Banniere


La Gaume et le gaumais,
la Gaume et les Gaumais...
I faut sauver l'gaumais
sas l'dènateurer, sas l'dèguiji pou à fâre
in ersatz dè wallon. Lâyez l'Feller
à s'Lîdgeux èt à s'wallon!

I gn’è deux-trois holis qui v’lant m’voler m’patois
I voûrint dècider pou tous les patoisants
Qu’i gn’arout qu’eune manière d’ècri mes mots ma foi,
I mèprîjant tourtous dè la Gaum’ les bounnes dgens.

Aveu zou linguisitc’ i bombant foût l’poitrail
Pou bin montrer touci qu’i-s ant râjon toulà.
I fayant dè m’payis «la Gôme», èr’wâte me ça!
I nous hutchant Gômès, est-c’ què t’ès vû l’travail?

Bin non, Mossieu d’Roubaix qu’avez dèv’nu Lîdgeux,
V’n’arez djamâs râjon aveu m’langadge gaumais,
Prîtchez les halmaudâs, haranguez grandiveux,
Fayez-les rètudîr, fayez-a vos mulets!

Mâs djè peux bin v’djeurer què pou l’bon vî Gaumais
Djamâs, v’oyez, djamâs, ni anû ni co d’mî
Vès n’pass’rez à m’langadge la camisole d’arrêt,
Costume dè carnavau, ni d’vos cloun’ el tchapî.

V’ez atu bin suivi pa deux, trois faux linguisses,
V’ez mîme racaladgi das vos contradictions
Les dgens d’la haute culture, peut-ète mîme el minisse,
Qu’ant bin sûr mèlandgi la règue èt l’exception.

Comme i n’y counn’chant rin, i-s ant eû binâgi
D’nous fâre passer pou loûgnes, zous, les vrais bèotiens,
Mâs mi, voyez-v’, Mossieu, djè les a tourtous lis,
Les Yande èt les Marchal, les Bonneau, Dejardin.

I gn’a n’ è-m’ deux, c’est vrâ, qu’ant la mîme ècriture
Mâs in Gaumais d’la Gaume, dè Sî-Mâd ou d’Fratin,
Dè Bujnô, d’Saint’-Marie, d’Ètâle ou d’Montquintin
S’foute bin d’in «s» qui manque, et co bin d’eune rature.

Non-èst, Mossieur d’Roubaix, vès n’arez djamâs l’droit
D’dènaturer ma langue, ni d’èmolir es’ nom
Dj’ècrirans coumme djè v’lans, què ça v’plâjiche ou non,
Pasque dj’nous compernans tourtous, d’Vire ou d’Sèmois.

Allez plaquer vos lois bin au fond des musées,
Mettez ça aux archives pour les çounes qui n’savant,
Pou les dècorticâs d’phonétique, qué risée!,
Qui r’wâtant djus’ les mots mâs qui rin n’compernant.

Djè va vès l’dère pou d’bon, Lîdgeux principautaire,
El Gaumais est bin lib’, aveu, sas majuscule,
Et i wâr’drait toudjou, dè l’ouvri au notaire,
El doux plâji dè v’dèr’ què v’atez ridicule.

Jean-Luc Geoffroy, octobre 2016.


Justin Boinet : J’ai été scandalisé en découvrant ce qu’un journal bien connu dans la région avait fait de mes textes ! De toute évidence, ce n’était pas de moi.

Omer Dejardin
: Il
faut se rapprocher le plus possible du français. Pour être lu, il faut aller vers le lecteur.