Banniere


La Gaume et le gaumais,
la Gaume et les Gaumais...
El billet don dîmatche (à lîre su Facebook
(https://www.facebook.com/Fregaume)
 tous les dîmatches au matin)
MG & PT

16 mai 2021

    Bondjou, Tampir! On peut dère qu’ène sèmîne n’est m’ l’aute!

    Bondjou, Germaine. Ça, vès plez l’dère. On s’dèmande èç qu’on è fât au bon dieu!

    Vès n’ez què d’lî d’mander!

    Ça fât longtaps qu’on n’sè cause pus!

    Bin vès pl’ez ête sûr què c’est ça la cause!

    Vès n’savez quoi, Germaine, djè vins dè r’fâre ène bounne soupe à la tchâ d’bu!

    Vès n’m’ètounnez m’. Dj’a counneus qu’ant mîme rèfât d’la cercraûte.

    Mi, m’plâji, c’est d’fâre ène bounne persillade aveu l’jarret bin cût. Djè m’fâs n’vinaîgrette aveu n’bounne quillie d’moutârde bin foûrte et tout plî d’persin totu fin.

    V’atez co n’fine gueûle, hein, Jules! Vès n’mettez pont d’vinaîgue?

    Pou la platernâye dè tchâ qu’dj’â anû, 6 quillies d’huîle d’olîve, èt 7 ou 8 de vinaîgue. Et aveu ça ène èchalote toute fine ètou... Èt on y dècharpate la tchâ bin tchaude.

    Aveu quoi ç’què v’moulinez ça?

    Aveu in pèleu pour l’èchalote, mîme què des côps, gn’è in paû pus’ dè tchâ qu’prèvu si dj’lâye trîner in doigt d’vant la lame, èt pou l’persin, djè l’mette das in verre èt djè l’dècôpe aveu des ciseaux.

    Vès n’ez pont d’pètit moulin aveu n’mècanique, don?

    Djè l’â foutu voûye, Germaine. Ça n’fât qu’dèchèrer l’persin èt ça lî enleuve la mîtant dè s’bon goût.

    Quand djè v’oûye, hein, Jules, djè m’dis qu’ça n’est m’ si mauvais qu’ça d’ête in paû pansârd...

    N’allez m’ el dère au boutchi, mâs dj’â eû la tchâ tchûz l’Gaston d’en Haut, i-l è abattu  n’bîte en doûce.

    Bin, v’arins bin du sondgi à mi!

    I v’rawâ après quatre heûres pour tchoisi vos bouquets.

    Mmmmhh Jules, djè v’rabrachrous bin!

    Èn vès dgînez m’, don! Mâs vès voyez bin qu’ dj’â bin sondgi : question d’ête pansârd, vès m’ valez bin!

    Èt attrape, Picard! Èt qu’est-ce què dj’allans mîdgi, après la soupe?

    Vès v’invitez ainlà, vous?

    Vès m’ez mins l’âwe à la boutche, vez m’ez dèhutchi d’pansârde, èt vès voûrins qu’dj’a ralliche mîdgi ma minute soupe aux asperdges? El Ricard est toudjous à la mîme place?

    Tampir, tè vins dè t’fâre avoir. Bin fât pou ta margoulette, tè n’avous qu’à la froumer!

    Alors, c’est pou anû?

    Dj’arrive! Èt djè mè l’dis pou mi-mîme : gâre après l’poûsse-cafè!

16 mai 2021

    Bonjour, Tampir! On peut dire qu’une semaine n’est pas l’autre!

    Bonjour, Germaine. Ça, vous pouvez le dire. On se demande ce qu’on a fait au bon Dieu!

    Vous n’avez qu’a lui demander!

    Ça fait longtemps qu’on ne se parle plus!

  Ben vous pouvez être sûr que c’est à cause de cela!

    Vous savez quoi, Germaine, je vins de refaire un bon bouillon de bœuf.

    Vous ne m’étonnez pas. J’en connais qui ont même refait de la choucroute.

    Moi, mon plaisir, c’est de préparer une bonne persillade avec le jarret bien cuit. Je me fais une vinaigrette avec une bonne cuillerée de moutarde bien forte et beaucoup de persil tout fin.

    Vous êtes une fine gueule, hein, Jules! Vous ne mettez pas de vinaigre?

    Pour la quantité de viande que j’ai aujourd’hui, 6 cuillères d’huile d’olive, et 7 ou 8 de vinaigre. Et puis une échalote toute fine... Et on y découpe la viande bien chaude!

    Aveu quoi moulinez-vous tout ça?

    Avec un petit couteau à éplucher pour l’échalote, même que parfois il y a un peu plus de viande que prévu si je laisse traîner un doigt devant la lame, et pour le persil, je le met dans un verre et je le découpe avec des ciseaux.

    Vous n’avez pas de petit moulin avec une manivelle, donc?

    Je m’en suis débarrassé, Germaine. Ça ne fait que déchirer le persil et ça lui enlève la moitié de son bon goût.

    Quand je vous entends, hein, Jules, je me dis que ce n’est pas si mauvais que cela, d’être un peu gourmand...

    N’allez pas le dire au boucher, mais j’ai eu la viande chez le Gaston du haut du village, il a abattu une bête en douce.

    Ben, vous auriez bien dû penser à moi!

    Il vous attend après quatre heures pour choisir vos morceaux.

    Mmmmhh Jules, je vous embrasserais bien!

    Ne vous gênez donc pas! Mais vous voyez bien que j’ai été logique : question d’être gourmand, vous me valez bien!

    Et attrape, Picard! Et qu’est-ce que nous allons manger, après la soupe?

    Vous vous invitez comme ça, vous?

    Vous m’avez mis l’eau à la bouche, vous m’avez traitée de gourmande, et vous voudriez que je retourne manger ma minute soupe aux asperges? Le Ricard est toujours à la même place?

    Tampir, tu viens de te faire avoir. Bien fait pour ta binette, tu n’avais qu’à la fermer!

    Alors, c’est pour aujourd’hui ou pour demain?

    J’arrive! Et je me le dis pour moi-même : gare après l’pousse-café!

9 mai 2021

    Bondjou, mère Grougn’resse. El sèlo fât l’sindge pa padrî les nuadges, mâs i fât tout d’mîme bin bon!

    In plâji, Tampir, in vrâ plâji. V’allez d’jà pourmoûner à c’t’heure?

    Djè va fâre in tou au çoum’tière, pûs djè pass’râ dlez la Josèphine «La Marguerite».

    La fleurisse dè la ruâye don Doquet Lilas?

    Tout djusse. Djè n’va m’ tout d’mîme v’inviter au premî barbecu d’l’annâye sas v’offri deux-troîs rôses, noume, surtout in djou coumme anû...

    Jules, djè... I fau... mâs...

    Tchantez-l’ Germaine, djè va l’dansi!

    Djè n’sais quoi dère, Jules.

    Deux blantches, deux djaunes èt troîs roudges.

    Coummat ç’què v’counnchez mes gouts?

    Les deux côps qu’dj’â vû des rôses tchûz vous, à des moumats què v’n’avins m’ sûr eû d’visites, c’est c’què dj’â vû su vote buffet.

    Ohoo... Alors, djè sais p’t’ête bin ç’què v’allez mette su l’fû... Côte à l’os èt côte d’agnî...

    Dj’avous co in doute, mâs c’est bin ça qu’dj’â prèparé. Aveu in Montrachet d’2011.

    C’est là qu’on s’dit aveu in p’tit sourîre què dj’atans tout d’mîme deux sacrés pansards...

    Et pou l’dessert, vès d’vinez quoi, bin sûr...

    Nè m’dijez m’ què v’allez m’fâre mîdgi d’l’italien...

    In cœur. Et l’Bertrand y è mins trois rôses qu’i fât aveu don massepain.

    Eune blantche, eune jaune, eune roudge...

    Dj’allans nous fâre eune belle fîte, noume, Germaine...

    Ça fât bin longtaps qu’on n’è m’ eû l’occâsion d’a fâre eune.

    Et on la fârè d’van l’huche!

    Vès n’ez m’ peur què l’vat n’envoliche la nappe?

    Dj’â mins n’palissade don coté qu’i chouffèle...

    Vès m’invitez au paradis, Jules.

    Et quand dj’y s’rans, djè v’hutch’râ «mon ange»...

9 mai 2021

    Bonjour, mère Grougn’resse. Le soleil fait des grimaces derrière les nuages, mais il fait quand même bien bon!

    Un plaisir, Tampir, un vrai plaisir. Vous allez déjà vous promener maintenant?

    Je vais faire un tout au cimetière, puis je passerai chez la Joséphine «La Marguerite».

    La fleuriste de la rue du Bouquet Lilas?

    Tout juste. Je ne vais tout de même pas vous inviter au premier barbecue de l’année sans vous offrir deux ou trois roses, hein, surtout un jour comme celui-ci...

    Jules, Je... Il fau... mais...

    Chantez-le, Germaine, je vais le danser!

    Je ne sais quoi dire, Jules.

    Deux blanches, deux jaunes et trois rouges.

    Comment connaissez-vous mes goûts?

    Les deux fois où j’ai vu des roses chez vous, à des moments où vous n’aviez sûrement pas eu de visites, c’est ce que j’ai vu sur votre buffet.

   Ohoo... Alors, je sais peut-être ce que vous allez mette sur la grille... Côte à l’os et côte d’agneau...

    J’avais encore un doute, mais c’est bien ce que j’ai préparé. Avec un Montrachet 2011.

    C’est là qu’on se dit avec un petit sourire qu’on est quand même deux sacrés pansards...

  Et comme dessert, vous devinez quoi, bien sûr...

    Ne me dites pas que vous allez me faire manger de l’italien...

    Un cœur. Et le Bertrand y a mis trois roses qu’il fait avec du massepain.

    Une blanche, une jaune, une rouge...

  Nous allons nous faire une belle fête, hein, Germaine...

Ça fait bien longtemps qu’on n’a pas eu l’occasion d’en faire.

    Et on la fera dehors!

    Vous n’avez pas peur que le vent n’emporte la nappe?

    J’ai mis une palissade du côté où il souffle...

    Vous m’invitez au paradis, Jules.

    Et quand nous y serons, je vous appellerai «mon ange»...

2 mai 2021

    Alôrs, Tampir, v’ez atu manifester pou l’premî d’mai?

    Bin vès n’voûrins m’, bin sûr!

    Pouquoi, pasquè vès n’fayez pus rin èt qu’v’atez à la r’traîte?

    Djè n’â m’ soûlmat rwâti si gn’avout des manifs. Et pûs, vès savez, mi, aller choûter des grâs pouchîs qui quîquant qu’i v’lant qu’trourtous avinchent à mîdgi, èt qui à poûne el dos toûné rigolant coumme des bossus des bounnes aujûges qu’i v’nant d’servi aux âmens qui l’vaint l’pougne t’a choûtant, ça n’ m’amûse pus!

    Bin v’ez n’sacrée idée d’zoux!

    V’ez d’jà vû âque qui chîjout après zous breûl’ries? Mi, djamâs.

    Mâs, el premî d’mai, c’est à tout l’monde...

    C’est vrâ qu’tous les partis avant rècupèré l’affaîre. A part qu’i n’lèvant m’ el mîme pougne èt mi co don mîme coté, c’est tourtous les mîmes, i bacâyant qu’ça va tchîdgi. Les mîmes baratins annâye après annâye, èt i gn’è co des loûgnes qu’ avalant les couleûves à grosses gavâyes... Et à pârt el climat qui dèpèrit d’pus en pus, i gn’è rin qui tchîdge pou la populâtion, rin! Bin sûr, toudjous d’la faûte des autes...

    Nez-a dîner aveu mi, dj’a n’côte à l’os què v’m’a dèrez des nouvelles!

    V’atez d’zoû coté?

    Pouquoi ç’què v’dijez ça?

    Bin, la côte, c’est d’la tchâ...  roudge!

    Ah, trînâ! Vès n’a sondgez pont d’aute!

    Tâjez-v’, i s’rint bin capabe, les counn’chant, d’fâre la promôtion d’la roudge tchâ pou fâre croire què c’est bon pou l’peupe!

    Oyi. Faut co pouvoir la päyi! L’ouvri qu’è deux-trois afants, i n’sait sûr mette dè la tchâ d’bu das toutes les assiettes deux djous su la s’mîne!

    Bin i plant toudjou dèv’nu vègans, ça coute moins tcher...

    Et où ç’qu’i vèrant tchârtchi l’ènerdgie pou l’boulot?

    I gn’è in paû d’suc das les bett’râves, et sûrmat ç’qu’i faut d’aute dans les pichalits, les panais èt les topinambours!

    A v’là assez, Tampir! El Ricard va ratchauffi èt la côte èn s’rait m’ cûte pou in heûre.

    V’ez co d’la chabounette pour all’mer l’fû?

    Dj’â tout c’qu’i faut. Dj’allans all’mer a-n arrivant.

    V’là co in bî dîmatche. Pourvu qu’i n’pleuviche mi!

    Ça n’fârout rin, vès s’rez à l’abri, dj’â bin arrandgi tafât.

    Ahaaaa! Alors, c’est ça, c’est mi l’cuistot!

    Èn vès dègrougnez m’, v’îmez bin ça! Santé!

2 mai 2021.

    Alors, Tampir, vous êtes allé manifester pour le premier mai?

    Ben vous ne voudriez pas, bien sûr!

    Pourquoi, parce que vous ne faites plus rien et que vous êtes à la retraite?

    Je n’ai même pas regardé s’il y avait des manifs. Et puis, vous savez, moi, aller écouter des nantis qui gueule qu’il veulent que tous aient à manger, et qui, à peine le dos tourné, rigolent comme des bossus des bonnes blague qu’ils viennent de servir aux benêts qui levaient le poing en écoutant, ça ne m’amuse plus!

    Ben vous avez une sacrée idée d’eux!

    Vous avez déjà vu changer quelque chose après leurs hauts cris? Moi, jamais.

    Mais, le premier mai, c’est à tout le monde...

 C’est vrai que tous les partis ont récupéré l’affaire. À part qu’ils ne lèvent pas le même poing et encore, pas du même côté, c’est tous les mêmes, ils hurlent que ça va changer. Les mêmes baratins année après année, et il y a encore des naïfs qui avalent les couleuvres à grandes bouchées... Et a part lz climat qui dépérit de plus en plus, rien ne change pour la population, rien! Évidemment, toujours de la faute des autres...

    Venez dîner avec moi, j’ai une côte à l’os dont vous me direz des nouvelles!

    Vous êtes de leur côté?

    Pourquoi dites-vous ça?

    Ben, la côte, c’est de la viande...  rouge!

    Ah, brigand! Vous n’en rêvez pas d’autre!

 Taisez-vous , ils seraient bien capable, les con- naissant, de faire la promotion de la viande rouge pour faire accroire que c’est bon pour le peuple!

    Oui. Faut encore pouvoir la payer! L’ouvrier qui a deux ou trois enfants, ne peut sûrement pas mettre de la viande de bœuf dans toutes les assiettes deux jours par semaine!

    Ben ils peuvent toujours devenir végans, ça coûte moins cher...

    Et où iraient-ils chercher l’énergie pour le travail?

    Il y a un peu de sucre dans les betteraves, et sûrement ce qu’il faut d’autre dans les pissenlits, les panais et les topinambours!

    En voilà assez, Tampir! Le Ricard va chauffer et la côte ne sera pas cuite pour une heure.

    Vous avez encore de la charbonnette pour allumer le feu?

    J’ai tout ce qu’il faut. Nous allons allumer en arrivant.

    Voilà encore un beau dimanche. Pourvu qu’il ne pleuve pas!

    Ça ne serait rien, vous serez à l’abri, j’ai bien arrangé tout.

    Ahaaaa! Alors, c’est ça, c’est moi le cuistot!

    Ne protestez pas, vous adorez ça! Santé!

25 avri 2021.

    Tchès, wa! V’là la Germaine!

    Bondjou, Jules! V’allez bin?

    Pour sûr, aveu in taps ainlà!

    Faurout d’la plaûve.

    Aye, là, vès n’allez m’ coummaci, tout d’mîme!

    C’est d’jà sètche, vès savez.

    Bin oyi, mâs on a-n annonce!

    La mètèo, c’est coumme el gouvernemat : on v’annonce què tafât va n’aller bin. Dèmî. Mâs c’est toudjous d’mî!

    Allèz, cè n’est m’ co l’moumat dè s’tracassi, nome? V’a-n n’ez, des cornets d’papi!

    Oyi, djè r’vins dè d’tchûz la baronne.

    Qui est-ce ça?

    L’èpicière, la Grosse Bertha. Maugré s’nom, cè n’est m’ in canon!

    Coummat, ça? Vès v’lez dère qu’elle n’è m’ des roploplos coumme des ôbus?

    Tâjez-v’, hé, loûgne! Djè n’vès cause mi des canons la baronne, mâs djè v’dis qu’elle est lâde coumme in péché mortel!

    Si c’est vous qui l’dijez... Et vès lî avez ach’té des cornets?

    On v’nout d’lî amoûner deux caisses dè satches dè papi. Djè lî â djusse dit qu’ça a fayout n’sacrée bans’tâye. Elle m’è r’pondu «Pernez-a n’pougnie si ça peut v’fâre plâji».

    V’y ez atu bin ferme! Elle n’è rin dit?

    Siè, mâs djè n’â m’ saisi c’qu’elle vèlout dère. Elle m’è dit aveu in air ahuri «V’ez des sacrées grandes mîes

    Djè veux bin croire! Eç’ què v’allez fâre aveu tout ça?

    Djè va z’y mette dè la grîne dè curieux...

    Attrape, Picard, el protchain côp tè wâtrè dè t’târe...

    Oh, djè peux bin vès l’dère, va. C’est pou fâre des poubelles. Pou les resses qui p’lant ête mins das les sacs à dèchets mènadgis. Pusqu’on n’peut pus y mette don plastique...

    Et pûs, i coutant moins tchér què les satches en plastique ètou!

    Djè vèrans martchi in paû après l’dîner?

    Bounne idée, Germaine. Djè pass’râ in paû avant troîs heûres.

    Allèz, alôrs, à t’t’à l’heûre!
25 avril 2021.

    Tiens! Voilà la Germaine!

    Bonjour, Jules! Vous allez bien?

    Bien sûr, avec un temps pareil!

    Faudrait de la pluie.

 Allons, vous n’allez pas commencer, quand même!

    C’est déjà sec, vous savez.

    Ben oui, mais on en annonce!

    La météo, c’est comme le gouvernement : on vous annonce que tout va aller bien. Demain. Mais c’est toujours demain!

 Allez, ce n’est pas encore le moment de se tracasser, n’est-ce pas? Vous en avez, des sacs en papier!

    Oui, je reviens de chez la baronne.

    Qui est-ce?

    L’épicière, la Grosse Bertha. Malgré son nom, ce n’est pas un canon!

    Comment, ça? Vous voulez dire qu’elle n’a pas des roploplos comme des obus?

    Taisez-vous, hé, sot! Je ne vous cause pas des canons la baronne, mais je vous dis qu’elle est laide comme un péché mortel!

    Si c’est vous qui le dites... Et vous lui avez acheté des cornets?

    On venait de lui apporter deux caisses de sacs en papier. Je lui ai juste dit que ça en faisait un sacré paquet. Elle m’a répondu «Prenez-en une poignée si ça peut vous faire plaisir».

    Vous n’y avez pas été de main morte! Elle n’a rien dit?

    Si, mais je n’ai pas bien compris ce qu’elle a voulu dire. Elle m’a dit avec un air hébété «Vous avez des sacrées grandes mains

    Je veux bien croire! Qu’est-ce que vous allez faire avec tout ça?

    Je vais y mettre de la graine de curieux...

    Attrape, Picard, La prochaine fois tu te tairas...

    Oh, je peux bien vous le dire, allez. C’est pour faire des poubelles. Pour les restes qui peuvent être mis dans les sacs à déchets ménagers. Puisqu’on ne peut plus y mettre du plastique...

    Et puis, ils coûtent moins cher que les sacs en plastique aussi!

    On ira marcher un peu après le dîner?

    Bonne idée, Germaine. Je passerai un peu avant trois heures.

    Allez, alors, à tout à l’heure!

18 avri 2021.

    Hè bin, Germaine, dj’avans bin fât d’profîter d’la djournâye d’èchoi, anû, on n’arout m’ atu sûr d’ête tranquilles!

    Qué plâji, noume don! À croire què tous les djones atint d’soûrtie! Qué concert! Et les pinsons des âbes, qui v’nint quasi mîdgi das note pani!

    Quand l’sèlo est là, tafât va bin, Germaine. Et pûs, pont d’tèlè, pont d’posse pou v’pèler la camisole aveu les mîmes ramadg’ries dèdpûs 14 mois!

    Et vès savez où ç’qu’on en est aveu ç’trouillerie-là?

    Djè n’âm’ dujette dè l’savoir, Germaine. Quand vès voyez la tîte des dgens, v’ez comprins. I gn’è qu’les çounes qui s’foutant d’tout ça qu’avant in bî sourire qu’on d’vine au travî des tchus d’loques, qui v’dijant bondjou, què v’oyez mûser l’long des ruâyes.

    Vès causez coumme la Marie don Baptisse. Tchûz zoux, c’est toudjous la bounne humeur. Vès sondgez què l’confin’mat est trop deur?

    Dj’y atans dèdpûs in an, èt ça n’me fât trop rin. Quand on è d’l’occupâtion, des passions, on n’s’annoûye mi. Vènez, dj’allans choûter n’dèmi-heûre dè Wâtrin.

    Vès savez, Jules, djè n’crois m’ qu’à Bruxelles ou à Lîdge, les dgens choûtant note Djean-Glaude!

    I gn’a-n è des autes das toutes les règions, non? Vès croyez qu’ça n’intèresse pus pachoûne?

    Què c’què v’fayez, vous, pou passer vote taps?

    Dè la musique (dj’â pusieurs instrûmats), djè choûte des discs (dj’a-n â djà n’sacré banstâye!) èt djè fâs in paû d’èdition en patois. Et pûs dj’â quèqu’inque qui m’prend in paû d’taps ètou...

    C’est d’mi què v’causez?

    Bin sûr. On s’counneut in paû mieux dèd’pûs què dj’v’â racaladgie, noume don?

    C’est vrâ, Jules. Dj’avans passé au travî d’tout ça sas nous rade compte qu’i nous manquout âque. Et, co in côp, qué plâji, èchoi!

    Djè penrans nos prècaûtions, dj’allans dîner, èt djè vèrans co fâre in tou das les bos. Si vès v’lez bin, quoi!

    Si dj’â bin saisi, vès v’nez d’m’inviter???

    V’ez bin saisi, Germaine. Dj’â prèparé n’pâte à pizza, èt vès mettrez c’què v’voûrez sur la vote.

    C’est bin, ça. Mâs djè plîde les djones èt la nateure après-mîdi! V’allez co sûr mette tout plî d’unions su la vote...

    Bin, djè v’rappell’râ qu’l’annâye passâye, i gn’a-n è inque, dè ces niches djones-là qu’è tchi su m’tchapî! Djè n’ n’â djamâs fât autant, mi!

    Què c’què v’savez... Ç’atout djà p’t-ête eune vendgeance...

    Mettez l’disc en route ! Santé, dj’aplatis la pâte!

18 avril 2021.

    Hé bien, Germaine, nous avons bien fait de profiter de la journée d’hier, aujourd’hui, on n’aurait pas été sûr d’être tranquilles!

    Quel plaisir, hein! À croire que tous les oiseaux étaient de sortie! Quel concert! Et les pinsons des arbres, qui venaient quasi manger dans notre panier!

    Quand le soleil est là, tout va bien, Germaine. Et puis, pas de télé, pas de radio pour vous peler le haricot avec les mêmes rengaines depuis 14 mois!

    Et vous savez où on en est aveu cette saloperie-là?

    Je n’ai pas besoin de le savoir, Germaine. Quand vous voyez la tête des gens, vous avez compris. Il  n’y a que ceux qui se fichent de tout ça qui ont un beau sourire qu’on devine à travers les bout de loques, qui vous disent bonjour, que vous entendez muser au long des rues.

    Vous parlez comme la Marie du Baptiste. Chez eux, c’est toujours la bonne humeur. Vous pensez que le confinement est trop dur?

    On y est depuis un an, et ça ne me fait trop rien. Quand on a de l’occupation, des passions, on n’s’ennuie pas. Venez, nous allons écouter une demi-heure de Watrin.

    Vous savez, Jules, je ne crois pas qu’à Bruxelles ou à Liège, les gens écoutent notre Jean-Claude!

    Il y en a des autres dans toutes les régions, non? Vous croyez que ça n’intéresse plus personne?

    Que faites-vous, cous, pour passer votre temps?

  De la musique (j’ai plusieurs instruments), j’écoute des disques (j’en ai déjà une sacrée flopée!) et je fais un peu d’édition en patois. Et puis j’ai quelqu’un qui me prend un peu de temps également.

    C’est de moi que vous parlez?

