Banniere


La Gaume et le gaumais,
la Gaume et les Gaumais...
El billet don dîmatche (à lîre su Facebook
(https://www.facebook.com/Fregaume)
 tous les dîmatches au matin)
MG & PT

El 5 décembe 2021.

    Bondjou, Madame Grougn’resse.

    Bondjou, Mossieûr Tampir.

    V’atez in paû moins rûijôle què la s’mîne passâye?

    Et vous, v’atez in paû moins aradgi?

    Aha! V’ez d’jà la margoulette moins rafrougnie!

    Vès savez ç’qu’elle vès dit, ma margoulette?

    Djè n’sais si dj’â bin oï, mâs dj’â comprins : «Djè v’invite à prenre l’apèro aveu mi tchûz la Grosse Zûlma à condition qu’vès l’payinches»

    V’ez co d’l’imaginâtion!

    Et dj’â co oï, aveu ça : «Pûs vès venrez dîner aveu mi das ma p’tite mâjon toute doûillette, què dj’â fât d’la bounne soupe à la tchâ d’bu èt in bî gros pouillon aux tchampignons, què dj’â mîme soûrti ma friteûse pou in côp dans l’annâye...»

    Coummat ç’què v’savez tout ça? Èt d’aboûrd, qui est-ce qu v’dit qu’ç’est pou in arsouille coumme vous, tout ça, hein?

    A moins què v’n’arins trouvé in marlou au coin d’ène ruâye, djè n’vois m’ qui est-ce qui das l’villadge fârout vote affaire...

    Ah, qué maûvaise gu...

    Dj’y allans, Germaine, tchûz la Grosse Zûlma?

    Ou bin on prend l’apèro tchûz vous, Jules, c’est la mîme tchôse...

    On n’va m’ trop trîner, sinon l’pouillon s’rè tout noir!

    Dj’y sondge, Jules, quand on s’rè tchûz mi, vès m’rèmettrez n’ampoule das l’collidor?

    Bah... Èt si djè v’fayous la chûle dè voleûr... Ça s’rout bin ètou, ça...

    Djè v’vois arriver! V’atez tout d’mîme in sacré vara, hein, vès farins n’impoûrte quoi pou rwâti d’zous les cottes d’ène feumme!

    Sauf vote respect, Germaine, èt sas dère don maû, ç’qu’i gn’è pa d’zous vos cottes, djè l’counneus d’jà par cœur!

    Dj’â soûrti l’escabelle.

    Djè m’a doutous bin, allez. Saint-Èmilion, aveu l’pouillon?

    V’a troûv’rez co?

    Câve dè gautche, troisième plîtche à droite, à paû près au mîtan...

    Coumme djè vois, vès counn’chez mieux ma câve què mi!

    Ça m’rappelle qu’in djou, j’y avans rwâti les fuilles à l’envîers, coumme on dit das l’bon langadge.

    Et pouquoi ç’qu’è vès r’sondgez à ça?

    Paç’qu’i faurè què dj’perniche èue bruche aveu, pou l’paquet d’arantoiles qu’i gn’è au plafond!

    Vès savez bin què jdè n’...

    C’est pou v’fâre aller, hein, Germaine. Santé.

    Santé, Jules. Djè m’sate bin, tchûz vous.

    Oyi, Germaine, mâs c’est tchûz vous què l’pouillon cût!

Le 5 décembre 2021.

    Bonjour, Madame Grougn’resse.

    Bonjour, Monsieur Tampir.

    Vous êtes un peu moins grincheuse que la semaine dernière?

    Et vous, vous êtes un peu moins coléreux?

    Aha! Vous avez déjà la margoulette moins renfrognée!

  Vous savez ce qu’elle vous dit, ma margoulette?

  Je ne sais pas si j’ai bien entendu, mais j’ai compris : «Je vous invite à prendre l’apéro avec moi chez la Grosse Zûlma à condition que vous le payiez»

    Vous avez encore de l’imagination!

    Et j’ai aussi entendu, en plus : «Puis vous viendrez dîner avec moi dans ma petite maison toute douillette, j’ai fait du bon bouillon et un beau gros poulet aux champignons, et j’ai même sorti ma friteuse pour une fois sur l’année...»

    Comment savez-vous tout ça? Et d’abord, qui vous dit que c’est pour une arsouille comme vous, tout ça, hein?

    À moins que vous n’ayez trouvé un amant au coin d’une rue, je ne vois pas qui, dans le village, ferait votre affaire...

    Ah, quelle mauvaise gu...

    On y va, Germaine, chez la Grosse Zûlma?

    Ou bien on prend l’apéro chez vous, Jules, c’est la même chose...

    On ne va pas trop traîner, sinon le poulet sera tout noir!

    J’y pense, Jules, quand on sera chez moi, vous me remettrez une ampoule dans le corridor?

    Bah... Et si je vous faisais la courte-échelle... Ce serait bien aussi, ça...

    Je vous vois arriver! Vous êtes quand même un sacré filou, hein, vous feriez n’importe quoi pour regarder sous les robes d’une femme!

    Sauf votre respect, Germaine, et sans médire, ce qu’il y a sous vos robes, je le connais déjà par cœur!

    J’ai sorti l’escabelle.

    Je m’en doutais, allez. Saint-Émilion, avec le poulet?

    Vous en trouverez encore?

    Cave de gauche, troisième planche à droite, vers le milieu...

    Comme je vois, vous connaissez mieux ma cave que moi!

    Ça me rappelle qu’un jour, nous y avons regardé les feuilles à l’envers, comme on dit dans le bon langage.

    Et pourquoi vous repensez à ça?

    Parce qu’il faudra que j’emporte un balai, pour le paquet de toiles d’araignées qu’il y a au plafond!

    Vous savez bien que je n’...

    C’est pour vous taquiner, hein, Germaine. Santé.

    Santé, Jules. Je me sens bien, chez vous.

    Oui, Germaine, mais c’est chez vous que le poulet est en train de cuire!

El 28 nôvembe 2021.


    Tampir
! Où ç’què v’atez?

    ...

    Où ç’què v’aztez, don, Tampir?

    Djè sûs touci, Grougn’resse, qu’est-ce qui n’va m’ co?

    Dèpîtcheze-v’!

    Bin quoi, Germaine, vès v’ez d’jà ramujlé su les preumis flocons?

    Tâjez-v’ Tampir, c’est pus emmerdant qu’ça!

    Bondjou, Germaine. Vote tchauffadge è co tchû en panne?

    Pusquè djè v’dis qu’c’est pire!

    Aha. Vote cabinet est co boûtchi, bin sûr!

    Nom des djeux, Tampir, lâyez-m’ causer!

    Ma p’tite Germaine, ma fleûr dè lotus, èm’ pètâle dè rôse, ma fleûr dè camamine...

    V’allez m’choûter, oyi ou non!!!

    Djè m’tâs, Germaine, mâs vès m’dèrez pouquoi ç’què v’atez aveu des savates das la neidge!

    Djustèmat, v’ez vû l’taps?

    Non.net, Germaine, djè n’rèwâte mi la tèlè èt djè n’choûte mi l’posse...

    Bin allez-y, foutez’v co d’mi!

    Vès l’ez bin tchârtchi!

    Djè m’a r’va, djè n’cause mi aveu in colâs coumme vous!

    Bin à r’voir, mère Grougn’resse. Djè n’sarâ djamâs pouquoi ç’què v’ez v’nu m’ pèler la camisole, què dj’atous en train d’travailli das ma câve!

    Alôrs, vès v’a foutez bin qu’dj’aviche âque qui n’va m’!

    V’ez sûr âque qui n’va m’ das la tîte, èt vès doûrins vûdi ça!

    Qu’est-ç què v’èlez dère aveu ça?

    1. Quand on appelle au s’cours, on n’breûle mi das la mâjon d’in ami.

        2. Quand l’ami n’rèponde mi tout d’chûte, c’est qu’i-l est en train d’fâre âque.

        3. Si vote tchauffadge est co en panne, i faut tchîdgi d’rèparâteur.

        Ça vèrè? V’atez prète à ête polie èt aîmâbe?

    Dj’â perdu n’bâgue.

    Dè ma faûte.

    Das la neidge.

    Dè ma faute.

    Ah nom dès djeux, arrêtez aveu ça! Bin sûr què non, què ç’n’est-m’ dè vote faute!

    Alors dijez-m’ ça bin dgentîmat, èt dijez-m’ què v’voûrins què dj’v’âdiche à tchârtchi...

    Ma bâgue è eune valeur què vès n’plez comprenre.

    Paix su la tîrre aux loûgnes dè bounne volonté.

    Vès d’vez m’âdi à la r’trouver!

    Bah, gn’arè in après l’hivîr, la neidge fônrè, èt vès r’troûv’rez vote bâgue!

    Lâd mujî! On n’peut pus compter su vous pou rin, alôrs?

    Mi quand on d’mande aveu in martî èt n’courdgie.

    Hm. Djè... Euh...

    Ç’qu’i gn’è?

    Jules, dj’â pèrdu n’bâgue qui m’tint à cœur. Vès v’lez bin m’âdi à la tchârtchi?

    C’est mieux. Èt où ç’què v’lez perdue?

    Bin, si djè l’savous, sacré lâd niche vara d’loûgne, djè l’arous d’jà r’trouvé èt djè n’arous m’ dujette dè vous!

    Dj’a r’va das mes câves. Èr’ foutez l’camp tchûz vous!

    Ah! Sacré niche vara d’torî d’niche goret d’lâd potrî!

    C’est ça... Vîv’mat l’mois d’mârs...

Le 21 novembre 2021.

    Tampir! Où êtes-vous?

    ...

    Où êtes-vous donc, Tampir?

    Je suis ici, Grougn’resse, qu’est-ce qui va encore de travers?

    Dépêchez-vous!

    Ben quoi, Germaine, vous êtes déjà tombée sur les premiers flocons?

  Taisez-vous Tampir, c’est plus embêtant que ça!

    Bonjour, Germaine. Votre chauffage est encore tombé en panne?

    Puisque je vous dis que c’est pire!

   Aha. Votre toilette est encore bouchée, bien sûr!

    Nom des dieux, Tampir, laissez-moi parler!

    Ma petite Germaine, ma fleur de lotus, mon pétale de rose, ma fleur de camomille...

    Vous allez m’écouter, oui ou non!!!

    Je me tais, Germaine, mais vous me direz pourquoi vous êtes en savates dans la neige!

    Justement, vous avez vu le temps?

    Non, Germaine, je ne regarde pas la télé et je n’écoute pas la radio...

    Ben allez-y, foutez-vous encore de moi!

    Vous l’avez bien cherché!

    Je m’en retourne, je ne parle pas avec un individu comme vous!

    Ben au revoir, mère Grougn’resse. Je ne saurai jamais pourquoi êtes venue me déranger alors que j’étais en train de travailler dans ma cave!

    Alors, vous vous enfichez éperdument qu’il y ait quelque chose qui ne va pas pour moi!

    Il y a sûrement quelque chose qui ne va pas dans votre tête, et vous devriez vider ça!

    Qu’est-ce que vous voulez dire par là?

    1. Quand on appelle au secours, on ne hurle pas dans la maison d’un ami.

        2. Quand l’ami ne répond pas tout de suite, c’est qu’il est occupé.

        3. Si votre chauffage est encore en panne, il faut changer de réparateur.

        Ça va aller?  Vous êtes prête à être polie et aimable?

    J’ai perdu une bague.

    De ma faute.

    Dans la neige.

    De ma faute.

    Ah nom de dieu, arrêtez avec ça! Bien sûr que non, que ce n’est pas de votre faute!

    Alors dites-moi ça bien gentiment, et dites- moi que vous voudriez que je vous aide à la chercher...

    Ma bague a une valeur qua vous ne pouvez pas comprendre.

    Paix sur la terre aux bêtas de bonne volonté.

    Vous devez m’aider à la retrouver!

    Bah, il y aura un «après l’hiver», la neige fondra, et vous retrouverez vote bague!

    Sale grincheux! On ne peut plus compter sur vous pour rien, alors?

    Pas quand on demande avec un marteau et un fouet.

    Hm. Je... Euh...

    Qu’est-ce qu’il y a?

    Jules, j’ai perdu une bague qui me tient à cœur. Vous voulez bien m’aider à la chercher?

    C’est mieux. Et l’avez-vous perdue?

    Ben, si je le savais, sacré vieux barbon débile, je l’aurais déjà retrouvée et je n’aurais pas besoin de vous!

    Je redescend dans mes caves. Fichez le camp et rentrez chez vous!

    Ah! Sacré mauvais bien de camp-volant!

    C’est ça... Vivement le mois de mars...

El 21 nôvembe 2021.

    Bondjou, mère Grougn’resse. Après quoi ç’què v’ez chèré vote cote?

    Chèré ma cote, Tampir, wâye dè qué coté?

    Ma foi, Germaine, c’est djusse das la roûye...

    Et coummat ç’què v’ez vû ça, vous?

    Cè n’atout m’ molâji. V’ez tadu vote dèrri a ramassant l’billet qu’ v’avins lâyi tchûre...

    V’ez toudjous l’œil où ç’qu’ i n’faut m’!

    Si v’îmez mieux v’pourmoûner aveu les fesses à l’air, c’est co vote droit, djè n’dèrâ pus rin.

    Djè n’ôs’râ pus traverser les ruâyes, à ç’t’heûre. Qu’est ç’ què dj’va fâre? Hein, qu’est ç’ què dj’va fâre???

    Vès n’ez qu’d’atrer tchûz mi, v’atez d’vant m-n’huche. Djè v’rècoûs’râ ça en deux minutes.

    Djusse pou m’ voir dèvitîse, bin sûr, sacré nich’rou!

    Djè peux bin r’couse vote cote ainlà, vès n’ez m’dujette dè l’enl’ver...

    Pou m’piquer das les fesses èt m’fâre breûler? Bin sûr que non, rin d’tout ça!

    Bin vès p’lez bin z’a raller la roûye à l’air, mi, ça n’ mè fât rin. Mîme què si gn’è in bon côp d’vat, i n’sarout pus v’soul’ver l’gadin, aveu in trô ainlà, i-l è d’quoi s’èvâcuer sas maû...

    Ratrez, èt allez quîre vote agûe èt vote fil!

    I faut dère in p’tit mot magique, Ma bounne Germaine...

    Quoi, don?

    On n’v’è m’ apprins à dère «s’i vous plaît», das vote djône taps?

    S’i vous plaît. Dj’â roubli, c’est tout.

    Bin oyi, allez, dèd’pûs si longtaps...

    Vès v’pernez pou in gamin?

    Djè n’ vèra m’ djusquè d’toulà, mâs v’ez tout d’mîme quèques annâyes dè pus’ què mi...

    Tâjez-v’! Où ç’què djè m’ mette?

    Djè va m’assîre su l’divan, noume, èt ves v’mettrez à plat vate (enfin, plat, si v’y arrivez) en travî d’mes mutés qu’j’aviche ène vû panôramique dè vote dèrrî!

    V’ez d’la tchance què ma cote est trawâye èt qu’j’â dujette dè vous, v’arins d’jà eû deux berlafes sur l’mujî!

    Âaaattention, Germaine, c’est mi qu’è l’agüe...

    Rwâtez où ç’què v’piquez!

    Pont d’affaîre, Germaine, djè fâs bin attention. Djè n’voûrou m’ v’oï m’dère què la troîsième berlafe est en route.

    Ça avance?

    Oyi. Dijez, v’èz n’potche padrî? Qu’est-ç’ què c’est d’ça?

    Vara d’pouchî, c’est ma fesse!!! Tèrez vos mîs ou...

    Bin djè va m’dgîner! Quitte à risquer la quatrième! Vèlà, Germaine, c’est fât.

    Djè voûrous bin voir ça!

    Faut tèrer la cote.

    Oyi, tâjez èt pûs co quoi? Vès n’ez ène pètite glace, djè r’wâtrous d’vant vote aumâre aveu la grande glace...

