère Grougn’resse, djè n’vès counneus pus. Pernez l’bottin, hutchez in instâllâteur èt qu’i v’ mettiche in nû robinet, mâs mi, djè n’y tout’chrâ pus!

    In dîmatche! Vès m’lâyez das la merte in dîmatche! Bin djè m’a souvenrâ!

    Sacrée grune, djè n’ vès lâye mi das la merde, djusse das l’âwe! Vès v’nez m’engêuler pasquè vès n’ez m’ atu capabe dè fâre remplacer c’truc-là, coumme si c’atout mi la faute!

    Haye, c’est in paû vrâ... Qu’est-ce qu’i faûrout fâre?

    Remplaci l’robinet.

    Et pou arrêter la fuite?

    Côper l’âwe.

    Vès n’arriv’rins à rin, quoi!

    Rawardez n’miette : djè va quîre ma tronçounneuse.

    Vote tronçounneuse?... Bin...

...

    Allans-y!

    Qu’est-ce què v’avez das ç’boîte-là?

    In robinet. Djè m’doutous bin què v’ n’allins m’ èm’ choûter l’dârin côp èt què v’ n’allins m’ fâre les frais d’in nû robinet.

    Et v’allez l’mette tchûz mi?

    Oh bin non.net, va, djè l’tap’râs das la preumière poubelle què dj’voirans.

    Tampir...

    Quoi, don, mère Grougn’resse?

    Djè finirâ pa croire què c’est l’bon dieu qui v’è mins su m’tchèmin...

    Bin sûr! Su la tîrre, c’est toudjous ainlà. L’bon djeu mette toudjous les bounne dgens su l’tchèmin dès grougnâs, èt l’djâbe foute des grougnâs das les pattes des bounne dgens!

    Mîme si dj’avous in parapuie, Tampir, djè n’vès l’broûy’rou m’ su la margoulette.

    C’est bin, ça, mère Grougn’resse. Dj’allans tèrer n’saye d’âwe, èt vès fârez à dîner l’tra qu’djè r’mette el nouvî robinet.

    Dj’y va. Mâs djè va d’aboûrd èr’fâre el lit!

21 juin 2020...

    Tampir, vous n’êtes qu’un bon à rien!

    Bonjour, mère Grougn’resse. Vous êtes encore bien cool aujourd’hui!

    Le robinet que vous m’avez soi-disant réparé il y a quelque temps...

    Vous l’avez déjà redémoli?

    Si vois l’aviez réparé convenablement, il serait toujours utilisable!

    Ben là, mère Grougn’resse, vous avez prononcé une belle phrase.

    Ah, vous trouvez, vous?

    Combien aviez-vous payé la réparation de votre antiquité de robinet?

    Vous n’aviez rien demandé!

    Ben maintenant, appelez le plombier et vous verrez si il va lr réparer ou s’il faudra le remplacer et si il fera le travail à l’œil!

    Le remplacer? Le remplacer? Il n’y manque rien, à mon robinet, juste un joint ou quelque chose comme cela!

  Quand vous aurez autant de fuites que lui, vous irez dire au docteur qu’il n’y a qu’un joint à remplacer!

    Ben vous m’en faites un beau, de docteur! J’ai renettoyé la maison deux fois depuis le matin!

    Oho! Ou bien le robinet donne de l’au sale ou bien il fait bien sale chez vous!

    Vous n’avez pas l’air décidé à venir voir!

    Ben je ne suis pas fou! Je vous avais dit que c’était une réparation de fortune et qu’il faudrait certainement remplacer le robinet!

    Et qu’est-ce que vous attendez?

    Mère Grougn’resse, je ne vous connais lpus. Prenez le bottin, appelez un installateur et qu’il vous mette un nouveau robinet, mais moi, je n’y toucherai plus!

    Un dimanche! Vous me laissez dans la merde un dimanche! Ben je m’e souviendrai!

    Sacrée grincheue, je ne vous laisse pas dans la merde, juste dans l’eau! Vous venez m’engueuler parce que vous n’avez pas été capable de faire remplacer ce truc-là, comme si c’était ma faute!

    Haye, c’est un peu vrai... Qu’est-ce qu’il faudrait faire?

    Remplacer le robinet.

    Et pour arrêter la fuite?

    Couper l’eau.

    Vous n’arriveriez à rien, quoi!

    Attendez un peu : je vais chercher ma tronçonneuse.

    Votre tronçonneuse?... Ben...

...

    Allons-y!

    Qu’est-ce que vous avez dans cette boîte-là?

    Un robinet. Je me doutais bien que vous n’alliez pas m’ écouter la dernière fois et que vous n’alliez pas faire les frais d’in nouveau robinet.

    Et vous allez le mette chez moi?

    Oh ben non, va, je le taperai dans la première poubelle que nous croiserons.

    Tampir...

    Quoi, donc, mère Grougn’resse?

    Je finirai par croire que c’est le bon dieu qui vous a mis sur mon chemin...

    Bien sûr! Sur la terre, c’est toujours comme cela. Le bon dieu met toujours les bonnes gens sur lev chemin des grincheux, et le diable met des grincheux dans les pattes des bonnes gens!

    Même si j’avais un parapluie, Tampir, je ne vous le casserais pas sur la tête.

    C’est bien, ça, mère Grougn’resse. Nous allons tirer un seau d’eau, et vous ferez à dîner pendant que je place le nouveau robinet.

    J’y vais. Mais je vais d’abord refaire le lit!

14 djoin 2020...

    Bondjou, Mère Grougn’resse. Où c’què v’allez?

    Salut, Tampir. I paraît qu’i-s avant rouvri les piscines!

    Alors, v’allez z’y naller?

    Bin sûr! Dj’îme co bin dè m’traper das l’âwe!

    Oyi, mâs toulà, i-s îmant bin d’la wârder prope!

    Elle y rest’rait tant què v’n’y vèrez m’ y taper vos pattes!

    Attrape, Mèdard! Et v’ez in maillot?

    Et in nu, co bin! Vès n’ mè voyez m’ tout d’mîme das la piscine aveu rin su l’dos!

    Ça dèpade dè c’què v’ vèlez. Si vès v’lez l’espace pou vous toute seûle, c’est la solution...

    Vès n’valez fin rin tout d’mîme, sacré vî crèton! Vès n-n’ ôs’rins m’ soûlmat v’y montrer, mîme aveu in maillot!

    Wâtez l’çou qu’dj’â ach’té èchoi! Cè n’est m’ des belles teintes, ça?

    Bin v’arez l’air fin là d’das! C’est bon pou les djônes, ça!

    La djônesse, Grougn’resse, on l’è das l’cœur. C’est sûr pou ça qu’v’ez dèvnu n’vîe gaye!

    V’là l’mienne, vî bouc! Qu’est-ce què v’a dijez?

Bin djè dous r’counneute què dj’avous n’mauvaise gueule, mère Grougn’resse. V’ez co bin tchoisi. Mâs pou la taille..., v’atez sûre què v’mettrez tafât das n’si p’tite loque?

    On voit bin què v’ n’y counn’chez rin, Tampir. Ça s’ètade!

    Et ça n’a profîte mi pou rètrèci l’cont’nu, pa des côps?

    El vote, c’est c’qu’il è sur fât, quand on voit c’qu’i resse dèdas...

    V’atez en plîne forme, coumme djè vois. Et si on allout au p’tit lac, das l’bos? Aveu la tempèrâture qu’on è anû, l’âwe y s’rait sûr bounne.

    Frade, sûrmat. Mâsd’accoûrd, allans-y.

    Djè m’fârâ in plâji d’v’âdi à mette vote maillot.

    I faut d’aboûrd qu’on r’passiche à la mâjon.

    Pou quoi fâre don?

    R’quîre n’pince à djargôgô..

    Bin v’atez in paû sotte ou quoi? Qu’est-ce què v’voûrins fare aveu ça au boûrd dè l’âwe?

    Cè n’est m’ pour mi! Mâs quand vès soûrtrez d’l’âwe frade, i v’faurait bin ça pou r’trouver l’histoire si v’ez envie d’pichi!

    Et gna gna gna gna gna....

14 juin 2020...

    Bonjour, Mère Grougn’resse. Où allez-vous?

    Salut, Tampir. Il paraît qu’ils ont rouvert les piscines!

    Alors, vous allez y aller?

Bien sûr! J’aime encore bien me tremper dans l’eau!

    Oui, mais là, ils aiment bien la garder propre!

    Elle y restera tant que vous n’irez pas y mettre vos pattes!

    Attrape, Médard! Et vous avez un maillot?

  Et un nouveau, en plus! Vous ne me voyez tout de même pas dans la piscine sans rien sur le dos!

Ça dépend de ce que vous  voulez. Si vous voulez l’espace pour vous toute seule, c’est la solution...

    Vous ne valez fin rien tout de même, sacré vieux décrépit! Vous n’ oseriez même pas vous y montrer, même avec un maillot!

    Regardez celui que j’ai acheté hier! Ce ne sont pas des belles couleurs, ça?

    Ben vous aurez l’air fin là-dedans! C’est bon pou les jeunes, ça!

    La jeunesse, Grougn’resse, on l’a dans le cœur. C’est sans doute pour ça que vous êtes devenue une vieille bique!

    Voilà le mien, vieux bouc! Qu’est-ce que vous en dites?

    Ben je dois reconnaître que j’ai été mauvaise langue, mère Grougn’resse. Vous avez aussi bien choisi. Mais pou la taille..., vous êtes sûre que vous mettrez toutt dans une si petite loque?

    On voit bien que vous n’y connaissez rien, Tampir. Ça s’étend!

    Et ça n’en profite pas pour rétrécir le contenu, des fois?

    Le vôtre, c’est sans doute ce qu’il a fait, quand on voit ce qui reste dedans...

    Vous êtes en pleine forme, comme je vois. Et si on allait au petit lac, dans la forêt? Avec la température qu’on a aujourd’hui, l’eau devrait y être bonne.

    Froide, sûrement. Mais d’accord, allons-y.

    Je me ferai n plaisir de vous aider à mette votre maillot.

    Ii faut qu’on repasse d’abord à la maison.

    Pou quoi faire?

    Prendre une pince à escargot.

    Ben vous êtes un peu sotte, ou quoi? Qu’est-ce que feriez avec ça au bord de l’eau?

    Ce n’est pas pour moi! Mais quand vous sortirez de l’eau froide, il vous faudra bien ça pour retrouver l’histoire si vous avez envie de faire pipi!

    Et gna gna gna gna gna....

7 djoin 2020...

    Tampir, on y s’rait bintot!

    Où ça, don, mère Grougn’resse?

    On poûrrait bintot n’aller r’mîdgi n’bounne touffâye tchûz la Dodore ou bin tchûz l’gros Lèyon.

    Mâs i faut co wârder les distances, qu’i paraît! Vès croyez qu’i-s allant fâre des taûles d’in mète cinquante pour qu’on n’souche mi trop près l’inque dè l’aute?

    Loûgne, va! C’est atère les taûles qu’i faut l’mète cinquante!

    Aha! Et les taûles pl’ant n’fâre què 10 centimètes, alors, ça n’fât rin?

    Djè crois qu’v’atez co pus béte què les pattes des taûles! V’a-n ez d’jà vû, des aussi ètroites?

    C’est manière dè dère, hé, sacrée guenon! Djè n’sûs m’ peut-ête malin, mâs i gn’a faurout bin dîje pareilles à vous pou m’arriver au mollet!

    Qu’est-ce qu’on vèrout fâre à vote mollet?

    La preûve...

    Et v’allez arrèter dè v’foute dè mi, sinon v’arez co des bosses!

    V’atez su m’pavé, Grougn’resse... wâtez dè v’tènu à cârreau pasquè dès djous coumme anû, djè s’rous capâbe dè v’dècoller la heure!

    Hâye, là, c’est bon. Dè quoi c’què dj’causins, don?

    On causout d’vos tâbes dè 10 centimètes...

    Ah oyi. Qu’est-ce qu’on fât, on y va d’jà d’mî?

    Djè dèrous putot venr’di. I-s allant tourtous s’prècipiter d’mî èt les cuistots doûrant r’fuser don monde.

    Sauf què mi, dj’â rèservé n’taûle pou deux tchûz l’gros Lèyon.

    V’atez mou prèvoyante, tout d’in côp.

    Ça v’dit, ou djè doûrâ z’y naller toute seûle?

    Bin, aveu toutes les èconomîes qu’v’avez fât, djè n’rèfus’ra m’ dè m’layi payi eune bounne touffâye!

    I gn’è des radins qui profîtant d’toutes les occâsions.

    C’est pou mi què v’dijez ça?

    Non.net, allez, c’est pou les douze apôtes don Jésus!

    Oho! Vès mèrit’rins tout d’mîme què djè d’moriche tchûz mi!

    Sacré lâd mujî, si v’a fayez n’pareille, djè v’fârâ la gueûle tout l’restant d’l’annâye!

    Vès m’fârins in plâji pareil?

    Ah! ti niche torî!

    Vès m’tutoyez, à ç’t’heûre?

    Mîdi moins l’quart tchûz l’gros Lèyon!

    Bon, bin dj’y vèrâ. Tant pis pou l’restant d’ l’annâye...

7 juin 2020...

    Tampir, on y sera bientôt!

    Où ça, donc, mère Grougn’resse?

    On pourra bientôt aller remanger une bonne touffâye chez la Dodore ou bien chez le gros Léon.

    Mais il faut encore garder les distances, à ce qu’il paraît! Vous croyez qu’ils vont faire des tables d’un mètre cinquante pour qu’on ne soit pas trop près l’un de l’autre?

    Idiot, va! C’est entre les tables qu’il faut le mètre cinquante!

    Aha! Et les tables peuvent ne faire que 10 centimètres, alors, ça ne fait rien?

  Je crois que vous êtes encore plus bête que les pattes des tables! Vous en avez déjà vu des aussi étroites?

    C’est manière de parler, hé, sacrée guenon! Je ne suis peut-être pas malin, mais il en faudrait bien dix pareilles à vous pour m’arriver à la cheville!

    Qu’est-ce qu’on irait faire à vote cheville?

    La preuve...

    Et vous allez arrêter de vous foutre de moi, sinon vous aurez encore des bosses!

 Vous êtes su mon trottoir, Grougn’resse... tâchez de vous tenir à carreau parce que des jours comme celui-ci, je serais capable de vous décoller la tête!

    Allez, là, c’est bon. Dz quoi parlions-nous, donc?

    On parlait de vos tables de 10 centimètres...

    Ah oui. Qu’est-ce qu’on fait, on y va déjà demain?

    Je dirais plutôt vendredi. Ils vont tous se précipiter demain et les cuistots devront refuser du monde.

    Sauf que moi, j’ai réservé une table pour deux chez le gros Léon.

    Vous êtes bien prévoyante, tout à coup.

    Ça vous dit, ou je devrai y aller toute seule?

    Ben, avec toutes les économies que vous avez faites, je ne refuserai pas de me laisser payer une bonne touffâye!

    Il y a des radins qui profitent de toutes les occasions.

    C’est pour moi que vous dites ça?

    Non, allez, c’est pour les douze apôtres de Jésus!

    Oho! Vous mériteriez tout de même que je reste chez moi!

    Sacré laid grincheux, si vous en faites une pareille, je vous ferai la tête tout le reste de l’année!

    Vous me feriez un tel plaisir?

    Ah! Toi, sale bête!

    Vous me tutoyez, maintenant?

    Midi moins le quart chez le gros Léon!

  Bon, ben j’irai. Tant pis pour le reste de l’année...

31 mai 2020...

    Tampir, v’ez co vote tîte dès mauvais djous.

    Bin i gn’è d’quoi!

    On è atu à vos pouilles?

    V’ez eu vote masque pou l’corona?

    Bin sûr. Djè l’â su la margoulette.

    Mi, dj’â maû l’bras gautche, l’èpaule.

    V’ez d’la scarificâtion?

    D’la calcificâtion, oyi. Djè n’sarous aller loyi ces ficelles-là pa drî ma hanette!

    Vès v’lez què dj’vès l’mettiche?

    C’est ça, èt si v’atez malate, vès m’foutrez l’virus aveu!

    Hélà, lâd grougnâ! Mi, c’atout pou v’âdi!

    Djè l’sais bin. Mâs c’est tout d’mîme ètou in paû coumme djè l’â li su l’arantoile, nous fourguer des masque à c’t’heûre, c’est coumme si on v’mettout n’capote après l’accoût’chmat!

    Vès n’atez djamâs content!

    Pou in côp què ç’n’est m’ vous!

    V’ôs’rains m’traiter d’nûgeôle?

    Pîre què ça! Ène grune, què v’atez, mère Grougn’resse!

    V’a v’lez eune su l’portrait?

    Fayez-a n’pareille èt djè v’côpe a deux!

    Vès n’arins m’ el taps d’boudgi eune patte què dj’v’arous djà broyi l’aute!

    Djè v’fârâ mougni vote pèpin, mi!

    V’arins didgèré vote casquette avant d’arriver à m’douvri la margoulette pou m’agavir el parapuie!

    Dj’arous brâmat moins d’maû pour v’douvîr la margoulette qu’i n’v’a faurout pou la froumer!

    Ah sacré pûri, què v’atez...

    Vès savez bin c’què dj’va fâre, sacrée hargnôle, què v’atez? Djè va v’payi in verre èt djè nous päyrans n’bounne gavâye dè rire!

    Mâs a rattadant, i faurout bin qu’on s’rèfayiche in paû d’vocabulaire : djè n’â m’ trouvé d’mots assez lâds pou v’foute à la gueule!

    Dj’a caus’rans das la s’mîne, pasquè mi, djè n’â n’ôsu v’dère tous les çounes què dj’counneus...

    Bin,sacré varrat d’torî, torî d’varrat, varrat d’bu, v’a-n avez, don toupet!

    Allez, coummaçans pa deux Orval.

    Bin oyi, deux Orval pou mi ètou, ça m’va!

    Das l’taps, les feummes beuvaint d’l’âwe...

    Et les hoummes atint dgentils aveu zolles!

31 mai 2020...

    Tampir, vous avez encore votre tête des mauvais jours.

    Ben il y a de quoi!

    On vous a cherché des noises?

    Vous avez eu votre masque pour le corona?

    Bien sûr. Je le porte sur  la figure.

    Moi, j’ai mal au bras gauche, l’épaule.

    Vous avez de la scarification?

    De la calcification, oui. Je ne saurais pas aller lier ces ficelles-là derrière ma tête!

    Vous voulez que je vous le mette?

    C’est ça, et si vous êtes malade, vous me foutrez le virus en prime!

 Hélà, vilain grincheux! C’était pour vous aider!

    Je le sais bien. Mais c’est aussi tout de même un peu comme je l’ai lu sur le Net, nous fourguer des masque maintenant, c’est comme si on vous mettait une capote après l’accouchement!

    Vous n’êtes jamais content!

    Pour une fois que ce n’est pas vous!

    Vous oseriez me traiter d’insupportable?

    Pire que cela! Une mégère, que vous êtes, mère Grougn’resse!

    Vous en voulez une sur la figure?

    Faites-en une pareille et je vous coupe en deux!

    Vous n’auriez pas le temps de bouger une patte que je vous aurais déjà cassé l’autre!

    Je vous ferai avaler votre pépin, moi!

 Vous auriez digéré votre casquette avant d’arriver à m’ouvrir la bouche pour y fourrer  le parapluie!

 J’aurais beaucoup moins de mal pour vous ouvrir la bouche qu’il ne vous en faudrait pour la fermer!

    Ah! Fichu pourri, que vous êtes...

Vous savez, ce que je vais faire, sacrée hargneuse, que vous êtes? Je vais vous payer un verre et nous nous payerons une bonne pinte de rire!

    Mais en attendant, il faudrait bien qu’on se refasse in peu de vocabulaire : je n’ai pas trouvé de mots assez laids pour vous envoyer à la figure!

  Nous en parlerons dans la semaine, parce que moi, je n’ai pas osé vous dire tous ceux que je connais...

    Ben, sacré «cochon de taureau, taureau de cochon, cochon de bœuf», vous en avez, du culot! (Je doute qu’il y ait une traduction autre en français...)

    Allez, commençons par deux Orval.

    D’accord, moi aussi, deux Orval, ça me va!

    Dans le temps, les femmes buvaient de l’eau...

    Et les hommes étaient gentils avec elles!

24 mai 2020...

    Bondjou, Tampir!

    Bin l’bondjou, là, mère Grougn’resse.

    On dèrout qu’vez in maquet au front. Enfin, si v’ez eû in blu, i-l est djaune, à c’t’heûre.

    C’est d’lundi.

    Oho! V’ez tchû?

    Djè va v’raconter tafât, mâs vès wâtrez dè n’mi v’foute dè mi!

    A v’là eune, d’idée! Djè n’sais soûlmat coummat ç’qu’on fât...

    C’est ça! V’atez d’jà en train d’glousser en doûce èt djè sais bin qu’das deux minutes, vès v’hoss’rez la boudlette aveu pont d’rèt’nue!

    Djè fârâ c’què dj’poûrra...

    Lundi, dj’â fât l’mènu qu’dj’avous prèvu pou l’dîmatche. Dj’avous quate lègumes, courdgettes, tomates, union, pid d’cèlèri vart et co in auberdgine. Dj’a don mins en route ène ratatouille à ma manière. Djè v’lous fâre don riz aveu ça, et dj’avous in bî toûn’dos bin èpais,

        Quand la ratatouille è atu en route, djè m’dis qu’j’avous in melon. Dj’a mîdg’rous bin in tchu aveu don djambon coumme atrée. Dj’â don côpé l’mèlon a deux. Dj’â vûdi les deux mîtans, remblâllé in tchu èt djè rwâtous l’aute. I m’sènout què l’trô au mîtant rawardout âque. Dj’â don atu quîre la boutèle dè porto. Dj’a-n â vûdi das l’trô. Djè n’voyous m’ soûlmat què l’niveau avout bachi das la boutèle què dj’vènous d’douvîre. Dj’a r’prins la quili qu’dj’avous tèré les pèpins aveu, èt dj’â rtèré in tou d’mèlon autou don trô. Dj’â r’vûdi don porto, mâs djè n’voyous m’ toudjou dèchade el niveau. Dj’â r’coummaci, èt co in côp... si bin qu’pou fini, gn’avout pus qu’la pèlette don m’lon. Coumme à c’moumat-là, c’est tout mou èt qu’ça s’lâye n’aller, djè l’â vûdi eveu n’paille.

        Dj’â mins cûre el riz dans tout plî d’âwe pou l’ègoutter in côp qui s’rout cût. Pûs djè m’â dit qu’pusquè l’porto atout toulà, dj’allous à penre in p’tit pou l’apèro. C’est toulà qu’dj’â vû qu’la noire boutèle èn’ lâyout rin voir au travî dè s’verre...

        Dj’a don atu m’assîre aveu m’porto, à m’dijant qu’j’allous mîdgi l’djambon aveu l’apèro, pusquè dj’n’avous pus rin à mette dessus... Dj’â mins les imâdges en route pou rwâti les nouvalles. Dj’a atch’vé l’djambon èt l’porto. Pûs djè m’â l’vé. El verre vûde, voyant ça, è v’lu s’lèver aveu mi. Dj’â ramassi les tessons, djè les â mins das d’la gazette èt das la poubelle. Pûs dj’â prin in gant d’toilette prope, aveu d’ l’âwe froide tout plî pou poûssi su la bosse què dj’m’avous fât, djè n’sais coummat, su l’front.

        La ratatouille atout cûte, alors djè l’â mins su l’coté. Pou l’riz, co bon qu’dj’avous mins tout plî d’âwe. Djè l’â mins su l’coté ètou, avant qu’i n’atiche noir.

        Dj’â soûrti m’bistèck. Dj’a soûrti la péle pou l’mette dèdas, et dj’â tapé in pau d’huile das l’fond. Dj’â dèballé la tchâ, èt dj’â mins l’bî bouquet das la péle. Dj’â soûrti l’moulin à poive dè l’aumâre èt dj’â v’nu pou z’a mette su la tchâ. Rin das la péle. Dj’â rwâti d’tous les cotés, rin. Pûs djè l’â r’trouvé. Djè l’â passé in paû d’zous l’robinet, dj’â r’netti ma s’melle èt l’pavé aveu don papi pou nettir tafât. Dj’â mins l’fû in paû pus foûrt. Si on peut causer d’fû aveu les vitrocèrams... Dj’â touilli in pau das la ratatouille, è dj’y a tapé l’riz qui s’avout mins à paquet bin solide...

        Dj’â r’toûné m’bisteck coumme djè fâs aveu les vautes. Djè rwate das la péle pou rèmette don poive su l’deuxîme coté : rin. Bin merte! Dj’a don rwâti d’pus près, èt djè m’â radu compte qu’il atout bin toulà. Qu’est-ce qu’i emmerdant l’monde à fâre el fond des péles tout noir? Bon, djè m’â dit qu’ dj’allous gratter in pau l’noir dè le tchâ avant d’mîdgi. Pûs dj’â rapougni l’moulin à poive èt dj’â toûné. Qu’est-ce qu’i-s emmerdant l’monde à fâre dès plaques aussi noires qu’èl fond des péles, don. Dj’a ramassi aveu la lavette bin mouillîte, èt dj’â atu m’quîre in sparadrap spèciâl pou mette su ma brûlure.

        Quand dj’â eû fât d’mîdgi, djè m’â radu compte què la boutèle dè vin roudge què dj’avous prèparé n’atout m’ dèboûtchîte. Dj’â eû in hèsitâtion, èt pûs dj’a prins la décision : djè m’â fât n’jatte dè cafè.

    Et vès voyez, Tampîr, djè n’rîs m’.