    Bien sûr. On se connaît un peu mieux depuis que je vous ai logée en dépannage, n’est-ce pas?

    C’est vrai, Jules. Nous sommes passés au travers de tout ça sans nous rendre compte qu’il nous manquait quelque chose. Et, encore une fois, que bonheur, hier!

    Nous prendrons nos précautions, nous allons dîner, et nous irons à nouveau faire un tour dans les bois. Si vous voulez ben, en tout cas!

    Si j’ai bien compris, vous venez de m’inviter???

    Vous avez bien compris, Germaine. J’ai préparé une pâte à pizza, et vous mettrez ce que vous voudrez sur la votre.

    C’est bien, ça. Mais je plains les oiseaux et la nature après-midi! Vous allez encore sûrement mettre plein d’oignons sur la vôtre...

    Ben, je vous rappellerai que l’année dernière, il y en a un, de ces sales oiseaux-là qui s’est lâché sur mon chapeau! Je n’en ai jamais fait autant, moi!

  Qu’en savez-vous... C’était déjà peut-être une vengeance...

 Mettez le disque en route! Santé, j’abaisse la pâte!

 

11 avri 2021.

    Père Tampir... Hou-ou... V’allez bin?

    Oyi, Germaine, nez-a, djè sûs das l’bûreau.

    Oufti! Qué n’installâtion!

    Djè prèpare des enrèdgistremats.

    Oho! Dè quoi?

    Bin djè va tchanter des tchansons en Gaumais, pou les mette su l’internet èt su CD.

    Ah? C’est vrâ? C’est vous qui va tchanter?

    Pour sûr, Germaine.

    Et v’accus’rez co l’Denis Collard si i s’mette à plûre à drache!

    V’avez tout d’mîme ène langue dè vipère, Mère Grougn’resse! Mâs v’ez co n’belle voix. Tant qu’on n’fât pont d’vidèo, vès tchantrins bin aveu mi!

    Pouquoi, pont d’vi... Mauvais bouc, va, qu’v’atez!

    Djè v’propôse dè tchanter M’cousin Ugène à deux voix.

    Bin djè n’sarous, mi, djè n-n’â qu’eune!

    Mâs aveu la mienne, ça fât deux!

    Si c’est co des histoires dè pouchell’rie, allez v’fâre voir!

    Bin non.nèt, hein, Germaine, on tchante aveu vote voix èt la mienne, c’est tout!

    Huh. Djè n’la counneux, mi, vote tchanson!

    Bin, on va l’apprenre. Cè n’est m’ si molâji!

    Est-c’ què v’n’atez m’ in paû dèrandgi, pa des côps?

    Mi, djè fâs les couplets, et vès fayez l’rèfrain.

    C’est qu’i va m’fâre tchanter pou d’bon, là, el vara d’ torî...

    Là, vès savez lire?

    Dj’â ètu à l’icole!

    Mâs dj’ècris maû!

    Ah, bin... djè n’vès l’fâs m’ dère! Djè voûrous bin l’oï tout d’mîme complète, la tchanson.

    Djè va v’la tchanter deux côps, èt pûs on s’y mettrait.

 

...

 

    V’atrez prête?

    Vès plez y n’aller.

 

...

 

    Bin... Djè n’ôs’râ djamâs mette ça su l’net ni co su un CD...

    V’atez in molâji! Mi, i m’sène què cè n’atout m’ si mauvais qu’ça!

    Djè n’dis m’ el contraire, Germaine. Mâs vote voix, c’est in bounheûr pou les oreilles. La mienne n’è pont d’allure à coté.

    Choûtez, Jules, djè l’sais bin, què dj’â n’belle voix. Djè m’dèmandous si in djou vès v’a radrins compte. Dè vote coté, aveu djusse in paû d’exercice, vès n’atez m’ lon d’fâre in super tènor.

    Faurout trouver in professeur... Ça m’fârout tant d’bin!

    Vès croyez m’counneute, Jules, mâs vès n’savez rin d’mi. Avant d’arriver touci, dj’atous prof dè tchant das n’chorale. Das n’sèmîne, on fârè des duos pètants!

    Coummat c’què v’nez m’ caûsé pus vite, don! On s’rout en train d’prèpârer l’Olympia!

    On tchant’rout d’jà n’veille ou deux aux Èchos don Ton què dj’srous pus heûreûx qu’in roi!

    La boutèle, Jules, i faut fîter ça!

11 avril 2021.

    Père Tampir... Hou-ou... Vous allez bien?

    Oui, Germaine, venez, je suis au bureau.

    Oufti! Quelle installation!

    Je prépare des enregistrements.

    Oho! De quoi?

    Ben je vais chanter des chansons en Gaumais, pour les mette su l’internet et su CD.

    Ah? C’est vrai? C’est vous qui allez chanter?

    Pour sûr, Germaine.

    Et vous accuserez encore Denis Collard s’il se met à pleuvoir à verse!

    Vous avez quand même une langue de vipère, Mère Grougn’resse! Mais vous avez encore une belle voix. Tant qu’on ne fait pas de vidéo, vous chanterez bien avec moi!

    Pourquoi, pas de vi... Mauvais bouc, que vous êtes!

    Je vous propose de chanter Mon cousin Eugène à deux voix.

    Ben je ne saurais pas, moi, je n’‘en ai qu’une!

    Mais avec la mienne, ça fait deux!

    Si c’est encore des cochonneries, allez vous faire voir!

    Ben non, hein, Germaine, on chante avec votre voix et la mienne, c’est tout!

    Huh. Je ne la connais pas, moi, vote chanson!

    Ben, on va l’apprendre. Ce n’est pas si difficile!

    Est-ce que vous ne seriez pas un peu cinglé, des fois?

    Moi, je fais les couplets, et vous faites les refrains.

    C’est qu’il va vraiment me faire chanter pou d’bon, ce sacré bonhomme...

    Voilà, vous savez lire?

    J’ai été à l’école!

    Mais j’écris mal!

    Ah, ben... je ne vous le fais pas dire! Je voudrais tout de même bien entendre la chanson complète.

    Je vais vous la chanter deux fois, et puis on s’y mettra.

 
...

 
    Vous êtes prête?

    Vous pouvez y aller.

 
...

 
    Ben... je n’oserai jamais mettre ça sur le Net ni sur CD...

    Vous êtez un difficile! Moi, je trouve que ce n’était pas si mauvais que ça!

    Je ne dis pas le contraire, Germaine. Mais vote voix, c’est un bonheur pour les oreilles. La mienne n’a pas d’allure à côté.

    Écoutez, Jules, je le sais bien, que j’ai une belle voix. Je me demandais si in jour vous vous en  rendriez compte. Dè votre côté, avec juste un peu d’exercice, vous n’êtes pas loin de faire in super ténor.

    Il faudrait trouver un professeur... Ça me ferait tant de bien!

    Vous croyez me connaître, Jules, mais vous ne savez rien de moi. Avant d’arriver ici, j’étais prof de chant dans une chorale. Dans une semaine, on fera des duos éclatants!

    Comment n’avez vous pas parlé plus vite, donc! On serait en train de préparer l’Olympia!

    On chanterait déjà un ou deux soirs Échos du Ton que je serais plus heureux qu’un roi!

    La bouteille, Jules, il faut fêter ça!

4 avri 2021.

    Bondjou, là, mère Grougn’resse!

    Bondjou, Tampir. V’ez co l’air bin gai. Vès v’foutez co d’mi, bin sûr!

    Quand djè v’â vû djûdi matin bisez coumme el vat, djè m’â dit : «Tchiès, i gn’è m’ in quârt d’heûre què l’facteur est passé, èt la Germaine è d’jà li sa gazette, la v’là qui court tchûz l’Alphonse Mèdoc, coumme on hutche l’apothicaire...»

    Bhèèèèè.... Et alôrs... qu’est-ce què ça peut bin v’fâre?

    Et il a-n avout, des rogneûres dè cœur dè frajettî?

    Lâyez-m’ tranquille aveu ça!

    Quand djè v’â vû r’passer, aveu in air d’a-n avoir deux, in oedil bin fèle èt l’aute mîtant hontoux, dj’â su qu’v’avins avaûlé l’pèchon d’avri d’la gazette.

    Vès n’vès fayez djamâs avoir, don, vous, Tampir?

    Ç’atout tout d’ mîme bin trouvé, eç’ mîtan poûre-là, pou tchessi les fouillons.

    Et bin, i-s espiquaint bin coummat ç’qu’i follout fâre, èt ça m’sènout lodgique...

    Vès v’rèprèsentez bin c’què ça s’rout, don cœur dè frajetti? I-l a faurout d’jà, des frajettis pou rècupèrer 100 grammes dè cœur râpé!

    Haye, c’est bon.

    Eç’ qu’i-l è dit, l’Alphonse?

    Il è atu bin dgentil, lu. Il è mîme rèussi à m’fare rire dè mi...

    Vès savez, Germaine, on fât des affaires ainlà djusse pou rire. Quand dj’atous gamin, gn’avout in èquipe d’ouvris qu’atint en train d’mette des pavés pou fâre in trottoir don coté d’la rûe d’la Momette à Vîrton. Dj’atous aveu m’frère. I gn’a è inque qui nous è d’mandé si on v’lou bin lî rade in p’tit service.

    V’avins d’jà l’cœur su la mî à ç’t’èpoque-là, djè sûs sûre...

    Coumme on v’lout bin, i nous è d’mandé d’aller qûire la chûle dè paveurs qu’atout randgîte tchûz l’bouladgi. Ç’atout la feumme qu’atout au comptoir. Elle è pouffé d’rire, pûs elle nous è espiqué pouquoi c’què ça n’existout m’. Et pûs elle nous è montré l’calendrièr... Dj’atins l’preumi d’avri... Et dj’ans eû tchèquin in bonbon!

    Vè n’ez m’ atu dèhugni l’ouvri?

    Vès sondgez bin, Germaine, què dj’avans fât l’tou pa in aute coté pou qu’l’ouvri n’sè foutiche mi d’nous autes!

    V’ez raconté m-n’ histoire das la ruâye?

    Non.nèt, Germaine, c’est co bin meilleur quand on s’hosse la boudlette tout seul, à s’a fâre maû les cot’lettes!

    C’est vrâ qu’sus l’côp, on n’sondge mi à la fârce, on fonce...

    Foncez tchûz mi, Germaine, c’est l’heûre dè l’apèro!

    Bounne idée. L’preumi d’avri est drî nous, èt dj’espère qu’i gn’è pon d’prolongâtions!

    Aveu mi, on n’sait djamâs. Mâs, si vès v’lez bin, vès lâyrez vote pèpin  das l’collidor!

4 avril 2021.

    Bonjour, mère Grougn’resse!

    Bonjour, Tampir. Vous avez encore l’air bien gai. Vous vous moquez encore de moi, pour sûr!

    Quand je vous ai vue jeudi matin filer comme le vent, je me suis dit : «Tiens, ça ne fait pas un quart d’heure que le facteur est passé, et la Germaine a déjà lu son journal, la voilà qui court chez l’Alphonse Mèdoc, comme on appelle le pharmacien...»

    Bhèèèèè.... Et alors... qu’est-ce que ça peut bien vous faire?

    Et il en avait, des rognures de cœur de fraisier?

    Laissez-moi tranquille avec ça!

  Quand je vous ai vue repasser, avec un air d’en avoir deux, in œil bien fier et l’autre moitié honteux, j’ai su que vous aviez avalé le poisson d’avril de la gazette.

    Vous ne vous faites jamais avoir, donc, vous, Tampir?

    C’était quand même bien trouvé, cette espèce de poudre-là, pour chasser les taupes.

    Et bien, ils expliquaient bien comment faire, et ça me paraissait logique...

    Vous vous représentez bien ce que ça serait, du cœur de fraisier? Il en faudrait déjà, des fraisiers pour en récupérer 100 grammes de cœur râpé!

    Allez, c’est bon!

    Qu’est-ce qu’il a dit, l’Alphonse?

    Il a été bien gentil, lui. Il a même réussi à me faire rire de moi...

    Vous savez, Germaine, on fait ce genre de blague juste pour rire. Quand j’étais gamin, une équipe d’ouvriers étaient en train de poser des pavés pour faire un trottoir du côté de la rue de la Momette à Vîrton. J’étais avec mon frère. L’un d’eux nous a demandé si on voulait bien lui rendre un petit service.

    Vous aviez déjà le cœur su la main à cette époque-là, je suis sûre...

    Comme on voulait bien, il nous a demandé d’aller chercher l’échelle des paveurs rangée chez le boulanger. C’est la femme qui était au comptoir. Elle a pouffé de rire, puis elle nous a expliqué pourquoi ça n’existait pas. Et puis elle nous a montré le calendrier...On était le premier avril... Et nous avons reçu un bonbon chacun!

    Vè n’êtes pas allé engueuler l’ouvrier?

    Vous pensez bien, Germaine, que nous avons fait le tour par un autre côté pour que l’ouvrier ne se foute pas de nous!

    Vous avez raconté mon histoire dans la rue?

    Non, Germaine, c’est encore bien meilleur quand on se pâme tout seul, à s’en faire mal aux côtes!

    C’est vrai que sur le coup, on ne pense pas à la farce, on fonce...

    Foncez chez mi, Germaine, c’est l’heure de l’apéro!

    Bonne idée. Le premier avril est derrière nous, et j’espère qu’il n’y a pas de prolongations!

    Avec moi, on ne sait jamais. Mais, si vous voulez bien, vous laisserez votre parapluie dans le couloir

28 mârs 2021.

    Père Tampir...!Père Tampir...! V’atez toulà?

    Non.nèt. Djè sûs voûye au bos!

    V’ez bin râjon, atère deux caberlâyes, i n’fât m’ co si mauvais...

    Qué nouvelles, Germaine?

    Les vl’à tourtoutes, Jules. Vès prèparez Pâques?

    Oh, mi, vès l’savez bin, les histoires dè bon djeu, cè n’est m’ ça qui va m’animer...

    V’ez quèqu’inque qui vint tchûz vous? V’allez das d’la famille?

    Rin d’tout ça, Germaine. Dj’allous passer v’voir pou dècider dè c’qu’on poûrrout fâre.

    I gn’è co in mois dè d’touci, djè m’dijous qu’on allout s’taper in bon resto! Macache! Tafât s’rè co froumé!

    Bin dj’allans tèrer à la buchette voir si on fât Pâques tchûz vous ou tchûz mi...

    Allèz, djè prends la pus couche...

    Là, qui est-ce qui tère el premi?

    Mi.

    Ah bon?

    Bin, bin sûr, si c’est vous qui t’nez les buchettes, vès savez bin où ç’qu’elle est la pus couche!

    Bin ça n’fât rin, pisquè dj’a tchoisi la pus longue! Enfin, tchoisi, c’est manière dè causer...

    V’essayez co d’tritchi! C’est mi qui tère èt pûs c’est tout!

    C’est bon, c’est bon!

    Là... Dj’a guîgni, elle est bin couche, c’tî-cite! Hé là!

    Quoi, don? Vès voyez bin qu’la çoune qui resse est pus couche!

    Dj’â bin oï què v’ la boyins en doûce!

    Qu’est-ce què v’amoûn’rez, dîmatche qui vint?

    Djè venrâ aveu l’pinard èt l’dessert.

    Qu’est-ce què v’arins fât si v’avins guîgni?

    Quand on peut tritchi, v’ez toudjous l’tou pou guîgni!

    Et si djè n’avous m’ broyi ma buchette pou la fâre pus couche?

    Bah... Djè v’arous r’vadu la mienne...

    Ha! Ha! Ha! Djè n’avous co djamâs oï ça! Dj’allans la marquer, pasquè pou n’raide, ça n’est n’raide!

    Mâs coumme v’ez tout d’mîme tritchi, v’atez à l’amende d’in apèro!

    Tchiès, attrape, Mèdard! C’est quand mîme la mère Grougn’resse qui guîgne su toute la ligne!

21 mars 2021.

    Père Tampir...!Père Tampir...! Vous êtes là?

    Non. Je suis parti au bois!

    Vous avez bien raison, entre deux averses, il ne fait pas si mauvais...

    Quelles nouvelles, Germaine?

    Je ne connais rien de neuf, Jules. Vous préparez Pâques?

    Oh, moi, vous le savez bien, les histoires de bon dieu, ce n’est pas ma passion...

    Vous avez quelqu’un qui vient chez vous? Vous allez dans la famille?

    Rien de tout ça, Germaine. J’allais passer vous voir pour décider de ce qu’on pourrait faire.

    Il y a encore un mois d’ici, je me disais qu’on allait se faire un bon resto! Macache! Tout sera encore fermé!

    Ben, nous allons tirer à la courte-paille pour voir si on fait Pâques chez vous ou chez moi...

    Allez, je prends la plus courte...

    Là, qui tire le premier?

    Moi.

    Ah bon?

    Ben, bien sûr, si c’est vous qui tenez les pailles, vous savez bien où est la plus courte!

    Ben, ça ne fait rein, puisque j’ai choisi la plus longue! Enfin, choisi, c’est une manière de parler...

    Vous essayez encore de tricher! C’est mi qui tire et puis c’est tout!

    C’est bon, c’est bon!

    Là... J’ai gagné, elle est bien courte, celle-ci! Hé là!

    Quoi, don? Vous voyez bien que celle qui reste est plus petite!

    J’ai bien entendu que vous la cassiez en douce!

Qu’est-ce que vous allez apporter, dimanche prochain?

    Je viendrai avec le vin et le dessert.

Qu’auriez fait si vous aviez gagné?

    Quand on peut tricher, vous avez toujours le tour pour gagner!

    Et si je n’avais pas cassé ma paille pour la raccourcir?

    Bah... Je vous aurais revendu la mienne...

    Ha! Ha! Ha! Je n’avais encore jamais entendu ça! On va le marquer, parce que, pour une fumante, c’en est une fameuse!

    Mais comme vous avez quand même triché, vous êtes à l’amende d’un apéro!

    Tiens, attrape, Médard! C’est quand même la mère Grougn’resse qui gagne sur toute la ligne!

21 mârs 2021.

    Tampir!

    Quoi, don, Grougn’resse?

    Ça fât in heûre què djè v’rawâ!

    Ah bon? Dj’avins in radez-v’ quèqu’ pârt?

    Vès v’foutez d’mi, ou quoi?

    Wâtez dè v’calmer, Germaine, èt dijez-m’ èç’ qui s’passe.

    Djè v’â mins l’invitâtion das la boîte aux lettes venr’di à la nût.

    Bin faut d’jà ête loûgne, hein, mère Grougn’resse! Ves savez bin qu’i gn’è pont d’facteûr el sam’di ni co l’dîmatche.

    Djè n’ l’â m’ avöyi pa la posse, sacré loûgne vous-mîme! Djè l’â mins mi-mîme das vote boîte!

    Bin djè v’crois, co pus loûgne què tourtous! Mâs mi, quand djè n’rawâ rin, djè n’va m’ rèwâti das ma boîte aux lettes quand djè sais bin què l’facteûr èn’ passe mi. Les voisins m’ penrint pou in mîtan dèmîtchi d’la cal’basse!

    Ah... Euh...

    Quoi? Vès n’atez m’ d’accoûrd aveu mi?

    Dj’arous dû y sondgi...

    Bin, i m’sène...

    Vès n’ez m’ dîné, tout d’mîme?

    Ça cût, Germaine, ça s’rè prête das cinq minutes.

    Tèrez la cass’role èt nez-a, allez...

    Qu’est-ce qu’i gn’è dè spèciâl anû, Germaine?

    Rin. Sauf què dj’a eû l’occâsion d’avoir des pattes dè canârd dè d’tchûz l’Barnabé è qu’elles s’rant bintot prêtes.

    Don Barnabé? Qué Barnabé?

    El Barnabé d’la grande Clèmence, au bache dè la ruâye don lavoir.

    Oho. Et c’est pou la sainte-Clèmence, pasquè c’est anû, què v’ez fât les pattes?

    Pou in mècrèant, i m’sène què v’ v’y counnchez mou bin das ces affaires-là!

    Çè n’est m’ molâji, dj’â l’calendri d’vant les œils, djusse au d’zeûr don tèlèphone.

    Pernez vote invitâtion das la boîte èt nez-a!

    Ah! Pasqu’on n’ratère mi si on n’è m’ el carton das la potche?

    En’ vès fayez m’ pus béte què v’n’atez, c’est d’jà bin assez ainlà!

    Su in complîmat ainlà, djè m’dèmande si djè n’doûrous m’ mîdgi m’ragoût...

    Tâjez-v’, allez. Dj’a r’trouvé in vî Armagnac das ma câve. On n’savout pus lîre l’ètiquette èt djè n’â sû ç’què ç’atout qu’ quand dj’â eû netti la boutèle. Ça fât sûr trente annâyes qu’i trîne drî in aumâre...

    Mmmmmh... Germaine, vès savez causer aux hoummes. Djè mette èm can’çon, mes tchaussons èt m’pantalon èt dj’arrive.

    Oyi, bin, baillez v’ d’awârde dè n’mi couri, vès v’ramugèll’rins co bin.

    Pont d’dandgi, v’arins bin trop bon dè v’foute dè mi!

21 mars 2021.

    Tampir!

    Quoi, donc, Grougn’resse?

    Ça fait une heure que je vous attends!

  Ah bon? Nous avions rendez-vous quelque part?

    Vous vous fichez de moi, ou quoi?

    Tâchez de vous calmer, Germaine, et dites-moi ce qui se passe.

    J’ai mis l’invitation dans la boîte aux lettres vendredi soir.

    Ben il faut être timbrée, hein, mère Grougn’resse! Vous savez bien qu’il  n’y a pas de facteur le samedi ni le dimanche.

    Je ne l’ai pas envoyée par la poste, sacré timbré vous-même! Je l’ai mise moi-même dan votre boîte!

    Ben je vous crois, encore plus bête que tous les autres! Mais moi, quand je n’attends rien, je ne vais pas regarder dans ma boîte aux lettes alors que je sais bien que le facteur ne passe pas. Les voisins me prendraient pour in demi fêlé de la calebasse!

    Ah... Euh...

    Quoi? Vous n’êtes pas d’accord avec moi?

    J’aurais dû y penser...

    Ben, il me semble...

    Vous n’avez pas dîné, quand même?

    Ça cuit, Germaine, ça sera prêt dans cinq minutes.

    Retirez la casserole et venez, allez...

  Qu’y a-t-il y a de spécial aujourd’hui, Germaine?

    Rien. Sauf que j’ai eu l’occasion d’avoir des pattes de canard de chez le Barnabé et qu’elles seront bientôt prêtes.

    Du Barnabé? Quel Barnabé?

    Le Barnabé de la grande Clémence, au bas de la rue du lavoir.

    Oho. Et c’est pour la sainte-Clémence – parce que c’est aujourd’hui – que vous avez fait les pattes?

    Pour un mécréant, il me semble que vous vous y connaissez plutôt bien dans ces affaires-là!

    Ce n’est pas difficile, j’ai le calendrier devant les yeux, juste au-dessus du téléphone.

    Prenez votre invitation dans la boîte et venez!

    Ah! Parce qu’on n’entre pas si on n’a pas le carton dans la poche?

    Ne vous faites pas plus bête que vous ne l’êtes, c’est déjà pas mal comme cela!

    Après un tel compliment, je me demande si je ne devrais pas manger mon ragoût...

    Taisez-vous, allez. J’ai retrouvé un vieil Armagnac dans ma cave. On ne savait plus lire l’étiquette et je n’ai su ce que c’était que quand j’ai eu nettoyé la bouteille. Ça fait sûrement trente ans qu’il traîne derrière une armoire...

    Mmmmmh... Germaine, vous savez parler aux hommes. Je mets mon caleçon, mes chaussons et mon pantalon et j’arrive.

    Oui, ben, attention de ne pas courir, vous pourriez bien vous ramasser.

    Pas de danger, vous auriez trop de plaisir à vous moquer de moi!

14 mârs 2021.

    Bondjou, Père Tampir.

    Bondjou, mère Grougn’resse!

    Qué taps! C’est pou s’fâre envoler!

    Gn’è pont d’dandgi, la mère, on est bin trop pèsant aveu la plaûve!

    Djè n’a soûlmat n-ôsu penre in paraplaûve, djè m’l’arous fât râyi pa la tempète!

    Ça fât inque dè sauvé, quoi! Vès m’ l’arins co p’t-ête broyi su la hanette!

    On n’sait djamâs! Dijez, qu’est-ce què ça veut dère, zoû blabla pour la culture, là, «still standinge for culture»?

    Faut dère standing, Germaine coumme living.

    Djè dis toudjous livine, mi...

    V’atez tout près...

    Et c’est des ètrangers qui n’causant m’ el français qui v’nant pou nous appenre à labourer nos tchamps?

    Les tchmps d’la tîte, Germaine. I v’lant rouvri les cinèmas, les thèâtes èt toutes les autes cassines où c’qu’on fât des activités culturelles.

    En anglais?

    Wâye non.nèt, allez, das toutes les langues.

    Mâs... s’i l’dijant ainlà, ça n’veut m’ dère què note pays è atu annexé pa les Angliches, tout d’mîme?