    Aveu la p’tite glace què dj’â, vès n’voirins m’ soûlmat la mîtan d’eune dè vos fesses.

    Tchès, tchès! Aveu vos deux œils au beurre noir, à ç’t’heûre, vès n’voirez pus rin dû tout, vous!

    Ah, la vîe cavale! Allez, là vous, rade service à n’sorcière!

    Merci tout d’mîme dè m’avoir boûtchi l’trô!

    C’est bin l’dârin côp, c’est mi qui vès l’dis!

Le 21 novembre 2021.

    Bonjour, mère Grougn’resse. Après quoi avez-vous déchiré vote robe?

    Déchiré ma robe, Tampir, mais de quel côté?

    Ma foi, Germaine, c’est juste dans la raie...

    Et comment avez-vous vu ça, vous?

   Ce n’était pas difficile. Vous avez tendu votre derrière en ramassant le billet que vous aviez laissé tomber...

    Vous avez toujours les yeux où il ne faut pas!

   Si vous aimez mieux vous promener avec les fesses à l’air, c’est encore votre droit, je ne dirai plus rien.

    Je n’oserai plus traverser les rues, maintenant. Qu’est-ce que je vais faire? Hein, qu’est-ce que je vais faire???

   Vous n’avez qu’à entrer chez moi, vous êtes à ma porte. Je vous recoudrai ça en deux minutes.

    Juste pour me voir déshabillée, bien sûr, sacré saligaud!

    Je peux bien recoudre votre robe comme ça, vous n’avez pas besoin de l’enlever...

    Pour me piquer dans les fesses et me faire hurler? Bien sûr que non, rien de tout ça!

    Ben vous pouvez bien vous en aller la raie à l’air, moi, ça n’e me fait rien. Même que s’il y a un bon coup de vent, il ne saurait plus vous soulever les jupes, avec un trou comme celui-là, il a de quoi s’évacuer à l’aise...

 Rentrez, allez chercher votre aiguille et votre fil!

    Il faut dire un petit mot magique, ma bonne Germaine...

    Quoi, donc?

    On ne vous a pas appris à dire «s’il vous plaît», dans vote jeune temps?

    S’il vous plaît. J’ai oublié, c’est tout.

    Ben oui, allez, depuis si longtemps...

    Vous vous prenez pour un gamin?

    Je n’irai pas jusque-là, mais vous avez tout de même quelques années de plus que moi...

    Taisez-vous! Je me mets où?

    Je vais m’asseoir sur le divan, et vous vous mettrez à plat ventre (enfin, plat, si vous y arrivez) en travers de mes genoux, que j’aie une vue panoramique de vote derrière!

    Vous avez de la chance que ma robe est trouée et que j’ai besoin de vous, vous auriez déjà eu deux baffes sur le museau!

    Aaaattention, Germaine, c’est moi qui ai l’aiguille...

    Regardez où vous piquez!

    Pas de risque, Germaine, je fais bien attention. Je ne voudrais pas vous entendre me dire que la troisième baffe est en route.

    Ça avance?

    Oui. Dites, vous avez une poche derrière? Qu’est-ce que c’est de ça?

    Sacré pourceau, c’est ma fesse!!! Tirez vos mains ou...

    Ben je vais me gêner! Quitte à risquer la quatrième! Voilà, Germaine, c’est terminé.

    Je voudrais bien voir ça!

    Faut enlever la robe.

    Oui, donc, et quoi encore? Vous n’avez pas une petite glace, je regarderais devant votre armoire avec le grand miroir...

    Avec la petite glace que j’ai, vous ne verriez même pas la moitié d’une de vos fesses.

  Tiens, tiens! Avec vos deux yeux au beurre noir, maintenant, vous ne verrez plus rien du tout, vous!

  Ah, la vieille cavale! Allez, là vous, rendre service à une sorcière!

    Merci quand même de m’avoir bouché le trou!

  C’est bien la dernière fois, c’est moi qui vous le dis!

El 14 nôvembe 2021.

    Alors, mère Grougn’resse, v’allez fâre vote dârin barbacue d’l’annâye?

    Bin, vès v’foutez d’mi! In barbaplaûve, oyi!

    L’èté est drî nous, là, Germaine!

    L’èté? I n’sarout ête drî nous, pusqu’on n’l’è m’ vû ç’t’annâye-ci!

    Ah! Bin v’là n’parole d’optimisse! Ça veut dère què si i n’est m’ padrî nous, i n’sarout ête què pa d’vant!

    Vès révez, Jules! I-l è passé su l’coté èt, à m’n’avis, i-l a fârè co autant l’annâye qui vint!

    Wâye non.nèt, allez! La Cop 24 ou 36 ou djè n’sais qué limèrô  va nous arrandgi ça!


    Ben vès v’lez rîre, don
! Dèd’pûs des annâyes, les politiciens n’sant pus qu’des polichinelles qui n’ant pont dè ç’què dj’sondge où ç’què dj’sondge. Quand les grosses boîtes èt les lobbys dijant «blanc», i dijant «blanc» a fayant allez la tîte don haut en bas, coumme les bourriques. Mîmes les dgens (si on peut co hutchi ça des dgens) dè d’tchûz nous n’sant m’ capabes dè s’arrandgi et d’causer d’la mîme manière paç’qu’i n’sant m’ moûnés p’aû tchu don nez pa les mîmes grosses panses...

    Hum... I causant d’pus en pus’ dè fâre ratrer des citoyens das l’parlement...

    On rîrout bin si ça s’fayout. Les citoyens s’fârint r’toûner coumme des crêpes èt n’arint m’pus’ à dère que les politicards!

    Dè toute manière, i n’arriv’rant djamâs à s’mette d’accoûrd su la dèsignâtion des citoyens. Gn’è toudjous n’cambûse politique qui troûv’rè qu’l’aute est mieux r’prèsentée qu’la sienne. Et au lieu d’fâre mîme semblant d’fâre dè la gestion, i pass’rant zoû taps à s’agûyi don matin à la nût.

    Pour les çounes qui s’rant toulà... I gn’è des côps qu’i n’sant wâ nombreux das l’hèmicyc.

    Et on rarè co des papis pou macheurer des p’tits ronds! Si on y va, on n’vôt’rè qu’pou des guignols, èt si on n’y va m’, ça r’venrè au mîme, c’est ces guignols-là qui s’fârant noummer.

    Bah, dj’arans tout d’mîme in papi en moins!

    Ah bon? Et d’qué n’avés?

    Tâs-t’ bin sûr qu’i n-n’ôs’rant m’ nous r’foûrer in bull’tin pou les carcasses vûdes des provinces!

    I-s a sant co bin capâbes! I gn’arè co des loûgnes pou n’aller candidats au ridicule, èt des autes loûgnes pour vôter pour zoux!

    Vès m’baillez la nausée... Allèz, dj’allans vôter, nous deux!

    Vôter pou quoi, don, Germaine?

    Ricard, ou Orval?

    Vès n’ez m’ dujette dè prèparer l’bull’tin, on dècid’rè su place!

    Oyi, pernans l’bounheûr su place el tra qu’i nous lâyant co fâre in paû!

Le 14 novembre 2021.

    Alors, mère Grougn’resse, vous allez faire votre dernier barbecue de l’année?

  Ben, vous vous foutez de moi! Un barbepluie, oui!

    L’été est derrière nous, hein, Germaine!

    L’été? Il ne saurait pas être derrière nous, puisqu’on ne l’a pas vu cette année!

    Ah! Ben voilà une parole d’optimiste! Ça veut dire que s’il n’est pas derrière nous, i ne saurait être que devant!

    Vous rêvez, Jules! Il est passé sur le côté et, à mon avis, il en fera autant l’année prochaine!

    Oh! non, allez! La Cop 24 ou 36 ou je ne sais quel numéro va nous arranger ça!

    Ben vous voulez rire, donc! Depuis des années, les politiciens ne sont plus que des polichinelles qui n’ont pas ce que je pense où je pense. Quand les grosses boîtes et les lobbys disent «blanc», ils disent «blanc» en faisant allez la tête de haut en bas, comme les bourriques. Mêmes les gens (si on peut encore appeler ça des gens) de chez nous ne sont pas capables de s’arranger et de parler de la même manière parce qu’ils ne sont pas menés par le bout du nez par les mêmes grosses légumes...

    Hum... Ils parlent de plus en plus de faire entrer des citoyens au parlement...

    On rirait bien si ça se faisait. Les citoyens se feraient retourner comme des crêpes et n’auraient pas plus à dire que les politicards!

    De toute manière, ils n’arriveront jamais à se mettre d’accord su la désignation des citoyens. Il y aura toujours une clique politique qui trouvera que l’autre est mieux représentée que la sienne. Et au lieu de même faire semblant de faire de la gestion, ils passeront leur temps à se disputer du matin au soir.

    Pour ceux qui seront présents... Il arrive parfois qu’ils ne soient guère nombreux dans l’hémicycle.

    Et on aura de nouveau des papiers pour noircir des petits ronds! Si on y va, on ne votera que pour des guignols, et si on n’y va pas, ça reviendra au même, c’est ces guignols-là qui seront désignés.

    Bah, on aura quand même un papier en moins!

    Ah bon? Et pourquoi cela?

    Ils ne vont tout de même pas oser nous refourguer un bulletin pour les carcasses vides des provinces!

    Ils en sont bien capables! Il y aura encore des andouilles pour se porter candidats au ridicule, et d’autres andouilles pour voter pour eux!

    Vous me donnez la nausée... Allez, nous allons voter, nous deux!

    Voter pour quoi, donc, Germaine?

    Ricard, ou Orval?

    Vous n’avez pas besoin de préparer le bulletin, on décidera sur place!

    Oui, prenons le bonheur sur place tant qu’ils nous laissent encore faire un peu!

El 7 nôvembe 2021.

    Bondjou, Tampir! Est-ç’ què v’ n’atains m’ en train d’tchanter?

    Bondjou, Germaine! Djè vois qu’oyez bin quand vès v’lez... Hop!!! Èn’ vès mettez m’ djà en rote, là... Nez-a putot tchanter aveu mi.

    Allèz, vès n’atez què l’dârin des dârins, mâs v’ez co des bons cotés... Qu’est-ç’ què v’tchantez?

    Des r’frains gaumais, bin sûr!

    V’a counn’chez tant qu’ça?

    Bin, Germaine, i gn’a-n è des tchartâyes! Mâs dj’atous en train d’choûter (aveu mes oreillettes, c’est pou ça què v’ès n’l’ez m’ oï) el CD d’où ç’què l’Georges Déom tchante l’Albert Yande. I gn’a-nè ène qui deure longtaps, «C’est la dicasse tchûz les Marchau», èt djè l’îme co bin.

    Ça m’ plâjout bin d’v’ècoûter ètou. I gn’a-n è des autes?

    Djè les îme bin tourtoutes, Germaine. Èt su l’aute CD qui va aveu, el Bernard Daussin, què v’ez vû pus d’in côp à la tèle aveu ses slams, c’est pareil, elles sant tourtoutes bin plâjantes, mâs l’rèfrain qui m’ chût toudjous, c’est «pateure tavaû».

    Bah, si c’est soûrti su CD, toute la Gaume les tchante sûrmat, à ç’t’heûre...

    Ho ho!!! Bin v’atez d’la bounne annâye, ma pauve Germaine! Djè n’atans m’ vingt à avoir el CD, alors vès sondgez bin...

    Coummat qu’ça s’fât? I gn’è eû n’prèsentâtion à Îthe, ène foire à Vîrton, in Salon à Étaûlle... Les gazettes a-n ant causé... Tout l’monde doûrout l’avoir! Djè n’l’a m’ co choûté, mâs i-l est su m’lecteur...

    I paraît què l’CD est moût, Germaine. Su les ordinâteûrs, en tout cas, les informatiqueurs avant dècidé qu’ç’atout fât, qu’o n’a mettrout pus.

    Co des lobbys qui dècidant pou tourtous...

    Mâs à coté d’ça, on poûrrout dère què l’Gaumais, c’est in pau l’Ècossais don patois. Tant qu’ç’est pou rin, i-l îme bin, mâs i-l adôre ès’ patois, terrib! Mâs si i faut soûrti in sou, on nè l’voit pus... Pou l’patois das tous les cas...

    Ça n’v’empîtche mi dè l’tchanter, note patois!

    Ça n’m’a-n apîtchrè djamâs.

    V’ez vû l’dictionnaire don Jean-Louis Laurent?

    Djè l’â coummandé, Germaine, djè l’rawâ.

    Mîme si c’est ècrit en Feller?

    C’est don gaumais, Germaine. I m’faûrè in paû pus’ dè taps pour l’lîre, mâs tant pîre. Après autant d’annâyes, c’est in fâmeux boulot, ça mèrite el respect.

    V’ez vû l’heûre, Tampir?

    Oyi, Germaine. Djè v’invite à l’apèro : don Dicomar!

    Èt c’est don Zigomar aveu quoi d’das?

    Dj’â eû la r’cette pa l’Frego, mâs aveu la proumesse don s’cret...

    Pou âque d’aussi bon, ça n’m’ètounne mi! Djè leuve èm’ verre à la tchanson en gaumais!

Le 7 novembre 2021.

    Bonjour, Tampir! Est-ce que vous n’étiez pas en train de chanter?

 Bonjour, Germaine! Je vois que vous entendez bien, quand vous voulez... Hop!!! Ne vous mettez pas  en colère... venez plutôt chanter avec moi.

    Allez, vous n’êtes que le dernier des vauriens, mais vous avez encore des bons côtés... Qu’est-ce que vous chantez?

    Des refrains gaumais, pardi!

    Vous en connaissez tant que ça?

    Ben, Germaine, i y en a des tonnes! Mais j’étais en train d’écouter (avec mes oreillettes, c’est pour cela que vous ne l’avez pas entendu) le CD où Georges Déom chante Albert Yande. Il y en a une longue, «C’est la dicasse tchûz les Marchau», et je l’aime encore bien.

    Ça me plaisait bien de vous écouter aussi. Il y en a d’autres?

   Je les aime bien toutes, Germaine. Et sur l’autre CD qui va avec, Bernard Daussin, que vous avez vu plus d’une fois à la télé avec ses slams, c’est pareil, elles sont toutes bien agréables, mais le refrain qui me poursuit toujours, c’est «pateure tavaû».

    Bah, si c’est sorti sur CD, toute la Gaume les chante sûrement, maintenant...

    Ho ho!!! Ben vous êtes de la bonne année, ma pauvre Germaine! nous ne sommes pas vingt à avoir le CD, alors vous pensez bien...

    Comment ça se fait? Il y a eu une présentation à Ethe, une foire à Virton, un Salon à Étalle... Les gazettes en ont causé... Tout le monde devrait l’avoir! Je ne l’ai pas encore écouté, mais il est sur mon lecteur...

    Il paraît que le CD est mort, Germaine. Sur les ordinateurs, en tout cas, les informatiqueurs ont décidé que c’était terminé, qu’o n’en mettrait plus.

    encore des lobbys qui décident pour tous...

    Mais à coté de cela, on pourrait dire que le Gaumais, c’est un peu l’Écossais du patois. Tant qu’ c’est pou rin, il aime bien, mais i-l adore son patois, terrible! Mais s’il  faut sortir un sou, on ne le voit plus... Pour tout ce qui est en patois, en tout cas...

    Ça ne vous empêche pas de le chanter, notre patois!

    Ça ne m’en empêchera jamais.

 Vous avez vu le dico de Jean-Louis Laurent?

    Je l’ai commandé, Germaine, je l’attends.

    Même si c’est écrit en Feller?

 C’est du gaumais, Germaine. Il me faudra un peu plus de temps pour le lire, mais tant pis. Après autant d’années, c’est in sacré travail, ça mérite le respect.

    Vous avez vu l’heure, Tampir?

    Oui, Germaine. Je vous invite à l’apéro : du Dicomar!

    Et c’est du Zigomar avec quoi dedans?

