Banniere


La Gaume et le gaumais,
la Gaume et les Gaumais...
El billet don dîmatche (à lîre su Facebook
(https://www.facebook.com/Fregaume)
 tous les dîmatches au matin)
MG & PT

17 mârs 2019...

    Salut, Tampir.

    Bin l’bondjou, mère Grougn’resse. I gn’è bin longtaps què v’n’avins m’ toqué à m’ n’huche! Qu’est-ce què dj’peux fâre pou v’âdi?

    Dj’â n’fuite.

    Bin, c’est què... djè n’â pont Pampers à la mâjon...

    Imbècile, què v’atez!

    Ooooh! Et c’est ainlà qu’on traîte in brave houmme qu’on vint lî d’mander d’ v’âdi!

    A la câve, què dj’â n’fuite. Mâs djè n’vois m’ où ç’què c’est. On dèrout qu’ça vint don meur.

    Et quand c’què v’ez vû qu’ça pichout?

    Dèd’pûs èchoi à la nût. Dj’â tèré tout c’qui n’peut ête trapé.

    Et vès n’voyez m’ el tuyau qu’est traoué?

    Gn’è pont d’tuyau toulà. I gn’è pont d’robinet, d’abord.

    Nez-a, mère Grougn’resse, dj’allans voir ça.

    Bè... vès n’pernez pont d’utés?

    Bin djè voirâ bin su place èç’ qu’i faurait. Djè n’va m’ penre ène foreuse si n’mè faut qu’in martî, tout d’mîme.

    Djè n’â djamâs vû qu’on r’boûtchout in trô aveu n’foreuse, là, mi!

    Cè n’atout qu’in exempe, hé, loûgne!

    C’est ça, foutez-v’ co d’mi!

    C’què v’arins pu penre aveu, c’est in parapuie, nom dès djos. Dj’allans ête cann’tés.

    Ça v’fârait don bin, ça va v’rafraîtchi les idées!

    C’n’ est m’ toudjous vote tîte qui fârait d’la vapeur dè plôve! À moins què v’ n’arins 42 d’fiève!

    V’allez arrêter, oui! V’ez d’la tchance què dj’n’â pont d’pèpin! Vès l’arins d’jà eû su la margoulette, mauvais bouc!

    Djè m’dèmande si djè n’va m’ fâre dèmî tou. Djè crois qu’c’est co c’què dj’â mieux à fâre si dj’veux d’morer viquant!

    C’est bon, là, Tampir! Dj’ atans tout près d’ma mâjon.

    Oyi, nous y v’là. Dijez, mère Grougn’resse, la câve qu’i gn’è n’fuite, c’est touci pa d’vant, dèzous vote cujine?

    Euh... Oyi, i m’sène que c’est bin ça.

    Mi dujette d’aller pus lon, mère Grougn’resse.

    Vès n’allez m’ èm’ lâyi das la merte, hein, Tampir?

    Mi pus’ què das l’âwe. Roitez vote goulette, toulà. Vès plez ête sûre qu’i gn’è in holli qui v’l’è raplatîte aveu s’n’auto. Dè ç’côp-là, elle piche après l’meur, èt l’âwe ratère das vote câve in paû pus bache.

    Qu’est-ce qu’on peut fâre à ça?

    Djè va la r’dressi aveu n’pince èt n’triquoiche. Mâs in faurait la fâre rèmette d’aplomb pa in mâte ouvri...

    V’allez r’quîre vos utés?

    Dj’â ç’qu’i faut das ma potche. I gn’a-n è pou deux minutes.

    Aaaaah, Tampir, djè v’rabrachrou bin!

    N’approtchez m’, mère Grougn’resse, ou djè v’pûje aveu m’toûn’viche!

    Ha! ha! ha! Vès l’broûyrins avant qu’i n’atriche das ma basâne, hé vaurin! Djè ratère, quand v’arez fât, vès venrez boire eune jatte dè cafè aveu n’goutte.

    Eh bin! Merci, la mère! Djè lâyras l’toûn’viche dèvant l’huche, ainlà vès poûrrez m’rabrachi tout d’mîme!

    En’ roubliez m’ que dj’a toudjous m’pèpin padu das la cujine!

17 mars 2019...

    Salut, Tampir.

    Bien le bonjour, mère Grougn’resse. Il y a bien longtemps que vous n’aviez pas frappé à ma porte! Qu’est-ce que je peux faire pour vous aider?

    J’au une fuite.

    Ben, c’est que... je n’ai pas de Pampers à la maison...

    Imbécile, que vous êtes!

   Ooooh! Et voilà comme on traite un brave homme à qui on vient demander de l’aide!

  À la cave, que j’ai une fuite. Mais je ne vois pas où c’est. On dirait que ça vient du mur.

    Et quand avez-vous vu que ça coulait?

    Depuis hier soir. J’ai enlevé tout ce qui ne peut être mouillé.

 Et vous ne voyez pas le tuyau qui est troué?

    Il n’y a pas de tuyau là. D’ailleurs, il n’y a pas de robinet.

    Venez, mère Grougn’resse, nous allons voir ça.

    Bè... vous ne prenez pas d’outils?

    Ben je verrai bien sur place ce qu’il faudra. Je ne vais pas prendre une foreuse s’il ne me faut qu’un marteau, tout de même.

    Je n’ai jamais vu qu’on rebouchait un trou avec une foreuse, moi!

    Ce n’était qu’un exemple, niquedouille!

    C’est ça, fichez-vous encore de moi!

    Ce que vous auriez pu emmener, c’est in parapluie, nom des djos. Nous allons être trempés.

    Ça vous fera du bien, ça va vous rafraîchir les idées!

    Ce n’est en tout cas pas votre tête qui fera de la vapeur de pluie! À moins que vous n’ayez 42 de fièvre!

    Vous allez arrêter, oui! Vous avez de la chance que je n’aie pas de pépin! Vous l’auriez déjà eu sur la figure, méchant bouc!

    Je me demande si je ne vais pas faire demi-tour. Je crois que c’est encore ce que j’ai de mieux à faire si je veux rester vivant!

    C’est bon, Tampir! Nous sommes tout près de ma maison.

    Oui, nous y voilà. Dites, mère Grougn’resse, la cave où il y a une fuite, c’est ici sur le  devant, sous votre cuisine?

    Euh... Oui, il me semble que c’est bien ça.

    Pas besoin d’aller plus loin, mère Grougn’resse.

    Vous n’allez pas me laisser dans la merde, hein, Tampir?

    Pas plus que dans l’eau. Regardez vote descente d’eau, là. Vous pouvez être sûre qu’il y a un con qui vous l’a aplatie avec sa voiture. De ce fait, elle arrose le mur, et elle rentre dans votre cave un peu plus bas.

    Qu’est-ce qu’on peut faire à cela?

    Je vais la redresser avec une pince et des tenailles. Mais il faudra la faire remettre en état par un maître ouvrier...

    Vous allez rechercher vos outils?

    J’ai ce qu’il faut dans ma poche. Il y en a pour deux minutes.

    Aaaaah, Tampir, je vous embrasserais bien!

    N’approchez pas, mère Grougn’resse, ou je vous troue le ventre avec mon tournevis!

    Ha! ha! ha! Vous le casseriez avant qu’il n’entre dans ma peau, hé vaurien! Je rentre, quand vous aurez fini, vous viendrez boire une tasse de café avec une goutte.

    Eh bien! Merci, la mère! Je laisserai le tournevis dehors, comme cela vous pourrez quand même m’embrasser!

    N’oubliez pas que j’ai toujours mon pépin pendu dans la cuisine!

10 mârs 2019...

   Bondjou, mère Grougn’resse. Wâye, v’a-n’ n’ez achté, don papi à cul!

   Bondjou, Tampir. Dj’a attrapé la coulante.

    Oho! V’ez mîdgi âque dè camoussi?

    Non.nèt.

  Vès doûrins fâre attention, là, èt n’aller aux l’çons d’cujine, on v’bârout des conseils pou n’mi v’foute la dèclitchette ainlà.

  Qu’est-ce què v’croyez, don, lâd mounâme! Dj’a counneus d’pus qu’vous su la manière dè bin fâre à mîdgi!

    Ah, là, vès m’lancez in dèfi!

    On peut fâre in concours, v’atez battu d’avance!

    On va z’a r’causer. Qu’est-c’ qui v’ fât dèclitchi, alors?

    Vès n’ez m’ dujette dè l’savoir!

    Bon. Où c’qu’on va fâre note concours?

    Prèparez c’què v’voûrez tchûz vous, èt v’nez tchûz mi aveu l’rèsultat!

    A quélle heure qu’on s’rèunit?

    Dijans 7 heûres, on arait fî èt on s’rait prête.

    Ça m’va. Mâs dj’arâs pus d’taps pour travailli qu’vous!

    Et pouquoi, don?

    Ben mi, djè n’vèrâ m’ on p’tit coin toutes les cinq minutes!

    C’est ça, profitez-a co pou v’foute dè mi!

    Bah, mi, djè dis ça èt djè n’dis rin!

    Ben froumez-la, alors! A t’ t’à l’heûre!

e

 ....

e

     Ratrez, Tampir, dèpîtchez-v’.

    Oho, v’allez co couri r’vûdi l’trop-plî?

    Djè v’dèrous bin l’mot d’Cambronne, mâs vès toûn’rins co l’affaire à la rigolâde.

    Hè ! hè !... Dj’â amoûné ma marmite.

    La mienne est prète ètou.

    Allans-y, d’aboûrd. Djè v’chû...

    Aaaahhhhh! La r’vèlà co bin!

   Wâye, mère Tampir, qu’est-ce qui s’passe? Heu... Djè crois qu’v’ez fât in affront à vote culotte!

   Hiiiiii! Elle est toulà, das l’coin! Aaaahhhh!

  Ooooh! La vl’à, la cause dè vote dèclitchette... Eune pauve pètite souris! Et n’dèvesse dè tous les djâbes !

    Fayez âque, Tampir, vite! Djè fârâs tout c’què v’ voûrez!

  Cè n’est m’ el moumat, mère Grougn’resse, djè v’fârâ cadeau dè m’dèvoûmat!

    Tout c’què v’vèlez, Tampir, mâs vite, vite!

    Vèlà, mère Tampir. In côp d’sabot su la hanette èt elle est cafîte.

    Merci, Tampir. Djè vas r’vènu, mâs djè dous aller...

    V’laver, mère Grougn’resse... Fayez à vote aise...

e

...

e

     Djè sûs hontouse, Tampir. Dj’espère que vès n’ m’a voûrez m’ èt qu’vès n’vèrez m’ raconter ça das tout l’villadge.

    I n’ s’est rin passé, mère Grougn’resse. On roubli tafât.

    Qu’est c’què v’ez prèparé, Tampir?

    Dj’â fât don riz. Djè n’y â pont mins d’ugnons, pou vote respect...

    Djè v’â fât des moûles à la crîme èt à l’ail pasquè djè sais bin qu’v’îmez bin l’ail...

    Ça m’fât plâgi, mère Grougn’resse. Mettans-nous à taûle.

    V’atez pa des côps in brâve houmme, Tampir. Vès n’ez m’ l’air dè tchartchi à profîter d’la situation pou m’rabachi.

    Wâye non.net, allez, mère Grougn’resse. Ça s’rout l’bouquet. Boun’ appétit.

    Boun’ appétit, Tampir.

10 mars 2019...

    Bonjour, mère Grougn’resse. Ben, vous en avez acheté, du papier hygiénique!

    Bonjour, Tampir. J’ai  attrapé la diarrhée.

    Oho! Vous avez mangé quelque chose de moisi?

    Non.

    Vous devriez faire attention, et aller aux cours de cuisine, on vous donnerait des conseils pour ne pas vous provoquer de la diarrhée.

    Qu’est-ce que vous croyez, donc, laid bonhomme! J’en connais plus que vous sur la manière de bien faire à manger!

    Ah, là, vous me lancez un défi!

    On peut faire un concours, vous êtes battu d’avance!

    On va en  reparler. Qu’est-ce qui vous a provoqué votre diarrhée, alors?

    Vous n’avez pas besoin de le savoir!

    Bon. Où va-t-on  faire notre concours?

    Préparez ce que vous voudrez chez vous, et venez chez moi avec le résultat!

    A quelle heure qu’on se retrouve-t-on?

    Disons 7 heures, on aura faim et on sera prêts.

    Ça me va. Mais j’aurai plus de temps pour travailler que vous!

    Et pourquoi, donc?

    Ben moi, je n’irai pas au petit coin toutes les cinq minutes!

    C’est ça, profitez-en encore pour vous foutre de moi!

    Bah, moi, je dis ça et je ne dis rien!

    Ben fermez-la, alors! À tout à l’heure!

 ....

     Entrez, Tampir, dépêchez-vous.

    Oho, vous allez encore courir vider le trop-plein?

    Je vous dirais bien le mot de Cambronne, mais vous tourneriez encore l’affaire à la rigolade.

    Hé ! hé !... J’ai apporté ma marmite.

    La mienne est prête aussi.

    Allons-y, d’abord. Je vous suis...

    Aaaahhhhh! La revoilà encore bien!

    Eh bien, mère Tampir, qu’est-ce qui s’passe? Heu... Je crois que vous avez fait un affront à votre culotte!

    Hiiiiii! Elle est là, dans le coin! Aaaahhhh!

    Ooooh! La voilà, la cause de votre diarrhée... Une pauvre petite souris! Et une peur de tous les diables !

    Faites quelque chose, Tampir, vite! Je ferai tout ce que  vous  voudrez!

    Ce n’est pas le moment, mère Grougn’resse, je vous ferai cadeau de mon dévouement!

    Tout ce que vous voulez, Tampir, mais vite, vite!

    Voilà, mère Tampir. Un coup de sabot sur la tête et elle est fichue.

    Merci, Tampir. Je vais revenir, mais je dois aller...

    Vous laver, mère Grougn’resse... Faites à vote aise...

 ...

     Je suis honteuse, Tampir. J’espère que vous ne m’en voudrez pas et que vous n’irez pas raconter ça dans tout le village.

    Il ne s’est rien passé, mère Grougn’resse. On oublie tout.

    Qu’est c’que vous avez préparé, Tampir?

    J’ai fait du riz. Je n’y ai pas mis d’oignons, pour votre respect...

    Je vous ai fait des moules à la crème et à l’ail parce que je sais bien que vous aimez bien l’ail...

    Ça me fait plaisir, mère Grougn’resse. Mettons-nous à table.

    Vous êtes parfois un brave homme, Tampir. Vous n’avez pas l’air de chercher à profiter de la situation pour me rabaisser.

    Ben non, allez, mère Grougn’resse. Ce serait le bouquet. Bon appétit.

    Bon appétit, Tampir.

3 mârs 2019...

    Bondjou, mère Grougn’resse.

    ...

    Oho! V’atez co d’bon poil anû!

    ...

    Vès v’prèparez pou thé vouace?

    Què c’què v’vèlez dère aveu ça?

    Pou qu’on aviche dè la flotte ainlà, sûr què v’ vez mins à tchanter!

    Sacré lâd bouc, què v’atez! Djè n’a peux rin si i plut!

    Ha! Ha! Ha! Djè parîrous pourtant bin qu’pou qu’on aviche des draches ainlà, èl bon djeu n’è sû fâre autremat quand i v’è oyi!

    Gnè gnè gnè blè blè blè èt allez v’fâre voir!

    Âye, là, n’allez m’ co v’mette das des ètats mi possibes! Djè v’fâs n’aller, c’est pou rîre!

    Hin! Hin! Hin!... Pou ète rigolô, c’est bin rigolô! V’atez toudjous en train dè v’foute dè mi! Dj’arous mieux fât d’tchîdgi d’trottoir!

    Djè mè l’dijou! Surtout qu’dj’avous vû la grande flaque au mîtant d’la route... Djè chignou d’jà das mes moustaches...

    Bin vès n-n’éz m’eune bounne à la calisole, don! Eune pauve pètite feumme coumme mi, qui n’è djamâs pont fât d’mau à pachoûne!

    Et don bin co bin moins’!

    Lâyez m’ tran’quille! Vès voyez bin qu’ dj’â âque à fâre!

    Tout c’ qu’on peut voir, c’est qu’v’atez aradgîte èt prète à moûrde coumme in vî tchin qu’on arout campoûssi!

