Banniere


Le patois de Harinsart

Photo : © trip-suggest.com

Albert Yande
Albert Yande


La voûyette

Dit par l'auteur
  

 

        Dju m’souvins d’eune voûyette qui dônout drî les méches

        Peûs cheujout des holières èt s’mussout d’dès l’bochet.

        Dju m’y vois co couri, achôrant les mouchets

        Pou z’y cude des meûrans, des pernelles èt des fréches.

                Dju m’souvins d’eune voûyette

                Et n’sacante côps, dj’la r’grette.

 

        Dju m’souvins d’eune voûyette, atère les neujètis

        Qu’an cheujout tout gamin a r’vunant des ècoles.

        I fayout mou bon qu’pa des côps les djônes droles

        Pou z’y voir les djônettes y triplint co v’lèti.

                Dju m’souvins d’eune voûyette

                Et d’eune première boutchette.

 

        C’est pa çute voûtette-là qu’in bé côp dj’â parti...

        M’â-dj’ rutôné des côps pou voir la mai du m’man

        Qui d’au lon m’fayout signe du méche drî la mâjan :

        Les m’mans sont mou a sougne à voir quitter leû p’tit.

                Et dju m’souvins d’eune voûyette

                Où c'qü dj'n'â m' brâ qu'eune miette.


        Quand dj'a-n'avous pèsant èt qü dj'touffous d'annoûye,

        Dj'â traquè bin des tch'mins pou m'dèqueure dè ma pône.

        Dj'â bouchi à des huches, mâs dj'n'â trouvè pèchône

        Pou m'rapâji d'mes sougnes èt m'rumette su la voûye.
       
                Gn'è qu'au tchu d'ma voûyette

                Qü dj’m’â r’trouvé tout’nette.

 

        Ah coumme dj’atous bin-âje rin qu’a r’voyant d’au lon

        El tûté d’la mâjan catchîe d’dès les peumîs

        Et l’méche, dan, aveu M’man qui cherbout ses arîes

        A m’ratèdant, noum’dan : elle avout l’tèps si long...

                Dju m’souvins d’eune voûyette

                Où c’qü d’jmartchous bin raide.

 

        P’pa èt M’man atant voûyes, l’Ban Djeu lès è r’hutchis,

        Mâs dju r’prins co v’lèti la voûyette drî les méches.

        Dj’y r’vois co n’sacante côps des afants cude des fréches

        Et pou s’y rabrassi, dès djônes dgens s’y catchi.

        Mi, d’jy r’vique ma djônesse èt tchèque côp drî la hâye,

        Dj’m’r’tônè pour tchertchi in tuté, eune feumâye

        Et co n’mai qui m’f’rout signe, dju n’sais co m’apétchi...

                Dju m’souvins d’eune voûyette...

                Gn’è m’ in djou qu’dju n’la r’grette!

in Les paumes su les èteûles, Michel Frères, Virton, 1961, pp 23-24.

Enregistrement communiqué par le Musée Gaumait. Merci à Didier et Magali!)


   


Retour à la carte