 J’ai eu la recette par Frego, mais avec la promesse du secret...

   Pour quelque chose d’aussi bon, ça ne m’étonne pas! Je lève mon verre à la chanson en gaumais!

El 31 octôbe 2021.

    Bondjou, Tampir...

    Bondjou,  là, mère Grougn’resse.

    V’ez atu dère à r’voir à note Georges, alors...

    Oyi, Germaine. À r’voir pou l’bon. On atout dèv’nu des amis, ma foi. Èt c’est inque des dârins grands dèfenseurs don patois qui s’a va.

    I gn’a d’more tout d’mîme des autes!

    Mi tant qu’ça, Germaine. Mi d’la mîme manière. El Georges lâye des utés padrî lu. Les autes, mîme si c’è d’ l’impoûrtance ètou, lâyrant des souv’nances, des bons moumats das les mémoires, mâs tout ça, ça s’efface aveu l’taps èt aveu les dgens qu’a-n allant...

    Vès n’atez m’ foût optimisse, i m’sène.

    Pus’ qu’on avance, moins’ qu’i gn’è d’Gaumais qui causant co zoû patois. Èt mîme qui l’compernant co in paû. C’est ainla, Germaine. Mâs vès savez, quand on voit coummat c’què l’anglais s’installe tchûz nous, on arè la mîme situâtion pou l’français das deux-trois gènèrâtions. Les djournalisses èn’ savant pus ècri deux lignes sas v’foûrer des mots d’anglais. I gn’è d’jà quâsi pus pachoûne pou ècri in live d’èconomie ou d’science en français, i faut les èditer en anglais si on veut a vade assez.

    Bin v’là n’belle situâtion! Qu’est-ce qu’on y fârout co? On doûrout motiver les politiques!

    Qu’est-ce què v’dijez toulà? Das l’taps, on avout la dèmocratie. Elle è mouri tranquil’mat sans qu’on s’a radiche compte, pou lâyi sa place à la particratie. On r’tape ène pell’tâye dè tîrre dèssus tout les djous, à ç’t’heûre qu’elle è radu l’âme ètout pou lâyi la place à la lobbycratie. Èt pou v’fâre accroire què v’ez co âque à dère, on v’foute des bull’tins à rallondge pou n’aller vôter. Don papi tout djusse bon à s’tortchi l’...

    V’atez dèpressif, djè crois, Tampir.

    I gn’è d’quoi, non, Germaine?

    I gn’è deux r’mèdes à ça : l’apèro (orval ou ricard) èt in bon dîner.

    Èt pa ç’taps-là, on n’sarout mîme pus s’règâler à n’terrasse!

    Sacré vara d’torî, torî d’vara, vara d’bu! V’allez tchîdgi d’ton, èt on va fâre la fîte!

    Oyi, la Toussî, pûs la fîte des moûts!

    Sacré pètard, allans-y, tchûz la grosse Bertha, c’est mi qu’invite èt djè veux v’oï rigoler tout l’taps qu’on y s’rè.

    Allans-y, Germaine. V’ez sûrmat râjon. Viquans tant qu’on peut. Ène djournâye qu’on n’è m’ ri, c’est n’ djournâye dè foutue!

Le 31 octobre 2021.

    Bonjour, Tampir...

    Bonjour, donc, mère Grougn’resse.

Vous êtes  allé dire au revoir à notre Georges...

    Oui, Germaine. Au revoir pour de bon. On était devenus des amis, ma foi. Et c’est l’un des derniers grands défenseurs du patois qui s’en va.

    Il en reste quand même d’autres!

    Pas tant que ça, Germaine. Pas de la même manière. Le Georges laisse des outils derrière lui. Les autres, même si cela a de l’importance aussi, laisseront des souvenirs, des bons moments dans les mémoires, mais tout ça, ça s’efface avec le temps et avec les gens qui disparaissent...

    Vous n’êtes guère optimiste, ce me semble.

    Plus on avance, moins il reste de Gaumais qui parlent encore leur patois. Et même qui le comprennent encore un peu. C’est comme cela, Germaine. Mais vous savez, quand on voit comment l’anglais s’installe chez nous, on aura la même situation pour le français dans deux ou trois générations. Les journalistes ne savent plus écrire deux lignes sans y fourrer des mots d’anglais. Il n’y a déjà quasi plus personne pour écrire un livre d’économie ou de science en français, il faut les éditer en anglais si on veut en vendre assez.

   Ben voilà une belle situation! Et qu’est-ce qu’on y ferait encore? On devrait motiver les politiques!

    Qu’est-ce que vous dites là? Autrefois, on avait la démocratie. Elle est morte tranquillement sans qu’on s’en rende compte, pour laisser sa place à la particratie. On retape une pelletée de terre dessus tous les jours, maintenant qu’elle a rendu l’âme elle aussi pour abandonner la place à la lobbycratie. Et pour vous faire accroire que vous avez encore quelque chose à dire, on vous fourgue des bulletins à rallonge pour aller vôter. Du papier tout juste bon à s’essuyer le...

    Vous êtes dépressif, je crois, Tampir.

    Il y a de quoi, non, Germaine?

    Il y a deux remèdes à ça : l’apéro (orval ou ricard) et un bon dîner.

    Et de ce temps-là, on ne saurait même plus se régaler à une terrasse!

    Sacré vara d’torî, torî d’vara, vara d’bu  - (chacun traduira à sa manière!) -! Vous allez changer de ton, et on va faire la fête!

    Oui, la Toussaint, puis la fête des morts!

    Sacré pétard, allons-y, chez la grosse Bertha, c’est moi qui invite et je veux vous entendre rigoler tout le temps qu’on y sera!

    Allons-y, Germaine. Vous avez sûrement raison. Vivons tant qu’on peut. Une journée où on n’a pas ri, c’est une journée perdue!

El 24 octôbe 2021.

    Bondjou, Tampir...

    Salut, la mère Grougn’resse!

    V’ez atu à Bertrix coumme vès l’avins dit?

    Oyi, pour sûr!

    V’ez d’mandé à voir el secteur dialectal?

    Non.net, Germaine. Les Ardennais fayant ç’qu’i v’lant, djè n’ sûs m’ à tch’vau su l’wallon... Mâs dj’â r’trouvé aveu plâji des amis qu’djè n’voyous pus! Et d’vote coté, v’ez vû tout plî d’ouvradges en gaumais?

    Les bibliothècaires n’a v’lant m’. I dijant qu’i n’ant m’ el droit d’coummander hoûrs dè la convention aveu les grosses boîtes dè diffusion.

    L’argument qui doûrout tuer... Mâs tout l’monde sait bin qu’i gn’è toudjous des possibilités das la comptabilité. I-s îmant mieux voir disparaîte el gaumais què d’fâre èç qu’i faut pour n-n’avoir das les rayons.

    D’après zoux, i gn’è pont d’dèmande das les lecteûrs.

    Mâs i savant bin qu’on n’dèmande djamâs ç’qu’on n’voit djamâs...

    Èt... Ma p’tite Èdition?

    Bin c’est la mîme tchôse, bin sûr! On n’la voit m’, on n’sarout la d’mander...

    Pouquoi ç’què l’èditeur n’a mette mi dans les librairies?

    I gn’a-n è deux-trois qu’avant dit oyi, su Vîrton èt Sî-Mâd. Toutes les autes avant fât coumme si ça n’existout m’. Vès l’ez li quèqu’part, bin sûr : i gn’è m’ ène seûle bibliothèque en Gaume (ni co aute pârt) qui s’est djamâs abounné à la r’vue «Vès l’compernez co?» Mi ène! Su les 8 coummunes gaumaise, i gn’è qu’Vîrton èt Rouvroy qu’avant r’pondu quand on è soûrti l’dictionnaire «papi» don Georges Themelin. Ène coummune è r’pondu qu’ça n’l’intèressout m’ èt les autes n’ant rin dit. Méche-dèvant-Virton è atch’té deux-trois exemplaire pa la chûte.

    Si les coummunes n’a-n avant pus rin à fâre, i m’sène què c’est bin voûye pou la disparition don dialec.

    I gn’è tout plî d’dgens qui dijant rawârder aveu impâtience les taûles dè conversâtion à Îthe... Mâs i m’sène qu’on arout dû les voir à Vîrton l’25 ou l’26 sètembe, ou à Etaûlle el 10 d’octôbe... Ma foi...

    A rattadant, qu’est-ce qu’on va fâre?

    Dj’allans coummaci par deux-trois orvaux, pûs on vèrè mîdgi des moûles.

    Des moûles? Cè n’est wâ gaumais, ça!

    Au train qu’ça va, on n’a-n è pus rin à fâre... Vès voirez qu’bintot l’pâté gaumais aveu sa capsule s’rè fât en Chine, èt co l’saucisson don Numa aveu!

    Ça s’rout in vrai malheûr!

    Coumme pou tout l’resse, pachoûne èn’ dèrout rin, djè veux bin l’gadgi!

Le 24 octobre 2021.

    Bonjour, Tampir...

    Salut, la mère Grougn’resse!

    Vous êtes allé à Bertrix comme prévu?

    Oui, bien sûr!

    Vous avez demandé à voir le secteur dialectal?

    Non, Germaine. Les Ardennais font ce qu’ils veulent, je ne suis pas à cheval sur le wallon... Mais j’ai retrouvé avec plaisir des amis que je ne voyais plus! Et de votre côté, vous avez vu des tas d’ouvrages en gaumais?

    Les bibliothécaires n’en veulent pas. Ils disent qu’ils n’ont pas le droit de commander en dehors de la convention avec les grosses boîtes de diffusion.

    L’argument qui devrait tuer... Mais tout le monde sait bien qu’il y a toujours des possibilités en comptabilité. Ils aiment mieux voir disparaître le gaumais que de faire ce qu’il faut pour en avoir dans les rayons.

    D’après eux, il n’y a pas de demande chez les lecteurs.

    Mais ils savent bien qu’on ne demande jamais ce qu’on ne voit jamais...

    Et... Ma p’tite Édition?

    Ben c’est la même chose, évidemment! On ne la voit pas, on n’saurait la demander...

    Pourquoi l’éditeur n’en met-il pas dans les librairies?

    Il y en a deux ou trois qui ont dit oui, sur Virton et Saint-Mard. Toutes les autres ont fait l’impasse. Vous l’avez sûrement lu quelque part : aucune bibliothèque de Gaume (ni d’ailleurs) ne s’est jamais abonnée à la revue «Vès l’compernez co?» Pas une! Sur les 8 communes gaumaise, seules Virton et Rouvroy qui ont répondu quand on a sorti le dictionnaire «papier» de Georges Themelin. Une commune a répondu que ça ne l’intéressait pas et les autres n’ont même pas répondu. Meix-devant-Virton a acheté deux ou trois exemplaires par la suite.

    Si les communes ne s’y intéressent plus, il me semble que c’est bien parti pour la disparition du dialecte.

    Beaucoup de gens prétendent attendre avec impatience les tables de conversation à Êthe... Mais il me semble qu’on aurait dû les voir à Virton le 25 ou le 26 septembre, ou à Étalle le 10 octobre... Ma foi...

    En attendant, qu’est-ce qu’on va faire?

    Nous allons commencer par deux ou trois Orvaux, puis on ira manger des moules.

    Des moules? Ce n’est guère gaumais, ça!

    Au train où ça va, on n’en a plus rien à cirer... Vous verrez que bientôt le pâté gaumais avec sa capsule sera fabriqué en Chine, tout comme le saucisson Numa!

    Ce serait un vrai malheur!

    Comme pour tout le reste, personne ne dirait rien, je suis prêt à en tenir le pari!

 El 17 octôbe 2021.

    Bondjou, Tampir...

    Qué nouvelle, mère Grougn’resse?

    V’ez vû qu’nos bibiothèques publiques allant avoir cent ans?

    Oyi. Mâs vès savez, i gn’a-n è qui n’avant dujette dè l’dère, on l’voit bin à zoûs lîves, èt co pa des côps à zoûs bibiothècaires...

    Jules, v’y allez tout d’mîme in paû foûrt! En Gaume, en tout cas, i gn’a-n è brâmat qu’ant atu r’mins en oûrde les dârintes annâyes!

    Oyi, c’est vrâ. I faut mîme tèrer in côp d’tchapî aux bibilthècaires qui fayant in boulot souvat ingrat èt qui fayant des heûres brâmat d’pus qu’on loûs y en päye.

    V’allez à la fîte das l’eune ou l’aute?

    Djè n’râ m’ en Gaume anû, Germaine, mâs djè vèrâ tout d’mîme voir la çoune dè Bertrix.

    Dè Bertrix? Qu’est-ç’ què v’fayez das ç’coin-là?

    I faut savoir què c’est n’Gaumaise qu’è fât l’pus gros don boulot pou ç’bibiothèque-là, ène dè Vîrton.

    La Jeannine, djè parîe!

    Tout djusse. Elle mèrite bin qu’on alliche sout’nu s-n’ èquipe d’anû!

    Djè vèra fâre in tou das la Gaume.

    Vès comptez voir deux-trois bibiothèque su l’après-mîdi?

    Bin bin sûr! la Gaume n’est m’ aussi grande què Bruxelles, tout d’mîme...

    V’a profît’rez pou d’mander à voir el rayon des ouvradges en patois...

    I-s a-n avant sûr des kyrielles, allez...

    Vès v’fayez bin des illusions, Germaine. I-s avant p’t-ête deux trois vîs bouquins qui tcheujant a rûne, mâs c’est à paû près tout.

    Allo, là, vès rigolez, bin sûr...

    Fayez toudjous l’tou, vès voirez bin. A pârt Vîrton èt p’t-ête in paû Méche, vès s’rez d’vant des rayons qu’avant les mîmes annâyes què les bibiothèques, rin d’pus.

   Bin on voirè bin, Jules. Bounne visite à Bertrix!

    Amûsez-v’ bin en Gaume!

Le 17 octobre 2021.

    Bonjour, Tampir...

    Quelle nouvelle, mère Grougn’resse?

    Vous avez vu que nos bibliothèques publiques vont avoir cent ans?

    Oui. Mais vous savez, il y en a qui n’ont pas besoin de le dire, on le voit bien à leurs livres, et aussi, parfois, à leurs bibliothécaires...

    Jules, vous y allez quand même un peu fort! En Gaume, en tout cas, beaucoup ont été remises en ordre ces dernières années!

    Oui, c’est vrai. Il faut même tirer in coup de chapeau aux bibliothécaires qui font in boulot souvent ingrat et qui font des heures bien plus qu’on ne leur en paye.

    Vous allez à la fête de l’une ou l’autre?

    Je ne serai pas en Gaume aujourd’hui, Germaine, mais j’irai quand même voir celle de Bertrix.

    De Bertrix? Qu’est-ce que vous faites dans ce coin-là?

    Il faut savoir que c’est une Gaumaise qui a fait le plus gros du travail pour cette bibliothèque, une de Virton.

    La Jeannine, je parie!

    Tout juste. Elle mérite bien qu’on aille soutenir son équipe d’aujourd’hui!

    J’irai faire un tour dans la Gaume.

    Vous comptez voir deux-trois bibliothèque sur l’après-midi?

    Ben bien sûr! la Gaume n’est pas aussi grande que Bruxelles, quand même...

    Vous en profiterez pour demander à voir le rayon des ouvrages en patois...

    Ils en ont certainement une kyrielle, allez...

    Vous vous faites bien des illusions, Germaine. Ils ont peut-être deux ou trois vieux bouquins qui tombent en ruine, mais c’est à peu près tout.

    Allons, là, vous rigolez, bien sûr...

    Faites toujours le tour, vous verrez bien. A part Virton et peut-être un peu Meix, vous serez devant des rayons qui ont les mêmes années que les bibliothèques, rien de plus.

    Ben on verra bien, Jules. Bonne visite à Bertrix!

    Amusez-vous bien en Gaume!

El 10 octôbe 2021.

    Bondjou, Tampir...

    Salut, là, Germaine.