    Djè v’dèrous bin âque, mauvais bin qu’v’atez.

    Bah, èn’ vès dgînez m’, allez, on counneut tourtous vote langadge bin poli!

    Djè sûs pressâye pasquè dj’a n’atrée d’âwe das ma tchambe pa in trô don ch’neau djusse au d’zeur dè ma f’nîte.

    Et v’allez à la piscine pou apprenre à nadgi...

    Vès n’atez qu’in niche pûri, Tampir. In crapuleûx!

    Bin... Vès n’allez m’ èv’ mette à brâre, tout d’mîme, mère Grougn’resse...

    Djè sûs hodâye, mîtant malate èt djè n’â co rin mîdgi anû aveu tout l’combat qu’dj’â eû pou r’nettir ma tchambe. Djè n’a peux pus.

    Bon. Dèmî-tou, mère Grougn’resse. Allans voir ça.

    Què c’què v’y fârins, don, Tampir?

    Djè fârâ c’qu’i faut pour dètoûner l’âwe el taps qu’les ouvris v’ninchent fâre les travaux.

    Et aveu quoi, don?

    Aveu n’chieule èt don mastic. Ça tenrait bin trois ou quate djous.

 Tampir, v’atez m’sauveûr. Djè v’rabrach’rou bin.

 Mâs promettez m’ âque avant què dj’fayiche èc’ qu’i faut...

    Quoi, don, Tampir

    Vès wâtrez dè n’pus tchanter si foût!

    Tchès, mille djeux, cè n’est m’ èl preumi, èt vès n’l’ez m’ volé, l’côp d’parapuie!

3 mars 2019...

    Bonjour, mère Grougn’resse.

    ...

  Oho! Vous êtes encore de bon poil aujourd’hui!

    ...

    Vous vous préparez pour The Voice?

    Que voulez-vous dire?

    Pour qu’on ait autant de pluie, vous vous êtes sans doute mise à chanter!

    Sacré laid bouc, que vous êtes! Je n’y suis pour rien, s’il pleut !

    Ha! Ha! Ha! Je parirais pourtant bien que pour qu’on ait de telles averses, le bon dieu n’a pas pu faire autrement en vous entendant!

    Gnè gnè gnè blè blè blè et allez vous faire voir!

    Allons, n’allez pas encore vous mettre dans des états pas possibles! Je vous fais marcher, c’est pour rire!

    Hin! Hin! Hin!... Pour être rigolo, c’est bien rigolo! Vous êtes toujours en train de vous payer ma tête! J’aurais mieux fait de changer de trottoir!

    Je me le disais! Surtout que j’avais vu la grande flaque au milieu de la route... je riais déjà dans mes moustaches...

    Ben vous n’en avez pas une bonne dans la tête, donc! Une pauvre petite femme comme moi, qui n’a jamais fait de mal à personne!

    Et du bien encore bien moins!

    Laissez- moi tranquille! Vous voyez bien que j’ai à faire!

    Tout ce qu’on peut voir, c’est que vous êtes en colère et prête à mordre comme un vieux chien qu’on aurait chassé!

    Je vous dirais bien quelque chose, mauvais bien que vous êtes.

    Bah, ne vous gênez pas, allez, tout le monde connaît votre langage bien poli!

    Je suis pressée parce que j’ai une entrée d’eau dans ma chambre par un trou du chéneau juste au-dessus de ma fenêtre.

    Et vous allez à la piscine pour apprendre à nager...

    Vous n’êtes qu’une sale pourriture, Tampir. Un crapuleux!

    Ben... Vous n’allez pas vous mette à pleurer, tout de même, mère Grougn’resse...

    Je suis fatiguée, à moitié malade et je n’ai encore rien mangé aujourd’hui avec tout le combat que j’ai eu pour renettoyer ma chambre. Je n’en peux plus.

    Bon. Demi-tour, mère Grougn’resse. Allons voir ça.

    Qu’est-ce que vous’ y feriez, donc, Tampir?

    Je ferai ce qu’il faut pour détourner l’eau le temps que les ouvriers viennent faire les travaux.

    Et avec quoi, donc?

    Avec une échelle et du mastic. Ça tiendra bien trois ou quatre jours.

    Tampir, vous êtes mon sauveur. Je vous embrasserais bien.

    Mais promettez-moi quelque chose avant que je fasse ce qu’il faut...

    Quoi, donc, Tampir

    Vouss veillerez à ne plus chanter aussi fort!

    Tiens, mille dieux, ce n’est pas le premier, et vous ne l’avez pas volé, ce coup de parapluie!

24 fèvrvî 2019...

Le petit étang

    Ç’atout fin d’la troisîme sèmîne dè févrî. On arout dit què l’printemps v’lout dètchessi l’hivîr qu’avout bin don mau d’tènu s’rang. El sèlo avout envahi tafât. Mâs févrî n’sè lâyout m’ fâre èt avoyout s-n’ haloûne in paû frisquette su la campagne.

    Ç’atout in ètang, tout p’tit. Aveu tout plî d’pèchons grands coumme in avant-bras, mâs qui s’catchaint vlati d’zous les hîrbes d’âwe.

    El sèlo roîtout tout ça aveu in œil pâjole. Aveu l’vat qui choufflout tout doûç’mat ètou, i s’est mins à raconter in histoire don père Tampir èt d’la mère Grougn’resse...

 * * *

     I-s avant arrivé qu’l’après-mîdi avout d’jà fât in paû d’mènadge. I-s avant roîti les r’flets des âbes et des grandes hîrbes què dj’ rèclairous don pus què dj’ pèlous. El vat, lu, pou bailli d’la vîe à l’ètang, fayout des rîdes, coumme des toutes pètites vâgues.

     I-s avant ètadu n’couvîrte su les hîrbes èt i s’avant assus. I-s avant roîti les pèchons, les sapins èt les âbes qui s’balancaint coumme pou lous-y fâre signe. El père Tampir s’est l’vé èt il è atu quîre des tchus d’bos pour fâre in p’tit fû, coumme in fû d’camp. Quand i s’est mins à crèpiter, i-s avant d’moré assus in tchu d’taps, sas rin dère. Bin sûr, on oyout toutes soûrtes dè p’tits djones qui gazouillaint ou bacâyaint après les autes...

    El père Tampir è sourti d’on sait d’où eune guitâre èt il è coummaci à tchanter l’Pètit méche don Dutronc, pûs la Tchanson aveu pont d’paroles don Brel. La mère Grougn’resse choûtout, les œils au lârdge, où c’què les flammes dansaint a lançant des r’flets lûjants... Elle nè roîtout rin. Elle nè dijout rin.

     Quand i-l è attaqué l’dârint couplet ou l’dârint r’frain, la mère Grougn’resse è dèfirnaoué s’chûron à cârreaux roudges èt blancs èt elle è soûrti les tartines dè sayin aveu don lârd maigue das les eunes, dè l’am’lette aveu don froumadge èt des hîrbes das les autes. Et è apougni les deux p’tites foûnes à deux dats, en bos, què l’père Tampir avout côpé a-n atrant das l’bos. Elle è mins n’tartine su tchaque, è fourguigni in pau das l’fû pou èchampler les braijes, èt elle è mins les tartines à grilli, coumme les boquillons fayaint das l’taps. El Tampir, lu, avout dèboûtchi la boutèle dè roudge vin qu’il avout wârdé djusse à la bounne tempèrâture. I-l è vûdi deux verres, a-n è bailli inque à la feumme. I-s avant tchôqué, avôlé eune goulâye. La mère Grougn’resse è roîti l’Tampir aveu in p’tit sourire èt elle è fât signe qu’il atout bin bon. Elle è r’toûné les tartines d’où c’què l’sayin coummaçout à frire... I-s avant mîdgi toudjous sas s’dère in mot et tra qu’la lumière bachout. Pûs l’père Tampir è r’prins la guitâre èt, sas soûrti in mot, è djoué dès mèlodies plînes dè ten’resse. La mère Grougn’resse è-n dijout rin, mâs das l’noir qui s’èpessichout, on voyout bin das ses œils què l’èmôtion li r’muout l’cœur...

     Dj’ atous pus hodé qu’djè n’croyous. El vat m’è mins coûtchi èt è d’moré près d’mi, c’qu’è fât l’èbut d’la nût in pau frisquet, mas pâjole.

     I-s avant ramassi zous affaires, r’ployi la couvîrte èt r’mins tafât das des satches. Pûs i sant r’voûyes pa les voûyettes què la nûti tchûte essayout d’camoufler.

     Su l’tchèmin, avant d’sorti don bos, l’père Tampir è djusse dit « On doûrout v’nu pus souvat...» In paû pus lon, la mère Grougn’resse è djusse rèpondu « I gn’arait co des bîs djous...»

 * * *

       Mi, dj’îme bin, quand c’est l’sèlo èt l’vat qui racontant in histoire. Dj’a r’verrâ co près don p’tit ètang. Djusse pour réver èt choûter les histoires.
24 février 2019...

Le petit étang (2)

    On était fin de la troisième semaine de février. On aurait dit que le printemps voulait chasser l’hiver qui avait bien du mal de tenir sa place. Le soleil avait tout envahi. Mais février ne se laissait pas faire et glissait son  haleine un peu frisquette sur la campagne.

    C’était un étang, tout petit. Avec pas mal de poissons grands comme un avant-bras mais qui se cachaient à plaisir sous les végétations aquatiques.

    Le soleil regardait tout cela d’un œil paisible. Avec le vent qui soufflait tout en douceur lui aussi, il s’est mis à raconter une histoire du père Tampir et de la mère Grougn’resse...

 * * *

    Ils sont arrivés alors que l’après-midi avait déjà fait un peu de ménage. Ils ont regardé les reflets des arbres et des grandes herbes que j’éclairais du mieux que je pouvais. Le vent, lui, pour donner de la vie à l’étang, traçait des rides, comme de toutes petites vagues.

     Ils ont étendu une couverture sur les herbes et ils se sont assis. Ils ont regardé les poissons, les sapins et les arbres qui se balançaient comme pour leur faire signe. Le père Tampir s’est levé et il est allé chercher des bouts de bois pour faire un petit feu, comme un feu de camp. Quand il s’est mis à crépiter, ils sont restés assis quelque temps, sans dire un mot. Bien sûr, on entendait toutes sortes de petits oiseaux qui gazouillaient ou criaient après les autres...

     Le père Tampir a sorti d’on ne sait où une guitare et il a commencé à chanter le Petit jardin de Dutronc, puis la Chanson sans paroles de Brel. La mère Grougn’resse écoutait, lesyeux grands ouverts, où les flammes dansaient en lançant des reflets luisants... Elle ne regardait rien. Elle ne disait rien.

     Quand il a entamé le dernier couplet ou le dernier refrain, la mère Grougn’resse a dénoué sons essuie à carreaux rouges et blancs et elle a sorti les tartines de saindoux avec du lard maigre dans les unes, de l’omelette au fromage et aux herbes dans les autres. Et a attrapé les deux petites fourches à deux dents, en bois, que le père Tampir avait coupées en entrant dans la forêt. Elle a mis une tartine sur chaque, a tisonné un peu le feu pour étaler les braises et elle a mis les tartines à griller, comme les bûcherons le faisaient autrefois. Tampir, lui, avait débouché la bouteille de vin rouge qu’il avait gardée juste à la bonne température. Il a versé deux verres, en a donné un à la femme. Ils ont trinqué, avalé une gorgée. La mère Grougn’resse a regardé Tampir avec un petit sourire et elle a fait signe qu’il était bien bon. Elle a retourné les tartines où le saindoux commençait à grésiller... Ils ont mangé, toujours sans se dire une parole le temps que la lumière baissait. Puis le père Tampir a repris la guitare et, sans piper mot, a joué des mélodies pleines de tendresse. La mère Grougn’resse ne disait rien, mais dans l’obscurité qui s’intensifiait, on voyait bien dans ses yeux que l’émotion lui remuait le cœur...

     Moi, le soleil, j’étais plus fatigué que je ne croyais. Le vent m’a mis au lit et est resté près de moi, ce qui a donné un début de nuit un peu frisquet, mais calme.

    Ils ont ramassé leurs affaires, replié la couverture et remis tout dans des sacs. Puis ils sont repartis par les sentiers que la nuit tombée essayait de camoufler.

    En chemin, avant de sortir du bois, le père Tampir a juste dit « On devrait venir plus souvent...» Un peu plus loin, la mère Grougn’resse a juste répondu « Il y aura encore des beaux jours...»

 * * *

        Moi, j’aime bien  quand c’est le soleil et le vent qui racontent une histoire. Je retournerai près du petit étang. Juste pour rêver et écouter les histoires.
17 fèvrvî 2019...

    Tampir, ça n’peut ète què d’vous qu’ça vint!

    Bondjou, mère Grougn’resse. Dè quoi c’què v’causez?

    El 14, v’ez fât ç’qu’i follout pou m’fâre passer pou n’vie catin!

    Bin vès n’atez m’ in paû sotte, mère Grougn’resse?

    Sûr què non! Quand dj’â vû la camiounnette don fleurisse s’arrêter d’vant tchûz mi, djè m’â dit qu’i d’vout s’tromper. Mâs non.nèt! Ç’atout bin tchûz mi qu’i v’nout! Et aveu des rôses, co bin!

    I m’sènout qu’ç’atout les fleurs què v’îmains l’mieux...

    Et alors? Ça n’vès baille mi l’droit dè m’fâre passer pou ç’què djè n’sûs m’!

    Dijez, mère Grougn’resse, el 14, qu’est-ce què ç’atout pou in djou?

    In djûdi!

    Djè vès cause mi d’ça. On n-n’è causé das l’posse, das les gazettes èt co à la tèlèvision!

    Dè quoi, don? D’la Saint Florentin, bin sûr!

    Valentin, mère Grougn’resse, la Saint Valentin.

    Aha. Bin... Euh...

    Djè l’â fât pou v’fâre plâji, mère Grougn’resse.

    Aha. C’est vrâ qu’elles sant belles, ces rôses-là. Et vès savins qu’les roudges quasi noires ataint les çolles què d’jîmous l’mieux?

    Les deux ou trois côps què dj’v’â vû sorti dè d’tchûz l’fleurisse aveu des rôses, elles ataint ainlà...

    Bon. Bin djè v’rèmercie tout plî. Mâs pouquoi qu’vez fât ça?

    On vint d’a causer, c’atout la Saint Valentin.

    Qu’est-ce què dj’â à voir aveu ça ?

    Bin... V’atez co conv’nâbe, vès n’atez m’ co si vîe, èt djè v’vois v’lati...

    Ah sacré nich’rou! Dj’arous dû m’a douter! Vès n’sondgez qu’à ça! In pouchî! In niche pouchî, qu v’atez! Vos rôses allant voler su l’feumi tout d’chute!

    Aaaaah, vès savez causer aux hoummes, mère Grougn’resse, vote tendresse èt vote èr’counnchance m’allant tout droit au cœur! Si vès n’existains m’, i faurout v’inventer. Et si on allout boire ène jatte on Chalet pou fîter ça?

    ...

    Vès voyez, mère Grougn’resse... V’atez d’jà en train d’hèsiter. V’ez co in pau d’sens humain das la hanette...

    Djè sais surtout bin compter : dès jattes, vès m’a d’vez dj’à deux! Les deux dârins côps què dj’m’â lâyi penre, vès n’avins pont d’sous aveu vous, èt dj’â dû päyi!

    Djè va v’dère, mère Grougn’resse : mi, quand vès m’fayez in p’tit cadeau ainlà, ça m’fât plâji tout plî. Mi, quand djè v’fâ in p’tit cadeau, què ç’souche des fleurs ou aute tchôse, ça v’fât tout djusse grougni in pau d’pus qu’d’habitude.

    Hâye, c’est bon. Nez-a aveu mi à la mâjon. Djè v’fârâ in bon p’tit cafè et v’arez co n’pètie goutte pou l’fâre passer.

    Vès n’sarins r’mette in pau âque à vote dijâye?

    Quoi par exempe?

    «Et pus’ si affinité...»

    Bin djè voûrous bin voir cèlle-là, tins! Wâtez dè v’tènu a cârreau, sinon, l’cafè, vès l’amass’rez su l’mujî!

