Banniere


Patois de Willancourt


HJ
Nestor Marchal


L’histoire dé not’ pouchîé

Dit par l'auteur
  

(Souvenir de la guerre 40-45)

     C’qu’i l’atout bî not’ pouch’lon

    Quand dj’l’a rapportey d’Iérlon.

    Il avout l’grougnet couche, dés longues oreilles,

    Vraiment, dj’é n’avins jamâ pon ieu dés pareils.

    Et i mîdjout si bin,

    I n’tchitout-m’ ni rin

    On comptout djà c’qu’on a r’térrout,

    In hiviér quand on l’tûrout.

    Mais, pou not’ malheur,

    In djou v’là lés contrôleurs.

    Mon Dieu, doû l’catchi?

    S’rout-i bin à la rabachi?

    Non, i fâ si froud,

    Il y adjallout.

    Vite, mettans-1' da l’four,

    I sant diédjà da la cour.

    Malgré zowes lunettes, i n’ant rin vueu,

    Mais not’ lansron atout à mitan cueu.

    Ra’trey das l’aran, vé n’la s-t’i pas qu’i s’mèt’ à tourney,

    Djé l’y ans racouchi la cawe et mins d’la poix dsus l’nez.      

    Djé l’y ans agavi dés grains d’vals pou l’lautchi

    Et, tout d’chueute apreu, dj’é l’ans vueu créchi.

    Quand, in pouô pu tard,

    Il è ieu assez d’lard,

    On l’è tué par nueut,

    Pachouôn’ èn’ l’è vueu.

    Mais, pou l’saley, don, coummat fâre?

    C’est qu’à c’ t’ heure, lés vols en’sant-m’ rares.

    Ma foi, on l’è mins dès la machine à laver,

    Probâbe qué tout-là on n’vérait-m’ el trouver.

    Détpueu huit djous, djé wârde les saucisses à la tchim’nâye,

    Lés pids d’sus la cuisiniere, les fesses dézors la cuchnâye.

    C’est qu’lés voleurs èn’sé contentrint-m’ d’in patard

    Et, en fait d’ârmes, on n’è pus qué tchaquin s’pétard.

    Mais, quand cé s’rait l’tou d’la feumme,

    Sûrmat qu’elle va dère qu’elle è la reume.

    Alors, si c’est mi qui doûs ète toudjou d’sus l’trimâre,   

    Merci. Mais, grand Dieu, qu’est-ce qu’i faut fâre?

    Eh bin, pou ète tranquille, on va l’partadji

    Et djè v’invite tourtous pou l’miédji.

(Enregistrement communiqué par Claude Draime. Merci à lui)





Retour à la carte