    Ou pa les Amèricains. Cè n’est m’ co fât, mâs i gn’arè in taps què l’français n’s’rè pus causé qu’pa deux-troîs vîs machins en r’târd d’eune guîrre ou l’aute.

    Bin mi, à coté don patois, dj’îme co bin l’français. I n’est m’ toudjous âji à ècri, mâs c’est n’belle langue, tout d’mîme.

    Bin sûr! Mâs das les hautes institutions, coumme on dit, on fât tafât en anglais, i paraît qu’c’est pus âji. On abandounne el français, ma foi. Mi, les çounes qui fayant ça alors què zoû langue maternelle atout l’français, djè les hutche les dèserteurs dè la langue. Mâs cè n’est co rin, ça. Choûtez l’posse ou rwâtez la tèlè, on v’foûrre des mots d’anglais das tafât.

    Oyi, i v’lant nous habituer, bin sûr! In paû, coumme on dijout pou rigoler, qu’on mettout in paû d’tîrre das la boustifaille des vîs dgens pou les habituer n’miette à c’qui les rawât...

    C’est à paû près ça.

    Ça veut dère què si v’ez des dèserteurs, à coté d’zoux, i gn’è des assassins d’la langue.

    Thats right indeed, Mrs Grougn’resse.

    Coumme djè r’grette èm’ paraplaûve!

14 mars 2021.

    Bonjour, Père Tampir.

    Bonjour, mère Grougn’resse!

    Quel temps! C’est pour s’envoler!

    Pas de danger, la mère, on est bien trop lourd avec la pluie!

    Je n’ai même pas osé prendre un parapluie, je me le serais fait arracher par la tempête!

    Ça en fait un de sauvé, quoi! Vous me l’auriez encore peut-être cassé sur la tête!

    On ne sait jamais! Dites, qu’est-ce que ça veut dire, leur blabla pour la culture, là, «still standinge for culture»?

    Il faut dire standing, Germaine comme living.

    Je dis toujours livine, moi...

    Vous n’êtes pas loin...

    Et c’est des étrangers qui ne parlent pas français qui viennent pour nous apprendre à labourer nos champs?

    Les champs de la tête, Germaine. I veulent rouvrir les cinémas, les théâtres et toutes les autres maisons où on propose des activités culturelles.

    En anglais?

    Ben non, allez, dans toutes les langues.

    Mais... s’ils le disent comme cela, ça ne veut pas dire que notre pays a été annexé par les Angliches, quand même?

    Ou par les Américains. Ce n’est pas encore fait, mais viendra un temps où le français ne sera plus parlé que par deux ou trois vieux machins en retard d’une guerre ou l’autre.

    Ben moi, à côté du patois, j’aime encore bien le français. Il n’est pas toujours facile à écrire, mais c’est tout de même une belle langue.

    Bien sûr! Mais dans les hautes institutions, comme on dit, on fait tout en anglais, il paraît que c’est plus facile. On abandonne le français, ma foi. Moi, ceux qui font ça alors que leur langue maternelle est le français, je les appelle les déserteurs de la langue. Mais ce n’est encore rien, ça. Écoutez la radio ou regardez la télé, on vous fourre des mots d’anglais dans tout.

    Oui, ils veulent nous habituer, bien sûr! Un peu, comme on disait pour rire, qu’on mettait un peu de terre dans la nourriture des vieux pour les habituer un peu à ce qui les attend...

    C’est à peu près ça.

    Ça veut dire que si vous avez des déserteurs, à coté d’eux, il y a des assassins de la langue.

    Thats right indeed, Mrs Grougn’resse.

    Comme mon parapluie me manque!

7 mârs 2021.

    Bondjou, Père Tampir.

    Wâye Bondjou, Germaine. Vès m’ez l’air mou flagada!

    Djè n’â wâ sonré, djè m’sate coumme ène loque.

    Aveu l’sèlo, i gn’è in p’tit concert das l’parc, su l’kiosque ou à coté. On y verout bin, non?

    Si c’est pou s’fâre rècurer les oreilles aveu des gueûl’ries d’guitâres èlèctriques èt d’bazar techno, vès plez bin z’y n’aller tout seûl!

    Non.net, Germaine, c’est in djône guitarisse aveu n’dèmi-douzîne dè musiciens d’l’harmonîe. I djouant bin sûr des tchansons d’à ç’t’heûre, mâs i-s avant des vî’ries d’note taps das l’programme.

    V’ez don cafè d’fât?

    Ben non.nèt, hein! Vès savez bin qu’dèd’pûs l’dèbut d’l’annâye, dj’â in percolâteur qui fât les jattes à la d’mande.

    Ben oyi... Vès m’a fayez eune? Don solide, mi d’la lapette, là...

    Nez-a, mi, djè va m’fâre in Ricard, c’est l’heûre dè l’apèro.

    Aveu vous, Jules c’est toudjous l’heûre dè l’apèro.

    Qu’est-ce què v’ez das vote cabas, là...

    Ah! Dj’allous roublîr. C’est in nû paraplaûve pour remplacer l’çou què dj’v’â broyi su la hanette dîmatche passé.

    Aha! Faurè co s’tènu à cârreaû, alors...

    Djè crois qu’si djè d’vous v’taper d’sus aveu anû, djè n’srous m’ assez d’action pou l’boyi...

    A v’voir ainlà, djè m’dis mîme què dj’arous l’taps dè m’sauver...

    Hmmm... Qué bon cafè. Djè sûs sûre què ça va m’rèmette d’aplomb!

    Alors djè m’va toudjous randgi l’paraplaûve...

    A quélle heûre què c’est, vote concert?

    C’est d’bounne heûre, Germaine, à deux heûres.

    Djè m’a r’va dîner, djè wâtrâ d’ête prête...

    Mîdgez n’pizza aveu mi, Germaine, ça s’rè vite fât.

    Djè n’îme mi co d’trop c’qu’i vadant, on n’sait djamâs c’qu’i gnè d’sus...

    Touci, mère Grougn’resse, c’est fât à la mâjon : eune spèciâle unions, l’aute aveu don djambon, don froumadge et des aubussons.

    Ah, bin ça m’va! Dj’ime co bin ça.

    Dj’alleume el four, èt on les mettrè d’das quand c’s’rè l’moumat.

    C’est des grandes?

    Les v’là...

    Vès n’wârdins m’ la çoune aux unions pou la nût?

    Pouquoi, don?

    Bin, à cause don concert... Ça farout doube!

    Ooooohhh....

7 mars 2021.

    Bonjour, Père Tampir.

    Ah, ben Bonjour, Germaine. Vous semblez bien à plat!

    Je n’ai guère dormi, je me sens comme une loque.

    Avec le soleil, il y a un petit concert dans le parc, sur le kiosque ou à côté. On irait bien, non?

    Si c’est pour se faire écorcher les oreilles avec des hurlements de guitares électriques et de machin techno, vous pouvez bien y aller tout seul!

    Non, Germaine, c’est un jeune guitariste avec une demi-douzaine de musiciens de l’harmonie. Ils jouent bien sûr des chansons d’aujourd’hui, mais ils ont des vieilleries de notre temps au programme.

    Vous avez du café prêt?

    Ben non, hein! Vous savez bien que depuis le début de l’année, j’ai un percolateur qui fait les tasses à la demande.

    Ben oui... Vous m’en faites une? Du costaud, pas de la lavasse, hein...

    Venez, moi, je vais me faire un Ricard, c’est l’heure de l’apéro.

    Avec vous, Jules c’est toujours l’heure de l’apéro.

    Qu’est-ce que vous avez dans votre cabas, là...

    Ah! J’allais oublier. C’est un nouveau parapluie pour remplacer celui que je vous ai cassé sur la tête dimanche dernier.

    Aha! Faudra encore se tenir à carreau, alors...

    Je crois que si je devais vous taper dessus avec aujourd’hui, je ne serais pas assez forte pour le casser...

    À vous voir comme ça, je me dis même que j’aurais le temps de me sauver...

    Hmmm... Quel bon café. Je suis sûre que ça va me retaper!

    Alors je vais toujours ranger le parapluie...

    C’est à quelle heure, votre concert?

    C’est de bonne heure, Germaine, à deux heures.

    Je retourne dîner, je tâcherai d’être prête...

    Mangez une pizza avec moi, Germaine, ira vite.

    Je n’aime pas trop ce qu’on vend, on ne sait jamais ce qu’il y a dessus...

    Ici, mère Grougn’resse, c’est fait maison : une spéciale aux oignons, l’autre avec du jambon, du fromage et des champignons.

    Ah, ben ça me va! J’aime encore bien ça.

    J’allume le four, et on les mettra dedans quand ce sera le moment.

    C’est des grandes?

    Les voilà...

    Vous ne garderiez pas celle aux oignons pour le soir?

    Pourquoi, donc?

  Ben, à cause du concert... Ça ferait double emploi!

    Ooooohhh....

28 févrî 2021.

    Bondjou, Père Tampir. V’allez bin?

    Bondjou, mère Grougn’resse. Ça vèrè, djè m’sate coumme in djone houmme! Èt vous?

    Djè va m’rèculer in paû, vès m’foutez la troûille...

    Vès n’ez m’ dujette d’avoir la pète, Germaine. Mîme si l’hivîr s’a va, i n’ fât m’ co assez bon pou les galipettes das les bos!

    Ah! Maraud, qu’ v’atez! Djè v’nous aveu n’bounne nouvelle. Enfin, i m’sène qu’elle est bounne...

    I gn’è pus qu’deûx soûrtes dè nouvelles qu’atant bounnes à c’t’heûre : la çoune qui v’fât peur èt les nouvelles qui raplichant l’vate.

    Djè vès l’dijous. La Lèa Hosse-cul m’è bailli...

    Vès savez bin què c’n’est m’ ès’ nom, ça. Si elle v’oyout!

    Gn’è des sobriquets qu’on n’vole mi, là, Tampir. V’ez bin counneu sa mère, noume, èt vès v’rapp’lez coummat c’qu’elle martchout : i lî follout la mîtan d’la route pou lie toute seûle télmat qu’elle balançout s’postèrieûr dè tchaque coté!

    Oh, mi, vès savez, les fesses dès feummes, djè n’les â djamâs foût rwâti...

    Non.net, bin sûr! V’avins djusses les pupiles collâyes dèssus!

    Bin... bin...

    C’est la vèrité! Quand dj’atous pus djone èt què dj’passous d’vant vous, djè satous vos œils èm’ caressi les rondeurs tant què v’savins les rwâti, hé, mandrin!

    Peut-ête, Germaine, mâs à ç’taps-là, c’atout co bî à rwâti!

    Tchès... Attrape, Mèdard, c’est don lârd! Merci brâmat des côps pou l’complîmat Si dj’â bin comprins, à ç’t’heûre...

    Qu’est-ce qu’elle v’è amoûné, la Lèa?

    Djè crois qu’ vès n’mèritez m’ què dj’vès l’dijiche!

    Ma p’tite Germaine, vès savez bin qu’pour mi, v’atez la pus belle, noume don!

    Huh! C’est vote vate, qui cause ainlà!

    Wâye non.net, allez, i n’est pont d’œils, i n’sarout voir!

    In cabus. In bî gros cabus. Èt pou in gros, ça n-n è inque, là!

    Èt vès savez bin l’roussi, djè crois...

    Ahâââ! Vès bavez djà! Mâs si vès v’lez què dj’ v’invitiche, i faûrout m’dère âque dè dgentil!

    Germaine, v’atez la meilleure pou fâre roussi in cabus. Aveu don pouchî èt don bèdeau, vès fârins badîver in moine qu’est djà r’pache!

    Allèz, v’ez rèussi à m’dèrider, c’est toudjous ça.

    V’dèrider? Ah bon? Doummadge què ça n’sè voit m’...

    Èt ça, ça s’voirè??? Tchès, mille djeux, tchès!

    Âââââïe... Âââââïe... Et aveu m’paraplaûve, co bin! Âââââïe!

 

28 février 2021.

    Bonjour, Père Tampir. Vous allez bien?

    Bonjour, mère Grougn’resse. Ça va, je me sens comme un jeune homme! Et vous?

    Je vais me reculer un peu, vous me faites peur...

   Vous n’avez pas besoin d’avoir peur, Germaine. Même si l’hiver s’en va, li ne fait pas encore assez bon pour les galipettes dans les bois!

    Ah! Brigand, que  vous êtes! Je venais avec une bonne nouvelle. Enfin, je crois qu’elle est bonne...

    I n’y a plus que deux sortes de nouvelles qui sont bonnes maintenant : celle qui vous fait peur et les nouvelles qui remplissent l’estomac.

    Je vous le disais. La Léa Hosse-cul m’a donné...

    Vous savez bien que ce n’est pas son nom, ça. Si elle vous entendait!

    Il y a des sobriquets qu’on ne vole pas, vous savez, Tampir. Vous avez bien connu sa mère, hein, et vous vous rappelez comment elle marchait : il lui fallait la moitié de la route pour elle seule tellement elle balançait son postérieur de chaque côté!

    Oh, moi, vous savez, les fesses des femmes, je ne les ai jamais vraiment regardées...

    Ben non, bien sûr! Vous aviez juste les pupilles collées dessus!

    Ben... ben...

    C’est la vérité! Quand j’étais plus jeune et que je passais devant vous, je sentais vos yeux me tripoter les rondeurs tant que vous pouviez les regarder, hé, vaurien!

    Peut-être, Germaine, mais à cette époque-là, c’était encore beau à voir!

    Tiens... Attrape, Médard, c’est du lard! Merci mille fois pour le compliment! Si j’ai bien compris, aujourd’hui...

    Qu’est-ce qu’elle vous a apporté, la Léa?

    Je crois que vous ne méritez pas que je vous le dise!

    Ma petite Germaine, vous savez bien que pour moi, vous êtes la pus belle, n’est-ce pas!

    Huh! C’est votre ventre, qui parle comme cela!

    Mais non, allez, il n’a pas d’yeux, il ne saurait voir!

    Un chou blanc. Un beau gros cabus. Et pour un gros, c’en est un fameux!

    Et vous savez bien le roussir, je crois...

    Ahâââ! Vous en bavez déjà! Mais si vous voulez que je vous invite, il faudrait me dire quelque chose de gentil!

    Germaine, vous êtes la meilleure pour faire roussir un cabus. Avec du porc et du mouton, vous feriez pâmer un moine déjà repus!

    Allez, vous avez réussi à me dérider, c’est toujours ça.

    Vous dérider? Ah bon? Dommage que ça ne se voie pas...

 Et ça, ça se verra ??? Tiens, mille diables, attrape!

    Âââââïe... Âââââïe... Et avec mon parapluie, en plus! Âââââïe!

21 févrî 2021

    V’a-n allez, Tampir?

    Wâye non.net, dé, Germaine, qu’est-ce qui v’fât sondgi què dj’ m’a va?

    Bin, djusse el gros satche què v’ez su l’dos!

    Ha! Dj’atous djusse en train dè l’rèssayi, voir si i tenrè co bin la saison...

    Lu, sûr qu’oyi!

    Co eune ainlà, Germaine, èt vès v’rètroûv’rez l’cul das la Vire ou das l’Ton!

    Bin, lâd vara! Djè dijous ça pasquè si vès n’rèwâtez m’ à vote lacet èt què v’martchez d’sus, aveu l’satche plî ainlà, sûr què v’allez v’ramuj’ler...

    Aha! Ben merci, djè n’l’avous m’ vû. Assians-nous n’miette, v’ez sûr bin l’taps...

    Pou les hoummes, les feummes ant toudjous bin l’taps...

    Das qué sens què vès l’pernez, pasquè ça peut s’compenre dè deux manières, vote dijâye!

    Djè veux dère què les hoummes sondgeant toudjous qu’les feummes ant bin l’taps, coumme si elles n’avint rin à fâre!

Doummadge, dj’îmous mieux l’aute interprètâtion...

    Djè n’sûs m’ ainlà! D’aboûrd, vès savez tout d’mîme bin què djè n’sûs m’ ène tchaûde gaye!

    Ooooh! Djè n’sais c’què v’fayez quand...

    A v’là assez!

    C’est vous qu’ez coummaci!

    Jules, ça m’rappelle quand d’j’atins jeunes. On dèmarrout au quart dè tou èt l’ton montout d’ène belle raideur!

    Bin, si c’est co ainlà anû, c’est què dj’n’avans m’ vieilli tant qu’ça!

    On peut l’voir ainlà... On dèrout qu’on èst hoûte dè l’hivîr. On r’vèrè bintot das l’bos, d’lez l’ètang.

    C’est pou ça què dj’fâs des prèparâtifs, noume, Germaine.

    V’îmez bin d’aller tripler das la nature, hein, Jules...

    Tripler, mîdgi, flâner èt...

    Oyi, c’est ça. Mâs c’est co in paû trop tot. On s’fârout traper les fesses, què les tîrres sant co foût dètrapâyes... Dj’â fât à dîner pou fâre la fîte au bî taps. Ça v’dit?

    On n’dèmande mi à in tchin si i veut in os ou in tchu d’tchâ, Germaine. Et pou l’poûsse-cafè, dj’â co in vî marc don Langu’doc qui trîne das ma câve, djè l’penrâ aveu...

    Huh! Ça va co tchaûffi d’belle!

    Bah, v’îmez co bin ça ètou, noume, Germaine...

    El vî marc? Oyi, ça n’est m’ pou m’dèplâre. Surtout La grappe dorée... Ça m’ramoûne des souv’nances...

    Ah, v’ez counneu ça ètou, La grappe dorée?

    Dj’avous d’la famille qui dèvolout das l’Sûd quâsi toutes les annâyes. I-s a ramoûnint souvat.

    Allèz, alors, dj’a flût’rans deux-trois èt djè r’fârans l’monde à nous deux.

    On r’fârè c’qu’on poûrrè, cè n’s’rè m’ d’jà si maû...

21 février 2021

    Vous partez, Tampir?

    Ben non, allez, Germaine, qu’est-ce qui vous fait penser que je m’en vais?

    Ben, simplement le gros sac que vous avez sur le dos!

    Ha! J’étais justement en train de le réessayer, pour savoir s’il tiendrait encore bien la saison...

    Lui, sûrement!

    Encore une pareille, Germaine, et vous vous retrouverez le cul dans la Vire ou dans le Ton!

    Ben, mauvais bouc! Je disais ça parce que si vous ne regardez pas à votre lacet et que vous marchez dessus, avec le sac aussi rempli, vous allez à coup sûr vous ramasser...

    Aha! Ben merci, je ne l’avais pas vu. Asseyons-nous deux minutes, vous avez sûrement bien le temps...

    Pour les hommes, les femmes ont toujours bien le temps...

    Dans quel sens le prenez-vous, parce que ça peut se comprendre de deux manières, votre réflexion!

    Je veux dire que les hommes pensent toujours que les femmes ont bien le temps, comme si elles n’avaient rien à faire!

  Dommage, j’aimais mieux l’aute interprétation...

    Je ne suis pas comme cela! D’abord, vous savez quand même bien que je ne suis pas une coureuse!

  Ooooh! Je ne sais pas ce que vous faites quand...

    En voilà assez!

    C’est vous qui avez commencé!

    Jules, ça me rappelle quand nous étions jeunes. On démarrait au quart de tour et le ton montait d’une belle vitesse!

    Ben, si c’est toujours pareil aujourd’hui, c’est que nous n’avons pas vieilli tant que ça!

    On peut l’voir ainsi... On dirait qu’on est sortis de l’hiver. On retournera bientôt au bois, près de l’étang.

    C’est pou ça que je fais des préparatifs, voyez-vous, Germaine.

    Vous aimez bien d’aller vous promener dans la nature, hein, Jules...

    Marche, manger, flâner et...

    Oui, c’est ça. Mais c’est encore in peu trop tôt. On se ferait tremper les fesses, les terres sont encore fort détrempées... J’ai fait à dîner pour faire la fête au beau temps. Ça vous dit?

    On ne demande pas à un chien s’il veut un os ou un morceau de viande, Germaine. Et pour le pousse-café, j’ai encore un vieux marc du Languedoc qui traîne dans ma cave, je l’apporterai...

    Huh! Ça va encore chauffer de belle!

    Bah, vous aimez encore bien ça aussi, n’est-ce pas, Germaine...

    Le vieux marc? Oui, ça n’est pas pour me déplaire. Surtout La grappe dorée... Ça me rappelle des souvenirs...

    Ah, vous aussi, vous aves connu La grappe dorée?

    J’avais de la famille qui descendait dans le Midi quasi tous les ans. Ils en rapportaient souvent.

    Allez, alors, on s’en enverra deux ou trois et nous referons le monde à nous deux.

    On refera ce qu’on pourra, ce ne sera déjà pas si mal...
14 févrî 2021

    Tampir, au s’cours!

    Qu’est-ce qui v’arrive, mère Grougn’resse?

    Dj’â l’cul adgealé, coumme on dit, èm tcahuffadge est en panne!

    Oho! In 14 dè févri? V’atez sûre què v’ez co don mazout?

    Bin sûr, vès savez bin qu’on è rapli la cûve i gn’è m’ si longtaps!

    Assuez-v’, buvans n’jatte è on vèrè voir.

    Djè peux d’morer touci l’tra què v’ vèrez tchûz mi? Djè sûs coumme in bloc dè glace...

    Bin sûr, Germaine. Mettez-v’ au culot, djè va r’mette in bî tchu d’bos!

    Djè m’dèmande si djè n’va m’ mouri!!!

    Alors vès venrez aveu mi, djè n’veux pont d’macchabée touci...

    Vès p’lez bin rigoler, allez!

    Das l’taps, quand on mettout co les cûves dèvant l’huche, el mazout dgealout co bin das les tuyaux. Dj’espère què cè n’est m’ ça!

    I fât moins 2 das la câve où c’qu’elle est la cûve.

    Cè n’est m’assez bache pou qu’ça dgealiche. Dj’y va. Vès savez bin où c’qu’est l’cafè, èn’ rèwâtez m’ à n’jatte!

    A t-t’à l’heûre...

...

    Alors, Jules, i-l è r’dèmarré?

    I-l fârè conv’nâbe tchûz vous das n’pètite heûre, Germaine.

    Ohhh... i m’a faurè d’pus pou m’ratchauffi...

    V’atez sûre? Vès n’s’rins m’ en train d’tèrer su la ficelle, là?

    Bin...

    C’est bon, djè fâra à dîner, v’a r’vèrez après mîdi.

    Aaahhh! Vès savez causer aux feummes, Tampir! Qu’est-ce qu’i gn’avout?

    A m-n’avis, v’ez r’mins l’bazar en route trop vite quand on è rapli la cûve. El filte à mazout atout noir dè crasse.

    C’est bon à savoir!

    Quoi, ves r’fârez co la mîme tchôse el prochain côp pou r’vènu v’ratchauffi èt v’restaurer tchûz mi?

    Cè n’est m’ èç’ què dj’vèlous dère, mâs si vès m’baillez des idées...

    Bah... V’atez la bin v’nue!

    Oyi, v’y trouvez vote compte das les compensâtions!

    Dijez, Germaine, v’atez bin ratchauffite, à c’t’heûre...

    Oyi, ça va. Djè m’sate bin.

    Et si on compensout direc?

    Bin... Hé... Mâs... Ah!!! Ah, l’vara!

 

NPLL (Note pou l’lecteûr) : Si v’rattadins d’savoir èç qu’i-s allant mîdgi pou fâre vote mènu, v’atez d’la r’vue! Si v-n’ ez pont d’idée, vès p’lez toudjous essayi la compensâtion ètout, ça a-n amoûn’rè p’t-ête!...

14 février 2021

    Tampir, au secours!

    Qu’est-ce qui vous arrive, mère Grougn’resse?

    J’ai le cul gelé, comme on dit, mon chauffage est en panne!

    Oho! Un 14 février? Vous êtes sûre que vous avez encore du mazout?

    Bien sûr, vous savez bien qu’on a rempli la citerne il n’y a pas si longtemps!

    Asseyez-vous, buvons une tasse de café et on ira voir.

    Je peux rester ici le temps que vous irez chez moi? Je suis comme un bloc de glace...

    Bien sûr, Germaine. Mettez-vous près du feu ouvert, je vais remette une grosse bûche!

    Je me demande si je ne vais pas mourir!!!

    Alors vous viendrez avec moi, je ne veux pas de macchabée ici...

    Vous pouvez bien rire, allez!

    Autrefois, quand on mettait encore les citernes dehors, le mazout gelait encore bien dans les tuyaux. J’espère que ce n’est pas ça!

   Il fait moins 2 dans la cave où la citerne se trouve.

    Ce n’est pas assez bas pour que ça gèle. J’y vais. Vous savez où se trouve le café, ne vous regardez pas une tasse!

    A tous à l’heure...

...

    Alors, Jules, il a redémarré?

    Il fera bon chez vous dans une petite heure, Germaine.

    Ohhh... il m’en faudra plus pour me réchauffer...

    Vous êtes sûre? Vous ne seriez pas en train de tirer sur la ficelle, là?

    Ben...