    Hè hè hè... Djè sate qu’on n’va m’ s’annoyi!

17 février 2019...

    Tampir, ça ne peut venir que de vous!

    Bonjour, mère Grougn’resse. De quoi est-ce que vous parlez?

    Le 14, vous avez fait ce qu’il fallait pour me faire passer pour une vieille catin!

    Ben vous n’êtes pas un peu sotte, mère Grougn’resse?

    Sûr que non! Quand j’ai vu la camionnette du fleuriste s’arrêter devant chez moi, je me suis dit qu’il devait se tromper. Mais non! C’était bien chez moi qu’il venait! Et avec des roses, encore bien!

    Il me semblait que c’était vos fleurs préférées...

    Et alors? Ça ne vous donne pas le droit de me faire passer pour ce que je ne suis pas!

    Dites, mère Grougn’resse, le 14, qu’est-ce que c’était pour un jour?

    Un jeudi!

    Je ne vous parle pas de ça. On en a parlé à la radio, dans les gazettes et encore à la télévision!

    De quoi, donc? De la Saint Florentin, je parie!

    Valentin, mère Grougn’resse, la Saint Valentin.

    Aha. Ben... Euh...

    Je l’ai fait pour vous faire plaisir, mère Grougn’resse.

    Aha. C’est vrai qu’elles sont belles, ces roses-là. Et vous saviez que les rouges presque noires étaient mes préférées?

    Les deux ou trois fois que je vous ai vue sortir de chez le fleuriste avec des roses, elles étaient comme cela...

    Bon. Ben je vous remercie beaucoup. Mais pourquoi avez-vous fait ça?

    On vint d’en parler, c’était la Saint Valentin.

    Qu’est-ce que j’ai à voir avec ça ?

    Ben... Vous êtes encore convenable, vous n’êtes pas encore si vieille, et je vous aime bien...

    Ah sacré saligaud! J’aurais dû m’en douter! Vous ne pensez qu’à ça! Un pourceau! Un sale pourceau, que vous êtes! Vos roses vont voler sur le tas de fumier tout de suite!

    Aaaaah, vous savez parler aux hommes, mère Grougn’resse, votre tendresse et vote reconnaissance me vont tout droit au cœur! Si vous n’existiez pas, il faudrait vous inventer. Et si on allait prendre une jatte de café au Chalet pour fêter ça?

    ...

    Vous voyez, mère Grougn’resse... Vous êtes déjà en train d’hésiter. Vous avez encore un peu de sens humain dans la tête...

    Je sais surtout bien compter : des cafés, vous m’en devez déjà deux! Les deux dernières fois que je me suis laissée prendre, vous n’aviez pas de sous sur vous, et j’ai dû payer!

    Je vais vous dire, mère Grougn’resse : moi, quand vous me faites un petit cadeau comme cela, ça me fait grand plaisir. Moi, quand je vous fais in petit cadeau, que ce soit des fleurs ou autre chose, ça vous fait tout juste grogner un peu plus que d’habitude.

    Allez, en voilà assez. Venez avec moi à la maison. Je vous ferai un bon petit café et vous aurez encore une petite goutte pour le faire passer.

    Vous ne pourriez pas ajouter un petit quelque chose  à votre invitation?

    Quoi par exemple?

    Et plus si affinité...

  Ben je voudrais bien voir celle-là, tiens! Tâchez de vous tenir à carreau, sinon, le café, vous le ramasserez sur la margoulette!

    Hé hé hé... Je sens qu’on ne va pas s’ennuyer!

10 fèvrvî 2019...

    Bondjou, mère Grougn’resse.

    Ben, bondjou, Tampir.

    Vès savez quoi?

    V’allez sûr mè l’dère!

  Dèd’pûs què l’bouladgi è froumé pou cause dè r’traîte, djè fâs m’pî mi-mîme.

    Ben c’est n’bounne idée, ça. Et qu’est-ce qui n’va m’?

    I sètche bin trop vite!

   Vès n’mettez m’ sûr tout c’qu’i faut das vote pâte...

    Ah non? Et qu’est-ce qui manqu’rout, d’après vous?

    Dijez m’ toudjou c’què v’mettez...

    C’est binâji! Dè l’âwe, in pau d’huîle, dè la farine èt d’la l’veure.

    Ben là, i n’ sarout rester fraîche.

    Et pouquoi, don?

    Djè n’v’â m’ oï causer d’sé.

    Cè n’est m’ bon pou la tension, ça, èt ça fât durci les artères.

    Oyi, mâs n’pont z’à mette das l’pî, ça l’fât durci deux ou trois côps pus vite ètou!

    Qu’est-ce què v’racontez là, la mère, vès n’atez m’ in pau sotte?

    Non.nèt, djè n’sûs m’ sotte : c’est l’sé qui r’tint l’âwe das l’pî. Si elle n’a trouve pont, elle s’èvapore tran’quill’mat, mâs sûrm’at!

    Ah bon, ça s’rout ça qui n’va m’... Mâs, dijez, la mère, si dj’a r’fâs d’mî, djè pourrous z’a fâre pour nous deux... Mette èl four en route pou inque ou pou deux pîs, c’est la mîme tchôse...

    Et coumme c’est d’l’artisanat, vès mè l’vadrez deux côps pus tchîr què l’bouladgi!

    Ma foi, djè n’y avous m’sondgi. Djè fâras mes calculs...

    Vès n’ez m’ oï dère què l’Zouille allout fâre el tou don villadge aveu sa camionnette?

    Aha. Et si djè v’fâs m’pî trop tchîr, vès l’penrez d’lez lu!

    Combin d’djous qu’allez aveu in p’tit pî?

    Deux djous, pa des côps troîs...

  Ben fayans l’pî tchaquin note tou. On n’cause mi d’sous è dj’atans tran’quilles...

    Ça, c’est la meilleûre manière dè fâre. Djè v’poûrt’râ l’preumi d’la sèrie d’mî.

    Ça m’va. Mettez-y deux-troîs soûrtes dè grînes, dj’îme co bin ça, là, mi.

    Vadu! Allèz, à d’mî, mère Grougn’resse!

    A d’mî, Tampir...

10 février 2019...

    Bonjour, mère Grougn’resse.

    Ben, bonjour, Tampir.

    Vous savez quoi?

    Vous allez sans doute me le dire!

  Depuis que le boulanger a fermé pour sa retraite, je fais mon pain moi-même.

    Ben c’est une bonne idée, ça. Et qu’est-ce qui ne va pas?

    Il sèche bien trop vite!

    Vous ne mettez sûrement pas tout ce qu’il faut dans votre pâte...

    Ah non? Et qu’est-ce qui manquerait, d’après vous?

    Dites-moi  toujours ce que vous mettez...

    C’est facile! De l’eau, in peu d’huile, de la farine et de la levure.

    Ben voilà, il ne saurait pas rester frais.

    Et pourquoi, donc?

    Je ne vous ai pas entendu parler de sel.

    Ce n’est pas bon pour la tension, ça, et ça fait durcir les artères.

   Oui, mais ne pas en mettre dans le pain, ça le fait durcir deux ou trois fois plus vite aussi!

    Qu’est-ce que vous racontez là, la mère, vous n’êtes pas un peu sotte?

   Non, je ne suis pas sotte : c’est le sel qui retient l’eau dans le pain . Si elle n’en trouve pas, elle s’évapore tranquillement, mais sûrement!

    Ah bon, ce serait ça qui ne va pas... Mais, dites, la mère, si j’en refais demain, je pourrais en faire pour nous deux... Mettre le four en route pour un ou pour deux pains, c’est la même chose...

    Et comme c’est de l’artisanat, vous me le vendrez deux fois plus cher que le boulanger!

    Ma foi, je n’y avais pas pensé. Je  ferai mes calculs...

    Vous n’avez pas entendu dire que le Zouille allait faire le tour du village avec sa camionnette?

    Aha. Et si je vous vends mon pain trop cher, vous le prendrez chez lui!

    Combien de jours allez-vous avec un petit pain?

    Deux jours, parfois trois...

    Ben faisons le pain chacun notre tour. On ne parle pas d’argent et on est tranquilles.

    Ça, c’est la meilleure manière de faire. Je vous porterai le 1er  de la série demain.

    Ça me va. Mettez-y deux-trois sortes de graines, j’aime encore bien ça, là, moi.

 Vendu! Allez, à demain, mère Grougn’resse!

    A demain, Tampir...
3 fèvrvî 2019...

     Bondjou, mère Grougn’resse!

   Ah! V’atez toulà, Tampir! V’ez mins la casquette, anû! I n’fât m’ co si tchaud.

   Bah, c’est l’hivîr, noum’ don. Faut bin fâre aveu.

    I nous ranonçant co d’la neidge...

  Ben on la prenrait! Dijez, ç’atout la Chand’leur, èchoi. V’ez fât les crêpes?

   Dj’arous eû bin don mau, djè n’â pus d’péle pou ça.

  Oho! Qu’est- c’què v’ez fât, vès l’ez r’ployi?

    Wâye non.nèt, va, hé, loûgne! Mâs in djou què dj’fayous l’tri  pou dèbarrassi mes aûmâres, dj’â dû la foute voûye sas m’a rade compte!

    Et c’est mi l’loûgne...

   Hâye, là, c’est bon. Et vous, vès n’ n’ez fât?

  Sûr, què djè n’ n’â fât. Coumme djè m’dèmandous si v’savins qu’c’atout la Chand’leur, si v’savins soûlmat fâre des crèpes, djè v’a- n’â amoûné deux-trois.

    Ça v’ècortch’rout la margoulette dè n’mi m’penre pou in imbècile, lâd mâle què v’atez.

    Cè n’est m’ ainlà qu’on dit «merci» tchûz nous, mâs tchûz nous, dj’atans bin èduqués!

   Djè v’dèrous bin âque, va. Mâs c’est vrâ què djè v’dis merci. Dj’îme co bin ça, les crêpes.

  Et les miennes, vès m’a dèrez des nouvelles!

   Qu’est-ce qu’elle avant d’si spéciâl, vos crêpes?

     Dj’y â mins in pau d’aphrodisiaque!

     D’afro quoi?

    D’aphrodisiaque. Dè la poure dè coûne dè rhinocéros!

     Et c’est pou quoi fâre, ça?

     Ça fât monter la libido...

    Qui est-ce ça, la Libido? Djè n’counneus ça das l’villadge!

  Tâjez v’. Mîdgez-a deux-trois, vès comprenrez.

     Aveu vous, djè m’mèfie! Cè n’est m’ co in affaire pou essayi dè m’rètoûner, vos crèpes à l’afrodisquilate?

     Ah, peut-ête bin, mère Grougn’resse. Peut-ête bin. Coumme eune crèpe!

3 février 2019...

    Bonjour, mère Grougn’resse!

   Ah! Vous êtes là, Tampir! Vous avez mis votre casquette, aujourd’hui! Il ne fait pas encore si chaud.

   Bah, c’est l’hiver, n’est-ce pas. Faut bien faire avec.

    On nous annonce encore de la neige...

 Ben on la prendra! Dites, c’était la Chan- deleur, hier. Vous avez fait les crêpes?

   J’aurais eu du mal, je n’ai plus de poêle pour ça.

    Oho! Qu’est- ce que vous en avez fait, vous l’avez repliée?

    Ben non, va, andouille! Mais un jour que je faisais le tri  pour débarrasser mes armoires, je l’aurai balancée sans m’en rendre compte!

    Et c’est moi l’andouille...

   Oui, ben, ça va. Et vous, vous en avez fait?

   Bien sûr, que j’en ai fait. Comme je me demandais si vous saviez que c’était la Chandeleur, si vous saviez seulement faire des crêpes, je vous en ai apporté deux- trois.

    Ça vous écorcherait la margoulette de ne pas me prendre pour une imbécile, laid mufle que vous êtes.

    Ce n’est pas comme cela qu’on dit «merci» chez nous mais, chez nous, on est bien éduqués!

   Je vous dirais bien quelque chose, allez. Mais c’est vrai que je vous dis merci. J’aime encore bien ça, les crêpes.

  Et les miennes, vous m’en direz des nouvelles!

   Qu’est-ce qu’elles ont de si spécial, vos crêpes?

    J’y ai mis un peu d’aphrodisiaque!

    D’afro quoi?

   D’aphrodisiaque. De la poudre de corne de rhinocéros!

    Et ça sert à quoi, ça?

    Ça fait monter la libido...

   Qui est-ce, ça, la Libido? Je ne connais pas ça dans le village!

    Taisez-vous. Mangez-en deux-trois, vous comprendrez.

  Avec vous, je me méfie! Ce n’est pas encore un truc pour essayer de me retourner, vos crêpes à l’afrodisquilate?

    Ah, peut-être bien, mère Grougn’resse. Peut-être bien. Comme une crêpe!


27 djanvî 2019...

     Vès m’ez l’air bin affalote, mère Grougn’resse. Ça n’va m’?

     Vès n’ez m’ oyi la nouvelle, Tampir?

     Ah... vès choûtez d’la musique, si dj’comprends bin.

     Ç’atout in artisse coumme on n’a voirait sûr djamâs pus.

     I m’sènout qu’vès n’counn’chins qu’Frère Djacques èt On clair dè la lune!

     Tâjez-v’ hé, malotru! Qu’est-c’què v’savez? Vès n’ez djamâs vû mes discs!

     Coumme djè v’counneus, vîe rombiére, vès n’ez sûr què des 78 tous!

     Bin què c’què v’croyez, don! Dj’â tout c’qu’i faut pour passer des vinyles dè toutes les soûrtes èt co des CD! Djè n’â m’, coumme quèqu’inque què djè n’noumm’râ m’, toudjous l’cul d’vant la tèlè à roîti des sèries et dès djûs! Djè lîs, èt djè choûte la musique qui m’plât.

     Bin ça, alors! Et v’ez des discs don Michel Legrand!

     Bin sûr. Et djè poûrrous v’fâre la litânie d’mes dîjînes dè 33 tous èt d’mes CD. Vès s’rins ètounné, vî bouc què v’atez.

     C’est vrâ qu’l’aute djou, quand dj’â passé d’vant tchûz vous, i m’sène què dj’â oyi n’valse dè Strauss. Ç’atout sam’di par nût.

     Bèotien, qu’v’atez. Ç’atout don Lahner, mi don Strauss!

     Aha! Ç’atouT bî quand mîme. I-s avint des sacrés orchesses, das c’taps-là!

     Malheûr, vous! Et i-s enredgistraint su des cassettes en bos, bin sûr!

     Là, djè sate què vès v’foutez d’mi!

     Bin gn’è d’quoi, va, eh loûgne! C’est in grand orchesse dè Vienne qu’è enredgistré ça das les annâyes 60! Vès n’choûtez bin sûr què l’Yvette Horner èt l’André Verchuren!

     Dj’arous bin don maû, djè n’â pont d’machine pou passer les discs, ni les nouvîs, ni les vîs.

     Et l’posse, vès choûtez l’posse?

     I gn’è belle lurette qu’il è foutu.

     Vès n’rèoîtez bin sûr non pus djamâs d’concerts à la tèlè?

     I-s a passant pas des côps?

     Vès n’atez qu’in holli aveu pont d’culture.

     Ah, pardon, la mère, dj’â m’méche!

     C’est ça, v’y tchûrins au mîtant des crombîres, on vès disting’rout pus!

     Vès fayez vote maline, mâs v’atez binâje quand djè v’amoûne ène salate ou in cabu!

     Ça n’è rin à voir, Tampir. C’est vrâ qu’ça m’fât plâji. Mâs djè v’lâye. Djè m’va n’aller r’choûter in paû d’Michel Legrand. Ça m’ fât tout drolle qu’i n-n’ è n’allé.

     Djè n’poûrrous n’aller aveu vous, mère Grougn’resse? Djuse voir si dj’îm’rous bin ça...

     Si vès v’lez bin choûter a froumant vote bec, nez-a, Tampir. Pernez n’boutèle dè bon vin, on la boirait l’tra d’la musique.

     Bounne idée, mère Grougn’resse. Vès m’fayez envîe, coumme on dit. Et djè n’cause mi d’la boutèle.

27 janvier 2019...

     Vous me semblez bien à plat, mère Grougn’resse. Ça ne va pas?

