Banniere


La Gaume et le gaumais,
la Gaume et les Gaumais...
El billet don dîmatche (à lîre su Facebook tous les dîmatches au matin)

9 décêmbe 2018...

    Bondjou, là, mère Grougn’resse!

    Bondjou, Tampir.

    Coummat c’què v’allez bin?

    Coumme vès l’voyez èt coumme vès l’dijez, ça va on s’sarout mieux!

    Vès n’vès plîdez m’ don taps? I gn’è longtaps qu’i n’è m’ pleu ainlà!

    I-l a follout, noum’don, Tampir. Ben on a-n n’è. Ça fârait don bin pou tafât.

    Dijez, dj’â vû passer l’gamin qui v’avout ramoûné vote poûrte-mènnoûye...

    Oï, il est v’nu m’dère bondjou è causer in pau.

    Bin oï, i m’è dit qu’à c’t’heure, vès li rèpondins tchaque côp.

    Et d’temps en temps i va m’qûire eune coummission ou l’aute.

    Djè v’l’avous dit, qu’ç’atout in dgentil. Djè n’rètins djamâs si i vint don Maroc ou d’la Turquie.

    Ça n’fât rin, Tampir, mi non pus. Mâs vès doûrins l’voir, tout heûreux quand djè lî baille eune pètite pièce ou n’doûceûr...

    Vès n’croyez m’ què c’est pou ça qu’i va fâre vos coummissions?

    I n’dèmande djamâs pou y n’aller, mâs quand djè lî d’mande, i-l y va toudjous. In côp, dj’â mîme roubli d’lî bailli âque. I n’è rin dit. Et quand il est r’passé l’lond’mî, djè l’â huchi èt i m’è dit qu’i n’follout m’ lî bailli âque à tchaque côp. I n’est m’ intèressé pou deux sous.

    Què c’qu è v’faillez anû après-mîdi, dè c’taps-là?

    La Gènie è tchût su s’trottoir, èt elle trîne in paû la patte, alors djè va n’aller lî t’nu compagnie in heûre ou deux.

    Vès lî r’mettrez bin l’bondjou.

    Djè n’y manqu’râ m’, Tampir. A in aute côp, là...

    Salut, mère Grougn’resse.

...

    La v’là voûye. Et c’atout bin lîe, dj’a sûs quasi sûr. Pourtant, ça n’lî r’sène mi dè n’mi rûter su tafât ni co d’ète atadaule aveu les dgens... Djè m’dèmande si elle n’atout m’ saûle. Tchès, wa! V’là qu’c’est mi qui d’vins mauvaise gueule à c’t’heûre!


9 décembre 2018...

    Bonjour, là, mère Grougn’resse!

    Bonjour, Tampir.

    Comment allez-vous bien?

    Comme vous le voyez et comme vous le dites, ça va on ne peut mieux!

    Vous ne vous plaignez pas du temps? Il y a longtemps qu’il n’a pas peu comme cela!

    Il en fallait, n’est-ce pas, Tampir. Ben on en a. Cela fera du bien pour tout.

    Dites, j’ai vu passer le gamin qui vous avait rapporté votre  porte-monnaie...

    Oui, il est venu me dire bonjour et parler un peu.

    Ben oui, il m’a dit que maintenant, vous lui répondez chaque fois.

    Et de temps en temps il va me faire une course ou l’autre.

    Je vous l’avais dit, que c’était un gentil. Je ne retiens jamais s’il vient du Maroc ou de Turquie.

    Ça ne fait rien, Tampir, moi non plus. Mais vous devriez le voir, tout heureux quand je lui donne une petite pièce ou une friandise...

    Vous ne croyez pas que c’est pour ça qu’il va faire vos courses?

    Il ne demande jamais pour y aller, mais quand je lui demande, il y va toujours. Une fois, j’ai même oublié de lui donner quelque chose. Il n’a rien dit. Et quand il est repassé le lendemain, je l’ai appelé et il m’a dit qu’il ne fallait pas lui donner quelque chose à chaque fois. Il n’est pas intéressé pour deux sous.

    Qu’est-ce que vous faites cet après-midi, de ce temps-là?

    La Génie est tombée sur son trottoir, et elle traîne un peu la jambe, alors je vais aller lui tenir compagnie une heure ou deux.

    Vous lui remettrez bien mon bonjour.

    Je n’y manquerai pas, Tampir. A un autre fois, là...

    Salut, mère Grougn’resse.

...

    La voilà partie. Et c’était bien elle, j’en suis quasi sûr. Pourtant, ça ne lui ressemble pas de ne pas râler sur tout ni d’être aimable avec les gens... Je me demande si elle n’était pas saoule. Ben alors! Voilà que c’est moi qui deviens mauvaise langue maintenant!

2 décêmbe 2018...