    Vès l’avins vû,

    Quoi, don?

    El parapuie qu’dj’â d’ri m’dos!

24 mai 2020...

    Bonjour, Tampir!

    Bien le bonjour, mère Grougn’resse.

 On dirait que vous avez un coup au front. Enfin, si vous avez eu un bleu, il est jaune, maintenant.

    C’est de lundi.

    Oho! Vous êtes tombé?

    Je vais vous raconter tout, mais vous tâcherez de ne pas vous moquer de moi!

    A voilà, une idée! Je ne sais même pas comment on fait...

    C’est ça! Vous êtes déjà en train de glousser en douce et je sais bien que dans deux minutes, vous allez rire à gorge déployée sans la moindre retenue!

    Je ferai de mon mieux...

    Lundi, j’ai fait le menu que j’avais prévu pour le dimanche. J’avais quatre légumes, courgettes, tomates, oignon, pied de céleri vert et aussi une aubergine. J’ai donc mis en route une ratatouille à ma façon. Je voulais faire du riz avec ça, et j’avais un beau tournedos bien épais,

        Quand la ratatouille a été en route, Je me suis dit que j’avais un melon. J’en mangerais bien un morceau avec du jambon comme entrée. Alors, j’ai coupé le melon en deux. J’ai vidé les deux moitiés de leurs pépins, emballé un morceau et je regardais l’autre. Il me semblait que le trou au milieu attendait quelque chose. Je suis donc allé chercher la bouteille de porto. J’en ai versé dans le trou. Je ne voyais même pas que le niveau avait baissé dans la bouteille que je venais d’ouvrir. J’ai repris la cuillère avec laquelle j’avais retiré les pépins et j’ai raclé un tour de melon autour du trou. J’ai reversé du porto, mais je ne voyais toujours pas descendre le niveau. J’ai recommencé, et puis encore une fois... si bien que pour finir, il n’y avait plus que l’écorce du melon. Comme à ce moment-là, c’est tout mou et que ça se laisse aller, je l’ai vidé à la paille.

        J’ai mis cuire le riz dans beaucoup d’eau pour l’égoutter une fois cuit. Puis je me suis dit que puisque le porto était là, j’allais en prendre un petit en apéro. C’est là que j’ai vu que la bouteille noire ne laissait rien voir à travers son verre...

        Et je suis allé m’asseoir avec mon porto, en me disant que j’allais manger le jambon avec l’apéro, puisque je n’avais plus rein à mettre dessus... J’ai allumé la télévision pour regarder les infos. J’ai achevé le jambon et le porto. Puis je me suis levé. Le verre vide, voyant cela, a voulu se lever avec moi. J’ai  ramassé les tessons, je les ai mis dans du papier journal et dans la poubelle. Puis j’ai pris un gant de toilette propre, aveu de l’eau bien froide pour appuyer sur la bosse que je m’étais faite, je ne sais comment, au front.

        La ratatouille était bien cuite, alors je l’ai mise sur le côté. Pour le riz, heureusement que j’avais mis beaucoup d’eau. Je l’ai mis aussi sur le côté. Avant qu’il ne soit noir.

        J’ai sorti mon steak. J’ai sorti la poêle pour l’y mettre, et j’ai mis un peu d’huile dans le fond. J’ai déballé la viande, et j’ai mis le beau morceau dans la poêle. J’ai sorti le moulin à poivre de l’armoire et je suis venu pour en mettre sur la viande. Rien dans la poêle. J’ai regardé partout, rien. Puis je l’ai retrouvé. Je l’ai passé un peu sous le robinet, j’ai nettoyé ma semelle et le carrelage avec de l’essuie-tout. J’ai augmenté un peu le feu. Si on peut parler de feu avec les taques vitrocéramiques... J’ai remué un peu la ratatouille, et j’y ai jeté le riz qui qui formait un paquet bien compact...

        J’ai retourné mon bifteck comme je fais avec les crêpes. Je regarde dans la poêle pour remettre du poivre sur la deuxième face:: rien. Ben flûte! Alors j’ai regardé de plus près, èt je me suis rendu compte qu’il était bien là. Pourquoi embêtent-ils les gens en faisant le fond des poêles tout noir? Bon, je me suis dit que j’allais gratter un peu le noir de la viande avant de manger. Et j’ai de nouveau empoigné le moulin à poivre et j’ai tourné. Pourquoi donc embêtent-ils les gens en faisant les plaques aussi noires que le fond des poêles. J’ai ramassé avec la lavette bien mouillée et je suis allé me chercher un sparadrap spécial pour mette sur ma brûlure.

        Quand j’ai eu fini de manger, je me suis rendu compte que la bouteille de vin rouge que j’avais préparée n’était pas débouchée. J’ai eu une hésitation, et puis j’ai pris la décision : je me suis fait une tasse de café.

    Et vous voyez, Tampîr, je ne ris pas.

    Vous l’aviez vu,

    Quoi, donc?

    le parapluie que je tiens derrière mon dos!

17 mai 2020...

    Bondjou, mère Grougn’resse!

    Salut, Tampir!

    I m’sènout què v’m’avins dit què v’dèvins n’aller en vacances au mois d’djulet.

    Oyi, c’est bin djusse. Dj’â n’cousine qu’è n’mâjon à Cordoue, alors djè d’vous y n’aller pou trois s’mînes.

    V’ez d’la famile pa d’tavau su la tîrre, vous!

    Ben vès savez bin, hein : Gn’è des Gaumais das l’monde entier, gn’è des Gaumais partout!, c’est la tchanson...

    Et i sant tourtous parats aveu vous?

    Bin non.net, hein! Sacré vara, dj’a-n arous eune de smala autou d’mi!

    Et v’allez penre l’avion pou n’aller à Cordoue?

    Bin non.net, va, à cause don cordobavirus...

    Ah, c’est ainlà qu’i l’hutchant, là-bache.

    Quoi, dj’â dit n’connr’rie?

    Djè croyous què v’l’avins fât esprès... C’atout bin trouvé!

    Ça n’fât rin. C’est doummadge, pasquè les billets n’sant m’ co trop tchèrs pou l’moumat.

    Cè n’est m’ ètounnant. Et c’est co vachi comprins, djè parie!

    Brr... N’mè foutez m’ la troûille, là... Djè doûrous y n’aller en sètembe.

    Ben dj’espère qu’à c’moumat-là, i poûrrant wârder zous plîtches...

    Et i-l y fât co bon!

    Djè vèrous bin aveu... C’est co l’bon moumat...

    Mh... Djè d’mand’râ à ma cousine. Djè n’päye rin pou lodgi, wez-v’ bin. Mâs djè dois nettir, randgi, fâre les buâyes pou mi è pou s-n’houmme èt lîe, la r’passâye et dès hatut’ries ainlà...

    Ben djè poûrrous fâre des p’tit travaux, mette en couleûr, r’claouer des plîtches qui berloquant, èr’fâre in meur...

    Ça la tchîdg’rout, pasque s’mâle, i n’a foute mi eune das la mâjon. I n’ v’âdrout m’ soûlmat, djè peux vès l’garanti!

    Dj’îme co bin d’travailli tout seûl, ainlà, djè fâs tafât à ma manière.

    A m-n’avis, la cousine èn’ rèfus’rait m’...

    On s’rait tout près d’Sèville.

    Oyi, vès n’arez qu’d’aller voir el barbièr.

    Sauf si gn’è co l’sévillavirus...

    El... Hem... V’atez co en train dè v’foute dè mi...

    Dijez, Grougn’resse, i plut pa des côps, là-bache?

    Oh, djè n’sais, mi. Sûr qu’oyi, sinon ça s’rout l’désêrt... Pouquoi ç’què v’dèmandez ça?

    Djusse pou savoir si v’penrez in parapuie...

17 mai 2020...

    Bonjour, mère Grougn’resse!

    Salut, Tampir!

    Il me semblait que vous m’aviez dit que vous deviez aller en vacances au mois de juillet.

    Oui, c’est bien juste. J’ai une cousine qui a une maison à Cordoue, alors je devais y aller pour trois semaines.

    Vous avez de la famille partout sur la terre, vous!

    Ben vous savez bien, hein : Il y a des Gaumais dans le monde entier, il y a des Gaumais partout!, c’est la chanson...

    Et ils sont tous parents avec vous?

    Ben non, hein! Pétardise, j’en aurais une, de smala autour de moi!

    Et vous allez prendre l’avion pour aller à Cordoue?

    Ben non, donc, à cause du cordobavirus...

    Ah, c’est comme cela qu’ils l’appellent, là-bas.

    Quoi, j’ai dit une bêtise?

    Je croyais que vous l’aviez fait exprès... C’était bien trouvé!

    Ça ne fait rien. C’est dommage, parce que les billets sont encore bon marché pour le moment.

    Ce n’est pas étonnant. Et je parie que c’est cercueil compris!

    Brr... Ne me faites pas avoir peur, là... Je devrais y aller en septembre.

    Ben j’espère qu’à ce moment-là, ils pourront garder leurs planches...

    Et il y fait encore bon!

    J’irais bien avec vous... C’est encore le bon moment...

    Mh... Je demanderai à ma cousine. Je ne paie rien pour loger, voyez-vous. Mais je dois nettoyer, ranger, faire les lessives pour mi et pour son mari et elle, le repassage et des petites choses comme cela...

    Ben Je pourrais faire des menu-travaux, mettre en peinture, reclouer des planches qui ne tiennent plus, réparer un mur...

    Ça la changerait, parce que son homme, il n’en fout pas une dans la maison. Il ne vous aiderait même pas, je vous le garantis!

    J’aime encore bien travailler tout seul, ainsi, je fais tout à ma manière.

    A mon avis, la cousine ne  refusera pas...

    On sera tout près de Séville.

    Oui, vous n’aurez qu’à aller voir le barbier.

    Sauf s’il y a encore le sévillavirus...

    El... Hem... Vous êtes encore en train de vous ficher de moi...

    Dites, Grougn’resse, il pleut parfois, là-bas?

    Oh, je ne sais pas, moi. Sûrement, sinon ce serait le désert... Pourquoi me demandez-vous cela?

    Juste pour savoir si vous emporterez un parapluie...

10 mai 2020...

    Bondjou, Jules. V’atez quand mîme in brâve houmme.

    Pouquoi, don, Germaine?

    V’ez don sondgi à mi. C’est vrâ qu’aveu l’corzona, ma fille n’arout sû r’vènu.

    Djè v’avous dit qu’vote frère atout l’binv’nu aveu vous, Germaine, pouquoi c’qu’i n’est-m’ toulà?

    I-l est r’voûye pus tot qu’i n’croyout. Dès problèmes das sa socièté, qu’i m’è dit.

    Bin vèm’ là bin dèçu!

    Ha! ha! sacré menteûr què v’atez!

    Dj’â fât roti-bouli, pou in côp. Vès v’lez counneute el mènu ou bin v’îmez mieux les surprîses?

    Djè sûs coumme les gosses, mi, Jules, j’îme bin dè m’rapapiner à l’avance. Qu’est-ce qu’on è coumme apèro?

    Djè sais bin què v’n’îmez m’ co d’trop l’champagne, alors dj’â mins don porto.

    Bounne idée.

    Et pûs, i vèrait bin aveu l’mèlon qu’arriv’rait après lu su in djambon d’Bayonne estra!

    Coumme djè vois, vès l’ez d’jà gouté!

    Dj’â mîme du n’aller z’a r’quîre, à cause què dj’avous gouté in paû d’trop...

    Pus pansard què vous...

    Après, dj’arans in Châblis preumî cru pou n’aller aveu des filets d’soles aveu n’sauce crémeuse à l’èchalotte èt in pau d’safran.

    Djè coummace à baver...

    Après ça, dj’arans in p’tit Calvados pou l’trô normand.

    Mi, djè s’râ d’jà en èvaporâtion!

    Bin vè fârez attention, pasqu’après, dj’â prèparé in Pommerol qui fârait passer l’tournèdos Rossini èt ses lègumes glaces...

    Père Tampir, on doûrout v’hutchi père Tanmieux! Vès fayez tafât vous-mîme ou...

    On n’fât m’ vènu in traiteûr pou n’pareille occâsion, Germaine. Bin sûr, què dj’fâs tafât mi-mîme. Mîme què, mâs vès nè l’dèrez m’ à pachoûne!, dj’â fât in paû des kilomètes pou ête sûr d’avoir dès vèritabes filets d’sole, èt mi des riquettes dè la s’mîne passâye. Et c’est vrâ qu’ dj’â atu tchûz l’bouladgi pou l’dessert...

    Tout ça pasquè v’m’ îmez bin?

    Bin, on voirait ça t’à l’heure. C’est surtout pasquè dj’îme bin d’cujiner...

    Das qué coin, qu’i-l est, l’parapuie?

    Vès fârins ça in djou pareil, Germaine?

    Djè v’taquinous coumme vès m’taquinins... A vote santé, Jules, èt merci tout plî.

    A la vote, Germaine. Djè n’bois m’ dè trop, pou n’mi rater mes r’cettes.

    C’est bin. In côp qu’ tafât arait atu avaûlé, vès pourrez rater tout c’què v’vèlez...

    Djè penrans l’poûsse-cafè en tchambe, pou la siesse...

    C’est eune manière dè voir les tchôses...

    Ah... Si vès l’dijez... C’est vous qui voirez...

10 mai 2020...

    Bonjour, Jules. Vous êtes quand même un brave homme.

    Pourquoi, donc, Germaine?

    Vous avez pensé à moi. C’est vrai qu’avec le corzona, ma fille n’aurait pas pu revenir.

  Je vous avais dit que votre frère était le bienvenu avec vous, Germaine, pourquoi n’est-il pas là?

    Il est reparti plus tôt qu’il ne croyait. Des problèmes dans sa société, m’a-t-il dit.

    Ben me voilà bien déçu!

    Ha! ha! Sacré menteur que vous êtes!

    J’ai mis les petits plats dans les grands, pour une fois. Vous voulez savoir lr menu ou bien vous préférez les surprises?

    Je suis comme les gosses, mi, Jules, j’aime bien me pourlécher les babines à l’avance. Qu’est-ce qu’on a comme apéro?

    Je sais bien que ne tenez guère au champagne, alors j’ai mis du porto.

    Bonne idée.

    Et puis, il ira bien avec le melon qui le suivra sur un jambon de Bayonne extra!

    Comme je vois, vous l’avez déjà goûté!

    J’ai même dû aller en rechercher, Parce que je l’avais goûté un peu trop...

    Plus gourmand que vous...

    Après, nous aurons un Chablis premier cru pour accompagner des filets d’sole avec une sauce crémeuse à l’échalote et un peu de safran.

    Je commence à baver...

    Après ça, nous aurons un petit Calvados pour le trou normand.

    Moi, je serai déjà évanescente!

    Ben vous ferez attention, parce qu’après, j’ai préparé un Pommerol qui fera passer le tournedos Rossini et ses légumes glaces...

    Père Tampir, on devrait vous appeler père Tanmieux! Vous faites tout vous-même ou...

    On ne fait pas venir un traiteur pour une occasion pareille, Germaine. Bien sûr, que je fais tout moi-même. Même que, mais vous ne le direz à personne!, j’ai fait un peu de kilomètres pour être sûr d’avoir des vrais filets de sole, et pas des restes de la semaine passée. Et c’est vrai que j’ai été chez le boulanger pour le dessert...

    Tout ça parce que vous m’aimez bien?

    Ben, on verra ça tous à l’heure. C’est surtout parce que j’aime bien cuisiner...

    Il est dans quel coin, le parapluie?

    Vous feriez ça un jour pareil, Germaine?

    Je vous taquinais comme vous me taquiniez... A votre santé, Jules, et merci beaucoup.

    A la vôtre, Germaine. Je ne bois pas trop, pour ne pas rater mes recettes.

    C’est bien. Une fois que tout aura été avalé, vous pourrez rater tout ce que vous voulez...

    Nous prendrons le pousse-café en chambre, pour la sieste...

    C’est une manière de voir les choses...

    Ah... Si vous le dites... C’est vous qui voyez...
3 mai 2020...

    Dijez, Tampir...

    Oyi, don, mère Grougn’resse...

    Em’ frère veut n’aller à la messe.

    Bin, ma foi, c’est bin s’droit!

    Oyi, djè n’discute mi. Mâs i veut qu’dj’alliche aveu lu pasqu’i n’counneut pachoûne.

    Bin c’est co vote droit d’y n’aller ètou!

    Mâs djè n’sais ête à deux places en mîme taps, èt ça veut dère què djè n’arâ m’ el taps d’fâre à dîner.

    Aha. I-l è d’jà eû d’la tchance qu’on l’è lâyi v’nu, i doûrout tout d’mîme bin compenre qu’on n’vique mi touci coumme das les îles!

    Est-ce què v’ez comprins c’què dj’voûrous bin?

    Djè n’ôse mi y sondgi...

    Vès v’lez bin v’nu fâre el dîner tchûz mi?

    Bin... Qu’est-ce què v’avins prévu d’fâre?

    Dè la touffâye.

    Djè va co vès l’rèdère in côp, mère Grougn’resse, la touffâye, c’est bin meilleûr quand on la fât l’djou d’avant!

    Djè n’arous sû, Tampir, èm’ vara d’frère èn’ m’ è m’ lâyi la paix cinq minutes.

    Bin qu’i mîdgiche eune târtine, ça lî appenrait!

    Bon. Alors, vès n’vèlez m’ vènu.

    Oh, ça n’s’rout m’ dè r’fus. Mâs qui est-ce qui fârait l’mienne, dè dîner?

    Bin sacré loûgne, vès dîn’rez aveu nous autes!

    Ah. Mâs après l’poûsse-cafè, si gn’è in hodôle toulà, i s’faurait bin t’nu!

    Sacré trîna, va, vès n’sondgez qu’à la gaudriole!

    Vès n’arez qu’à l’avoyi aux veupes!

    I lî faurout co quèqu’inque pou l’y moûner!

    Hâye, c’est bon, on va s’y mette!

    Vès dèchadrez à la câve pour tchoisi l’vin.

    Aaaah! Et dj’a profît’ra pou lamper n’goulâye aux deux-trois bounnes boutèles dè poûsse qui trînant toulà. Djè pourrâ fâre em’ tchoix pou après l’dîner.

    Oyi, c’est ça. Mâs si v’n’atez pus capâbe dè r’monter les escayis, i gn’arait pont d’dîner, et don mîme côp, pont d’après l’dîner!

    Bin vès n’arez qu’a dèchade d’lez mi, djè tchant’rans l’miséréré...

    Djè n’â qu’in mot à dère : parapuie!

    Vès fârins ça d’vant vote frère?

    Putot deux côps qu’inque!

    Ça va, djè va m’tènu à cârreau. Dijez, vote frère, là, i cause co bin l’gaumais?

    I voûrout bin, mâs quand i s’y mette, i faut s’accrotchi. I-l è in vocabulaire in paû dècalé, èt i dit co bin in mot pou in aute. Vès wâtrez dè n’mi li rîre au nez, i s’foutrout das n’belle radge. Et question d’lads mots, on peut dère qu’i-l è n’souv’nance terribe.

    Qu’i wâtiche toudjou d’fâre attention à lu!

    Vès n’lî foutrins m’ tout d’mîme vote pougne su la margoulette!

    Sûr què non, mâs djè vas v’ramoûner vote parapuie, èt djè l’wârd’râ tout près d’mi!

    Djè voûrous bien voir ça, què v’venrins taper m’frère aveu m’prope parapuie!

    Et mi, ça m’fârout tél’mat plâji!

3 mai 2020...

    Dites, Tampir...

    Oui, mère Grougn’resse...

    Mon frère veut aller à la messe.

    Ben, ma foi, c’est bien son droit!

    Oui, je ne discute pas. Mais il veut que j’aille avec lui parce qu’il ne connaît personne.

    Ben c’est encore votre droit d’y aller aussi!

    Mais je ne peux pas être à deux places en même temps, et ça veut dire que je n’aurai pas le temps de faire à dîner.

    Aha. Il a déjà eu de la chance qu’on le laisse venir, il devrait tout de même bien comprendre qu’on ne vit pas ici comme dans les îles!

    Avez-vous compris ce que je voudrais bien?

    Je n’ose pas y penser...

    Vous voulez bien venir faire le dîner chez moi?

    Ben... Qu’est-ce que vous avez prévu de faire?

    De la touffâye.

    Je vais encore vous le redire une fois, mère Grougn’resse, la touffâye, c’est bien meilleur quand on la fait la veille!

    Je n’aurais pas su, Tampir, mon sacré frère ne m’a pas laissé cinq minutes tranquille.

    Ben qu’il mange une tartine, ça lui apprendra!

    Bon. Alors, vous ne voulez pas venir.

    Oh, ça ne serait pas de refus. Mais qui fera le mien, de dîner?

    Ben bougre d’andouille, vous dînerez avec nous autres!

    Ah. Mais après le pousse-café, s’il y a un gugusse là, il faudra se tenir convenablement!

    Sacré garnement, donc, vous ne pensez qu’à la gaudriole!

    Vous n’aurez qu’à l’envoyer aux vêpres!

    Il lui faudrait encore quelqu’un pour l’y conduire!

    Allez, c’est bon, on va s’y mettre!

    Vous descendrez à la cave pour choisir le vin.

    Aaaah! Et j’en profiterai pour lamper une gorgée des deux-trois bonnes bouteilles de pousse qui y traînent. Je pourrai faire mon  choix pour après le dîner.

    Oui, c’est ça. Mais si vous n’êtes plus capable de remonter les escaliers, li n’y aura pas de dîner, et du même coup, pas d’après le dîner!

    Ben vous n’aurez qu’à descendre près de moi, on chantera le miséréré...

    Je n’ai qu’un mot à dire : parapluie!

    Vous feriez ça devant votre frère?

    Plutôt deux fois qu’une!

    Ça va, je vais me tenir à carreau. Dites, votre frère, il parle encore bien le gaumais?

    Il voudrait bien, mais quand il s’y met, il faut s’accrocher. Il a un vocabulaire in peu décalé, et il dit encore bien un mot pour un autre. Vous tâcherez de ne pas lui rire au nez, il entrerait dans une belle colère. Et question de vilains mots, on peut dire qu’il a une mémoire terrible.

    Qu’il fasse toujours bien attention à lui!

    Vous ne lui colleriez tout de même pas votre poing sur la figure!

    Sûrement pas, mais je vais vous rapporter votre parapluie, et je le garderai tout près de moi!

    Je voudrais bien voir ça, que vous viendriez frapper mon frère avec mon propre parapluie!

    Et moi, ça me ferait tellement plaisir!

26 avri 2020...

    Tampir, djè voûrous bin v’voir tchûz mi.

    Bondjou, d’abôrd, mère Grougn’resse!

    Bondjou, Tampir. Vès venrins bin in heûre ou deux?

    Ben... En principe, on n’è m’ el droit dè s’visiter...

    Djè doûrâ lodgi quèqu’inque la s’mîne qui vint, èt i faûrout r’mette la tchambe en ètat... Mâs sjè n’sarous fâre ça toute seûle...

    C’est in houmme ou n’feumme?

    Qu’est-ce què ça peut v’fâre?

    Si c’est n’feumme, elle peut bin dormi aveu vous, v’ez in grans lit assez!

    Et si c’est in houmme, pouquoi ç’qu’i n’poûrout m’, lu?

    Oh, mère Grougn’resse, vès fayez c’què v’vellez...

    Vès venrez, ou vès n’venrez m’?

    Djè venrâ su l’cop d’quatre heûres. Vès fayez co don bon cafè...

    Bounne idée. Djè v’rawâ...

 

...

 

    Qu’est-ce què v’vèlez què dj’fayiche?

    Si v’vèlins bin m’dèbarrassi d’ces caisses-là, m’les taper su l’guerni...

    Pètard, v’a-n ez mins des hatutries pou qu’i gn’aviche autant d’boîtes!

    Bayez v’ dawârde : gn’a-n è des pèsantes...

    Et c’est pou lodgi l’Maûrice, alors?

    Dè quoi? Coummat c’què v’savez s’prénom?

    Bin cè n’est m’ molâji : v’ez lâyi trîner la lette su la taûle, èt vès l’ez r’toûné pou mette les jattes. Dè l’aute coté, gn’è in bî timbe. Djè n’ n’â djamâs vû ainlà.

    V’atez tout d’mîme in fameux cafiâ!

    Djè n’rèwâte què ç’qu’on n’catche mi. El grand satche, toulà, faut l’mette aveu les caisses?

    Oyi, mâs nè l’mettez m’ trop lon, què d’pliche el rattraper âjimat.

    C’est des bonnets d’nûti èt des pydjamas pou l’Maûrice?

    Foutez m’ la paix aveu ça!

    Bon. Djè l’mette djusse d’rî l’huche, à gautche.

    Bin djoué, djè v’rèmercie tout plî.

    Dijez, Grougn’resse, si i faut, djè lî bârous bin deux trois conseils, à ç’t’houmme-là.

    Qué conseils?

    On n’sait djamâs, qu’i n’sè plârout m’ das ç’tchambe-ci èt què...

    Èt què quoi?

    V’ez bin saisi, va! Èt djè v’counneus bin!

    Èt qué conseils què v’voûrins lî bailli?

    Ooh! Bin... D’abôrd dè bin s’assurer qu’i n’trîne pont d’parapuie das les environs...

    Câgneux, qu’v’atez! Il est bin al’vé, lu, l’Maurice.

    Vès n’ez djamâs causé d’lu. C’est in ancien?

    Loûgne, què v’atez. C’est m’frère qui vique à Honolulu, su l’île d’Hawaï.

    Ouf! Èt vès n’ez m’ envie d’aller viqui là-bache?