    Où c’què v’courez ainla?

    Tchûz l’Frego, pou l’âdi à prèparer ses caisses pou t’t-à l’heûre.

    Où ç’qu’i va co don?

    Bin à Ètaulle, pou l’salon don lîve...

    Et v’y allez ètou?

    Si ça n’vès dèrandge mi!

    Djè comptous bin qu’on dîn’rout assène...

    Nez-a à Ètaulle, I fayant d’la touffâye. On mîdg’erè assène...

    Et... i gn’arè dès autes que l’Frego, tout d’mîme.

    Bin sûr, mâs pour mi, I gn’è qu’ «ma p’tite Èdition» qui compte.

    Vès n’croyez-m’ tout d’mîme què c’est ça qui va attirer les visiteûrs gaumais?

    On voirè bin. C’est la soûrtie officielle don Dictionnaire français-gaumais èlectronique, aveu l’cinquîme volume dè «A m’pourmoûnant das mes souv’nances» don Daniel Hubert, des «Canl’resses» dè l’Albert Hinck et co d’tout plî d’autes publicâtions, DVD, CD, lîves...

    Aha. In paû coumme à Vîrton, quoi...

    Tout djusse! Èt ça s’rè l’occâsion d’avoi rel dico èlectronique à 16 euros à la place dè 18. Deux euros, c’est toudjous ça.

    Mâs quoi ç’qu’i gn’arè d’aute?

    El BernardDaussin venrè dèdicacer s’CD, el Djean-Claude Servais y s’rè, èt co tout plî d’auteurs aveu l’Service don Live luxembourgeois...

    Bon, bin djè m’va z’y n-aller.

    Vès plez v’nu aveu mi, ou bin on s’rètroûve là-bache.

    Allans-y!

Le 10 octobre 2021.

    Bonjour, Tampir...

    Salut, Germaine.

    Où courez-vous comme cela?

    Chez le Frego, pour l’aider à préparer ses caisses pou tout à l’heure.

    Où va-t-il donc encore?

    Ben à Étalle, pour le salon don livre...

    Et vous y allez aussi?

    Si ça ne vous dérange pas!

    Je comptais bien qu’on dînerait ensemble...

    Venez à Étalle, ils font de la touffâye. On mangera ensemble...

    Et... il y en aura d’autres que le Frego, quand même.

    Bien sûr, mais pour moi, il n’y a que «ma p’tite Édition» qui compte.

    Vous ne croyez quand même pas que c’est ça qui va attirer les visiteurs gaumais?

    On verra bien. C’est la sortie officielle du Dictionnaire français-gaumais électronique, avec le cinquième volume de «A m’pourmoûnant das mes souv’nances» de Daniel Hubert, des «Canl’resses» d’Albert Hinck et encore de bien d’autres publications, DVD, CD, livres...

    Aha. Un peu comme à Virton, quoi...

    Tout juste! Et ce sera l’occasion d’avoir le dico électronique à 16 euros au lieu de 18. Deux euros, c’est toujours ça.

    Mais qu’est-ce qu’il y aura d’autre?

    Bernard Daussin y dédicacera son CD, Jean-Claude Servais y sera, et aussi plein d’auteurs avec le Service du Livre luxembourgeois...

    Bon, ben je vais y aller.

    Vous pouvez venir avec moi, ou bien on se retrouve là-bas.

    Allons-y!

El 3 octôbe 2021.

    Bondjou, là, Madame...

    Bè... Bondjou, don, Tampir!

    Ahâ... Germaine! Dèdpûs l’taps, djè n’v’avous r’counneu...

    Bin djè n’â m’ tant vieilli su deux s’mînes, tout d’mîme! Sacré lâd...

    C’est télmat qu’vez radjôni, qu’est-ce què v’ez fât pou ça?

    C’est pt-ête dè n’mi v’avoir eû su l’paltot padat quinze djous...

    Mouais... L’env’loppe est plâjante, mâs la gueûle resse aussi mauvaise...

    Allèz, Jules, djè n’s’rains pus l’père Tampir èt la mère Grougn’resse si on n’sè bouffout pus l’nez!

    V’a-n ez passé, don taps, à trimbâller les discs èt les lîves don gros Frego! Mi, djè n’â rin vû : dj’a étu malate...

    Bah, ça v’è fât don bin, v’ez s’mé des kilos das les rigoles...

    Oyi, mâs on dèrout bin què d’vote coté, v’ez passé vote taps à les ramassi!

    Djè n’sais ç’què dj’va fâre.

    A qué sudjet, don?

    Djè n’sais si dj’va v’a coller n’bounne su la margoulette ou si dj’va v’inviter à l’apèro.

    Djè propôse qu’on mettiche ça au vôte. Coumme djè sûs la prèsidente dè l’Associâtion pou la Protection des Feummes Mènacîtes pa in Malandrin, ma voix compt’rè doube.

    Fârè noir où ç’què vès v’pîrdrez, vous! Et mi, coumme djè sûs l’prèsident d’ l’ Associâtion des...

    Rin don tout, vès n’atez prèsident d’rin don tout, dj’allans à l’apèro èt pûs c’est tout!

    Ah bon! Si c’est ainlà qu’ça va, djè va tout d’mîme èm’ fâre membe d’in truc ou l’aute... On n’sait djamâs.

    Et pou dîner, Jules, djè v’a prèparé ène dè ces blanquettes què v’ma dèrez des nouvelles!

    Aveu des frites?

    Loûgne, va! Des frites aveu d’la blanquette à ç’t’heûre... V’arez co l’tchoix : crombîres ou don riz.

    El riz vèrè pour mi!  V’ez r’fât vote lit?

    Bin... on n’mîdge mi das la... Bon, c’est mi la loûgne, èç côp-ci.

    Allèz, Germaine, soûrtez les glaçons, djè va quîre les boutèles!

Le 3 octobre 2021.

    Bonjour, Madame...

    Bè... Bonjour, hein, Tampir!

    Ahâ... Germaine! Depuis le temps, je ne vous avais pas reconnue...

    Ben je n’ai pas tant vieilli sur deux semaines, quand même! Sacré vilain...

    C’est tellement vous avez rajeuni, qu’est-ce que vous avez fait pour ça?

    C’est peut-être de ne pas vous avoir eu dans les pieds pendant quinze jours...

    Mouais... L’enveloppe est plaisante, mais la langue reste aussi mauvaise...

   Allez, Jules, nous ne serions plus le père Tampir èt la mère Grougn’resse si on ne se bouffait plus le nez!

    Vous en avez passé, du temps, à trimballer les disques et les livres du gros Frego! Moi, je n’ai rien vu : j’ai été malade...

    Bah, ça vous a fait du bien, vous avez semé des kilos dans les rigoles...

    Oui, mais on dirait bien que de votre côté, vous avez passé votre temps à les ramasser!

    Je ne sais que j faire.

    A quel sujet, donc?

    Je ne sais pas si je vais vous en coller une bonne sur la figure ou si je vais vous inviter à l’apéro.

    Je propose qu’on mette ça au vote. Comme je suis la présidente de l’Association pour la Protection des Femmes Menacées par un Malandrin, ma voix comptera double.

    Fera noir où vous  vous perdrez, vous! Et moi, comme je suis le président de l’Association des...

    Rien du tout, vous n’êtes président de rien du tout, nous allons à l’apéro et puis c’est tout!

    Ah bon! Si c’est comme ça que ça va, je vais tout de même me faire membre d’in truc ou l’autre... On ne sait jamais.

    Et pour dîner, Jules, je vous ai préparé une de ces blanquettes dont vous me direz des nouvelles!

    Avec des frites?

  Idiot, va! Des frites avec de la blanquette maintenant... Vous aurez même le choix : pommes de terre ou riz.

    Le riz me convient bien! Vous avez refait votre lit?

    Ben... on ne mange pas dans la... Bon, c’est mi l’andouille, cette fois.

    Allez, Germaine, sortez les glaçons, je vais chercher les bouteilles!

El 12 septembe 2021.

    Wâye, Tampir, v’ez mins la cravate, djè crois!

    Aaaah! Vès n’avins co djamâs vû ça, noume?

    Nè m’dijez m’ què c’est pou n’aller à la messe!

    Vès n’mè croirins m’, dè toute manière. Non.net, Germaine, dj’a li quèqu’pârt qu’i gn’avout n’foire à Virton où ç’qu’on peut trouver tout plî d’affaires en gaumais, èt djè va z’y n’aller après-mîdi.

    I m’sène què dj’a oï causer d’ça ètou... Dj’y vèrous bin aveu vous!

    I t’int qu’à vous, Germaine. Pou z’avoir don taps, djè n’â m’ soûlmat fât à dîner. Djè mîdg’râ n’trapâye aveu in verre dè roudge.

    Ene trapâye! I m’sène què ça fât si longtaps què dj’n’â m’ mîdgi n’bounne trapâye... V’ez assez d’pî pou nous deux?

    Bin sûr, Germaine, mâs c’est don grîje pî, tchûz mi, vès l’savez bin...

    Ça n’fât rin, Jules, djè l’îme co bin, surtout das la trapâye.

    Dj’an co bin in paû l’taps. Djè m’va quîre el Ricard.

    Vès n’ez pont d’porto? Ça m’plârout mieux, anû.

    V’là note Germaine qui fat des caprices, à c’t’heûre! Vès n’ez m’ la bannette choufflâye, tout d’mîme?

    Ah, bin ça s’rout in miraque! Ça s’rout l’cas d’dère què l’pus vî des carbeaux n’è co djamâs vû ça!

    On n’sait djamâs... La science è fât mette au monde des afants pa des dgens qu’on n’arout djamâs cru ça!

   Vès canlez, vès canlez, mâs, ça vint, ç’porto-là?

    Ah bin alôrs, la v’là das tous ses ètats pasqu’elle dout rawarder n’miette! Et elle a roublî les conv’nances...

    Bin merte! Vèla : s’i vous plât bin, èm’ pètit Jules adoré...

    Dj’y cours, dj’y vole...

    Bin wâtez toudjous dè n’mi v’ramuj’ler. Surtout a rèv’nant!

...

    On n’va m’ trop vûdi, sinon on n’vèrè djamâs à la foire, Germaine!

    Vès v’rapp’lez où ç’què v’avins li l’informâtion?

    Su in papi qu’on è bailli on Paûl èchoi. Djè crois què dj’l’â d’jà foutu à la poubelle. Djè m’va voir.

    C’est bin l’Tampir, là, ça!

    Vèl’là, wa!

    Oho... V’ez bin rwâti les dates?

    Voir in paû... «L’automne du patois gaumais»... Ah! Merte alôrs! Les 25 èt 26! Oohhh! Coummat ç’què dj’â fât pou lâyi chapper ça!

    R’mettez in paû d’porto das les verres...

    R’mette... ah! Coumme djè vois, vè tâblez su deux soûrtes dè trapâyes...

    Bè... Ah! Bin vous alôrs!

Le 12 septembre 2021.

    Ben, Tampir, vous avez mis la cravate, je crois!

    Aaaah! Vous n’aviez encore jamais vu ça, n’est-ce pas?

    Ne me dites pas que c’est pour aller à la messe!

    Vous ne me croiriez pas, de toute manière. Non, Germaine, j’ai lu quelque part qu’il y avait une foire à Virton où on peut trouver plein de choses en gaumais, et je vais y aller ce après-midi.

    Il me semble avoir entendu parler de cela aussi... J’irais bien avec vous!

    Il ne tient qu’à vous, Germaine. Pour avoir le temps, je n’ai même pas fait à dîner. Je mangerai une trempinette avec un verre de rouge.

  Une trempinette! Il me semble que ça fait si longtemps que jen’ai pas mangé une bonne trempinette... Vous avez assez de pain pour nous deux?

    Bien sûr, Germaine, mais c’est du gris, chez moi, vous le savez bien...

    Ça ne fait rien, Jules, je l’aime encore bien, surtout dans la trempinette.

    On a encore un peu le temps. Je vais chercher le Ricard.

    Vous n’avez pas de porto? J’aimerais mieux, aujourd’hui.

    Voilà notre Germaine qui fait des caprices, à maintenant! Vous n’êtes pas enceinte, quand même?

    Ah, ben ce serait un miracle! Ce serait le cas de dire que le plus vieux des corbeaux n’a encore jamais vu ça!

    On ne sait jamais... La science a fait mettre au monde des enfants par des gens dont on n’aurait jamais cru ça!

    Vous parlez, vous parlez, mais, ça vient, ce porto?

    Ah ben alors, la voilà dans tous ses états parce qu’elle doit attendre un peu! Et elle en oublie les bonnes manières...

    Ben merde! Voila : s’il vous plait bien, mon petit Jules adoré...

    J’y cours, j’y vole...

    Ben faites toujours attention de ne pas vous ramasser. Surtout en revenant!

...

    On ne va pas trop verser, sinon on n’ira jamais à la foire, Germaine!

    Vous vous rappelez où vous aviez lu l’information?

    Sur un papier qu’on a donné à Paul hier. Je crois que je l’ai déjà jeté à la poubelle. Je vais voir.

    C’est bien le Tampir, ça!

    Le voilà, tenez!

    Oho... Vous avez bien lu les dates?

    Voir in peu... «L’automne du patois gaumais»... Ah! Merde alors! Les 25 èt 26! Oohhh! Comment j’ai pu rater ça!

    Remettez un peu de porto dans les verres...

    R’mette... Ah! Comme je vois, vous tablez sur deux sortes de trempinettes...

    Bè... Ah! Ben vous alors!

El 5 septembe 2021.

    Bondjou, Tampir, bondjou, bondjou!

    Bondjou, Germaine. Vès doûrins mette in tchapî...

    Wâye pouquoi, don, Jules?

    Vès n’ez pus wâ l’habitude don s’lo, i v’fât don toûrt...

    On n’arout pus l’droit d’ête tout plî d’bounne humeûr, à c’t’heûre?

    Oh,si! Ça s’rout si bî si tout l’monde atout tout l’taps ainlà! Coumme djè vois, vès v’nez pou l’apèro...

    A quoi ç’què v’ voyez ça, s’i vous plaît?

    Au goulot d’la boutèle dè porto qui soûrte dè vote cabas.

    V’ez toudjous l’œil su tafât, vous!

    Dijans... su tout ç’qui peut m’intèressi...

    In vrai pansard dè Gaumais, quoi. Èt pou la suite? Vès n’dèvin’rez djamâs!

    Dj’allans pique-niquer près d’la fontîne, das l’bos!

    V’atez devin, ou quoi?

    Mi, quand on m’cause de vin, djè n’sondge qu’au verre pou l’mette dèdas.

    Djè v’lous dère...

    Dj’â bin saisi, allez, Germaine. Mâs i gn’è m’ dujette d’ête devin aveu vous : v’ez l’âyi vote grand pani d’vant l’huche, èt djè v’ â vu pa la f’nîte en train dè l’poser...

    V’atez in-fer-nâl!

    Vès croyez qu’i fât d’jà assez sètche su les hîrbes don bos?

    Bah, on voirè bin! Si on è l’cul trapé pou ratrer, on sait bin ç’qu’i faut fâre pou l’sètchi!

    Oho, là, Germaine, vès v’aventurez das les espressions qu’on n’sait coummat ç’qu’i faut les comprenre, à c’t’heûre!

    Bè... Heu... Djè n’â rin vlu dère dè mi conv’nâbe, là, mi, esprit maû toûné!

    Mi non pus, là, Germaine! Vès savez quoi? Djè va penre in grand plastique pou mette dèzous la grande nappe qu’on s’assîd d’sus. On voirè bin si on n-n è dujette ou non...

    Vadu! Djè v’â prèparé des plats froids què v’m’a dèrez des nouvelles!

    Assuez-v’ ène miette èt soûrtez vote porto avant qu’i n’atiche tchaud!

    Vès n’vèlez m’ savoir èç qu’i gn’è das les plats?

    Djè l’voirâ bin su place, djè n’â m’dujette dè badîver in heûre à l’avance!