     -   Tampir, dj'â âque à v'dère !
   -   Sûr mi bondjou, Grougn'resse, v'arint coummaci par là !
     -   Tâjez'v, c'est mi qui cause !
    -   Ben v'a-n n'avez, dont toupet ! Djè caus'râ si dj'veux, tout d'mîme !
     -   Bon, c'est tout, djè m'a vas.
     -   Vaut mieux vous què l'bî taps !
    -   Mâs djè vès l'dèrâ quand mîme : vès n'atez qu'in niche pouchî. Dj'a vû n'noire feumâye monter d'vote trûche – èç què v'hutchez vote méche – au matin, à m'a-n allant. Djè n'sais à quoi c'què v'avins foutu l'fû,
     mâs pou n'pollution, ça n'atout eune sacrée !
   -   Què ç'què vès m'contez toulà, mère Grougn'resse ? Au matin, dj'â atu à la messe – enfin, djusse en face dè l'èglîje pou m'pètit cafè aveu in hostie au suc' – èt djè n'arous sû brûler âque das m'méche – qui n'èst m' pus trûche què l'vote !
    -   V'a-n n'ez menti, Tampir, dj'â bin vû qu'ça v'nout dè d'padrî vote cassine.
     -   V'a-n n'ez das les œils, Grougn'resse ! Vès n'ez m' rèwâti dè d'oùc'qu'i v'nout l'vat ! V'arins comprins què ça v'nous d'à coté, dè d'tchûz l'Gondrand d'la Lèa !
     -   Vès n'ez tout d'mîme rin fât pou apîtchi ça !
    -   Djè n'arous sû, pusquè dj' n'atous m' toulà!
     -   Si v'n'atins m' si sôlâye, v'arins atu tchûz vous putot qu'au bistrot èt v'arins vû l'affaire !
     -   Et vous, Grougn'resse, où c'què v'atins ?
     -   Dj'atous à la messe pou don vrâ, mi, à vènèrer l'Seigneur !
     -   El çoune qui voit tafât ? Ben, s'i-l è vû l'aute en train d'foute èl fû à des hatutries, pouquoi c'qu'i n'è rin fât  pour rèteinre el fû ? I lî arout foutu d'la plauve dèssus, c'atout fât !
    -   Mècrèant, qu'v'atez ! I n'è m' el taps d's'occuper d'toutes ces andouill'ries-là.
   -   Ben vè lî dèrez qu'jè n'sûs m' ès' remplaçant touci ! Et què d'j'rawâs vos escûses pou l'accusâtion  d'auvaise langue !
    -   Vès p'lez co rawarder, Tampir. Si c'n'atout m' vous c'côp-ci, c'est pou les autes côps !
     -   Oooohhhhh ! Djè n'â djamâs vû n'rosse ainlà !

2 décembre 2018...

     -   Tampir, j'ai quelque chose à vous dire!
     -   Sûrement pas « bonjour », vous auriez commencé par là.
     -   Taisez-vous, c'est moi qui parle !
     -   Ben vous en avez, du culot ! Je parlerai si je veux, quand même !
     -   Bon, c'est tout, je m'en vais.
     -   Vaut mieux vous que le beau temps.
     -   Mais je vous le dirai quand même : vous n'êtes qu'un sale cochon. J'ai vu une fumée noire monter de votre
     fouillis – que vous appelez jardin – au matin en partant. Je ne sais à quoi vous aviez mis le feu, mais pour
     une pollution, c'en était une !
   -   Que me chantez-vous là, Grougn' resse, ce matin, j'étais à la messe – enfin, juste en face de l'église pour  mon petit café avec une hostie sucrée – et je n'aurais pas pu brûler quoi que ce soit dans mon jardin – qui n'est pas plus fouillis que le vôtre !
   -   Vous mentez, j'ai bien vu que cela venait de derrière votre maison !
  - Vous en avez dans les yeux, Grougn'resse, vous n'avez pas regardé d'où venait le vent ! Vous auriez compris que cela venait d'à côté, de chez le Gontran de la Léa !
     -   Vous n'avez quand même rien fait pour empêcher cela !
     -   Je n'aurais pas su, puisque je n'étais pas là !
     -   Si vous n'étiez pas aussi ivrogne, vous auriez été chez vous plutôt qu'au bistrot !
     -   Et vous, Grougn'resse, où étiez-vous ?
     -   J'étais à la messe pour du vrai, moi, à vénérer le Seigneur !
     -   Celui qui voit tout ? Ben s'il a vu l'autre en train de mettre le feu à des crasses, pourquoi n'a-t-il rien fait pour éteindre le feu ? Il aurait jeté de la pluie dessus, l'affaire était réglée !
     -   Mécréant, que vous êtes, il n'a pas le temps de s'occuper de toutes ces petites ces bêtises !
     -   Ben vous lui direz que je ne suis pas son remplaçant ici ! Et que j'attends vos excuses pour vos accusations  de mauvaise langue !
     -   Vous pouvez toujours attendre, Tampir, si ce n'était pas vous cette fois-ci, c'est pour les autre fois !
     -   Oooooh ! Je n'ai jamais vu une aussi mauvaise femme !
25 nôvembe 2018...