    C’est bon, je ferai à dîner, vous  retournerez après-midi.

    Aaahhh! Vous savez parler aux femmes, Tampir! Qu’est-ce qu’il y avait?

    A mon avis, vous avez remis le système en route trop vite quand on a rempli la cuve. Le filtre à mazout était noir de crasse.

    C’est bon à savoir!

    Quoi, vous referez la même chose la prochaine fois pour revenir vous réchauffer et vous restaurer chez moi?

    Ce n’est pas ce que je voulais dire, mais si vous me donnez des idées...

    Bah... Vous êtes la bien venue!

    Oui, vous y trouvez votre compte dans les compensations!

    Dites, Germaine, vous êtes bien réchauffée, maintenant...

    Oui, ça va. Je me sens bien.

    Et si on compensait aussi sec?

    Ben... Hé... Mais... Ah!!! Ah, l’bandit!

 
NPLL (Note pour le lecteur) : Si vous attendiez de savoir ce qu’ils vont manger pour faire votre menu, c’est raté
! Si vous n’avez pas d’idée, vous pouvez toujours essayer la compensation aussi, ça en amènera peut-être!...

7 févrî 2021

    Tampir, vès n’allez m’ don coté d’Vîrton anû au matin?

    Bin, vès savez, el dîmatche, i gn’è wâ d’bus, inque au matin, in aute à la nût, èt co, djè n’a sûs m’ sûr.

    Haye, c’est vrâ qu’ dj’atans djà au tchu d’la s’mîne... El Gène dè la grosse Mèlie, n’y verrout m’ aveu sn’auto,n pa des côps?

    Ah, ça, mère Grougn’resse, cè n’est m’ a mi qu’i faut l’dèmander...

    Vès v’lez bin lî tèlèphouner pou lî d’mander?

    Bin, pouquoi qu’vès nè l’fayez m’ vous mîme, v’arins pus âji d’v’espliquer aveu lu!

    Oyi, mâs si dj’tchûs su la grosse, elle va m’raccrotchi au nez. On lî avout dit, i gn’è des annâyes, qu’on avout vû s’houmme en train dè m’tâter d’tous les cotés...

    Et ç’atout vrâ?

    Sûr què si ç’avout atu vrâ, il arout ramassi ma mî su l’portrait! Il atout dgendârme, èt pou fâre rire les deux autes qu’atint aveu lu, i-l è fât mine dè m’fouilli pou trouver âque dè contraire à la loi.

    Et qu’est-ce qu’i-l è trouvé, don?

    Imbècile, què v’atez, pusquè djè v’dis qu’i fayout crance, i n’è m’ soûlmat toutchi in r’pli d’mes nippes!

    Bin, i n’faut m’ èm traîter d’imbècile pou ça, là, mère Grougn’resse! Vès n’avins vraîmat rin à catchi?

    Allez bouler, Jules, v’atez co pîre què tous les autes!

    Allèz, djè m’va lî sounner! Nez-a aveu mi, si c’est lu, djè vès l’pass’râ.

...

    Allô... C’est vous, Ugène? Ah... Euh... Scusez m’, là, Mèlie. Non.nèt... Haye, èn’ bacâyez m’ ainlà, don, djè n’avous m’ bin oï èt... Djè voûrous causer à l’Ugène... Coummat?... Bin, djè vès l’dis, què dj’n’oûye mi bin! ... Ooooh! Vès n’allez m’ a fâre in affaire d’ètat, tout d’mîme!.... Et... Mâs... Bin... Allô? Allô?... Ah, la lâde bîte, elle è raccrotchi!

    Oh, ma foi, tant pîre, là...

    Djè va lî r’sounner!

    C’est ça, pûs elle va v’tchure su l’pal’tot èt a m’voyant aveu vous, elle va essayi dè m’foute eune conrâye!

    Ah, bin ça, ça m’plârout co bin! Djè r’sounne tout d’chûte!

    D’morez tranquille, hé, loûgne.

    Bin, c’est tout. Djè v’souhâte eune bounne djournâye!

    Vès n’mè d’mandez m’ c’què dj’allous fâre à Vîrton?

    Pou m’fâre dère què ça n’mè rwâte mi?

    Dj’allous quîre dè la tchâ d’bu pou v’inviter à dîner!

    Alors djè m’va hutchil l’Gaston d’la Dodore...

    Djè nè l’counneus, soûlmat!

    I m’prèt’rait s-n auto, èt djè v’moûn’râ...

    Tampir, pou vote vate, vès s’rins prète à tafât!

    Bin i faut savoir èç’ qu’on veut, noum’ don, m’pètit canârd en suc! Rin d’tél qu’ène belle entrecôte!

    Et allèz... Pus pansard què vous, c’est d’trop!

    Ça va z’a fâre deux bîs à taûle à mîdi!

    Wâtez dè n’mi roublîr el vin!

7 février 2021

    Tampir, vous n’allez pas du côté de Virton ce matin?

    Ben, vous savez, le dimanche, il n’y a guère de bus, un le matin, un autre au soir, et encore, je nen suis pas sûr.

    Ah, c’est vrai qu’on est déjà à la fin de la semaine...  L’Eugène de la grosse Mélie  n’irait pas en voiture, par hasard?

    Ah, ça, mère Grougn’resse, ce n’est pas à moi qu’il faut le demander...

Vous voulez bien lui téléphoner pour lui demander?

    Ben, pourquoi ne le faites-vous pas vous-même, ce serait plus facile de vous expliquer avec lui!

    Oui, mais si je tombe sur la grosse, elle va me raccrocher au nez. On lui avait dit, il y a des années, qu’on avait vu son homme en train de me tâter de tous les côtés...

    Et c’était vrai?

  Sûr que si ça avait été le cas, il aurait ramassé ma main sur la figure! Il était gendarme, et pour amuser les deux  qui l’accompagnaient, il a fait mine de me fouiller pour trouver quelque chose d’illégal.

    Et qu’a -t-il trouvé, alors?

    Imbécile, que vous êtes, puisque je vous dis qu’il faisait semblant, il n’a même pas effleuré un repli de mes vêtements!

    Ben, il ne faut pas me traiter d’imbécile pour ça, hein, mère Grougn’resse! Vous n’aviez vraiment rien à cacher?

    Allez vous faire voir, Jules, vous êtes encore pire que tous les autres!

    Allez, je vais l’appeler! Venez avec moi, si c’est lui, je vous le passerai.

...

    Allô... C’est vous, Eugène? Ah... Euh... Excusez moi, donc, Mèlie... Non... Allons, ne criez pas comme cela, donc, je n’avais pas bien entendu et... Je voudrais parler à l’Eugène... Comment? Ben, je vous le dis, que je n’entends pas bien! ... Ooooh! Vous n’allez pas en faire une affaire d’état, quand même!.... Et... Mais... Ben... Allô? Allô?... Ah, la sale bête, elle a raccroché!

    Oh, ma foi, tant pis, hein...

    Je vais la rappeler!

    C’est ça, et elle va vous tomber sur la bosse et en me voyant avec vous, elle va essayer de me foutre une danse!

    Ah, ben ça, ça me plairait assez bien! Je rappelle tout dz suite!

    Restez tranquille, hé, idiot.

    Ben, c’est tout. Je vous souhaite une bonne journée!

    Vous ne me demandez pas ce que j’allais faire à Virton?

    Pour m’entendre dire que ça ne me regarde pas?

    J’’allais chercher de la viande de bœuf  pour vous inviter à dîner!

    Alors, je vais appeler le Gaston de la Dodore...

    Je ne le connais même pas!

    Il me prêtera  sa voiture et je vous conduirai...

    Tampir, pour votre ventre, vous seriez prêt à n’importe quoi!

    Ben, il faut savoir ce qu’on veut, n’est-ce pas, mon petit canard en sucre! Rien de tel qu’une belle entrecôte!

    Et allez donc!... Plus gourmand que vous, c’est trop!

    Ça va en faire deux beaux à table à midi!

    Et n’oubliez pas le vin!

30 djanvî 2021

    Dijez, Tampir...

    Hmmm....

    Tampir, djè v’cause!

    Hmmm....

    Qu’est-ce què v’fayez, don?

    Hmmm.... Hein? Vès m’causez?

    Bin sûr què non, allez, djè causous à la cujinière qu’è l’four grand au lârdge...

    Èt qu’est-ce c’què v’l’î v’lez, à ma cujinière?

    Djè v’lous djusse savoir pouquoi c’qu’elle nè r’ponde mi!

    Èt vès m’pèlez les côtes djusse pou ça?

    Bin sûr, què c’est à vous què dj’causous! Mâs, sacré lâd mujî, autant pèter conte les rempârts dè Mâdy pou les abatte!

    Mère Grougn’resse, i n’faut m’ m’a vouloir : djè sûs en train d’rèlîre les èpreûves don dictionnaire don Them’lin.

    Èç gros machin-là?

    Wâtez tout d’mîme dè d’morer polie, là...

    C’est don paquet d’feuilles què v’avez dans les mîs, què dj’cause, hé, loûgne.

    Bin oyi, c’est in fâmeux volume!

    Vès n’atez m’ prête d’ête au tchu!

    Faurait bin qu’ça alliche vite, l’imprimeur rawât pou attaquer.

    Mâs, des dictionnaires, i gn’a-n è d’jà tout plî...

    Mi coumme eç tî-cite, Germaine, il va das l’aute sens des autes.

    Coummat, ça? Vès v’lez dère qu’i dit tout l’contraire dè c’qu’on troûve das les autes?

    Nè v’fayez m’ pus loûgne què v’atez, là, cè n’est m’djà si mau ainlà!

    Ça r’coummace, vès v’foutez co d’ma gueûle!

    El dico don Georges, c’est pou traduire el français en gaumais! Par exempe, coummat c’què v’dèrins «Il agit par intérêt»?

    I fât tafât pou les sous?

    El Gaumais, lu, i dèrout «I n’baille in poiche què pou avoir ène fève.»

    Ça sounne bin mieux, i gn’è m’ à dère...

    Coummat dère d’in houmme qu’i n’est m’ bî, mâs qu’on peut tout d’mîme bin l’îmer?

    V’allez mè l’dère...

    I gn’è m’ si lâd vî qu’sa mère nè l’rèlitchiche... Et c’qu’on peut dère sur quèqu’inque qui s’leuve târd?

    Bin qu’i s’plât bin das sa pounasse!

    Ou bin qu’i n’martchrè m’ su les noires bîtes...

    Bin, djè s’ra binâje dè l’voir, eç’ lîve-là!

    On v’invit’rè pou la prèsentâtion. Mâs vès wâtrez d’mette vote masque!

    Ça s’fât au carnavau?

    El masque conte el covid, sacrée mîtan arûlée qu’v’atez!

    Ah, bin oyi... Djè va v’fâre eune jatte.

    En’ pernez m’ les ramâtes, fayez-l’ bin foûrt.

    Ça m’ètounn’rout qu’ça v’calmiche!


30 janvier 2021

    Dites, Tampir...

    Hmmm....

    Tampir, je vous parle!

    Hmmm....

    Qu’est-ce que vous faites, donc?

    Hmmm.... Hein? Vous me parlez?

    Bien sûr que non, allez, je parlais à la cuisinière dont le four grand ouvert...

Et qu’est-ce que vous lui voulez, à ma cuisinière?

    Je voulais juste savoir pourquoi elle ne me répond pas!

    Et vous me sciez les côtes rien que pour ça?

    Bin sûr, que c’est à vous que je parlais! Mais, sacré laid mufle, autant péter contre les remparts de Montmédy pour les abattre!

    Mère Grougn’resse, il ne faut pas m’en vouloir: je suis en train de relire les épreuves du dictionnaire de Themelin.

    Ce gros machin-là?

    Tâchez tout de même de rester polie, enfin...

    C’est du paquet de feuilles que vous avez dans les mains, que je parle, hé, idiot.

    Ben oui, c’est un fameux volume!

    Vous n’êtes pas près d’avoir terminé!

    Faudra bien que ça aille vite, l’imprimeur attend pour attaquer.

  Mais, des dictionnaires, il y en a déjà beaucoup...

    Pas comme celui-ci, Germaine, il va dans l’autre sens par rapport aux autres.

    Comment, ça? Vous voulez dire qu’il dit tout le contraire de cr qu’on trouve dans les autres?

    Ne vous faites pas plus bête que vous ne l’êtes, hein ce n’est déjà pas si mal comme cela!

  Ça recommence, vous vous payez encore ma tête!

    Le dico de Georges, c’est pour traduire le français en gaumais! Par exemple, comment diriez-vous «Il agit par intérêt»?

    Il fait tout pour de l’argent?

    Le Gaumais, lui, il dirait «Il ne donne un petit pois que pour avoir une fève.»

    Ça sonne bien mieux, en effet...

    Comment dire d’un homme qu’il n’est pas bî, mais qu’on peut quand même bien l’aimer?

    Vous allez me le dire...

    Il n’est si laid veau que sa mère ne le lèche... Et qu’est-ce qu’on peut dire de quelqu’un qui se lève tard?

    Ben qu’il se plaît bien dans son lit!

    Ou bien qu’il ne marchera pas sur des bêtes noires...

    Ben, je serai bien contente de le voir, ce livre-là!

    On vous invitera à la présentation. Mais vous veillerez à mettre votre masque!

    Ça se fait au carnaval?

    Le masque contre le covid, sacrée demi folle que vous êtes!

    Ah, ben oui... Je vais vous faire une tasse de café.

    Ne lésinez pas, faites-le bien fort.

    Ça m’étonnerait que ça vous calme!

24 djanvî 2021

    Djè v’salue bin bache, mère Grougn’resse...

    Ouf, ti! Bondjou, Tampir. V’ez dujette d’âque?

    Non.net, Germaine, djè sûs d’bounne humeûr, rin d’pus...

    Ah, bin ma foi, tant mieux! Qu’est-ce qu’è bin pu provoquer ça?

    La mère Grougn’resse, wa!

    Mi?

    Djè n’a counneus qu’eune.

    Ah. Et coummat c’què ça s’est fât?

    Quand dj’â passé d’vant vote huche au matin, djè v’â oï tchanter.

    Ah, c’est vrâ, dj’atous si bin, tchûz mi... Dj’a eû don maû d’sonrer les deux nûtis d’avant...

    I v’manquout âque ou quèqu’inque?

    Mâs ç’nûti-ci, djè m’â rattrapé! Ène bounne jatte dè cafè, èt dj’â r’netti toute la mâjon su la matinâye.

    Germaine, dj’â n’idée...

    Hoûûû... Tampir, djè v’vois v’nu!

    Èt qu’est-ce què v’a dijez?

    Si djè sonre co aussi bin anû, djè s’râ d’mî tchuz vous à 7 heures èt d’mie èt dj’attaqu’râ.

    Djè s’râ toulà pou v’âdi, là...

    Rin d’tout ça, Tampir. On n’travaille mi d’la mîme manière, on va s’martchi su les pids èt on finirè co pa foute in parapuie en l’air...

    Ha! Ha! Ha!

    Oyi, ça fât don bin d’rire eune bounne gavâye!

    Mâs c’qu’on peut fâre, si v’vèlez, c’est què v’fayinche vote bûreau erl tra què dj’fâs l’resse.

    Bon, c’est n’bounne idée...

    Mâs la meilleure, là, c’est qu’v’allinche aux coummissions d’bounne heure pou nous prèparer in bon dîner.

    Bin saisi, Germaine. Djè v’lây’râ toute seûle à la mâjon. Mâs si djè v’troûve en train d’sonrer quand djè r’venrâ, vès poûrrez bin prèparer vote fond’mat, dj’y broûyrâ m’dârin pèpin!

    Mîme si dj’â fât d’nettir?

    On a r’caus’rait d’mî. Allèz, wâtez d’bin sonrer!

    A d’mî, Jules!

...

    La v’là r’voûye en tchantant, wa. Mi, djè va m’rèpasser in 33 tous d’la Barbara!


24 janvier 2021

    Je vous salue bien bas, mère Grougn’resse...

    Ouf! Bonjour, Tampir. Vous avez besoin de quelque chose?

    Non, Germaine, Je suis de bonne humeur, c’est tout...

    Ah, ben ma foi, tant mieux! Qu’est-ce qui a bien pu provoquer ça?

    La mère Grougn’resse, tiens!

    Moi?

    Je n’en connais qu’une.

    Ah. Et comment est-ce arrivé?

    Quand je suis passé devant votre maison au matin, je vous ai entendu chanter.

    Ah, c’est vrai, j’étais si bien, chez moi... J’ai eu du mal de dormir les deux nuits d’avant...

    Il vous manquait quelque chose ou quelqu’un?

    Mais cette nuit-ci, je me suis rattrapée! Une bonne tasse de café, et j’ai renettoyé toute la maison sur la matinée.

    Germaine, j’ai une idée...

    Hoûûû... Tampir, je vous vois venir!

    Et qu’est-ce que vous en dites?

    Si je dors encore aussi bien aujourd’hui, je serai chez vous demain à 7 heures et demie et j’attaquerai.

    Je serai là pour vous aider...

    Rien du tout, Tampir. On ne travaille pas de la même manière, on va se marcher sur les pieds et on finira encore par démolir un parapluie...

    Ha! Ha! Ha!

    Oui, ça fait du bien de rire un bon coup!

    Mais, ce qu’on peut faire, si vous voulez, c’est que vous fassiez vote bureau le temps que je fais le reste.

    Bon, c’est une bonne idée...

    Mais la meilleure, hein, c’est que vous alliez faire les courses de bonne heure pour nous préparer un bon dîner.

    Bien compris, Germaine. Je vous laisserai toute seule à la maison. Mais si je vous trouve endormie quand je reviendrai, vous pourrez bien préparer votre bas du dos, j’y casserai mon dernier pépin!

    Même si j’ai fini de nettoyer?

    On en reparlera demain. Allez, tâchez de bien dormir!

    À demain, Jules!

...

    La voilà repartie en chantant. Moi, je vais me repasser un 33 tours de Barbara!

17 djanvî 2021

    Ah, vès v’là, mère Grougn’resse! Baillez-v’ d’awârde : ça glisse, anû!

    Blè blè blè gna gna gna, lâd vara!

    Ah bin a v’là co d’eune! Djè sûs dgentil aveu vous èt vès n’montrez què d’la malengrougne!

    Pasquè v’ez vû ma margoulette!

    Dj’arous don mau, v’ez l’air d’avoir perdu âque èt d’tchartci après d’vant vos pids tout l’long d’vote tchèmin.

    Là, rwâtez bin, riez plî vote panse èt froumez vote gueûle!

    Oh, nom di djo! V’avez insulté l’Cassius Clay don villadge?

    Ha... ha... ha. Si vès v’lez m’fâre rire, faurè trouver âque d’aute!

    Ben, djè counneus quèqu’inque qu’è dèvalé les escayis dè s’bûrau su s’cul, èt co, in pau d’travîs, mâs elle n’est m’ arrandgîte ainlà!

    Djè m’â ramuj’lé d’vant l’èglije.

    Ah, bin ça, el pètit Djésus sait bin qu’vès n’atrez wâ das sa mâjon, i v’è fât in crotche-pid! Et i n’ v’ è m’ raté!

    Ça n’è rin à voir aveu ça, hé, loûgne! Gn’è in imbècile qui arrivout aveu s-n’auto, qui filout coumme el vat, maugré la glace èt la neidge. Dj’â fât in saut su l’coté, mâs dj’â l’pid qu’è boqué conte la premîre mârche.

    Et v’ez fât la culbute! V’allins lon?

    Dj’allous fâre des courses. I gn’è pus rin, tchûz mi, dèdpûs quèque taps.

    Nez-a tchûz mi, Germaine, djè vèra fâre les coummissions. Pûs djè verâ r’mette el tchauffadge en veille tchûz vous èt penre les prècautions pour les conduites d’âwe.

    Jules... Dj’â atu vîve, mâs dj’â si maû...

    Èn’ v’a fayez m’ pou ça, Germaine. Mâs, djè s’rous d’vous, dj’a foutrous eune bounne su la margoulette don çoune qui v’è souhati n’bounne annâye el d’ârin!

    Ah... nè m’fayez m’ rîre, ça m’fât co pus maû...

    Faut fâre vènu l’docteur, Germaine. Vès n’atez m’ belle à voir!

    Co pîre què d’habitude?

    Dj’â bin manqué dè l’dère, mâs djè n’â m’ eû l’taps dè rwâti si v’avins in parapuie drî vote dos... Aïe!

    Aïe.. Oûhhh! Djè crois qu’dj’â co pus maû d’bailli les côps qu’vous d’les ramassi!

    Germaine, djè n’â qu’eune tchôse à dère : bin fât pour vous! Là d’sus, instâllez-v’, djè v’fâs n’jatte dè cafè èt djè vèrâ aux courses. Coumme djè m’doute bin qu’v’allez dère què vès n’sarins fâre à dîner, djè l’fârâ à r’vènant. Pûs djè vèrâ prèparer l’lit.

    Vès m’mettrins bin das la tchambe d’amis...

    Bin sûr què non! C’est co mi qui doûrous couri toute la nûti. Si v’atez près d’mi, djè n’arâ quà v’suquer d’in côp d’roûleau à pâte à tchaque côp qu’vès v’plîdrez...

    V’atez mieux qu’in père, pour mi, Tampir!

    Djè n’voûrous m’ surtout qu’les dgens racontinchent què dj’vâ mastrôqué!

17 janvier 2021

    Ah, vous voilà, mère Grougn’resse! Faites attention, : ça glisse, aujourd’hui!

    Blè blè blè gna gna gna mauvais bien!

    Ah ben en voilà encore une bonne! Je suis gentil avec vous et vous ne me montrez que de la mauvaise humeur!

    Parce que vous avez vu ma binette!

    J’aurais du ma, vous avez l’air d’avoir perdu quelque chose et de chercher après devant vos pieds tout le long de vote chemin.

    Là, regardez bin, riez plein vote ventre et fermez vote gueule!

    Oh, nom di djo! Vous avez insulté le Cassius Clay du village?

    Ha... ha... ha. Si vos voulez me faire rire, faudra trouver autre chose!

Ben, je connais quelqu’un qui a dévalé les esca-  liers de son bureau sur les fesses, et encore, un peu de travers, mais elle n’est pas arrangée comme cela!

    j’ai fait une chute devant l’é église.

    Ah, ben ça, le petit Jésus sait bien que vous n’entrez pas souvent dans sa maison, il vous a fait in croche-pied! Et il ne vous a pas raté!

    Ça n’a rien à voir avec ça, hé, sot! Il y’z un imbécile qui arrivait avec sa voiture, qui filait comme le vent malgré la glace et la neige. J’ai fait un bond de côté, mais j’ai le pied qui cogné conte la première marche.

    Et vous avez fait la une chute! Vous alliez loin?

    J’allais faire des courses. Il n’y a plus rien chez moi, depuis quelque temps.

    Venez chez moi, Germaine, je vais aller faire les courses. Puis j’irai remettre le chauffage en veille chez vous et prendre les précautions pour les conduites d’eau.

    Jules... J’ai été vive, mais j’ai si mal...

    Ne vous en faites pas pour ça, Germaine. Mais, à votre place, j’en collerais une bonne sur la figure du dernier qui vous a souhaité une bonne année!

    Ah... ne me faites pas rire, ça me fait encore plus mal...

    Il faut appeler le docteur, Germaine. Vous n’êtes pas belle à voir!

    Encore pire que d’habitude?

    J’ai failli le dire, mais je n’ai pas eu le temps de regarder si vous aviez un parapluie derrière votre dos... Aïe!

    Aïe.. Oûhhh! Je crois que j’ai encore plus mal de donner les coups que vous de les recevoir!

    Germaine, je n’ai qu’une chose à dire : bien fait pour vous! Là dessus, installez-vous, je vous fais une tasse de café et j’irai aux courses. Comme je me doute bien que vous allez dire que vous ne sauriez pas faire à dîner, je le ferai en  revenant. Puis j’irai préparer le lit.

    Vous me mettriez bien dans la chambre d’amis...

    Sûrement pas! C’est encore moi qui devrais courir toute la nuit. Si vous êtes à côté de moi, je n’aurai qu’à vous assommer d’un coup de rouleau à pâte à chaque fois que vous vous plaindrez...

    Vous êtes mieux qu’un père pour moi, Tampir!

    Je ne voudrais surtout pas que les gens racontent que je vous ai tapé dessus!

10 djanvî 2021

    Dijez, Germaine, quand vès causez aveu l’Eulalie, tchûz l’boulagi, vès causez patois?

    Non.net, hein, Jules, elle nè comprenrout m’. Djè lî cause français.

    Dj’â bin peur què note gaumais n’souche vraimat en perdition.

    Si on nè l’cause pus das les magasins, c’est qu’on n’troûve pus pachoûne qui l’counneut èt qui l’cause...

    Bah, si on fugne in paû das l’villadge, on doit co trouver deux-trois vîs dgens qui fayant co bin la causette en gaumais...

    Oyi, Germaine, mâs, coumme vès l’dijez, i faut fugni... I gn’è pus d’rèvue pou dècouvri des histoires en patois.

