Banniere




Photo reproduite avec l'autorisation du Musée Gaumais.

NO
Nestor Outer


El Tchophile
Lu par Jean-Luc Geoffroy
  

       C’atout don taps d’ Napoléon, mi don Badinguèt, dè l’aute, qu’on app’lout èl pètit caporal. El gâchon d’ note voisne Babète atout voûye dépûs éne boune dîjène d’annâyes, on n’ savout où. S’ battout- i en Russie, en Espagne? Atout-i prisonnier dès Anglais, dès Autrichiens ? Atout-i moût ? La Babète ni pachoûne n’a savint rin, rin! Toudjou èst-i qu’on n’avout pont d’ sès nouvelles èt qu’on avout d’ jà dit dès messes pou l’ repos dè s’ n-âme. La Babète, eune pauve vieille à c’t-heûre, en avout fât s’deuil èt n’ l’attadout pus. Elle allout wardér sa gaye el long dès hâyes, tout à la lâyant, quand on n’ la r’ wâtout-m’, foute in côp d’ dats das lès avoûnes ou lès lizèrnes. Elle rèv’nout l’soir fâre ès’ soupéy, èt, après s’ soupéy, elle vènout passér eune demi-heure tchûz nous à racontéy c’ qu’elle avout mîdji.
    —    Anû, djé m’â fât eune bounne am’lette aveu eune bounne tasse dé cafè au suc’. Anû, dj’â mîdji dès crombîres au lard, qué dj’â mins quate crètons d’sus. Dèmî, djé rètchauf’râs l’rèsse aveu quate poils dé salade què la sèrvante de Mossieù l’notaire m’è bailli. Elle atout si contente qu’on n’ lî causout djamâs d’ès’ gachon, oyi qué çà lî arout p’t-ête fât d’ la poûne!...
    In djou, pa la nût, i p’lout bin ète in heûre don matin, d j’ ouye bèrdautchi èt r’bèrdautchi à s’n- huche. Djé m’ leuve, djé r’wâte, èt djé vois in grand gaillârd aveu in ballot su l’ dos au tchu d’in bâton, qui tapout à côps d’pougne conte l’huche dè la cassine dè la mère Babète.
    —    Ouvréz-m’ don, dijout-i!!
    Dj’ouve ma f’nîte tout doûc’mat, djé m’ racrapote pou qu’on n’ mé voyiche mi èt, ma foi, dj’ écoûte.
    Plouf! ç’atout la Babète qui sautout dè s’ lit.
    —    Qui èst-ce? qu’elle crie.
    —    C’ést mi, dit l’houmme.
    —    Qui?
    —    El Tchophile!
    —    Ah! mon Dieù, èst-ce ti m’ pauve afant?
    —    Oyi, c’èst mi. Ah! vara, i n’ fât-m’ tchaud!
    —    Attade qué dj’ mettiche ma cote.
    Et la Babète, tout à s’ vitant, causout à travî l’huche èt dj’oyous t’t-à fât.
    —    Bin, d’pûs l’ taps qu’ t’ès voûye, t’ès au moins caporâl?
    —    Ooh ! qu’i dit l’aute.
    —    Serdgent? d’mande la Babète. L’aute ès’ mette à rire.
    —    Capitaine?
    —    Non!
    —    Coronèl?
    —    Non, que dj’ dis.
    —    Gènérâl?
    —    Non!
    —    Bin, qu’èst- c’ què t’ès don?
    —    Djé sûs boûgne!!!

    Nestor OUTER.
In Almanach Luxembourgeois, 1917, p. 181.
Repris dans Les Lettres Gaumaises, Tome IV,
Confrérie des Zigomars, Virton, 1954.



Retour à la carte