    Djè n’a sais rin, faut voir ç’qu’i va m’raconter...

    Bin mi, dj’y vèrous bin!

    Allez-y, ça m’fârait n’bounne râjon d’ dèmorer touci!

    Vès n’savez c’què v’perdez...

    Ah non? Et quoi, par exempe?

    Les parasols là-bas sant brâmat pus grands qu’nos parapuies!

26 avril 2020...

    Tampir, je voudrais bien vous voir chez moi.

    Bonjour, d’abord, mère Grougn’resse!

    Bonjour, Tampir. Vous viendriez bien une heure ou deux?

    Ben... En principe, on n’a pas le droit de se visiter...

    Je devrai loger quelqu’un la semaine prochaine, et il faudrait remette la chambre en état... Mais je ne saurais pas faire ça toute seule...

    C’est un homme ou une femme?

    Qu’est-ce que ça peut vous faire?

    Si c’est une femme, elle peut bien dormir avec vous, vous avez un  assez grand lit!

    Et si c’est in homme, pourquoi ne pourrait-il pas, lui?

    Oh, mère Grougn’resse, vous faites ce que vous voulez...

    Vous viendrez, ou vous ne viendrez pas?

    Je viendrai sur le coup de quatre heures. Vous faites du si bon café...

    Bonne idée. Je vous attends...

 

...

 

    Que voulez-vous que je fasse?

    Si vous vouliez bien me débarrasser de ces caisses-là, me les mettre au grenier...

    Bon sang, vous en avez mis des encombrants pour qu’il y ait autant de boîtes!

    Faites attention : il y en a des lourdes...

    Et c’est pour loger le Maurice, alors?

    Hein? Comment savez-vous son prénom?

    Ben ce n’est pas compliqué : vous avez laissé traîner la lettre sur la table, et vous l’avez retournée pour mette les tasses. De l’autre côté, il y a un beau timbre. Je n’en ai jamais vu de pareil.

    Vous êtes quand même un sacré curieux!

    Je ne regarde que ce qu’on ne cache pas. Le grand sac, là, faut le mettre avec les caisses?

    Oui, mais ne le mettez pas trop loin, que je puisse le rattraper facilement.

    C’est des bonnets d’nuit et des pyjamas pour le Maurice?

    Fichez-moi la paix avec ça!

    Bon. Je le mets juste derrière la porte, à gauche.

    Bien joué, je vous remercie beaucoup.

    Dites, Grougn’resse, si nécessaire, je lui donnerais volontiers deux-trois conseils, à cet homme-là.

    Quels conseils?

    On ne sait jamais, qu’il ne se plairait pas dans cette chambre-ci et que...

    Et que quoi?

    Vous avez bien compris, va! Et je vous connais bien!

    Et quels conseils voudriez-vous lui donner?

    Ooh! Ben... D’abord de bien s’assurer qu’il ne traîne aucun parapluie dans les environs...

  Tordu, que vous êtes! Il est bien élevé, lui, le Maurice!

  Vous ne m’avez jamais parlé de lui. C’est un ancien?

    Andouille, que vous êtes. C’est mon frère qui habite à Honolulu, à Hawaï.

    Ouf! Et vous n’avez pas envie d’aller vivre là-bas?

    Je ne sais pas, faut voir ce qu’il va me raconter...

    Ben moi, j’irais bien!

    Allez-y, ça me fera une bonne raison de rester ici!

    Vous ne savez pas ce que vous perdez...

    Ah non? Et quoi, par exemple?

    Les parasols là-bas sont bien plus grands que nos parapluies!

19 avri 2020...

    Bondjou, père Tampir. Dj’espère què v’allez bin...

    Bondjou, mère Grougn’resse. Djè sûs heûreûx coumme in prince!

    Oho! V’ez guîgni au lotto?

    Là, dj’y guîgne toutes les s’mînes, pusquè djè n’djoue djamâs!

    Bin alors, qu’est-ç’qui v’arrive?

    Avant èchoi, dj’â eu la livraîson d’ma coummande dè d’tchûz l’Razoguet.

    Ça v’ fât n’belle djambe, ça!

    Et anû, mîme si c’n’est qu’in paû, v’là qu’i plut!

    Ah, bin si ça v’fât plâji, c’est bin ainlà.

    Vès n’counn’chez l’Razoguet, coumme djè vois...

    Das ma jeûnesse, i gn’avout in martchand d’handîs qu’on hutcout l’Razoguet.

    Mère Grougn’resse, dj’avans dèpassé l’èpoque don dèluge, là!

    Coumme djè sûs bin lon, au travî don tèlèphon,e djè v’avoûye in bon côp d’parapuie su la margoulette.

    Vès v’lez què dj’bacâyiche «Aïe!»?

    Dijez m’ putot c’qu’i fât vote Razoguet!

    I vade des grînes et dè d’tafât à r’piquer.

    Aha! Èt v’allez r’piquer èt s’mer toute la djournâye!

    I gn’arout rin d’drole!

    Qu’est-ce què v’mettez, c’t’annâye-ci?

    Des tomates das la serre, des pourettes, des cabus, des carot...

    Djè v’cause dè fleurs, mi!

    Aaah! Djè n’mette què les çounes què v’îmez bin, mère Grougn’resse, des dahlias, des glaïeuls, des tulipes...

    Bin c’est dgentil, ça!

    Dj’a fouilli èchoi, rèt’lé au matin, èt djè sûs prête pour coummaci...

    Mi, djè m’dèmande si dj’vaz r’mette des poiches èç’ t’annâye-ci.

    Pouquoi, don?

    I n’avant rin bailli en 19. Djè crois què dj’ va essayi les z’haricots nains.

    V’ez co pourtant don maû dè v’bachi...

    Ha! Ha! Ha!, c’est malin, hein, ça!

    Oh, mi, djè dis ça èt djè n’dis rin!

    Bin froumez-la, d’abord! Dijez, Tampir, djè venrous bin v’âdi pou vote méche.

    Oh, ma foi... Mas i plut!

    Bin, dj’â in parapuie!

    C’est bin ça qui n’fât m’ èm’ n’affaire!

19 avril 2020...

    Bonjour, père Tampir. J’espère que vous allez bien...

    Bonjour, mère Grougn’resse. Je suis heureux comme un prince!

    Oho! Vous avez gagné au lotto?

    Là, je gagne toutes les semaines, puisque je ne joue jamais!

    Ben alors, qu’est-ce qui vous arrive?

    Avant hier, j’ai eu la livraison de ma commande de chez le Razoguet.

    Ça vous fait une belle jambe, ça!

   Et aujourd’hui, même si ce n’est qu’un peu, voilà qu’il pleut!

   Ah, ben si ça vous fait plaisir, c’est bien comme cela.

   Vous ne connaissez pas le Razoguet, comme je vois...

    Dans ma jeunesse, i y avait un marchand de vêtements qu’on appelait le Razoguet.

    Mère Grougn’resse, nous avons dépassé l’époque du déluge, hein!

    Comme je sais bien loin, au travers du téléphone je vous envoie un bon coup de parapluie su la figure.

    Vous voulez que je crie «Aïe!»?

    Dites-moi  plutôt ce qu’il fait, votre Razoguet!

    I vend des graines et de tout à repiquer.

    Aha! Et vous allez repiquer et semer toute la journée!

    C’est bien possible!

    Qu’est-ce que vous mettez, cette année?

    Des tomates dans la serre, des poireaux, des choux, des carot...

    Je vous parle de fleurs, moi!

    Aaah! Je ne mets que celles que vous aimez bien, mère Grougn’resse, des dahlias, des glaïeuls, des tulipes...

    Ben c’est gentil, ça!

    J’ai bêché hier, passé le râteau ce matin, et je suis prêt à commencer...

    Moi, je me demande si je vais remette des pois cette année.

    Pourquoi, donc?

    Ils n’ont rien donné en 19. De crois que je vais essayer les haricots nains.

    Vous avez pourtant du mal de vous baisser...

    Ha! Ha! Ha!, c’est malin, hein, ça!

    Oh, moi, je dis ça et je ne dis rien!

    Ben fermez-la, d’abord! Dites, Tampir, je viendrais bien vous aider pour votre jardin.

    Oh, ma foi... Mais il pleut!

    Ben, j’ai un parapluie!

    C’est bien ce qui me tracasse!

12 avri 2020...

    Bondjou, la mère Grougn’resse!

    Bin l’bondjou, père Tampir. V’allez bin?

    Djè n’a sais trop rin. Figurez-v’ què dj’â oï à la tèlè qu’on n’poûrrout pus n’aller s’pourmoûner qu’aveu des dgens qui vicant dèsous l’mîme toit!

    Carabistouille! Nè v’tracassez m’ aveu ça. Dj’â ramoûné des mascs èt des gants. Djè rwâtrans c’què v’avez èt on voirait bin c’qu’on peut fâre. Mâs pouquoi c’què ça v’tracasse, don?

    Djè voûrous bin n’aller das les bos, vès savez, l’pètit ètang. Dj’â eune envie carabinée d’aller pètchi toulà.

    Bin, vès n’mîdgez quâsi djamâs d’pèchon!

    C’est l’plâji d’la pètche, mère Grougn’resse. Âque qui m’manque!

    Mi, djè n’veux rin dère, mâs... cè n’est m’ autorisé!

    Qui est-ce qui l’voirait, hm?

    Baillez v’ d’awârde, Tampir. I gn’è tout plî d’mauvaises dgens qui n’sondgeant qu’à fâre des niches aux autes!

    Bon. V’ez p’t-ête râjon. Mâs on peut tout d’mîme n’aller au lac, gn’è rin qui l’interdit.

    Et si l’gârde nous tchût su la bosse?

    Est-ce qu’i nous counneut, soûl’mat?

    Vès risquez n’sacrée amende, mîme co la prîjon!

    Rawaredez n’miette, Mère Grougn’resse, on boque à l’huche...

 

        (...)

 

    Vès n’mè croirez m’, mère Grougn’resse : ç’atout n’clotche qui r’vint d’Rome pou m’dère qu’i vaûrout mieux qu’djè d’moriche à la mâjon anû...

    En’ vès foutez-v’ dè mi, Tampir!

    Ben... Elle avout in kèpi, mâs aveu les dgens qu’allant soûrti maugré l’interdiction, on m’suggère dè n’mi n’aller d’vant l’huche...

    Bon, si elle montet la ruâye, on va boquer à m’n’huche das deux minutes...

    Baillans-nous rendez-vous à la fontîne, Grougn’resse. On s’y assûrait pou mîdgi in tchu d’pî aveu n’trantche dè pî d’tchâ...

    Vès croyez qu’on sè fârait m’ hourbaler?

    D’après l’kèpi, qui m’è dit les controles qu’i fârint, i gn’è qu’toulà qu’on s’rait pajèles.

    Eh bin d’abord, dj’allans fâre ainlà. I n’è resse qu’in affaire à règler.

    Oho, quoi, don?

    Djè n’sais co coummat c’què dj’va dècôper m’masc pou mîdgi sas l’tèrer.

    On fârait djusse coumme pou n’pètite boutchette...

    Bon, c’est dit : djè d’mor’rans à la mâjon, ça vaurait mieux pou tourtous.

    Mâs... Dijez... Ben merte, elle è raccrotchi!

12 avril 2020...

    Bonjour, la mère Grougn’resse!

    Bien le bonjour, père Tampir. Vous allez bien?

—  Je n’en sais trop rien. Figurez-vous que j’ai entendu à la télé qu’on ne pourrait plus aller se promener qu’avec des gens vivant sous le même toit!

   Calembredaine! Ne vous tracassez pas pour ça. J’ai rapporté des masques et des gants. Nous verrons ce que vous avez et on verra bien ce qu’on peut faire. Mais pourquoi donc est-ce que ça vous tracasse?

    Je voudrais bien aller dans les bois, vous savez, le petit étang. J’ai une folle envie d’aller pêcher là.

    Ben, vous ne mangez quasi jamais de poisson!

    C’est le plaisir de la pêche, mère Grougn’resse. Quelque chose qui me manque!

    Moi, je ne veux rien dire, mais... ce n’est pas permis!

    Qui est-ce qui le verra, hm?

    Prenez garde, Tampir. Il y a beaucoup de mauvaises gens qui ne pensent qu’à faire des mauvais coups aux autres!

    Bon. Vous avez peut-être raison. Mais on peut quand même aller au lac, rien ne l’interdit.

    Et si le garde nous tombe sur le dos?

    Est-ce qu’il nous connaît, seulement?

    Vous risquez une forte amende, et même la prison!

    Attendez un peu, Mère Grougn’resse, on frappe à ma porte...

 

        (...)

 
    Vous ne me croirez pas, mère Grougn’resse : c’était une cloche qui revient de Rome pour me dire qu’il vaudrait mieux que je reste à la maison aujourd’hui...

    Ne vous fichez pas de moi, Tampir!

    Ben... Elle avait un képi, mais avec les gens qui vont sortir malgré l’interdiction, on me suggère de ne pas mettre les pieds dehors...

    Bon, si elle monte la rue, on va frapper à ma porte dans deux minutes...

    Donnons-nous rendez-vous à la fontaine, Grougn’resse. On s’y assiéra pour manger un bout de pain avec une tranche de pain de viande...

    Vous croyez qu’on ne va pas se faire remballer?

    D’après le képi, qui m’a cité les contrôles qu’ils feront, il n’y a que là qu’on sera tranquilles.

    Eh bien alors nous allons faire comme cela. Il ne me reste qu’un point à régler.

    Oho, quoi, donc?

    Je ne sais pas encore comment je vais découper mon masque pour manger sans l’enlever.

    On fera juste comme pour un petit baiser...

    Bon, c’est dit : nous resterons à la maison, ça vaudra mieux pour tout le monde.

    Mais... Dites... Ben merde, elle a raccroché!

5 avri 2020...

    Coummat ç’qu’allez-vous, Tampir, coumme dèrout la Fifine don Glambire das L’Oscar èt l’Alfred à l’icole?

    Wâye, mère Grougn’resse, vès v’mettez à lîre, à ç’t’heûre? Bin l’bondjou, là. Ça vèrait. Mâs on sate quand mîme bin qu’i gn’è âque qui n’toûne mi rond.

    Dèmî, i va fâre in taps quâsi d’èté.

    Dj’y â sondgi, mère Grougn’resse. Dj’â r’netti l’barbacu. Vès venrez pou onze heûres èt d’mie, èt djè fârans tafât van l’huche, dè l’apèro djusqu’au cafè.

    Vès n’ez m’ peur don virus?

    Djè restans bin tchûz nous dèdpûs qu’i-s avant dit dè n’pus sorti. Djè n’â vû pachoûne dè la s’mîne.

    Coumme mi. La Gloria don Cugnet m’è fât mes coummissions. Elle avout in max èt des gants. Elle è lâyi les satches dèvant m’n’huche, è prins l’enveloppe aveu les sous èt mi, dj’â rawardé deux heures avant d’ratrer les affaires.

    Djè l’savous bin, mère Grougn’resse : elle è fât mes coummissions ètou èt dj’a fât pareil.

    Adon, on n’sarout ète malate.

    Coumme vès dijez. Djè fârans tout d’mîme attention. Vès mettrez vote max èt vos gants pou v’nu. On n’sait djamâs, si v’racontrint quèqu’inque qui v’caus’rout.

    Djè mè l’dijous. Djè venrâ aveu n’bounne boutèle. Don Côtes dè Nûtis...

    Et djè s’râs rèsounnâbe, djè fârâ coumme aveu les coummissions : deux heures su l’coté avant dè v’toutchi!

    C’est ça! v’allez fâre aveu mi djusse coumme aveu in satche dè crombîres!

    Ooooh... Djè n’dis m’ ça, mère Grougn’resse, ça n’s’rout m’ dgentil pou l’satche dè crombîres...

    Ah! Sacré vara d’milliard dè djeus d’nom di djo d’pètardise...

    Hôlà! Qu’est-ce qui v’prins, tout d’in côp?

    Dj’a roubli m’parapuie!

    Pont d’tchance, djè n’a-n â m’ soulmat inque à v’prêter... Mâs i n’va m’ plûre, vès savez...

    Djè m’foute don taps, niche carcan qu’v’atez! C’est pou vès l’foute su la caf’tière!

    Hâye don là, mère, Grougn’resse, vès courez co pus vite què djè n’vè tade la pertche! D’abôrd, si on nous voyout causer ainlà au mîtant don caniveau, on s’fârout en’gueûler.

    Vès n’valez fin rin, Tampir. Allèz, djè m’a r’va. V’ez co don calvados?

    Et co d’la mirâbelle dè paysan.

    Hum... Ça va co ête âque dèmî après l’dîner!

    Oyi, i m’sène ètou. V’allez co v’assoquer direc après l’deuxîme poûsse-cafè!

    Ça m’ètounn’rout, Tampir. On è l’taps trop long da la s’mîne pou l’dèchèrer l’dîmatche. A d’mî, père Tampir.

    A d’mî, mère Grougn’resse, aveu n’bounne côte dè bu!

5 avril 2020...

    Comment est-ce qu’allez-vous, Tampir, comme dirait la Fifine Glambire dans L’Oscar èt l’Alfred à l’icole?

    Tiens, mère Grougn’resse, vous vous mettez à lire, maintenant? Bien le bonjour, n’est-ce pas. Ça ira, mais on sent quand même bien qu’il ya quelque chose qui ne tourne pas rond.

    Demain, il va faire un temps quasi d’été.

    J’y ai pensé, mère Grougn’resse. J’ai renettoyé le barbecue. Vous viendrez pour onze heures et demie, et nous ferons tout dehors, de l’apéro jusqu’au café.

    Vous n’avez pas peur du virus?

Nous restons bine chez nous depuis qu’ils ont dit de ne plus sortir. Je n’ai vu personne de la semaine.

  Comme moi. La Gloria du Cugnet m’a fait mes courses. Elle avait un masque et des gants. Elle a laissé les sacs devant ma porte, a pris l’enveloppe avec l’argent et moi, j’ai attendu deux heures avant de rentrer les affaires.

    Je le savais, mère Grougn’resse : elle a fait mes courses aussi et j’ai fait pareil.

    Donc, on ne saurait pas être malade.

    Comme vous dites. Nous ferons quand même attention. Vous mettrez votre masque et vos gants pour venir. On ne sait jamais, si vous rencontriez quelqu’un  qui parle avec vous.

    Je me le disais. Je viendrai avec une bonne bouteille. Du Côtes de Nuits...

  Et je serai raisonnable, je ferai comme avec les courses : deux heures sur le côté avant de vous toucher!

 C’est cela! Vous allez faire avec moi juste comme avec un sac de pommes de terre!

    Ooooh... Je ne dis pas cela, mère Grougn’resse, ça ne serait pas gentil pour le sac de patates..

    Ah! Sacré bon sang  de milliard des dieux de nom di casse de pétardées...

-—   Hôlà! Qu’est-ce qui vous prend, tout à coup?

    J’ai oublié mon parapluie!

    Pas de chance, je n’en ai même pas un à vous prêter... Mais il ne va pas pleuvoir, vous savez...

    Je me fiche du temps, crapuleux que vous êtes! C’est pour vous le flanquer sur la cafetière!

    Allez, donc, mère, Grougn’resse, vous courez encore plus vite que je ne vous tends la perche! D’abord, si on nous voyait parler ainsi au milieu du caniveau, on se ferait réprimander.

    Vous ne valez vraiment rien, Tampir. Allez, je rentre chez moi. Vous avez encore du calvados?

    Et aussi de la mirabelle de paysan.

    Hum... Ça va encore être quelque chose demain après le dîner!

    Oui, il me semble aussi. Vous allez de nouveau vous endormir tout de suite après le deuxième pousse-café!

    Ça m’étonnerait, Tampir. On a le temps trop long dans la semaine pour le gaspiller le dimanche. A demain, père Tampir.

    A demain, mère Grougn’resse, avec une bonne côte à l’os!

29 mârs 2020...

    Allo, Tampir?

    Bondjou, mère Grougn’resse. V’allez bin?

    Mi co d’trop.

    On est co r’voûye pou n’quinzîne!

    Tout djusse. Co bon qu’les bènèvoles fayant nos coummissions.

    Ça fât tout d’mîme long... I fât bon, on vèrout bin s’pourmoûner in paû...

    Bin, l’aute côp, vès n’ez m’ vèlu!

    A c’theûre, dj’â c’qu’i faut : des gants d’baudruche èt des masques. Et djè n’atans qu’à deûx

    Où c’què v’ez eû ça?

    Dje les â, c’est l’principâl.

    Eh bin ça va, allans djusqu’au bos!

    Doûç’mat, hein, mère Grougn’resse, i n’est m’ question d’n’aller batifoler su les feuilles moûrtes!

    Aveu l’froid d’canar, vès n’arains m’ dè quoi, hé, vî pal’tot!

    Allèz, c’est d’jà r’voûye.

    Vès passez tout d’chûte?

    El taps d’arriver. Mâs attention, hein, distance!

    Bah, aveu les masques, on peut s’contenter d’in mète.

    Bei djè v’ramoûn’râ l’parapuie qu’v’ez roubli l’dârin côp, i nous servirait à meus’rer la distance atère nous deux!

 
...

 
    Tènez, mère Grougn’resse, mettez vote masque èt vos gants.

    Wâye, dj’a-n’avous roubli deux, des parapuies?

    Non.net, mère Grougn’resse. Mâs i gn’a-n è inque dè sècurité.

    Bin aveu l’mienne, ç’atout assez pmou meus’rer la distance... Mâs... Oyi, à l’aller, bin sûr.

    Bin, au r’tou ètou, là, Grougn’resse...

    A m’n’avis, au r’tou, i n’fârait pus la mîtant d’in mète.

    Dj’â peur dè comprenre...

    V’ez bin saisi : djè v’l’arâ sûr broyi su la hanette avant d’rèvnu.

    Djè crois qu’dj’arous dû n’aller voir el Popol dè la Mèlie avant d’vènu.

    Pouquoi, don?

    Il è atu contaminé pa sa nièce.

    Et alors?

    Djè v’arous r’filer l’virus èt ça m’arout fât des vacances.

    Tchiès, vî canasson!

    Aaaaah! Vîe mégère, què v’atez, vè m’là co aveu n’bosse.

    Watez dè v’tènu à cârreau : i gn’è co in deuxîme pèpin pou l’rètou! Mâs si vès v’lez, vès plez n’aller à la clinique...

    I fayant d’jà assez d’heûres ainlà sas co s’occuper d’mes p’tits bobôs à la tîte.

    Vès n’arez m’ put-être el choix quand on r’venrait!

    Vès nb’ez don d’respect pou pachoûne?

    Bin sûr què si, Tampir. Djè les rabrache tourtous, docteurs, infirmières èt infirmiers. Et n’vès tracassez m’ : djè fârâ l’infirmière aveu vous si i faût.

    Faurout djà què v’cour’rins aussi vite què mi, là, la mère! 

29 mars 2020...

    Allo, Tampir?

    Bonjour, mère Grougn’resse. Vous allez bien?

    Pas trop.

    On est encore repartis pour une quinzaine!

    Tout juste. Heureusement que les bénévoles font nos courses.

    Ça devient quand même long... Il fait bon, on irait bien se promener un peu...

    Ben, l’autre jour, vous n’avez pas voulu!

    Maintenant, j’ai ce qu’il faut : des gants de baudruche et des masques. Et on n’est que deux.

    Où avez-vous eu ça?

    Je les ai, c’est le principal.

    Eh bien ça va, allons jusqu’au bois!

    Doucement, hein, mère Grougn’resse, il n’est pas question d’aller batifoler sur les feuilles mortes!

    Avec le froid de canard, vous n’auriez pas de quoi, hé, vieux machin!

    Allez, c’est déjà reparti.

    Vous passez tout de suite?

    Le temps d’arriver. Mais attention, hein, distance!

    Bah, avec les masques, on peut se contenter d’un mètre.

    Ben je vous rapporterai le parapluie que vous avez oublié la dernière fois, il nous servira à mesurer la distance entre nous deux!

 
...


    Tenez, mère Grougn’resse, mettez vote masque et vos gants.

    Tiens, j’en avais oublié deux, de parapluies?

    Non, mère Grougn’resse. Mais il y en a un de secours.

    Ben, avec le mien, c’était assez pour mesurer la distance... Mais... Oui, à l’aller, bien sûr.

    Ben, au retour aussi, hein, Grougn’resse...

    A mon avis, au retour, il ne fera plus que la moitié d’un mètre.

    J’ai peur de comprendre...

    Vous avez bien saisi : je vous l’aurai certainement cassé sur la tête avant de revenir.

    Je crois que j’aurais dû aller voir le Popol de la Mélie avant de venir.

    Pourquoi, cela?

    Il a été contaminé par sa nièce.

    Et alors?

    Je vous aurais refilé le virus et ça m’aurait fait des vacances.

    Tiens, vieux canasson!

    Aaaaah! Vieille mégère, que vous êtes, me revoilà avec une bosse.

    Tachez de vous tenir à carreau : il reste un deuxième pépin pour le retour! Mais, si vous voulez, vous pouvez aller à la clinique...

    I font déjà assez d’heures sans s’occuper en plus de mes petits bobos à la tête.

    Vous n’aurez  peut-être plus le choix quand on reviendra!

    Vous n’avez donc de respect pour personne?

    Bien sûr que si, Tampir. Je les embrasse tous, docteurs, infirmières et infirmiers. Et ne vous tracassez pas : je ferai l’infirmière avec vous s’il le faut.

    Faudrait déjà que vous courriez aussi vite que moi, hein, la mère!

22 mârs 2020...

    Allô?

    Allô, c’est vous, Tampir?

    Bin qui est-ce què ç’srout, mère Grougn’resse, si c’est m’limèro qu’v’ez fât?

