Banniere


La Gaume et le gaumais,
la Gaume et les Gaumais...
El billet don dîmatche (à lîre su Facebook
(https://www.facebook.com/Fregaume)
 tous les dîmatches au matin)
MG & PT

El 18 septembe 2022.

    Germaine! Germaine! Germaîîîîne!

    Hello, el sèlo r’lût, r’lût, r’lût! Hello...

    Germaine, nom des...

    Quoi don? Qui ç’qui breûle ainla?

    Bin sacrée breûl’resse vous-mîme, v’atez choûrde, don? Ça fât in heûre què djè v’hutche!

    Èt qu’est-ç’ què v’vèlez? Djè rèpète pou la chorâle!

    Pou la chorâle? I v’avant r’cruté?

    Dj’â propôsé mes services, Mossieur, èt i-s avant atu binâjes dè dère oyi!

    Ben ç’n’est m’ vrâ, bin sûr? V’ez tchanté d’vant zoux?

    Mi co, mâs ça va v’nu.

    Les malheûreûx... Djè les plîde.

    Èt pouquoi, s’i vous plaît?

    Germaine, vès savez bin què v’tchantez coumme ène vîe cass’role au cul tout dèmailli!

    I gn’è qu’in lâd vî niche mounâme maû èduqué pour causer ainla! A r’lez-v’ z-a tchûz vous! Vès n’y counn’chez d’aboûrd rin dû tout èt vès v’meulez d’tafât!

 

BROLOM BROLOM BROLOOOOOMMMM!...

 

    Bin ça, follout s’y rattade! Oï breûler l’sèlo r’lût pa n’banse agricole ainla, i n’pouvout rin fâre d’aute què dè s’mete à tounner! Et tchès, v’là qui drache aussi sec!

    Banse agricole! Banse agricole! V’ez co d’la tchance qu’i mè l’faurè t’à l’heûre pou n-aller tchanter aveu les autes paç’què djè v’fracass’rous m’grand noir pèpin su l’mujî! Banse agricole! Djè v’dèmande in paû! Où ç’què v’allez les quîre, don?

    Djè n’â m’ dujette d’aller bin lon, Germaine. C’est d’vant mi!

    Tant pis pou t’à l’heûre! Tchès, èt co in côp, èt co in aute!

 

BOM BOM BOM BOM BOM !

 

    V’là qui r’tounne co, wa!

    Non.net, hé loûgne, on boque à vote huche!

    Ratrez!

    Dijez, v’arez binto fât toutes vos breûl’ries, là-d’das? Dj’a m’pètit valet (l’afant d’ma fèye) qui n’è djà wâ sonré par nût, èt djè voûrous bin qu’i s’rèpôsiche!

    Bin, Gaston... Djè... Djè rèpète pou la chorâle...

    Èt vès n’savez fâre ça tout bache? Djè sûs sûr què les dgens d’Mâdy sant su zoûs huches pou essayi d’voir dè d’où ç’qu’i vint l’bazar!

    Mettez l’afant das la poûssette èt allez-a loû z-y dère, ça bîch’rè ç’pètit là èt vès m’foutrez la paix!

    Ah! Vî chameau, qu’v’atez! Vès tchantez coumme ène vîe cass’role...

    ... Au cul tout dèmailli, on vint d’jà d’mè l’dère!

    Coummat ç’qu’on arout pont d’horlâyes èt d’caberlâyes aveu ça!

    Foutez m’ el camp tous les deux, vès n’atez qu’deux maûvaises guêules!

    Haye, c’est bon, allez v’fâre cûre in u! Nez-a, Jules, djè v’paye l’apèro.

    Merci, Gaston. Èt si v’pètit valet s’mette à brâilli, ça s’rè toudjous pus doux què ç’qu’on vint d’oï.

 

BLING ZING DONG DÈZING!!!

 

    Ouf, on l’è chappé belle! El pauve vâse, i n’a p’lout pourtant rin, lu...

Le 18 septembre 2022.

    Germaine! Germaine! Germaîîîîne!