—    V’ez co l’air bin aradgîte, Mère Grougn’resse!
—    Ah bin i gn’è d’quoi, allez, Tampir!
—  Qu’es-ce qui gn’è co, on v’è co volé v’poûrte-mènnoûye?
—    Èn vès foutez-m’ dè mi, là. C’est pîre què ça.
—    Oho! On v’è foutu l’fû à la mâjon?
—   V’ez d’jà essayi d’trouver don vrâ pâté gaumais en Gaume?
—    Ben pou z’a trouver d’ l’authentique, i gn’è qu’à rwâti l’dèzus, si v’y voyez n’hostie, c’est l’label qu’on sarout aller conte...
—    Vès n’n’ez d’jà achté, Tampir?
—    Mi non, pasque djè l’fâs toudjous mi-mîme.
—    Dèsous l’hostie, on trouve pa des côps d’la pâte «feuilletée», djè v’dèmande in paû!
—    Ben ça n’va m’, ça!
—    Non.net, ça n’va m’. Mâs i gn’è co pîre : la tchâ, vès savez bin c’què c’est?
—    Djè vins dè v’dère què djè l’fâs mi-mîme.
—    On trouve don hachis, des librettes d’on sait quoi, ou co des mèlandges dè pouchelleries qu’on sarout dère c’què c’est non pus.
—    Mère Grougn’resse, i gn’è co des boutiques où c’què v’pèlez avoir don pâté authentique, aveu in hostie ou pont.
—    Ben djè sûs dénortâye, les çounes què dj’croyous con’vnâbes n’a atant m’...
—    Ah bon?
—    Oï, i marquant das la vitrine «Pâté à la tchâ». Cè n’est m’ la mîme tchôse, tout d’mîme.
—    Mère Grougn’resse, cès pâtés-là sant pa des côps bin meilleurs èt pus gaumais què les autes qui s’dijant «authentiques» èt qui n’ress’nant à rin.
—    Mâs c’qui m’emmerte, c’est qu’ dj’â d’la visite das la s’mîne, èt què dj’comptous bin su deux pâtés gaumais pou mes invités! Djè n’â pont d’auto èt djè sûe d’ la r’vue.
—    Allo, Mère Grougn’resse, vès savez quoi? Djè va v’les fâre, mi, vos pâtés. Djè verrâ d’mî quîre la tchâ, les unions, les èchalotes èt les èpices èt, mercredi matin, djè mettrâs les pâtés en route.
—    Vès fârins ça?
—    Et l’mieux, ça s’rout què v’vèninches tchûz mi pou les fâre aveu mi.
—    Què dj’alliche...
—    Ben ça s’rout bin, pusque les pâtés sant pou vos invités, vès plez bin y mette la mî, i m’sène.
—    Bon. Djè veux bin, Tampir. Mâs dj’arâs m’parapuie, èt, l’tra què dj’mettrâ la mî à la pâte èt à la tchâ, vès wâtrez d’wâder les votes tchûz vous!
—    Ben èt d’où c’què d’les mettrous, don?
—    Sûr mi là où c’què dj’sondge, Tampir, sinon, djè v’broûye èm pèpin su la margoulette! À mercrèdi!
—    À mercrèdi, mère Grougn’resse. V’atez la doûceur mîme.
25 novembre 2018...

—    Vous semblez encore bien en colère, Mère Grougn’resse!
—    Ah ben il y a de quoi, allez, Tampir!
—    Qu’es-ce qu’ il y a encore, on vous a encore volé votre porte-monnaie?
—    Ne vous fichez pas de moi, là. C’est pire que ça.
—    Oho! On vous a mis le feu à la maison?
—    Vous avez déjà essayé de trouver du vrai pâté gaumais en Gaume?
—    Ben, pour en trouver de l’authentique, il suffit de regarder le dessus, si vous y voyez une hostie, c’est le label incontournable...
—    Vous en avez déjà acheté, Tampir?
—    Moi non, parce que je le fais toujours moi-même.
—    Sous l’hostie, on trouve parfois de la pâte feuilletée, je vous demande un peu!
—    Ben ça ne va pas, ça!
—    Non, ça ne va pas. Mais il y a pire encore : la viande, vous savez ce que c’est?
—    Je viens de vous dire que je le fais moi-même.
—    On trouve du hachis, des lichettes d’on sait quoi, ou encore des mélanges de cochonneries impossibles à identifier aussi!
—    Mère Grougn’resse, il y a encore des boutiques où vous pouvez avoir du pâté authentique, avec ou sans hostie.
—    Ben je suis déçue, les ceux que je croyais convenables n’en sont pas...
—    Ah bon?
—    Oui, ils marquent dans la vitrine «Pâté à la viande». Ce n’est pas la même chose, tout de même!
—    Mère Grougn’resse, ces pâtés-là sont parfois bien meilleurs et plus gaumais que les autres qui se disent «authentiques» et qui ne ressemblent à rien.
—    Mais ce qui m’ennuie, c’est que j’ai de la visite dans la semaine, et que je comptais bien sur deux pâtés gaumais pour mes invités! Je n’ai pas d’auto et je suis de la revue.
—    Allons, Mère Grougn’resse, vous savez quoi? Je vais vous les faire, moi, vos pâtés. J’irai demain chercher la viande, les oignons, les échalotes et les épices, et mercredi matin, je mettrai les pâtés en route.
—    Vous feriez ça?
—    Et le mieux, ce serait que vous veniez chez moi pour les faire avec moi.
—    Que j’aille...
—    Ben ce serait bien, puisque les pâtés sont pour vos invités, vous pouvez bien y mettre la main, ce me semble!
—    Bon. Je veux bien, Tampir. Mais j’aurai mon parapluie, et le temps que je mettrai la main à la pâte et à la viande, vous tâcherez de garder les vôtres chez vous!
—    Ben, et où les mettrais-je, donc?
—    Sûrement pas là où je pense, Tampir, sinon, je vous casse mon pépin sur la tronche! 
À mercredi!
—    
À mercredi, Mère Grougn’resse. Vous êtes la douceur incarnée.
18 nôvembe 2018

