Banniere





HJ
Marcel Moreaux


Ma gazette
Dit par Roger Michaux

N.B. : la lecture correspond à une version dont le texte n'a pas été retrouvé. C'est pourquoi la page
ci-dessous donne deux variantes éditées, à 34 annés d'écart...
  

    Ma gazette, version publiée dans Marcel Moreaux, ses œuvres, Fasbender, Arlon,1941, p. 14.

    Coumme dj’â l’instinct d’la conversâtion pou raconter les faits, dju m’va fâre eune gazette; in journal du quate pages, pou tout l’monde.
    Seul’met coumme dju n’vus-m’ la coummenci pas eune mente, dju n’lî mettrâ pont d’tite. Voyez tous les journaux qu’existant. V’ez «Le Matin» qu’arrive à la neu – «Le Soir» qu’en z’è au matin – «La Dernière Heure» : tite macâbe – «L’Indépendance», «La Libre Belgique», «La Nation Belge»... qué blagues – «L’Avenir» – in nam de lux qu’en bourre... – «Les Nouvelles» – qui n’a sant pus quand elles arrivant. – El Rèveil , in endjin qui nous fout d’mauvaise humeûr tous les djous au matin. Est-ce sérieux çà?... mi, pont d’ tites à ma gazette.
    Des artiques du fond. Pourquoi? Au fond, qui est-ce qu’a médje du fon(d)? Mi dj’n’a vu pont. La politique – Çà, c’est pou fâre batte les innocents. Quand on la r’mue, çà note el cabinet. Mi dj’vus rester ami avu tout l’monde, pont d’couleurs; d’ailleurs dj’ans tourtous les idées noires.
    Les nouvelles étrangères ! Mi dj’men fous, tout çà nu nous r’garde mi, qu’i tèrinchent leu plan.
    Des faits-d’hiver. Allo, c’est-y sérieux çà, c’est même rigolo : c’est toudjous des crimes, des assassinats, des tueries, des accidents, des suicides, des homicides, des pan...dicides, des vols. Lu ceu qui vu s’tuer, qu’i s’tuiche. El ceu qui pérde vie en auto ou en avion, qui r vèdiche sa machine; el ceu qui s’fât voler, qui catchiche ses sous; el ceu qui brûle, qui s’assuriche.
    Les cours du la bourse! C’est des attrape-nigauds, çà es les réclames... c’est la bourse ou la vie. C’est tous ramasse sous.
    Les sports – lu cinéma – Les sports, c’est d’la roulure. Aux courses, n’y a n’è jamais qu’inque qu’arrive premi... Les matches?... les perdant sant toudjou du méme cotéi.
    Mais pour s’fàre acanayi, faut aller au cinéma. Mi, dj’â dépensé pus d’trois cents francs pour voir la méme pièce. Ç’atout deux amoureux... Après eune scène sentimentale, v’là eune dispute; en plout les apercevoir duvant eune finéte. Au moument lu pus intéressant, quand l’boun-ami sortout su revolver es allout viser la fille, in train passout d’vant la f’néte. Coumme dju mu d’mandous toudjous si la belle l’avout échapéi, dj’arlous tous les djous ruvoir la pièce, espérant bin quu l’train arout in coûp du r’tard mais y passout toudjou à la méme heure, au pus bé passatche. Es bin çà, c’est du vol.
    Les feuilletons – V’là co des trucs du démon...
    En s’aime, en s’tue, en ravique. Des gueuzries quu les feummes sont aradjis d’lire... elles rattédant l’facteur avu eune misse! Quand elles ant leu journal, elles lâyant couri les gosses à pèné-volant; brûler la soupe... alôrs c’est la guerre des l’ménatche. Mi, dju vus la paix, à tout prix... Pont d’feuilleton des ma gazette.
    Mais vu m’ dèrez : «Quéqu’v’allez mette?» Rin du tout! – A quoi qui serv’rait? – Coumme les autes, pou les mémes besoins. En l’découprait en p’tits carrés, coumme les autes. Avu du papi vierge en n’su macherrait-m’... l’effet s’rait heureux.
    Voilà... çà s’rait l’journal du tout l’monde et dj’espère bin quü v’s’rez tourtous mes abonnéys.




    Ma gazette, version publiée dans Marcel Moreaux, poète-chansonnier gaumais, tome 2, chez l'auteur, 1975, p. 29.