    I gn’a-n è co eune, Jules

    Pus pou longtaps, vès savez. I gn’è m’ la mîtan des abounnés qu’avant r’nouvlé zou abounn’mat pou 2021. Et pou ècri d’das, i gn’è pus wâ què l’Daniel qu’avoûye des texes.  Et resse dè la r’vue, c’est des vîes histoires.

    Bin, dj’îme co bin d’les lîre.

    Mi ètou, Germaine. Mâs c’est tout d’mîme malheûreûx qu’les patoisants qui d’meurant das nos campagnes èn’ sè mettant m’ à ècri zous souv’nances, ç’qu’i-s avant viqui das zoû jeunesse, pou qu’on n’perdiche mi nos traditions...

    On troûve tout plî d’tchôses das des lîves en français.

    Cè n’est m’ la mîme affaîre, Germaine, on n’raconte mi d’la mîme manière en gaumais. Das l’patois, on è des espressions qu’a valant vingt don français. El gaumais, c’est l’intimité. El français, c’est la vîe publique. Nos grands-parats v’dèrins coummat ç’qu’i fayint la touffâye ou les routsiquettes, ça s’rout aute tchôse què d’voir ça à la tèlè ou das in lîve dè cujine, mîme aveu des trois èt quate ètoiles!!

    C’est vrâ. Djè sûs sûre què les dgens d’anû n’avant pus idée dè c’què c’est d’rassarsir des tchaussettes. I n’savant sûr rin dè c’qu’on fayout aveu in u en bos... Gn’a-n è mîme qui s’dèmandant c’qu’on peut bin fâre aveu in couchu ou n’bannette!

    Tafât foute el camp, Germaine. Djè n’baille mi dije ans qu’on r’froumiche el dârin lîve en gaumais. Et dè d’touci 30 annâyes, on foutrait tous les CD èt les DVDs et co les cassettes en gaumais das les poubelles pasqueè pachoûne èn’ sarait pus comprenre èç qu’on y dit...

    Vès savez quoi, Jules?

    V’allez mè l’dère...

    C’est l’heûre dè l’apèro. Djè va l’quîre. Mettez-nous n’ plaque aveu des tchansons en gaumais, dj’allans tchanter bin foût, i faut nous fâre oï!

10 janvier 2021

    Dites, Germaine, quand vous parlez avec l’Eulalie, chez le boulanger, vous parlez patois?

    Non, hein, Jules, elle ne comprendrait pas. Je lui parle en français.

    J’ai bien peur que notre gaumais ne soit vraiment en perdition.

    Si on ne le parle plus dans les magasins, c’est qu’on ne trouve plus personne qui le connaît et qui le parle...

    Bah, si on fouille un peu dans le village, on doit encore trouver deux ou trois personnes âgées qui font encore bien la causette en gaumais...

    Oui, Germaine, mais, comme vous le dites, il faut fouiller... Il n’y a plus de revue pour découvrir des histoires en patois.

    Il en reste une, Jules.

    Plus pour longtemps, vous savez. Moins de la moitié des abonnés ont renouvelé leur abonnement pour 2021. Et pour écrire dedans, il ne reste guère que l’Daniel qui envoie des textes.  Le reste de la revue, c’est des anciennes histoires.

    Ben, j’aime encore bien de les lire.

    Moi aussi, Germaine. Mais c’est quand même malheureux que les patoisants qui restent dans nos campagnes ne se mettent pas à écrire leurs souvenirs, ce qu’ils ont vécu dans leur jeunesse, pour qu’on ne perde pas nos traditions...

    On trouve beaucoup de choses dans des livres en français.

    Ce n’est pas pareil,  Germaine, on ne raconte pas de la même manière en gaumais. Dans le patois, on a des expressions qui en valent vingt du français. Le gaumais, c’est l’intimité. Le français, c’est la vie publique. Nos grands-parents vous diraient comment ils faisaient la touffâye ou les routsiquettes, ça serait autre chose que de voir ça à la télé ou dans un livre de cuisine, même avec des trois et quatre étoiles!!

  C’est vrai. Je suis sûre que les gens d’aujourd’hui n’ont plus idée de ce que c’est que ravauder des chaussettes. Ils ne savent sûrement rien de ce qu’on faisait avec un œuf en bois... Il y en a même qui se demandent ce qu’on peut bien faire avec un tablier ou un une bannette!

    Tout fout le camp, Germaine. Je ne donne pas dix ans avant qu’on referme le dernier livre en gaumais. Et d’ici  30 années, on mettra tous les CD et les DVDs et aussi les cassettes en gaumais dans les poubelles parce que plus  personne ne comprendra plus ce qu’on y dit...

    Vous savez quoi, Jules?

    Vous allez me le dire...

    C’est l’heure de l’apéro. Je vais le chercher. Mettez-nous un disque avec des chansons en gaumais, nous allons chanter bien fort, il faut nous faire entendre!

3 djanvî 2021

    Et alors, Tampir, qué nouvelle?

    I gn’è des djous qu’on n’è rin à dère, Germaine. On s’sate les pids in paû lon des godasses, et on è djusse envie dè s’târe.

    Bin, mi qui v’nous v’ouhâter n’bounne annâye...

    Djè l’avans d’jà fât au rèveillon, noume...

    Bin sûr, mâs deux côps, ça vaut mieux qu’inque.

    Djè sûs dènorté, Germaine. La fin d’l’annâye è étu pire què c’qu’on peut sondgi. Dj’â don maû d’m’a r’mette.

    I v’manque âque, ou quèqu’inque, Tampir.

    C’est bin possibe.

    Dj’allans n’aller fâre in tou djusqu’au bos. V’ez dujette dè penre l’air.

    Djè n’â m’ envie d’boudgi.

    V’ez la pète dè v’adgealer?

    Non.net, Germaine, djè n’â djamâs étu froûyot.

    Alors, Jules, mettez vos grosses godasses èt vote paletot.

    Qu’est-ce què dj’verans fâre dèvant l’huche? Hein?

    On moûn’rè deux-trois tous d’ pî pou les djones. On choût’rè voir si on oûye des bîtes qui viquant maugré l’froid...

    Et vès croyez bin sûr què ça va m’rèmette d’aplomb!

    V’là vos solés. Et des grosses tchaussettes. Djè va quîre vote paletot.

...

    A la bounne heûre, Jules. Vès v’lez què dj’loyiche vos lacets?

    Ça vèrè, Germaine. I gn’è co des grînes das n’boîte en fer das l’bache dè la grande aumâre. On va les penre aveu.

    Quand on r’venrè, Jules, vès s’rez binâje dè la balade. V’arez la tîte in paû moins noire qu’à c’t’heûre.

    Allans-y, Germaine. On voirè bin. P’t-ête què l’annâye èn s’rè m’ si mauvaise, après tout, c’qu’on sarout dère.

    Elle s’rè coumme on la fârè, Jules. Vès savez bin qu’el règârd peut toudjous fâre voir el sèlo où c’qu’i s’montère à poûne, mâs qu’i peut noirci l’tâbleau si on s’lâye n-aller.

    Pernez la p’tite boutèle èt deux verres, Germaine. On s’assîrè su l’gros tronc près don ruché. On boirè n’pètite goutte toulà, même son on n’è m’ tchaud les fesses, èt on tchantrè n’tchanson pou mette dè la couleur...

3 janvier 2021

    Eh bien, Tampir, quelle nouvelle?

    Il y a des jours où on n’a rien à dire, Germaine. On se sent les pieds à côté de ses godasses, et on a juste envie de se taire.

    Ben, moi qui venais vous souhaiter une bonne année...

    On l’a déjà fait au réveillon, non?...

    Bien sûr, mais deux fois, ç’ est mieux qu’une.

    Je suis à plat, Germaine. La fin de l’année a été pire que ce qu’on peut imaginer. J’ai du mal à m’en remettre.

    Il vous manque quelque chose ou quelqu’un, Tampir.

    C’est bien possible.

    On va aller faire un tour jusqu’au bois. Vous avez besoin de prendre l’air.

    Je n’ai pas envie de bouger.

    Vous avez peur d’avoir froid?

    Non, Germaine, je n’ai jamais été frileux.

    Alors, Jules, mettez vos godillots et votre manteau.

    Qu’est-ce qu’on ira faire dehors? Hein?

    On portera deux ou trois tranches de pai pour les oiseaux. On écoutera si on entend des bêtes qui vivent malgré le froid...

    Et vous croyez bien entendu que ça va me retaper!

    Voilà vos chaussures. Et des grosses chaussettes. Je vais chercher vote manteau.

...

    À la bonne heure, Jules. Vous voulez que j’attache vos lacets?

    Ça ira, Germaine. Il y a encore des graines dans une boîte en fer dans le bas de la grande armoire. On va les emporter.

    Quand on reviendra, Jules, vous serez content de la balade. Vous aurez les idées un peu moins noires que maintenant.

    Allons-y, Germaine. On verra bien. Peut-être que l’année ne sera pas si mauvaise, après tout, qu’est-ce qu’on saurait dire...

    Elle sera comme on la fera, Jules. Vous savez bien que le regard peut toujours faire voir le soleil où il se montre à peine, mais qu’il peut noircir le tableau si on se laisse aller.

    Prenez la petite bouteille et deux verres, Germaine. On s’assiéra sur le gros tronc près du ruisseau. On boira une petite goutte là, même si on n’a pas chaud les fesses, et on chantera une chanson pour mette de la couleur...

27 décembe 2020

    Tampir, el rèveillon è ètu n’merveille!

    C’est vrâ qu’on è fât ça coumme i faut, Germaine. Djè sûs sûr què si gn’avout in p’tit Jésus pou d’dbon, i-l arout étu binâje dè voir ça!

    Qu’est-ce què v’savez si i n’ v’è m’ rèwâti don dèbut à la fin?

    Allèz, Nawé, ça s’rè toudjous Nawé. Eune bounne occasion pou les familes.

    V’ez tout d’mîme eu n’bounne idée aveu vos ravioles. Où c’què v’avez trouvé la r’cette aveu les escargots?

    Ça fât longtaps qu’ça tcherbine là-d’das, Germaine. On mette èç qu’on veut, das ces affaîres-là.

    Mâs on n’troûve mi toutes ces soûrtes-là das les magasins!

    C’est pou ça què dj’les fâs mi-mîme, bin sûr. Djè vès l’dis, quand on les fât à la mâjon, tortellini ou ravioles – on peut co app’ler ça coumme on voûrè –, on lous-y baille la forme qu’on veut èt on y mette tout c’qu’on îme bin...

    Mâs c’est d’la b’zougne, ça!

    Germaine, quand on îme bin c’qu’on fât, c’est pus’ don plâji qu’ don travau. Èt c’est co in plâji d’les mîdgi. Djè n’mattatous m’ à âque d’aussi bon aveu les escargots pa d’das. Qué règâl, noume don?

    Mâs on è d’la tchance què v’atez in pansârd, Jules, pasquè fâre des hatut’ries ainlà aveu les escargots èt des autes aveu don foie grâs èt des bèchamel qu’allant aveu pour toutes les soûrtes, c’est don vice dè pansârd, ça, pou l’plâji des dgens qu’avant la tchance d’ête à vote taûle.

    Ça va co, Germaine, vès n’atins m’ co si nombreuse... Mâs i faut bin dère què v’ez mîdgi pou deux ou trois d’in côp. On dit bin qu’c’est mi l’pansârd, mâs...

    Dj’arous dû m’rèt’nu, bin sûr!

    Huh, vès n’arins sû, à m’n’avis. Et pûs, c’est aussi bin ainlà, sinon, djè v’arous poûssi èt v’arins co rèussi à rûter.

    Et v’là co in autre rèveillon qu’arrive...

    Djè m’dèmande c’què v’allez nous fâre coumme mènu.

    Vès n’savez quoi, Jules?

    Djè parîrous in dîner qu’v’allez mè l’dère...

    Djè sarâ bin m’y prenre pou v’dècider à v’rèmette au fournî...

    Oûûûûûh! Là, Germaine, v’atez optimisse. V’ez intèrêt à v’y mette tout d’chûte!

    Eh bin nez-a, Jules, dj’allans fâre les embârdes! Et djè v’proumette des r’nos aveu in fû d’artifice!

27 décembre 2020

    Tampir, le réveillon a été une merveille!

    C’est vrai qu’on a fait ça superbement, Germaine. Je suis sûr que s’il y avait réellement un petit Jésus, il aurait été content de voir ça!

    Qu’est-ce que vous savez s’il ne vous a pas regardé de bout en bout?

    Allez, Noël, ce sera toujours Noël. Une bonne occasion pour les familles.

    Vous avez quand même eu une bonne idée avec vos ravioles. Où avez-vous trouvé la recette avec les escargots?

    Ça fait longtemps que je rumine ça, Germaine. On mette ce qu’on veut, dans ces affaires-là.

    Mais on ne trouve pas toutes ces sortes-là dans les magasins!

    C’est pour cela que je les fais moi-même, bien sûr. Je vous le dis, quand on les fait à la maison, tortellini ou ravioles – on peut encore les appeler comme on veut –, on leur donne la forme qu’on veut et on y met tout ce qu’on aime bien...

    Mais c’est du travail, ça!

    Germaine, quand on aime bien ce qu’on fait, c’est plus du plaisir que du travail. Et c’est aussi un plaisir de les manger. Je ne m’attendais pas à quelque chose d’aussi bon avec les escargots. Quel régal, hein?

    Mais on a de la chance que vous êtes un gourmand, Jules, parce que faire des machins comme cela avec les escargots et d’autres avec du foie gras et des béchamel qui vont avec pour toutes les sortes, c’est du vice de gourmand, ça, pour le plaisir de ceux qui ont la chance d’être à votre table.

    Ça va encore, Germaine, vous n’étiez pas si nombreuse... Mais il faut reconnaître que vous avez mangé pour deux ou trois d’un coup. On dit bien que c’est moi le gourmand, mais...

    J’aurais dû me retenir, pour sûr!

    Huh, vous n’auriez pas su, à mon avis. Et puis, c’est aussi bien ainsi, sinon, je vous aurais poussée et vous auriez encore réussi à râler.

    Et voilà un autre réveillon qui arrive...

    Je me demande ce quel menu vous allez nous faire.

    Vous ne savez quoi, Jules?

    Je parierais un dîner que vous allez me le dire...

    Je saurai bien m’y prendre pour vous décider à vous remettre au fourneau...

    Oûûûûûh! Là, Germaine, vous êtes optimiste! Vous avez intérêt à vous y mettre tout de suite!

    Eh bien venez, Jules, nous allons ouvrir les réjouissances! Et je vous promet une clôture avec feu d’artifice!

20 décembe 2020

    Tampir, vès n’arins m’ in timbe pour mi?

    In ordinaire, ou bin in «prior», coumme i dijant.

    Qué diffèrence qu’i gn’è?

    Vingt centimes.

    Ah. Et c’est tout?

    Oyi. Quand i-s avant lanci l’timbe prior pour les lettes avoyîtes en Belgique, i-s avant prètadu què l’courrièr arriv’rout l’end’mî alors què l’ordinaîre mettrout in paû pus dè taps.

    Ma foi, on peut toudjous fâre el tchoix! Mi, ça n’presse mi...

    Dè toute manière, pou l’prior non pus. In côp qu’les dgens avant atu quîre des timbes  prior, la Posse è emmantchi tout l’monde a rigolant plî sa basâne : elle è dècidé qu’i gn’arout pus d’distribution qu’trois djous su la s’mîne. Ça fât què l’timbe què v’mettez su l’env’loppe n’è quasi pus d’impoûrtance.

    Sauf si on sait què djou qu’on distribue, alors si vès ostez la veille, v’atez sûr què l’lend’mî vote lette arriv’rè...

    Bin vès d’mand’rez l’guîde à la Posse, pasquè cè n’est m’ la mîme tchôse das toutes les communes!

    Mâs... Bin... Est-ce qu’i n’sè foutrint m’in paû d’note gueûle, pa des côps.

    Pa des côps? Non.nèt, Germaine, non.nèt. Tout l’taps, don premî d’l’an à la Saint-Sylvesse. Et i-s arrivant co à trouver drole què les dgens avoyant d’moins en moins d’lettes.

    Dj’â oï dère qu’i s’rattrapint aveu les colis.

    Sauf qu’i sant dèboûrdés, Germaine. I n’arrivant m’ à chûre. Co heûreûx qu’les facteurs èn’ fayant pu la tournâye aveu in vèlo, i faurout deux-trois ans pou qu’les colis arrivinchent...

    I-s avant trouvé l’astuce ètou pou les colis. Et vès voirez qu’bintot ça s’rè la mîme tchôse pour les lettes : i faurè aller quîre tafât à la Posse. Et coumme on è froumé quâsi tous les bûreaux d’posse das nos villadges, bin les vîes dgens fârant tintin pour les colis èt co pou l’courrièr.

    Das l’taps, ç’atout in service public.

    Oyi, les transpôrts en commun ètou. Mâs à ç’t’heûre, vès päyez des contributions pou l’service public, mâs coumme i faut qu’ça souche en bènèfice, vès l’rèpayez in deuxîme côp. Èt si ça n’est m’ assez, bin on supprime.

    Èt pouquoi ç’qu’on päye co des impôts, alors?

    Bin pou päyi les minisses qui pernant les dècisions d’foute tous les services publics à la poubelle.

    Qu’est-ce qu’on n’dèvint m’ inciviques, don, qu’est-ce qu’on n’dèvint m’ inciviques!

    Oh, l’djou qu’la gamelle va dèboûrder, i la ramass’rant su la camisole, vès voirez...

20 décembre 2020

    Tampir, vous n’auriez pas un timbre pour moi?

    Un ordinaire, ou bien un «prior», comme ils disent?

    Quelle est la différence?

    Vingt centimes.

    Ah. Et c’est tout?

    Oui. Quand ils ont lancé le timbre prior pour les lettres envoyées en Belgique, ils ont prétendu que le courrier arriverait le lendemain alors que l’ordinaire mettrait un peu plus de temps.

    Ma foi, on peut toujours faire son choix! Moi, ça ne presse pas...

    De toute manière, pour le prior non plus. Quand les gens ont été chercher des timbres  prior, la Poste a emmanché tout l’monde en  rigolant plein son ventre : elle a décidé qu’il n’y aurait plus de distribution que trois jours par semaine. Donc le timbre que vous mettez sur l’enveloppe n’a quasi plus d’importance.

    Sauf si on sait quel jour on distribue, alors si vous postez la veille, vous êtes sûr que le lendemain votre lettre arrivera...

    Ben demandez le guide à la Poste, parce que ce n’est pas la même chose dans toutes les communes!

    Mais... Ben... Est-ce qu’ils ne se foutraient pas un peu de note gueule, des fois?

    Des fois? Non, Germaine, non. Tout le temps, du 1er janvier à la Saint-Sylvestre. Et ils arrivent encore à trouver drôle que les gens envoient de moins en moins de lettres.

    On dit qu’ils se rattrapent avec les colis.

    Sauf qu’ils sont débordés, Germaine. Ile n’arrivent pas à suivre. Encore heureux  que les facteurs ne font plus la tournée à vélo, il faudrait deux ou trois ans pour que les colis arrivent...

    Ils ont trouvé l’astuce aussi pour les colis. Et vous verrez que bientôt ça sera la même chose pour les lettes : il faudra aller chercher tout à la Poste. Et comme on a fermé quasi tous les bureaux de poste dans nos villages, ben les personnes âgées feront tintin pour les colis t même pour le courrier.

    Dans le temps, c’était un service public.

    Oui, les transports en commun aussi. Mais maintenant, vous payez l’impôt pour le service public, mais comme il faut qu’il soit en bénéfice, vous le repayez une deuxième fois. Et si ce n’est pas assez, ben on supprime.

    Et pourquoi paye-t-on encore des impôts, alors?

    Ben pour payer les ministres qui prennent les décisions de foutre tous les services publics à la poubelle.

    Que ne devient-on inciviques, donc, que ne devient-on inciviques!

    Oh, le jour où la gamelle va déborder, ils la ramasseront sur la margoulette, vous verrez...

13 décembe 2020


    Bondjou, père Tampir.

    Bondjou, Germaine. V’ez bin sonré? I m’sène què vès v’levez bin tard, anû...

    Non.net, djè n’â m’ sonré coumme i faut. Vès savez bin, là, das in d’mî-sommeil qu’on croit qu’on n’sonre mi èt qu’on è vraîmat l’impression au matin qu’on n’è m’ froumé l’œil dè la nûti.

    V’ez âque qui v’tracasse?

    Ça n’mè plât m’ dè trop, Jules, mâs i faut qu’dj’a ralliche tchûz mi deux-trois djous.

    Vès voûrins qu’vote mâjon s’rout prope pou les fîtes, c’est ça?

    Bin... Oyi, èt pûs la ratchauffi in paû ètou.

    I gn’è rin qui dit qu’on peut n’aller nettîr el djou èt r’vènu touci à la nût.

    Hah... Vès dijez bin, là, vous...

    Djè vois c’qui v’tracasse. On y vèrè d’mî au matin. On fârè des târtines pou mîdgi à mîdi. Djè r’venrâ touci à 4 heûres pou fâre el souper. Ça v’va, ainlà?

    Coummat c’qu’in houmme coumme vous est co cèlibataire, don?

    Djè n’â djamâs trouvé la bounne tchaussure pou m’pid.

    Combin qu’v’a-n avez essayi?

    Deux, Germaine. Djè n’â m’ eû maû l’mîme pid aveu les deux, la preumière èm’ fayout maû les côrs, l’aute atout coumme in p’tit caillaû dèsous m’talon.

    Et mi, Jules djè sûs das les deux?

    V’atez bin curieûse, Germaine...

    V’ez râjon, ça n’mè r’wâte mi, ça.

    Èt pûs, qu’est-ce què v’arins à mette su la taûle?

    Qu’est-ce què v’vèlez dère aveu ça?

    Bin... Si dj’pernous n’feumme, faurout qu’elle amoûniche ène dot...

    Qu’est-ce què v’racontez toulà? C’est bon à 20 ans, ces affaires-là!

    C’est eune opinion. Aveu mi, pont d’dot, pont d’mariadge. C’est coumme l’aute : pont sous, pont d’bouc, ratrez, Martin!

    Vès n’considèrez m’ tout d’mîme el mariadge coumme in contrat qu’on moûne la gaye à bouc, sacré mandrin!

    Ça fât partie don djû, Germaine, c’est ainlà.

    Et si djè mettous 50.000 euros èt co ma mâjon su la taûle, qu’est-ce què v’dirins?

    Là, Germaine, vès toutchez l’pont l’pus sensibe dè m’n’amour!

    Oyi, vote amour pou les sous! Djè wârde ma mâjon èt co mes liârds!

    Dèmî, quand v’a r’vèrez tchûz vous, vès n’roublîrez m’ toutes vos clicottes...

    Vès n’valez m’ tout d’mîme tripette, Jules.

    Surtout quand djè v’fâs n’aller, noume don?

    Dèmî, pou avoler nos târtines, on r’montrè n’bounne boutèle dè ma câve!

    Bon, pusquè vès m’pèrnez pa les sentîmats, d’accôrd! Mâs... Djè crois què dj’n’a fârans m’ lourd après-mîdi...

    Tant qu’v’atez ratré pour fâre el souper...

    C’qui m’plât aveu nous deux, Germaine, c’est què djè n’atans djamâs en train d’calculer.

13 décembre 2020

    Bonjour, père Tampir.

    Bonjour, Germaine. Vous avez bien dormi Il me semble que vous vous levez bien tard, aujourd’hui...

    Non, je n’ai pas dormi comme il faut. Vous savez bien, là, dans un demi-sommeil où on croit qu’on ne dort pas et qui laisse vraiment l’impression, au matin, qu’on n’a pas fermé l’œil de la nuit.

    Quelque chose vous tracasse?

    Ça ne me plaît pas trop, Jules, mais il faut que je retourne chez moi deux ou trois jours.

    Vous voudriez que votre maison soit propre pour les fêtes, c’est ça?

    Ben... Oui, et puis la réchauffer un peu aussi.

    Rien ne dit qu’on ne peut aller nettoyer le jour et revenir ici au soir.

    Hah... Vous dites bien, là, vous...

    Je vois ce qui vous tracasse. On ira demain matin. On fera des tartines pour midi. Je revendrai ici à 4 heures pour faire à souper. Ça vous va?

    Comment un homme comme vous est-il encore célibataire, donc?

    Je n’ai jamais trouvé la bonne chaussure pour mon pied.

    Combien en avez essayé?

    Deux, Germaine. Je n’ai pas eu mal au même pied avec les deux. la première me faisait mal aux cors, l’autre était comme un petit caillou sous mon talon.

    Et moi, Jules je suis dans les deux?

    Vous êtes bien curieuse, Germaine...

    Vous avez raison, ça ne me regarde pas, ça.

    Et puis, qu’est-ce que vous auriez à mette sur la table?

    Qu’est-ce que vous voulez dire par là?

    Ben... Si je prenais une femme, il faudrait qu’elle apporte une dot...