—    Alors, Tampir, vès n’atez m’ voûye bloquer les routes?

—    Ben non.net, Mère Grougn’resse, i fât bin trop froid pour mi. A m’ n’âdge, on va pus s’adgealer la nomenclâture das les manifestâtions.
—    Ben vès m’a fayez in drole! Vès n’arrêtez m’ dè v’dèmaloter qu’i sant toudjous en train d’pûji des liards das v’poûrte-mènnoûye èt quand on v’baille l’occasion d’lous-y djouer in tou, i gn’è pus pachoûne!  Pourtant, i m’sène què l’djaune pal’tot v’arout bin atu...
—    V’ez bî djû dè v’foute dè mi! Quand djè vois c’què tapez das vote poubelle, toudjous plîne à coûchî soul’vant, djè m’dèmande c’què v’pèlez ach’ter si encombrant!
—    Dè quoi! Vès fayez les poubelles, à c’t’heûre! Ça n’vès r’wâte-mi, c’què dj’mette das les miennes!
—    Non.net, mâs quand dj’oûye causer don zérô dèchet, djè m’dis qu’aveu des pareilles à vous, on n’est m’co soûrtis d’l’auberdge!
—    Hé, lâd mounâme què v’atez, djè fâs c’què dj’ veux aveu mes sous, bin sûr! Djè paye pou mes poubelles coumme tout tchaquin!
—    Bin sûr, Mère Grougn’resse, mâs payi pou fâre ramassi ses dètritus n’veut m’ dère qu’i faut rapli les poubelles djusqu’à la gueule! V’ez sondgi à la pollution què v’causez?
—    C’est m’n’affaire!
—    Ben oï, mâs i faurout p’t’ête sondgi in pau à note plânète. Pus qu’on la bourre dè salop’ries qui n’sè dègrâdant m’, pus qu’elle souffère, èt elle finirait pas crèver, èt nous-autes aveu!
—    Djè n’sarous fâre autremat. I nous foûrant tafât das des embâlladges en plastique ou co en frigolite. Djè n’ va m’ tout d’mîme les mîdgi!
—    I faurout tchîdgi nos habitudes, Mère Grougn’resse. Allo, vès savez bin qu’djè vois vlati. On dourout essayi d’viqui assène, on arout moins d’poubelles à nous deux qu’tchaquin dè s’coté...
—    Dè quoi c’què v’dijez! Djè v’a foutrâs, mi, vî pouchî, d’viqui assène. Sûr què dj’arous co n’pus grosses poubelle pasquè v’atez l’premî dèchet qu’ dj’y taprous!
—    V’atez co pus mauvaise què djè n’croyous, Mère Grougn’resse. Djè crois qu’si dj’essayins d’viqui nous deux, vès n’arins m’ dujette dè m’taper dans la poubelle, dj’y saut’rous mi-mîme dène belle raideur pou n’pus v’voir!
18 novembre 2018