    Qu’est-ce què v’fayez?

    Bin, ma foi, djè r’netti in paû la cassine, djè fâs des p’tites rèparâtions, èt djè r’wâte in paû la tèlè.

    Mi, djè m’annoûye...

    Vès n’sarins tricoter âque, fâre des napp’rons au crotchet, dessiner, fâre èm’ portrait...

    Djè n’sais rin fâre dè tout ça! Sauf pou vote portrait : eune crombîre ratatinâye, in radis pou l’mîtan, deux feuilles dè salade pou les oreilles èt in pau d’cressonnette pou l’dessus...

    Aaaaaaah! On sate bin qu’v’ez l’âme d’in artisse, Grougn’resse. Djè v’fâs bin des complîmats. A in aute côp, là...

    Hé, rawardez n’miette!

    Quoi, v’ez roubli la casserole pou l’tchapî?

    Vès n’vèlez m’ vènu tchûz mi?

    Ah bin non.net, là, mère Grougn’resse. On n’è m’ el droit èt i gn’è des controles. I n’mè lâyrant djamâs passer, surtout si djè loûs-y dit què dj’va tchûz vous...

    Allèz, là, Tampir, i gn’è pont d’controle dans les p’tits villadges, don...

    Put-ête, mâs l’problème cè n’est-m’ ça. S’fâre verbaliser pa la marèchaussée, cè n’estr m’ d’jà foût tordant, mâs penre des risques aveu les virus pou deux côps rin, cè n’est m’ permis!

    Bin djè v’rèmercie pou les deux côps rin!

    Djè n’vèlous m’ dère ça, Grougn’resse. Mâs i gn’è pont d’urdgence, pont nècessité qu’on sarout rattade...

    C’est urdgent pour mi d’voir quèqu’inque! Djè s’râ la pus dgentîte dè toutes les feummes, djè fârâ tout c’què v’voûrez...

    Mîme in am’lette aveu des aubussons?

    Cè n’est m’ à ça què dj’sondjous...

    Choûtez bin, mère Grougn’resse : i n’est m’ question qu’dj’alliche tchûz vous ni co tchûz qui què ç’souche. On nous d’mande dè d’morer à la mâjon pou des bounne râjons, èt djè n’boudg’râ m’.

    Bin... Djè... Djè poûrrous v’nu tchûz vous. Djè mett’râ deux trois boutèles das m’cabas, deux trois denrâyes et...

    Allo, Grougn’resse... Pachoûne nè soûrt, èt pûs c’est tout. Les hopitaux atant plîs èt les çounes qui sant toulà pou sougni les dgens n’a soûrtant djà pus.

    Bin ç’côp-là, vès causez coumme si dj’avous la maladie!

    Vès savez quoi, mère Grougn’resse : dj’allans nous tèlèphoner deux côps tous les djous. Ça pass’rait l’taps.

    Mâs dè quoi ç’què dj’allan,s causer, don?

    Djè v’racontrâ tchaque côp in histoire. Djè coummaç’râ pa l’pètit Pûchet.

    Bin... Cè n’est wâ interressant...

    Vès n’la counn’chez m’ coumme mi, mère Grougn’resse. Djè l’â in paû r’minche au goût don djou. V’a pâm’rez co in heure après!

    Haye, ça s’rait toudjous ça d’prins... A t’ t’à l’heûre...

    Oyi, mère Grougn’resse, à t’t’à l’heûre!

22 mars 2020...

    Allô?

    Allô, c’est vous, Tampir?

   Ben qui est-ce que ça serait, mère Grougn’resse, si c’est mon numéro que vous avez composé?

    Qu’est-ce que vous faites?

  Ben, ma foi, je re-nettoie  in peu la maison, je fais des petites réparations, et je regarde la télé.

    Mi, je m’ennuie...

 Vous ne sauriez pas tricoter quelque chose, faire des napperons au crochet, dessiner, faire mon portrait...

    Je ne sais rien faire de tout ça! Sauf pour vote portrait : une patate ratatinée, un radis pour le milieu, deux feuilles de salade pour les oreilles et un peu de cressonnette pour le dessus...

    Aaaaaaah! On sent bien que vous avez l’âme d’une artiste, Grougn’resse. Je vous fais bien des compliments. A une autre fois, là...

    Hé, attendez un peu!

 Quoi, vous avez oublié la casserole pour le chapeau?

    Vous ne voulez pas venir chez moi?

    Ah ben non, hein, mère Grougn’resse. On n’a pas le droit et il y a des contrôles. Ils ne me laisseront jamais passer, surtout si je leur dit que je vais chez vous...

    Allez, donc, Tampir, in n’y a pas de contrôle dans les petits villages, hein...

    Peut-être, mais le problème ce n’est pas cela. Se faire verbaliser par la maréchaussée, ce n’est déjà pas très marrant, mais prendre des risques avec les virus pour deux fois rien, ce n’est pas permis!

    Ben je vous remercie pour les deux fois rien!

    Je ne voulais pas dire ça, Grougn’resse. Mais il n’y a pas d’urgence, pas de nécessité qui ne saurait attendre...

    C’est urgent pour moi de voir quelqu’un! Je serai la plus gentille de toutes les femmes, je ferai tout ce que vous voudrez...

    Même une omelette aux champignons?

    Ce n’est pas à ça que je pensais...

    Écoutez bine, mère Grougn’resse : il n’est pas question que j’aille chez vous ni chez qui que ce soit. On nous demande de rester à la maison pour de bonnes raisons, et je ne bougerai pas.

    Ben... Je... Je pourrais venir chez vous. Je mettrai deux-trois bouteilles dans mon cabas, deux-trois victuailles et...

    Allons, Grougn’resse... Personne ne sort, un point, c’est tout. Les hôpitaux sont pleins et ceux qui sont là pour soigner les gens n’en sortent déjà plus.

    Ben ce coup-là, vous parlez comme si j’avais la maladie!

    Vous savez quoi, mère Grougn’resse : nous allons nous téléphoner deux fois par jour. Ça passera le temps.

    Mais...  de quoi allons-nous parler, donc?

    Je vous raconterai chaque fois une histoire. Je commencerai par le petit Poucet.

    Ben... Ce n’est pas vraiment intéressant...

    Vous ne la connaissez pas comme moi, mère Grougn’resse. Je l’ai remise un peu au goût du jour. Vous en pâmerez encore une heure après!

    Bon, ce sera toujours ça de pris... A tout à l’heure...

    Oui, mère Grougn’resse, à tout à l’heure!

15 mârs 2020...

    Bondjou, père Tampir.

    Bondjou, mère Grougn’resse. Vès v’nez aveu mi?

    Et doù ç’què v’allez?

    Djè m’va boire in cafè et n’chope tchûz la grosse Zûlma.

    C’est froumé.

    Bin djè verans tchûz l’Alice don Teuteu.

    C’est froumé.

    Oho! Ben allans tchûz l’grand Paulin, alors.

    C’est froumé ètou.

    Bin i dèv’nant tourtous fin fous, d’froumer tourtous assène!

    Vès n’lîjez m’ les gazettes?

    Djè n’ m’a sîrve què pou all’mer l’fû. C’est l’Irma d’à coté qui m’baille les siennes.

    Vès n’rèwâtez m’ la tèlè, vès n’choûtez m’ el posse?

    Ah non.net, hein! Mârre dè zous carabistouilles. Et djè n’sais c’qu’i-s a v’lant pou l’ moumat au roi, mâs on n’cause què d’lu, èt pou l’décalander, co.

    Ah bon? Djè n’â rin oï dère, mi...

    V’all’mez vote posse èt vès n’oyez qu’ça : la couronne à virus. Et on n’baille soûlmat pont d’nouvelles dè sa santé, on dit rin d’la Mathile, alors mi, dj’â côpé tafât. C’est pou ça qu’j’allous aux nouvelles, aux intèressantes, das l’cafè l’pus près.

    V’atez sûr in paû deur dè la feuille, ou bin v’atez in sacré loûgne! On n’cause  què don co ro na vi rus, on n’dit rin d’la couronne, sacré imbècile què v’atez!

    Ah! Wâtez d’rester polie, Grougn’resse, pasque ç’côp-ci, c’est mi qu va v’rôter vote parapuie èt v’ el broyi su la hanette!

    Mâs...

    Et ça n’s’rout qu’djustice! Djè n’doûrous m’ soûl’mat m’rèt’nu!

    Mâs, sacré vara d’houmme, dj’atans tourtous en quarantîne!

    Djè m’foute qu’on souche quarante ou cinquante, qu’on m’foutiche la paix aveut ces clôwn’ries-la!

    Tampir, choûtez n’miette : tafât va froumer, cafès, restaurants, espôsitions, les icoles...

    Aha, on n’è m’co assez d’ingâres ainlà!

    Si c’est vous què v’causez, v’ez mins l’doigt d’sus.

    Mâs djè...

    Tâjez-v’ in paû, cré pètard! Gn’è eune èpidèmie das l’monde, c’est voûye dè la Chine pou v’nu touci. La contaminâtion fât peur à tourtous et on veut arrêter ça! Pus pont d’rèunions ou d’assoç’nadges, mîme si c’est deux-trois dgens! V’ez fât des provisions?

    Dj’â à mîdgi pou n’sèmîne. Dj’â co fât trois pâtés d’tchâ èchoi, èt djè n-n’â condg’lé deux au matin.

    V’ez co d’l’âwe?

    Plî l’robinet.

    Et si elle atout contaminâye, au robinet?

    Djè vèrous tchûz n’copine qu’habite su l’haut don villadge. Elle fât toudjous des rèserves d’âwe, èt à coté d’ça, elle è n’bounne câve!

    Et vès croyez qu’djè v’lây’rous ratrer!

    Bin dj’a sûs sûr, allez, m’pètit pouillon.

    V’atez d’la r’vue! Pus d’contac, qu’i-s avant dit! On n’peut pus sârer les mîs et on n’peut pus fâre dè boutchettes, rin d’tout ça.

    Dj’a r’va tchûz mi. C’est co toulà qu’è dj’s’râ l’mieux.

    Mâs... Vès p’lez tout d’mîme vènu tchûz mi, savez-v’...

    C’est froumé!

15 mars 2020...

    Bonjour, père Tampir.

    Bonjour, mère Grougn’resse. Vous venez avec moi?

    Vous allez où?

    Je va prendre un café et une chope chez la grosse Zulma.

    C’est fermé.

    Ben on ira chez l’Alice du Teuteu.

    C’est fermé.

    Oho! Ben allons chez le grand Paulin, alors.

    C’est fermé aussi.

    Ben ils deviennent tous fin fous, de fermer tous en même temps!

    Vous ne lisez pas les journaux?

    Je ne m’en sers que pour allumer le feu. C’est l’Irma d’à côté qui me donne les siens.

    Vous ne regardez pas la télé, vous n’écoutez pas la radio?

  Ah non, hein! Marre de leurs carabistouilles. Et je ne sais ce qu’ils ont pour le moment contre le roi, mais on ne parle que de lui. Et pas en bien, en plus!

    Ah bon? Je n’ai rien entendu dire, moi...

 Vous allumez votre radio et vous n’entendez que ça : la couronne à virus. Et on ne donne même pas de nouvelles de sa santé, on dit rien de Mathilde, alors moi, j’ai coupé tout. C’est pour ça que j’allais aux nouvelles, intéressantes, au café le plus proche.

    Vous êtes sûrement un peu dur de la feuille, ou bien vous êtes une sacrée andouille! On ne parle  que du coronavirus, on ne dit rien de la couronne, sacré imbécile que vous êtes!

    Ah! Tâchez de rester polie, Grougn’resse, parce que cette fois-ci, c’est moi qu vais vous prendre votre parapluie et vous le casser sur la tête!

    Mais...

    Et ça ne serait que justice! Je ne devrais même pas me retenir!

    Mais, sacré fichu bonhomme, Nous sommes tous en quarantaine!

    Je me fous qu’on soit quarante ou cinquante, qu’on me fiche la paix avec ces conneries-là!

    Tampir, écoutez un peu : tout va fermer, cafés, restaurants, expositions, les écoles...

    Aha, on n’a pas encore assez d’ignares comme ça!

    Si c’est de vous que vous parlez, vous avez mis le doigt dessus.

    Mais je...

    Taisez-vous un peu, sacré pétard! Il y a une épidémie mondiale, c’est parti de Chine pour arriver ici. La contamination inquiète tout le monde et on veut arrêter ça! Plus de réunions ou de rassemblements, même si c’est deux ou trois personnes! Vous avez fait des provisions?

    J’ai à manger pour une semaine. J’ai encore fait trois pâtés gaumais hier, et j’en ai congelé deux ce matin.

    Vous avez encore de l’eau?

    Plein le robinet.

    Et si elle était contaminée, au robinet?

    J’irais chez une copine que habite sur le haut du village. Elle fait toujours des réserves d’eau, et à côté de ça, elle a une bonne cave!

    Et vous croyez que je vous laisserais entrer!

    Ben j’en suis sûr, allez, mon petit poussin.

    N’y comptez pas! Plus de contact, ont-ils dit! On ne peut plus se serrer la main et on ne peut plus donner de bisous, rien de tout cela.

    Je rentre chez moi. C’est encore là que je serai le mieux.

    Mais... Vous pouvez quand même venir chez moi, vous savez...

    C’est fermé!

8 mârs 2020...

    Ah! V’là la mère Grougn’resse!

    Où c’què v’allez, Tampir?

    Paraîtrout qu’i gn’è âque su la place, djè va voir.

    Oï, eune fîte pou les feummes.

    Pou les feummes?

    Pou l’ègalité des feummes.

    Ben pou ça, djè l’â toudjous dit, elles sant tourtoutes pareilles, gn’a-n è m’eune pou rèl’ver l’aute!

    Fayez attention à c’què v’dijez, là!

    Hâye, i gn’è bin quéqu’s exceptions...

    V’ez des exempes?

    Bin v’atez l’preumi : v’atez co pîre à vous toute seûle què toutes les autes assène!

    V’allez co m’fâre dèmoli in parapuie, sacré mille pètards!

    Djè vès l’dijous!

    Alors, pouquoi c’què v’allez su la place?

    Bin djè v’fâs martchi, allo, Grougn’resse. L’ègalité complète, c’est n’ânerie. Mâs i gn’è tout plîs d’affaires qu’elles mèrit’rint qu’on lous-y foutiche la paix ou qu’on les lâyiche fâre èç qu’elles vèlant.

    Et pouquoi ç’què vès n’vèlez m’ l’ègalité complète?

    Ça n’è pont d’sens! Djè n’poûrtrans djamâs d’afant, nous autes. Et i gn’è tout plî d’mètis qu’les feummes n’avant m’ assez d’foûrce pou les fâre. Coumme y gn’è des mètis qu’elles nè lâyant pont d’place aux hoummes!

    Mâs dj’avans des droits, tout d’mîme!

    Là, Grougn’resse, pont d’dicussion : dj’avans tourtous èt tourtoutes les mîmes droits.

    V’ez oyi combin d’gens qu’ant atu violés surtout das zoû jeunesse?

    Dj’a-n â atu estoumaqué! Djè m’dis què c’n’est dieu possibe!

    Et das qué circonstances què v’s’ins l’pus tolèrant aveu l’violeur, vous?

    I gn’è d’jà âque qui n’va m’ das vote question, mère Grougn’resse.

    Et quoi, don?

    I gn’è deux mots qu’on peut djamas mette assène : viol èt tolèrance. On n’sarout tolèrer in viol, à n’impoûrte quél âdge. Soûlmat, i faurout qu’les feummes admettinchent qu’elles nè sant m’ les seûles à victimes, qu’i gn’è des gamins et mîme des hoummes qui passant à la casserole maugré zoux, èt mîme pa des côps violés pa des feummes! Mâs djè n’â djamâs oyi dère qu’on avout arrèté n’feumme pou ça.

    Allèz, allans su la place.

    Vès v’nez aveu mi?

    Si vès v’lez bin.

    Mâs on passe dans in tch’min aveu des buchons èpais...

    Vès n’vèrins m’y culbuter, tout d’mîme!

    Ah... On n’sait djamâs... Mâs dè toute manière, djè sais bin què v’rattadrins qu’on aviche fât pou bacâyi au s’cours èt au viol! Aïe! Aaahhh! Ma pauve tîte.

    Merte, mille djux! In parapuie tout nû...

mars 2020...

    Ah! Voilà la mère Grougn’resse!

    Où allez-vous, Tampir?

 Paraît qu’il y a quelque chose sur la place, je vais voir.

    Oui, une fête pour les femmes.

    Pour les femmes?

    Pour l’égalité des femmes.

    Ben pour ça, je l’ai toujours dit, elles sont toutes pareilles, l n’y en a pas une pour relever l’autre!

    Faites attention à ce que vous dites, hein!

    Bon, il y a bien quelques exceptions...

    Vous avez des exemples?

    Ben vous êtes le premier : vous êtes encore pire à vous toute seule que toutes les autres ensemble!

    Vous allez encore me faire démolir un parapluie, sacré mille pétards!

    Je vous le disais!

    Alors, pourquoi allez-vous sur la place?

  Ben je vous fais marcher, allons, Grougn’resse. L’égalité complète, c’est une ânerie. Mais il y a beaucoup de situations où elles mériteraient qu’on les laisse tranquilles ou qu’on les laisse faire ce qu’elles veulent.

    Et pourquoi ne voulez-vous pas l’égalité complète?

    Ça n’a pas de sens! Nous ne porterons jamais d’enfant, nous autres. Et il y a beaucoup de métiers pour lesquels la plupart des femmes n’ont pas assez de force pour les exercer. Comme il y a des métiers où elles ne laissent pas de place aux hommes!

    Mais nous avons des droits, quand même!

    Là, Grougn’resse, pas de discussion : nous avons tous et toutes les mêmes droits.

    Vous avez entendu  combien de gens ont été violés surtout dans leur jeunesse?

    J’en ai été estomaqué! Je me dis que ce n’est pas dieu possible!

    Et dans quelles circonstances seriez-vous le plus tolérant avec le violeur, vous?

    Il y a quelques chose qui ne va pas dans votre question, mère Grougn’resse.

    Et quoi, donc?

    Il y a deux mots qu’on ne peut jamais associer : viol et tolérance. On ne saurait tolérer in viol, à n’importe quel âge. Seulement, il faudrait que les femmes admettent qu’elles ne sont pas les seules à être victimes, qu’il y a aussi des gamins et même des hommes qui passent à la casserole malgré eux, et même parfois violés par des femmes! Mais je n’ai jamais entendu dire qu’on avait arrêté une femme pour ça.

    Allez, allons sur la place.

    Vous venez avec moi?

    Si vous voulez bien.

    Mais on passe dans un chemin avec des buissons épais...

    Vous n’n’iriez pas m’y culbuter, tout d’même!

    Ah... On ne sait jamais... Mais de toute manière, je sais bien que vous attendriez qu’on ait fini pour crier au secours et au viol! Aïe! Aaahhh! Ma pauvre tête.

    Merde, mille djux! Un parapluie tout neuf...

Preumî mârs 2020...

    Holà, la mère Grougn’resse, vès v’avez co fât bin belle anû!

    Bondjou, Tampir. Aveu vous, on n’sait djamâs si v’fayez in complîmat ou si vès v’foutez d’ma poire!

    I gn’è pont d’foutadge das ma dijâye, mère Grougn’resse. Mâs on dèrout què la sortie d’l’hivîr v’è douvî l’huche...

    Dj’avous dujette dè m’sate coumme eune fleûr, alors dj’a-n n’â mins deux-trois su m’tchapî èt deux-trois après ma cotte.

    Il è co pourtant r’neidgi n’miette èç’ nûtie-ci.

    Choûtez, Tampir, on è fât les grands fûs in paû pa d’tavaû. L’bounhoumme hivîr tripèle co in paû par ci-par là, mâs i-l è bin comprins qu’i-l atout taps qu’i-l a n’alliche!

    Grougn’resse, dj’allans v’bailli râjon. I n’fât m’ tchaud, mâs i gn’è in bî s’lo. Fayans note preumi barbecue d’l’annâye!

    V’atez fin fou, ma parole!

    In paû coumme vous, mère Grougn’resse.

    El Blanc est douvî anû au matin, dj’y allans?

    Direc! Mâs n’dijez rin d’note idée, là!

    Ça v’dèrous n’bounne côte à l’os?

    S’i-l a-n è n’belle bin èpaisse, on saute dèssus! Trois-quate saucisses au froumatche pour què l’fû perniche bin...

    In n’fât pont d’saucisses au froumatche avant l’èté, là...

    On a penrait des autes!

...

    Djè mette el fû en route, Grougn’resse, si v’ vèlez, on va mette cûre des grosses crombîres aveu la pèlette, èt on les r’pass’rait su la grille avant d’les mîdgi.

    Oyi, Tampir, mâs vès roubliez âque.

    Oho! Et quoi, don?

    Vè n’ez pont d’apèro?

    Oohh! Djè va quîre el Ricard, on va fâre coumme en èté.

    À la bounne heûre! El taps qu’v’y atez, montez in p’tit rosé ou in bon roudge, coumme vès v’lez...

    In roudge pou la côte...

    Vadu! Vès savez quoi, Tampir?

    Dijez toudjous...

    I m’sène què l’annâye coummace trop bin.

    V’ez douvî l’bâl dè l’annâye aveu vos fleûrs, Grougn’resse. Mi djè dèrous qu’elle coummace bin, c’est tout.

    Oyi, mâs d’mî, on va dj’a s’r’engueûler coumme des sacrés aradgis!

    Si v’fayez in effoûrt, djè veux bin m’târe.

    Allèz, au moins, ça noua arait fât deux belles djournâyes! À la vote!

    À la vote, mère Grougn’resse!

1er mars 2020...

    Holà, mère Grougn’resse, vous vous êtes encore faite bien belle aujourd’hui!

    Bonjour, Tampir. Avec vous, on ne sait jamais si vous faites un compliment ou si vous vous payez ma tête!

    Il n’y a pas d’ironie dans mon propos, mère Grougn’resse. Mais on dirait que le printemps vous a ouvert la porte...

    J’avais besoin de me sentir comme une fleur, alors j’en ai mis deux-trois sur mon chapeau et deux-trois à ma robe.

    Il a encore pourtant reneigé un peu cette nuit.

    Écoutez, Tampir, on a fait les grands feux un peu partout. Le bonhomme hiver se balade encore par ci-par, là, mais il a bien compris qu’il était temps qu’il s’en aille!

    Grougn’resse, nous allons vous donner raison. Il ne fait pas chaud, mais il fait un beau soleil. Faisons notre premier barbecue de l’année!

    Vous êtes fin fou, ma parole!

    Un peu comme vous, mère Grougn’resse.

    le Blanc est ouvert aujourd’hui matin, on y va?

    Illico! Mais ne dites rien de notre projet!

    Ça vous dirait, une bonne côte à l’os?

    S’il en a une belle, bien épaisse, on saute dessus! Trois-quatre saucisses au fromage pour que le feu prenne bien...

    Il ne fait pas de saucisses au fromage avant l’été, vous savez...

    On en prendra des autres!

...

    Je mets le feu en route, Grougn’resse, si vous voulez, on va mettre cuire des grosses pommes de terre avec la peau, et on les repassera sur la grille avant de les manger.

    Oui, Tampir, mais vous oubliez quelque chose.

    Oho! Et quoi, donc?

    Vous n’avez pas d’apéro?

    Oohh! Je vais chercher le Ricard, on va faire comme en été.

  Parfait! Le temps que vous y êtes, montez un petit rosé ou in bon rouge, comme vous voulez...

    Un rouge pour la côte...

    Vendu! Vous savez quoi, Tampir?

    Dites toujours...

  J’ai l’impression que l’année commence trop bien.

    Vous avez ouvert le bal de l’année avec vos fleurs, Grougn’resse. Moi, je dirais qu’elle commence bien, c’est tout.

    Oui, mais demain, on va de nouveau se re-disputer comme des enragés!

    Si vous faites un effort, je veux bien me taire...

    Allez, au moins, ça nous aura fait deux belles journées! À la vôtre!

    À la vôtre, mère Grougn’resse!

23févrî 2020...

    Ah, mère Grougn’resse! V’ez meilleûre mine! V’ez r’pâli in paû!

    Tâjez-v’, allez, Tampir. Djè n’atous m’ si noire què v’ l’ez fât accroire aux dgens!

    On r’soupe assène?

    Oh non.net, là, Tampir. Djè n’sûs m’ co r’minche dè l’aute côp...

    Ben on peut n’aller mîdgi n’frite tchûz la Julia, cè n’est m’ si loûrd, ça...

    Cè n’est m’ èç’ què dj’avous mîdgi qu’atout loûrd...

    Bin oyi, là, mère Grougn’resse... On n’è pus 20 ans...

    Ni co 40, ni co...

    Arrêtez-v’, là, les dgens allant croire què dj’atans sexagénaires.

    Coumme dit l’aute, si cè n’est m’ malheûreûx d’ête sexagénaires à l’âdge qu’i-s avant!

    V’ez oï qu’on cause co dè r’vôter?

    C’est la meilleûre manière dè fâre rèmonter l’estrême droite tchûz les Flamands. La NVA aveu l’ belang, ça fârait plus d’cinquante pour cent, vès voirez.

    Et tchûz nous, à vote avis?

    Les Wallons n’sant m’ malins : i r’vôt’rant co pou les mîmes èt on n’est m’ prêt’s à ravoir in gouvernemat.

    Vès r’bârez co pou les mîmes, vous?

    Si i v’lant ma voix, faurait qu’i v’ninchent èm’ quîre pa les pattes pour m’amoûner djsqu’au bûreau. Et toulà, djè fâra co c’qui m’plârait : des crabebeus plî les papis.