Ma gazette
    Coumme dj’â l’instinct d’l a conversâtion pou raconter les faits, dju m’va fâre eune gazette. In journal du quate pages; pou tout l’monde. Seul’met, coumme dju n’vus-me la coummenci pa eune mente, dju n’lî mettrâ pon d’tite !...
    Wâtèz tous les journaux qu’existant. V’èz l’Soir qu’an r’çoit au matin; le Matin qu’arrive à la neût. La Dernière heure : in tite macâbe... gn’ est-i âque du pus trisse à sondgi qu’à sa dârnière heure! L’Indèpendance... qué blague... en Belgique... La Libre Belgique... au pays d’esclavatche...! La Nation Belge... divisès coumme dj’atans !... Pire qü la Socièté des Nations. L’Avenir... in nom du Lux... qu’an bourre! C’est coumme les nouvelles, qu’arrivant toudjous en r’tard !... Si ç’atout co des bounnes. El Reveil... in endgin qui nous fout’ du mauvaise humeur tous les djous au matin !... Est-ce sèrieux tout ça?... Nan! Et bin mi, dju n’vus pont d’tite à ma gazette !
    – Des artiques du fond!... Pouquoi? Pou les pots troéis, pou règaler les bètards? Au fond, qu’est-ce qu’à médge du fon?... Mi dj’n’a vus pont.
    –La Politique! Ça c’est d’ la comèdie pour fâre batte les innocents. Çu qui c’passe en tchiambe, ça node el cabinet!... An fabrique des lois... c’est coumme bin des affaires, c’est pou ètes violeyes.
    Mi dj’vus rester ami avu tout l’monde... Pont d’couleurs d’ dès m’journal... d’ailleurs, dj’ans tourtous les ideyes noires!...
    Les nouvelles ètrangères!... Mi dj’ m’en fout’... Qu’ les noirs médginchent du blanc; qu’ les roudges s’èffrayinchent du pèril djaune; qu’ les Abyssins attinchent à l’index; qu’ les Américains avinchent leur dos d’ lard; qu’ les All’mands buvinchent coumme des cent trôus; qu’ les Congolais ramassinchent les miettes du nos tombolas! Qu’ les Italiens attinchent sectionneis! Mi dj’m’en fout’. Pont d’ètrangers inconnus d’dès m’journal... qui tèrinchent leu plan! Des faits divers...! C’est-i sèrieux ça? C’est-i des nouvelles?... Mais i gn’ è à rire! C’est toudjous des crimes, des assassinats, des tueries, des accidents, des suicides, des homicides... des pan... dicides, des vols, des tromperies!... El ceu qui vu s’ tuer, qui s’ tuiche! El ceu qui pérde la vie en auto, en avion, qui r’ vèdiche sa machine. El ceu qu’è brulei, qui s’assuriche!... D’dès ma gazette, pont d’faits divers... méme pa 20 degrés zous zéro!
    Les cours du la Bourse!... N’a causans-me... C’est des attrapes nigauds. La ruine des mènadges. Ça èt les rèclames... la bourse ou la vie!... C’est des ramasse-sous... Mi dj’vus rester in pur. Avu la conscience vierge... C’est âcque du rare aneu! Rin d’tout ça d’dès ma gazette.
    Les sports, les cinémas... les théâtes...! Pernant les sports... c’est d’la roulure nous-m’... Allo, aux courses, gn’a-n’è jamais qu’inque qu’arrive premî... Les matches... les perdants sant toudjous du méme cotéy!
    Mais pour s’fâre acanailli... èt bin i faut aller au cinéma. Mi... dj’â dèpensè d’pus d’300 francs, pou voir la méme pièce. Ç’atout eune scène d’amour... si sentimentale qu’à in moument, deux amoureux... qué affaire... deux amoureux s’tchicânint èt çà tchauffont tell’ment qü l’boun’ami sortout ès’ revolver! èt djusse coumme i visout la fille, in train passout d’vant... au pus bé passadge... alors an s’demandout si l’avout êu!... Tous les djous dj’arlous voir lu film, espèrant bin qu’in djou el train arout du r’tard!... Dj’a ètu rouley. I passout toudjou à la méme heure... au pus bé passadge... Si bin qü, quand an z’è tchiédgi l’programme, dju n’savous-co si l’avout euy! 300 francs d’foutus... c’est du vol.
    Et bin mi dju n’vus-m’ tromper les dgens... Rin d’tout çà d’dès ma gazette!
Les feuill’tons!... co des trucs du démon!... qué gueuzeries!
    An s’aime, an s’tue, an s’ravique, an s’marie!... Des bêtises qü les feummes sant aradgies d’ lire... elles rattèdant l’facteur avu eune misse... qü bin souvet les hoummes su d’mandant pouquoi! Quand elles l’ant leu feuilleton, elles lâyant bruler la soupe... courri les gosses à pèné-volant... Alors, c’est la dispute d’dès l’mènadge... c’est la guerre!
    Et bin mi, dju vus la paix... la paix à tout prix... ponf d’feuilleton d’dès m’journal.
    Mais vus m’dèrèz, qué qu’v’alèz mette...? Rin du tout...! A quoi qui serv’rait?... Coumme les autres... Pou les mémes besoins... An l’ dècôuprait en p’tits carrés, coumme les autes... Au moins, avu du papi blanc, an n’su macheurrait-m’... l’effet... s’rait heureux...!
    Et bin. C’est entendu... Vus m’èz bin comprins...
    Ça s’rait in journal pou tout l’monde... èt dj’espère bin qü v’srèz tourtous mes abouneys.



Retour à la carte