—    Alors, Tampir, vous n’êtes pas parti bloquer les routes?
—    Ben non, Mère Grougn’resse, il fait bien trop froid. A mon âge, on ne va plus se les geler dans les manifestations.
—    Eh bien vous m’en faites un drôle! Vous vous plaignez sans cesse qu’ils sont toujours en train de puiser dans votre porte-monnaie et audn on vous donne l’occasion de leur jouer un tour, il n’y a plus personne! Pourtant, il me semble que le gilet jaune vous aurait bien été...
—    Vous avez beau jeu de vous moquer de moi! Quand je vois ce que vous jetez dans votre  poubelle, toujours pleine à soulever le couvercle, je me deman,de ce que vous pouvez acheter d’aussi encombrant!
—    Comment! Vous faites les poubelles, maintenant! Ce que je jette dans les miennes ne vous regarde pas!
—    Non, mais quand j’entends parler du zéro déchet, je me dis qu’avec des pareilles à vous, on n’est pas encore sortis del’auberge!
—    Hé, sale bonhomme, que vous êtes, je fais  ce’que je veux avec mes sous, bien sûr! Je paye pour mes poubelles comme tout le monde!
—    Bien sûr, Mère Grougn’resse, mais payer pour faire enlever ses détritus ne veut pas dire qu’il faut remplir les poubelles jusqu’à la gueule! Vous avez pensé à la pollution que vous causez?
—    C’est mon’affaire!
—    Ben oui, mais il faudrait peut-être penser un peu à notre planète. Plus on la bourre de saloperies qui ne se dégradent pas, plus elle souffre, et elle finira pas crever, et nous-autres avec elle!
—    Je ne saurais pas faire autrement. Il nous fourrent tout dans des emballages en plastique ou encore en polystyrène. Je ne vais tout de même pas les manger!
—    I faudrait changer nos habitudes, Mère Grougn’resse. Allons, vous savez bien que je vous aime bien. On devrait essayer de vivre ensemble, on aurait moins de poubelles à nous deux que chacun de son côté...
—    Qu’est-ce que vous dites! Je vous en donnerai,  moi, vieux cochon, de vivre ensemble. Sûr que j’aurais encore une plus grosse poubelle parce que vous êtes le premier déchet que j’y mettrais!
—    Vous êtes encore plus méchante que je ne croyais, Mère Grougn’resse. Je crois que si nous essayions de vivre nous deux, vous n’auriez pas besoin de me jeter dans la poubelle, j’y sauterais bien vite moi-même pour ne plus vous voir!

11 nôvembe 2018

C      Bondjou, la Mère Grougn=resse! Alors, qué tournâye dè monûments qu=v=allez fâre èç= dîmatche-ci?

C   Ben vès n=y atez m=, là, Tampir! Mi, djè d=more à la mâjon!

C    Oho, vès n=cèlèbrez m= l=armistice?

C   On n=vès cause què d=guîrre tout au long d=l=annâye, don premî d=l=an à la saint- Sylvesse, pou n=mi roublîr, qu=i dijant. Et l=tra d=ça, on v=vade des fusiks èt des canons pa d=t=avau. On s=foute bin d=note gueûle, don, Tampir!

C Vès n=sondgez m= don aux çounes qu=avant lâyi zoû vie su l=tchamp d=bataille pou qu=on souch lîbe anû?

C   Djè peux v=dère què dj=y sondge souvat, à ces malheureûx-là, qu=on èt fât des veuves èt des orphelins èt des parats qu=ant perdu des afants, pour l=pouvoir èt les avantadges d=ène pougnie d=grosses panses! Mâs djè voûrous bin savoir c=què les grosses panses d=anû rattadant d=ces commémorâtions-là! El tra qu=on v=fât dèfiler ou chûre des simagrées dans les èglises, i v=grûgeant co in pau d=pus drî vote dos!

C   Allèz, on n=va m= ès batte. Tchèquin fât coumme i veut!

C  Et vous, Tampir, où c=què v=allez dèfiler?

C   Ben mi, djè s=râ à Etaûle pou la foire aux discs.

C   Vès n=atez m= pus patriote què mi, quoi!

C     Ça n=è rin à voir, Mère Grougn=resse. Vès n=dèfilez m= non pus, vès n=atez m= don pou sout=nu vote pays?

C    Djè nè l=quitt=rous pou rin au monde! Et djè v=l=â dit pus d=in côp, dj=â co d=la poûne pou les hoummes èt les feummes qu=avant souffri bin d=trop padat les guîrres. Djè v=lous djusse èv= lanci n=pètite pique...

C   Ben, si vès n=fayez rin d=aute, vènez à Etaûle. Dj=y vade des discs dè toutes soûrtes, mîme en patois!

C  Djè n=â pus d=toûne-discs dèd=pûs longtaps! Et djè n=â djamâs eû machine pou choûter les dècédés, coumme i dijant.

C  Les CD, va! Et si oûte dè tout ça, vès n=ez pont d=lecteur pou les DVD, v=atez dèv=nu in fossile don dizneûvième sièque!

C   Fossile vous mîme, eh, lâd mounâme! Si djè n=mè r=tènous m= djè v=a foutrous eune su la margoulette!

C    Ooooh, là, la Mère, calmez-v=, là! Vès viquez coumme vès v=lez!

C  Ben co bon! Mâs dijez, Tampir, vès n=profît=rins-m= don billet don dîmatche don Frego pou fâre dè la rèclame, tout d=mîme?

C    Què c=què v=allez sondgi toulà, don, Mère Grougn=resse! Si djè v=lous fâre dè la rèclame, djè dérous âque coumme èç= ci :
« el 11 dè nôvembe, dèd=pûs 10 heûres èt djusqu=à 6 heûres à la nût, vènez au Cente culturel èt sportif d=Etaûle à la foire aux discs! D=aboûrd, on z=y atère pour rin, èt en pus=, dj=y s=râ aveu des 33 tous, des 45 tous, des CD èt des DVD d=toutes soûrtes, mîme en gaumais!+ Mâs djè n=fârous djamâs âque ainlà, noume don!