     Vous n’avez pas entendu la nouvelle, Tampir?

     Ah... vous écoutez de la musique, si je comprends bien.

     Ç’était un artiste comme on n’en verra sans doute plus jamais.

     Il me semblait que vous ne connaissiez que Frère Jacques et Au clair de la lune!

     Taisez-vous  hé, malotru! Qu’est-ce que vous en savez? Vous n’avez jamais vu mes disques!

     Comme je vous connais, vieille baderne, vous n’avez probablement que des 78 tours!

     Ben qu’est-ce que vous croyez, donc! J’ai tout ce qu’il faut pour passer des vinyles de toutes les sortes et aussi des CD! Je n’ai pas, comme quelqu’un que je ne nommerai pas, toujours le cul devant la télé à regarder des séries et dés jeux! Je lis, et j’écoute la musique qui me plaît.

   Ben ça, alors! Et vous avez des disques de Michel Legrand!

     Bien sûr. Et je pourrais vous faire la litanie de mes dizaines de 33 tours et de mes CD. Vous seriez étonné, vieux bouc que vous êtes.

     C’est vrai que l’autre jour, quand je suis passé devant chez vous, il me semble que j’ai entendu une valse de Strauss. C’était samedi soir.

     Béotien, que vous êtes. C’était du Lahner, pas du Strauss!

     Aha! C’était beau quand même. Ils avaient des sacrés orchestres, dans ce temps-là!

     Malheur, vous! Et ils enregistraient sur des cassettes en bois, bien sûr!

     Là, je sens que vous vous foutez de moi!

     Ben il y a de quoi, va, eh abruti! C’est un grand orchestre de Vienne qui a enregistré ça dans les années 60! Vous n’écoutez probablement qu’Yvette Horner et André Verchuren!

    J’aurais bien du mal, je n’ai pas de machine pour passer les disques, ni les nouveaux, ni les anciens.

     Et la radio, vous écoutez la radio?

     Il y a belle lurette qu’elle est foutue.

     Vous ne regardez bien sûr jamais non plus de concerts à la télé?

     Ils en passent parfois?

     Vous n’êtes qu’un bon à rien sans culture.

     Ah, pardon, la mère, j’ai mon jardin!

     C’est ça, vous y tomberiez au milieu des patates, on ne vous distinguerait t plus!

     Vous faites votre maligne, mais vous êtes bien contente quand je vous apporte une salade ou in chou!

     Ça n’a rien à voir, Tampir. C’est vrai que ça me fait plaisir. Mais je vous laisse. Je vais aller réécouter un peu de Michel Legrand. Ça me fait quelque chose qu’il soit parti.

     Je ne pourrais pas aller avec vous, mère Grougn’resse? Juste pour voir si j’aimerais bien ça...

     Si vous voulez bien écouter en fermant voter bec, venez, Tampir. Prenez une bouteille de bon vin, on la boira en écoutant la musique.

     Bonne idée, mère Grougn’resse. Vous me donnez envie, comme on dit. Et je ne parle pas de la bouteille.

20 djanvî 2019...

     Wâye? Mère Grougn’resse, què c’què v’ez fât? C’est in plâte qu’on v’è mins à la djambe gautche?

     Non.net, hein, Tampir, vès voyez bin qu’c’est in cornet d’frites! Coummat c’qu’on peut poser des questions aussi loûgnes?

     Aha! V’atez co das in bon djou! Djè va poser ma question autremat : Wâye, mère Grougn’resse, vès v’ez ramujlé èt broyi n’patte?

     V’ez d’la tchance què dj’â dujette dè ma bèquile pou m’appoyi, djè v’a foutrous in bon côp sur la margoulette!

     Ah, ben c’est dgentil, ça, la mère! On v’dèmande dè vos nouvelles èt vès n’sondgez qu’à martyriser l’çoune qu’atout djà prète à v’plîde!

     A m’plîde! Dj’a sûs sûre! Vès n’sondgez qu’à v’foute dè mi, la v’là, la vèrité!

     Eh bin, djè va v’dère : v’ez sûr tchû su vote cul, mâs djè n’arâ qu’eune dijâye : c’est bin fât pou vote niche madjesté!

     Djè v’souhâte la mîme tchôse, sacré lâd vara! Dère des misîre ainlà à n’pauve feumme qu’è glissi su la glace èt qui s’est broyi la tch’fille! Vès doûrains ête hontoux!

     Vès voyez, la mère, les dgens qui tcheujant n’a p’lant rin, bin souvat. Et quand on lous-y cause dè zoû misîre, i souriant èt i v’racontant bin vlati coummat c’qu’i-s ant fât zoû compte. Mâs n’sorcière coumme vous, ça n’peut mau! Vès r’tchûrez co, djè vès l’dis, èt v’arez co don mau dè v’dèplaci!

     A v’là assez! Tèrez-v’ dè m’tchèmin! Vez pernez la mîtant don trottoir à vous tout seûl, aveu vote panse dè beuvâ d’Orval!

     Si v’n’avins m’ in si gros cul, vès pass’rins bin! Mâs la grache v’è bin arrandgi, elle s’è fourrée tout autou! C’est mîme ètounnant qu’elle n’è m’fât boudin d’protection quand vès v’ez ramuj’lé!

     Ah, c’côp-ci, vès n’l’arez-m’ volé! Tchès, nom di djo, in bon côp d’bèquil... Aaaahhh! Aïe, aïe!

     En Ardènne, i dèrint «pète su s’panse è spî tous ses cayets!»

     Aaaahhhhh vès n’m’âdrins m’ putot qu’dè v’foute dè mi? Aaaahhh

     N’bacâyez m’ ainlà! C’est vote mètchanc’té qui r’soûrte! Vès v’ez fât mau?

     Aaaaah, bin sûr, què dj’m’â fât mau! A l’aute patte!

     Mère Grougn’resse, djè va v’dère âque : djè va app’ler l’ambulance, pasque vote patte droite, das l’bache, est aussi grosse què la gautche aveu l’plâte.

     Ah mon djeu, mon djeu, què c’què dj’va dèvnu...

     Si v’atins moins hargnôle, v’arins quèqu’inque pou v’âdi tout l’taps! Mâs n’sorcière coumme vous, on îme co mieux la lâyi s’dèmerder toute seûle.

     Vès n’atez qu’in lâd mujî!

     Dj’oûye les pin-pon d’l’ambulance. Djè v’lâye, mère Grougn’resse. Si v’ez dujette d’âque, mi, djè n s’râ m’ toulà : djè m’a va aux sports d’hivîr dèmî au matin!

     Djè voûrous qu’v’a r’vèninches aveu n’patte das l’plâte ètou!

     Djè n’vès rabrache mi, vès compernez sûr pouquoi!

     Allez au djâbe!

20 janvier 2019...

     Eh bien, mère Grougn’resse, qu’est ce que vous avez fait? C’est un plâtre qu’on vous a mis à la jambe gauche?

     Non, hein, Tampir, vous voyez bien que c’est un cornet de frites! Comment peut-on poser des questions aussi bêtes?

     Aha! Vous êtes encore dans un bon jour! Je vais poser ma question autrement : Eh bien, mère Grougn’resse, vous avez fait une chute et vous vous êtes cassé une jambe?

     Vous avez de la chance que j’ai besoin de ma béquille pour m’appuyer, je vous en ficherais un bon coup sur la cafetière!

     Ah, ben c’est gentil, ça, la mère! On vous demande de vos nouvelles et vous ne songez qu’à martyriser celui qui était déjà prêt à vous plaindre!

     A me plaindre! J’en suis sûre! Vous ne pensez qu’à vous ficher de moi, la voilà, la vérité!

     Eh bien, je vais vous dire : vous êtes sûrement tombée sur vote derrière, mais je n’aurai qu’ une réflexion : c’est bien fait pour votre sale majesté!

     Je vous souhaite la même chose, sacré laid bouc! Dire des misère comme cela à une pauvre femme qui a glissé sur la glace et qui s’est cassé la cheville! Vous devriez être honteux!

     Vous voyez, la mère, les gens qui tombent n’en peuvent rien, bien souvent. Et quand on leur parlee de leur misère, ils sourient et ils vous racontent bien volontiers comment ils ont fait leur compte. Mais une sorcière comme vous, ça ne peut mal! Vous retomberez encore, je vous le dis, et vous aurez encore du mal de vous déplacer!

     En voilà assez! Tirez-vous de mon chemin! Vous prenez la moitié dou trottoir à vous tout seul, avec votre panse de buveur d’Orval!

     Si vous n’aviez pas un si gros derrière, vous passeriez bien! Mais la graisse vous a bien arrangée, elle s’est fourrée tout autour! C’est même ètonnant qu’elle n’a pas fait boudin de protection quand vous vous ête ramassée!

     Ah, cette fois-ci, vous ne l’aurez pas volé! Tiens, nom d’un chien, un bon coup de béquil...  Aaaahhh! Aïe, aïe!

     En Ardènne, ils diraient «tombe sur son «ventre» et éparpile tous ses menus objets»

     Aaaahhhhh vous ne m’aideriez pas, zu lieu de vous vous payer ma tête? Aaaahhh!

     Ne criez pas comme cela! C’est votre méchanceté qui ressort! Vous vous êtes fait mal?

     Aaaaah, bien sûr, que je me suis fait mal! A l’autre patte!

     Mère Grougn’resse, je vais vous dire quelque chose : jè vais appeler l’ambulance, parce  que vote patte droite, dans le bas, est aussi grosse que la gauche avec le plâtre.

     Ah mon dieu, mon dieu, qu’est-ce que je vais devenir...

     Si vous étiez moins difficile, vous auriez quelqu’un pour vous aider tout le temps! Mais une sorcière comme vous, on aime encore mieux la laisser se démerder toute seule.

     Vous n’êtes qu’un vilain goujat!

     J’entends les pin-pon de l’ambulance. Je vous laisse, mère Grougn’resse. Si vous avez besoin de quelque chose, mi, je ne serai pas là : je pars aux sports d’hiver demain  matin!

     Je voudrais que vous en reveniez avec une patte cassée aussi!

     Je ne vous embrasse pas, vous comprenez sûrement  pourquoi!

     Allez au diable!


13 djanvî 2019...

 Coumme v’atez belle, anû, mère Grougn’resse!

     Qu’est-ce què ça veut dère, ça, què dj’sûs in horreur les autes côps?

   Djè veux djusse dère què djè n’v’â djamâs vûe aussi bin vitîse.

   Ben v’a-n n’ez, don toupet, lâd mujî! Djè m’vite tous les djous coumme si dj’atins dîmatche!

   Oho! Ben c’est p’ t-ète pou ça qu’on n’vès r’marque pus en s’mîne... On n’fât pus la diffèrence!

    Wâtez è n’mi v’foute dè mi,là, pasque djè v’a foutrous eune fâmeuse su l’portrait!

   Ben c’est d’jà plâji dè v’fâre in complîmat! L’protchain côp, djè froum’râ ma gueule!

   C’est co l’mieux qu’v’ez à fâre, Tampir. Quand vès n’arrivez m’ à v’târe, c’est pou dère des conn’ries ou des misîres!

     V’atez sûr sapée coumme eune princesse, mère Grougn’resse, mâs aveu vous, i gn’è toudjous âque qui n’va m’.

     Et on peut savoir c’què c’est anû?

     I gn’è vos blantches godasses qui n’allant m’ foût bin aveu vos noires dats.

  Ah! Pûri vara! Vès n’a-n ez m’ eune bounne dans la panse! Foutez l’camp!

 Ha! ha! ha! Djè v’â bin eû, mère Grougn’resse! V’ez mîme soûrti la glace dè vote sac pou roîti vos dats!

   Et v’ trouvez ça drole! Vès n’sondgez qu’à rire des autes! Pourtant, vès n’atez m’ foût èlègant non pus, pou l’coup!

   Ah bin pourtant, dj’â mins mes bîs solés èt m’bî tchapî!

  Ah, ça, bin sûr, djè l’â bin vû! Et v’ez mîme ciré vos godasses, en pus!

     Et qu’est-ce qui n’va m’alors?

     On sait bin qu’quand i gn’è in moût das n’majon, on peu lâyi l’huche au lardge, mâs quand on n’mette pont d’can’çon, èl proprio mette tout d’mîme el nez à la f’nîte!

   Djè n’vois m’ èc què v’vèlez dère! Vès n’sarins causer coumme tout l’monde, èt dère c’què v’avez à dère?

    Roîtez in paû in paû pus bache què vote dgîlet!

     Bin... Ah! Djè... I n’faut m’... Djè...

 Oï, r’froumez l’tabernaque qu’on n’voyiche pus c’t’horreur-là!!!

  Dj’â p’t-ète eune mauvaise langue, la mère, mâs mi co aussi noire què la vote!

  Vè n’ez m’ dujette dè montrer vos inutilités aux dgens!

  V’ez râjon, Grougn’resse, djè n’doûrous m’ soûrti aveu vous, les dgens m’fayant la gueule tout l’long d’la route!

     Ah l’niche torî d’vara! Tchès, mille djeux, èt tchès èt co eune!

    Aïe, vie sorcière, aïe, vès m’éz broyi vote parapuie su la hanette!

   Pasquè djè sais bin qu’ça n’fârout m’ el moinde effet pus bache!

    Què v’croyez! Allans don dansi in paû, èt djè v’montèrrâ âque què v’ratadez dèd’pûs longtaps!

  Si c’n’est m’ in billet d’mille vès p’lez v’wârder vos hatut’ries!

   Èn vès tracassez m’, la mère, billet ou hatut’ries, ça n’s’rait djamâs pou vote margoulette!

  Tant mieux! Vès n’ez djamâs eû d’èducâtion!

     Pou c’què v’fayez d’la vote, vès n’ez m’ à v’vanter!

     Ah, sacré hargniôle, djè m’va...

    Rapajez-v’ mère Grougn’resse : djè v’lous djusse èv’ fâre couri in paû. V’atez bin belle, èt i m’plâjout d’vès l’dère!

     Ohhhh! Vès n’valez rin!

    Allans nous assîre in quart d’heure à la pâtiss’rie, djè v’invite pou eune jatte èt in ou deux bons p’tits gateaux.

     Deux p’tits gateaux? Sûr?

     Coumme djè vès l’dis! Nez-a!

   Ça va m’fâre tout drole dè m’rètrouver atère deux gateaux è in gâteux!

     A part ça, c’est mi qui n’a n’è m’ eune bounne!

13 janvier 2019...

    Comme vous êtes belle, aujourd’hui, mère Grougn’resse!

   Qu’est-ce que cela veut dire, ça, que je suis une horreur les autres fois?

    Je veux juste dire que je ne vous ai jamais vue aussi bien habillée.

   Ben vous en avez, du toupet, vilain mufle! Je m’habille tous les jours comme si c’était dimanche!

     Oho! Ben c’est peut-être pour cela qu’on ne vous remarque plus en semaine... On ne fait plus la différence!

     Tâchez de ne pas  vous foutre de moi, là, parce que je vous en collerais une fameuse sur la figure!

  Ben c’est déjà plaisir de vous faire un compliment! La prochaine fois, je fermerai ma boîte!

  C’est le mieux que vous avez à faire, Tampir. Quand vous n’arrivez pas à vous taire, c’est pour dire des conneries ou des misères!

 Vous êtes certes sapée comme une princesse, mère Grougn’resse, mais avec vous, il y a toujours quelque chose qui ne va pas.

  Et on peut savoir ce que c’est aujourd’hui?

   Il y a vos chaussures blanches qui ne vont pas très bien avec vos dents noires.

    Ah! Sacré goujat! Vous n’en avez pas une bonne dans le ventre! Fichez le camp!

  Ha! ha! ha! Je vous ai bien eue, mère Grougn’resse! Vous avez même sorti la glace de votre sac pour regarder vos dents!

   Et vous  trouvez ça drôle! Vous ne pensez qu’à rire des autres! Pourtant, vous n’êtes pas fort élégant non plus, pour le coup!

 Ah ben pourtant, j’ai mis mes beaux souliers et mon beau chapeau!

  Ah, ça, bien sûr, je l’ai bien vu! Et vous avez même ciré vos chaussures, en plus!

     Et qu’est-ce qui ne va pas, alors?