    Hello, le soleil brille, brille, brille! Hello...

    Germaine, nom des...

    Quoi donc? Qui est-ce qui hurle comme ça?

    Ben sacrée hurleuse vous-même, vous êtes sourde, donc? Ça fait une heure que je vous appelle!

    Et qu’est-ce que vous voulez? Je répète pour la chorale!

    Pour la chorale? Ils vous ont recrutée?

    J’ai proposé mes services, Monsieur, et ils ont été heureux de dire oui!

    Ben ce n’est quand même pas vrai? Vous avez chanté devant eux?

    pas encore, mais ça va venir.

    Les malheureux... Je les plains.

    Et pourquoi, s’il vous plaît?

    Germaine, vous savez bien que vous chantez comme une vieille casserole au fond tout démaillé!

    Il n’y a qu’un sale vieux mufle mal éduqué pour parler comme ça! Retournez chez vous! Vous n’y connaissez d’abord rien du tout et vous vous mêlez de tout!

 

BROLOM BROLOM BROLOOOOOMMMM!...

 

    Ben ça, fallait s’y attendre! Entendre hurler le soleil brille par une telle manne agricole, il ne pouvait rien arriver d’autre que de l’orage! Et tiens, voilà qui pleut à verse aussi sec!

    Manne agricole! Manne agricole! Vous avez encore de la chance qu’il me le faudra tout à l’heure pour aller chanter avec les autres parce que je vous fracasserais mon grand parapluie noir sur le museau! Manne agricole! Je vous demande un peu! Où allez-vous les chercher, donc?

    Je ne dois pas aller bien loin, Germaine. C’est devant moi!

    Tant pis pour tout à l’heure! Tiens, et encore in coup, et encore un autre!

 
BOM BOM BOM BOM BOM
!

 

    Voilà qu’il se remet à tonner!

    Non, hé andouille, on tape à vote porte!

    Entrez!

    Dites, vous aurez bientôt fini tous vos hurlements, là-dedans? J’ai mon petit-fils (l’enfant de ma fille) qui n’a déjà pas beaucoup dormi la nuit, et je voudrais bien qu’il se repose!

    Ben, Gaston... Je... Je répète pour la chorale...

 Et vous ne savez pas faire ça tout bas? Je suis sûr que les gens de Montmédy sont sur le pas de leur porte pour essayer de voir d’où vient tout ce bazar!

  Mettez le gosse dans la poussette et allez leur dire, ça bercera le petit et vous me ficherez la paix!

    Ah! Vieux chameau, que vous êtes! Vous chantez comme une vieille casserole...

   ... Au fond tout démaillé, on vint déjà de me le dire!

    Comment n’aurait-on pas d’averses et de trombes d’eau avec ça!

    Foutez-moi le camp tous les deux, vous n’êtes que deux mauvaises gueules!

    Allez, c’est bon, allez vous faire cuire un œuf! Venez, Jules, je vous offre l’apéro.

    Merci, Gaston. Et si votre petit-fils se met à brailler, ça sera toujours plus doux que ce qu’on vient d’entendre...

 BLING ZING DONG DÈZING!!!

 

    Ouf, on l’a échappé belle! Le pauvre vase, il n’y pouvait pourtant rien, lui...

El 11 septembe 2022.

    Ratrez vite, Germaine, v’allez ramassi la horlâye su l’dos!

    Ah! la la! C’est âque tout d’mîme, sacré mille tounnîrres! Dj’â soûrti dè d’tchûz mi qu’i gn’avout plî d’sèlo, èt dj’arrive tchûz vous qu’il plut!

    Vez n’allez m’ bin sûr m’accuser d’attèrer la plaûve! Djè voûrous bin, paç’què ça fât des s’mînes qu’on m’päy’rout aveu des pièces d’oûr das tout l’pays!

    Tâjez-v’ don, asticot d’cerfû! Si dj’avous sû, dj’arous prins m’pèpin!

    Dj’îme autant ainla, c’est pus sûr pou ma hanette!