C   C=est ça, Tampir, i fârait noir où c=què vès v=perdrez!


11 novembre 2018

C    Bonjour, la Mère Grougn=resse! Alors, quelle tournée de monuments allez-vous faire ce  dimanche?

C    Ben vous n=y êtes pas, là, Tampir! Moi, je reste à la maison!

C    Oho, vous ne célébrez pas l=armistice?

C    On ne vous parle que de guerre tout au long d=l=année, du jour dzl=an à la saint-Sylvestre, pour ne pas oublier, qu=ils disent. Et pendant ce temps-là, on vous vend des fusils et des canons partout. On se fout bien de notre gueule, don, Tampir!

C    Alors, vous ne sondez pas à ceux qui ont laissé leur vie sur le champ de bataille pou qu=on soit libres aujourd=hui?

C    Je peux vous dire que dj=y pense souvent, à ces malheureux-là, qu=on a fait des veuves et des orphelins et des parents qui ont perdu des enfants, pour le pouvoir et les avantages d=une poignée de nantis! Mais je voudrais bien savoir ce que les potentats d=aujourd=hui attendent de ces commémorations! le temps qu=on vous fait défiler ou suivre des simagrées dans les églises, il vous grugent encore un peu plus derrière votre dos!

C   Allez, on ne va pas se battre. Chacun fait comme il veut!

C   Et vous, Tampir, où allez-vous défiler?

C    Ben moi, je serai à Etalle pour la foire aux disques.

C    Vous n=êtes pas plus patriote quz moi, quoi!

C    Ça n=a rien à voir, Mère Grougn=resse. Vous ne défilez pas non plus, vous n=êtes donc pas pour soutenir votre pays?

C    Je ne le quitterais pour rien au monde! Et je vous l=ai dit plus d=une fois, j=ai encore de la peine pour les hommes et les femmes qui ont bien trop souffert pendant les guerres. Je voulais juste vous lancer une petite pique...

C    Ben, si vous n=avez rien d=autre à faire, venez à Etalle. J=y vends des disques de toutes sortes, même en patois!

C   Je n=ai plus de tourne-disques depuis longtemps! Et je n=ai jamais eu de machine pour écouter les décédés, comme ils disent.

C    Les CD, allez! Et si en plus de tout ça, vous n=avez pas de lecteur pour les DVD, vous êtes devenue un fossile du dix-neuvième siècle!

C  Fossile vous-même, eh, affreux bonhomme! Si je ne me  retenais pas je vous en taperais une  sur la figure!

C   Ooooh, là, la Mère, calmez-vous, là! Vous vivez comme vous voulez!

C    Ben encore heureux! Mais dites, Tampir, vous ne profiteriez pas du billet du dimanche de Frego pour faire de la publicité, quand même?

C  Qu=allez-vous penser là, donc, Mère Grougn=resse! Si je voulais faire de la pu- blicité, je dirais quelque chose comme ceci :
* le 11  novembre, de 10 heures à 18 heures, venez au Centre culturel et sportif d=Etalle, à la foire aux disques! D=abord, l=entrée est gratuite, et en plus, j=y serai avec des 33 tours, des 45 tours, des CD et des DVD de toutes sortes, même en gaumais!+ Mais jamais je ne ferais ce genre de chose, vous comprenez bien!

C    C=est ça, Tampir, il fera noir où vous vous perdrez!

4 nôvembe 2018

Tampir :  Ben quoi, Mère Grougn’resse, vès m’avez l’air bin èchôrâye!

Grougn’resse : Ben gn’è d’quoi! On m’è volé m’poûrte-mènnoûye aveu pus d’cinq cents euros d’das!

T. :  Volé? V’a-n’ atez bin sûre? Vès n’ l’avez m’putot ègâré?

G. : Vès m’pernez pou ène andouille? Djè r’wâte à mes sous, mi!

T. :   Aha. Et v’ez des soupçons, coumme on dit?

G. : Bin sûr! Djè n’â vû das l’quartier què l’pètit crolé basané don tchu d’la ruâye qui dônout coumme d’habitude. Sûr què c’est lu qui m’l’è rôté! Ces dgens-là sant toudjous en train d’voler les autes, c’est toudjous l’mîme, aveu les Turcs!

T. :  El pètit Mohamed? Ben vès n’y sondjez m’ bin sûr! C’est in bon gamin, toudjou prète è rade service ou a âdi, don matin à la nût!

G. :  Dè quoi? I s’foûrrant partout pou r’pérer les mauvais côps à fâre, oï!

T. :  Allo, là, Mère Grougn’resse, èr’pernez-v’! Et pûs, sa famille n’vint m’ dè Turquie, mâs don Maroc.

G. :  C’est la mîme tchôse! Vèl’là, wa! Vina in paû touci, niche jeune!

Mohamed : Bondjou, Monsieur Tampir, bondjou, madame.