    Bon, bin, djè froume ma boîte èt dj’douvîs la boutèle!

    À la bounne heûre! V’là des verres, vûdez, dj’arrive.

...

    Oooohhh! Jules! V’avins prèparé des p’tits amûse-gueûles! Ç’côp-ci, c’est d’trop, v’avins satu qu’dj’allous v’nu!

    Sûr, Germaine! Èt pou saluer l’sèlo, dj’avous prèparé n’boutèle dè Zigomar! Ça s’rè pou la s’mîne qui vint.

    Èt vès v’doutins qu’on vèrout mîdgi au bos?

    Bin non.net, Germaine. Dj’avous décidé d’v’ inviter au restaûrant.

    Ça s’rè pou la s’mîne qui vint...

    Allèz, santé, Germaine!

Le 5 septembre 2021.

    Bonjour, Tampir, bonjour, bonjour!

    Bonjour, Germaine. Vous devriez mettre un chapeau...

    Pourquoi, donc, Jules?

    Vous n’avez plus guère l’habitude du soleil, il vous fait du tort...

    On n’a plus le droit d’être de toute bonne humeur, maintenant?

    Oh, si! Ce serait tellement beau si tout le monde était tout le temps comme ça! Comme je vois, vous venez pour l’apéro...

    À quoi voyez-vous ça, s’il vous plaît?

    Au goulot de la bouteille de porto qui sort de vote sac.

    Vous avez toujours l’œil sur tout, vous!

    Disons... sur tout ce qui peut m’intéresser...

    Un vrai gourmand de Gaumais, quoi. Et pou la suite? Vous ne devinerez jamais!

    On va pique-niquer près de la fontaine, au bois!

    Vous êtes devin, ou quoi?

    Moi, quand on me parle de vin, je ne pense qu’au verre pour l’y mettre.

    Je voulais dire...

    J’ai bien compris, allez, Germaine. Mais nul besoin d’être devin avec vous : vous avez laissé votre grand panier dehors l’huche et par la fenêtre, je vous ai vue le déposer...

    Vous êtes in-fer-nal!

    Vous croyez qu’il fait déjà assez sec sur les herbes du bois?

    Bah, on verra bien! Si on a le les fesses trempées pour rentrer, on sait ce qu’il faut faire pour les sécher!

    Oho, là, Germaine, vous vous aventurez dans les expressions à double sens, maintenant!

    Beh... Heu... Je n’ai rien voulu dire d’inconvenant, là, moi, esprit mal tourné!

    Moi non plus, hein, Germaine! Vous savez quoi? Je vais prendre un grand plastique pour mettre sous la grande nappe où on s’assied. On verra bien si on en a besoin  ou non...

    Vendu! Je vous ai préparé de ces plats froids dont vous me direz des nouvelles!

    Asseyez-vous une minute et sortez votre porto avant qu’il ne soit chaud!

    Vous ne voulez pas savoir ce qu’il y a dans les plats?

    Je le verrai bien sur place, je n’ai pas besoin de saliver une heure à l’avance!

    Bon, ben, je ferme ma boîte et j’ouvre la bouteille!

    Parfait! Voilà des verres, servez, j’arrive.

...

    Oooohhh! Jules! Vous aviez préparé des petits amuse-gueules! Cette fois, c’est trop, vous aviez senti que j’allais venir!

    Sûr, Germaine! Et pour saluer le soleil, j’avais préparé une bouteille de Zigomar! Ce sera pour la semaine prochaine.

    Et vous vous doutiez qu’on irait manger au bois?

    Ben non, Germaine. J’avais décidé de vous inviter au restaurant.

    Ce sera pour la semaine prochaine...

    Allez, santé, Germaine!

El 29 d'aoûss 2021.

    Bin quoi, Germaine, où ç’què v’atins? V’atez toute pâle.

    Ah, Tampir, djè sûs prête à tchûre touci...

    N’allez m’ brâre, là... Qu’est-ce qui v’è arrivé, don?

    Dj’atous rafroumâe das mes cabinets dèd’pûs èchoi au rez la nût!

    Oh! Èt vès n’ez m’ bacâyi? Pachoûne èn’ v’è m’ oï?

    A la nût, les dgens atant d’vant zoû tèlè, i n’oyant rin d’aute!

    Bin oyi, mâs i n’y d’morant m’ toute la nûti!

    Djè l’sais bin, Jules mâs après, dj’â sonré coumme ène vîe soquette djusqu’au matin!

    Ah, ça, si vès l’fayez esprès...

    Djè n’l’â m’ fât par en esprès, hé, loûgne!

    Bin èn’ vès herrez m’ coumme in foûnet, djè n’y sûs pou rin, là, mi! Et au matin?

    Les voisins sant à la messe, pûs c’est la dicasse, èt la musique è couvri mes bacâymats!

    Et coummat ç’qu’è v’ez fat pou soûrti, alors?

    Djè n-n’ôs’rous vès l’dère.

    Bon, djè suppose què v’vez assîs das l’fond don pot èt qu’v’ez...

   Imbècile! Foutez-v’ dè ma margoulette, allez-y!

    Adon, v’z fât autrèmat.

    Quand dj’â in paû sondgi à c’què dj’avous pu fâre, djè m’a dit qu’ç’atout impossibe què l’huche souche froumée dè d’l’aute coté...

    Vès voyez, quand vès v’lez, vè tûsez co bin...

    Mâs i gn’avout pont d’clé das la serrure, mille pètards!

    Ça è dû v’paraite in sacré mystère!

    Dj’atous tout abaubîe. Djusqu’au moumat où ç’què dj’â r’sondgi què quand djè froumous in huche, djè mettous la clé das ma potche.

    Alors v’ez soûrti la clé d’vote potche, v’ez r’douvî l’huche èt vès v’là...

    Oooohhhh, Jules, djè n’â rin mîdgi ni co rin bu dèd’pûs èchoi à la nût...

    Das vos misîres, v’ez co d’la tchance, Germaine. Djè n’â m’ eû l’taps d’fâre à dîner anû, djè vas prèparer à souper, èt on mîdg’rait in paû pus tot...

    Jules, v’atez in...

    Oyi, bin on l’sarè! Co deux-troîs ans èt c’est vote grand-père, què dj’s’râ, à ç’tarif-là...

    Djè nè l’dèrâ pus, Jules, dj’a fâs la proumesse!

    N’a causans pus. Djè va v’prèparer in p’tit r’montant aveu in p’tit canapé aux thon èt in aute aux crèvettes, el tra qu’el souper souche prête.

    Merci, Jules, v’atez...

    Djè va v’foute à l’huche!

    Tant pis pour mi... Et pour vous ètou!

Le 29 août 2021.

    Ben alors, Germaine, où étiez-vous? Vous êtes toute pâle.

    Ah, Tampir, je suis prête à tomber ici...

    Vous n’allez pas pleurer, tout de même... Qu’est-ce qui vous donc est arrivé?

    J’étais enfermée dans mes toilettes depuis hier soir!

    Oh! Et vous n’avez pas crié? Personne ne vous a entendue?

    Au soir, les gens sont devant leur télé, ils n’entendent rien d’autre!

    Ben oui, mais ils n’y restent pas toute la nuit!

    Je sais bien, Jules mais après, j’ai dormi comme une vieille souche jusqu’au matin!

    Ah, ça, si vous le faites exprès...

    Je ne l’ai pas fait exprès, hé, lourdaud!

    Ben ne montez pas sur vos grands chevaux, je n’y suis pour rien, moi! Et au matin?

    Les voisins sont à la messe, puis c’est la fête et la musique a couvert mes cris!

    Et comment êtes-vous sortie, alors?

    Je n’oserais pas vous le dire.

    Bon, je suppose que vous vous êtes assise au fond du pot et que vous avez...

 Imbécile! Foutez-vous de ma margoulette, allez-y!

    Donc, vous avez fait autrement.

    Quand j’ai réfléchi un peu à ce que j’avais pu faire, je me suis dit qu’il ’était impossible que la porte soit fermée de l’extérieur...

    Vous voyez, quand vous voulez, vous raisonnez encore bien...

    Mais il n’y avait pas de clé dans la serrure, mille pétards!

    Ça a dû vous sembler bien mystérieux!

    J’étais tout hébétée. Jusqu’au moment où je me suis rappelée que quand je fermais une porte, je mettais la clé dans ma poche.

    Alors vous avez sorti la clé de votre poche, vous avez rouvert la porte et vous voilà...

    Oooohhhh, Jules, jz n’ai rien mangé ni bu depuis hier soir...

    Dans vos misères, vous avez encore de la chance, Germaine. Je n’ai pas eu le temps de faire à dîner aujourd’hui, je vais préparer à souper, et on mangera un peu plus tôt...

    Jules, vous êtes un...

    Oui, ben on le saura! D’ici deux ou trois ans, c’est vote grand-père, que je serai, à ce tarif-là...

    Je ne le dirai plus, Jules, je le promets!

    N’en parlons plus. Je vais vous préparer un petit remontant avec un petit canapé au thon et un aux crevettes, le temps que le souper soit prêt.

    Merci, Jules, vous êtes...

    Je vais vous jeter dehors!

    Tant pis pour mi... Et pour vous aussi!

El 22 d'aoûss 2021.

    Bondjou, Tampir.

    Salut, don, mère Grougn’resse. Vès n’ez m’ l’air dè v’tracassi pou la plaûve.

    Jules, vès dèrez c’què v’vèlez, dj’avans passé n’quinzîne estra, mâs ça fât toudjous don bin dè s’rètrouver tchûz lu.

    On s’rade vite compte qu’on è des habitudes qu’on n’sarout lâyi d’coté, noume don?

    Oyi, mâs djè dèrâ qu’on a penrout vite des autes... Aveu les hôtels èt tchambes d’hôtes, on n’fât pus rin, on est tout l’taps dans les restaûrants, on n’ cujine pus... Et on d’venrout co vite fégnant!

    C’est pou ça qu’i vaut mieux s’a-n aller deux côps quinze djous su l’annâye putot qu’in mois d’in côp.

    Ou quate côps ène sèmîne...

    V’ez râjon, Germaine. Djè crois qu’on vèrè en Alsace el protchain côp. Gn’è in hôtel conv’nabe à l’atrée d’Colmar. Dè d’toulà, on peut voir plît d’tchoses su n’sèmîne. Cè n’est m’ lon d’Sèlesta, ène belle pètite ville, dè Ribeauvillé où çqu’i gn’è des fleurs pa d’tavaû, dè la montagne dès sindges...

    Aha, v’ez don d’la famille là-bache?

    Djè sûs sûr qu’i-s îmrant bin voir eune guènon coumme vous!

    Bon, dj’arous co mieux fât d’clore ma grande gueûle!

    Gnè co ène montagne aveu des rapaces, i fayant des spectaques èt si on veut, in aigue peut v’nu s’pôser su vote avant bras.

    C’est ça, èt si i sârre in pau trop les griffes, i m’broûyrè l’bras!

    C’est des serres, mi des griffes, Germaine, èt pûs i sant habitués, èt tafât s’passe bin... Et pûs, c’est surtout les faucons, qui sant pus p’tits, qui v’nant s’poser su les çous qu’a v’lant. Et wâtez dè n’mi fâre el sindge aveu l’faucon, sinon, dj’arâ co n’rèponse in paû raide!

    Djè m’tâs, Jules, djè m’tâs... Quand ç’qu’on a va?

    Quand v’arez bin r’prins vos habitudes touci... Est-c’ qu’on n’avout m’ dit qu’ç’atout vous qui fayins à dîner anû?

    Bin... Euh... Djè n’â djamâs oï caûser d’ça! Djè n’â rin prèvu...

    Vès voyez qu’ v’atez co en vacances! Lâyez l’avion atterri au mîtan don villadge, sinon v’allez rattade el vat des Côtes d’Armor èt on n’vès r’voirè pus!

    L’avion. Djè crois què dj’n’ôsr’â djamâs monter là-d’as.

    Allans toudjous penre l’apèro tchûz la Mèlie, èt on a r’vèrè mîdji tchûz mi, van l’huche si i n’tchût rin, das la cujine si i plut!

    V’ez fât à dîner pou d’bon?

    Vès plânez co toudjous on n’sait d’où, djè l’â bin vû toute la s’mîne. Alors djè m’â bin  douté qu’ v’atins aveu rin pou dîner...

    Vès savez quoi, Jules.

    V’allez bin sûr mè l’dère...

    Djè sondge pa des côps què dj’doûrous vade ma mâjon èt v’nu viqui aveu vous.

    Et où ç’què v’ vèrins quand on s’disputrè?

    Pouquoi ç’qu’on s’disputrout, Jules? On n’è m’ eû in mot pus haut qu’l’aute dè toutes les vacances. Ç’atout ma hantîse, mâs ça n’è m’ arrivé...

    On n’è quâsi pont eû d’occasions, Germaine. Si on vique assène, on a-n arè trois quate par djou...

    Dj’â djà d’moré pusieurs djous tchûz vous padat l’hivîr, i gn’è pont eû d’bisbille... Vès v’lez bin qu’on essayiche, Jules?

    On va toudjous aller à l’apèro et mîdgi les crèpes bretonnes aveu in fâr què v’ma dèrez des nouvelles, tenre è bin sucré...

    Baillez m’ la mîe èt allans-y.

Le 22 août 2021.

    Bonjour, Tampir.

    Salut, mère Grougn’resse. Vous n’avez pas l’air de vous tracasser pour la pluie.

    Jules, vous direz ce que vous voulez, nous avons passé une quinzaine extra, mais ça fait toujours du bien de se retrouver chez soi.

    On se rend vite compte qu’on a des habitudes qu’on ne saurait laisser de coté, n’est-ce pas?

    Oui, mais je dirai qu’on en prendrait vite des autres... Avec les hôtels et chambres d’hôtes, on ne fait plus rien, on est toujours dans les restaurants, on ne cuisine plus... Et on deviendrait vite fainéant!

    C’est pour ça qu’il vaut mieux s’en aller deux fois quinze jours sur l’année plutôt qu’un mois complet.

    Ou quatre fois une semaine...

    Vous avez raison, Germaine. Je crois qu’on ira en Alsace la prochaine fois. Il y a un hôtel convenable à l’entrée de Colmar. De là, on peut voir plein de choses sur une semaine. Ce n’est pas loin de Sélesta, une belle petite ville, de Ribeauvillé où il y a des fleurs partout, de la Montagne des Singes...

    Aha, vous avez donc de la famille là-bas?

    Je suis sûr qu’ils aimeront voir une guenon comme vous!

    Bon, j’aurais encore mieux fait de fermer ma grande gu...!

    Il y a aussi une montagne avec des rapaces, ils font des spectacles et si on veut, un aigle peut venir se poser sur vote avant bras.

    C’est ça, et si il serre in peu trop les griffes, il me cassera le bras!

    C’est des serres, pas des griffes, Germaine, et puis il sont habitués, et tout se passe bien... Et c’est surtout les faucons, qui sont plus petits, qui viennent se poser su ceux qui veulent. Et tâchez de ne pas faire le singe avec le faucon, sinon, j’aurai encore une réponse un peu violente!

    Je me tais, Jules, je me tais... Quand partons-nous?

    Quand vous aurez bien repris vos habitudes ici... Est-ce qu’on n’avait pas dit que ç’était vous qui faisiez à dîner aujourd’hui?

    Ben... Euh... Je n’ai jamais entendu parler de ça! Je n’ai rien prévu...

    Vous voyez que vous êtes encore en vacances! Laissez l’avion atterrir au milieu du village, sinon vous allez attendre le vent des Côtes d’Armor et on ne vous reverra plus!

    L’avion. Je crois que je n’oserai jamais monter là-dedans.

    Allons toujours prendre l’apéro chez la Mélie, et on rentrera manger chez moi, dehors s’il ne tombe rien, à la cuisine s’ il pleut!

    Vous avez vraiment fait à dîner?

