Banniere


Patois de Buzenol


BT
Bruno Tillière


L'âwe.

Dit par l'auteur
  

                                                     

         Djè sourt’ par in trôw, glisse da eune goûrdge du pièrre d’vant qu’ dè m’ r’trouvèr da deux grands batches. Pa la goulète djè tchû das in conduit qui m’ moûne djusqu’a «l’Huil’rie». C’est toulà què djè r’vois l’ ciel. T’à l’heure, das la fontîne, djè n’â vû qu’el djou, mâ à c’t’heure vè m’ là qui court el lon d’la route, èl talus è m’sârre à gautche èt el tchèmin m’èstranle à droite. D’das l’ fond d’in rouyat vè m’ là voûye; à c’t’heure on m’hutche la «Plantchète».

         Das l’taps, touci gn’avout in moulin qui s’ rèwâtout das l’âwe. In pou pus bache, dès «bèliers» r’montint l’âwe djusqu’au villadge, i z’y rythmins d’zou couôps la vallâye.

         Pus lon, pa vaulà, eune soûyrie atout instâllâye, djè fayous toûner la rue èt la soûye bin ragûjîte trantchout les âbes en plètches.

         D’j â fât m’ n ouvradge, dju m’a vas pâjèle…

         Alors, in rin pus bache, djè m’ rètrouve aveu m’ cousin qui vint d’Huombos ; rassènès, an s’hutche à c’t’heure «el gros rûchi».

         A nos deus dj’atans pus foûrts, djè pernans not’ taps, èl fond d’la vallâye èn’ sè prète mi à la course, djè lambinans, t’a passant d’vant la lâresse d’la mâjon don mâte dès fouôrdges, djè n’avans-m’ soûlma èl tape d’la r’wâti qu’ nos v’ci plondgis deux mètes pus bache.

         An z’est dèshalôné à c’t’heure; … djè r’wâtant les saus, qui nous  rabrassant… pûs djè d’vènans dè d’ pus à pus lârdges; djè m’ prenrous co vite pou in fleuve, pourtant, c’ n’est-m’ èl cas.

Nous v’ci au calme d’in couôp…  ainlà!

         Les hoummes ant fât in ètang, sûr’mat pou què dj’ rèstinche pus longu’mat touci; aye, ma foi èl taps dè r’prenre nos esprits…

         Pus d’in couôp sas prèv’nu,  nos v’là vouyes d’das eune espèce dè goulet…

         Qué saut qu’ dj’avans fât!

         C’est toulà qu’ d’as l’taps djè fayins tchanter l’ujine; aneû …  pus rin, …  dès pièrres...  in tâs d’pièrres… ça n’sérve pus a rin!

         Alors, èl cœur gros dè voir ça, djè nous sauvans, coumme contchèssis, djè filans atèr la «Noir-Côute» èt «Montauban», dj’a n’allans pa vaulà pou fâre nos noces aveu «la Roudge-Eau» èt, assène, djè voyadj’rans djusqu’à Laclaireau …

         Assène dj’a vèrans djusqu’à d’où?… Qué qu’an sait?…

         In bé djou an s’fârait agavîr pa in trôw…

         Eune gofe nous agloutirait…

         Vès nos r’ voirez… put-ête das longtaps, djè r’sortrans d’tîrre ou bin par in trôw djè r’vanrans à la fontîne dè Buchnou.


Retour à la carte