T. : Bondjou, m’gamin. V’là la Mère Grougn’resse.

M. :     Bondjou, Madame Grougn’resse.

G. : On m’è volé m’poûrte-mènnoûye. Qu’est-ce què t’a-n è fât?

M. :   Volé, Madame Grougn’resse, v’a-n’ atez bin sûre?

G. :  Coumme djè t’vois! Vous autes, les ètrangers, vès n’atez bons qu’à ça!

T. :  Ètrangers? Mère Grougn’resse, èc’ gamin-là est né touci! Vès n’l’oyez m’ causer?

G. :  Nés touci ou aut’pârt, i n’tchîdgeant m’!

T. : Quand on v’cause gaumais, on n’sarout ète ètranger!

M. : Djè sûs bin beldge, savez-v’ Madame Grougn’resse. Et djè sûs toudjous dènorté à tchaque côp qu’djè v’dis bondjou èt qu’vès n’mè r’pondez m’...

G. :  Coummat c’què t’counneus l’gaumais?

M. : Mes grands-parats avant v’nu en Belgique das les annâyes septante. On causout gaumais tout autou d’zous. I-s’avant apprins l’français èt l’gaumais à mîme taps...

G. : Aha. Et m’poûrte-mènnoûye? C’est quand mîme bin ti qui m’ l’è rôté!

M. :   In grand poûrte-mènnoûye brun aveu n’tirette d’in coté èt eune pression d’l’aute?

G. :  Tè vois bin, mandrin, qu’ c’et ti qui l’è volé! Coummat c’què t’sarous coummat c’qu’il èst?

M. : Pachoûne nè v’ l’è volé, Madame Grougn’resse, vès l’ez roubli au matin su l’comptoir don bouladgi. Mîme què la vendeûse l’è mins su l’rayon à s’dijant qu’v’allins bin sûr vènu l’rèclamer. Elle mè d’mamandout d’vès l’ramoûner, mâs coumme vès n’ez djamâs atu d’bounne compôsition aveu mi, dj’â eû la troûille dè m’fâre accuser. Mâs si v’vèlez, djè va aller l’quîre è ves l’ramoûner...

T. :   Vas-y, m’pètit, t’ès in bon gachon!

G. :  Ben à v’là co d’eune aveu les autes! Cè n’èst m’ Dieu possibe dè voir ça! I gn’arout dès bounnes dgens au mîtant d’ces profîteurs-là?

T. : I gn’è des bounnes èt des mauvaises dgens pa d’tavau, Mère Grougn’resse. Mâs quand on n’veut voir què l’mau, on n’voit rin d’la rèalité. Pouquoi c’què ces dgens-là, coumme vès dijez, s’rint pus mauvais qu’nous-autes?

G. :   C’est ainlà, c’est tout.

T. :   Vès voyez tout d’mîme bin qu’non!

M. : Là, Madame Grougn’resse, vèl-là, vote poûrte-mènnoûye.

G. :  Vûde, pou sûr! Gn’è quèqu’inque qui s’est sûr servi!... Wâye... Bin non, i m’sène què tout c’què dj’avous y est toudjous!

M. : I gn’è m’ tant d’malhounnîtes què v’sondgez, savez-v’, Madame.

T. :   I m’sène qu’i gn’è âque à fâre, Mère Grougn’resse.

G. :  Ben... Aye, oï. Djè va bailli n’pètite pièce à c’gamin-là.

T. :  N’pètite pièce, Mère Grougn’resse? Vè n’ez co fât què d’l’accuser, là.

M. : Djè n’dèmande rin, mi, Madame Grougn’resse. Djusse què vès m’rèpon- dinches quand djè v’dis bondjou.

G. :  Vina, m’pètit. Djè veux t’rabrachi. Et djè t’baille in billet pou m’fâre pardounner.

M. : Merci pou les sous, Madame Grougn’resse. Mâs c’qui m’rade heureux, c’est qu’vès m’rabrachez. Ça, ça m’va lon... A in aute des côps! A r’voir, Monsieur Tampir, à r’voir, Madame Grougn’resse.

T. : Salut, Mohamed. Tè vins d’guîgni n’bounne amie! Et ça m’fât bin plâji.

G. :  Bon, ben, c’n’est m’ èl tout d’ça, dj’â tout plî d’tchôses à fâre, mi. Djè m’a vas.

T. :   Bounne djournâye, Mère Grougn’resse. Tènez, v’la in moutchoi en papi pou v’chuer les œils...


4 novembre 2018

 

Tampir :          Ben quoi, Mère Grougn’resse, vous m’avez l’air bien excitée!

Grougn’resse :  Ben Il y a de quoi! On m’a volé mon porte-monnaie avec plus de cinq cents euros dedans!