    Vous planez toujours on ne sait où, je l’ai bien vu toute la semaine. Alors je me suis bien  douté que vous n’aviez rien pour dîner...

    Vous savez quoi, Jules.

    Vous allez sûrement me le dire...

    Je me dis parfois que je devrais vendre ma maison et venir vivre avec vous.

    Et vous iriez où quand on se disputera?

    Pourquoi nous disputerions-nous, Jules? On n’a pas eu un mot plus haut que l’autre de toutes les vacances. C’était ma hantise, mais ça n’est pas arrivé...

    On n’a quasi pas eu d’occasions, Germaine. Si on vit ensemble, on en aura trois ou quatre par jour...

    Je suis restée plusieurs jours chez vous pendant l’hiver, il n’y a pas eu de bisbrouille... Vous voulez bien qu’on essaye, Jules?

    On va toujours aller à l’apéro et manger les crêpes bretonnes aveu in far dont vous me direz des nouvelles, tendre et bien sucré...

    Donnez-moi la main et allons-y.

El 15 d'aoûss 2021.

    Alors, mère Grougn’resse, binâje d’ête ratrée?

    Djè n’a sais co rin, Tampir. Djè sûs su les rotules, mâs qué plâji!

    I va nous falloir ène bounne sèmîne pou nous r’mette!

    Mâs v’avins râjon, Jules : i faut prenre el taps, èn’ mi couri, s’a foute plî les œils tranquill’mat... Quand dj’y r’sondge, djè m’dis qu’pa des côps, on è co atu trop vite.

    On y r’vèrè, Germaine, mâs das deux-troîs annâyes. La çolle qui vint, on vèrè putot don coté don Vercors. Djè vèrans d’aboûrd à Sète, voir l’Espace Brassens. On dôn’rè das la règion, pûs on r’montrè su Saint-Jean-en-Royans èt La Chapelle en Vercors. On grimprè su Font d’Urle, Bouvante, aveu la montagne qu’on dèrout n’tîte l’aigue...

    Vès voyez bin qu’v’atez co pîre què mi!

    Pouquoi, don, Germaine?

    V’là qu’on ratère èt v’atez d’jà r’voûye.

    V’ez râjon, Germaine! Qu’est-ce què dj’allans mîdgi pou souper?

    Rèpôs pou tafât, Jules : dj’â achté don pî èt dj’â ramoûné des rillettes, in camembert  èt dj’â co in djambon qui pade das l’escayi èt qui n’dèmande qu’à nous bailli deux-troîs librettes... Vès côp’rez bin d’das, noume don, Jules?

    Bin dj’crois bin! Djè va d’aboûrd dèboûtchi don roudge.

    Quand djè dijous rèpôs...

    Alors, on n’mette rin su l’pî non pus!

    Djè soûrte les verres.

    C’est ça, vote pî? C’est d’la baguette, on est co in paû en vacances...

    Et i fât si bon, Jules. On mîdg’rout bin d’vant l’huche...

    C’est n’bounne idée, Germaine. On doûrout mîme fâre coumme in pique-nique, dèzous l’saû. Djè va z’y taper la nappe!

    Vès n’croyez m’ què djè r’tcheujans afants?

    Ça n’mè dgîne mi!

    Bin non.net, allez, vès n’ez djamâs dèv’nu vraîmat grand, noume?

    C’est vrâ, Germaine. I gn’a-n è qui dijant qu’ça âde à viqui pus longtaps.

    Bin v’là n’nouvelle qu’elle est bounne!

    Pouquoi, don?

    Bin, après l’Vercors, on vèrè à La Rochelle, pûs on vèrè das l’Bordelais (Mmmmmhhhh!), èt après ça ça s’rè das l’Isère, don coté d’Grenôbe...

    C’est tout? Vès roubliez la Suisse, Aoste, el Canada...

    Et co...

    Mîdgeans, el pî va sètchi!

Le 15 août 2021.

 Alors, mère Grougn’resse, contente d’être rentrée?

    Je ne sais pas encore, Tampir. Je suis sur les rotules, mais quel plaisir!

    Il va nous falloir une bonne semaine pout nous remettre!

    Mais vous aviez raison, Jules : il faut prendre le temps, ne pas courir, s’en mettre plein les yeux tranquillement... Quand j’y repense, je me dis que parfois on a encore été trop vite.

    On y retournera, Germaine, mais dans deux ou trois ans. L’année prochaine, on ira plutôt du côté du Vercors. On ira d’abord à Sète, voir l’Espace Brassens. On flânera dans la région, puis on remontera sur Saint-Jean-en-Royans et La Chapelle en Vercors. On grimpera vers Font d’Urle, Bouvante, avec la montagne qui ressemble à une tête l’aigle...

    Vous voyez bien que vous êtes pire que moi!

    Pourquoi, donc, Germaine?

   On est à peine rentrés que vous êtes déjà reparti.

    Vous avez raison, Germaine! Qu’est-ce qu’on va manger pour souper?

    Repos pour tout, Jules : j’ai acheté du pain et j’ai rapporté des rillettes, un camembert  et j’ai encore un jambon pendr dans l’escalier et qui ne demande qu’à nous donner quelques fines tranches... Vous les couperez bien, n’est-ce pas, Jules?

    Ben je crois bien! Je vais d’abord déboucher du rouge.

    Quand je disais repos...

    Alors, on ne met rien sur le pain non plus!

    Je sors les verres.

    C’est ça, vote pain? C’est de la baguette, on est encore un peu en vacances...

Et il fait si bon, Jules. On mangerait bien dehors...

    C’est une bonne idée, Germaine. On devrait même faire comme un pique-nique, sous le saule. Je vais y mettre la nappe!

    Vous ne croyez pas que nous retombons en enfance?

    Ça ne me dérange pas!

    Bsn non, allez, vous n’êtes jamais devenu vraiment adulte, n’est-ce pas?

    C’est vrai, Germaine. Certains disent que ça aide à vivre plus longtemps.

    Ben voilà une nouvelle qu’elle est bonne!

    Pourquoi, donc?

    Ben, après le Vercors, on ira à La Rochelle, puis dans le Bordelais (Mmmmmhhhh!), et après, ce sera dans l’Isère, du côté de Grenoble...

    C’est tout? Vous oubliez la Suisse, Aoste, le Canada...

    Et aussi...

    Mangeons, le pain va sécher!

El 8 d'aoûss 2021.

    Ça vèrè, Germaine?

    Oh bin sûr, Jules! Dj’avous d’jà oï causer don Pont d’la Normandie, mâs djè n’arous djamâs cru què dj’pass’rous d’sus in djou das ma vîe! Qu’à bî, noume don, dèzous l’sèlo.

    Djè m’dèmande s’i n’è m’ lû à ç’moumat-là djusse pou vote plâji! Vlà la plaûve. Er’ dijez n’prière, vès voirez p’t-ête Honfleûr dèzous l’sèlo ètou...

    Vès m’moûnez pou d’bon à Honfleûr?

    À moins què d’fâre dèmî-tou au tchu don pont, on n’sarout wâ fâre autrèmat.

    Ça s’rè sûr pus bî qu’Èl Hâve.

    C’est n’perle das la France, là, Germaine.

    Dj’allans mîdgi au boûrd dè l’âwe, el long don port?

    On peut si vès l’vèlez, mâs ça n’y est m’ bon martchi èt c’est toudjous plî. I vaut mieux r’monter in paû das la ville.

    Djè vèrâ où ç’què vès m’moûn’rez. Et vès voyez, Jules, vèr’là l’sèlo! Wâtez les r’flèts qu’ça baille su la ville èt l’port tout trapés! Vès doûrins prenre des photos!

    Em-n appareil est das l’coffe...

    C’est d’mî qu’on vèrè à Trouville?

    V’atez coumme ène gamine, Germaine. Vès voûrins voir èt fâre tafât su n’djournâye.

    À m-n’ âdge, Jules, on sondge qu’on n’arè djamâs l’taps pou tout c’qu’on voûrout voir èt fâre, wez-v’ bin...

    I n’faut m’ aller trop vite, Germaine. Prenre el taps dè rwâti, dè bin rwâti. Prenre el taps d’fâre ène tchôse à la fois, èt d’la bin fâre. En’ mi s’hoder trop vite, sinon on n’a peut pus, èt on r’grette co dè n’mi avoir prins s’taps.

    Djè n’â m’ co mîdgi la cerkraute dè la mer què dj’badîve djà après les crèpes don Conquet.

    Aveu vous, cè n’est m’ ène auto, qu’i faurout, mâs in hèlicoptêre!

    Ça m’fât sondgi à aute tchôse, Jules. Djè rêve co d’âque qu’on pourrout fâre l’annâye qui vint ou la çé d’après.

    Dj’â d’jà la pette dè ç’què v’allez m’dère...

    Ça m’plârout si bin d’fâre ène balade en ballon, en montgolfière.

    Vès n’m’avez m’dit qu’v’avins l’vertige?

    Quand on n’est m’ rèloyi à la tîrre, on n’è m’ el vertige, don, Jules. Su n’chûlle ou su in pont, vès plez l’avoir pasquè v’dèmorez en contac aveu l’sol.

    Vès vîsez Hotton ou Chambley?

    On n’y est m’ co, Jules. Et i gn’è quèqu’inque qui m’è dit i gn’è m’ longtaps qu’i follout fâre les tchôses eune par eune a pernant bin s’taps. Après d’mî, c’est Trouville, pûs quèques djous pus tard, ça s’rè l’Conquet. Dèmî, c’est in aute djou. 2022, c’est ène aute annâye...

    À la bounne heûre. V’ez roubli qu’on passout pa l’Mont Saint-Michel èt pa Combourg...

    I va nous falloir ène sèmîne dè pus pour ces vacances-ci!

    Vès n’v’a plîdrins m’, noume?

    Pour mi, Jules elles pèlant deurer tout l’resse dè la vîe...

Le 8 août 2021.

    Ça ira, Germaine?

    Oh bien sûr, Jules! J’avais déjà entendu parler du Pont de Normandie, mais je n’aurais jamais cru que je passerais dessus un jour dans ma vie! Que c’est beau, hein, sous le soleil.

    Je me demande s’il n’a pas brillé à ce moment juste pour votre plaisir! Voilà la pluie. Refaites une prière, vous verrez peut-être Honfleur sous le soleil aussi...

    Vous me conduisez vraiment à Honfleur?

    À moins de faire demi-tour au bout du pont, on pourrait difficilement faire autrement.

    Ce sera sûrement plus beau que Le Havre.

    C’est une perle en France, Germaine.

    On mangera au bord de l’eau, le long du port?

    On peut si vous voulez, mais ça n’y est pas bon marché et c’est toujours bourré. Il vaut mieux remonter un peu dans la ville.

    J’irai où vous me conduirez. Et vous voyez, Jules, revoilà le soleil! Regardez les reflets que ça donne sur la ville et sur le port détrempés! Vous devriez prendre des photos!

    Mon appareil est dans le coffre...

    C’est demain, qu’on va à Trouville?

    Vous êtes comme une gamine, Germaine. Vous voudriez voir et faire tout en un jour.

    À mon âge, Jules, on se dit qu’on n’aura jamais assez de temps pour tout ce qu’on voudrait voir et faire, voyez-vous...

    Il ne faut pas aller trop vite, Germaine. Prendre le temps de regarder, de bien regarder. Prendre le temps de faire une chose à la fois, et de bien la faire. Ne pas se fatiguer trop vite, sinon on n’en peut plus, et on regrette encore de ne pas avoir pris son temps.

   Je n’ai pas encore mangé la choucroute de la mer que je voudrais déjà avaler les crêpes du Conquet.

    Avec vous, ce n’est pas une voiture, qu’il faudrait, c’est un hélicoptère!

    Ça me fait penser à autre chose, Jules. Je rêve aussi de quelque chose qu’on pourrait faire l’année prochaine ou celle d’après.

    J’ai déjà peur de ce que vous allez me dire...

    Ça me plairait tellement, de faire une balade en ballon, en montgolfière.

  Ne m’avez-vous pas dit que vous aviez le vertige?

  Quand on n’est pas relié à la terre, on n’a pas le vertige, Jules. Sur une échelle ou sur un pont, vous pouvez l’avoir parce que vous restez en contact avec le sol.

    Vous visez Hotton ou Chambley?

    On n’y est pas encore, Jules. Et quelqu’un m’a dit il n’y a pas longtemps qu’il fallait faire les choses une par une rn prenant bien son temps. Après demain, c’est Trouville, puis, quelques jours plus tard, ce sera le Conquet. Demain est un autre jour. 2022, c’est une autre année...

    Parfait!. Vous avez oublié qu’on passe par le Mont Saint-Michel tt par Combourg...

    Il va nous falloir une semaine de plus pour ces vacances-ci!

    Vous ne vous en plaindriez pas, je crois?

    Pour moi, Jules elles peuvent durer tout le reste de la vie...

El 1er d'aoûss 2021.

    Vès v’là d’jà, Jules!

    Djè sûs à l’heûre, Germaine, dj’avous dit 7 heûres.

    Bin oyi, les hoummes sant toudjous à l’heûre, zoux.

    Vès n’atez m’ prête?

    Djè v’rawardous... Djè n’â qu’à mette mes quatôrze valises das l’auto.

    Quato...

    Ha! Ha! Ha! V’ez eû la pètoche, hein!

    Dj’arous atu r’quîre ma r’morque, èt aveu n’bâche dj’arous pu v’mette dèdas...

    Ça coummace bin. Vaûrout p’t-ête mieux què dj’n’alliche mi aveu vous.

    Amoûnez vote valîse, on la mett’rait bin das l’coffe.

    Dj’a-n â tout d’mîme deux, là, Jules. Eune aveu mes p’tit utés et mes cosmètiques.

    Aha! C’est la grande, alors?

    Non.net, lâd vara, c’est la p’tite! Et gn’è co deux-trois handîs d’das aveu! Vès wâtrez dè n’mi m’fâre des affronts ainlà d’vant tout l’monde pasquè djè penrâ mes cliques èt mes claques èt djè r’venrâ au train!

    Bah, ç’atout pou chiner, vès l’savez bin. Èt vès savez bin ètou qu’ djè n’vès fâs djamâs pont d’rèflexions d’vant les dgens. Djè sûs co bin in paû tchicânoux, mâs djè n’sûs m’ maûvais...

    V’ez r’mins d’l’essence das l’auto? V’ez rwâti à la pression des pneus? V’ez r’mins d’l’âwe dans l’lave-cârreaux?

    Bè... Què... Bin oyi, dj’â fât tout ça! On croirout oï m’gâragisse!

    Et l’huîle, v’ez rwâti à l’huîle.

    Continuez ainlà èt v’dèchadez direc dè l’auto!

    Oho! Vès savez bin què dj’sûs co bin in paû tchicânoûse...

    Mettez vote ceinture. Dj’y allans.

    Rattadez n’miette! Dj’â lâyi m’poûrte-mènnoûye su la taûle dè la cujine!

    Preumîère stâtion, el Jules s’arrête pou l’preumî côp...

    Ben, i n’è m’ co dèmarré...

    On n’est m’ co voûye...

    Dj’a-n â pou deux minutes.

    Cè n’est m’ ça què v’tchartchez?

    Bin ça alors! Ç’qu’i fât das vote potche?

    Dj’â sorti drî vous, Germaine, èt djè l’â rôté a passant.

    Bin merci... On peut z’y n’aller.

    Après in kilomète, djè n’m’arrête pus. Vès n’ez rin roubli d’aute?

    Ma târtine dè dîx heûres das l’frigo!

    Et co l’thermos d’cafè, bin sûr...

    Tout djusse.

    Pernez-les, Germaine. Mâs c’est les vacances, èt i gn’è tout plî dè stâtions pou s’arrêter, boire eune jatte èt mîdgi in croissant, in pistolet ou aute tchôse...

    Djè n’avous m’ sondgi à ça, Jules. Djè n’â djamâs parti en vacances.