    Dje n’â pus dujette dè pèpin pou v’foute eune conrâye si v’atez trop nûjôle!

    Lâyez-m’ ad’viner... V’allez penre des l’çons d’judo ou d’karaté, djè parie!

    Djè v’fârous in ô soto gari au premî mauvais gesse.

    Coummat ç’què v’ez dit ça? Auss’tot gari? Djè n’sûs m’malade, èt djè n’savous qu’on fayout d’la mèd’cine aveu l’karaté!

    C’est don judo, hé, ignare bouc! Wâtez toudjous dè n’mi d’trop m’tchartchi paç’què djè v’monterrous coummat ç’qu’in Dâvid ravûch’rout in Goliath coumme vous!

    Dâvid èt Goliath, à ç’t’heûre! Bin v’atez eune «effrondée»...

    Allo, Tampir, c’est pou rire, noume. On n’è m’ el droit d’attaquer aveu des prises dè judo, on peut s’dèfade si on s’fât agressi, mâs mîme si vès m’dijains tout plî d’misîres djusqu’à m’fâre monter das la pîre des radges, djè n’poûrrous m’hèrer su vous pou v’taûgni.

    Vè m’ là rassûré, ma foi. Mâs djè m’mèfie tout d’mîme : vèr’là l’sèlo, vès plez continuer vote tchèmin...

    Ah bin c’est dgentil d’vote pârt dè m’foute à l’huche ainla... Mâs si djè m’crampounne èt què dj’m’assîs pou m’incruster... qu’est-ç’què v’allez fâre, hein?

    Djè n’fâs pont d’judo, mi, Germaine, èt si djè veux v’apougni èt v’foute à l’huche, i n’tint qu’à mi, èt vès poûrrains co bin fâre vote risotto garni què v’s’rins d’vant l’huche avant d’avoir eû l’taps d’boudgi d’eune patte!

    Bin vès n’fârins m’ ça, allons, Jules? À n’pauve pètite vîe malheûreûse toute faîbe coumme mi!

    Bin, djè n’sarous, Germaine.

    Bin pouquoi, don, m’pètit Jules adoré?

    Coumme i dijant en wallon, v’là qu’i rattaque à plûre...

    Bon, bin, si v’vèlez, djè va v’âdi à pèler les crombîres...

    Djè n’a mette pont das les lasagnes.

    Djè va dècôper l’saumon a librettes et cûre les èpinards...

    À la bounne heûre. Mi, djè va passer les pâtes à l’âwe boulante, djusse pou qu’elles s’adaptinchent pus âjimat das l’plat. La tchâ das sa sauce tomate est d’jà prête...

    Vès n’roublîrez m’ la bèchamel t’à l’heûre, hein!  Èt quand on arè fât, i s’rè l’heûre don porto...

    À moins què l’sèlo n’rèvenrout avant...

    Què...? Oh! Mauvais bouc!

Le 11 septembre 2022.

    Entrez vite, Germaine, vous allez ramasser la drache sur le dos!

 Ah! la la! C’est quelque chose quand même, sacré mille tonnerres! Quand je suis sortie de chez c'était plein soleil, et il pleut quand j’arrive chez vous!

Vous n’allez quand même pas m’accuser d’attirer la pluie! Je voudrais bien, parce que ça fait des semaines qu’on me paierait en pièces d’or dans tout le pays!

    Taisez-vous donc, asticot de cerfeuil! Si j’avais su, j’aurais pris mon pépin!

    J’aime autant comme cela, c’est plus sûr pour mon crâne!

    Je n’ai plus besoin de parapluie pour vous flanquer une correction si vous êtes trop difficile!

    Laissez-moi deviner... Vous allez prendre des cours de judo ou de karaté, je parie!

    Je vous ferais un ô soto gari au premier geste déplacé!

    Comment avez-vous dit ça? Aussitôt gari? Je ne suis pas malade, et je ne savais pas qu’on faisait de la médecine avec le karaté!