T. :  Volé? Vous en êtes bien sûre? Vous ne l’avez pas plutôt égaré?

G. : Vous me prenez pour une andouille? Je regarde à mes sous, moi!

T. :   Aha. Et vous avez des soupçons, comme on dit?

G. :  Bien sûr! Je n’ai vu dans le quartier que le petit crollé basané du bout de la rue qui errait, comme d’habitude. Sûr que c’est lui qui me l’a barboté! Ces gens-là sont toujours en train de voler les autres, c’est toujours la même chose, avec les Turcs!

T. :  Le petit Mohamed? Ben vous n’y pendez pas, pour sûr! C’est un bon gamin, toujours prêt a rendre service ou à aider, du matin jusqu’au soir!

G. :  Comment? Ils se fourrent partout pour repérer les mauvais coups à faire, oui!

T. :   Allos, là, Mère Grougn’resse, reprenez-vous! Et puis, sa famille ne vient pas de Turquie, mais du Maroc.

G. :  C’est la même chose! Le voilà, tiens! Viens un peu ici, sale gosse!

Mohamed :  Bonjour, Monsieur Tampir, bonjour, madame.

T. : Bonjour, mon gamin. Voilà la Mère Grougn’resse.

M. :  Bonjour, Madame Grougn’resse.

G. :  On m’a volé mon porte-monnaie. Qu’est-ce que tu en a fait?

M. :  Volé, Madame Grougn’resse, vous en êtes bien sûre?

G. :  Comme je te vois! Vous autres, les étrangers, vous n’êtes bons qu’à ça!

T. :  Étrangers? Mère Grougn’resse, ce gamin est né ici! Vous ne l’entendez pas parler?

G. :   Nés ici ou ailleurs, ils ne changent pas!

T. :  Quand on vous parle gaumais, on ne saurait être étranger!

M. : Je  suis bien belge, vous savez, Madame Grougn’resse. Et je  suis toujours déçu à chaque fois que je vous dis bonjour et que vous ne me répondez pas...

G. :  Comment connais-tu le gaumais?

M. : Mes grands-parents sont venus en Belgique dans les années septante. On parlait gaumais tout autour d’eux. Ils’ont appris le français et le gaumais en même temps...

G. :  Aha. Et mon porte-monnaie? C’est quand même bien toi qui me l’a piqué!

M. :  Un grand porte-monnaie brun avec une tirette d’un côté et une pression de l’autre?

G. :  Tu vois bien, vaurien, que  c’est toi qui l’a volé! Comment saurais-tu comment il est?

M. : Personne ne vous  l’a volé, Madame Grougn’resse, vous l’avez oublié ce matin sur le comptoir du boulanger. Même que la vendeuse l’a mis sur le rayon en se disant que vous alliez sans doute venir le réclamer. Elle me demandait même de vous le rapporter, mais comme vous n’avez jamais été de bonne composition avec moi, j’ai eu peur de me faire accuser. Mais si vous voulez, je vais aller le chercher et vous le rapporter...

T. :   Vas-y, mon petit, tu es un bon garçon!

G. :  Ben en  voilà encore une avec les autres! Ce  n’est pas Dieu possible de voir ça! Il y aurait des bonnes gens au milieu d’ces profiteurs-là?

T. :  Il y a des braves et des mauvaises personnes partout, Mère Grougn’resse. Mais quand on ne veut voir que le mal, on ne voit rien de la réalité. Pourquoi  ces gens-là, comme vous dites, seraient-ils plus mauvais que nous-autres?

G. :  C’est comme ça, c’est tout.

T. :   ous voyez tout d’même bien que non!

M. : Voilà, Madame Grougn’resse, le voilà, votre porte-monnaie.

G. : Vide, bien  sûr! Il y en a un qui s’est certainement servi!... Ben... Ben non, il me semble que tout ce que j’avais s’y trouve toujours!

M. :  Il n’y a pas  tant de malhonnêtes que vous ne croyez, vous savez, Madame.

T. :  Il me semble qu’il y a quelque chose à faire, Mère Grougn’resse.

G. :  Ben... Allez, oï. Je vais donner une petite pièce à ce gamin-là.

T. :  Une petite pièce, Mère Grougn’resse? Vous n’avez encore fait que de l’accuser, là...

M. : Je ne demande rien, moi, Madame Grougn’resse. Juste que vous me répondiez quand je vous dis bonjour.

G. :  Viens, mon pètit. Je veux t’embrasser. Et je te donne un billet pour me faire pardonner.

M. :  Merci pour les sous, Madame Grougn’resse. Mais ce qui fait mon bonheur, c’est que vous m’embrassez. Ça, ça me va loin... À une autre fois! Au revoir, Monsieur Tampir, au revoir, Madame Grougn’resse.

T. :  Salut, Mohamed. Tu viens de gagner une bonne amie! Et ça me fait grand plaisir.

G. :   Bon, ben, ce n’est pas le tout, j’ai plein  de choses à faire, moi. E  m’en vais.

T. :   Bonne journée, Mère Grougn’resse. Tenez, voilà un mouchoir en papier pou sécher vos yeux...

Retour à l'accueil