    Si vès n’y allez m’, v’arez in amende, là...

    Ben dj’îmrous co mieux n’aller en prîjon què d’la päyi!

    Djè sate què dj’allans avoir don plâji!

    V’y verrez, vous?

    Djè m’catch’râ tchûz vous pou qu’on n’me trouviche mi.

    Ben vès n’arez qu’à päyi l’amende à ma place!

    On z’è co l’taps d’y sondgi...

    C’est quand mîme malheûreûx d’voir des nicâyes de clampins ainlà, noume don!

    C’est n’honte. Des halcotis.

    Bon. Allans mîdgi n’frite, ça, au moins, c’est don pôsitif!

    Et la Julia a fât des bounnes aveu des crombîres «bio»!

    Vès n’savez quoi, Tampir?

    Dijez toudjous...

    Djè m’dèmande èç’ qu’i faurout fâre pou avoir des candidats «bio» au prochain côp...

    Ben, i gn’è qu’à bin tchoisi l’feumi...

23 février 2020...

    Ah, mère Grougn’resse! Vous avez meilleure mine! Vous avez repâli un peu!

    Taisez-vous, allez, Tampir. Je n’étais pas si noire que vous ne l’avez fait croire aux gens!

    On resoupe ensemble?

    Oh non, hein, Tampir. Je ne suis pas encore remise de la dernière fois...

    Ben on peut aller manger une frite chez la Julia, ce n’est pas si lourd, ça...

    Ce n’est pas ce que j’avais mangé qui était lourd...

    Ben oui, là, mère Grougn’resse... On n’a plus 20 ans...

    Ni encore 40, ni encore...

    Arrêtez-vous, hein, les gens vont croire que nous sommes sexagénaires.

    Comme dit l’autre, si ce n’est pas malheureux d’être sexagénaires à leur âge!

    Vous avez entendu qu’on parle encore de revoter?

    C’est la meilleure manière de faire remonter l’extrême droite chez les Flamands. La NVA avec le belang, ça fera plus de cinquante pour cent, vous verrez.

    Et chez nous, à votre avis?

    Les Wallons ne sont pas malins : ils revoteront encore pour les mêmes et on n’est pas près de ravoir un gouvernement.

    Vous revoterez encore pour les mêmes, vous?

    S’ils veulent ma voix, il faudra qu’ils viennent me chercher par les pattes pour m’amener au bureau. Et là, je ferai encore ce qui me plaira : faire des barbouillages plein les papiers.

    Si vous n’y allez pas, vous aurez une amende, vous savez...

  Ben je préférerais aller en prison que de la payer!

    Je sens que nous allons avoir du plaisir!

    Vous irez, vous?

 Je me cacherai chez vous pour qu’on ne me trouve pas.

    Ben vous n’aurez qu’à payer l’amende à ma place!

    On a encore le temps d’y penser...

    C’est quand même malheureux de voir des volées de tordus comme cela, n’est–ce pas!

    C’est une honte. Des n’importe quoi.

    Bon. Allons manger une frite, ça, au moins, c’est du positif!

    Et la Julia en fait des bonnes avec des pommes de terre  «bio»!

    Vous savez quoi, Tampir?

    Dites toujours...

    Je me demande ce qu’il faudrait faire pour avoir des candidats «bio» la prochaine fois...

    Ben, il n’y a qu’à bien choisir le fumier...

16 févrî 2020...

    Bondjou, noire Grougn’resse...

    Bondjou, Tampir. Vès savez què djè n’m’avous m’ soûlmat radu compte què dj’atous si brune?

    Mâs v’atez coumme les pouillons, à c’t’heûre.

    Qu’est-c’què ça veut dère?

    C’est l’blanc l’meilleûr...

    Bin vès n’sondgez vraimat qu’à ça, don!

    Hâye, allans-y.

    Vès croyez qu’c’est d’jà douvî?

    Bah, on voirait bin.

    Et si i n’è pont d’touffâye, alors?

    Bin djè mîdg’rans d’la potâye gaumaise.

    Et si i-n n’è pont non pus?

    Alors, c’erst qu’il est froumé, pasquè c’est ses preumîs plats.

    El dârin côp, les saucisses atint mou salâyes...

    Vès n’arez qu’à d’mander in bistèk!

    Ben djè fârâ co c’qui m’ plârait, bin sûr!

    Bin oyi, mâs vès m’pèlez, aveu vos èt si... èt si...

    El client est roi, tout d’mîme.

    Sûr, mâs pou l’moumat, v’atez surtout la reine des peule-panses!

    Djè n’dèrâ pus rin.

    El bon djeu v’oyiche!

    Vès n’y croyez m’, alors...

    C’est n’manière dè dère!

    Tout d’mîme, i doûrout mette in paû moins d’sé das ses saucisses!

    Bin s’i-l exisse, sûr qu’i-l est choûrd coumme in pot!

    El Glaude?

    Vote bon djeu!

    Cè n’est m’ quand mîme lu qui vint fâre les saucisses tchûz l’Glaude!

    Djè v’dèpôs’râ à Saint-Mâd, gn’è n’frit’rie, vès n’arez qu’à mîdgi n’pizza! Mi, djè m’va à la touffâye.

    Bin...

    Oyi, Madame, mi, djè voûrous bin mîdgi sas v’oï rûter tout l’long don dîner!

    Allans tchûz l’Glaude, i m’fârait bin in am’lette.

    Qué misîre aveu vous!

16 février 2020...

    Bonjour, noire Grougn’resse...

    Bonjour, Tampir. Vous savez que je ne m’étais même pas rendu compte que j’étais aussi brune?

    Mais vous êtes comme les poulets, maintenant.

    Qu’est-ce que ça veut dire?

    C’est le blanc le meilleur...

    Ben vous ne pensez vraiment qu’à ça, donc!

    Allez, allons-y.

    Vous croyez que c’est déjà ouvert?

    Bah, on verra bien.

    Et s’il n’a pas de touffâye, alors?

    Ben nous mangerons de la potée gaumaise.

    Et s’il n’en a pas non plus?

    Alors, c’est qu’il est fermé, parce que ce sont ses plats principaux.

 La dernière fois, les saucisses étaient fort salées...

    Vous n’aurez qu’à demander un steak!

    Ben je ferai encore ce qu’il me plaira, bien sûr!

    Bien sûr, mais vous me pelez, avec vos et si... et si...

    Le client est roi, quand même.

    Sûr, mais pour le moment, vous êtes surtout la reine des casse-pieds!

    Je ne dirai plus rien.

    Le bon dieu vous entende!

    Vous n’y croyez pas, alors...

    C’est une façon de parler!

    Quand même, il devrait mettre un peu moins de sel dans ses saucisses!

    Ben, s’il existe, il est sûrement sourd comme in pot!

    Le Claude?

    Votre bon dieu!

    Cs n’est quand même pas lui qui vient faire les saucisses chez le Claude!

    Je vous déposerai à Saint-Mard, il y a une friterie, vous n’aurez qu’à manger une pizza! Moi, je vais à la touffâye.

    Ben...

    Oui, Madame, moi, je voudrais bien manger sans vous entendre râler tout le long du dîner!

    Allons chez le Claude, il me fera bien une omelette.

    Quelle misère avec vous!

9 févrî 2020...

    Bin l’bondjou!

    Bondjou, là, Madame.

    Bin... Tampir...

    Vès m’coun’chez?

    Hâye, là!

    Coummat... Bin... Wâye, c’est vous don, mère Grougn’resse!

    Ah ç’côp-là, vès m’la copîrez, là!

    Ben djè n’v’avous m’ rècounneu! V’atez vitîse coumme eune gamine, èt v’atez noire coumme eune négresse!

    Tâjez-v’, là! Dj’â bronzé in paû, mâs mi tant qu’ça!

    Bin v’là note bouladgi qu’à va penre l’apèro tchûz l’Gaston, on va bin voir.

    Bondjou, là, Lèyon, ça vèrait?

    Bondjou, Tampir. Bondjou, Madame...

    Coummat, ça, Madame?

    Bin... v’atez nûve das l’pat’lin? I m’sène què djè n’v’â djamâs vûe...

    Lèyon, vès v’ez mins d’accoûrd aveu l’Tampir pou m’fâre dèv’nu sotte!

    Ooooh! Mère Grougn’resse! Bin ça, alors, coumme v’atez noire!

    Lààà... V’ez bin vû qu’on n’vès r’counneut aveu la coûtche dè tchôcolât qu’v’ez sula pèlette!

    Vès v’foutez d’mi, mâs ça n’va m’n’aller ainlà!

    Foi d’Lèyon, Mère Grougn’resse, djè v’djeure bin què l’Tampir èt mi n’avins m’ causé anû avant dè v’rencontrer!

    Foutez l’camp, lâd bouc! A c’t’heûre, djè vèrâ quîre èm’ pî tchûz la Zûlma!

    Djè v’lâye aveu c’grune-là, Tampir. A r’voir!

    Vès voyez bin, mère Grougn’resse què c’est vrâ qu’v’atez foût tchîdgite aveu vote bronzadge.

    N’a causans pus! Qu’est-ce què v’fayez à la nût?

    Rin d’particulièr.

    Vès n’m’invitez m’ à souper?

    Oh, si v’vèlez, mâs ça s’rait à le bounne franquette, là... Apèro, in pau d’bouillon aveu des vermicelles, in am’lette aux crombîres aveu des peuvrons roudges et djaunes... Don roudge dè la s’mîne, cafè èt poûsse cafè...

    Vès causez pus dè boire què d’mîdgi!

    Bin vès voyez, mère Grougn’resse, djè m’dèmande si v’ez fât d’l’intègrâl.

    Qu’est-ce què v’vèlez dère aveu ça.

    Djè cause don bronzadge, allo!

    Ah, vî pouchî, vès n’ez m’ tchîdgi! Ça n’vès rwâte mi, ça!

    Ça n’mè rwâte mi, mâs mi, djè l’rèwât’rous bin!

    Tâjez-v’, malotru! Djè vèrans tchûz mi, djè v’invite. Djè v’â rapporté in p’tit cadeau. Et dj’â prèparé âque d’exotique, èt djè v’fârâ co gouter âque dè super bon à boire!

    Ah, dj’îme co mieux ça, n’aller tchûz vous!

    Oh? Et pouquoi, don?

    Bin... Dj’â tchîdgi les draps d’ma pounasse èchoi èt djè voûrous bin les wârder propes...

    Tchès, nom des djeux! Vès n’l’avins m’ vu, èm nouvî parapuie, mâs vès l’ez satu!

    Oûûûûûûye... Au s’cours! C’est bin la Germaine, vès plez m’coire, èlle est r’vènue! Au s’cours!

9 février 2020...

    Bien le bonjour!

    Bonjour, là, Madame.

    Ben... Tampir...

    Vous me connaissez?

    Allez, là!

    Comment... Ben... Ça alors, c’est vous, donc, mère Grougn’resse!

    Ah celle-là, vous me la copierez, là!

    Ben je ne vous avais pas reconnue! Vous êtes habillée comme une gamine, et vous êtes noire comme une négresse!

    Taisez-vous, là! J’ai bronzé un peu, mais pas tant que ça!

    Ben voilà notre boulanger qui va prendre l’apéro chez le Gaston, on va bien voir.

    Bonjour, là, Léon, ça va?

    Bonjour, Tampir. Bonjour, Madame...

    Comment, ça, Madame?

    Ben... vous êtes nouvelle au village? Il me semble que je ne vous ai jamais vue...

    Léon, vous vous êtes mis d’accord avec le Tampir pour me faire devenir sotte!

    Ooooh! Mère Grougn’resse! Ben ça, alors, comme vous êtes noire!

   Lààà... Vous voyez bien qu’on ne vous reconnaît pas avec la couche de chocolat que vous avez sur la peau!

    Vous vous foutez de moi, mais ça ne va pas se passer comme ça!

    Foi de Léon, Mère Grougn’resse, je vous  jure bien que le Tampir et moi ne nous étions pas parlé  aujourd’hui avant de vous rencontrer!

    Fichez le camp, laid bouc! Maintenant, j’irai chercher mon pain chez la Zulma!

    Je vous laisse avec cette greluche, Tampir. Au revoir!

    Vous voyez bien, mère Grougn’resse que c’est vrai que vous êtes fort changée avec votre bronzage.

    N’en parlons plus! Qu’est-ce que vous faites ce soir?

    Rien de spécial.

    Vous ne m’invitez pas à souper?

    Oh, si vous voulez, mais ce sera à la bonne franquette...  Apéro, un peu de bouillon avec du vermicelle, une omelette aux pommes de terre avec des poivrons rouges et jaunes... Du rouge de la semaine, café et pousse-café...

    Vous parlez plus de boire que de manger!

    Ben vous voyez, mère Grougn’resse, je me demande si vous avez fait de l’intégral.

    Qu’est-ce que vous voulez dire par là?

    Je parle du bronzage, allons!

    Ah, vieux cochon, vous n’avez pas changé! Ça ne vous regarde pas, ça!

    Ça ne me regarde pas, mais moi, je le regarderais bien!

    Taisez-vous, malotru! Nous irons chez moi, je vous invite. Je vous ai rapporté un petit cadeau. Et j’ai préparé quelquez chose  d’exotique, et je vous ferai aussi goûter quelque chose de super bon à boire!

    Ah, j’aime encore mieux ça, aller chez vous!

    Oh? Et pourquoi, donc?

    Ben... J’ai changé les draps de mon lit hier et je voudrais bien les garder propres...

    Tiens, nom des dieux! Vous ne l’aviez pas vu, mon nouveau parapluie, mais vous l’avez senti!

    Oûûûûûûye... Au secours! C’est bien la Germaine, vous pouvez me croire, elle est revenue! Au secours!

5 djanvî 2020...

    Pfffff!

    Oh, vès l’ez dit, Tampir.

    On s’a-n è tout d’mîme foutu plî la basâne!

    On peut dère qu’on s’est rin rwâti. Wâtez, dj’â les boutons don couchu qui sant prètes à pèter...

    Mi, coumme toudjous, j’a-n â inque qu’è lautchi su l’vate. I n’è m’ pèté, mâs djè n’va m’ el rèmette...

    El combin ç’què dj’atans, anû?

    Dj’atans djà l’deux, Grougn’resse...  Ça fât deux djous èt deux nûtis qu’j’atans touci.

    Et dj’avans co bin à mîdgi pour deux d’pus’, à c’què dj’â vû.

    Oyi, c’est vrâ. On è co l’pâté d’viande què v’ez amoûné.

    Vès savez c’qui m’fât pus’ plâji?

    Djè mett’rous ma mî au fû qu’c’est qu’ça va fâre dècauser les dgens!

    Tout djusse!

    Grougn’resse, djè crois qu’on doûrout n’aller penre eune douche.

    Ben coummacez, dj’y verâ après.

    Ben on peut bin la penre assène!

    Djè n’â pus rin à m’ mette, Tampir. Vès doûrez n’aller m’quîre c’qu’i m’ faut tchûz mi...

    Nez-a. Djè verâ bin v’quîre vos nippes après. Djè v’prèt’râ in pégnoir bin tchaud pou rawarder.

    Mâs... vès s’rez dgentil, noum’ don!

    Djè s’râ dgentil...

    Âye, là, mi d’trop quand mîme...

...

    Pouquoi c’què v’mettez trois torchons d’vant la douche?

    Pasquè djè sais bin què v’foutez d’l’âwe partout quand vès soûrtez!

    Niche pouchî d’menteur! D’aboûrd, coummat c’què vès l’sarins?

    Nè m’dijez m’ què l’Alzheimer è rôté l’dârin côp d’vote mémoire!

    Ooohhhh! C’est vrâ, djè n’m’a rappl’ous m’. Et quand dj’â ramassi l’âwe, vès n-n’ez pro...

    Dèpîtchans nous, on va rater l’heûre dè l’apèro.

    Ben, i-l est d’jà mîdi pètant...

...

    Djè va v’quîre vos clicotes, Germaine.

    Les dgens allant s’dèmander c’què v’allez fâre tchûz mi à in heûre èt d’mie...

    Huh, s’i payant bin, djè loûs y racont’râ.

    Dèpîtchez-v’! Dijez, est-c’ qu’on s’est dit bounne annâye?

    Bin oyi, dèsous la douche!

    Ah oui. Djè prèpare l’apèro, dèpîtchez-v’.

    Vès v’lez qu’on sè l’rèdijiche co quand djè r’venrâ?

    Foutez l’camp, nom di dj...

5 janvier 2020...

    Pfffff!

    Oh, vous l’avez dit, Tampir.

    On s’en est tout de même mis plein la glotte!

 On peut dire qu’on ne s’est rien refusé. Regardez, les boutons de mon tablier sont prêts à sauter...

    Moi, comme toujours, j’en ai un qui a lâché sur le ventre. Il n’a pas sauté, mais je ne vais pas le reboutonner...

    Le quantième sommes-nous, aujourd’hui?

    Nous sommes déjà le deux, Grougn’resse...  Ça fait deux jours et deux nuits que nous sommes ici.

    Et nous avons encore à manger pour deux jours de plus au moins, à ce que j’ai vu.

    Oui, c’est vrai. On a encore le pâté de viande que vous avez apporté.

    Vous savez ce qui me fait le plus plaisir?

    Je mettrais ma main au feu que c’est le fait que ça va faire jaser les gens!

    Tout juste!

    Grougn’resse, je crois qu’on devrait aller prendre une douche.

    Bin commencez, j’irai après.

    Bin, on peut bien la prendre ensemble!

    Je n’ai plus rien à me mette, Tampir. Vous devrez aller me chercher ce qu’il me faut chez moi...

    Venez. J’irai bien vous chercher vos vêtements après. Je vous prêterai un peignoir bien chaud pour patienter.

    Mais, vous serez gentil, n’est-ce pas!

    Je serai gentil...

    Allons, pas trop quand même...

...

    Pourquoi mettez-vous trois serpillières devant la douche?

    Parce que je sais bien que vous mettez de l’eau partout quand vous sortez!

    Pourceau de menteur! D’abord, comment pourriez-vous le savoir?

    Ne me dites pas qu’Alzheimer a effacé la dernière fois de votre mémoire!

    Ooohhhh! C’est vrai, je ne m’en souvenais pas. Et quand j’ai ramassé l’eau, vous en avez pro...

    Dépêchons-nous, on va rater l’heure de l’apéro.

    Ben, il est déjà midi pétant...

...

    Je vais vous chercher vos vêtements, Germaine.

    Les gens vont se demander ce que vous allez faire chez moi à une heure et demie...

    Huh, s’ils paient bien, je leur raconterai...

    Dépêchez-vous! Dites, est-ce qu’on s’est dit bonne année?

    Ben oui, sous la douche!

    Ah oui. Je prépare l’apéro, dépêchez-vous!

    Vous voulez qu’on se le redise encore quand je reviendrai?

    Foutez l’camp, nom de d...

29 décembe 2019...

    Bondjou, père Tampir!

    Bondjou, la mère, v’atez binâje aveu vote ordinateûr?

    Oh mon djeu, Tampir, djè m’â d’jà ènervé deux-trois côps...

    Djè v’l’avous dit : i n’faut m’ vouloir fâre tafât das les preumîs djous. I faut in paû d’pâtience! Djè sais bin qu’à nos âdges, on veut toudjous avoir fât avant d’coummaci...

    Dè quoi, nos âdges, hein? Dè quoi, nos âdges? V’atez p’t-ête in vî houmme, mâs mi, djè sûs co lon d’ête vîe!

    Vès grougnez pourtant tout l’taps coumme eune vîe feumme qui n’tint pus assène!

    Dè quoi? Mi, grougni tout l’taps? Ben sacré lâd mouname què v’atez, tout djusse bon à m’dècalander don matin à la nût, en train dè m’fâre des niches èt i n’faûrout m’ grougni? Bin vès mèrit’rins qu’j’è v’foutiche eune berlafe aller èt r’tou, pûri vî canasson!

    Bin merci! Djè n’fârâ qu’in commentaire : pou la commune, djè sûs deux ans moins vî qu’vous. Adon djè v’dois l’respect!

    Vès p’lez l’wârder!

    Djusqu’à mârdi?

    Qu’est-ce qu’i gn’è, mârdi?

    Vès v’nez fâre el rèveillon tchûz mi.

    Djè n’y sûs m’ co!

    Ah, nom des djeux d’vîe ganache, mîme si dj’dois n’aller v’quîre pa la pî des fesses, djè v’djeure bin què v’venrez!

    Tchûz in grougnâ ainlà? Vès m’päyrins co!

    Combin ç’què v’vèlez?...

    ...

    Vès venrez bin toute seûle, ou bin djè va v’quîre?

    ...

    Djè verâ v’quîre à 7 heûres. On fârait coumme tous ces dârins djous-ci : djè v’monterrâ deux-trois affaires su l’ordi avant qu’on a-n alliche.

    Coumme vès voûrez. Vès fayez don bouillon, pou souper? Si v’za fayez, dj’îme mieux l’bouillon d’pouye què l’bouillon à la tchâ d’bu. Vè n’arez qu’à fâre des boutchîes à la reine avant l’plat principal...

    Ma foi...

    Si v’fayins in roti d’biche, dj’a s’rous binâje. Mi tro cût, ça d’vint raide, sinon.

    Ça fât qu’ainlà, c’est mi qu’invite, mâs djè n’a rin à dère pou l’mènu! Bin a v’là co d’eune aveu les autes, là!

    Djè v’baille des idées, c’est tout. Fayez c’què v’vèlez... Si cè n’est m’ à m’goût, vès l’voirez bin...

    Dj’arous bin fât n’cercrôte dè la mer...

    Dè la quoi?

    Dè la mer, aveu don pèchon.

    Bin v’ez tchû su la tîte? On v’è mastrôqué?

    Djè n’ n’â mîdgi d’la fâmeuse à Trouville-sur-mer, èt dj’â wârdé la r’cette.

    Trouville? Vès v’nez d’l’inventer? V’a n’atez d’jà in fâmeux, d’ trô! Et djè n’dèrâ m’ dè quoi!

    Pou vote gouverne, c’est n’pètite ville el long d’la mer, à coté d’Deauville.

    Deauville... Alors v’ez atu à Deauville?

    Tout près.

    Bin va pou n’cercrôte dè la mer. Mâs vès m’fârez don bouillon d’pouye ètou?

    Bin sûr! On va co s’prèparer un bon rèveillon, Mère Grougn’resse.

    Oyi, Tampir. Djè coummace d’jà à badîver...

29 décembre 2019...

    Bonjour, père Tampir!

    Bonjour, la mère, vous êtes contente de votre ordinateur ?

    Oh mon dieu, Tampir, je me suis déjà énervée deux ou trois fois...

    Je vous l’avais dit : il ne faut pas vouloir tout faire dès les premiers jours. Il faut un peu de patience! Je sais bien qu’à nos âges, on veut toujours avoir fini avant de commencer...

    Quoi, nos âges, hein? Quoi, nos âges? Vous êtes peut-être un vieil homme, mais moi, je suis encore loin d’être vieille!

    Vous grognez pourtant tout le temps comme une vieille femme qui ne tient plus ensemble!

    Quoi? Moi, grogner tout le temps? Ben sacré sale type que vous êtes, tout juste bon à médire de moi du matin au soir, en train de me faire des mauvais coups et il faudrait ne pas grogner? Ben vous mériteriez que je vous fiche une claque aller-et-retour, vieux canasson pourri!

    Ben merci! Je ne ferai qu’un commentaire : pour la commune, je suis deux ans moins vieux que vous. Je vous dois donc le respect!

    Vous pouvez le garder!

    Jusqu’à mardi?

    Qu’est-ce qu’il y a, mardi?

    Vous venez passer le réveillon chez moi.

    Je n’y suis pas encore!

    Ah, bon sang de vieille ganache, même si je dois aller vous chercher par la peau des fesses, je vous jure bien que vous viendrez!

    Chez un tel grincheux? Vous ms paieriez!

    Combien voulez-vous?...

    ...

    Vous viendrez bien toute seule, ou bien je vais vous chercher?

    ...

    J’irai vous chercher à 7 heures. On fera comme tous ces derniers jours : je vous montrerai deux ou trois choses sur l’ordi avant de partir.

    Comme vous voudrez. Vous faites du bouillon, pour souper? Si vous en faites, je préfère le bouillon de poule au bouillon à la viande de bœuf. Vous n’aurez qu’à faire des bouchées à la reine avant le plat principal...

    Ma foi...

    Si vous faisiez un rôti de biche, j’en serais contente. Pas trop cuit, ça devient dur, sinon.

    Alors, comme ça, c’est moi qui invite, mais je n’ai rien à dire pour le menu! Ben en voilà encore une surprenante!

    Je vous donne des idées, c’est tout. Faites ce que vous voulez... Si ce n’est pas à mon goût, vous le verrez bien...

    J’aurais aimé faire une choucroute de la mer...

    De la quoi?

    De la mer, avec du poisson.

    Ben vous êtes tombé sur la tête? On vous a tapé dessus?

    J’en ai mangé de la fameuse à Trouville-sur-mer, et j’ai gardé la recette.

    Trouville? Vous venez de l’inventer? Vous en êtes déjà un fameux, de trou! Et je ne dirai pas de quoi!

    Pour votre gouverne, c’est une petite ville le long de la mer, à côté de Deauville.

    Deauville... Alors vous êtes allé à Deauville?

    Tout près.

    Ben va pour une choucroute de la mer. Mais vous me ferez aussi du bouillon de poule ?

    Bien sûr! On va encore se préparer un bon réveillon, Mère Grougn’resse.

    Oui, Tampir. Je commence déjà à trépigner...

22 décembe 2019...

    Bondjou, père Tampir!

