Banniere


 

[...]

    Dj’â don viqui tout seûl, aveu pachoûne pou causer, djusqu’au moumat qu’dj’â eû eune panne dans l’désert don Sahara, i gn’è sîj ans d’ça. I gn’avout âque dè broyi das m’moteur. Coumme djè n’avous pont mècanicien ni co d’voyageur aveu mi, djè m’prèparous à m’att’ler tout seûl à eune rèparâtion qu’atout molâgie. Pour mi, c’atout viqui ou mouri. Djè n’avous d’ lâwe potâbe què pou huit’ djous.
    La première nûti, djè m’â assoqué su l’sâbe, à dès mille dè kilomètes don premi pat’lin. Dj’atous co pu asseulé qu’in naufradgi su n’plîtche dè bos au mîtan d’ l’ocèan. Alors vès plez bin d’viner coumme dj’a atu saisi quand èl djou s’è l’vé, quand ène drole dè p’tite voix m’è ravi. Elle dijout :
    —    Dis..., tè veux bin m’dèssiner n’barbis?
    —    Dè quoi?
    —    Dèssine me n’barbis...
    Dj’â sauté su mes pids coumme si dj’avous eû l’tounnère aux fesses. Djè m’a frotté les œils. Dj’â rwâti coumme i faut. Èt dj’â vû in p’tit bout d’tchique estraordinaire qui m’rèwâtout tout sèrieûx. V’là l’meilleur pourtrait qu’dj’â rèussi à fâre dè lu pus târd.

petit prince

   Bin sûr, èm’ dèssin n’èst-m’ aussi bî què l’modèle. Cè n’est-m’ dè ma faute. Dj’avous atu poûssi bin lon d’ma cârrière dè peinte pa les grands quand dj’avous sîj ans et djè n’avous apprins à dèssiner qu’dès boas froumés èt des boas douvîs.
    Ça fât qu’dj’â rwâti c’t’affaire-là aveu des œils grands èchâyis. Sondgez bin qu’dj’atous à des mille dè kilomètes don preumi pat’lin. Èt pourtant, èm’ pètit bout d’chique n’avout-m’ l’air d’ête dèvoyi ni co hodé, ni crèvant d’fî ou d’soi, ni co èchôré. I n’avout-m’ l’air d’in afant dèvoyi au mîtant don désert, bin lon d’la preumière mâjon. Quand dj’â atu capâbe dè r’causer, djè lî a dit :
    —     Wâye, què c’què t’ fâs toulà?
    Alors i-l è r’coumaci à dère tout douç’mat, mâs coumme si c’atout impoûrtant :
    —   Dis..., tè veux bin m’dèssiner n’barbis?
    Quand on est trop awâré pa l’mystère, on n’sarout dère non. Mîme si ça sène invraisemblabe à des mille dè kilomètes don preumi pat’lin èt qu’on s’sate en dandgi d’mouri, d’jâ prins dans ma potche in tchu d’papi èt n’pointe bic. Mâs vl’là què dj’m’â rapplé qu’ dj’avous passé m’ taps à étudier la gèographie, l’histoire, èl calcul èt la grammaire, èt dj’â dit à c’t’afant-là (aveu in pau d’malengrougne) què djè n’savous dèssiner. I m’è r’pondu :
    —    Ça n’fât rin, dèssine-me n’barbis.
    Coumme djè n’avous djamâs dèssiné d’barbis, dj’â r’fât, pou lu, inque dès deux dèssins què dj’savous fâre. Èl çoune don boa froumé. Èt dj’â atu bin saisi d’oyï l’pètit bout d’tchique èm’ rèponde :
    —    Non.net! Non.net! Djè n’veux’m in èlèphant das in boa. In boa, c’est mou dandg’roux!, èt in èléphant, c’est âque d’ahalant. Tchûz mi, c'èst âque dè p’tit. I m’faut n’barbis. Dèssine-me n’barbis.
    Alors djè m’y a mins.

mouton1

    I-l è rwâti coumme i faut, èt pûs :
    —    Non.net, èç’ tel-late, èle è d’jà foût malate. Fâs-a in aute.
      Dj’a dèssiné :

mouton2
     Èm’ camarâde à eû in p’tit sourire dgentil è i m’è dit, su in ton pou n’mi blessi :
    —    Haye là, tè vois bin què c’n’est’m eune barbis, c’est in bèraud. I-l è des coûnes...
    Alors dj’â co r’coumaci m’dèssin :

 

mouton3

     Mâs i-l è atu r’poûssi, coumme les autes :
    —    C’tel-late, èle est trop vîe. Djè veux n’barbis qui viqu’rait longtaps.
    Coumme dj’a n’avous assez, pasquè dj’avous hâte dè coumaci à dèmonter m’moteur, dj’â griffoné c’dèssin-ci :

mouton-caisse

     —    C’est la caisse. Èl mouton què t’veux est d’das.
    Mâs dj’â co atu bin paf dè voir la margoulette dè m’pètit judge s’èclairer :
    —    C’est djus’ inla qu’dj’ la v’lous! Tè crois qu’i lî faurait brâmat d’ l’hîrbe, à c’barbis-là?
    —    Wâye, pouquoi?
    —    Ben pasquè tchûz mi, c’est tout p’tit...
    —    Bah, gn’a n’arait sûr assez. Djè t’â bailli n’ tout’ pètit’ barbis.
    Il è rwâti l’dèssin à toûnant in pau la tîte :
    —    Elle n’est’m si p’tit’ què ça... Rwâte, elle s’è assoqué.
    Vèlà coummat c’què dj’â counneu l’pètit prince.