    Qu’est-ce que vous racontez là? C’est bon à 20 ans, ces affaires-là!

    C’est une opinion. Avec moi, pas de dot, pas de mariage. C’est comme l’autre : pas de sous, pas de bouc, rentrez, Martin!

    Vous ne considérez quand même pas le mariage comme un contrat par lequel on conduit la chèvre au bouc, satané mandrin!

    Ça fait partie du jeu, Germaine, c’est comme cela.

    Et si je mettais 50.000 euros et aussi ma maison sur la table, qu’est-ce que vous diriez?

    Là, Germaine, vous touchez le point le plus sensible de mon amour!

    Oui, vote amour pour l’argent! Je garde ma maison et aussi mes billets!

    Demain, quand vous repartirez chez vous, vous n’oublierez pas toute votre lingerie...

    Vous ne valez quand même pas tripette, Jules.

    Surtout quand je vous mène en bateau, hein?

    Demain, pour avaler nos tartines, on remontera une bonne bouteille de ma cave!

    Bon, puisque vous me prenez par les sentiments, d’accord! Mais... Je crois que nous n’en ferons pas lourd après-midi...

    Tant que vous êtes rentré pour faire à souper...

    Ce qui me plait, avec nous deux, Germaine, c’est que nous ne sommes pas sans cesse en train de calculer.

6 décembe 2020

    Tampir, v’ez vû vote culotte?

    Qu’est-ce qu’elle è, ma culotte?

    Vès l’ez chèré à la fesse. Vès v’avez co assis su la tchaise aveu l’pètit tchu d’clô qui dèpasse! Djè v’avous pourtant bin dit d’arrandgi ça!

    Ah! Cent mille pètards! C’est vous la cause, Grougn’resse. C’est quand vès m’ez fât nettîre les z’haricots èchoi, qu’i vous les follout tout d’chûte èt gna gna gni èt gna gna gna!

    Si v’avins rôté l’clô quand djè v’l’â montré, vote culotte s’rout co mettâbe.

    Djè va aller quîre èç’ qu’i faut, vès n’arez qu’a r’fâre el trô.

    Ah pasquè v’croyez qu’on r’fât ça aveu in agü èt in tchu d’fil? I faurout quâsi don fil de fer, aveu vous!

    N’pernez toudjous pont d’barbelé pasquè djè verous tout d’chûte m’assir su vos dg’noux!

    Maûvais, què v’atez!... Ben... Vès n’allez m’ èv’ dèviti das la cujine, tout d’mîme, èt d’vant la f’nîte, co bin!

    I gn’è pachoûne das les ruâyes à c’t’heure-ci, Germaine, i gn’è pont d’affaire.

    Pont d’affaire, c’est vite dit, mi djè les vois qui hollant!

    Djè va v’touner l’cul, ainlà vès n’voirez pus rin.

    Djusse la lune a plî djou!

    Djè va quîre les patates pou dîner.

    Bounne idée, èt vès les pèl’rez direc.

    Mère Grougn’resse, i va falloir mette la situâtion au point.

    À qué sudjet?

    Touci, c’est la mâjon don père Tampir. Das sa mâjon, c’est l’Tampîr qu’est mâte èt qui dit c’qu’i faût fâre.

    Bin si on d’vout v’rattade, on n’fârout rin d’la djournâye! Èt djè sûs bin béte dè r’fâre vote culotte, das in heûre, v’arez r’chèré l’aute fesse pasquè v’arez co roubli d’hatchi l’clô!

    Grougn’resse, djè sate la moutârde qui m’monte das les narines!

    Allez quîre les crombîres, ou bin on n’dîn’rè m’ co avant deûx heûres!

    Djè m’dèmande pouquoi ç’què dj’wârde eune carne coumme vous dèzous m’toit!

    R’mettez vote culotte, èt v’arez d’jà eune râjon! Mi, djè sais coûse, et vite, co bin!

    V’la c’què l’virus m’è amoûné. C’qu’on hutche les dègâts collatèraux : djè n’â pus rin à dère tchûz mi!

    Foutez-m’ à l’huche, noume, Tampir...

    Vès ratèrrins pa la f’nîte!

    Et les crombîres?

    Ça va, c’est bon! Djè m’va à la câve.

    N’a profîtez m’ pou r’lètchi in goulot ou l’aute!

    Ça, djè vès l’lâye, Germaine. El dârin côp qu’v’ez dèchadu les escayis, v’ez r’monté aveu ène haloûne d’amaretto!

    Lâd vî cramâ, què v’atez! V’a-n n’ez menti tout plî vote mauvaise gueûle!

    Ah! La mau èduquâye grèluche! Djè r’monte el pastis ou l’guignolet?

    Pernez l’pastis. Vès n’atez m’ capâbe dè r’monter aveu les crombîres èt co deux boutèles!

    Pouquoi deux boutèles?

    Bin l’guignolet èt l’kirsch, bin sûr!

    Bon, va pou l’pastis!

6 décembre 2020

    Tampir, vous avez vu vote pantalon?

    Qu’est-ce qu’in a, mon pantalon?

    Vous l’avez déchiré à la fesse. Vous vous êtes encore assis sur la chaise avec le petit morceau de clou qui dépasse! Je vous avais pourtant bien dit d’arranger ça!

    Ah! Cent mille pétards! C’est de votre faute, Grougn’resse. C’est quand vous m’avez fait nettoyer les haricots hier parce qu’il vous les fallait tout de suite et gna gna gni et gna gna gna!

    Si vous aviez enlevé le clou quand je vous l’ai montré, votre pantalon serait toujours  metable.

    Je vais aller cherche ce qu’ii faut, vous n’aurez qu’a réparer le trou.

    Ah parce que vous croyez qu’on répare ça avec une aiguille et un bout de fil? Il faudrait quasi du fil de fer, avec vous!

    Ne prenez toujours pas de barbelé parce que j’irais tout de suite m’asseoir sur vos genoux!

    Méchant, que vous êtes!... Ben... Vous n’allez pas vous déshabiller dans la cuisine, quand même, et devant la fenêtre, en plus!

    Il n’y a personne dans les rues à cette heure, Germaine, il n’y a pas d’affaire.

    Pas d’affaire, c’est vite dit, moi, je les vois qui balancent!

    Je vais vous tourner le dos, comme cela, vous ne verrez plus rien.

    Seulement la lune en plein jour!

    Je vais chercher les patates pour dîner.

    Bonne idée, et vous les pèlerez aussitôt.

    Mère Grougn’resse, il va falloir mettre la situation au point.

    À quel sujet?

    Ici, c’est la maison du père Tampir. Dans sa maison, c’est le Tampîr qui commande et qui dit ce qu’il faut faire.

    Ben si on devait vous attendre, on ne ferait rien de la journée! Et je suis bien bête de réparer votre culotte, dans une heure, vous aurez redéchiré l’autre fesse parce que vous aurez encore oublié d’arracher le clou!

    Grougn’resse, je sens la moutarde qui me monte au nez!

    Allez chercher les pommes de terre, ou bien on ne dînera pas encore avant deux heures!

    Je me demande pourquoi je garde une carne comme vous sous mon toit!

    Remettez votre pantalon, et vous aurez déjà une raison! Moi, je sais coudre, et vite, par- dessus le marché!

    Voilà ce que le virus m’a apporté. Ce qu’on appelle les dégâts collatéraux : je n’ai plus rien à dire chez moi!

    Jetez-moi à la porte, donc, Tampir...

    Vous rentreriez par la fenêtre!

    Et les patates?

    Ça va, c’est bon! Je vais à la cave.

    N’en profitez pas pour lécher un goulot ou l’autre!

    Ça, je vous le laisse, Germaine. La dernière fois que vous avez descendu les escaliers, vous êtes remontée avec une haleine d’amaretto!

    Sale vieux grigou, que vous êtes! Vous en avez menti tout plein vote mauvaise gueule!

    Ah! La greluche mal éduquée! Je remonte le pastis ou le guignolet?

    Prenez le pastis. Vous n’êtes pas capable de remonter avec les patates et deux bouteilles!

    Pourquoi deux bouteilles?

    Ben le guignolet et le kirsch, évidemment!

    Bon, va pour le pastis!

29 nôvembe 2020

    Jules, où ç’què v’atez co fourré, don?

    Djè sûs au guerni, Germaine, djè tchârtche les guirlandes pou Nawé!

    Des guirlandes? Tchûz vous? Bin vès n’atez m’ bin, là dè ç’coup-là! Vès n’croyez ni à djeu ni à djâbe!

    Ça n’empîtche mi d’chûre des traditions!

    Bin, vès n’ez pont d’sapin, su quoi ç’què v’allez mette vos guirlandes?

    Mi autou d’vote langue, Grougn’resse, djè n’a-n â m’ assez, i m’a faûrout des kilomètes!

    Ben vès p’lez caûser, i gn’è m’ pus raguette què vous!

    Vènez putot m’âdi à les dèchade.

    Vès n-n’ ez tant qu’ça?

    I gn’a è sept, coumme les djous d’la s’mîne...

    Et coumme les p’tits nains aveu la Blantche Neidge.

    Vès counn’chez ça, vous, Germaine? V’arins tout d’mîme ètu in paû à l’icole?

    Dj’â vû l’dessin allumé don Wallisnez.

    Coummat c’què v’dijez?

    En’ vès foutez m’ dè mi, dj’a rwâti l’dessin animé don Tchôse, là, l’Amèricain...

    Ah! El Walt Disney, qu’è fât l’Mickey et les 101 daltoniens!

    Dalmatiens, eh, loûgne!

    Hé hé hé... Attrapez les premîs paquets...

    Ben, c’est vrâ qu’i gn’a è 7, en pus’! Et toutes èlectriques! V’a mettez d’vant l’huche?

    Djè l’a fât i gn’è deux annâyes. Quand djè m’â l’vé l’londmî, elles atint voûyes.

    Et vès n’les avez djamâs r’vûes.

    Siè, elles avint atu enl’vâyes pa deux gamins bin dgentils.

    Ah bin si les voleurs sant bin dgentils, à c’t’heûre, où ç’ qu’on va!

    I-s avant v’nu mè l’dère el djou mîme, Germaine. I-s avin tous les deux in copain qu’atout tout trisse dè n’mi avoir dè guirlande tchûz zoux. I-s a-n anvant bailli eune à tchaquin.

    Et vès n’ez rin dit!

    Djè lous y a fât la l’çon, Germaine. Djè loûs y a dit qu’i-s arint mieux fât d’les d’mander. Mâs i-s atint si contents d’voir les deux familles aveu in grand sourîre, pasqu’elles nè s’avint m’ dèmandé dè d’où ç’que les guirlandes vènint...

    Tampir...

    Oyi, Germaine?

    Dj’a counneus trois, das ma ruâye qui n’avant pont d’guirlande pou fâre sourire zous afants.

    Vès p’lez y n’aller, Germaine. Mâs fayez bin attention : masque èt co des gants, pou  bin fâre.

    V’atez bin bon, Tampir. Anû, djè m’sate in paû coumme ène mère Nawé...

    Dèpîtchez-v’, Germaine, on penrè l’apèro quand vès r’venrez. Mettez ça su vote tîte, i n’fât m’ tchaud.

    In bonnet d’mère Nawé! Aaah! Djè v’rabrache, Jules...

    Hôlà, doûçm’at, là... Sinon vès n’atez m’ prète d’a-n aller!

22 novembre 2020

    Jules, où êtes-vous encore fourré, donc?

    Je suis au grenier, Germaine, je cherche les guirlandes pour Noël!

    Des guirlandes? Chez vous? Ben vous n’êtes pas bien, là, cette fois! Vous ne croyez ni à dieu ni à diable!

    Ça n’empêche pas de suivre des traditions!

    Ben, vous n’avez pas de sapin, sur quoi allez-vous mette vos guirlandes?

    Pas autout de votre langue, Grougn’resse, je n’en ai pas assez, il m’en faudrait des kilomètres!

    Ben vous pouvez parler, il n’y a pas plus bavard que vous!

    Venez plutôt m’aider à les descendre.

    Vous en avez tant que ça?

    Il y en a sept, comme les jours de la semaine...

    Et comme les petits nains avec Blanche Neige.

    Vous connaissez ça, vous, Germaine? Vous auriez tout de même été un peu à l’école?

    J’ai vu le dessin allumé de Wallisnez.

    Comment dites-vous?

    Ne vous foutez pas de moi, j’ai regardé le dessin animé de Chose, là, l’Américain...

    Ah! Walt Disney, qui a créé Mickey et les 101 daltoniens!

    Dalmatiens, eh, idiot!

    Hé hé hé... Attrapez les premiers paquets...

    Ben, c’est vrai qu’il y en a 7, en plus! Et toutes électriques! Vous en mettez à l’extérieur?

    Je l’ai fait il y a deux ans. Quand je me qui levé le lendemain, elles étaient parties.

    Et vous ne les avez jamais revues.

    Si, elles avaient été enlevées par deux gamins bien gentils.

    Ah bein si les voleurs sont bien gentils, maintenant, où va-ton!

    Ils sont venus me le dire le jour même, Germaine. Ils avaient tous les deux un copain tout triste de ne pas avoir de guirlande chez eux. Ils en ont donné une à chacun.

    Et vous n’avez rien dit!

    Je leur ai fait la leçon, Germaine. Je leur ai dit qu’ils auraient mieux fait de les demander. Mais ils étaient si contents de voir les deux familles avec un grand sourire, parce qu’elles ne s’étaient pas demandé d’où les guirlandes venaient...

    Tampir...

    Oui, Germaine?

    J’en connais trois, dans ma rue, qui n’ont pas de guirlande pour faire sourire leurs enfants.

    Vous pouvez y aller, Germaine. Mais faites bien attention : masque et aussi des gants, pour  bien faire.

    Vous êtes bien bon, Tampir. Aujourd’hui, je me sent un peu comme une mère Noël...

    Dépêchez-vous, Germaine, on prendra l’apéro quand vous reviendrez. Mettez ça sur votre tête, il ne fait pas chaud.

    Un bonnet de mère Noël! Aaahh! Je vous embrasse, Jules...

    Holà, doucement, ... Sinon vous n ‘êtes pas près de partir!

22 nôvembe 2020

     Ha! Ha!Ha!

     Bin qu’est-c’ qui v’arrive, mère Grougn’resse?

     Ha! Ha!...

     Oyi, ça, djè l’â bin vû èt bin oï...

     V’là qu’djè m’rade compte què Tampir, ça rime aveu crombîre! Ha! Ha! Ha!

     Èt ça v’fât rire!

     Oyi, pasquè v’ez d’jà in nez coumme eune patate...

     Djè v’rèmercie tout plî...

     Hay,e là, vès n’allez m’ èv courci pou ça!

     Bin sûr què non. Surtout qu’ Grougn’resse, ça rime aveu mes fesses!

     Ah! Sacré lâd vara...

     Vès n’allez m’ èv’ courci pou ça, bin sûr!

     Vès v’radez compte dè c’què v’dijez?

     D’aboûrd, si in djou on d’vout s’marier, vès d’venrins mère Crombîre ètou!

     Et vous vès... Ah bin non.net...

     Vès v’lez n’pètite poiésie rin qu’pou vous toute seûle?

     Ooooh! V’atez powète à vos heûres?

     Oyi, choûtez bin

        C’est la Germaîne Grougn’resse

        Qu’è djusse ène tîte coumme mes fesses

        Et à tchaque côp qu’elle laûtche eune vesse

        On n’è qu’eune tchôse à dère : qué pesse!

     Mauvais bouc, va. Vès v’croyez malin?

     Djè n’â djamâs dit ça. Là d’sus, djè m’va coummaci à fâre el dîner.

     Et qu’est-c’ qu’on mîdge?

     Des bett’râves dè Tampir.

     C’què c’est d’ça?

     Bin des crombîre, bin sûr!

     Ah, oyi, djè n’y atous d’jà pus... Vès v’lez qu’ dj’alliche les pèler?

     Pour sûr. V’arez fât les deux, ainlà.

     Qué deux, don?

     V’arez pelé les crombîres èt co l’Tampir!

     On arrête, Jules?

     D’accoûrd, Germaine. El Ricard est toudjous à la mîme place.

     Qu’est c’qu’i gn’è aveu les crombîres?

     Des djoues d’pouchî aux quate lègumes : porette, chou râve, brantches dè cèlèri èt carottes. On peut co y mette des varts z’haricots si v’èlez.

     Oyi, ça m’va. Djè fâs les apèros et djè vins v’âdi. Mâs vès bach’rez in paû l’tchauffadge à la cujine, il y fât pètant!

     Vès n’arez qu’dè v’dèviti in paû pou n’mi avoir trop tchaud.

     Huh! Dj’â fî, mi, djè voûrous bin mîdgi anu! Et pûs, deux soûrtes dè pouchî a mîme taps das la cujine, ça n’vèrout m’!

     Mèfiez-v’, Germaine, el prochain côp, ça s’rè p’t-ête vos djoues qui s’rant das la cass’role!

     Allèz, allans-y! Djè va mette in couchu pou catchi ma combinaîson!

22 novembre 2020

     Ha! Ha!Ha!

     Ben qu’est-ce qui vous arrive, mère Grougn’resse?

     Ha! Ha!...

     Oui, ça, je l’ai bien vu et bien entendu...

     Voilà que je me rends compte que Tampir, ça rime avec crombîre! Ha! Ha! Ha!

     Et ça vous fait rire!

  Oui, parce que vous avez déjà un nez comme une patate...

     Un grand merci!

     Allez, vous n’allez pas vous fâcher pour ça!

     Bien sûr que non. Surtout que Grougn’resse, ça rime avec mes fesses!

     Ah! Sacré vilain coco...

     Vous n’allez pas vous fâcher pour ça, bien sûr!

     Vous vous rendez compte de ce que vous dites?

     D’abord, si un jour on devait se marier, vous deviendriez mère Crombîre aussi!

     Et vous vès... Ah ben non...

     Vous voulez une petite poésie rien que pour vous toute seule?

     Ooooh! Vous êtes poète à vos heures?

     Oui, écoutez bien :

        C’est la Germaîne Grougn’resse

        Qui a juste une tête comme mes fesses

        Et à chaque fois qu’elle lâche une vesse

        On ne peut dire qu’une chose : quelle peste!

     Mauvais bouc, va. Vous vous croyez malin?

     Je n’ai jamais dit ça. Là-dessus, je vais commencer à faire à dîner.

     Et qu’est-ce qu’on mange?

     Des betteraves de Tampir.

     Qu’est-ce que c’est que ça?

     Ben des patates, bien sûr!

     Ah, oui, je n’y étais déjà plus... Vous voulez que j’aille les peler?

     Bien sûr. Vous aurez fait les deux, comme cela.

     Quels deux, donc?

     Vous aurez pelé les patates et aussi le Tampir!

     On arrête, Jules?

     D’accord, Germaine. Le Ricard est toujours à la même place.

     Qu’est-ce qu’il y a, avec les patates?

     Des joues de porc aux quatre légumes : poireau, chou rave, branches de céleri et carottes. On peut aussi y mette des haricots verts, si vous voulez.

     Oui, ça me convient. Je prépare les apéros et je vins vous aider. Mais vous baisserez un peu le chauffage à la cuisine, il y fait pétant!

     Vous n’aurez qu’à vous déshabiller un peu pour ne pas avoir trop chaud.

     Huh! J’ai faim, moi, je voudrais bien manger aujourd’hui! Et puis, deux sortes de cochons en même temps dans la cuisine, ça n’irait pas!

     Méfiez-vous, Germaine, la prochaine fois, ce sera peut-être vos joues qui seront dans la casserole!

     Allez, allons-y! Je vais mettre un tablier pour cacher ma combinaison!

15 nôvembe 2020

    Bondjou, Tampir.

    Ah! V’là note mère Grougn’resse.

    Vès savez quoi?

    V’allez sûr mè l’dère...

    I n’venrè m’ avant mercrèdi pou rapli ma cûve.

    Bin v’allez v’adgealer les fesses, aveu pont d’fû...

    Djè m’les ratchaûff’rous bin tchûz vous, Jules...

    Aaah! Et vè v’lez v’nu coummat, en pension complète ou en d’mi-pension?

    Qu’est-ce què ça veut dère?

    Bin, l’tarif n’est m’ el mîme. En d’mi-pension, i gn’è què l’dèdjuner èt l’souper qu’atant prèvus...

    Et vès m’lâyrins crèver d’fî à mîdi?

    Bah... Sauf si on troûve in arrandg’mat...

    Qué n’arrandg’mat, don?

    Ça m’ètounne què v’ n’ez m’ daviné!

    C’est... C’est... C’est ma mauvaîse sèmîne!

    Ah! Bin a v’là eune bounne! Si dj’allous dère das l’villadge què la Germaine ès’ revoit, mîme les baudets èt les tch’vaux d’bos s’mettrint à pîter!

    C’est bon. Djè va n’aller quîre quèqu’ lites de mazout à la pompe.

    Vès poûrrez bin l’brûler das n’cass’role su vote cujinière, pasquè djè n’vès vois m’ aller  r’vûdi in p’tit bidon das vote cûve!

    Djè troûv’râ bin quèqu’inque pou l’fâre à ma place! El Gaston Rabourou è toudjous ètu dgentil aveu mi, i venrè sûr sas rûter.

    Il est dgentil aveu vous? Et v’atez dgentîte aveu lu, bin sûr...

    Cè n’est qu’normal, noume!

    Lu qu’est toudjous niche coumme in pouchî, qu’i lî soûrte dè la margoulette des mots à fâre roudgi m’cul!

    Bin vès l’coun’chez bin maû!

    Germaine, ratrez tchûz mi, èt vès n’a r’soûrtrez qu’mercrèdi!

    Ves baillez des oûrdes, à c’t’heûre?

    Allez, a v’là assez, ratrans, c’est l’heûre dè l’apèro.

    Oyi, a v’là assez, bin sûr. Allans-y pou la pension complète!

15 novembre 2020

    Bonjour, Tampir.

    Ah! Voilà notre mère Grougn’resse.

    Vous savez quoi?

    Vous allez sûrement me le dire...

    Il ne viendra pas avant mercredi pour remplir ma citerne.

    Ben vous allez vous geler les fesses, sans feu...

    Je me les réchaufferais bien chez vous, Jules...

    Aaah! Et vous voulez venir comment, en pension complète ou en demi-pension?

    Qu’est-ce que ça veut dire?

 Ben, le tarif n’est pas le même. En demi-pension, seuls le déjeuner et le souper sont prévus...

    Et vous me laisseriez mourir de faim à midi?

    Bah... Sauf si on trouve un arrangement...

    Quel arrangement, donc?

    Ça m’étonne que vous n’avez pas deviné!

    C’est... C’est... C’est ma mauvaise semaine!

    Ah! Ben en voilà une bonne! Si j’allais dire dans le village que la Germaine se revoit, même les ânes et les chevaux de bois se mettraient à ruer!

    C’est bon. Je vais aller chercher quelques litres de mazout à la pompe.

    Vous pourrez bien le brûler dans une casserole sur votre cuisinière, parce que je ne vous vois pas aller vider un petit bidon dans votre citerne!

    Je trouverai bien quelqu’un pour le faire pour moi! Le Gaston Rabourou a toujours été gentil avec moi, il viendra sûrement sans rechigner.

    Il est gentil aveu vous? Et vous êtes gentille avec lui, sans doute...

    Ce n’est que normal, n’est-ce pas!

    Lui qui est toujours sale comme un cochon, qu’il lui sort de la margoulette des mots à faire rougir mon cul!

    Ben vous le connaissez bien mal!

    Germaine, rentrez chez moi, et vous n’en ressortirez que mercredi!

    Vous donnez des ordres, maintenant?

    Allez, en voilà assez, rentrons, c’est l’heure de l’apéro.

    Oui, en voilà assez, bien sûr. Allons-y pour la pension complète!

8 nôvembe 2020

    Tampir, i faut qu’dj’a ralliche dèmî.

    Vès n’vès plâjez pus touci, don, Germaine?

    Cè n’est m’ ça, Jules, mâs i faut tout d’mîme èr’nettîr in paû la cassine, handler in paû...

    Bin djè vèrâ v’âdi, si v’vèlez...

    C’est n’bounne idée, ça.

    Djè prenrâ ma grande saye, dj’â vû què v’n’avins rin d’aute què vote pètit machin à poûne pus grand qu’in cuberdon...

    Vès savez bin qu’si v’atez foûrt coumme in bu, mi, djè n’a m’ des gros bras!

    Ah, ça, i n’sant m’ aussi solides què vote langue...

    Mèfiez-v’, Tampir, v’arins co bin in côp d’ramon su la caf’tière a-n arrivant!

    Ah bin ça s’rout l’bouquet! Djè venrous pou travailli èt djè m’fârous co mastrôquer!

    Vès n’ez qu’à v’montrer in paû plus dgentil!

    Djè m’dèmande si n’vaurout m’ mieux què dj’dèmoriche touci pou v’fâre à dîner putot qu’d’aller risquer ma pèlette tchûz vous.

    Ça, quand v’atez tout seûl, vès n’apouj’nez pachoûne!