   On sait bien que quand il y a un mort dans une maison, on peu laisser la porte grande ouverte, mais quand on ne porte pas de caleçon, el propriétaire met tout de même le nez à la fenêtre!

     Je ne vois pas ce que vous voulez dire! Vous ne pourriez pas causer comme tout le monde, et dire ce que vous avez à dire?

     Regardez un peu plus bas que votre gilet!

     Ben... Ah! Je... Il ne faut pas... Je...

     Oui, refermez le tabernacle, qu’on ne voie plus cette horreur-là!!!

   J’ai peut-être une mauvaise langue, la mère, mais pas encore aussi noire que la votre!

    Vous n’avez pas besoin de montrer vos inutilités aux gens!

  Vous avez raison, Grougn’resse, je ne devrais pas sortir avec vous, les gens me font la gueule tout le long du chemin!

   Ah le mauvais bien! Attrape, mille dieux, et en voilà encore une, et encore une autre!

   Aïe, vieille sorcière, aïe, vous m’avez cassé votre parapluie sur la tête!

     Parce que je sais bien que ça ne ferait pas le moindre effet plus bas!

     Que vous croyez! Allons donc danser un peu, et je vous montrerai quelque chose que vous attendez depuis longtemps!

   Si ce n’est pas un billet de mille vous pouvez vous garder vos babioles!

    Ne vous tracassez pas, la mère, billet ou babioles, ça ne sera jamais pour votre binette!

  Tant mieux! Vous n’avez jamais eu d’éducation!

     Poue ce que vous faites de la vote, vous n’avez pas à vous vanter!

     Ah, sacré enragé, je vais...

   Calmez-vous, mère Grougn’resse : je voulais juste vous  faire courir in peu. Vous êtes bien belle, et il me plaisait de vous le dire!

     Ohhhh! Vous ne valez rien!

     Allons nous asseoir un quart d’heure à la pâtisserie, je vous invite pour une tasse de café et un ou deux bons petits gâteaux.

     Deux petits gâteaux? Sûr?

     Comme je vous le dis! Nez-a!

     Ça va me faire tout drôle de me retrouver entre deux gâteaux et un gâteux!

     A part ça, c’est moi qui n’en ai pas une bonne!
6 djanvî 2019...

     Wâye, Mère Grougn’resse, i m’sène què ça fât bin longtaps qu’djè n’v’a’m vû!

     Bin pour sûr, dj’atous à la clinique!

     Bin, vès n’m’avins rin dit!

     Pasquè ça n’vès r’wâte mi!

     Ah bin oï. Vès n’ez qu’ des rèflexions ainlà, èt vès v’plîdez qu’les autes èn’ s’intèressant m’ à vous!

     Et pûs, lâyez m’ tran’quille. Djè sûs co en convalescence.

     On l’voit bin. Vès martchez coumme eune gaye qui vint d’aller à bouc!

     Pus mauvaise gueule què vous, Tampir, c’est d’trop!

     Bin, coumme djè n’sais rin, djè r’wâte, èt djè vois c’què dj’vois... I m’sène què v’ez les guiboles in pau aflâyes.

     Dj’â des bas d’contaminâtion.

     Des bas d’quoi?

     Haïe, djè l’dèrâs cent côps... Des bas d’contemplâtion!

     Aha! V’ez atu voir èl queuré pou d’vènu nonette èt ratrer au Carmel!

     Vî loûgne, què v’atez! J’avous d’la varice plî les djambes èt on m’è arrandgi ça.

     Ah bin oïl l’avarice, ça v’counneut! Et aute part què dans les pattes!

     V’allez v’târe, hé, lâd mounâme! C’est pou protédgi mes cicâtrices qu’on m’fât mette des bas d’contorsion!

     Vès v’lez dère des bas d’contention...

     Ah, vès counn’chez ça ètou! Mâs vous, aveu vote culotte dè v’lours, ça n’se voit m’.

     Ha! Ha! Ha! Bin v’atez lon don compte! Mâs djè counneus bin l’principe. Quand on est das n’clinique èt qu’on n’boudge mi assez, i-s avant la trouille dè v’voir aveu n’phlébite, alors i pernant zous prècautions.

     Vès n’atez qu’in niche pouchî dè v’nu causer d’nich’tries ainlà à n’pauve femme qu’è bin don mau dè s’dèplaci pou fâre ses coummissions!

     Ah oï... A qué icole què v’ez atu, mère Grougn’resse?

     Djè n’m’a rappelle mi!

     Ha! Ha! Ha! Sûr què v’n’y ez m’ atu assez longtaps pou l’rèt’nu...

     I follout bin travailli aux tchamps èt co à la mâjon pou al’ver m’frère!

     Aha. Vès n’ez pont eû d’tchance, mère Grougn’resse. Alors, vès n’a p’lez rin. Si dj’peux v’âdi, djè l’fâra v’lati.

     Bon. Alors, vès wârdrez vote fée bite tchûz vous. Si vès v’lez bin, i m’faurout don pî èt des crombîres, aveu n’dèmi-douzîne d’us.

     Vos pouyes è n’ pounant pus?

     Siè! Mâs djè m’â ramuj’lé a-n allant quire les us au matin è dj’a tchû su toute la pounâye. I n’mè resse pus in u!

     Oho! R’mettez vote foulârd coumme i faut, mère Grougn’resse. L’u qui v’resse maugré tafât, on l’voit bin au mîtant d’vote front!

     Vès m’arez déhontivé djusqu’au tchu! Mâs tant pîre : si vès v’lez bin aller m’tchartchi mes coummissions, vès m’fârez tout d’mîme plâji.

     Et dj’arâ n’boutchette?

     In côp d’canne, oï, vî marcou!

     Aaaaaah! Djè crois qu’dj’îme co mieux ça!

6 janvier 2019...

     Eh bien, Mère Grougn’resse, il me semble que cela fait bien longtemps que je ne vous ai pas vue!
     Ben évidemment, j’étais à la clinique!
     Ben, vous ne m’aviez rien dit!
     Parce que ça ne vous regarde pas!
     Ah ben oui. Vous ne faites que des réflexions de ce genre, et vous vous plaignez que les autres ne s’intéressent pas à vous!
     Et puis, laissez-moi  tranquille. Je suis encore en convalescence.
     Ça se voit. Vous marchez comme une chèvre qui vient d’aller à bouc!
     Plus mauvaise gueule que vous, Tampir, c’est trop!
     Ben, comme je ne sais rien, je regarde, et je vois ce que je vois... Il me semble que vous avez les guiboles un peu gonflées.
     J’ai  des bas de contamination.
     Des bas de quoi?
     Allons, je le dirai cent fois... Des bas de contemplation!
     Aha! Vous êtes allée voir le curé pour devenir nonnette et entrer au Carmel!
     Vieil imbécile, que vous êtes! J’avais de la varice plein les jambes et on m’a arrangé ça.
     Ah ben oui l’avarice, ça vous connaît! Et autre part que dans les pattes!
     Allez-vous vous taire, hé, sale bonhomme! C’est pour protéger mes cicatrices qu’on me fait mette des bas de contorsion!
     Vous voulez dire des bas de contention...
     Ah, vous connaissez ça aussi! Mais vous, avec votre culotte de velours, ça ne se voit pas.
     Ha! Ha! Ha! Ben vous êtes loin du compte! Mais je connais bien le principe. Quand on est en clinique et qu’on ne bouge pas assez, ils ont peur de vous voir avec une phlébite, alors ils prennent leurs précautions.
     Vous n’êtes qu’un sale cochon, de venir parler de saletés comme cela à une pauvre femme qui a bien du mal de se déplacer pour faire ses courses!
     Ah oui... A quelle école êtes-vous allée, mère Grougn’resse?
     Je ne m’en souviens pas!
     Ha! Ha! Ha! Vous n’y êtes sans doute pas allée assez longtemps pour vous en souvenir...
     I fallait bien travailler aux champs et encore à la maison pour élever mon frère!
     Aha. Vous n’avez pas eu de chance, mère Grougn’resse. Alors, vous n’y pouvez rien. Si je peux vous aider, je le ferai volontiers.
     Bon. Alors, vous garderez votre fée bite chez vous. Si vous voulez bien, ile me faudrait du pain et des pommes de terre, avec une demi-douzaine d’œufs.
     Vos poules ne pondent plus?
     Si! Mais je me suis ramassée en allant chercher les œufs ce matin et je suis tombée sur toute la récolte. Il ne me reste plus un œuf!
     Oho! Remettez votre foulard convenablement, mère Grougn’resse. L’œuf qui vous reste malgré tout, on l’voit bien, au milieu de votre front!
     Vous m’aurez fait honte jusqu’au bout! Mais tant pis : si vous voulez bien aller me chercher mes courses, vous me ferez tout de même plaisir.
     Et j’aurai un bisou?
     In coup dz canne, oui, vieux dragueur!

     Aaaaaah! Je crois que j’aime encore mieux ça!

30 décêmbe 2018...

     Dijez, Tampir, i paraît qu’v’a-n éz co fât des belles!

     Mi, mère Grougn’resse? Qu’est-ce què dj’â co fât, don?

     V’ez foutu n’belle pette à la gamine don Raymond!

     Djè n’vois-m’ èc’ què v’vèlez dère, mère Grougn’resse...

     Vès n’allez m’ èm’ dère què vès n’l’avez m’ vûe?

     La p’tite blondinette aveu des roudges solés?

     Bin sûr!

     Djè n’l’â m’ vûe dèdpus quèques djous. Coummat c’què dj’arous pu lî foute la troûille?

     Où c’què v’atins èchoi das l’après-mîdi?

     Bin... I m’sène què... Oï, c’est bin ça, dj’â atu à la pêche.

     Et v’atins aveu vote vèlo.

     On n’ sarout rin v’catchi!

     Aveu vote canne su l’dos.

     Vès m’arins filmé què v’n’a sarins d’pus!

     Et v’ez traversé la place èt v’ez toûné à gautche pour r’penre la rualle dè la mère Hoûtmeça.

     V’allez m’dère èc’ qu’i gn’è, à la fin!

     Vote canne, vès l’avez toulà?

     Das la grîdge. La v’là.

     Et vès n’voyez rin?

     Bin merte, alôrs! Il a manque in tchu èt l’fil est pèté.

     Si vès v’lez r’trouver vote ham’çon, vès n’arez qu’à l’dèmander on Raymond!

     Qu’est-ce què ça veut dère, don, ça?

     Sacré loûgne vara, quand v’éz toûné au tchu d’la place, vote gaule s’est minche quasimat à l’horizontâle èt l’ham’çon s’est acrami dans les tchavoux d’la gamine! Elle è bacâyi, mâs i passout in bus au mîme moumat qu’è fât n’aller sa trompe èt vès n’ez rin oyi! Vote gaule è tapé das l’poteau èlectrique èt l’tchu s’est broyi aveu l’fil! Co bon, pasquè v’arins co sûr triné c’gamine-là tout l’long d’la ruâye!

     Ben a v’là n’bounne! Djè n’â pus qu’a n’aller tchûz l’Raymond...

     Er’tchartchi vote ham’çon, bin sûr???

     Non-net, mère Grougn’resse, sacrée sorcière, pou m’escuser près d’la gamine.

     Oï, là, il est taps! On raconte què v’ez essayi d’enlver la gamine èt qu’v’atez p’tête in nouvî coumme l’aute, là, el...

  Tâjez-v’, vîe loûgne èt mîtant sotte! I gn’è qu’vous pou avoir des idées ainlà!

30 décembre 2018...

     Dites, Tampir, il paraît que vous en avez encore fait des belles!

     Moi, mère Grougn’resse? Qu’est-ce que j’ai encore fait, donc?

     Vous avez foutu une belle peur à la gamine du Raymond!

     Ne ne vois pas ce que vous voulez dire, mère Grougn’resse...

     Vous n’allez pas me dire que vous ne l’avez pas vue?

     La petite blondinette avec des souliers rouges?

     C’est ça!

     Je ne l’ai pas vue depuis quelques jours. Comment aurais-je pu lui faire peur?

     Où étiez-vous hier dans l’après-midi?

     Ben... Il me semble que... Oui, c’est bien ça, j’ai été à la pêche.

     Et vous étiez avec votre vélo.

     On ne peut rien vous cacher!

     Avec votre canne sur le dos.

     Vous m’auriez filmé, vous  n’en sauriez pas plus!

     Et vous avez traversé la place et vous avez tourné à gauche pour reprendre la ruelle de la mère Hoûtmeça.

     Vous allez me dire ce qui se passe, à la fin!

     Votre canne, vous l’avez là?

     Dans la grange. La voilà.

     Et vous ne voyez rien?

     Ben zut, alors! Il en manque un morceau et le fil est cassé.

     Si vous voulez retrouver votre hameçon, vous n’aurez qu’à le demander au Raymond!

     Qu’est-ce que ça veut dire, donc, ça?

     Sacrée andouille, quand vous avez tourné au bout de la place, vote gaule s’est mise quasi à l’horizontale et l’hameçon s’est pris dans les cheveux de la gamine! Elle a crié, mais un bus est passé au même moment et a klaxonné, alors vous n’avez rien entendu! Votre gaule a cogné le poteau électrique et le bout s’est cassé et le fil aussi! Encore heureux, parce que vous auriez encore sans doute traîné cette gamine-là tout l’long de la rue!

     Ben, en voilà une bonne! Je n’ai plus qu’a aller chez le Raymond...

     Rechercher votre hameçon, bien sûr???

     Non, mère Grougn’resse, sacrée sorcière, pour m’excuser auprès de la gamine.

     Oui, là, il est temps! On raconte que vous avez essayé d’enlever la gamine et que vous êtes peut-être in nouveau comme l’autre, là, le...

    Taisez-vous, vielle baderne à moitié sotte! Il n’y a que vous pour avoir des idées pareilles!

23 décêmbe 2018...

     Alors, Mère Grougn’resse, on prèpare el rèveillon?

     Bah, vès savez, pour mi toute seûle, c’est vite fât!

     Vos afants n’rèv’nant m’ passer l’rèveillon aveu vous?

     Vès sondgez bin! I venrant l’prèmî d’l’an pou ramassi les ètrênnes, èt pûs c’est bon!

     Vès m’avins dit qu’la Mathile dèvout r’vènu pou v’fâre eune dinde fârcîte!

     Oyi, mâs elle è tchîdgi d’avis, là...

     Hè hè... Pont d’dinde farcîte, djusse eune dinde farcée... Ha! ha! ha!

     Ben, lâd mounâme què v’atez, djè v’rèmercie tout plîe, ça fât plâji!

     Hâye, nè l’pernez m’ pus mau qu’djè n’vès l’â dit. Djè v’lous djusse fâre in mot, mi v’déhutchi!

     Et vos afants, i s’rant toulà?

     Djè n’les vois pus wâ dèd’pûs qu’la Mad’leine est voûye. Djè s’râ tout seûl ètou.

     Pa des côps, c’est aussi bon, va. Au moins, on èst sûr dè n’mi s’disputer.

     Mas in rèveillon d’Nawé tout seûl, in m’sène què c’n’est m’ in rèveillon.

     Ben quand on n’sait fâre autremat, on èst bin oblidgi dè l’fâre.

     V’allez roîti la tèlè?

     M’ètounn’rout : elle est co en panne. Doummadge, dj’arous bin roîti in bî spectaque.

     Ben, si vès v’lez, nez-a tchû mi...

     Pasquè vès v’pernez pou in bî spectaque, bin sûr! Vès n’atez m’ molâji!

     Nè v’fayez m’ pus loûgne què v’atez, mère Grougn’resse, c’est d’jà bin assez ainlà. Ma tèlè va bin, èt c’est n’grande qu’on n’è m’dujette dè lunettes!

     Pasquè djè s’rous myope, pa dès côps!

     Ooohhhh! Djè n’â m’ dit ça! Et pûs, djè sûs co bon pou la cujine, djè v’prèpar’rous in bon p’tit plat...

     Djè v’vois v’nu! In p’tit verre touci, in p’tit verre toulà, èt pûs eune mî qui s’pourmoûne où ç’qu’i n’faut m’ èt pûs la mienne su vote margoulette!

     Ben, v’ez n’acrée idée d’Nawé! Vès n’sondgez qu’à des affaires pareilles alors què mi, djè v’propose dè passer in bî rèveillon aveu n’tèlè en couleurs dè pus d’in mète dè lârdge.