    Djè vas les r’quîre, Germaine. Djè froum’râ vote huche en mîme taps, vès n’ l’ez m’ fât avant d’monter dans l’auto.

    On s’va bin plâre, Jules. On n’ s’est djamâs occupé d’mi coumme vès l’fayez.

    Tafât vèrè bin, Germaine. On y est, droit su la mer!

    Zut, djè n’a m’ prins m’maillot!

    V’y verez à cul tout nu!

    Ooooooh!
Le 1er août 2021.

    Vous voilà déjà, Jules!

    Je suis à l’heure, Germaine, j’avais dit 7 heures.

    Ben oui, les hommes sont toujours à l’heure, eux.

    Vous n’êtes pas prête?

    Je vous attendais... Je n’ai qu’à mettre mes quatorze valises dans l’auto.

    Quato...

    Ha! Ha! Ha! Vous avez eu la trouille, hein!

    J’aurais été rechercher ma remorque, et avec une bâche j’aurais pu vous y mettre...

    Ça commence bien. Vaudrait peut-être mieux que je n’aille pas avec vous.

    Amenez votre valise, on la mettra bien dans le coffre.

    J’en ai quand même deux, Jules. Une avec mes petits accessoires et mes cosmétiques.

    Aha! C’est la grande, alors?

    Non, mauvais bien, c’est la petite! Et il y a encore quelques vêtements avec! Vous tâcherez de ne pas me faire de tels affronts devant tout le monde parce que je prendrai mes cliques et mes claques et je reviendrai au train!

    Bah, c’était pour rigoler, vous le savez bien. Comme  vous savez bien que je ne vous fais jamais de réflexions en public. Je suis encore bien un peu taquin, mais je ne suis pas méchant...

    Vous avez fais le plein de l’auto? Vous avez vérifié la pression des pneus? Vous avez remis de l’eau dans le lave-glace?

    Ben... Que... Ben oui, j’ai fait tout ça! On croirait entendre mon garagiste!

    Et l’huile, vous avez regardé à l’huile.

    Continuez et vous descendez illico de la voiture!

    Oho! Vous savez bien que je suis encore bien un peu taquine...

    Mettez votre ceinture. On démarre.

    Attendez un peu! J’ai laissé mon porte-monnaie sur la table de la cuisine!

    Première station, Jules s’arrête pour la première fois...

    Ben, il n’a pas encore démarré...

    On n’est pas encore partis!

    J’en ai pour deux minutes.

    Ce n’est pas ceci que vous cherchez?

    Ben ça alors! Qu’est-ce qu’il fait dans votre poche?

    Je suis sorti derrière vous, Germaine, et je l’ai pris en passant.

    Bien merci... On peut y aller.

    Après un kilomètre, je ne m’arrête plus. Vous n’avez rien oublié d’autre?

    Ma tartine de dix heures dans le frigo!

    Et aussi le thermos de café, sans doute...

    Tout juste.

    Prenez-les, Germaine. Mais c’est les vacances, et il y a un tas de stations pour s’arrêter, boire une jatte et manger un croissant, un pistolet ou autre chose...

    Je n’y avais pas pensé, Jules. Je ne qui jamais parti en vacances.

    Je vais les chercher, Germaine. Je fermerai votre porte en même temps, vous ne l’avez pas fait avant de monter dans la voiture.

    On va bien se plaire, Jules. On ne s’est jamais occupé de moi comme vous le faites.

    Tout ira bien, Germaine. On y est, droit sur la mer!

    Zut, je n’ai pas pris mon maillot!

    Vous irez en tenue d’Êve!

    Ooooooh!

El 25 dè djulet 2021

    Bondjou, Germaine! Coummat ç’què v’allez?

    Bin l’bondjou, Jules. Djè va à pîd, coumme toudjous!

    Rin d’tél pou s’ramuj’ler su les pavés.

    Djè crois bin qu’v’atez coumme mi, Tampir, què v’allez toudjous a pîd das l’villadge!

    Faurout d’jà ête arrandgi d’la cal’basse pour fâre autrèmat, la pus grande distance d’in tchu à l’aute, c’est à poûne in kilomète.

    Et v’ez co n’auto qu’vès n’soûrtez qu’deux-troîs fois su l’annâye... El kilomète dout r’vènu tchér, aveu les assûrances, les taxes, les entretiens, l’essence...

    Pou les entretiens, vès v’trompez, Germaine. Dj’a fâs fâre inque tous les deux ans pa prècaution, mâs à ç’t’heûre, on peut fâre plus d’trente mille kilomètes avant d’n’aller au gâradge. Mâs pou l’resse, v’ez râjon : là, dj’y sûs, arandgi d’la cal’basse!

    Pouquoi ç’què v’la wârdez, alors?

    Pasquè c’est d’indèpendance, Germaine. Et pûs... Djè...

    Vès quoi? Allèz, dèbout’nez-v’!

    Germaine, vès m’ez dit in djou què v’n’avains djamâs vû la mer.

    C’est vrâ, Jules, èt djè voûrous bin y n’aller. Mâs djè n’sais si djè m’plârous bin à la côte beldge. Djè n’îme mi quand djè n’comprends m’ èç’qu’on raconte autou d’mi.

    Si c’n’est qu’ça, Germaine, djè v’apprenrâ l’flamand!

    Pasquè vès l’causez, bin sûr?

    In paû, djusse eç’ qu’il faut pou n’mi s’fâre rembâller. Dj sûs en train d’prèparer, èt ça fât d’jà in p’tit taps, des vacances pou nous deux.

    Bin... Djè... Jules, v’avez co toute vote tîte?

    I nous resse quèques belles annâyes, Germaine. On n’va m’ les dèchèrer, tout d’mîme?

    Dijez-m’ què c’est n’fârce, Jules...

    On a verout d’abord su Honfleûr. Deux-troîs djous, el taps d’n’aller mîdgi n’cerkraûte dè la mer à Trouville.

    Trouville? Vès v’nez d’l’inventer, là...

    Non.net, Germaine, c’est en boûrd dè mer.

    Èt d’la cerkraûte au mîtan d’l’èté, vès pîrdez la cârte!

    Djè l’â fât i gn’è quèques annâyes, Germaine, c’est âque dè merveilleûx. Pûs on vèrout voir el Mont Saint-Michel. On peut mîme y n’aller d’das, mâs cè n’est pus qu’des attrape-tourisses, don coummerce.

    Vès m’fayez brâre, Jules. In vrai réve...

    On poûrrout après ça filer su la Bretagne, passer in pau d’taps das la sauvadg’rie des Côtes d’Armor...

    Sauvadg’rie, Jules? Cè n’est m’ pour mi, ça!

    Cè n’est qu’el long d’la mer, Germaine, mâs c’est merveilleux! Èt pûs i faut gouter les crèpes don pays...

    Aveu trout plî d’suc?

    I-s a fayant ètou, mâs les bretonnes sant plînes dè trouvailles dè toutes soûrtes. On pourrout n’aller fâre in tou au Conquet, in bî p’tit villadge à n’pointe à quèques dijînes dè kilomètes dè Brest.

    Brest! Coumme ça dout ête bî! El pôrt dout ête fâmeux à voir!

    La ville n’est m’co si maû, Mâs pou l’pôrt militaire, c’est la grisaille co pîre què les administrâtions. Pûs on vèrout don coté d’la Vendée, Germaine, aveu des plâges dè sâbe où ç’qu’on sait martchi si on n’è pont d’sèmelles aux pîds télmat qu’i-l est tchaud!

    Gn’è in nom qui m’rèvint, mi, d’la Vendée : Les Sâbes d’Olonne! On dit qu’c’est si bî...

    Ça s’rout l’dârin coin d’note pètite tournâye Germaine. Qu’a dijez-v’

    On s’rè hodé, Jules, on n’sarout t’nu l’côp!

    On a vèrè troîs s’mînes, Germaine. Ça doûrout n’aller... Dj’a vèrans l’prèmî don mois d’oute. On r’venrè l’22.

    Jules, v’atez in père pour mi!

    Oho. Djè n’mè satous m’ si vî qu’ça!

Le 25 juillet 2021

    Bonjour, Germaine! Comment allez-vous?

    Bien le bonjour, Jules. Je vais à pied, comme toujours!

    Rien de tel pour se ramasser sur les pavés.

    Je crois bien que vous êtes comme moi, Tampir, que vous allez toujours a pied dans le village!

    Faudrait déjà être dérangé du ciboulot pour faire autrement, la plus grande distance d’un bout à l’autre, c’est à peine un kilomètre.

    Et vous avez encore une voiture que vous ne sortez que deux ou trois fois par an... Le kilomètre doit revenir cher, avec les assurances, les taxes, les entretiens, l’essence...

    Pour les entretiens, vous vous trompez, Germaine. J’en fais faire un tous les deux ans par précaution, mais aujourd’hui, on peut faire plus de trente mille kilomètres avant d’aller au garage. Mais pour le reste, vous avez raison : là, j’y suis, dérangé du ciboulot!

    Pourquoi la gardez-vous, alors?

    Parce que c’est d’indépendance, Germaine. Et puis... Je...

    Vous quoi? Allez, accouchez!

    Germaine, vous m’avez dit un jour que vous n’aviez jamais vu la mer...

    C’est vrai, Jules, et je voudrais bien y aller. Mais je ne sais si je me plairais bien à la côte belge. Je n’aime pas quand je ne comprends pas ce qu’on dit autour de moi.

    Si ce n’est que ça, Germaine, je vous apprendrai le flamand!

    Parce que vous le parlez, bien sûr?

    In peu, juste ce qu’il faut pour ne pas se faire remballer. Je suis en train de préparer, et ça fait déjà un petit temps, des vacances pour nous deux.

    Ben... Je... Jules, vous avez encore toute votre tête?

    I nous reste quelques belles années, Germaine. On ne va pas les gâcher, quand même?

    Dites-moi que c’est une blague, Jules...

    On partirait vers Honfleur. Deux ou trois jours, le temps d’aller manger une choucroute de la mer à Trouville.

    Trouville? Vous venez de l’inventer, là...

    Non, Germaine, c’est en bord de mer.

    Et de la choucroute en plein été, vous perdez la raison!

    Je l’ai fait voici quelques années, Germaine, c’est quelque chose de grandiose! Puis on irait voir le Mont Saint-Michel. On peut même y entrer, mais ce n’est plus que des attrape-touristes, du commercial.

    Vous me faites pleurer, Jules. Un vrai rêve...

    On pourrait filer ensuite vers la Bretagne, passer un peu de temps dans la sauvagerie des Côtes d’Armor...

    Sauvagerie, Jules? C’est pas pour moi, ça!

    Ce n’est que le long de la mer, Germaine, mais c’est merveilleux! Et puis il faut goûter les crêpes du pays...

    Avec beaucoup de sucre?

    Ils en font aussi, mais les bretonnes sont pleines de trouvailles de toutes sortes. On pourrait aller faire un tout au Conquet, un beau petit village à une pointe, à quelques dizaines de kilomètres de Brest.

    Brest! Comme ça doit être beau! Le port doit être fameux à voir!

    La ville n’est pas si mal, mais pour le port militaire, c’est la grisaille pire encore que les administrations. Puis on irait du côté de la Vendée, Germaine, avec des plages de sable où on sait marcher si on n’a pas de semelles aux pieds tellement il est chaud!

    Je me souviens d’un nom, moi, de la Vendée : Les Sables d’Olonne! On dit qu’c’est si beau...

    Ce serait la dernière étape de notre petite tournée Germaine. Qu’en dites-vous?

    On sera fatigués, Jules, on ne pourra pas tenir le coup!

    On partira trois semaines, Germaine. Ça devrait aller... On partira le premier août. On reviendra le 22.

    Jules, vous êtes un père pour moi!

    Oho. Je ne me sentais pas si vieux!

El 18 dè djulet 2021

    Bondjou, note Jules!

    Bondjou, là, Germaine! V’ez mins vote bannière à la f’nîte?

    Qué bannière, don?

    Pou l’21, bin sûr!

    Djè n’â djamâs pont eû d’ bannière!

    Ça va co ête in dèfilé pimpant!

    Djè nè l’rèwâte mi. On n’y montère què dès engins pou la guîrre!

    Mi, Germaine, djè rêve d’in grand dèfilé qui gn’arout qu’des chars, toutplî d’chars.

    Vès v’ez boqué la cal’basse? Vès v’ez trèmeulé toutes les tripes dè la heure?

    Rin qu’des chars, pou montrer au travî don monde toute note foûrce.

    Vès v’lez in cognac, in armagnac, in calva?

    Toute la foûrce estraordinaire dè la paix...

    Oho?

    Coumme in corso, el preumî char s’rout l’çou d’l’amour, aveu des dgens d’tous les âdges, qui s’rèssârrant das la dignité. El çou dè d’padri s’rout l’char dè l’amitiè, cheuju pa l’çou d’la tolèrance.

    Coumme ça s’rout bî!

    Venrint après les chars aveu d’la musique dè pa d’tavau das l’monde, aveu don classique, don jazz èt toutes les musiques des coins perdus ou bin counneus... On y voirout les dgens d’tous les pays danser assène. Pa drî, ça s’rout les chars dè l’ècriture, aveu les poètes èt les romanciers, les dgens d’thèâte et tout plî d’autes. Pûs les arts visuels, coumme i dijant, aveu la peinture, les postures, tout c’qu’on peut fâre aveu ses mîs.

    On s’rout des millions, à rwâti ça!

    Tous les artisses araint zoû place das l’cortège, des clounes aux funambules, des danseûrs aux magiciens, des tchanteûrs aux acteûrs dè thèâte èt d’cinèma!

    Ça fârout djà in sacré dèfilé, ça, Jules! I gn’a arout pou des heûres!

    Et pachoûne nè s’plîdrout qu’ça deure trop longtaps. Venraint co tous les mètis qu’les dgens fayant co aveu zoûs mîs, toutes les cultures qu’on fât coumme la tîrre les baille. Tourtous tchantraint les tchansons d’zoû mèti, dè zoû règion.

    Mâs, Jules, qui est-ce qui päyrout tout ça?

    Ça n’fârout m’ autant d’frais qu’les avions pou mitrailler èt bombarder èt qu’tous les fusics èt canons èt compagnie. Et djè s’rous pus heûreux d’voir què mes impôts avant servi à ça putot qu’à fâre des trucs pou tuer.

    Djè parie qu’padrî les mètis, i gn’arout les çounes qui passant zoû taps à sougni les autes.

    Oyi, Germaine, èt i chant’raint ètou pou r’bailli in paû d’plâji aux malades. D’abôrd, tout l’monde s’rout d’bounne humeur, rèwâtrout les autes aveu binveillance, on âd’rout les vîs dgens à fâre zou part dè spectaque su les chars, les afants s’raint d’la partie...

    Et au tchu don cortège, qu’es-ce què v’mettrains bin?

    El pus bî d’tourtous, Germaine : el char dè la paix, què des dgens d’tous les pays tchantraint assène les hymes à la paix dè d’pa d’tavaû. On bârout n’belle leçon au monde, à tous les pays!

    I comprenraint, vès croyez?

    Djè mette ma mî au fû qu’on s’rout imité tout d’chûte pa n’sèrie d’contrées qui n’dèmandant qu’ça.

    Què bounheûr, Jules! Mâs i gn’arout toudjous des halcotis pou prôner la guîrre!

    I la fârint tout seûls, Germaine. Vès counn’chez des dgens d’la ruâye dans in pays qui  n’sondgeant qu’à taper su les autes, vous?

    Djè crois qu’a voir note fîte nationâle, i nous tadraint la mî.

    Et la paix s’instâll’rout fât à m’seure das l’monde entier... I gn’arout pus d’misîre, èt coummaçrint les bîs djous, comme dit l’Raymond Lèvesque das sa tchanson «Quand les hoummes viqu’rant d’amour...»

    Djè sûs toute rètoûnée, Jules.

    Nez-a, Germaine, dj’allans a boire eune èt djè continûrans à r’fâre el monde coumme on l’voûrout...