    Cè n’est m’ co si sûr, Grougn’resse, djè poûrrous co bin mette dè l’arsènic das vote dîner!

    Vès n’sondgez qu’à harguigni les autes, èt pa des côps, quand les autes c’est toudjous mi, ça m’pèle la camisole!

    Aha! Bin quand vès s’rez à la mâjon, vès rwâtrez tout d’mîme à vote citerne. L’hivîr va bintot arriver, èt v’arez dujette dè v’tchauffi...

    Ça n’s’rout m’ eune manière dè m’foute à l’huche, ça, Tampir?

    Huh... Vès l’mèrit’rins bin, pa des côps.

    Bon. L’sèlo finit toudjous pa s’coûtchi. Èt on nè l’voit wâ anû.

    Dj’â n’ surprise, Germaine. Djè wârdous ça dèd’pûs longtaps. Pou in djou qu’i gn’arout m’ assez d’sèlo d’vant l’huche.

    Ah oï, c’est l’heûre dè l’apèro.

    Qu’est-c’ què v’dijez d’ça?

    Wâye, ça exisse co, ç’t’affaire-là? Don Bartissol!

    Vès v’rapp’lez d’ la rèclame? «Agréable, velouté, riche de tout le soleil du Midi»

    Ç’atout tout d’mîme bon, noume don! Èt c’est co mou bon anû...

    Bin frais... Ah, ça ramoûne en arrière...

    Vès venrez aveu mi, hein, Jules, dèmî...

    Haye, on voirè bin. Djè m’va toudjous prèparer ma grande saye...

    Oï, djè r’fârans bin l’lit après l’dîner. Santé!

8 novembre 2020

    Tampir, je dois retourner demain.

    Vous ne vous plaisez plus ici, donc, Germaine?

    Ce n’est pas ça, Jules, mais il faut tout de même renettoyer un peu la maison, ranger un peu...

    Ben j’irai vous aider, si vous voulez...

    C’est une bonne idée, ça.

    Je prendrai mon grand seau, j’ai vu que vous n’aviez rien d’autre que vote petit machin à peine plus grand qu’un cuberdon...

    Vous savez bien que si vous êtes fort comme un bœuf, moi, je n’ai pas des gros bras!

    Ah, ça, ils ne sont pas aussi développés que votre langue...

    Méfiez-vous, Tampir, vous auriez encore bien un coup de balai sur la cafetière en arrivant!

    Ah ben ce serait le comble! Je viendrais pour travailler et je me ferais encore taper dessus!

 Vous n’avez qu’à vous montrer un peu plus gentil!

    Je me demande s’il ne vaudrait pas mieux que je reste ici pour vous faire à dîner plutôt que d’aller risquer ma peau chez vous.

    Ça, quand vous êtes tout seul, vous n’empoisonnez personne!

    Pas si sûr, Grougn’resse, je pourrais bien mettre de l’arsenic dans votre dîner!

  Vous ne pensez qu’à enquiquiner les autres, et parfois, quand les autres c’est toujours moi, ça me pèse!

    Aha! Ben quand vous serez chez vous, vous regarderez quand même à votre citerne. L’hiver va bientôt arriver, et vous aurez besoin de vous chauffer...

    Ce ne serait pas une manière de me mettre dehors, ça, Tampir?

    Huh... Vous le mériteriez bien, des fois.

    Bon. Le soleil finir toujours par se coucher. Et on ne le voit guère, aujourd’hui.

    J’ai une surprise, Germaine. Je gardais ça depuis longtemps. Pour un jour où il n’y aurait  pas assez de soleil dehors.

    Ah oui, c’est l’heure de l’apéro.

    Qu’est-ce que vous dites de ça?

    Tiens, ça existe toujours, cette affaire-là? Du Bartissol!

    Vous vous rappelez la rèclame? «Agréable, velouté, riche de tout le soleil du Midi»

    C’était quand même bon, hein! Et c’est encore bien bon aujourd’hui...

    Bien frais... Ah, ça rappelle des souvenirs...

    Vous viendrez avec moi, hein, Jules, demain...

    Bah, on verra bien. Je vais toujours préparer mon grand seau...

    Oui, on  refera bien le lit après le dîner. Santé!

1er nôvembe 2020

    Tampir!

    Quoi, don, Germaine?

    Su combin d’degrés qu’ v’ez mins vote machine pou fâre la châwâye?

    Oh, djè n’y rwâte mi, dj’â toudjous châwé ainlà...

    Ah bin, pètardise, djè n’ratère pus das mes culottes!

    V’atez sûre què c’est les culottes ou la châwâye la cause?

    Qu’est-ce què v’vèlez dère aveu ça?

    Bin... Vès n’a fayez m’ loûrd, vès mîdgez coumme quate...

    Vès n’sondgez m’ tout d’mîme à insinuer qu’dj’â attrapé in gros cul tchûz vous!

    Oh, djè n-n’ôs’rous... V’atins d’jà su la bounne voie a-n arrivant touci!

    V’atez co pus mauvaise gueûle què djè n’ l’arous djamâs cru!

    Germaine, djè n’vès fâs pont d’rèprotches! Mâs vès d’vez bin admette què djè n’dis qu’la vèrité!

    Bin sacré lâd mounâme, què v’atez, vès n’ez m’ l’air dè v’plîde quand vès...

    Djè n’mè plîde mi. C’est vous qui v’nez m’causer d’vos culottes au moumat qu’on va s’mette à taûle...

    C’est tout! Djè n’dis pus rin. Djè n’â m’ dujette dè mîdgi anû. Djè viqu’râ bin su mes rèserves!

    Vès n-n’ez bin pou la s’mîne...

    Ah, la niche bîte! Djè m’a r’vas tchuz mi!

    V’atez bounne pou z’y d’morer pus d’quate sèmînes...

    Et pouquoi, s’i vous plaît?

    Pasquè l’Alexandère l’è dit avant-èchoi.

    Dè quoi, on r’confine?

    Bin sûr. Dj’avans droit à un contac. Si v’a-n allez, vès d’mor’rez toute seûle. Mâs ça è in avantadge pour vous!

    Djè m’dèmande bin l’quél!

    Vès n’arez pus dujette dè culotte...

    Vès n’a rat’rez m’eune anû! Mâs, wâtez ça, eune nûve culotte dè l’annâye passâye, on dèrout qu’c’est n’ nippe dè poupe!

    Rèwâtez in paû la taille, Germaine.

    La t... Ah... Bin merte alors, cè n’est m’ à mi ça!

    Ça n’s’rout m’ ène de vote nièce qu’atout tchûz vous la s’mîne avant què v’vèninche touci?

    Ça n’sarout ète què ça... Djè l’arâ r’tapé das mes clicotes sas fâre attention!

    Et mi, djè m’fâs accuser dè n’mi savoir fâre ène châwâye! Fayez c’què v’vèlez, mi, djè va mîdgi.

    Bin, tout compte fât, djè mîdg’rous bin ètout...

    Allèz, allans-y, pusquè v’n’ez pus in si gros cul!

    Mas vous, v’avez toudjous n’aussi grande gueûle!

1er novembre 2020

    Tampir!

    Quoi, donc, Germaine?

    Sur combien de degrés avez vous mis votre machine pour faire la lessive?

    Oh, je n’y regarde pas, j’ai toujours lessivé comme cela...

    Ah bzn, cré pétard, je ne rentre plus dans mes culottes!

    Vous êtes sûre que les culottes ou la lessive y sont pour quelque chose?

    Qu’est-ce que vous voulez dire par là?

    Ben... Vous n’en faites pas lourd, vous mangez comme quatre...

    Vous ne pensez tout de même pas à insinuer que j’ai attrapé un gros cul chez vous!

    Oh, je n’oserais pas... Vous étiez déjà sur la bonne voie en arrivant ici!

    Vous êtes encore plus mauvaise gueule que je nr l’aurais jamais cru!

 Germaine, je ne vous fais pas de reproches! Mais vous devez bien admettre que je ne dis que la vérité!

    Ben sacré mauvais bien, que vous êtes, vous n’avez pas l’air de vous plaindre quand vous...

    Je ne me plains pas. C’est vous qui venez me parler de vos culottes au moment de se mettre à table...

 C’est tout! Je ne dis plus rien. Je n’ai pas besoin de manger aujourd’hui. Je vivrai bien sur mes réserves!

    Vous en avez bien pour la semaine...

    Ah, la sale bête! Je retourne chez moi!

    Vous êtes bonne pour y rester plus de quatre semaines...

    Et pourquoi, s’il vous plaît?

    Parce que l’Alexander l’a dit avant-hier.

    Comment, on reconfine?

    Bien sûr. Nous avons droit à un contact. Si vous partez, vous resterez toute seule. Mais ça a un avantage pour vous!

    Je me demande bien lequel!

    Vous n’aurez plus besoin de culotte...

    Vous n’en raterez pas une aujourd’hui! Mais, regardez ça, une culotte toute neuve de l’année dernière, on dirait que c’est un vêtement de poupée!

    Regardez un peu la taille, Germaine.

    La t... Ah... Ben zut alors, ce n’est pas à moi ça!

    Ce ne serait pas une culotte de votre nièce qui était chez vous la semaine avant que vous ne veniez ici?

    Ça ne saurait être que ça... Je l’aurai mise dans mon linge par mégarde!

    Et moi, je me fais accuser de ne pas savoir faire une lessive! Faites ce que vous voulez, moi, je vais manger.

    Ben, tout compte fait, je mangerais bien aussi...

    Allez, allons-y, puisque vous n’avez plus un si gros cul!

    Mas vous, vous avez toujours une aussi grande langue!

25 octôbe 2020...

    Dijez, Tampir, qu’est-ce què v’fayez, das l’après-mîdi?

    Djè crois qu’dj’ verâ m’pourmoûner in paû das l’bos, Germaine.

    Djè vèrous bin aveu vous. Djè n’â m’peur non pus dè m’fâre cann’ter.

    Djè vèrans pa la Grîdge au bos, djè dèchad’rans djusqu’à la Vierg’ Jâques.

    Bounne idée. On daûn’rè in paû don coté d’ l’Arborètum pou s’souv’nu des dgenres d’âbes què dj’avans en Gaume.

    Ben, pou ête franc, djè n’a counneus d’jà pus wâ, Germaine.

    Dère qu’on apernout, dans nos icoles, à r’counneute tous les âbes pa zoûs feuilles èt pa zou ècorce! Anû, djè sûs sûre què mîme les profs èn’ sarint pus!

    Ça n’fât pus partie des priorités...

    Ma foi non. Rin dè c’qui n’mette mi des sous das la boûche n’è pus dujette d’exister, Jules. El monde est lâyi aux mîs d’imbèciles qui n’voyant què l’bènèfice dè tafât pou zoû potche!

    C’est vrâ. On è l’impression qu’on mette pus dè sous dans les manières dè foute tafât à moûle, aveu missiles, bombes èt virus chimiques, què das les tchôses qui fârint don bin à l’humanité.

    Djè m’dis pa des côps qu’les industries pharmaceûtiques inventant des salop’ries pou qu’on loû z’y bailliche co pus dè sous pou trouver l’rèmède.

    Hum! On cause souvat d’malignes dgens, qui n’a-n avant m’ ène bounne à la panse. On n’troûve mi ça tchûz les bîtes, Germaine. On arè p’t-ête la tchance dè croiser l’eune ou l’aute bîte das l’bos. Dj’îm’rous bin causer in paû aveu zolles.

    Dijez, Tampir, djè sondge à n’tchôse : est-ce què la tchesse n’est m’ douvrîte?

    Ah merte! Co n’tchôse què les bîtes n’avant m’ co programmé : la tchesse aux humains!

    Allèz, on voirè bin. On s’assîrè n’miette das in coin tranquille, èt on rawârdrè d’voir eune bîte ou in aute...

    À dèfaût, Germaine, on s’rèwâtrè a s’dijant qu’on n’est m’ dè la pîre espèce...

    Bin sûr. V’avez d’quoi fâre in bon grog a ratrant?

    Sûr. Ça fât partie des p’tits avantadges que j’avans su les bîtes, noume?

    Mâs i n’faut m’ a-n abûser!

    C’est n’manière sècondaire dè s’ratchauffi!

    Oyi, èt djè sais bin qu’v’îmez mieux l’aute, sacré vara!

25 octobre 2020...

    Dites, Tampir, qu’est-ce que vous faites, après-midi?

    Je crois que j’irai me promener un peu au bois, Germaine.

    J’irais bien avec vous. Je n’ai pas peur non plus de me faire tremper.

    Nous irons par la Grange-au-Bois, descendrons jusqu’à la Vierge Jaques.

    Bonne idée. On traînera un peu du côté de l’Arboretum pour se rappeler les genres d’arbres que nous avons en Gaume.

    Ben, pour être franc, je n’en connais déjà plus beaucoup, Germaine.

    Dire qu’on apprenait, dans nos écoles, à reconnaître tous les arbres par leurs feuilles et par leur écorce! De nos jours, je suis sûre que même les profs ne sauraient plus!

    Ça ne fait plus partie des priorités...

    Ma foi non. Rien de ce qui ne met pas de sous dans la bourse n’a plus besoin d’exister, Jules. Le monde est laissé aux mains d’imbéciles qui ne voient que le bénéfice de tout pour leur poche!

    C’est vrai. On a l’impression qu’on met plus d’argent dans les manières de tout démolir, avec missiles, bombes et virus chimiques, que dans les choses qui feraient du bien à l’humanité.

    Je me dis parfois que les industries pharmaceutiques inventent des saloperies pour qu’on leur donne encore plus de sous pour trouver les remèdes.

    Hum! On parle souvent de malignes gens, qui n’en ont pas une bonne. On ne trouve pas cela chez les animaux, Germaine. On aura peut-être la chance de croiser l’une ou l’autre bête dans le bois. J’aimerais bien parler un peu aveu elles.

    Dites, Tampir, je pense à une chose : est-ce que la chasse n’est pas ouverte?

    Ah zut! Encore une chose que les animaux n’ont pas encore programmée : la chasse aux humains!

    Allez, on verra bien. On s’assiéra un moment dans un coin tranquille, et on attendra de voir une bête ou une autre...

    À défaut, Germaine, on se regardera en se disant qu’on n’est pas de la pire espèce...

    Bien sûr. Vous avez de quoi faire un bon grog en rentrant?

    Sûr. Ça fait partie des petits avantages que nous avons sur les animaux, n’est-ce pas?

    Mais il ne faut pas en abuser!

    C’est une manière secondaire de se réchauffer!

    Oui, et je sais bien que vous préférez l’autre, sacré bonhomme!

18 octôbe 2020...

    Qué s’mîne, Tampir, qué s’mîne! Djè n’a peux pus.

    Bin, pourtant, djè n’avans m’ exadgèré, i m’sène!

    Djè v’cause don cornard au virus!

    C’est vrâ qu’la covid 19 coummace à nous les pèler in paû d’pus qu’on n’voûrout!

    Et pouquoi qu’on è dit LA covid èt qu’on dit m’ EL covid?

    Les savant ant sûr dècidé qu’les grandes calamités atint fèminines, hein, Germaine!

    Bin c’est qu’i n’v ès counn’chant m’, Jules!

    Tampir, tè vins d’cratchi en l’air èt ça t’è r’tchû su l’mujî...

    Vès m’wârdez tout d’mîme co pou n’sèmîne?

    Djè m’tâte, Germaine, djè m’tâte...

    Coumme dit l’aute, pou ça, djè peux v’âdi...

    Allez, alors, vès p’lez d’morer touci.

    V’avins fât des bounnes carbounâdes, pou dîner. Dj’a fâs co pa des côps, mâs elles nè goutant m’ si bon qu’les votes.

    D’habitude, djè les fâs en goulasch. Mâs dj’atans à la saison des cabus, alors djè n’m’a-n â m’ privé!

    Mas vote tchou n’atout m’ trop cût, Jules, coummat c’què v’fayez?

    Oh, c’est binâji, allez. Djè compte 45 minutes pou l’cabus. Adon, quand i n’resse què 45 minutes pour les carbounâdes, djè mette el cabus...

    Et coummat...

    Vès coummacez à m’raser, aveu vos questions! Djè goûte la tchâ tous les quarts d’heure après la premîre dèmi-heure.

    V’ez in lîve aveu toutes vos r’cettes?

    In lîve dè papi, sûr què non, mâs dj’â tout ça das l’fond d’ma tîte...

    Bin, v’ez d’la tchance.

    Alors on dijout qu’dèmî, ça s’rout vote tou d’fâre à mîdgi, noume don, Germaine.

    Si ça v’va, coumme dj’ans eû eune pouille dè la Margot, djè fârâ in bon bouillon et des vol-au-vat.

    V’ez âque pou mette el mèlandge?

    Bin oyi, dj’â prins des vûdis d’pâte feuilletée.

    Vès fayez des crombîres, aveu ça?

    Ou don riz, c’est coumme vès v’lez.

    Va pou l’riz. Vès savez qu’v’ez fât des effoûrts coumme djamâs, èç’ sèmine-ci?

    Qué z’effoûrts, don?

    Les deux parapuies qu’atint das l’couloir y sant toudjous, èt tous les deux d’eune pièce!

    Oyi, bin, tâjez-v’. I gn’è co n’sèmîne...

18 octobre 2020...

    Quelle  semaine, Tampir, quelle semaine! Je n’en peux plus.

    Ben, pourtant, nous n’avons pas exagéré, il me semble!

    Je vous parle du coronavirus!

    C’est vrai que la covid 19 commence à nous les peler un peu plus qu’on ne le voudrait!

    Et pourquoi a-t-on dit LA covid et pas LE covid?

  Les savant ont sans doute décidé que les grandes calamités étaient féminines, hein, Germaine!

    Ben c’est qu’ils ne vous connaissent pas, Jules!

    Tampir, tu viens de cracher en l’air et ça t’est retombé sur le nez...

 Vous me gardez quand même pour une semaine?

    Je me tâte, Germaine, je me tâte...

   Comme dit l’autre, pour ça, je peux vous aider...

    Allez, alors, vous pouvez rester.

    Vous aviez fait des bonnes carbonades, pour dîner. J’en fais encore parfois, mais elles ne goûtent pas si bien que les vôtres.

    D’habitude, je les fais en goulasch. Mais nous sommes à la saison des cabus, alors je ne m’en suis pas privé!

    Mais votre chou n’était pas trop cuit, Jules, comment faites-vous?

    Oh, c’est simple, allez. Je compte 45 minutes pour le cabus. Donc, quand il ne reste que 45 minutes pour les carbonades, je mets le cabus...

    Et comment...

    Vous commencez à me raser, avec vos questions! Je goûte la viande tous les quarts d’heure après la première demi-heure.

    Vous avez un livre avec toutes vos recettes?

    In livre de papier, sûrement pas, mais j’ai tout ça dans le fond de ma tête...

    Ben, vous avez de la chance.

    Alors on disait que demain     , ce serait à votre tour de faire à manger, n’est-ce pas, Germaine.

    Si ça vous convient, comme nous avons eu une poule de la Margot, je ferai un bon bouillon et des vol-au-vent.

    Vous avez quelque chose pour mettre le mélange?

    Ben oui, j’ai pris des vidés en pâte feuilletée.

    Vous faites des patates, avec ça?

    Ou du riz, c’est comme vous voulez.

    Va pour le riz. Vous savez qu’vous avez fait des efforts exceptionnels, cette semaine?

    Quels efforts, donc?

    Les deux parapluies qui étaient dans le couloir y sont toujours, et tous les deux en un morceau!

 Oui, ben, taisez-vous. Il reste encore une semaine...

11 octôbe 2020...

    Dijez, Germaine, djè n’sais pus si c’est m’tou ou si c’est l’vote dè fâre la vaisselle...

    Vès v’foutez d’mi, là, Tampir! Djè l’â d’jà fât èchoi à mîdi èt co à la nût!

    Oh, à la nût, ça n’compte mi, i gn’è qu’deux coûtîs à r’nettîr...

    Peut-ête, mâs cè n’est pus m’tou à c’t’heûre!

    Djè v’fârâ r’marquer qu’c’est mi qui r’fâs l’lit tous les djous!

    Pou c’què v’y fayez..., i gn’è qu’ça pou v’hoder!

    Bin vès p’lez causer! V’atez à poune das la pounasse qu’on v’oûye sûr ronfler djusqu’au tchu d’la ruâye!

    Bin djè sûs hodâye, mi! Djè n’arrête mi d’handler èt co dè r’nettîr vos pouchell’ries!

    Bin a v’là co d’eune aveu les autes! Qui est-ce qu’è ravûchi l’lacî su la taûle, èchoi, qu’ça è dégouliné tout autou? Qui est-ce qui s’è assoqué das l’fauteuil aveu sa jatte dè cafè das la mîe, jatte qu’è tchû su l’pavé èt qu’è volé a cassons qu’i gn’avout don cafè djusquè pa d’zous la tèlè?

    Ça n’v’arrive djamâs, à vous? Si djè n’dèvous m’fâre tafât touci, djè n’s’rous m’ si dranée!

    Germaine, djè n’â m’ boudgi dè d’touci d’la djournâye èchoi èt hoûte dè ravûchi èt d’broyi, djè n’v’â rin vu fâre!

    Oooohh! V’a-n n’ez, don toupet! Dj’a netti l’pavé su toute la surface, dj’a frotté vos cârreaux qu’on n’oyout caus’mat pus rin au travî èt...

    Djusse pasque vès n’savins r’counneute les dgens qui passint, hé, cafîresse, què v’atez!

    Haye, c’est bon. Djè va fâre la vaisselle. Vès mèrit’rins qu’djè n’fârous qu’la mienne!

    V’a fârins n’pareille?

    Sûr, ça! D’abord, v’allez l’voir!

    Germaine, est-ce què v’n’avins m’ causé d’fâre eune siesse?

    Oyi, djè vèra r’sonrer in heure. Ça m’fârè don bin!

    Djè n’â m’ co r’fât l’lit. Djè m’vas-y. Mâs vès plez ête sûre què djè n’rèfârâ què m’coté!

    Djè fârous mieux d’a r’aller tchûz mi.

    V’ez oï les dârintes nouvalles : i v’faut in masque pou traverser l’villadge.

    Vès n-n’ez pont en rèserve?

    Siè, à deux euros cinquante la pièce.

    Djè vès l’päy’râ d’mî, vès savez bin què dj’n’â m’ prins ma boûche pou v’nu touci.

    Pont d’sous, pont d’masque! V’arez in procès à 250 euros.

    V’atez in mauvais bouc, quand vès v’y mettez.

    Allans toudjous r’fâre el lit, on voirè bin après.

    C’est ça... Pûrri, qu’ v’atez, pus pûrri qu’vous c’est trop pûrri!

    Bah, c’est djusse pou v’fâre fâre in paû d’èconomie...

    Vè m’là das des bîs draps!

    Mi co, Germaine, mâs djè sate què ça va v’nu...!

11 octobre 2020...

    Dites, Germaine, je ne sais plus si c’est mon tour ou si c’est le vôtre de faire la vaisselle...

    Vous vous foutez de moi, là, Tampir! Je l’ai déjà faite hier à midi et aussi le soir!

    Oh, le soir, ça ne compte pas, il n’y a que deux couteaux à relaver...

Peut-être, mais ce n’est plus mon tour, maintenant!

    Je vous ferai remarquer que c’est moi qui refais le lit tous les jours!

    Pour ce que vous y faites..., il n’y a que ça qui vous fatigue!

    Ben vous pouvez parler! Vous êtes à peine dans le plumard qu’on vous entend  ronfler sûrement jusqu’au bout de la rue!

    Ben je suis fatiguée, moi! Je n’arrête pas de ranger et de renettoyer vos cochonneries!

    Ben en voilà encore une avec les autres! Qui a renversé le lait sur la table, hier, qu’il en a dégouliné tout autour? Qui s’est endormi dans le fauteuil avec sa tasse de café à la main, tasse qui est tombée par terre et qui a  volé a éclats, même qu’il y avait du café jusque sous la télé?

    Ça ne vous arrive jamais, à vous? Si je ne devais pas faire tout ici, je ne serais pas si épuisée!

    Germaine, je n’ai pas bougé d’ici de la journée hier et à part renverser et casser, je ne vous ai rien vu faire!

    Oooohh! Vous en avez, du culot! J’ai nettoyé par terre sur toute la surface, j’ai fait vos carreaux qu’on ne voyait quasi plus rien au travers et...

    Tout juste parce que vous ne saviez pas reconnaître les gens qui passaient, hé, curieuse, que vous êtes!

    Allez, c’est bon. Je vais faire la vaisselle. Vous mériteriez que je ne fasse que la mienne!

    Vous feriez ça??

    Et comment! D’abord, vous allez le voir!

    Germaine, est-ce quz vous n’aviez pas parlé de faire une sieste?

    Oui, j’irai redormir une heure. Ça me fera du bien!

    Je n’ai pas encore refait le lit. J’y vais. Mais vous pouvez être sûre que je ne referai que mon côté!

    Je ferais mieux de rentrer chez moi.

    Vous avez entendu les dernières nouvelles : il vous faut un masque pour traverser le village...

