Banniere


Patois de Marbehan


HJ
Bernard Daussin


Ma preumière sèance à l'Académie

des patois gaumais.

Dit par l'auteur
  

         Çu n’atout-m’ l’envie qui m’manquout! Dj’a-n’ n’avous méme ène belle misse! Dj’a-n’ n’avous dédjè causè d’pu d’in côp à l’ami Roger!...

        Quand en dècembe 2000 dj’â ètu pensiounnè èt qu’à Bruxelles dju n’ duvous pu d’meurè toute la s’méne, dju n’â-m’ hossi, dju n’â-m’ canî, dj’â ètu à ma première sèance du l’Académie des patois gaumais; èt dud’peûs, dju-n’ n’â-m’ ratè eune!!

         Dju v’nous d’ quittè eune grande ècole èt dj’a r’trouvou eune aute, eune pitite, avu eune classe. Dju v’nous d’ passèr trente-sept ans su eune estrâde èt dju m’ rutrouvous assîs avu lès èlèves, face au mâte d’ècole èt à s’n’assistant.

         Coumme toutes les places atint prinches au premî banc, dju m’â assîs près du Jef qu dj’avous veû à in cabaret à Marbehan èt peu dj’â bailli la mé au Guy èt au Roger qu dj’counuchous dédjé.

         Èt si d’après l’Roger, l’odeûr qu’avout l’ancienne gâre du Marbehan atout eune haloûne du tchiquâ ou du feumeux d’ cigâres, quand dj’â rètrè dès l’ locâl du l’Académie, dj’â nodu eune odeûr qu’avout sûr’mèt âque à voir aveu ç’qu d’j’voyous su les taules… dès vérres d’Orvau! I gn’è-m’ à dèr’, dj’avous bin tcheû!! Èt si pou l’ premî côp dj’â, si an pu dère, trinquè tout seûl, dju n’â-m’ ratèdu la troisième sèance pou trouvè des sossons.

         In djou qu dj’ètous du passatche au tchumin du la Trapperie, l’ Roger m’avout mantrè lu travail qu’i fayout. Mâs, dj’â ètu sbarè du voir’ la brique du fûyes qu tchèquin avou s’ la taule. Èt pouquoi eune telle brique m’â-dj’ sondgi? Mâs paç’qu note patois est ritche d’in moncé d’mots qu dj’ counnuchans èt co d’eune sacante qu dju n’counnuchans pus, mais qu l’Roger è ’tu rutlè dès tous les lîves qu’il è tchû lu. Èt pou brâmèt des mots, i gn’è dud’ d’oû ç’qu’i vnant; èt peû, si tchûz nous dju dijans par exempe «la fôrdge», dès dès autes coins du note Gaume, an dit «la fouôrdge» ou «la foûrdge». Çu n’èst ni in travail du marchaud qui pouchèl’rout çu qu’i fât, c’est du la ferronn’rie d’ârt.

Quand dj’â veû qu not’ mâte d’ècole avout eune sounnette su s’pupite, dju m’â d’mandè à quoi c’ qu’elle p’lou bin servi. Mâs quand an è ètu arrivè à in mot à doub’ sens ou à eune dèfinition qui n’atout-m’ au point, l’Roger a-n’è bin u besoin d’ sa sounette… coumme pou rapâji l’vèt qui v’nou d’ chouflè à cause des discussians ou des rires à grosses gavâyes ou … pou fâre târe les dârnîs bardèlâs.

         Il atout dîje heures èt d’mie qu dju n’avous-m’ veû l’tèps qu’avout passè. Mu vére d’Orvau atout veude. An z’ètout arrivè au dârnî mot d’eune fûye èt l’ Roger èt d’mandè si i-n’étout-m’ tèps d’a raler. Èt coumme dijout l’Fernand Bonneau : «I gn’è si belle dicâsse qui n’ voit s’nu s’ mèrcudi!

Alôrs, dj’â quittè lu locâl du l’Acadèmie. I fayout frad d’vant l’uche, … an atout en dècembe. Mâs dj’ètous sûr du r’trouvè tous les deuzième djûdi du tchèque mois coumme in coin d’ culot où i fât ban viqui, dj’ètous sûr du r’trouvè des dgens du d’tchûz nous, tout simplement binâjes d’ète assène.

Èt dju n’ savous-m’ co qu deux côps par an, dj’avins l’ plâji du nous parmouner assène pou dècouvri, si an nu l’counnuchou dédjè, in coin du not’ Gaume.

         Aussi, dju-n’ pus-m’ m’apétchi du dère «merci, Roger, du m’avoir invitè à r’joind’ l’Académie des patois gaumais».

 

                                                                                                     Septembre 2002

 


Retour à la carte