     Hm! Vès p’lez m’garanti què v’n’avez rin d’aute drî la hanette? On n’sait djamâs, aveu vous!

     Bah, après l’dessert, on poûrrout mette èl pètit Djésus das la crèche...

     Sacré lâd niche vara! Djè m’a doutous bin!

     Tâjez-v’, la mère, el prèavis est trop couche pour qu’j’arriviche à âque là-d’das. Pou Nawé, si djè fayins n’trêve?

     Hâye, bon, on peut y sondgi. Rin qu’pou vote gigot, djè m’rapapine dédjà, èt djè veux bin v’nu...

     À la bounne heûre, mère Grougn’resse. Vès nè l’règrett’rez m’.

     Djè venrâ aveu n’bounne boutèle, Tampir. Don vin qui trîne das ma câve dèd’pûs des annâyes. Djus’qu’à d’mî, noum’!

     À d’mî, mère Grougn’resse. (Tout bache : dè toute manière, après trois verres dè routge, elle va s’mette à sonrer coumme eune soquette èt djè roîtrâ c’qui m’plârait!)

23 décembre 2018...

     Alors, Mère Grougn’resse, on prépare l» réveillon?

     Bah, vous savez, pour moi toute seule, c’est vite fait!

     Vos enfants ne reviennent pas passer le réveillon avec vous?

     Vous pensez bien! I viendront le premier de l’an pour ramasser les étrennes, et puis c’est bon!

     Vous m’aviez dit que la Mathilde devait revenir pour vous faire une dinde farcie!

     Oui, mais elle a changé d’avis, là...

     Hè hè... Pas de inde farcie, juste une dinde farcée... Ha! ha! ha!

     Ben, mauvais bien, que vous êtes, je vous remercie beaucoup, ça fait plaisir!

     Hâye, ne le prenez pas plus mal que je ne vous l’ai dit. Je voulais juste faire un mot, pas vous insulter!

     Et vos enfants, ils seront là?

     Je ne les vois plus guère depuis que la Madeleine est partie. Je serai tout seul aussi.

     Parfois, c’est aussi bon, va. Au moins, on est sûr de ne pas se disputer.

     Mais un réveillon de Noël tout seul, j’ai l’impression que cen’est pas un réveillon.

     Ben quand on ne sait pas faire autrement, on est bien obligé de le faire.

     Vous allez regarder la télé?

     M’étonnerait : elle est encore en panne. Dommage, j’aurais bien regardé un beau spectacle.

     Ben, si vous voulez, venez chez moi...

     Parce que vous vous prenez pour un beau spectacle, sans doute! Vous n’êtes pas difficile!

     Ne vous faites pas plus bête que vous ne l’êtes, mère Grougn’resse, c’est déjà bine assez comme cela. Ma télé va bien, et c’est une grande qu’on n’a pas besoin de lunettes!

     Parce que je serais myope, sans doute!

     Ooohhhh! Je n’ai pas dit ça! Et puis, je suis encore bon en cuisine, je vous préparerais un bon petit plat...

     Je vous vois venir! Un petit verre ici, un petit verre là, et puis une main qui se promène où il ne faut pas et puis la mienne sur vote figure!

     Ben, vous avez une sacrée idée de Noël! Vous ne pensez qu’à des affaires pareilles alors que moi, je vous propose de passer un beau réveillon avec une télé en couleurs de plus d’un mètre de large.

     Hm! Vous pouvez me garantir que vous n’avez rien d’autre derrière la tête? On ne sait jamais, avec vous!

     Bah, après le dessert, on pourrait mettre le petit Jésus dans la crèche...

     Sacré sale bonhomme! Je m’en doutais bien!

     Taisez-vous, la mère, el préavis est trop court pour que j’arrive à quelque chose là-dedans. Pour Noël, si on faisait une trêve?

     Hâye, bon, on peut y penser. Rien que pou votre gigot, je me pourlèche déjà les babines, et je veux bien venir...

     À la bonne heûre, mère Grougn’resse. Vous ne le regretterez pas.

     J’apporterai une bonne bouteille, Tampir. Du vin qui traîne dans ma cave depuis des années. Jusqu’qu’à demain, n’est-ce pas!

     À demain, mère Grougn’resse. (Tout bas : de toute manière, après trois verres de rouge, elle va se mettre à dormir comme une souche et je regarderai ce qui me plaira!)

18 décêmbe 2018...

T-      Bondjou, là, mère Grougn’resse!

G -    Hm. Salut, Tampir.

T-      Vès n’ez m’ trop froid, dè c’taps-là?

G-     Mi, non. Mâs i gn’è des dgens qui coummaçant à s’dèmander si zous afants pass’rant bin l’hivîr au tchaud.

T-      Et coumme el gouvernement est su n’fesse, i n’faut m’ rattade dès bonnes dècisions.

G-     Ben nenni... Mâs cè n’est m’ pasquè l’estrême droite est voûye què les dgens qui sant das l’bèsoin arant d’quoi nûri les afants!

T-      Vès croyez qu’on va r’vôter, mère Grougn’resse?

G-     Djè n’a sais rin, Tampir. Mâs i m’sène què l’pays est sus s’cul. On n’fârait pus rin dè c’què les dgens rattadant, èt on fârait tafât pou les profîteurs. Coumme toudjous.

T-      Vès n’pîrdrez m’ l’idée qu’les politiques n’a fayant qu’pou zoûs potches, noum’ don?

G-     Coummat c’qu’on fârout autremat? I avant vôté des lois pou n’pu cumuler, qu’i dijant. Et quand vès les voyez, ça nous coute co pu chèr dè les voir tchoisi zou posse pasqu’i n’saraint r’trouver don boulot Mîme si n’ n’avant d’jà inque avant d’a n’aller! Et bin päyi, pa d’zu l’martchi!

T-      Coummat, ça?

G-     On loûs y baille eune prime qui fât trois quate annâyes dè ma r’traîte, vès l’savez bin!

T-      Ben oï. Mîme s’i n’ n’allant à 67 ou 75 ans, i-s y avant droit!

G-     On doûrout chèrer les bul’tins d’vôte putot què d’macheurer des p’tits ronds!

T-      Mi, djè va v’dère, mère Grougn’resse : djè crois qu’on va tout doûc’mat voir tchîdgi les affaires. Quand c’est la ruâye qui coummace à bacâyi, les droles qu’atant à la gouvernance (qu’i prètadant r’nettir!) doûrant bin tchîdgi zou fusik d’èpaule.

G-     Cè n’est m’ ça qui les apîtch’rait d’tèrer d’travî, djè vès l’dis!

T-      Vès n’atez m’ co optimisse, coumme djè vois. Qu’est-ce qu’i faurout fâre, à vote idée?

G-     Lous-y prenre el fusik su l’èpaule et lous-y tèrer n’bâlle das n’patte. Et si i essayant d’boudgi l’aute, on r’coummace!

T-      Ben à v’là eune, dè dijâye! Vès n’ s’rins m’ pa des côps co pîre què l’estrême droite, aveu des idées ainlà?

G-     Tâjez-v’ là, Tampir. Mi, djè n’â qu’la gueûle, èt ça n’fât d’mau à pachoûne. Zous, i mettrint l’monde à fû èt à sang pou d’bon.

T-      Dijez, mère Grougn’resse, èst-c’ qu’i n’ s’rout m’ l’heûre dè l’apèro?

G-     Si c’est vous qui päyez, djè crois què l’Chalet est douvî. Allans-y!

9 décembre 2018...

T-      Bonjour, là, mère Grougn’resse!

G -    Hm. Salut, Tampir.

T-      Vous n’avez pas trop froid, de ce temps-là?

G-     Moi, non. Mais il y a des gens qui commencent à se demander si leurs enfants passeront bien l’hiver au chaud.

T-      Et comme le gouvernement est sur une fesse, il ne faut pas attendre des bonnes décisions.

G-     Ben nenni... Mais ce n’est pas parce que l’extrême droite est partie que les gens qui sont dans le besoin auront de quoi nourrir les enfants!

T-      Vous croyez qu’on va revoter, mère Grougn’resse?

G-     Je n’en sais rien, Tampir. Mais j’ai l’impression que le pays est sur son cul. On ne fera plus rien de ce que les gens attendent et on fera tout pour les profiteurs. Comme toujours.

T-      Vous ne perdrez pas l’idée que les politiques n’en font que pour leur poche, n’est-ce pas?

G-     Comment faire autrement? I ont voté des lois pour ne plus cumuler, qu’ils disent. Et quand vous les voyez, ça nous coûte encore plus cher de les voir choisir leur  poste parce qu’ils ne sauraient pas retrouver du boulot. Même s’ils en ont déjà un avant de partir! Et bien payé, encore bien.

T-      Comment, ça?

G-     On leur donne une prime qui fait trois ou quatre années de ma pension, vous le savez bien!

T-      Ben oui. Même s’ils s’en vont à 67 ou 75 ans, ils y ont droit!

G-     On devrait déchirer les bulletins de vote plutôt que de noircir des petits ronds!

T-      Moi, je vais vous dire, mère Grougn’resse : je crois qu’on va tout doucement voir changer les affaires. Quand c’est la rue qui commence à crier, les drôles qui sont à la gouvernance (qu’ils prétendent nettoyer!) devront bien changer leur fusil d’épaule.

G-     Ce n’est pas ça qui les empêchera de tirer de travers, je vous le dis!

T-      Vous n’êtes pas encore optimiste, comme je vois. Qu’est-ce qu’il faudrait faire, selon vous?

G-     Leur  prendre le fusil de l’épaule et leur tirer une balle dans une jambe. Et s’ils essayent de bouger l’autre, on recommence!

T-      Ben en voilà une, de réflexion! Vous ne seriez pas par hasards encore pire que l’extrême droite, avec des idées pareilles?

G-     Taisez-vous là, Tampir. Moi, je n’ai que la langue, et ça ne fait de mal à personne. Eux, ils mettraient lemonde à feu et à sang pour de bon.

T-      Dites, mère Grougn’resse, est-ce qu’il ne serait pas l’heure de l’apéro?

G-     Si c’est vous qui payez, je crois que le Chalet est ouvert. Allons-y!

9 décêmbe 2018...

    Bondjou, là, mère Grougn’resse!

    Bondjou, Tampir.

    Coummat c’què v’allez bin?

    Coumme vès l’voyez èt coumme vès l’dijez, ça va on n’sarout mieux!

    Vès n’vès plîdez m’ don taps? I gn’è longtaps qu’i n’è m’ pleu ainlà!

    I-l a follout, noum’don, Tampir. Ben on a-n n’è. Ça fârait don bin pou tafât.

    Dijez, dj’â vû passer l’gamin qui v’avout ramoûné vote poûrte-mènnoûye...

    Oï, il est v’nu m’dère bondjou è causer in pau.

    Bin oï, i m’è dit qu’à c’t’heure, vès li rèpondins tchaque côp.

    Et d’temps en temps i va m’qûire eune coummission ou l’aute.

    Djè v’l’avous dit, qu’ç’atout in dgentil. Djè n’rètins djamâs si i vint don Maroc ou d’la Turquie.

    Ça n’fât rin, Tampir, mi non pus. Mâs vès doûrins l’voir, tout heûreux quand djè lî baille eune pètite pièce ou n’doûceûr...

    Vès n’croyez m’ què c’est pou ça qu’i va fâre vos coummissions?

    I n’dèmande djamâs pou y n’aller, mâs quand djè lî d’mande, i-l y va toudjous. In côp, dj’â mîme roubli d’lî bailli âque. I n’è rin dit. Et quand il est r’passé l’lond’mî, djè l’â huchi èt i m’è dit qu’i n’follout m’ lî bailli âque à tchaque côp. I n’est m’ intèressé pou deux sous.

    Què c’qu è v’faillez anû après-mîdi, dè c’taps-là?

    La Gènie è tchût su s’trottoir, èt elle trîne in paû la patte, alors djè va n’aller lî t’nu compagnie in heûre ou deux.

    Vès lî r’mettrez bin l’bondjou.

    Djè n’y manqu’râ m’, Tampir. A in aute côp, là...

    Salut, mère Grougn’resse.

...

    La v’là voûye. Et c’atout bin lîe, dj’a sûs quasi sûr. Pourtant, ça n’lî r’sène mi dè n’mi rûter su tafât ni co d’ète atadaule aveu les dgens... Djè m’dèmande si elle n’atout m’ saûle. Tchès, wa! V’là qu’c’est mi qui d’vins mauvaise gueule à c’t’heûre!


9 décembre 2018...

    Bonjour, là, mère Grougn’resse!

    Bonjour, Tampir.

    Comment allez-vous bien?

    Comme vous le voyez et comme vous le dites, ça va on ne peut mieux!

    Vous ne vous plaignez pas du temps? Il y a longtemps qu’il n’a pas peu comme cela!

    Il en fallait, n’est-ce pas, Tampir. Ben on en a. Cela fera du bien pour tout.

    Dites, j’ai vu passer le gamin qui vous avait rapporté votre  porte-monnaie...

    Oui, il est venu me dire bonjour et parler un peu.

    Ben oui, il m’a dit que maintenant, vous lui répondez chaque fois.

    Et de temps en temps il va me faire une course ou l’autre.

    Je vous l’avais dit, que c’était un gentil. Je ne retiens jamais s’il vient du Maroc ou de Turquie.

    Ça ne fait rien, Tampir, moi non plus. Mais vous devriez le voir, tout heureux quand je lui donne une petite pièce ou une friandise...

    Vous ne croyez pas que c’est pour ça qu’il va faire vos courses?

    Il ne demande jamais pour y aller, mais quand je lui demande, il y va toujours. Une fois, j’ai même oublié de lui donner quelque chose. Il n’a rien dit. Et quand il est repassé le lendemain, je l’ai appelé et il m’a dit qu’il ne fallait pas lui donner quelque chose à chaque fois. Il n’est pas intéressé pour deux sous.

    Qu’est-ce que vous faites cet après-midi, de ce temps-là?

    La Génie est tombée sur son trottoir, et elle traîne un peu la jambe, alors je vais aller lui tenir compagnie une heure ou deux.

    Vous lui remettrez bien mon bonjour.

    Je n’y manquerai pas, Tampir. A un autre fois, là...

    Salut, mère Grougn’resse.

...

    La voilà partie. Et c’était bien elle, j’en suis quasi sûr. Pourtant, ça ne lui ressemble pas de ne pas râler sur tout ni d’être aimable avec les gens... Je me demande si elle n’était pas saoule. Ben alors! Voilà que c’est moi qui deviens mauvaise langue maintenant!

2 décêmbe 2018...

     -   Tampir, dj'â âque à v'dère !
   -   Sûr mi bondjou, Grougn'resse, v'arint coummaci par là !
     -   Tâjez'v, c'est mi qui cause !
    -   Ben v'a-n n'avez, dont toupet ! Djè caus'râ si dj'veux, tout d'mîme !
     -   Bon, c'est tout, djè m'a vas.
     -   Vaut mieux vous què l'bî taps !
    -   Mâs djè vès l'dèrâ quand mîme : vès n'atez qu'in niche pouchî. Dj'a vû n'noire feumâye monter d'vote trûche – èç què v'hutchez vote méche – au matin, à m'a-n allant. Djè n'sais à quoi c'què v'avins foutu l'fû,
     mâs pou n'pollution, ça n'atout eune sacrée !
   -   Què ç'què vès m'contez toulà, mère Grougn'resse ? Au matin, dj'â atu à la messe – enfin, djusse en face dè l'èglîje pou m'pètit cafè aveu in hostie au suc' – èt djè n'arous sû brûler âque das m'méche – qui n'èst m' pus trûche què l'vote !
    -   V'a-n n'ez menti, Tampir, dj'â bin vû qu'ça v'nout dè d'padrî vote cassine.
     -   V'a-n n'ez das les œils, Grougn'resse ! Vès n'ez m' rèwâti dè d'oùc'qu'i v'nout l'vat ! V'arins comprins què ça v'nous d'à coté, dè d'tchûz l'Gondrand d'la Lèa !
     -   Vès n'ez tout d'mîme rin fât pou apîtchi ça !
    -   Djè n'arous sû, pusquè dj' n'atous m' toulà!
     -   Si v'n'atins m' si sôlâye, v'arins atu tchûz vous putot qu'au bistrot èt v'arins vû l'affaire !
     -   Et vous, Grougn'resse, où c'què v'atins ?
     -   Dj'atous à la messe pou don vrâ, mi, à vènèrer l'Seigneur !
     -   El çoune qui voit tafât ? Ben, s'i-l è vû l'aute en train d'foute èl fû à des hatutries, pouquoi c'qu'i n'è rin fât  pour rèteinre el fû ? I lî arout foutu d'la plauve dèssus, c'atout fât !
    -   Mècrèant, qu'v'atez ! I n'è m' el taps d's'occuper d'toutes ces andouill'ries-là.
   -   Ben vè lî dèrez qu'jè n'sûs m' ès' remplaçant touci ! Et què d'j'rawâs vos escûses pou l'accusâtion  d'auvaise langue !
    -   Vès p'lez co rawarder, Tampir. Si c'n'atout m' vous c'côp-ci, c'est pou les autes côps !
     -   Oooohhhhh ! Djè n'â djamâs vû n'rosse ainlà !