Le 18 juillet 2021

    Bonjour, notre Jules!

    Bonjour, Germaine! Vous avez mis votre drapeau à la fenêtre?

    Quel drapeau, donc?

    Pour le 21, bien sûr

    Je n’ai jamais eu de drapeau!

    Ça va encore être un défilé pimpant!

    Je ne le regarde pas. On n’y montre que des engins pour la guerre!

    Moi, Germaine, je rêve d’un grand défilé où il n’y aurait que des chars, plein de chars.

    Vous vous êtes cogné la caboche? Vous vous êtes mélangé les boyaux de la tête?

    Rien que des chars, pour montrer à travers le monde toute note puissance.

    Vous voulez un cognac, un armagnac, un calva?

    Toute la force extraordinaire de la paix...

    Oho?

    Comme in corso, le premier char serait celui de l’amour, avec des gens de tous âges qui se resserrent dans la dignité. Le suivant serait le char de l’amitié, suivi par celui  de la tolérance.

    Comme ce serait beau!

    Viendraient ensuite les chars aveu de la musique du monde entier, avec du classique, du jazz et toutes les musiques des coins perdus ou bien connus... On y verrait les gens de tous pays danser ensemble. Puis viendraient les chars de l’écriture, avec les poètes et les romanciers, les gens de théâtre et bien d’autres. Ensuite, les arts visuels, comme ils disent, avec la peinture, les sculptures, tout ce qu’on peut créer avec les mains.

    On serait des millions, à regarder ça!

    Tous les artistes auraient leur place dans le cortège, des clowns aux funambules, des danseurs aux magiciens, des chanteurs aux acteurs de théâtre et de cinéma!

    Ça ferait déjà un sacré défilé, ça, Jules! Il y en aurait pour des heures!

Et personne ne se plaindrait que ça dure trop long- temps. Viendraient aussi tous les métiers que les gens font encore avec leurs mains, toutes les cultures qu’on fait comme la terre les donne. Tous chanteraient les chansons de leur métier, de leur région.

    Mais, Jules, qui paierait tout cela?

    Ça ne causerait pas autant de frais que les avions pour mitrailler et bombarder et que tous les fusils et canons et compagnie. Et je serais plus heureux de voir que mes impôts ont servi à cela plutôt qu’à faire des trucs pour tuer.

    Je parie que derrière les métiers, viendraient ceux qui passent leur temps à soigner les autres.

    Oui, Germaine, et ils chanteraient aussi pour redonner un peu de plaisir aux malades. D’abord, tout le monde serait de bonne humeur, regarderait les autres avec bienveillance, on aiderait les personnes âgées à faire leur part du spectacle sur les chars, les enfants seraient de la partie...

    Et au bout du cortège, qu’est-ce que vous mettriez bien?

    Le plus beau de tous, Germaine : le char de la paix, où des gens de tous les pays chanteraient ensemble les hymnes à la paix de partout. On donnerait une belle leçon au monde, à tous les pays!

    Ile comprendraient, vous croyez?

    je mets ma main au feu qu’on serait imités tout de suite par une flopée  de contrées qui ne demandent que ça.

    Quel bonheur, Jules! Mais il y aurait toujours des imbéciles pour prôner la guerre!

    Ils la feraient tout seuls, Germaine. Vous connaissez des gens de la rue dans un pays qui  ne pensent qu’à taper su les autres, vous?

    Je crois qu’a voir notre fête nationale, ils nous tendraient la main.

    Et la paix s’installerait progressivement dans le monde entier... Il n’y aurait plus de misère, et commenceraient les beaux jours, comme dit Raymond Lévesque dans sa chanson «Quand les hommes vivront d’amour...»

    Je suis toute retournée, Jules.

    Venez, Germaine, nous allons en boire une et nous continuerons à refaire le monde comme on le voudrait...


El 11 dè djulet 2021

    Bondjou, Tampir!

    Ah! Vès v’là, mère Grougn’resse! Bondjou, là...

    On dèrout qu’dj’allans avoir in paû d’rèpit aveu la plaûve!

    Nè l’dijez m’ trop vite, ça peut tchîdgi d’in moumat à l’aute. Assuez-v’ deux minutes, allez, penre in paû l’sèlo avant qu’i n’tapiche trop foût...

    A m’n’avis, i n’est m’ co prête... Djè r’sondgeous, èchoi à la nût, comme on avout nos lettes das l’taps.

    Ah oyi, ç’atout aute tchôse qu’à ç’t’heûre. Les facteurs avaint in paû l’taps... Anû, i garant l’auto, dèchadant aveu vote courrier qu’i mettant das la boîte, i r’montant das l’auto èt houp.. Voûye in paû pus lon...

    On les counn’chout tourtous èt i nous counn’chaint tourtous ètou. I v’radaint des p’tits services, i v’amoûnaint des timbes quand i v’a follout, i pernaint vos lettes pou les mette à la grand-posse...

    Quand dj’atous gosse, el tra des vacances (quand on atout à l’icole, on atout quâsi toudjous voûyes quand l’facteur passout), djè n’mè rappelle mi qu’on allout douvri la boîte aux lettes. El facteur (i gn’avout pont d’feummes, què dj’y sondge, das ç’taps-là) toquout ou bin sounnout à l’huche èt v’mettout les lettes das la mî à v’dijant bin bondjou èt co a v’racontant la dârinte bin bounne pa des côps.

    Oyi, ç’atout ainlà. Les dgens s’causaint. Ç’atout ça, l’réseau social. Èt coumme l’houmme dè la posse fayout quâsi tout l’tou don villadge, ou au moins don quartièr, on avout à poûne dujette d’ène gazette pou avoir toutes les informâtions...

 À ç’t’heûre, les réseaux sociaux, c’est su n’machine, in ècran, n’tâblette èt djè n’sais  d’tout quoi! Vès voirez què d’toutci cinquante annâyes, les dgens n’sarant pus causer, on vèrè au thèâte pou s’rappl’er coummat ç’què les dgens qui savant co fayant n’aller zoû langue pou qu’on oyiche zoû voix...

    Quand in facteur atout malade, i gn’è m’ in foyer dans la moinde ruâye où ç’qu’on n’dèmandout pont d’nouvelles au çou qui pernout sa place el taps qu’il atiche guari. Anû, on a voit deux, troîs èt co pa des côps d’pus su la s’mîne, èt on n’a counneut pus aucun.

    On n’troûve mi ça à note goût pasqu’on è counneu aute tchôse, Germaine. Mâs djè n’sûs m’sûr què travailli ainlà loûs-y fât plâji. I-s îm’raint mieux avoir in paû l’taps, èt co rade l’inque ou l’aute service à des dgens qu’a-n ant dujette. Mâs i sant pistés, èt si i trînant in paû d’trop, on les avoûye das in aute pat’lin.

    Vès savez, Jules, on n’arè bintot pus dujette d’avoir eune lette en papi. Les vîs crètons qui n’ant m’ co internet es’ fayant pus râres djou après djou. Pou inque qui fât in gros effoûrt pou s’adapter à l’ordinâteur, i gn’a è dije qu’a-n allant das l’trô qu’i n’ant djamâs all’mé in ècran...

    Bin oyi, Germaine. Et la posse, au lieu d’fâre des tarifs conv’nâbes les fât monter, coumme pou dècouradgi les dârins qu’ècrivant co. Mâs, mère Grougn’resse, quéle heure qu’il est?

    Dj’allans su 11 h èt d’mie, djè crois, Jules.

    Allèz, djè va sorti les glaçons!

    Bounne idée! Èt ça, djè crois bin qu’c’est âque què l’facteur n’è djamâs amoûné!

Le 11 juillet 2021

    Bonjour, Tampir!

    Ah! Vous voilà, mère Grougn’resse! Bonjour, donc!

    On dirait que nous allons avoir un peu de répit avec la pluie!

    Ne le dites pas trop vite, ça peut changer d’un moment à l’autre. Asseyez-vous deux minutes, allez, prendre un peu le soleil avant qu’il nr tape trop fort...

    A mon avis, li n’est pas encore prêt... Je repensais, hier soir, comment on recevait nos lettres dans le temps.

    Ah oui, c’était autre chose que maintenant. Les facteurs avaient un peu le temps... Aujourd’hui, ils garent l’auto, descendent avec votre courrier qu’ils déposent dans la boîte, ils remontent dans l’auto et houp.. partis un peu plus loin...

    On les connaissait tous et ils nous connaissaient tous aussi. Ils vous rendaient des menus services, ils vous apportaient des timbres quand li vous en fallait, ils prenaient vos lettres pour les mettre à la grand-poste...

    Quand j’étais gosse, pendant les vacances (quand on allait à l’école, on était presque toujours partis quand le facteur passait), je ne me rappelle pas qu’on allait ouvrir la boîte aux lettes. Le facteur (il n’y avait pas de femmes, que j’y pense, à ce temps-là) frappait ou bin sonnait à la porte et vous remettait les lettes en main en vous disant bien bonjour et aussi en vous racontant la dernière bien bonne parfois.

    Oui, c’était comme cela. Les gens se parlaient. C’était ça, le réseau social. Et comme l’homme de la poste faisait à peu près tout le tour du village, ou au moins du quartier, on avait à peine besoin d’un journal pour avoir toutes les informations...

    Maintenant, les réseaux sociaux, c’est sur une machine, un écran, une tablette et je ne sais  tout quoi! Vous verrez que d’ici cinquante ans, les gens ne sauront plus parler, on ira au théâtre pour se rappeler comment les gens qui savent encore font aller leur langue pou qu’on entende leur voix...

    Quand un facteur était malade, il n’y avait pas une maison dans la moindre rue où on ne demandait pas de nouvelles à celui qui prenait sa place le temps qu’il soit guéri. Maintenant, on en voit deux, trois et même parfois plus sur la semaine, et on n’en connaît plus aucun.

    On ne trouve pas ça à note goût parce qu’on a connu autre chose, Germaine. Mais je ne suis pas sûr que travailler de cette manière leur fait plaisir. Ils aimeraient mieux avoir in peu le temps, et aussi rendre l’un ou l’autre service à des gens qui en ont besoin. Mais ils sont pistés, et si ils traînent un peu d’trop, on les envoie dans in autre village.

    Vous savez, Jules, on n’aura bientôt plus besoin d’avoir une lettre en papier. Les vieux zombies qui n’ont pas encore internet se font plus rares de jour en jour. Pour un qui fait un gros effort pour s’adapter à l’ordinateur, il y en a dix qui s’en vont dans le trou sans avoir jamais allumé un écran...

    Ben oui, Germaine. Et la poste, au lieu de pratiquer des tarifs convenables les fait monter, comme pour décourager les derniers qui continuent d’écrire. Mais, mère Grougn’resse, quelle heure est-il?

    On va sur 11 h et demie, je crois, Jules.

    Allez, je vais sortir les glaçons!

    Bonne idée! Et ça, je crois bien que c’est quelque chose que le facteur n’e jamais apporté!
El 4 dè djulet 2021

    Bondjou, Tampir!

    Ah! V’allez bin, mère Grougn’resse?

    Ça peut co n’aller, Jules.

    V’ez bin digèré la dèfaite?

    Oh, ma foi, coumme eune fleûr.

    Qu’est-ce què v’sondgez don match?

    La victoire atout à prèvoir quand on è vû la preumière mî-taps.

    Pouquoi, don?

    En trois-quate passes, les Italiens atint d’vant l’Courtois, mâs les Beldges, i loûs-y follout cinq bounnes minutes d’in coté à l’aute, à r’courant pa drî, à r’vènant à gautche, pûs à droite, pûs on r’coummaçout...

    I gn’è eû deux troîs ballons qu’avant atu propulsés à l’avant, tout d’mîme!

    Souvat su in adversaire! V’ez compté combin d’passes qu’i fayint d’chaque coté? Nous autes, on perdout l’ballon après une ou deux. Les Italiens, ç’atout aute tchôse!

    Vès r’vènez d’la messe?

    Bin, Tampir, vès savez bin què... Bon, v’ez râjon, causans d’aute tchôse!

    Si v’allez fâre deux-troîs coummissions, ramoûnez-nous des p’tites cot’lettes d’agnî  èt deux troîs saucisses à l’èchalote...

    V’ez prèparé vote barbacu!

    Fin prête, Germaine, coumme si ç’tout in nû. Et à troîs heûres, el Firmin èt la Lèa venrant pou djouer aux cârtes!

    Vès savez bin qu’djè n’sais djouer qu’à la bataille, èt qu’aveu ma tchance, djè rèussis co à pîrde tout l’taps...

    Dj’allans v’apprenre la belote èt l’couyon, èt pûs on v’apprenrè l’whisse.

    In djû à la fois, Jules, c’est d’jà assez!

    On coummaç’rè pa l’couyon, c’est co l’pus âji.

    Vès m’lây’rez guîgni?

    On y djoue deux conte deux... Si vès v’lez, djè s’rans assène...

    Oyi, mâs djè v’counneus, quand on arè perdu deux troîs côps, vès m’tap’rez vos cârtes das la gueûle...

    Djamâs djè n’a fârous n’pareille, hein, Germaine, qu’est-ce què v’allez sondgi toulà, don?

    On voirè bin. Allèz, à t-t’ à l’heûre. Djè ramoûn’râ n’galette pou marader!

    Bounne idée, djè n’y avous m’ sondgi!

    Djè m’dèmande pa des côps si i v’arrive dè sondgi à aute tchôse què...

    Dè pîtchez-v’, on s’rè en r’târd pou l’apèro!

    Gn’è des affaîres què vès n’pèlez maû d’y ête, en r’târd!

Le 4 juillet 2021

    Bonjour, Tampir!

    Ah! Vous allez bien, mère Grougn’resse?

    Ça peut encore aller, Jules.

    Vous avez bien digéré la défaite?

    Oh, ma foi, comme une fleur.

    Qu’est-ce que vous pensez du match?

    La victoire était à prévoir quand on a vu la première mi-temps.

    Pourquoi, donc?

    En trois ou quatre passes, les Italiens étaient devant Courtois, mais les Belges, il leur fallait cinq bonnes minutes d’un côté à l’autre, en refilant vers l’arrière, en revenant à gauche puis à droite, puis on recommençait...

    I y a eu quelques ballons propulsés vers l’avant, quand même!

    Souvent sur un adversaire! Vous avez compté combien de passes ils faisaient de chaque côté? Nous autres, on perdait le ballon après une ou deux. Les Italiens, c’était autre chose!

    Vous revenez de la messe?

    Ben, Tampir, vous savez bien que... Bon, vous avez raison, parlons d’autre chose!

    Si vous allez faire quelques courses, rapportez-nous des petites côtes d’agneau et quelques saucisses à l’échalote...

    Vous avez préparé votre barbecue!

    Fin prêt, Germaine, comme s’il était neuf. Et à trois heures, le Firmin et la Léa viennent pour jouer aux cartes!

    Vous savez bien que je ne sais jouer qu’à la bataille, et qu’avec ma chance, je réussis encore à perde tout le temps...

    Nous allons vous apprendre la belote et le couyon, et puis on vous apprendra le whist.

    Un jeu à la fois, Jules, c’est déjà bien assez!

 On commencera par le couyon, c’est le plus facile.

    Vous me lisserez gagner?

    Ça se joue deux conte deux... Si vous voulez, nous ferons équipe...

    Oui, mais je vous connais, quand on aura perdu deux ou trois fois, vous me taperez vos cartes à la figure...

    Jamais je ne  ferais une chose pareille, hein, Germaine, qu’est-ce que vous allez imaginer là, donc?

    On verra bien. Allez, à tout  à l’heure. Je rapporterai une tarte pour le goûter!

    Bonne idée, je n’y avais pas pensé!

    Je me demande parfois s’il vous arrive de penser à autre chose que...

    Dépêchez-vous, on sera en retard pour l’apéro!

    Il y a choses pour lesquelles vous ne pouvez mal d’y être, en retard!