    Bondjou, la mère, v’allez bin?

    Em’ voisin vint dè m’montrer què v’passins à la tèlè.

    À la tèlè?

    Oyi, pou dère dès vœux à tous les Gaumais.

    Bin, cè n’est m’ à la tèlè, c’est su l’internet...

    À la tèlè, qu’ djè v’dis!

    Wâye non.net, là! Ç’atout su l’ècran dè s-n’ ordinateûr...

    À la tèlè : in ècran d’pus d’in mète accrotchi après l’meur!

    Ah oyi, c’est bin possibe, on peut r’loyi l’internet au posse de tèlè...

    C’est tout d’mîme in paû foûrt qu’i faut què ç’souche in voisin qui montère in film où c’què vès m’dijez vos vœux! C’est quand mîme à mi què v’les dijez en preumi, èt pa drî in ècran!

    Bin vès n’allez m’ ev’ tracassi pou ça, mère Grougn’resse, vès savins bin qu’j’allous l’fâre «en direc», coumme on peut dère...

    Vès n’avins qu’à coummaci pa l’direc!

    Bon, n’a causans pus. Djè fârans l’rèveillon d’Nawé tchûz vous...

    Ah bon? Vès v’invitez ainlà, vous! V’a-n avez don toupet!

    Si vès m’lâyins causer, nom d’eune pipe en bos! Ainlà djè poûrra v’instâller vote cadeau! Et djè fârans la Saint-Sylvesse tchûz mi.

    Qué cadeau?

    Bin djè v’â dit qu’djè v’päy’rous in ordinâteûr pou les fîtes!

    V’atins sèrieûx?

    Dj’y sûs toudjous.

    Et i r’pass’rant l’èmisson où c’què dijez les vœux?

    Cè n’est m’ in èmission, c’est djusse in enrèdgistrèmat qu’dj’â fat su m’dinâteûr.

    I gn’è n’camèra d’das?

    Allèz, là, mère Grougn’resse, c’est djusse une photo qui s’anime aveu l’texe què dj’â enredgistré aveu in micro su n’pètite cârte...

    V’atez co en train dè v’foute dè mi!

Djè v’monterrâ tout ça au rèveillon, Grougn’resse. A moins què v’n’avinche quèqu’inque d’aute pou les fîtes.

    Tampir, des fîtes què vès n’ s’rins m’ toulà, ça n’s’rout m’ dès fîtes...

    À la bounne heûre! Djè sate què dj’allans passer n’bounne fîte dè Nawé...
22 décembre 2019...

    Bonjour, père Tampir!

    Bonjour, la mère, vous allez bien?

    Mon voisin vient de me montrer que vous passiez à la télé.

    À la télé?

 Oui, pour présenter des vœux à tous les Gaumais.

    Ben, ce n’est pas à la télé, c’est sur internet...

    À la télé, que je vous dis!

    Ben non, hein! C’était sur l’écran de son ordinateur...

    À la télé : un écran de plus d’un mètre accroché au mur!

    Ah oui, c’est bien possible, on peut connecter internet téléviseur...

    C’est quand même un peu fort qu’il faut que ce soit un voisin qui me montre un film où vous me présentez vos vœux! C’est quand même à moi que vous les présentez en premier, et derrière un écran!

    Ben vous n’allez pas en prendre ombrage, mère Grougn’resse, vous saviez bien que j’allais le faire «en direct», comme on peut dire...

    Vous n’aviez qu’à commencer par le direct!

    Bon, n’en parlons plus. Nous ferons le réveillon de Noël chez vous...

    Ah bon? Vous vous invitez comme cela, vous! Vous en avez, du culot!

    Si vous me laissiez parler, nom d’une pipe en bois! Ainsi je pourrai vous installer votre cadeau! Et nous ferons la Saint-Sylvestre chez moi.

    Quel cadeau?

    Ben je vous ai dit que je vous offrirais un ordinateur pour les fêtes!

    Vous étiez sérieux?

    Je le suis toujours.

    Et ils repasseront l’émission où vous présentez les vœux?

    Ce n’est pas une émission, c’est juste un enregistrement que j’ai fait sur mon ordi.

    Ii y a une caméra dedans?

    Allez, donc, mère Grougn’resse, ce n’est qu’une photo qui s’anime avec le texte que j’ai enregistré avec un micro sur une petite carte...

 Vous êtes encore en train de vous ficher de moi!

    Je vous montrerai tout cela au réveillon, Grougn’resse. À moins que vous n’ayez quelqu’un d’autre pour les fêtes....

    Tampir, des fêtes sans vous, ce ne serait pas des fêtes...

    À la bonne heure! Je sens que nous allons passer une bonne fête de Noël...

15 décembe 2019...

    Bin qui est-ce què v’là : note mère Grougn’resse! Ça vèrait?

    Bondjou, Tampir. Qué pouchell’rie d’taps! Coumme si on atout en mîme taps à la Toussît pou l’vat èt la flotte, en mârs pou les dgiboulâyes èt co en hivîr pou les caberlâyes dè neidge!

    On est in paû coumme das l’proverb’ breton : Si l’goéland s’dègale les radadas, on arait don mauvais taps; s’i s’dègale el cul, i n’fârait m’ bî non pus!

    Cè n’est m’ l’èducâtion qui v’fârait crèver d’in maû d’panse!

    Qui ç’qui cause! Alors, v’ez atu fâre vote noire sèmîne à Ma p’tite Èdition?

    Noire sèmîne? Eç què c’est d’ça?

    Bin vès savez bin, là, c’est in paû des soldes, dès bounnes rèductions su tafât, c’est c’qu’i hutchant, en anglais, el Black Friday.

    El blaque fraïdèy? C’ qu’est c’est co d’ça?

    Ça veut dère «venr’di noir», in djou qu’i fayant des rèductions su tafât das tous les magasins pa d’t’avaû...

    Oho! On n’mè dit djamâs rin, à mi!

    Vès n’ez m’ don atch’té des lîves ou des discs en patois tchûz l’Frego?

    Djè n’â pont d’sous à foute voûye, mi. V’y ez atu, vous?

    Djè n’â m’ dujette dè ça, dj’â d’jà tafât.

    Mi, djè dis què l’patois, c’est trop molâji à lire, èt qu’i m’plât mieux dè l’choûter, aveu ou sans imâdges.

    Bin vès n’ez qu’d’aller voir, i vade des CD èt des DVD en pus’ des lîves. Gn’a è mîme inque, das les DVD, qu’i-s avant mins la traduction en français en bas d’l’imâdge, pou les loûgnes qui n’compernant m’ el gaumais!

    Oho! Ben ça, c’est n’bounne idée!

    Mieux qu’ça : el Frego è coummaci à mette su s’site des estraîts d’lîves, das les pâdges des ouvradges.

    Djè v’dis qu’djè n’sarous lîre ça!

    I l’sait bin, c’est pou ça qu’i mette el texe enrèdgistré aveu. I gn’a n’è co wâ pou l’moumat, mâs ça va v’nu djou après djou...

    Ça, ç am’vèrout bin! Mâs... djè n’â pont d’ordinâteur. Et à m-n’âdge, djè n’sarous pus apprenre à m’servi d’ça!

    Mère grougn’resse, djè v’fârâ cadeau d’in ordinâteur portâbe pou Nawé! Et djè v’appenrâs à v’a servi!

    Vès fârins ça?

    Coumme djè vès l’dis.

    Bon, djè v’rèmercie tout plî. Quand djè sarâs coummat ç’qu’on fât, djè verâ voir la noire sèmîne don Frego.

    Sauf què c’est fât l’16 décembe... Si vès v’lez vraimat fâre l’Harpagon, vès n’arez qu’à rawarder eune pètite annâye.... A rawardant, vès p’lez toudjous aller su l’site don Frego èt lire au fur-â-m’seure des estraîts a choûtant l’texe a mîme taps...

15 décembre 2019...

    Ben qui voilà : notre mère Grougn’resse! Ça va?

    Bonjour, Tampir. Quel temps de cochon! Comme si on était en même temps à la Toussaint pour le vent et la flotte, en mars pour les giboulées et aussi en hiver pour les averses de neige!

    On est un peu comme dans le proverbe breton: Si le goéland se gratte le gland, il fera mauvais temps; s’il se gratte le cul, il ne fera pas beau  non plus!

    Cz n’est pas la politesse qui vous fera mourir d’un mal de ventre!

    Qui ç’est qui parle! Alors, vous avez été faire votre noire semaine à Ma p’tite Èdition?

    Noire semaine? Qu’est-ce que c’est?

    Ben, vous savez bien, c’est un peu des soldes, des bonnes réductions sur tout, c’est c’qu’ils appellent en anglais  le Black Friday.

    Le blaque fraïdèy? Qu’est-ce que c’est pour quelque chose?

    Ça veut dire «vendredi noir», un jour où ils font des réductions sur tout dans tous les magasins partout...

    Oho! On ne me dit jamais rien, à moi!

    Donc vous n’avez pas acheté des livres ou des disques en patois chez Frego?

    Je n’ai pas de sous jeter, moi. Vous y êtes allé, vous?

    Je n’ai pas besoin de ça, j’ai déjà tout.

    Moi, je dis que le patois, c’est trop compliqué à lire, et que je préfère  l’écouter, avec ou sans images.

    Ben vous n’avez qu’à aller voir, il vend des CD et des DVD en plus des livres. Il y en a même  un, dans les DVD, sous-titré en français, pour les gens qui ne comprennent pas le gaumais!

    Oho! Ben ça, c’est une bonne idée!

  Mieux que cela : Le Frego a commencé à mettre sur son site des extraits de livres, dans les pages des ouvrages.

    Je vous dis que je ne saurais pas lire ça!

    Il le sait bien, c’est pour ça qu’il met le texte enregistré avec. Il n’y en a pas encore beaucoup pour l’instant, mais cela viendra jour après jour...

 Ça, ça m’irait bien! Mais... je n’ai pas d’ordi- nateur. Et à mon âge, je ne saurais plus apprendre à me servir de ça!

  Mère grougn’resse, je vous offirai un ordinateur portable pour Noël! Et je vous apprendrai à l’utiliser!

    Vous feriez ça?

    Comme je vous le dis.

  Bon, je vous remercie beaucoup. Quand je saurai comment faire, j’irai voir la semaine noire du Frego.

    Sauf que ce sera fini le16 décembre... Si vous voulez vraiment faire votre Harpagon, vous n’aurez qu’à attendre une petite année.... en attendant, vous pouvez toujours aller sur le site du Frego et lire au fur et à mesure les extraits en écoutant le texte en même temps...

8 décembe 2019...

    Ohôôô! Bin, la mère Grougn’resse, vès v’là bin belle, bin èlègante!

    Aha! Ça v’a boûtche in coin, noum’don! Djè sûs vitise coumme les feummes dè la haute don XIXe sièque.

    Dè l’annâye dè vote naissances, djè parie...

    Vès n’atez qu’in goujat, Tampir.

    Hé! Hé! Hé!... V’atez quand mîme bin belle, on dèrout n’marquise.

    C’est bin ça. Djè m’â lâyi rèquisitionner pa l’thèâte don villadge. Djè va à la rèpètition.

    V’ez in grand rôle?

    Ça va co. Mâs djè sûs das les trois aques.

    Bin dj’espère qu’i gn’è in bon choufflâ, sinon, on n’v’oûyrait wâ...

    Dj’a apprins à causer haut, en l’vant la tîte!

    V’ez co bî fâre, si v’ez roubli l’texe!

    Bin pou qui qu’vès m’pernez, don? Djè sûs sûre què dj’â n’meilleûre mémoire què vous!

    Bin fayans in essai, on va bin voir!

    Mossieûr Tampire, djè n’â m’ el taps. On m’rawa su les plîtches...

    Et v’allez djouer d’vant tout l’monde?

    Oyi, Mossieûr, aveu tous les autes, dèvant note public!

    Dijez, i gn’a-n è deux trois, d’ces marquises-là, qu’on lous-y è côpé la tîte... Vès n’atez m’ dans çolles-lates?

    Non.nèt, Tampir, mi, djè wârde la mienne!

    Ah! C’est doummadge... On n’sdait tchîdgi ça? L’auteur vique co?

    Lâyez m’ passer, lâd mugî. Djè v’l’â dit, on m’rawâ, mi!

    Mâs, Grougn’resse, si v’atez à l’heûre, i n’allant m’ èv’ rècounneute...

    Dijez, v’ez fât dè m’dècalander ainlà?  Vès coummacez à m’ènerver, à la fin!

    Bin, on n’vès r’counneut d’jà pus...  Ah! Mâs dj’y sûs! Cè n’est m’ in parapuie, qu’v’ez toulà, c’est eune ombrelle! Eune dè thèâte, co bin! Pond d’dandgi d’la ramasser su l’cabus! Donc, djè peux y n’aller tant què dj’veux!

    Djè n’vès caûse pus. Lâd bouc, maûvais bin, aradgi!

    N’a dijez m’ dè trop, Grougn’resse... Wâtez c’què dj’â drî m’dos dèdpûs què dj’causans : in parapuie presque tout nû!

    Ça n’ s’rout m’ à mi, pa des côps?

    Siè. Dj’allous vès l’ramoûner....

    I m’sène qu’i gn’è n’tache, toulà, près don mîtche.

    Djè n’vois rin, mi.

    Baillez-m’ in paû ça, qu’djè rwâtiche dè près...

    Aïe, aïe! Ouh la niche bîte, elle m’è co eû!

    A c’t’heûre, djè vas à ma rèpètition. Vès p’lez wârder les tchus dè m’pèpin, djè v’a fâs cadeau

8 décembre 2019...

    Ohôôô! Ben, la mère Grougn’resse, vous voilà bien belle, bien élégante!

    Aha! Ça vous en bouche un coin, n’est-ce pas! Je suis habillée comme les femmes de la haute du XIXe siècle.

    De l’année de votre naissance, je parie...

    Vous n’êtes qu’un goujat, Tampir.

   Hé! Hé! Hé!... Vous êtes quand même bien belle, on dirait une marquise.

 C’est bien ça. Je me suis laissée réquisi- tionner par le théâtre du village. Je vais à la répétition.

    Vous avez un grand rôle?

 Ça va encore. Mais je suis dans les trois actes.

    Ben j’espère qu’il y a un bon souffleur, sinon, on ne vous entendra guère...

    J’ai appris à parler fort, en levant la tête!

    Vous avez encore beau faire, si vous avez oublié le texte!

 Ben pour qui me prenez-vous, donc? Je suis sûre que j’ai une meilleure mémoire que vous!

    Ben faisons un test, on va bien voir!

    Mossieûr Tampire, je n’ai pas le temps. On m’attend sur les planches...

    Et vous allez jouer devant tout le monde?

   Oui, Mossieûr, avec tous les autres, devant notre public!

    Dites, il y en a deux ou trois, de ces marquises-là, à qui on a coupé la tête... Vous n’êtes pas de celles-là?

    Non, Tampir, moi, je garde la mienne!

  Ah! C’est dommage... On ne sait pas changer ça? L’auteur vit toujours?

    Laissez-moi passer, laid mufle. Je vous l’ai dit, on m’attend, moi!

    Mais, Grougn’resse, si vous êtes à l’heure, ils ne vous reconnaîtront pas...

    Dites, vous avez fini de me dénigrer ainsi?  Vous commencez à m’énerver, à la fin!

    Ben, on ne vous reconnaît déjà plus...  Ah! Mais j’y suis! Ce n’est pas un parapluie, que vous avez là, c’est une ombrelle! Une de théâtre, en plus! Pas de danger de la ramasser sur la tête! Donc, je peux y aller tant que je veux!

    Je ne vous parle plus. Laid bouc, mauvais bien, excité!

    N’en dites pas trop, Grougn’resse... Regardez ce que j’ai derrière mon dos depuis que nous parlons : in parapluie presque tout neuf!

    Il ne serait pas à moi, des fois?

    Si. J’allais vous le reporter....

    J’ai l’impression qu’il y a une tache, là, près du manche.

    Je ne vois rien, moi.

    Donnez un peu, que je regarde de près....

    Aïe, aïe! Ouh la sale bête, elle m’a encore eu!

    Maintenant, je vais à ma répétition. Vous pouvez garder les morceaux de mon parapluie, je vous en fais cadeau!

1er décembe 2019...

    Bondjou, mère Grougn’resse! On è r’mins la grosse doudoune, coumme djè vois!

    Bin, i coummace tout douç’mat à r’fâre pus froid! Bondjou, Tampir!

    V’ez sondgi à r’catchi c’qui v’resse das l’méche?

    Bah, i gn’è quasi pus rin. Mâs dj’â d’mandé au Polyte dè m’amoûner deux ballots d’paille pou les èchamp’ler su tafât.

    Bounne idée, ça. Djè parie qu’i v’les èchampellerait quand i va v’les amoûner...

    Heu... I m’è dit qu’i n’arout m’ el taps.

    Quand c’qu’i v’les tape?

    Dèmî à la nût.

    Djè venrâ fâre ça mârdi das la matinâye, si ça v’ va.

    Dj’â mins d’la tchâ à mariner èchoi. Djè fârâ les pâtés lundi à la nût. On fârait bin in sôrt à inque pou dîner.... Qu’est-ce què v’a dijez?

    Qu’v’atez toudjous bin dgentîte aveu mi quand v’ez dujette d’âque, èt souvat mauvaise coumme eune teigne quand i n’vès faut rin...

    Si vès m’tchârtchez misîre, djè fârâ l’èchampladge mi mîme, c’est tout!

    Hâye, on n’va m’ co s’rèdisputer, m’pètit lapin en suc!

    Vès n’atez dgentil aveu mi qu’quand v’atez sûr dè v’a mette plî l’vate.

    Si c’est ainlà, dj’a r’verâ tchûz mi quand d’j’arâ fât d’èparpîr la paille! Dj’a mins traper d’la tchâ ètou, èt djè mîdg’râ aussi bin m’pâté què l’vote.

    Nez-a.

    D’où?

    Tchûz mi.

    Quoi fâre?

    Vès l’voirez bin.

    V’ez co n’fuite à in robinet? Eune machine en panne? Eune lampe qu’è pèté?

    Vote batterie n’es m’ sûr en panne, pasque vote langue va bin! Assuez-v’.

    V’avins dj’à mins les verres! N’r’roubliez m’ dè touilli in pau das la tchâ a-n allant quîre la boutèle.

    Èt vès venrez mârdi èt vès mîd’grez m’pâté gaumais aveu mi, na!

    Èt v’ez âque d’rî la hanette, dj’â bin comprins. Mercredi, ça s’rait à m’tou d’ratchauffi l’mienne pou dîner!

    Èt wâtez toudjous qu’i souche bin aussi bon què l’mienne, pasque sinon...

    Sinon quoi? Vès s’rins capâbe dè l’rècratchi?

    Sûr què non! Dj’â d’l’èducâtion, mi!

    Oho! V’ez atu r’penre des l’çons c’sèmîne-ci?

    Tout djusse! Etv’là l’rèsultat!

    Aïe, aïe!... Bin v’atez sotte, don! In tout nû parapuie!

 

1er décembre 2019...

    Bonjour, mère Grougn’resse! On a remis la grosse doudoune, comme je vois!

    Ben, il commence tout doucement à refaire plus froid! Bonjour, Tampir!

    Vous avez pensé à recouvrir ce qui vous reste dans le jardin?

    Bah, il n’y a quasi plus rien. Mais j’ai demandé au Polyte de m’apporter deux ballots de paille pour les étendre sur tout.

    Bonne idée, ça. Je parie qu’il vous les épandra quand il va vous les amener...

    Heu... Il m’a dit qu’il n’aurait pas le temps.

    Quand vous les dépose-t-il?

    Demain soir.

    Je viendrai faire ça mardi dans la matinée, si ça va pour vous.

    J’ai mis mariner de la viande hier. Je ferai les pâtés lundi soir. On ferait bien un sort à l’un d’eux pour dîner.... Qu’est-ce que vous en dites?

    Que vous êtes toujours bien gentille avec moi quand vous avez besoin de quelque chose, et souvent méchante comme une teigne quand vous n’aviez besoin de rien...

    Si vous me cherchez misère, je ferai l’épandage moi-même, c’est tout!

    Allez, on ne va pas encore se redisputer, mon petit lapin en sucre!

    Vous n’êtes gentil avec moi que quand vous êtes sûr de vous remplir le ventre.

    Si c’est comme cela, je rentrerai chez moi quand j’aurai fini d’étaler la paille! J’ai moi aussi mis tremper de la viande, et je mangerai aussi bien mon pâté que le vôtre.

    Venez.

    Où?

    Chez moi.

    Quoi faire?

    Vous le verrez bien.

    Vous avez encore une fuite à un robinet? Une machine en panne? Une ampoule morte?

    Votre batterie n’est sûrement pas en panne, parce que votre langue va bien! Asseyez-vous.

    Vous aviez déjà mis les verres! N’oubliez pas de touiller un peu dan la viande en allant chercher la bouteille.

    Et vous viendrez mardi et vous mangerez mon pâté gaumais avec moi, na!

    Et vous avez quelque chose derrière la tête, j’ai bien compris. Mercredi, ça sera à mon tour de réchauffer le mien pour dîner!

    Et tâchez qu’il soit au moins aussi bon que le mien, parce que sinon...

    Sinon quoi? Vous seriez capable de le recracher?

    Sûrement pas! J’ai  de l’éducation, moi!

    Oho! Vous êtes allée rependre des leçons cette semaine?

    Tout juste! Et voilà le résultat!

    Aïe, aïe!... Ben vous êtes sotte, ma parole! Un parapluie tout neuf!

24 nôvembe 2019...

    V’ez co l’air d’ête das tous vos ètats, mère Grougn’resse...

    Bin i gn’è d’quoi! I loûs-y a-n è follu don taps pou m’ l’avoyi, mâs djè l’â eû au matin!

    Si c’n’est m’ indiscret, on peut savoir dè quoi ç’ què v’causez?

    Des contributions! Djè crois qu’i dèv’nant fous!

    Ah? I-s allant v’rèbailli des sous?

    Foutez-v’ dè mi! I n’pèlant maû! Djè doûrâs loûs-y a r’bailli, eune fâmeuse blosse!

    Ah, ça, la mère, quand on guîgne dè trop, on sait bin qu’ça fât la convoitîse don gouvernemat!

    Guîgni d’trop? Guîgni d’trop? Bin djè n’â qu’ma p’tite pension, rin d’aute!

    Vès p’lez m’raconter ç’què v’voûrez, mi, ça n’mè rwâte mi. Mâs zoux, i savant mieux qu’vous ç’qui ratère das vote boûche.

    I venrant bintot z’y pûji direc, à plînes mîs!

    Nez-a, mère Grougn’resse. Allans-nous a boire eune jatte tchûz mi.

    Cè n’est m’ sûr el cafè qui va m’calmer!

    Quand vès voirez l’papi qu’les mîmes m’avant avoyi, vès s’rez rapâji. Djè m’dèmande mîme si ça n’va m’ èv’ fâre rîre!

    Y a faurout d’jà n’bounne pou m’dèrider anû!

    V’dèrider, v’dèrider... Faurout n’entreprîse dè raval’mat d’façâde, pou rèussir in chantièr ainlà.

    Oh sacré lâd mounâme! V’ez d’la tchance què l’cafè n’est m’ co das les jattes, vès l’arins ramassi das la margoulette!

    Assuez-v’. Djè coummace quand mîme pa l’cafè.

    Il est bin bon, vote cafè.

    Vès voyez qu’v’atez d’jà in paû moins hargnôle!

    Quand mîme, v’ez vû c’qu’i m’rèclamant?

    V’là l’mienne, dè papi. Qu’est-ce què v’a dijez?

    Wâye, c’est pou rîre, bin sûr!

    Quand djè ves l’dijou, qu’ v’allins rîre!

    I v’lant nous foute su la paille!

    Mère Grougn’resse, djè m’dèmande si on päyrout autant si on atout mariés.

    I paraît qu’non. Mâs pou c’qui m’rèwâte, dj’îme co mieux päyi!

    V’atez n’perle, mère Grougn’resse. Mâs djè crois qu’ v’ez râjon. C’qu’on guîgn’rout aux contributions, on l’rèpäyrout en vaisselle, en hôpitaux èt...

    Èt en parapuies!

    Djè v’rèmette eune jatte?

    Djè n’dis-m’ non.net.

    Aveu n’goutte?

    Allans-y pou la goutte. Et pûs djè m’a r’verâ.

    Vès rècupèrrez vote pèpin, qui trône toulà das l’coin dèdpûs deux mois!

    Bounne idée. A moins qu’i n’souche a bouquets quand djè m’a r’verâ!

24 novembre 2019...

    Vous semblez encore dans tous vos états, mère Grougn’resse...

    Ben il y a de quoi! Il leur a fallu du temps pour me l’envoyer, mais je l’ai eue ce matin!

    Si ce n’est pas indiscret, on peut savoir de vous parlez?

    Des contributions! Je crois qu’ils deviennent fous!

    Ah? Ils vont vous rendre des sous?

    Fichez-vous  de moi! Ils ne peuvent ml! Je devrai leur repayer un belle somme!

    Ah, ça, la mère, quand on gagne trop, on sait bien que ça fait la convoitise du gouvernement!

    Gagner trop? Gagner trop? Ben je n’ai que ma petite pension, rien d’autre!

    Vous pouvez me raconter ce que vous voudrez, moi, ça ne me regarde pas. Mais eux, ils savant mieux que vous ce qui rentre dans votre porte-monnaie.

    Ils viendront bientôt y puiser directement, à pleines mains!

    Venez, mère Grougn’resse. Allons-nous en boire une tasse de café chez moi.

    Ce n’est sûr pas le  café qui va me calmer!