2 décembre 2018...

     -   Tampir, j'ai quelque chose à vous dire!
     -   Sûrement pas « bonjour », vous auriez commencé par là.
     -   Taisez-vous, c'est moi qui parle !
     -   Ben vous en avez, du culot ! Je parlerai si je veux, quand même !
     -   Bon, c'est tout, je m'en vais.
     -   Vaut mieux vous que le beau temps.
     -   Mais je vous le dirai quand même : vous n'êtes qu'un sale cochon. J'ai vu une fumée noire monter de votre
     fouillis – que vous appelez jardin – au matin en partant. Je ne sais à quoi vous aviez mis le feu, mais pour
     une pollution, c'en était une !
   -   Que me chantez-vous là, Grougn' resse, ce matin, j'étais à la messe – enfin, juste en face de l'église pour  mon petit café avec une hostie sucrée – et je n'aurais pas pu brûler quoi que ce soit dans mon jardin – qui n'est pas plus fouillis que le vôtre !
   -   Vous mentez, j'ai bien vu que cela venait de derrière votre maison !
  - Vous en avez dans les yeux, Grougn'resse, vous n'avez pas regardé d'où venait le vent ! Vous auriez compris que cela venait d'à côté, de chez le Gontran de la Léa !
     -   Vous n'avez quand même rien fait pour empêcher cela !
     -   Je n'aurais pas su, puisque je n'étais pas là !
     -   Si vous n'étiez pas aussi ivrogne, vous auriez été chez vous plutôt qu'au bistrot !
     -   Et vous, Grougn'resse, où étiez-vous ?
     -   J'étais à la messe pour du vrai, moi, à vénérer le Seigneur !
     -   Celui qui voit tout ? Ben s'il a vu l'autre en train de mettre le feu à des crasses, pourquoi n'a-t-il rien fait pour éteindre le feu ? Il aurait jeté de la pluie dessus, l'affaire était réglée !
     -   Mécréant, que vous êtes, il n'a pas le temps de s'occuper de toutes ces petites ces bêtises !
     -   Ben vous lui direz que je ne suis pas son remplaçant ici ! Et que j'attends vos excuses pour vos accusations  de mauvaise langue !
     -   Vous pouvez toujours attendre, Tampir, si ce n'était pas vous cette fois-ci, c'est pour les autre fois !
     -   Oooooh ! Je n'ai jamais vu une aussi mauvaise femme !
25 nôvembe 2018...

—    V’ez co l’air bin aradgîte, Mère Grougn’resse!
—    Ah bin i gn’è d’quoi, allez, Tampir!
—  Qu’es-ce qui gn’è co, on v’è co volé v’poûrte-mènnoûye?
—    Èn vès foutez-m’ dè mi, là. C’est pîre què ça.
—    Oho! On v’è foutu l’fû à la mâjon?
—   V’ez d’jà essayi d’trouver don vrâ pâté gaumais en Gaume?
—    Ben pou z’a trouver d’ l’authentique, i gn’è qu’à rwâti l’dèzus, si v’y voyez n’hostie, c’est l’label qu’on sarout aller conte...
—    Vès n’n’ez d’jà achté, Tampir?
—    Mi non, pasque djè l’fâs toudjous mi-mîme.
—    Dèsous l’hostie, on trouve pa des côps d’la pâte «feuilletée», djè v’dèmande in paû!
—    Ben ça n’va m’, ça!
—    Non.net, ça n’va m’. Mâs i gn’è co pîre : la tchâ, vès savez bin c’què c’est?
—    Djè vins dè v’dère què djè l’fâs mi-mîme.
—    On trouve don hachis, des librettes d’on sait quoi, ou co des mèlandges dè pouchelleries qu’on sarout dère c’què c’est non pus.
—    Mère Grougn’resse, i gn’è co des boutiques où c’què v’pèlez avoir don pâté authentique, aveu in hostie ou pont.
—    Ben djè sûs dénortâye, les çounes què dj’croyous con’vnâbes n’a atant m’...
—    Ah bon?
—    Oï, i marquant das la vitrine «Pâté à la tchâ». Cè n’est m’ la mîme tchôse, tout d’mîme.
—    Mère Grougn’resse, cès pâtés-là sant pa des côps bin meilleurs èt pus gaumais què les autes qui s’dijant «authentiques» èt qui n’ress’nant à rin.
—    Mâs c’qui m’emmerte, c’est qu’ dj’â d’la visite das la s’mîne, èt què dj’comptous bin su deux pâtés gaumais pou mes invités! Djè n’â pont d’auto èt djè sûe d’ la r’vue.
—    Allo, Mère Grougn’resse, vès savez quoi? Djè va v’les fâre, mi, vos pâtés. Djè verrâ d’mî quîre la tchâ, les unions, les èchalotes èt les èpices èt, mercredi matin, djè mettrâs les pâtés en route.
—    Vès fârins ça?
—    Et l’mieux, ça s’rout què v’vèninches tchûz mi pou les fâre aveu mi.
—    Què dj’alliche...
—    Ben ça s’rout bin, pusque les pâtés sant pou vos invités, vès plez bin y mette la mî, i m’sène.
—    Bon. Djè veux bin, Tampir. Mâs dj’arâs m’parapuie, èt, l’tra què dj’mettrâ la mî à la pâte èt à la tchâ, vès wâtrez d’wâder les votes tchûz vous!
—    Ben èt d’où c’què d’les mettrous, don?
—    Sûr mi là où c’què dj’sondge, Tampir, sinon, djè v’broûye èm pèpin su la margoulette! À mercrèdi!
—    À mercrèdi, mère Grougn’resse. V’atez la doûceur mîme.
25 novembre 2018...

—    Vous semblez encore bien en colère, Mère Grougn’resse!
—    Ah ben il y a de quoi, allez, Tampir!
—    Qu’es-ce qu’ il y a encore, on vous a encore volé votre porte-monnaie?
—    Ne vous fichez pas de moi, là. C’est pire que ça.
—    Oho! On vous a mis le feu à la maison?
—    Vous avez déjà essayé de trouver du vrai pâté gaumais en Gaume?
—    Ben, pour en trouver de l’authentique, il suffit de regarder le dessus, si vous y voyez une hostie, c’est le label incontournable...
—    Vous en avez déjà acheté, Tampir?
—    Moi non, parce que je le fais toujours moi-même.
—    Sous l’hostie, on trouve parfois de la pâte feuilletée, je vous demande un peu!
—    Ben ça ne va pas, ça!
—    Non, ça ne va pas. Mais il y a pire encore : la viande, vous savez ce que c’est?
—    Je viens de vous dire que je le fais moi-même.
—    On trouve du hachis, des lichettes d’on sait quoi, ou encore des mélanges de cochonneries impossibles à identifier aussi!
—    Mère Grougn’resse, il y a encore des boutiques où vous pouvez avoir du pâté authentique, avec ou sans hostie.
—    Ben je suis déçue, les ceux que je croyais convenables n’en sont pas...
—    Ah bon?
—    Oui, ils marquent dans la vitrine «Pâté à la viande». Ce n’est pas la même chose, tout de même!
—    Mère Grougn’resse, ces pâtés-là sont parfois bien meilleurs et plus gaumais que les autres qui se disent «authentiques» et qui ne ressemblent à rien.
—    Mais ce qui m’ennuie, c’est que j’ai de la visite dans la semaine, et que je comptais bien sur deux pâtés gaumais pour mes invités! Je n’ai pas d’auto et je suis de la revue.
—    Allons, Mère Grougn’resse, vous savez quoi? Je vais vous les faire, moi, vos pâtés. J’irai demain chercher la viande, les oignons, les échalotes et les épices, et mercredi matin, je mettrai les pâtés en route.
—    Vous feriez ça?
—    Et le mieux, ce serait que vous veniez chez moi pour les faire avec moi.
—    Que j’aille...
—    Ben ce serait bien, puisque les pâtés sont pour vos invités, vous pouvez bien y mettre la main, ce me semble!
—    Bon. Je veux bien, Tampir. Mais j’aurai mon parapluie, et le temps que je mettrai la main à la pâte et à la viande, vous tâcherez de garder les vôtres chez vous!
—    Ben, et où les mettrais-je, donc?
—    Sûrement pas là où je pense, Tampir, sinon, je vous casse mon pépin sur la tronche! 
À mercredi!
—    
À mercredi, Mère Grougn’resse. Vous êtes la douceur incarnée.
18 nôvembe 2018

—    Alors, Tampir, vès n’atez m’ voûye bloquer les routes?

—    Ben non.net, Mère Grougn’resse, i fât bin trop froid pour mi. A m’ n’âdge, on va pus s’adgealer la nomenclâture das les manifestâtions.
—    Ben vès m’a fayez in drole! Vès n’arrêtez m’ dè v’dèmaloter qu’i sant toudjous en train d’pûji des liards das v’poûrte-mènnoûye èt quand on v’baille l’occasion d’lous-y djouer in tou, i gn’è pus pachoûne!  Pourtant, i m’sène què l’djaune pal’tot v’arout bin atu...
—    V’ez bî djû dè v’foute dè mi! Quand djè vois c’què tapez das vote poubelle, toudjous plîne à coûchî soul’vant, djè m’dèmande c’què v’pèlez ach’ter si encombrant!
—    Dè quoi! Vès fayez les poubelles, à c’t’heûre! Ça n’vès r’wâte-mi, c’què dj’mette das les miennes!
—    Non.net, mâs quand dj’oûye causer don zérô dèchet, djè m’dis qu’aveu des pareilles à vous, on n’est m’co soûrtis d’l’auberdge!
—    Hé, lâd mounâme què v’atez, djè fâs c’què dj’ veux aveu mes sous, bin sûr! Djè paye pou mes poubelles coumme tout tchaquin!
—    Bin sûr, Mère Grougn’resse, mâs payi pou fâre ramassi ses dètritus n’veut m’ dère qu’i faut rapli les poubelles djusqu’à la gueule! V’ez sondgi à la pollution què v’causez?
—    C’est m’n’affaire!
—    Ben oï, mâs i faurout p’t’ête sondgi in pau à note plânète. Pus qu’on la bourre dè salop’ries qui n’sè dègrâdant m’, pus qu’elle souffère, èt elle finirait pas crèver, èt nous-autes aveu!
—    Djè n’sarous fâre autremat. I nous foûrant tafât das des embâlladges en plastique ou co en frigolite. Djè n’ va m’ tout d’mîme les mîdgi!
—    I faurout tchîdgi nos habitudes, Mère Grougn’resse. Allo, vès savez bin qu’djè vois vlati. On dourout essayi d’viqui assène, on arout moins d’poubelles à nous deux qu’tchaquin dè s’coté...
—    Dè quoi c’què v’dijez! Djè v’a foutrâs, mi, vî pouchî, d’viqui assène. Sûr què dj’arous co n’pus grosses poubelle pasquè v’atez l’premî dèchet qu’ dj’y taprous!
—    V’atez co pus mauvaise què djè n’croyous, Mère Grougn’resse. Djè crois qu’si dj’essayins d’viqui nous deux, vès n’arins m’ dujette dè m’taper dans la poubelle, dj’y saut’rous mi-mîme dène belle raideur pou n’pus v’voir!
18 novembre 2018

—    Alors, Tampir, vous n’êtes pas parti bloquer les routes?
—    Ben non, Mère Grougn’resse, il fait bien trop froid. A mon âge, on ne va plus se les geler dans les manifestations.
—    Eh bien vous m’en faites un drôle! Vous vous plaignez sans cesse qu’ils sont toujours en train de puiser dans votre porte-monnaie et audn on vous donne l’occasion de leur jouer un tour, il n’y a plus personne! Pourtant, il me semble que le gilet jaune vous aurait bien été...
—    Vous avez beau jeu de vous moquer de moi! Quand je vois ce que vous jetez dans votre  poubelle, toujours pleine à soulever le couvercle, je me deman,de ce que vous pouvez acheter d’aussi encombrant!
—    Comment! Vous faites les poubelles, maintenant! Ce que je jette dans les miennes ne vous regarde pas!
—    Non, mais quand j’entends parler du zéro déchet, je me dis qu’avec des pareilles à vous, on n’est pas encore sortis del’auberge!
—    Hé, sale bonhomme, que vous êtes, je fais  ce’que je veux avec mes sous, bien sûr! Je paye pour mes poubelles comme tout le monde!
—    Bien sûr, Mère Grougn’resse, mais payer pour faire enlever ses détritus ne veut pas dire qu’il faut remplir les poubelles jusqu’à la gueule! Vous avez pensé à la pollution que vous causez?
—    C’est mon’affaire!
—    Ben oui, mais il faudrait peut-être penser un peu à notre planète. Plus on la bourre de saloperies qui ne se dégradent pas, plus elle souffre, et elle finira pas crever, et nous-autres avec elle!
—    Je ne saurais pas faire autrement. Il nous fourrent tout dans des emballages en plastique ou encore en polystyrène. Je ne vais tout de même pas les manger!
—    I faudrait changer nos habitudes, Mère Grougn’resse. Allons, vous savez bien que je vous aime bien. On devrait essayer de vivre ensemble, on aurait moins de poubelles à nous deux que chacun de son côté...
—    Qu’est-ce que vous dites! Je vous en donnerai,  moi, vieux cochon, de vivre ensemble. Sûr que j’aurais encore une plus grosse poubelle parce que vous êtes le premier déchet que j’y mettrais!
—    Vous êtes encore plus méchante que je ne croyais, Mère Grougn’resse. Je crois que si nous essayions de vivre nous deux, vous n’auriez pas besoin de me jeter dans la poubelle, j’y sauterais bien vite moi-même pour ne plus vous voir!

11 nôvembe 2018

C      Bondjou, la Mère Grougn=resse! Alors, qué tournâye dè monûments qu=v=allez fâre èç= dîmatche-ci?

C   Ben vès n=y atez m=, là, Tampir! Mi, djè d=more à la mâjon!

C    Oho, vès n=cèlèbrez m= l=armistice?

C   On n=vès cause què d=guîrre tout au long d=l=annâye, don premî d=l=an à la saint- Sylvesse, pou n=mi roublîr, qu=i dijant. Et l=tra d=ça, on v=vade des fusiks èt des canons pa d=t=avau. On s=foute bin d=note gueûle, don, Tampir!

C Vès n=sondgez m= don aux çounes qu=avant lâyi zoû vie su l=tchamp d=bataille pou qu=on souch lîbe anû?

C   Djè peux v=dère què dj=y sondge souvat, à ces malheureûx-là, qu=on èt fât des veuves èt des orphelins èt des parats qu=ant perdu des afants, pour l=pouvoir èt les avantadges d=ène pougnie d=grosses panses! Mâs djè voûrous bin savoir c=què les grosses panses d=anû rattadant d=ces commémorâtions-là! El tra qu=on v=fât dèfiler ou chûre des simagrées dans les èglises, i v=grûgeant co in pau d=pus drî vote dos!

C   Allèz, on n=va m= ès batte. Tchèquin fât coumme i veut!

C  Et vous, Tampir, où c=què v=allez dèfiler?

C   Ben mi, djè s=râ à Etaûle pou la foire aux discs.

C   Vès n=atez m= pus patriote què mi, quoi!