    Vous n’en avez pas en réserve?

    Si, à deux euros cinquante la pièce.

    Je vous le paierai demain, vous savez bien que je n’ai pas pris mes sous pour venir ici.

    Pas de sous, pad de masque! Vous aurez un procès à 250 euros.

    Vous êtes un mauvais bouc, quand vous vous y mettez

    Allons toujours refaire le lit, on verra bien après.

    C’est ça... Pourri, que vous êtes, plus pourri que vous c’est trop pourri!

    Bah, c’est juste pour vous faire faire un peu d’économie...

    Me voilà dans des beaux draps!

    Pas encore, Germaine, mais je sens que ça va venir... !

4 octôbe 2020...

    Bondjou, mère grougn’resse!

    Ah, salut, Tampir!

    Ça n’è wâ l’air d’aller!

    Djè sûs adgealâye, Tampir...

    Vote chaudière è co r’tchû en panne?

    Pîre què ça, allez. Djè n’a m’ rèwâti à la cûve, èt djè n’â pus d’mazout!

    Ahaïe! On è deux solutions, Germaine : ou bin djè v’moûne in bidon d’mazout, mâs on n’sait combin d’taps qu’ça deur’rait, ou bin vès d’morez touci.

    Vès m’vèlez bin, Jules?

    Vès savins bin qu’oyi, Germaine, sinon vès n’arins m’ vènu, v’arins tèlèphoné...

    Jules djè n’y â m’ soûlmat sondgi!

    Vès voyez... C’est ainlà, quand on è envie d’âque, on n’sondge mi au resse!

    Et pour mi, à c’t’heûre, c’est coumme si i dgealout d’jà.

    Allèz, nez-a d’lez l’fû. Djè vas v’fâre in grog bin tchaud.

    Mi trop d’rhum, hein, Jules... Don miel, don lacî bin tchaud, èt n’pichette dè rhum.

    Djè vas v’mette in paû d’thym das n’pètite saclette à infusion!

    Hmmmm! Djè m’dèmande si gn’è co des dgens qui conn’chant les effets don thym!

    Mi, Germaine, djè counneus co mieux les çounes don rhum!

    Djè n’a doute mi! Tâchez d’y n’aller mollo aveu l’rhum!

    Germaine, in grog, c’est in grog, sinon, ça n’vaut m’ la poûne.

    Vès savez bin ç’qu’i dijant les docteurs, hein! Les grogs aveu pont d’alcool fayant co pus’ d’effet!

    Wâye oyi, don! I dijant c’qu’i v’lant! I v’dijant dè n’mi feumer au moumat qu’i fruchant zou mègot das l’cendri! Don chou roussi aveu don djône bèdeau, ça v’vèrè pou souper?

    Djè n’cours mi après l’bèdeau, mâs ça fât longtaps què dj’n’a-n â m’ mîdgi.

    Djè mettrâ toudjous n’cot’lette dè pouchî aveu, si l’bèdeau n’passe mi, vè r’saut’rez sur la cot’lette!

    R’sauter sur la cot’lette, v’là n’belle espression!

    Oyi, in paû coumme in prèlûde...

    Wâtez toudjous dè v’bin t’nu, là!

    Oyi, don, ma p’tite canaille don dîmatche!

    Nez-a m’ratchauffi, au lieu d’dèbiter des carabistouilles!

    Là... Ainlà, ça vèrè, Germaine?

    À la vote, Jules. Djè savous bin què dj’poûrous compter su vote hospitalité!

    Djè n-n’ôs’rous fâre autrèmat, on n’v’arout lâyi ratrer das aucun aute cassine!

    Mille pètardises, laûtchez m’, laûtchez m’, què djè v’dis

    Où c’què v’allez?

    Quîre in parapuie das l’couloir!

4 octobre 2020...

    Bonjour, mère grougn’resse!

    Ah, salut, Tampir!

    Ça n’a pas l’air d’aller fort!

    Je suis gelée, Tampir...

    Votre chaudière est à nouveau tombée en panne?

    Pire que ça, allez. Je n’ai pas regardé à la citerne et je n’ai plus de mazout!

    Ohô! On a deux solutions, Germaine : ou bien je vous conduis un bidon de mazout, mais on ne sait pas ce que ça durera, ou bien vous restez ici.

    Vous me voulez bien, Jules?

    Vous saviez bien que oui, Germaine, sinon vous ne seriez pas venue, vous auriez téléphoné...

    Jules je n’y ai même pas pensé!

    Vous voyez... C’est comme cela, quand on a envie de quelque chose, on ne pense pas au reste!

    Et pour moi, maintenant, c’est comme s’il gelait déjà.

    Allez, venez près du feu. Je vais vous faire un grog bien chaud.

    Pas trop de rhum, hein, Jules... Du miel, du lait bien chaud, et une lichette de rhum.

    Je vais vous mettre un peu de thym dans un petit sachet à infusion!

    Hmmmm! Je me demande s’il y a encore des gens qui connaissent les effets du thym!

    Moi, Germaine, je connais bien mieux ceux du rhum!

    Je n’en doute pas! Tâchez d’y aller mollo, avec le rhum!

    Germaine, un grog, c’est un grog, sinon, ça ne vaut pas la peine.

    Vous savez bien ce que disent les médecins, hein! Les grogs sans alcool font plus d’effet!

    Ben oui, allez! Ils disent ce qu’ils veulent! Ils vous disent de ne pas fumer tout en écrasant leur mégot dans le cendrier! Du chou roussi avec de l’agneau, ça vous convient, pour souper?

    Je ne suis guère friande de mouton, mais ça fait longtemps que je n’en ai pas mangé.

    Je mettrai toujours une côtelette da porc avec, si l’agneau ne passe pas, vous resauterez sur la côtelette!

    Resauter sur la côtelette, voilà une belle expression!

    Oui, un peu comme un prélude...

    Tâchez toujours de bien vous tenir, là!

    Oui, donc, ma petite canaille du dimanche!

    Venez  me réchauffer, au lieu de dire des bêtises!

    Voilà... Comme cela, ça ira, Germaine?

    À la vôtre, Jules. Je savais bien que je pourrais compter sur votre hospitalité!

    Je n’oserais faire autrement, on ne vous aurait laissé entrer dans aucun autre maison!

    Mille pétards, lâchez moi, lâchez moi, vous dis-je!

    Où allez-vous?

    Chercher un parapluie dans le couloir!

20 sètembe 2020...

    Bondjou, la mère Grougn’resse!

    Bondjou, père Tampir. V’allez bin?

    Ma foi, ça peut co n’aller.

    V’avins ach’té n’provision d’masques, hein, i m’sène...

    Oyi, dj’a-n n’â co n’cargaison...

    Vès m’a r’vadrins bin deux troîs...

    Pou quoi fâre, don, vès n’soûrtez m’ soulma in côp su la s’mîne

    Bin... Djè va p’t-ête....

    Ça n’mè rwâte mi, Germaine! Djè dijous ça djusse pou v’fâre bisquer. Nez-a, djè v’a bârâs n’douzîne.

    Oh, aveu la mîtant dj’a-n arâ assez!

    Oh, si i faut, djè v’les côp’râ a deux...

    Arûlé, va, qu’v’atez!

    Tènez, mâs après quatre heûres, i faut les foute voûye!

    Ça n’fât rin, djè s’râ ratrée pour troîs heûres èt d’mie!

    V’atez co pîre què mi!

    Djè va aveu n’cousine fâre don shopping (coumme on dit à c’t’heûre) à Luxembourg. V’ez dujette d’âque?

    Oh, si v’savez m’ramoûner n’grande boutèle dè Ricard, çè n’est m’ dè r’fus.

    Oh, on dout bin trouver ça dans les grands magasins, va. Djè n’vès propose mi d’vènu aveu, elle è n’pètite auto dè sport qu’on n’sais s’mette qu’à deux d’das. Et d’toute manière, djè n’vès vois m’ trîner das les loques aveu deux feummes...

    Dj’a counneus qui s’avant suicidé pou moins’ què ça!

    Djè voûrous bin m’rènipper pou Nawé...

    Bin v’ez co l’taps!

    Peut-ête, mâs quand ça s’rait l’moumat, i gn’arait in monde fou das les boutiques, tandis qu’à c’t’heûre, cè n’est m’ lon d’ête el désert...

    V’ez râjon, mâs si i n’douvrant qu’eune cabine su deux, faut tchûre au bon moumat!

    Bah, dj’arans bin l’taps. Vès counn’chez bin les feummes, el tra qu’on rawâ, on trouve toudjous âque à raconter...

    Mi, el tra d’ça, djè rwât’râ la nûve tèlè, TDBR.

    Qu’est-ce què c’est d’ça?

    Bin, vès l’savez bin : Tèlè Djà Bin Rwâti!

    Vès v’mettez à ècri?

    Mi co, mâs djè dis qu’toutes les vîes dgens coumme nous doûraint ècri zou histoire, zoû vîe. On est en train d’pîrde el patois èt note passé pasqu’on les lâye ès rèteinde das l’fond d’nos mémoires.

    Bin mi, dj’â d’la polyastrid das les mîes, adon dj’a don mau d’ècri...

    Bin pernez in p’tit enrèdgistreûr, vès troûv’rez bin in mounâme pou r’mette vos dijâyes su l’papi!

    Vès fârins ça pour mi, pa des côps?

    Si v’considèrez què dj’sûs in mounâme, djè veux bin.

    Djè n’vèlous m’maû dère, Jules, c’est vous qu’avez mins l’mot su la taûle èt...

    Gn’è rin aveu ça, don, Germaine. Amûsez-v’ bin à Luxembourg!

    A d’mî à la nût, Jules.

    Vès venrez souper aveu mi?

    Oyi, la cousine n’arait m’ el taps, mâs mi, djè veux bin v’nu...

    On fât ainlà, Germaine!... Ça va co ête gâre!

20 septembre 2020...

    Bonjour, la mère Grougn’resse!

    Bonjour, père Tampir. Vous allez bien?

    Ma foi, ça peut encore aller.

    Vous aviez acheté une provision de masques, hein, il me semble...

    Oui, j’en ai toujours un tas...

    Vous m’en revendriez bien deux-trois...

    Pour quoi faire, donc, vous ne sortez même pas même une fois par semaine!

    Ben... Je vais peut-être....

    Ça ne me regarde pas, Germaine! Je disais ça juste pour vous taquiner. Venez, je vous en donnerai une douzaine.

    Oh, avec la moitié j’en aurai assez!

    Oh, s’il le faut, je vous les couperai en deux...

    Sot, que vous êtes!

    Tenez, mais après quatre heures, il faut les jeter!

    Ça ne fait rien, je serai rentrée pour trois heures et demie!

    Vous êtes encore pire que moi!

    Je vais avec une cousine faire du shopping (comme on dit à maintenant) à Luxembourg. Vous avez besoin de quelque chose?

    Oh, si vous pouvez me rapporter une grande bouteille de Ricard, ce n’est pas de refus.

  Oh, on doit bien trouver ça dans les grands magasins, allez. Je ne vous propose pas de venir avec, elle a une petite auto de sport où on ne sait se mette qu’à deux. Et de toute manière, je ne vous vois pas traîner dans les loques avec deux femmes...

    J’en connais qui se sont suicidés pour moins que ça!

    Je voudrais bien me rhabiller pour Noël...

    Ben vous avez encore le temps!

    Peut-être, mais quand ce sera le moment, il y aura un monde fou dans les boutiques, tandis que maintenant, ce n’est pas loin d’être le désert...

    Vous avez raison, mais s’ils n’ouvrent qu’une cabine su deux, il faut tomber au bon moment!

    Bah, nous aurons bien le temps. Vous connaissez les femmes, le temps qu’on attend, on trouve toujours quelque chose à raconter...

    Moi, pendant ce temps-là, je regarderai la nouvelle télé, TDBR.

    Qu’est-ce que c’est que ça?

    Ben, vous le savez bien : Tèlè Djà Bin Rwâti!

    Vous commencez à écrire?

    Pas encore, mais je dis que tous les vieux  comme nous devraient écrire leur histoire, leur vie. On est en train de perde le patois et notre passé parce qu’on les laisse s’éteindre dans le fond de nos mémoires.

    Ben moi, j’ai de la polyarthrite  dans les mains, donc j’ai du mal d’ècri...

    Ben prenez un petit enregistreur, vous trouverez bien un couillon pour remette vos propos sur papier!

    Vous feriez ça pour mi, des fois?

    Si vous considérez que je suis une andouille, je veux bien...

    Je ne voulais pas mal parler, Jules, c’est vous qui avez mis le mot sur la table et...

    C’est sans importance, allez, Germaine. Amûsez-vous bien à Luxembourg!

    À demain soir, Jules.

    Vous viendrez souper avec moi?

    Oui, la cousine n’aura pas le temps, mas moi, je veux bien venir...

    On fait comme cela, Germaine!... Ça va encore être gare!

13 sètembe 2020...

    Alors, Tampir, v’ez rwâti la tèlè?

    Bondjou, mère Grougn’resse. Djè l’â rwâti, mâs djè n’â m’ apprins foût âque.

    Ça n’m’ètounne mi, vès n’savez d’jà ècri en français, cè n’est m’ pou ècri en patois!

    Tâjez-v’, mauvaise langue, què v’atez. Djè v’a r’monterrous d’bin dès manières!

    Djè crois bin qu’ça va martchi. Su trois djous, on è r’wâti la vidèo pus d’deux cent-cinquante côps...

    Haye, on voirait bin si la chûte s’rait don mîme tonnî!

    Mâs on poûrrout co bin avoir in nouvî gouvernemat pou l’preumi octôbe!

    A cause dè l’èmission d’la tèlè gaumaise?

    Haye là, i n’faut m’ tout d’mîme poûssi!

    On n’y est m’ co, mi, djè vès l’dis. I s’pernant pour l’pape, à coté d’ça!

    Coummat, ça?

    I n’arrêtant m’ dè fâre des bulles, pètites, pûs dès grosses mâs qu’i faut rètrèci après côp! Quand toutes ces bulles-là lous-y pètrant à la margoulette, on voirait bin c’qu’i-s allant fâre!

    Vès n’allez m’ voir el fotballe? Toulà, cè n’est pus des bulles, mâs des montgolfières, èt co mîme des zepp’lins!

    Pou n’aller voir qui? Vîrton? I-s avint n’bounne èquipe, i-s arint pu t’nu la rampe, mâs aveu les margailles das les dirigeants èt les sportifs, gn’è pus rin! Vès p’lez ête sûre què c’est co des histoires dè gros sous!

    Bah... gn’è des autes èquipes, tout d’mîme!

    Bin sûr, Germaine, mâs tant qu’Vîrton atout tout près don haut d’la chûle, les effets r’zombint su les pus p’tites èquipes. Le jeunes a v’lint, fayint pus d’effoûrts.

    Qué malheur... Gn’è pus rin qui tint, à Vîrton.

    Haye, là, Germaine! Gn’è tout plî d’tchôses quand mîme, là. Wâtez l’festival don cinèma, i fayant tout c’qu’i pl’ant pou l’tènu bin haut! Et pûs, la Gaume est raplie d’activités, i n’faut m’ macheurer l’imâdge pou l’plâji. Vès voirez, bintot, les dgens r’coummaç’rant à r’soûrti, èt on va dècouvri toutes les activités qu’on  è mins su pid!

    Cè n’est m’ co toudjous d’mî au matin qu’les «Pèles don Glaude» ès’ mettrant en route!  El Frego è bî s’fâre malin à la tèlè, les dgens poireautant co!

    Les annâyes èv’ fayant pîrde pâtience... Quand les dgens venrant en mârs, i-s arant djà r’travailli in pau zoû gaumais!

    V’ez toudjous la pièce pou mette su l’trô! Nez-a mîdgi in tchu d’biscotin.

    V’ez fât les galettes?

    Ça m’è prins coumme la chite au vî.

    Eh bin, allans-y. Dj’arans bin n’goutte après l’cafè?

    Vès n’sondgez qu’à ça, vous, la goutte!

    Bin... pa des côps, i gn’è l’après poûsse...

    Après l’poûsse, djè v’poûss’râ à l’huche!

13 septembre 2020...

    Alors, Tampir, vous avez regardé la télé?

    Bonjour, mère Grougn’resse. Je l’ai regardée, mais je n’ai pas appris grand-chose.

    Ça ne m’étonne pas, vous ne savez déjà pas écrire en français, ce n’est pas pour écrire en patois!

    Taisez-vous, mauvaise langue. Je pourrais vous en remontrer de bien des manières!

    Je crois bien que ça va marcher. Sur trois jours, la vidéo a été vue plus de deux cent-cinquante fois...

    Allez, on verra bien si la suite sera du même tonneau!

    Mais on pourrait encore bien avoir un nouveau gouvernement pour le premier octobre!

    A cause de l’émission de la télé gaumaise?

    Allons, il ne faut tout de même pas pousser!

    On n’y est pas encore, moi, je vous le dis. Ils se prennent pour le pape, en plus!

    Comment, ça?

    Ils n’arrêtent pas de faire des bulles, petites, puis des grosses mais qu’il faut rétrécir après coup! Quand toutes ces bulles-là leur péteront à la figure, on verra bien ce qu’ils vont faire!

    Vous n’allez pas au football? Là, ce n’est pus des bulles, mais des montgolfières, et  même des zeppelins!

    Pour aller voir qui? Vîrton? Ils avaient une bonne équipe, ils auraient pu tenir la rampe, mais avec les querelles entre les dirigeants puis les sportifs, il ne reste rien! Vous pouvez être sûre que c’est encore des histoires de gros sous!

    Bah... Il y a tout de même des autres équipes!

    Bien sûr, Germaine, mais tant que Virton était tout près du haut de l’échelle, les effets retombaient sur les plus petites équipes. Le jeunes en voulaient, faisaient plus d’efforts.

    Quel malheur... Il n’y a plus rien qui tient, à Virton.

  Allons, Germaine! Il y a beaucoup de choses quand même, non? Regardez le festival du cinéma, ils font tout ce qu’il peuvent pour le porter bien haut! Et puis, la Gaume est pleine d’activités, il ne faut pas noircir l’image pour le plaisir. Vous verrez, bientôt, les gens recommenceront à sortir, et on va découvrir toutes les activités qui ont été mises sur pied!

    Ce n’est toujours pas demain matin que les «Pèles don Glaude» débuteront!  Le Frego a beau se faire malin à la télé, les gens poireautent toujours!

    Les années vous font perdre patience... Quand les gens viendront en mars, ils auront déjà retravaillé un peu leur gaumais!

    Vous avez toujours la pièce pour mettre au trou! Venez manger un morceau de biscotin.

    Vous avez fait les tares?

    Ça m’a pris comme la diarrhée au veau.

    Eh bien, allons-y. On aura bien une goutte après le café?

    Vous ne pensez qu’à ça, vous, la goutte!

    Ben... parfois, il y a l’après pousse...

    Après l’pousse, je vous pousserai dehors!

6 sètembe 2020...

    A quoi c’què v’sondgez, Tampir?

    Djè m’dijous qu’i-s allaint trouver âque pou remplaci l’«Pèle don Glaude» qu’i-s avant dû supprimer à cause des masques.

    Aha. Djè m’dijous, à voir vote trougne, què l’Ricard n’atout m’ à vote goût...

    Vès m’counn’chez trop bin pou n’mi l’fâre à m’goût! Et vès savez qu’ça m’plât bin d’voir el Ricard flotter au-d’zeûr dè l’âwe avant dè l’mèlandgi aveu ma quilli.

    C’est toudjous m’plâji, dè voir la tîte dè çounes qui n’savant coummat c’qu’on fât ça, èt trouvant ça estraordinaire...

    Mi, djè troûve què c’est bî à voir...

    Vès nè l’savez m’ co p’t-ête, mâs i gn’arait bintot, su internet èt co su Facebook, des p’tites vidèos pou apprenre à ècri l’patois.

    Qu’est-ce què vès m’racontez toulà?

    Oyi, c’est la tèlèvision gaumaise qui va lanci ça.

    Djè n’â djamâs oï causer d’tèlèvision gaumaise, mi!

    Ah bin mi, dj’â atu voir. C’est l’Frego qui prèsente l’èmission.

    Si c’est n’pètite tèlè locale, p’t-ête qu’on, n’y fârait pont d’publicité...

    Pont d’illusions là-d’sus, Tampir. El Prodoc Folio è d’jà mins la mî su l’producteur, èt on raconte qu’i s’rait l’preumi (èt p’t-ête el seûl) à fâre la publicité pour ses produits pou apprenre el gaumais!

    Bin à v’là co d’eune! Et quand ç’qu’i-s allant passer la preumîre èmission?

    On n’a sait co rin. I wârdant bin l’sècret. Mâs das les coulisses, on cause dè mârdi ou d’mercrèdi.

    Bin djè va sûr rèwâti ça!

    Bin mi, djè n’sarous. Djè sûs co en panne aveu ma tèlè. Si v’ez in paû d’taps...

    Djè verâ bin v’lati rwâti à ça, Germaine, mâs djûdi ou venr’di. Ainlà, vès n’arez qu’à v’nu rwâti l’èmission aveu mi à la nût.

    Bin là. Si l’djâbe est pus malin qu’vous, c’est pasqu’il est pus vî!

    Oooohhh! Qu’est-ce què v’allez sondgi toulà, coumme si dj’pèlous avoir in idée drî la hanette!

    C’est bon, tâjez-v’! Dj’amoûn’râ n’bounne boutèle pou...

    Ha! Si l’djâbe et pus...

    Mîdgez vote soupe, elle rafradit!

    Tant qu’i gn’è qu’lîe...

 

NDLR : l’info d’la Germaine n’est m’ ène carabistouille. En’ ratez m’ l’èmission zérô d’la tèlè gaumaise..

6 septembre 2020...

    Vous pensez à quoi, Tampir?

    Je me disais qu’ils allaient trouver quelque chose pour remplacer l’«Pèle don Glaude» qu’ils ont de annuler à cause des masques.

    Aha. Je me disais, à voir vote trogne, que le Ricard n’était pas à votre goût...

    Vous me connaissez trop bien pour ne pas le faire à mon goût! Et vous savez que ça m’amuse de voir le Ricard flotter sur l’eau avant  que je ne le mélange avec ma cuillère.

    C’est toujours mon plaisir, de voir la tête de ceux qui ne savent comment on fait ça, et trouvent ça extraordinaire...

    Moi, je trouve que c’est beau à voir...

    Vous ne le savez peut-être pas encore, mais il y aura bientôt, sur internet et aussi sur Facebook, des petites vidéos pour apprendre à écrire le patois.

    Qu’est-ce què vous me chantez là?

  Oui, c’est la télévision gaumaise qui va lancer ça.

    Je n’ai jamais entendu parler de télévision gaumaise, moi!

    Ah ben moi, j’ai été voir. C’est le Frego qui présente l’émission.

    Si c’est une petite télé locale, peut-être qu’on, n’y fera pas de publicité...

    Pas d’illusions sur ce plan-là, Tampir. Le Prodoc Folio a déjà mis la main sur le producteur, et on raconte qu’il sera le premier (et peut-être le seul) à faire la publicité pour ses produits pour apprendre le gaumais!

  Bin en voilà une bonne! Et quand vont-ils passer la première émission?

  On n’en sait encore rien. Ils gardent bien le secret. Mais dans les coulisses, on parle de mardi ou de mercredi.

    Ben je vais certainement regarder ça!

    Ben moi, je ne saurais pas. Je  suis encore en panne avec ma télé. Si vous avez un peu de temps...

    J’irai bien volontiers regarder à ça, Germaine, Mais jeudi ou vendredi. Comme cela, vous n’aurez qu’à venir regarder l’émission avec moi au soir.

    Évidemment! Si le diable est plus malin qu’vous, c’est parce qu’il est plus vieux!

    Oooohhh! Qu’est-ce que vous imaginez là, comme si je pouvais avoir une idée derrière la tête!

    C’est bon, taisez-vous! J’apporterai une bonne bouteille pour...

    Ha! Si le diable est plus...

    Mangez votre soupe, elle refroidit!

    Tant qu’il n’y a qu’elle...

 
NDLR : l’info de la Germaine n’est pas une blague. Ne ratez pas l’émission zéro de la télé gaumaise...

30 aousse 2020...

    Qu’est-ce què v’fayez après l’dîner, Tampir?

    La siesse, mère Grougn’resse, la siesse!

    Djusqu’à quélle heûre?

    Djè doûs tant qu’djè n’mè ravîs m’...

    Ça, La Palisse a-n arout bin dit autant!

    Què c’què v’voûrains què dj’fayiche pou v’fâre plâji?

    Dj’avous coummandé des hatut’ries pou ma cujine èt figurez-v’ qu’i m’avant mins in djû d’cârtes das l’paquet!

    Et vès vourains què dj’alliche les r’compter voir s’i gn’a è bin 52!

    Bin, vès m’pernez pou n’andouille! Djè l’sais bin, qu’aveu les djokèrs, i gn’a-n è 54!

    Bah, djè peux bin v’asticoter n’miette, n