    Quand vous verrez le papier que les mîmes m’ont envoyé, vous serez apaisée. Je me demande même si ça ne va pas vous faire rire!

    Il en faudrait déjà une bonne pour me dérider aujourd’hui

    Vous dérider, vous dérider... Il faudrait une entreprise de ravalement de façade, pour réussir un tel chantier.

    Oh sacré sale bonhomme! Vous avez de la chance que le café n’est pas encore dans les tasses, vous l’auriez ramassé à la figure!

    Asseyez-vous. Je commence quand même par le café.

    Il est bien bon, votre café.

    Vous voyez que vous êtes déjà un peu moins excitée!

    Quand même, vous avez vu ce qu’ils me réclament?

    Voilà le mien, de papier. Qu’est-ce que vous en dites?

    Ben, c’est pour rire, sans doute!

 Quand je vous le disais, que vous alliez rire!

    I veulent nous mettre sur la paille!

    Mère Grougn’resse, je me demande si on payerait autant si on était mariés.

    Il paraît que non. Mais en ce qui me concerne, j’aime préfère encore payer!

    Vous êtes une perle, mère Grougn’resse. Mais je crois que vous avez raison. Ce qu’on gagnerait aux contributions, on le repayerait en vaisselle, en hôpitaux et...

    Et en parapluies!

    Je vous ressers une tasse?

    Je ne dis pas non.

    Avec une goutte?

   Allons-y pou la goutte. Et puis je rentrerai.

    Vous récupérerez votre pépin qui trône là, dans le coin, depuis deux mois!

    Bonne idée. A moins qu’il ne soit en morceaux quand je repartirai!

17 nôvembe 2019...

     Boun appétit, mère Grougn’resse!

    A vous ètout, Tampir. Rin qu’la nodeur, on è l’estoumac qui bacâye pou qu’on lî avoyiche tafât!

    Cè n’est djamâs qu’eune touffâye, mâs...

    El Maurice m’è dit qu’v’avins atu tchûz lu quîre toutes les tchâs, l’lârd è co l’sayin. V’ez dû n’ n’avoir pou des euros, i n’est m’ sûr bon martchi!

    Dj’â fât la comparaison, mère Grougn’resse. Dj’â d’jà atu quîre tafât tchûz l’gros Polyite, tchûz l’Armand, l’Fernand è co tchûz l’razoguet d’ l’Irma : i gn’a-n è m’ deux pou l’ègaler.

    Mâs pou les crombîres, c’est in aute tchanson.

    Ah, ça, i gtn’è què l’Dgermain pou les crombîres.

    Elle est belle, en pus’, vote touffâye!

    Les ugnons, c’est dè m’méche. L’ail è l’èchalote ètou.

    Vès mettez d’l’èchalote?

    Ene pètite èchalote pour in p’tit goût qui fât qu’on sait bin qu’c’est la touffâye don père Tampir!

    Ha! Ha! V’atez in mârrant, aveu ça! Djè m’lance, djè n’sarous pus rattade!

    Ça, c’est in bî complîmat!

    Mmmm... Mmmm

    Djè v’ lâye pateurer in paû... 

    ...

    Vès n’ez wâ dujette dè causer, Germaine, vos œils a dijant d’jà long!

    V’ez mins aute tchôse dèdas, Jules. On sate in paû l’thym, mâs i gn’è âque què djè n’rècounneus. Vès n’ez pont mins d’dgin’, tout d’mîme?

    Pont d’alcool, Germaine, djè n’îme mi trop ça das la cujine. Mâs (djè les â rôté avant d’amoûner l’plat à taûle, eune dèmi-douzîne dè boules dè genèvrier! Elle avant cût au mîtan des ugnons. Ma grand-mère el fayout d’jà...

    Djè n’y arous m’ sondgi. Jules, djè vas m’târe diche minutes, el taps d’savourer la preumière assiettâye!

    Au moins, dj’arâ trouvé in truc pour n’pus v’oï quèqu’ taps!

    Ah, vès m’fayez sondgi qu’d’j’â roubli âque...

    I gn’a-n è inque dans l’coin toulà, si c’est d’vote parapuie què v’causez...

    ...

    Bon, Orval ou Bourgueil?

    Djè veux d’morer gaumaise, aveu n’touffâye ainlà : Orval, Jules.

    Vèlà, à vote santé, Germaine. Dj’amoûne la casserole pou continuer...

    Djè mè l’dijous, qu’ça avout atu prèparé das n’cass’role en fonte... Vès n’m’a voûrez m’, Jules, mâs djè va penre em’ taps pou mîdgi. C’est trop bon.

    Dj’avans tout l’après-mîdi, Germaine. Mâs lâyez n’place pou l’dessert...

    Si djè n’sais mîdgi l’dessert anû, djè r’venrâ d’mî!

    Ben pernez pension, l’tra qu v’y atez!

    Pou vote plâji, sûr!

    Djè va r’quîre in Orval...

17 novembre 2019...

    Bon appétit, mère Grougn’resse!

    A vous également, Tampir. Rien que l’odeur, on a l’estomac qui rouspète pour qu’on lui envoie tout!

    Ce n’est jamais qu’une touffâye, mais...

    Le Maurice m’a dit que vous étiez allé chez lui chercher toutes les viandes, le lard et aussi le saindoux. Vous avez dû en avoir pour des euros, il n’est pas bon marché!

    J’ai fait la comparaison, mère Grougn’resse. J’ai déjà été chercher tout chez l’gros Polyite, chez l’Armand, le Fernand et encore chez le petit raseur de l’Irma : il n’y en a pas deux pour l’égaler.

    Mais pour les patates, c’est une autre chanson.

    Ah, ça, il n’y a que le Germain, pour les patates.

    Elle est belle, en plus, votre touffâye!

    Les oignons, c’est de mon jardin. L’ail et l’échalote aussi.

    Vous mettez de l’échalote?

    Une petite échalote pour un petit goût qui fait qu’on sait bien que c’est la touffâye du père Tampir!

    Ha! Ha! Vous êtes comique, en plus! Je me lance, je ne saurais plus attendre!

    Ça, c’est un beau compliment!

    Mmmm... Mmmm

    Je vous  laisse manger un peu... 

    ...

    Vous n’avez guère besoin de parler, Germaine, vos yeux en disent déjà long!

    Vous avez mis autre chose dedans, Jules. On goûte un peu le thym mais i y a quelque chose que je ne reconnais pas. Vous n’avez pas mis de gin, quand même?

    Pas d’alcool, Germaine, je n’aime pas trop ça dans la cuisine. Mais (je les ai enlevées avant d’apporter le plat à table), une demi-douzaine de baies de genévrier! Elles ont cuit au milieu des oignons. Ma grand-mère le faisait déjà...

    Je n’y aurais pas pensé. Jules, je vais me taire dix minutes, le temps de savourer la première assiette!

    Au moins, j’aurai trouvé un truc pour ne plus vous entendre quelque temps!

    Ah, vous me faites penser que j’ai oublié quelque chose...

    Il y en a un dans le coin, là, si c’est de votre parapluie que vous parlez...

    ...

    Bon, Orval ou Bourgueil?

    Je veux rester gaumaise, avec une touffâye comme celle-là : Orval, Jules.

    Voilà, à votre santé, Germaine. J’amène la casserole pour la suite...

    Je me le disais, que ça avait été préparé dans une casserole en fonte... Vous ne m’en voudrez pas, Jules, mais je vais prendre mon temps pour manger. C’est trop bon.

    Nous avons tout l’après-midi, Germaine. Mais gardez une place pour le dessert...

    Si je ne sais pas manger le dessert aujourd’hui, je reviendrai demain!

 Ben prenez pension, le temps que vous y êtes!

    Pour votre plaisir, pur sûr!

    Je vais rechercher un Orval...

10 nôvembe 2019...

    Salut, Tampir!

    Bondjou, mère Grougn’resse!

    Bin vès n-n’ez ratré, don bos!

    L’hivîr èn’ s’rait m’ co si tchaud, Grougn’resse, i faurait bin tout ça!

    Vès n’ez pont d’tchauffadge au mazout?

    Djè calcule toudjous pou èquilibrer les comptes. I gn’ è des djous, pa des côps des s’mînes qu’i vaut mieux user don mazout, des autes où c’ què l’bos r’vint meilleur martchi.

    Et coummat c’què v’savez ça, vous? Coummat c’què v’savez qu’anû i faut mette don bos, dèmî don mazout?

    C’est in paû d’espèrience, in paû d’instinct.

    Ça m’avance bin! Djè n’va m’ èv tèlèphoner tous les djous pou savoir èç què dj’dois fâre, quand mîme!

    Heu... Les preumis djous, ça verout... mâs après, vès d’venrins n’sacrée peule-panse!

    V’atez dgentil tout plî...

    Et pûs, on n’è m’ la mîme mâjon ni les mîmes fournîs.

    C’est vrâ, ça. Pus’ qu’i fât froid, pus’ què dj’ poûsse el thermostat.

    Et pouquoi? Mi, djè l’lâye toudjous su 22. Si l’mazout n’arrive mi à tchauffi assez, djè r’mette in tchu d’bos das l’founî ou das l’fû douvî.

    Ben oyi, c’est n’bounne manière, i m’sène.

    Mâs v’ez don bos âji à attraper, vous, tout l’tra d’hivîr?

    Bin sûr. Et pa des côps, si i fât bî in djou ou deux, djè vas a r’quîre das la rèserve.

    V’ez bin d’la tchance. Ben djè fârâ pareil. Sûr què dj’troûv’râ bin in brâve houmme qui venrait mîme el fâre à ma place.

    Oho! Coummat c’què v’savez ça, mère Grougn’resse?

    C’est in paû d’espèrience, in paû d’instinct.

    V’ez vraimat tous les tous!
10 novembre 2019...

    Salut, Tampir!

    Bonjour, mère Grougn’resse!

    Ben vous en avez rentré, du bois!

    L’hiver ne sera pas encore si chaud, Grougn’resse, il faudra bien tout ça!

    Vous n’avez pas de chauffage au mazout?

    Je calcule toujours pour équilibrer les comptes. Il y a des jours, parfois des semaines Où il vaut mieux utiliser le mazout, d’autres où c’est le bois qui revient meilleur matché.

    Et comment savez-vous ça, vous? Comment savez-vous qu’aujourd’hui il faut mette du bois, demain du mazout?

    C’est un peu d’expérience, in peu d’instinct.

    Ça m’avance bien! Je ne vais pas vous téléphoner tous les jours pour savoir ce que je dois faire, quand même!

 Heu... Les premiers jours, ça irait... mais après, vous deviendriez une sacrée enqui- quineuse!

    Vous êtes vraiment gentil...

    Et puis, on n’a pas la même maison ni les mêmes fourneaux.

    C’est vrai, ça. Plus il fait froid, plus je monte le thermostat.

    Et pourquoi? Moi, je le laisse toujours sur 22. Si le mazout n’arrive pas à chauffer assez, je remets un morceau de bois dans le fourneau ou dans l’âtre.

 Ben oui, c’est une bonne manière, je trouve.

    Mais vous avez du bois à portée de main, vous, tout l’hiver?

    Bien sûr. Et parfois, s’il fait beau un jour ou deux, je vais en rechercher dans la réserve.

    Vous avez bien de la chance. Ben je ferai comme vous. Sûr que je trouverai bien un brave homme qui viendra même le faire à ma place.

    Oho! Comment savez-vous ça, mère Grougn’resse?

    C’est un peu d’expérience, un peu d’instinct.

    Vous avez vraiment tous les tours!

3 nôvembe 2019...

    Bondjou, mère Grougn’resse!

    Bondjou, Tampir. V’ez in nouvî tchapî?

    Non.nèt. C’est l’bonnet què dj’mette pou catchi l’pans’mat.

    Catchi l’pans’mat? Qu’est-ce què v’ez fât?

    Vès n’mè croirez djamâs, Grougn’resse : i gn’è n’teigne dè feumme qui m’è foutu in grand côp d’parapuie sur la heure.

    Bin cè n’est m’vrâ qu’v’ez atu maqué à c’point-là, bin sûr!

    El docteûr m’è mins deux ponts d’suture.

    Oh, mon djeu... Djè v’päy’râ l’mèd’cin, Tampir... Djè v’ramoûn’râ les sous t’à l’heûre.

    Dj’a päyi 12 euros pou l’parapuie ètou...

    Oho! Et pûs après, vès d’mand’rez des doummadges moraux?

    Vès l’mèrit’rins!

    Si v’n’avins m’ eû n’si mauvaise langue, ça n’arout m’ arrivé!

    Aye, c’est bon! Wârdez vos sous.

    I m’sène qu’i s’rout taps dè r’fâre vote sparadrap. Nez-a aveu mi.

    V’ez c’qu’i faut pou fâre ça?

    Bah, eune vîe loque, c’est d’jà bon!

    Tant qu’vès n’ m’y foutez m’ eune vîe culotte douvîse...

    Allèz, arrêtans, va. Vès v’lez n’pètite goutte?

    V’ez co d’la grande mirâbelle?

    Oï, elle est toulà. Assuez-v’ à la taûle. Djè v’rôte el bonnet. Dijez... Quand c’qu’on è fât c’pans’mat-là?

    La s’mîne dârinte.

    Et pachoûne n’y è rw’âti dèd’pûs?

    V’atez la preumière assez curieuse pou ça.

    Ça sate la macèrâtion. Vès n’ez m’ wârdé vote bonnet tout l’taps, tout d’mîme? Vès l’tèrins pou la nûti?

    Ben non.nèt...

    Tafât est collé assène. Djè va v’fâre mau.

    Ça sate l’éther... Ça n’dèsinfèque mi, là, l’éther.

    Djè l’sais bin, Tampir. Buvez in côp. L’éther, c’est pou nettir èt dècoller tafât. Pou l’infection, dj’â c’qu’i faut.

    Djè n’â rin satu. V’ez d’jà tèrer tafât?

    Wâtez m’ça, là, la pouchellerie. Djè m’dèmande s’in n’faurout m’ fâre vènu l’docteûr.

    Bah... Vès fârez l’affaire. Ç’qui m’ètounne, c’est qu’v’atez la doûceur mîme. Ça n’vès r’sène mi!

    Tâjez-v’. Èr’buvez in côp.

    Djè m’sate in paû faibe. Djè crois qu’d’j’â fî.

    Dj’arâ fât das deux minutes. El Français don tchu d’la ruâye fât in souper aux moûles anû. C’est mi qui règâle. On venrait r’penre el poûsse-cafè touci.

    Ça m’va. Mâs vès pernez des risques!

    Djamâs, Tampir. Wâtez, das l’coin, toulà... Prête à r’fâre in cran à coté d’l’aute si v’boudgez d’eune mauvaise patte! Allez, en route!

3 novembre 2019...

    Bonjour, mère Grougn’resse!

  Bonjour, Tampir. Vous avez un nouveau chapeau?

    Non. C’est le bonnet que je porte pour cacher le pansement.

    Cacher le pansement? Qu’avez-vous fait?

    Vous ne me croirez jamais, Grougn’resse : il y a une teigne de femme qui m’a fichu un grand coup de parapluie sur la tête.

    Ben ce n’est pas vrai que vous avez été sonné à ce point-là, bien sûr!

  Le médecin m’a mis deux points de suture.

  Oh, mon dieu... Je vous paierai le médecin, Tampir... Je vous rapporterai les sous tous à l’heure.

   J’ai payé 12 euros aussi  pour le parapluie...

  Oho! Et ensuite, vous demanderez des dommages moraux?

    Vous le mériteriez!

    Si vous n’aviez pas eu une si mauvaise langue, ça ne serait pas arrivé!

    Allez, c’est bon! Gardez vos sous.

    Il me semble qu’il serait temps de refaire votre pansement. Venez  avec moi.

    Vous avez ce qu’il faut pour ça?

    Bah, une vieille loque, c’est déjà bon!

    Tant que vous ne m’y mettez pas une vieille culotte ouverte...

    Allez, arrêtons, va. Vous voulez une petite goutte?

  Vous avez toujours de la grande mirabelle?

    Oui, elle est là. Asseyez-vous à table. Je vous enlève le bonnet. Dites... Quand a-t-on fait ce pansement-là?

    La semaine dernière.

    Et personne n’y a regardé depuis lors?

    Vous êtes la première à être assez curieuse pour cela.

    Ça sent la macération. Vous n’avez pas gardé votre bonnet tout le temps, tout de même? Vous l’enleviez pour la nuit?

    Ben non...

    Tout est collé ensemble. Je vais vous faire mal.

    Ça sent l’éther... Ça ne désinfecte pas, vous savez, l’éther.

    Je le sais bien, Tampir. Buvez un coup. L’éther, c’est pour nettoyer et décoller touât. Pour l’infection, j’ai ce qu’il faut.

 Je n’ai rien senti. Vous avez déjà tout enlevé?

Regardez ça, la cochonnerie. Je me demande s’il ne faudrait pas faire venir le docteur.

    Bah... Vous ferez l’affaire. Ce qui m’étonne, c’est que vous êtes la douceur même. Ça ne vous ressemble pas!

    Taisez-vous. Buvez encore un coup.

    Je me sens un peu faible. Je crois que j’ai faim.

   J’aurai fini dans deux minutes. Le Français du bout de la rue fait un souper aux moules, aujourd’hui. C’est moi qui régale. On viendra prendre le pousse-café ici.

    Ça me va. Mais vous prenez des risques!

    Jamais, Tampir. Regardez, là, dans le coin... Prêt à refaire un cran à côté de l’autre si vous bougez d’une mauvaise patte! Allez, en route!

27 octôbe 2019...

    Bondjou, mère Grougn’resse!

    Bondjou, Tampir.

    Coummat ç’qu’i va, vote Bin’Amour?

    I v’rawâ à 11 heûres pou l’apèro.

    I n’est m’ co si béte què ça, vote Grison. Djè va co lî prèparer n’pètite surprîse pour sa cabane.

    Hé là... Vès savez bin qu’ c’est mi qui v’invite, tout d’mîme!

    Ah? V’ez amènadgi das sa cabane?

    Et pûs? Et si c’atout vrâ? Aveu lu près d’mi, djè n’arous djamâs froid les pis ni co l’resse.

    Djè counneus un aute moyen, aussi efficace.

    C’est ça! Si ves v’pernez pou in âne, v’ez râjon. Mâs dj’â bin assez d’inque!

    In vrai plâji dè v’fâre plâji!

    Les Boldet avant tué l’pouchî. Dj’â atu quîre deux trois tchus d’tchâ, don lard, don boudin... Et dj’â prèparé n’touffâye. Aveu don lârd coumme on n’a voit pus souvat. Et don sayin, don pûr coumme on n’a trouve pus.

    V’ez douvî in restaûrant?

    Vès m’baillez eune idée. A v’choûtant, djè m’dis què dj’doûrous v’fâre päyi l’assiette.

    Vès n’valez m’ tripette, mère Grougn’resse, mâs mîme si djè dous päyi m’rèpas, djè sûs tout prète à v’nu. Vès fayez la meilleûre touffâye don pays. Alors, si en pus’ v’ez don pouchî des Bodlet, djè sûs prète à racouri!

    Allans toujdous voir el Bin’Amour. Djè crois qu’i v’îme bin.

    Ces bîtes-là îmant tout l’monde, Grougn’resse. C’est l’avantadge qu’i-s avant su les humains!

    Wâtez coumme il est bin, Tampir.

    Pètardise! Bin dj’veux bin l’croire! V’ez amènadgi la cahute coumme pou in prince. Et handlé bin prope, aveu ça.

    On mettrout la taûle touci qu’on n’arout m’ l’appétit côpé, noum’ don?

    Et coumme il è l’poil doux!

    Il est bin bruchi. Et i-l îme bin ça!

    Dj’â sondgi à li fâre eune belle mîdgeûre, su pid. Faut djusse voir à qué hauteur què dj’dous la fabriquer.

    Wâtez coumme i mette sa tîte su vote cœur, Tampir. On dèrout qu’i comprend c’què v’dijez...

    Et si v’compernin ètout, don, Grougn’resse...

    Nez-a, c’est l’heûre dè l’apèro.

    T’es d’la tchance, va, Bin’Amour. Tè s’rais bin, sais-t’ aveu la Germaine...

    Què c’què v’dijez, d’rî m’dos?

    C’est à l’aute bourrique, què dj’causous, Grougn’resse...

    Vara d’Tampir, va. A la vote.

    Dijez, mère Grougn’resse, combin ç’què vès m’compt’rez la touffâye?

    Tâjez-v’ hé bétard. V’arez co in bon vî Orval aveu ça.

    Dj’â fât la galette aux peummes èchoi. Aveu d’la crîme. On verrait marader tchûz mi!

    C’est co des peummes dè l’annâye passâye?

    Nenni, hein, mère Grougnéresse! Elles s’raint aussi ratchitchîtes què vous!  Aïe, Aaaahhh!

    Djè pass’rans pa l’magasin, vès m’rach’trez in nouvî parapuie!

27 octobre 2019...

    Bonjour, mère Grougn’resse!

    Bonjour, Tampir.

    Comment va votre Bin’Amour?

    Il vous attend à 11 heures pour l’apéro.

    Il n’est pas encore si bête, votre Grison. Je vais encore lui préparer une petite surprise pour sa cabane.

    Hé là... Vous savez bien que c’est moi qui vous invite, tout dr même!

    Ah? Vous avez aménagé dans sa cabane?

    Et alors? Et si c’était vrai? Avec lui près dr moi, je n’aurais jamais froid aux pieds ni au reste.

    Je connais un autre moyen, aussi efficace.

    C’est ça! Si vous vous prenez pour un âne, vous avez raison. Mais j’ai bien assez d’un seul!

    Un vrai plaisir de vous faire plaisir!

    Les Boldet ont tué le cochon. Je suis allée chercher deux-trois morceaux de viande, du lard, du boudin... Et j’ai préparé une touffâye. Avec du lard comme on n’en voit plus souvent. Et du saindoux, du pur comme on n’en trouve plus.

    Vous avez ouvert un restaurant?

    Vous me donnez une idée. En vous écoutant, je me dis que je devrais vous faire payer l’assiette.

 Vous ne valez pas cher, mère Grougn’resse, mais même si je dois payer mon repas, je suis tout prêt à venir. Vous faites la meilleure touffâye du pays. Alors, si en plus vous avez du porc des Bodlet, je suis prête à accourir!

    Allons toujours voir Bin’Amour. Je crois qu’il vous aime bien.

    Ces bêtes-là aiment tout le monde, Grougn’resse. C’est l’avantage qu’ils ont sur les humains!

    Regardez comme il est bien, Tampir.

    Bon sang! Ben je veux bien croire! Vous avez aménagé la cabane comme pour un prince. Et nettoyé bien propre, en plus.

    On mettrait la table ici qu’on n’aurait pas l’appétit coupé, hein?

    Et comme il a le poil doux!

    Il est bien brossé. Et il aime ça!

    J’ai pensé lui faire une belle mangeoire, sur pied. Il faut juste voir à quelle hauteur je dois la fabriquer.

    Regardez comme il pose sa tête sur votre cœur, Tampir. On dirait qu’il comprend ce que vous dites...

    Et si vous compreniez aussi, donc, Grougn’resse...

    Venez, c’est l’heure de l’apéro.

    Tu as de la chance, va, Bin’Amour. Tu seras bien, tu sais, avec la Germaine...

    Qu’est-ce que vous dites, derrière mon dos?

    C’est à l’autre bourrique, que je parlais, Grougn’resse...

    Maudit Tampir, va. A la vôtre.

    Dites, mère Grougn’resse, combien allez-vous me compter la touffâye?

    Taisez-vous, bêta. Vous aurez encore un bon vieil Orval, avec ça.

    J’ai fait de la tarte aux pommes hier. Avec de la crème. On ira goûter chez moi!

    C’est encore des pommes de l’an dernier?

    Nenni, hein, mère Grougn’resse! Elles seraient aussi ratatinées que vous!  Aïe, Aaaahhh!

    On passera par le magasin, vous m’achèterez un nouveau parapluie!

20 octôbe 2019...

    Bondjou, mère Grougn’resse!

    Bondjou, père Tampir.

    V’ez li les gazettes à propôs d’Nèthys?

    Djè va v’dère, Tampir : jè n’m’intèresse mi aux grosses panses. Ça m’fât trop d’maux d’voir què ces dgens-là pûijant das les caisses publique pour boûrrer zoûs potches. Et qu’on loûs-y dit rin, rin èt co rin. Djè prenrous cent sous das la caisse dè n’impoûrte qui, on m’mettrout d’rî les bârreaux. Mâs ces dgens-là, on è co l’air dè s’escuser d’les enquiquiner. Djè m’foute dè tout ça, Tampir, djè n’sarous rin fâre alors djè toûne la tîte.

    Ben oyi, c’est co p’t’ête ç’qu’i gn’è d’mieux à fâre...

    V’ez passé pa les pateures don Gros Blanquet ces djous-ci?

    Non.net. Pouquoi?

    Dj’y a vû in bî p’tit gris, tout dgentil, tout doux.

    Vès v’lez dère eune bourrique, in âne?

    Tout djusse. Ça fât deux djous d’chûte què djè va m’assîre à coté d’lu. I s’coûtche près d’mi, djè lî cause èt djè l’caresse.

    I v’prend p’t’ête pou quèqu’inque dè sa famille...

    Vès plez dère èç’ què v’voûrez, Tampir. Quand djè vois l’monde dè çounes qu’on hutche «humains», djè m’sate heureuse près des bîtes. C’est vrâ qu’c’est in monde à part. La plupart ès’ servant d’la loi don pus foûrt, Tampir, mâs eune bîte, ça n’est m’ malhounnîte, ça n’vès fât pont d’misîres, ça n’tchârtche mi à v’voler, à v’roûler.