C     Ça n=è rin à voir, Mère Grougn=resse. Vès n=dèfilez m= non pus, vès n=atez m= don pou sout=nu vote pays?

C    Djè nè l=quitt=rous pou rin au monde! Et djè v=l=â dit pus d=in côp, dj=â co d=la poûne pou les hoummes èt les feummes qu=avant souffri bin d=trop padat les guîrres. Djè v=lous djusse èv= lanci n=pètite pique...

C   Ben, si vès n=fayez rin d=aute, vènez à Etaûle. Dj=y vade des discs dè toutes soûrtes, mîme en patois!

C  Djè n=â pus d=toûne-discs dèd=pûs longtaps! Et djè n=â djamâs eû machine pou choûter les dècédés, coumme i dijant.

C  Les CD, va! Et si oûte dè tout ça, vès n=ez pont d=lecteur pou les DVD, v=atez dèv=nu in fossile don dizneûvième sièque!

C   Fossile vous mîme, eh, lâd mounâme! Si djè n=mè r=tènous m= djè v=a foutrous eune su la margoulette!

C    Ooooh, là, la Mère, calmez-v=, là! Vès viquez coumme vès v=lez!

C  Ben co bon! Mâs dijez, Tampir, vès n=profît=rins-m= don billet don dîmatche don Frego pou fâre dè la rèclame, tout d=mîme?

C    Què c=què v=allez sondgi toulà, don, Mère Grougn=resse! Si djè v=lous fâre dè la rèclame, djè dérous âque coumme èç= ci :
« el 11 dè nôvembe, dèd=pûs 10 heûres èt djusqu=à 6 heûres à la nût, vènez au Cente culturel èt sportif d=Etaûle à la foire aux discs! D=aboûrd, on z=y atère pour rin, èt en pus=, dj=y s=râ aveu des 33 tous, des 45 tous, des CD èt des DVD d=toutes soûrtes, mîme en gaumais!+ Mâs djè n=fârous djamâs âque ainlà, noume don!

C   C=est ça, Tampir, i fârait noir où c=què vès v=perdrez!


11 novembre 2018

C    Bonjour, la Mère Grougn=resse! Alors, quelle tournée de monuments allez-vous faire ce  dimanche?

C    Ben vous n=y êtes pas, là, Tampir! Moi, je reste à la maison!

C    Oho, vous ne célébrez pas l=armistice?

C    On ne vous parle que de guerre tout au long d=l=année, du jour dzl=an à la saint-Sylvestre, pour ne pas oublier, qu=ils disent. Et pendant ce temps-là, on vous vend des fusils et des canons partout. On se fout bien de notre gueule, don, Tampir!

C    Alors, vous ne sondez pas à ceux qui ont laissé leur vie sur le champ de bataille pou qu=on soit libres aujourd=hui?

C    Je peux vous dire que dj=y pense souvent, à ces malheureux-là, qu=on a fait des veuves et des orphelins et des parents qui ont perdu des enfants, pour le pouvoir et les avantages d=une poignée de nantis! Mais je voudrais bien savoir ce que les potentats d=aujourd=hui attendent de ces commémorations! le temps qu=on vous fait défiler ou suivre des simagrées dans les églises, il vous grugent encore un peu plus derrière votre dos!

C   Allez, on ne va pas se battre. Chacun fait comme il veut!

C   Et vous, Tampir, où allez-vous défiler?

C    Ben moi, je serai à Etalle pour la foire aux disques.

C    Vous n=êtes pas plus patriote quz moi, quoi!

C    Ça n=a rien à voir, Mère Grougn=resse. Vous ne défilez pas non plus, vous n=êtes donc pas pour soutenir votre pays?

C    Je ne le quitterais pour rien au monde! Et je vous l=ai dit plus d=une fois, j=ai encore de la peine pour les hommes et les femmes qui ont bien trop souffert pendant les guerres. Je voulais juste vous lancer une petite pique...

C    Ben, si vous n=avez rien d=autre à faire, venez à Etalle. J=y vends des disques de toutes sortes, même en patois!

C   Je n=ai plus de tourne-disques depuis longtemps! Et je n=ai jamais eu de machine pour écouter les décédés, comme ils disent.

C    Les CD, allez! Et si en plus de tout ça, vous n=avez pas de lecteur pour les DVD, vous êtes devenue un fossile du dix-neuvième siècle!

C  Fossile vous-même, eh, affreux bonhomme! Si je ne me  retenais pas je vous en taperais une  sur la figure!

C   Ooooh, là, la Mère, calmez-vous, là! Vous vivez comme vous voulez!

C    Ben encore heureux! Mais dites, Tampir, vous ne profiteriez pas du billet du dimanche de Frego pour faire de la publicité, quand même?

C  Qu=allez-vous penser là, donc, Mère Grougn=resse! Si je voulais faire de la pu- blicité, je dirais quelque chose comme ceci :
* le 11  novembre, de 10 heures à 18 heures, venez au Centre culturel et sportif d=Etalle, à la foire aux disques! D=abord, l=entrée est gratuite, et en plus, j=y serai avec des 33 tours, des 45 tours, des CD et des DVD de toutes sortes, même en gaumais!+ Mais jamais je ne ferais ce genre de chose, vous comprenez bien!

C    C=est ça, Tampir, il fera noir où vous vous perdrez!

4 nôvembe 2018

Tampir :  Ben quoi, Mère Grougn’resse, vès m’avez l’air bin èchôrâye!

Grougn’resse : Ben gn’è d’quoi! On m’è volé m’poûrte-mènnoûye aveu pus d’cinq cents euros d’das!

T. :  Volé? V’a-n’ atez bin sûre? Vès n’ l’avez m’putot ègâré?

G. : Vès m’pernez pou ène andouille? Djè r’wâte à mes sous, mi!

T. :   Aha. Et v’ez des soupçons, coumme on dit?

G. : Bin sûr! Djè n’â vû das l’quartier què l’pètit crolé basané don tchu d’la ruâye qui dônout coumme d’habitude. Sûr què c’est lu qui m’l’è rôté! Ces dgens-là sant toudjous en train d’voler les autes, c’est toudjous l’mîme, aveu les Turcs!

T. :  El pètit Mohamed? Ben vès n’y sondjez m’ bin sûr! C’est in bon gamin, toudjou prète è rade service ou a âdi, don matin à la nût!

G. :  Dè quoi? I s’foûrrant partout pou r’pérer les mauvais côps à fâre, oï!

T. :  Allo, là, Mère Grougn’resse, èr’pernez-v’! Et pûs, sa famille n’vint m’ dè Turquie, mâs don Maroc.

G. :  C’est la mîme tchôse! Vèl’là, wa! Vina in paû touci, niche jeune!

Mohamed : Bondjou, Monsieur Tampir, bondjou, madame.

T. : Bondjou, m’gamin. V’là la Mère Grougn’resse.

M. :     Bondjou, Madame Grougn’resse.

G. : On m’è volé m’poûrte-mènnoûye. Qu’est-ce què t’a-n è fât?

M. :   Volé, Madame Grougn’resse, v’a-n’ atez bin sûre?

G. :  Coumme djè t’vois! Vous autes, les ètrangers, vès n’atez bons qu’à ça!

T. :  Ètrangers? Mère Grougn’resse, èc’ gamin-là est né touci! Vès n’l’oyez m’ causer?

G. :  Nés touci ou aut’pârt, i n’tchîdgeant m’!

T. : Quand on v’cause gaumais, on n’sarout ète ètranger!

M. : Djè sûs bin beldge, savez-v’ Madame Grougn’resse. Et djè sûs toudjous dènorté à tchaque côp qu’djè v’dis bondjou èt qu’vès n’mè r’pondez m’...

G. :  Coummat c’què t’counneus l’gaumais?

M. : Mes grands-parats avant v’nu en Belgique das les annâyes septante. On causout gaumais tout autou d’zous. I-s’avant apprins l’français èt l’gaumais à mîme taps...

G. : Aha. Et m’poûrte-mènnoûye? C’est quand mîme bin ti qui m’ l’è rôté!

M. :   In grand poûrte-mènnoûye brun aveu n’tirette d’in coté èt eune pression d’l’aute?

G. :  Tè vois bin, mandrin, qu’ c’et ti qui l’è volé! Coummat c’què t’sarous coummat c’qu’il èst?

M. : Pachoûne nè v’ l’è volé, Madame Grougn’resse, vès l’ez roubli au matin su l’comptoir don bouladgi. Mîme què la vendeûse l’è mins su l’rayon à s’dijant qu’v’allins bin sûr vènu l’rèclamer. Elle mè d’mamandout d’vès l’ramoûner, mâs coumme vès n’ez djamâs atu d’bounne compôsition aveu mi, dj’â eû la troûille dè m’fâre accuser. Mâs si v’vèlez, djè va aller l’quîre è ves l’ramoûner...

T. :   Vas-y, m’pètit, t’ès in bon gachon!

G. :  Ben à v’là co d’eune aveu les autes! Cè n’èst m’ Dieu possibe dè voir ça! I gn’arout dès bounnes dgens au mîtant d’ces profîteurs-là?

T. : I gn’è des bounnes èt des mauvaises dgens pa d’tavau, Mère Grougn’resse. Mâs quand on n’veut voir què l’mau, on n’voit rin d’la rèalité. Pouquoi c’què ces dgens-là, coumme vès dijez, s’rint pus mauvais qu’nous-autes?

G. :   C’est ainlà, c’est tout.

T. :   Vès voyez tout d’mîme bin qu’non!

M. : Là, Madame Grougn’resse, vèl-là, vote poûrte-mènnoûye.

G. :  Vûde, pou sûr! Gn’è quèqu’inque qui s’est sûr servi!... Wâye... Bin non, i m’sène què tout c’què dj’avous y est toudjous!

M. : I gn’è m’ tant d’malhounnîtes què v’sondgez, savez-v’, Madame.

T. :   I m’sène qu’i gn’è âque à fâre, Mère Grougn’resse.

G. :  Ben... Aye, oï. Djè va bailli n’pètite pièce à c’gamin-là.

T. :  N’pètite pièce, Mère Grougn’resse? Vè n’ez co fât què d’l’accuser, là.

M. : Djè n’dèmande rin, mi, Madame Grougn’resse. Djusse què vès m’rèpon- dinches quand djè v’dis bondjou.

G. :  Vina, m’pètit. Djè veux t’rabrachi. Et djè t’baille in billet pou m’fâre pardounner.

M. : Merci pou les sous, Madame Grougn’resse. Mâs c’qui m’rade heureux, c’est qu’vès m’rabrachez. Ça, ça m’va lon... A in aute des côps! A r’voir, Monsieur Tampir, à r’voir, Madame Grougn’resse.

T. : Salut, Mohamed. Tè vins d’guîgni n’bounne amie! Et ça m’fât bin plâji.

G. :  Bon, ben, c’n’est m’ èl tout d’ça, dj’â tout plî d’tchôses à fâre, mi. Djè m’a vas.

T. :   Bounne djournâye, Mère Grougn’resse. Tènez, v’la in moutchoi en papi pou v’chuer les œils...


4 novembre 2018

 

Tampir :          Ben quoi, Mère Grougn’resse, vous m’avez l’air bien excitée!

Grougn’resse :  Ben Il y a de quoi! On m’a volé mon porte-monnaie avec plus de cinq cents euros dedans!

T. :  Volé? Vous en êtes bien sûre? Vous ne l’avez pas plutôt égaré?

G. : Vous me prenez pour une andouille? Je regarde à mes sous, moi!

T. :   Aha. Et vous avez des soupçons, comme on dit?

G. :  Bien sûr! Je n’ai vu dans le quartier que le petit crollé basané du bout de la rue qui errait, comme d’habitude. Sûr que c’est lui qui me l’a barboté! Ces gens-là sont toujours en train de voler les autres, c’est toujours la même chose, avec les Turcs!

T. :  Le petit Mohamed? Ben vous n’y pendez pas, pour sûr! C’est un bon gamin, toujours prêt a rendre service ou à aider, du matin jusqu’au soir!

G. :  Comment? Ils se fourrent partout pour repérer les mauvais coups à faire, oui!

T. :   Allos, là, Mère Grougn’resse, reprenez-vous! Et puis, sa famille ne vient pas de Turquie, mais du Maroc.

G. :  C’est la même chose! Le voilà, tiens! Viens un peu ici, sale gosse!

Mohamed :  Bonjour, Monsieur Tampir, bonjour, madame.

T. : Bonjour, mon gamin. Voilà la Mère Grougn’resse.

M. :  Bonjour, Madame Grougn’resse.

G. :  On m’a volé mon porte-monnaie. Qu’est-ce que tu en a fait?

M. :  Volé, Madame Grougn’resse, vous en êtes bien sûre?

G. :  Comme je te vois! Vous autres, les étrangers, vous n’êtes bons qu’à ça!

T. :  Étrangers? Mère Grougn’resse, ce gamin est né ici! Vous ne l’entendez pas parler?

G. :   Nés ici ou ailleurs, ils ne changent pas!

T. :  Quand on vous parle gaumais, on ne saurait être étranger!

M. : Je  suis bien belge, vous savez, Madame Grougn’resse. Et je  suis toujours déçu à chaque fois que je vous dis bonjour et que vous ne me répondez pas...

G. :  Comment connais-tu le gaumais?

M. : Mes grands-parents sont venus en Belgique dans les années septante. On parlait gaumais tout autour d’eux. Ils’ont appris le français et le gaumais en même temps...

G. :  Aha. Et mon porte-monnaie? C’est quand même bien toi qui me l’a piqué!

M. :  Un grand porte-monnaie brun avec une tirette d’un côté et une pression de l’autre?

G. :  Tu vois bien, vaurien, que  c’est toi qui l’a volé! Comment saurais-tu comment il est?

M. : Personne ne vous  l’a volé, Madame Grougn’resse, vous l’avez oublié ce matin sur le comptoir du boulanger. Même que la vendeuse l’a mis sur le rayon en se disant que vous alliez sans doute venir le réclamer. Elle me demandait même de vous le rapporter, mais comme vous n’avez jamais été de bonne composition avec moi, j’ai eu peur de me faire accuser. Mais si vous voulez, je vais aller le chercher et vous le rapporter...

T. :   Vas-y, mon petit, tu es un bon garçon!

G. :  Ben en  voilà encore une avec les autres! Ce  n’est pas Dieu possible de voir ça! Il y aurait des bonnes gens au milieu d’ces profiteurs-là?

T. :  Il y a des braves et des mauvaises personnes partout, Mère Grougn’resse. Mais quand on ne veut voir que le mal, on ne voit rien de la réalité. Pourquoi  ces gens-là, comme vous dites, seraient-ils plus mauvais que nous-autres?

G. :  C’est comme ça, c’est tout.

T. :   ous voyez tout d’même bien que non!

M. : Voilà, Madame Grougn’resse, le voilà, votre porte-monnaie.

G. : Vide, bien  sûr! Il y en a un qui s’est certainement servi!... Ben... Ben non, il me semble que tout ce que j’avais s’y trouve toujours!

M. :  Il n’y a pas  tant de malhonnêtes que vous ne croyez, vous savez, Madame.

T. :  Il me semble qu’il y a quelque chose à faire, Mère Grougn’resse.

G. :  Ben... Allez, oï. Je vais donner une petite pièce à ce gamin-là.

T. :  Une petite pièce, Mère Grougn’resse? Vous n’avez encore fait que de l’accuser, là...

M. : Je ne demande rien, moi, Madame Grougn’resse. Juste que vous me répondiez quand je vous dis bonjour.

G. :  Viens, mon pètit. Je veux t’embrasser. Et je te donne un billet pour me faire pardonner.

M. :  Merci pour les sous, Madame Grougn’resse. Mais ce qui fait mon bonheur, c’est que vous m’embrassez. Ça, ça me va loin... À une autre fois! Au revoir, Monsieur Tampir, au revoir, Madame Grougn’resse.

T. :  Salut, Mohamed. Tu viens de gagner une bonne amie! Et ça me fait grand plaisir.

G. :   Bon, ben, ce n’est pas le tout, j’ai plein  de choses à faire, moi. E  m’en vais.

T. :   Bonne journée, Mère Grougn’resse. Tenez, voilà un mouchoir en papier pou sécher vos yeux...

Retour à l'accueil