    Vès n’allez m’ comparer les gugusses dè Nèthys à n’bourrique, quand mîme!

    Sûr què non.net, Tampir. Djè n’voûrous m’ insulter l’grison.

    Coumme djè vois, vès sondgez à n’nouvelle compagnie tchûz vous.

    Vès m’fârins la cabane pou l’mette à l’abri?

    Vès n’ez m’ co assez aveu vos pouyes, vos lapins èt vote gaïe?

    Djè v’päy’râs c’qu’i faûrait, Tampir.

    Vès n’allez m’ rach’ter l’grison don gros Blanquet, bin sûr?

    El mienne ès hutch’rait Bin’amour. I doûrout ête tchûz mi dans quinze djous.

    Djè m’mettrâ à l’ouvradge mercrèdi, mère Grougn’resse. Allans coummader c’qu’i faut!

    V’atez in brâve, Tampir.

    Dijez, mère Grougn’resse, on pourrout n’aller l’voir, vote Bin’amour?

    Allans-y. I faut lî causer tout doûc’mat, Jules. I n’faut m’ l’èchaurer...

    Djè lî caus’râ coumme à vous, Germaine, quand l’avri s’ vite d’in pau d’mai èt què l’sèlo coummace à ratchauffi tafât...

    I va fâre bon viqui das l’arrière-campagne.

20 octobre 2019...

    Bonjour, mère Grougn’resse!

    Bonjour, père Tampir.

  Vous avez lu les journaux à propos de Nethys?

  Je vais vous dire, Tampir : je ne m’intéresse pas aux grosses panses. Ça me fait trop de mal de voir que ces gens-là puisent dans les caisses publique pour bourrer leurs poches. Et qu’on ne leur dit rien, rien et encore rien. Si je prenais cinq francs dans la caisse de n’importe qui, on me mettrait derrière les barreaux. Mais ces gens-là, on a encore l’air de s’excuser de les déranger. Je me fiche de tout ça, Tampir, je ne saurais rien faire alors je tourne la tête.

    Ben oui, c’est encore peut-être ce qu’il y a de mieux à faire...

    Vous êtes passé par les pâtures du Gros Blanquet ces jours-ci?

    Non. Pourquoi?

    J’y ai vu un beau petit gris, tout gentil, tout doux.

    Vous voulez dire une bourrique, un âne?

    Tout juste. Voilà deux jours de suite que je vais m’asseoir à coté de lui. Il se couche près de moi, je lui parle et je le caresse.

    Il vous prend peut-être pour quelqu’un de sa famille...

    Vous pouvez dire ce que  vous voudrez, Tampir. Quand jr vois lr monde de ceux qu’on appelle «humains», je me sens heureuse près des bêtes.  C’est vrai que c’est un monde à part. La plupart se servent de la loi du plus fort, Tampir, mais une bête, ça n’est pas malhonnête, ça ne vous fait pas de misère, ça ne cherche pas à vous voler, à vous rouler.

    Vous n’allez pas comparer les gugusses de Nethys à une bourrique, quand même!

    Sûrement pas, Tampir. Je ne voudrais pas insulter le grison.

    Comme je vois, vous pensez à une nouvelle compagnie chez vous.

    Vous me feriez la cabane pour le mette à l’abri?

    Vous n’avez pas encore assez avec vos poules, vos lapins et votre chèvre?

    Je vous paierai ce qu’il faudra, Tampir.

    Vous n’allez pas racheter le grison du gros Blanquet, quand même?

    Le mien s’appellera Bin’amour. Il devrait être chez moi dans quinze jours.

  Je m'y mettrai mercredi, mère Grougn’ resse. Allons commander le nécessaire!

    Vous êtes un brave, Tampir.

    Dites, mère Grougn’resse, on pourrait aller voir votre Bin’amour?

    Allons-y. Il faut lui parler tout en douceur, Jules. Il ne faut pas l’effrayer...

    Je lui parlerai comme à vous, Germaine, quand l’avril s’habille d’un peu de mai et que le soleil commence à réchauffer tout...

    Il va faire bon vivre dans la campagne reculée.

13 octôbe 2019...

    Bondjou, mère Greougn’resse!

    Salut, Tampir.

    Alors, v’atez binâje què les affaires Nethys èt compagnie atant règlâyes?

    Ça, quand djè l’voirâ, djè l’croirâ.

    I-s avant tout d’mîme remplacé les administrateûrs èt foutu l’grand patron à l’huche.

    Oyi. Aveu 7 annâyes dè salaîre d’in directeur à la Province coumme rècompense.

    Oooh! I n’les è m’ co!

    Vès v’lez parier? Et les remplaçants, i v’nant pou toutchi la mîme tchôse quand on doûrait les foute à l’huche ètou?

    Roublians ça! Èt què ç’què v’sondgez don nouvî duo pour préparer l’gouvernemat?

    Pasquè v’y croyez, vous? I gn’a-n è d’jà inque dès deux qu’è bin dit qu’i n’avout m’ eune merte à dère et qu’on n’ dècid’rout rin tant qu’el tsar dè s’parti n’arout m’ ètu élu. In candidat, des millièrs d’militants qu’atant co in côp cocus. Rudimentaire...

    C’est la mîme tchôse pou tous les partis, allo. Si gn’è qu’in candidat, on breûle què c’est in dictateûr qui s’baille tous les pouvoirs, èt si gn’a-n è d’trop, on dit «r’wâtez coumme les clans don parti s’dèchèrant.»

    I s’foutant quand mîme bin d’note margoulette, mi, djè vès l’dis!

    On dit mîme qu’on poûrrout n’aller r’vôter...

    I plant toudjous compter d’sus!

    Bin, cè n’est m’ nous autes qui decidans...

    Là-d’das ètou, dj’atans cocus! Djè n’y r’vèrâ m’ toudjous.

    Ben vès savez bin quand mîme qu’i gn’è des hoummes èt des feummes qu’avant mouri pou qu’on aviche el droit d’aller vôter!

    Ces malheûreûx-là douvant bin s’rètoûner das zoû tombe! Si i voyant c’què les partis avant fât d’la dèmocratie, i douvant brâre coumme des fontînes èt r’gretter d’avoi bailli zoû vie pou ça! Pus pont d’dèmocratie : dè la particratie èt co, c’est deux trois barons d’chaque parti qui dècidant pou tout l’monde! Dè la grosspansocratie, oui! Qu’i-s allinchent ès’ fâre voir! Mi, djè n’mè boudg’râ pus.

    C’est tout bènèfice pour les estrémisses, ça, vès l’savez bin!

    S’i loûs-y faut ça pou comprenre, à ces guignols-là, tant pîre. Dj’avans co in côp noummé des câcgneux, des choûgnas èt des èclopés mentaux, à v’là assez!

    Sondgez-i bin tout d’mîme.

    C’est tout sondgi, Tampir : s’i loûs-y faut n’lèçon pou conprendre èç’ què dj’sondgeant d’zoux, tant pîre.

    C’est quand mîme; sauf vote respect, eune lèçon in peu imbècile...

    Au moins, i doûrint ète capabes dè la comprenre, c’est d’zoû niveau!

13 octobre 2019...

    Bonjour, mère Greougn’resse!

    Salut, Tampir.

    Alors, vous êtes contente que les affaires Nethys et compagnie sont réglées?

    Ça, quand je le verrai, je le croirai.

Ils ont tout de même remplacé les adminis- trateurs et fichu le grand patron à la porte.

    Oui. Avec 7 années de salaire d’un directeur à la Province comme récompense.

    Oooh! Il ne les a pas encore!

    Vous voulez parier? Et les remplaçants, ils viennent pour toucher la même chose quand on devra les jeter dehors aussi?

    Oublions ça! Et que pensez-vous du nouveau duo pour préparer le gouvernement?

    Parce que vous y croyez, vous? Il y en a déjà un des deux qui a bien dit qu’il n’avait pas rien du tout à dire et qu’on ne déciderait rien tant que le tsar de son parti n’aurait pas été élu. Un candidat, des milliers de militants encore une fois cocus. Rudimentaire...

    C’est la même chose pour tous les partis, allons. S’il n’y a qu’un candidat, on hurle que c’est un dictateur qui se donne tous les pouvoirs, et s’il y en a trop, on dit «regardez comme les clans du parti se déchirent.»

    Ils se fichent quand même bien de notre margoulette, moi, je vous le dis!

    On dit même qu’on pourrait aller revoter...

    Ils peuvent toujours compter dessus!

    Ben, ce n’est pas nous autres qui décidons...

    Là aussi, nous sommes cocus! Je n’y retournerai  toujours pas.

    Ben vous savez bien quand même que des hommes et des femmes sont morts pour qu’on ait le droit d’aller voter!

    Ces malheureux-là doivent bien se retourner dans leur tombe! S’ils voient ce que les partis ont fait de la démocratie, ils doivent pleurer comme des fontaines et regretter d’avoir donné leur vie pour ça! Plus de démocratie du tout : de la particratie et encore, c’est deux ou trois barons de chaque parti qui décident pour tout le monde! De la grosspansocratie, oui! Qu’ils aillent se faire voir! Moi, je ne me bougerai plus.

    C’est tout bénéfice pour les extrémistes, ça, vous le savez bien!

    S’il leur faut ça pour comprendre, à ces guignols, tant pis. Nous avons une fois de plus nommé des cagneux, des hypocrites et des éclopés mentaux, en voilà assez!

    Réfléchissez-y  tout de même bien.

    C’est tout réfléchi, Tampir : s’il leur faut une leçon pour comprendre ce que nous pensons d’eux, tant pis.

    C’est quand même; sauf votre respect, une leçon un peu imbécile...

    Au moins, ils devraient être capables de la comprendre, c’est de leur niveau!

6 octôbe 2019...

    Tampir, v’atez in vara d’houmme.

    Wâye pouquoi, don, mère Grougn’resse?

    V’ez co arrandgi la clôteure don méche pa d’où c’què les bîtes passaint pou v’nu à mes pouyes.

    Bin, djè n’arous sû fâre autrèmat, v’atins toudjous en train d’accuser les dgens d’vote ruâye dè v’nu v’voler vos pouyons èt co vos us!

    Bin si c’n’atout m’ça, qui ç’què ça s’rout?

   Coumme tchuz vos voisins, Grougn’resse, c’est in r’naud qu’è fât l’coup!

    Qu’est-ce qu’i-s a savant?

    I-l avout pleut, la nûti, i gn’è deux djous. Les trâces atint bin claires dans la matinâye...

    Dè toute manière, les Grulan èt les Hambru sant bin capâbes d’avoir avoyi zoûs jeûnes pou m’voler!

    C’est les vacances dè Pâques, Grougn’resse, i sant tourtous voûyes aveu les scouts.

    Djè n’y avous m’ sondgi...

    Vès sautez toudjous su l’esplicâtion la pus âjîte, Grougn’resse, èt v’a fayez n’vèrité!

    Bin, bin,...

    I gn’è pont d’binbin! Les autes n’avant pus rin, zoux, ni us, ni pouyes!

    I n’avaint què d’rèfâre zou clôteure...

    Oyi, coumme c’ez r’fât la vote, bin sûr!

    Qu’est-ce què v’ vèlez dère aveu ça?

    Qu’i gn’è m’ in père Tampir pou tous les habitants d’la ruâye!

    Tant pis pour zoux!

    Pou r’fâre l’èquilibe dè la solidarité, djè va n’aller r’mette vote clôteure coumme elle atout i gn’è trois djous!

    Hâye c’est bon, Tampir. V’ez guîgni. Djè m’a vas.

    Pou n’aller où?

    Dje va n’aller sorti les us èt les pouyes, les partadgi aveu les voisins qu’ant eû moins d’tchance.

    C’est bin, ça, mère Grougn’resse. Djè va v’âdi...

6 octobre 2019...

    Tampir, vous êtes un sacré bonhomme.

  Ah, et pourquoi, donc, mère Grougn’resse?

    Vous avez encore arrangé la clôture de mon jardin par où les bêtes passaient pour venir à mes poules.

 Ben, je n’aurais pas su faire autrement, vous étiez toujours en train d’accuser les gens de votre rue de venir vous voler vos poulets et vos œufs!

  Ben si ce n’était pas ça, qui l'aurait fait?

    Comme chez vos voisins, Grougn’resse, c’est un renard, le coupable!

    Qu’est-ce qu’ils en savent?

    Il avait plu, la nuit, il y a deux jours. Les traces étaient bien nettes dans la matinée...

    De toute manière, les Grulan et les Hambru sont bien capables d’avoir envoyé leurs enfants pour me voler!

 C’est les vacances de Pâques, Grougn’resse, ils sont tous partis avec les scouts.

    Je n’y avais pas pensé...

  Vous sautez toujours sur l’explication la plus facile, Grougn’resse, et vous en faites une vérité!

    Ben, ben,...

    Il n’y a  pas de benben! Les autres n’ont plus rien, eux, ni œufs, ni poules!

    Ils n’avaient qu’a d’refaire leur clôture...

    Oui, comme vous avez refait la vôtre, bien sûr!

    Que voulez-vous dire par là?

    Qu’il n’y a pas un père Tampir pour tous les habitants de la rue!

    Tant pis pour eux!

    Pour rétablir la solidarité, je vais aller remette votre clôture comme elle était il y a trois jours!

    Allez, c’est bon, Tampir. Vous avez gagné. Je m’en vais.

    Pour aller où?

    Je vais aller sortir les œufs et les poules, les partager avec les voisins qui ont eu moins de chance.

    C’est bien, ça, mère Grougn’resse. Je vais vous aider...

29 sètempe 2019...

    Aaaaah! El père Tampir s’è co tapé su l’doigt aveu in martî!

    Non.nèt, mère Grougn’resse. C’est l’huche dè la cujine qui s’est r’clapé què dj’n’avous m’ co r’tèré tous les doigts.

    Ben vès n’atez m’ la mîtan d’in loûgne, là, Tampir.

    Wâtez toudjous dè v’mette à distance pour froumer vos huches, là, Grougn’resse. Tchûz vous, c’est sûr la langue qui s’rout fruchîte.

    Ben là... Et c’est mi qu’on accuse d’avoir eune mauvaise gueûle! V’ez atu tchûz l’docteûr?

    Pou quoi fâre? Dj’â aussi bin fât l’pan’smat qu’lu, i m’sène!

    Montrez voir in paû... Mmmh. V’ez dèsinfecté, au moins?

    Djè l’â passé d’zous l’robinet.

    Ah oui, ça c’est in fâmeux dèsinfectant! Nez-a, djè va r’wâti à ça.

    Cè n’est m’ la poûne, savez-v’, ça va n’aller...

    Assuez-v’ èt tâjez-v’. R’wâtez ça : el sparadrap n’tint m’ soûl’mat! Et v’ez passé ça zous l’robinet? Vès n’ez pont d’savon, don? V’ez la patte toute niche!

    Djè n’a m’ vèlu m’fâre maû...

    Choûtez ça, l’doûillet! Vès mèritr’rins què dj’frottiche el doigt aveu la bruche à inglette!

    Er’mettez-m èm pans’mat, Grougn’resse, djè m’a r’va!

    V’allez d’morer touci èt djè va v’sougni. Dijez, v’ez vû l’tchu d’vote doigt?

    Ah! Nè m’fayez m’ rèwâti ça... Dj’a s’rous malate!

    I faut fâre sorti l’sang, sinon, ça v’fârait souffri longtaps!

    Vès n’toutch’rez m’ à ça, foi d’Tampir!

    V’ez bî catchi vote mî drî vote dos, djè v’sougn’râ maûgré vous!

    Bon. Dj’allans fâre in martchi.

    Pont d’martchi, on n’djoue m’ aveu la santé. Baillez vote mî! Allèz, èn’ fayez m’ l’afant!

    In martchi. Ma mî conte eune goutte! Djusse pou m’âdi à souffri...

    Cognac? Whisky? Mirâbelle?

    Vès n’ez pont d’poire?

    Siè. Allez, v’là n’poire d’Allondrelle.

    Aaaah! Mère Grougn’resse, vès n’ez m’ prins les ramâtes! A v’là n’bounne râtion!

    Là... Buvez in côp a m’baillant vote mî. Attention, djè va v’fâre maû, v’allez l’sate passer!

    Wardez vote goutte, djè r’prens ma mî!

    Attention, Tampir, vès tritchez : v’ez lampé la mîtan d’la goutte...

    Bon... E’rmettez-a eune, èt v’arez guîgni.

    Quand vès s’rez moûrt z’ive, dj’arâ pus âgi... Sifflez-a co n’goulâye...

    Là, djè sûs prète, la mère. Aaaaaaaaahhhhhhh... Aaaaaahhhhhh!

    Merte, el sang est bin soûrti, mâs ça m’è dèclitchi la margoulette!

    Buvez l’resse dè m’verre...

    Ça, c’est bin dgentil, Tampir, mâs il est vûde!

    Oooh! Ben avant d’continuer, r’mettez-nous n’pèt’ hic pète.. Pètite goule... goutte.

    Rin qu’pou l’pâji!

    A la sotte... la note, là, Grougn’vresse... resse.

    V’allez co avoir maû, dj’a netti aveu d’éther, mâs à c’t’heûre, djè dèsinfèque aveu d’la bètadine.

    Grougn’resse... djè n’sate pus rin. Vès p’lez fâr tout c’qu’i gn’è à fâre pou m’doigt.

    Djè mè l’dijous bin...

    Djè m’dèmande si v’arains atu aussi vive si dj’m’avous pinci aute tchôse dans l’huche.

    Atch’vez vote verre èt sonrez, Tampir. Vès v’pôs’rez des questions in aute côp!

29  septembre 2019...

    Aaaaah! Le père Tampir s’est encore tapé sur le doigt avec un marteau!

    Non, mère Grougn’resse. C’est la porte de la cuisine qui s’est claquée alors que je n’avais pas encore retiré tous mes doigts.

    Ben vous n’êtes pas la moitié d’un maladroit, vous savez, Tampir.

    faites toujours attention de vous mettre à distance pour fermer vos porte, hein, Grougn’resse. Chez vous, c’est sûrement la langue qui serait écrasée.

    Ben voilà... Et c’est moi qu’on accuse d’avoir une mauvaise gueule! Vous avez été tchez le médecin?

    Pouf quoi faire? J’ai aussi bien fait le pansement que lui, ce me semble!!

    Montrez un peu... Mmmh. Vous avez désinfecté, au moins?

    Je l’ai passé sous le robinet.

    Ah oui, ça c’est un fameux désinfectant! Venez, je vais regarder à ça.

    Ce n’est pas la peine, vous savez, ça va aller...

    Asseyez-vous et taisez-vous. Regardez ça : le sparadrap ne tient même pas! Et voud avez passé ça sous le robinet? Vous n’avez pas de savon? Vous avez la patte toute sale!

    Je n’ai pas voulu me faire mal...

    Écoutez ça, le douillet! Vous mériteriez que je frotte votre doigt avec la brosse à ongle!

Remettez-moi mon pansement, Grougn’ resse, je m’en retourne!

   Vous allez rester ici et je vais vous soigner. Dites, vous avez vu le bout de votre doigt?

    Ah! Ne me faites pas regarder ça... J’en serais malade!

    Il faut faire sortir le sang, sinon, ça vous fera souffrir longtemps!

   Vous ne toucherez pas à ça, foi de Tampir!

   Vous avez beau cacher voter main derrière votre dos, je vous soignerai malgré vous!

    Bon. Nous allons faire un marché.

    Pas de marché, on ne joue pas avec la santé. Donnez votre main! Allez, ne faites pas l’enfant!

    Un marché. Ma main contre une goutte! Juste pour m’aider à souffrir...

    Cognac? Whisky? Mirabelle?

    Vous n’avez pas de poire?

    Si. Allez, voilà une poire d’Alondrelle.

    Aaaah! Mère Grougn’resse, vous n’avez pas lésiné! En voilà une bonne ration!

    Là... Buvez un coup en me donnant votre main. Attention, je vais vous faire mal, vous allez le sentir passer!

   Gardez votre goutte, je reprends ma main!

    Attention, Tampir, vous trichez : vous avez lampé la moitié de la goutte...

 Bon... Remettez-en une, et vous aurez gagné.

    Quand vous serez fin rond, j’aurai moins de difficultés... Sifflez-en encore une lampée...

    Là, je suis prêt, la mère. Aaaaaaaaahhhhhhh... Aaaaaahhhhhh!

    Merde, le sang est bien sorti, mais ça m’a éclaboussé la margoulette!

    Buvez le reste de mon verre...

    Ça, c’est bien gentil, Tampir, mais il est vide!

    Oooh! Ben, avant de continuer, remettez-nous une pet’ hic peute.. Petite goule... goutte.

    Rien que pour le plaisir!

   À la sotte... la nôtre, hein, Grougn’vresse... resse.

    Vous allez encore avoir mal, j’ai nettoyé avec de l’éther, mais maintenant, je désinfecte avec de la bétadine.

    Grougn’resse... je ne sens plus rien. Vous pouvez faire tout ce qu’il y a à faire pour mon doigt.

    Je me le disais bien...

    Je me demande si vous auriez été aussi vive si j’m’étais pincé autre chose dans la porte.

    Achevez votre verre et dormez, Tampir. Vous vous poserez des questions un autre jour!

22 sètempe 2019...

    Tampir, touci tout d’chûte.

    ...

    V’atez choûrd? Tout d’chûte, què dj’â dit.

    ...

    Sacré pètard, v’allez v’nu ou bin djè doûrâ aller v’quîre?

    Ah, c’est à mi què v’causez, ma doûce pètite Germaine... À vote pètit Jules què v’îmez si tant foût...

    Tâjez-v’, hé, loûgne! Djè v’a foutrâ, mi, des doûces pètites Germaines! V’a-n ez co fât des belles!

    Allèz, nous y rev’là. Qu’est-ce què dj’â co fât, ç’côp-ci?

    Vès l’savez bin, hé, gautchi des quate pattes èt co don mujî!

    Grougn’resse, vès n’atez qu’eune grune maû èducâye, èt si vès n’atez m’ pus îmâbe aveu mi, djè v’a foutrâ eune su l’portrait!

    Bin djè voûrous bin voir ça!

    Vès n’ez què d’continuer su l’mîme ton, èt vès l’arez!

    Ah, nom di...

    Allèz, allez-y! Djè r’leuve djà mes mîtchettes!

    C’est qu’i l’fârout, savez-v’, èç’ vara-là!

    Djè va m’dgîner, p’t-ête! On r’coummace au dèbut!

    Dj’â âque à v’dère!

    Au dèbut, què dj’vins d’dère!

    Bon.

    V’arrivez, èt v’coummacez à causer.

    On s’croirout au thèâte aveu l’metteu en scîne...

    ...

    Bondjou, père Tampir.

    Bondjou, don, mère Grougn’resse. V’allez bin?

    Ça poûrrout aller mieux. I m’a-n arrive eune belle!

    Oho! Ça n’sarout ête dè ma faute, tout d’mîme, Germaine?

    Djè crois bin qu’si, Jules.

    La goulette què dj’â r’dressi s’est r’ployîte?

    Pire què ça : dj’â l’pot d’cabinet qu’è dèbordé, èt i m’è follu deux heûres pou r’nettîr tafât.

    Vès m’escus’rez, Germaine, mâs djè n’vois m’ coummat c’què ça s’rout d’ma faûte.

    Djè sûs sûre què quand v’ez r’dressi la goulette, v’avez fât âque qu’è fruchi l’èvacuâtion don cabinet.

    C’est d’aller voir direc.

...

    Bin... mi, djè n’vois rin. Nez-a voir, mère Grougn’resse. La descente est bin à sa place.

    Wâye oyi, c’est bin vrâ...

    Quand dj’â v’nu r’dressi vote goulette – enfin, la çoune dè la mâjon... –, v’avins pertchi pa d’sus la chasse des boules dè grînes pou les djones... Elles n’y atant pus.

    Merte! Dj’avous bin oï tchûre âque, mâs djè n’avous m’ vû c’què ç’atout!

    Alors v’ez boûtchi vote cabinet èt v’accusez l’brâve Jules d’avoir saboté l’pot pou v’fâre tch...

    V’a-n arins atu bin capâbe!

    Et a c’t’heûre, qu’est-c’ qu’on dit à s’pètit Jules adoré?

    Què si i continûe, i va co ramassi in côp d’parapuie!

    Ah, Germaine, c’est in vraî plâji d’ vènu bricoler tchûz vous. Vûdez nous deux Ricards, èt v’nous fârez n’pètite am’lette aveu don lârd èt d’la civette!

    Vès v’invitez, ainlà! Bin v’a-n avez, don toupet! Allèz, assuez-v’, djè va quîre la boutèle.

22  septembre 2019...

    Tampir, ici tout de suite.

    ...

  Vous êtes sourd? Tout de suite, que j’ai dit.

    ...

    Sacré pétard, vous allez venir ou bien je dois aller vous chercher?

    Ah, c’est à moi que vous parlez, ma douce petite Germaine... À vote petit Jules que vous aimez si tant fort...

    Taisez-vous, hé, idiot! Je vous en donnerai, moi, des douces petites Germaines! Vous en avez encore fait des belles!

    Allez, nous y revoilà. Qu’est-ce que j’ai encore fait, cette fois?

    Vous le savez bien, hé, gaucher des quatre pattes et du museau!

    Grougn’resse, vous n’êtes qu’une greluche mal éduquée, et si vous n’êtes pas plus aimable avec moi, je vous en collerai une sur le portrait!

    Ben je voudrais bien voir ça!

    Vous n’avez qu’à continuer sur le même ton, et vous l’aurez!

    Ah, nom de...

    Allez,