    C’est du judo, hé, âne bâté! Gardez-vous toujours bien de trop me provoquer parce que je vous montrerais comment un David renverserait un Goliath comme vous!

    David et Goliath, maintenant! Ben vous êtes une «effrondée»...

    Allons, Tampir, c’est pour rire, hein. On n’a pas le droit d’attaquer avec des prises de judo, on peut se défende si on se fait agresser, mais même si vous me disiez des tas de misères jusqu’à me faire monter dans la pire des colères, je ne pourrais pas me jeter sur vous pour vous battre.

    Me voilà rassuré, ma foi. Mais je me méfie tout de même : revoilà le soleil, vous pouvez continuer votre chemin...

    Ah ben c’est gentil de votre part de me mettre à la porte comme ça... Mais si je me cramponne et que je m’assieds pour m’incruster... qu’est-ce que vous allez faire, hein?

    Je ne fais pas de judo, moi, Germaine, et si je veux vous empoigner et vous jeter dehors, il ne tient qu’à moi, et vous pourriez faire votre risotto garni que vous seriez dehors avant d’avoir eu le temps de faire le moindre mouvement

 Ben vous ne feriez pas ça, hein, Jules? À une pauvre petite vieille malheureuse toute faible comme moi!

    Ben, je ne pourrais pas, Germaine.

    Ben pourquoi, donc, mon petit Jules adoré?

   Comme ils disent en wallon, voilà qu’il recom- mence à pleuvoir...

    Bon, ben, si vous voulez, je vais vois aide à peler les pommes de terre...

    Je n’en mets pas dans les lasagnes.

    Je vais découper le saumon en fines tranches et cuire les épinards...

    À la bonne heure. Moi, je vais passer les pâtes à l’eau bouillante, juste pour qu’elles s’adaptent plus facilement dans le plat. La viande dans sa sauce tomate est déjà prête...

    Vous n’oublierez pas la béchamel tout à l’heure, hein! Et quand on aura fini, il sera l’heure du porto...

    À moins que le soleil ne revienne avant...

    Que...? Oh! Gros méchant!

El 4 septembe 2022.

    Èt alôrs, Tampir, ça vèrè, anû?

    Oyi, Germaine, mâs on va co avoir âque à cèlèbrer en grandes pompes!

    Aïe... Èt à propôs d’quoi ç’qu’on va co s’foute eue treûlâye?

    À ç’t’heûre, c’est bin sûr : el Frego va r’vènu en Gaûme. I va s’instlâller à Saint-Mâd.

    Bin, on doûrout dère à Sî-Mâd, noume don...

  A Vîrton, c’est ainla qu’on l’dit, mâs à la Villette, on è toudjous dit «Saint-Mâd.» Vès n’ez què d’lîre les ouvradges don Jean Girardin, èt vès l’voirez bin!

    On n’les troûve quaûs’mat pus.

   Vès n’arez qu’ d’aller à la foire don lîve à Étaûle el 8 d’octôbe, i gn’a-n arè, aveu les CD, co bin!

    On y vèrè assène, ainla, vès m’guîdrez si djè sûs trop loûgne pou l’trouver.

    Vès plez co les lîre su l’site frego-et-folio, si v’èlez.

    Gn’è la mîtan des pâdges qu’on n’sait pus les voir pou l’moumat. I paraît què l’gachon n’est m’ co prête.

    Qué gachon?

    Bin l’çou qu’è l’site tchûz lu, là, vès savez bin, don!

    Vès v’lez causer don serveûr... I-l est en train d’mette tafât à djou, mâs i faûrè co n’pètite sèmîne pou arriver au tchu.

    C’est paç’què l’Frego dèmènadge qu’i dout tchîdgi d’serveûr, coumme vès dijez?

    Non.nèt, Germaine. C’est paç’què Proximus ès’ dèhale dè tous les sites dè ses clients. I ravoûye ça à n’«filiale», a dijant qu’ça vèrè tout seûl. Oyi, èm’ c... aveu! Ça lî è d’jà couté 700 euros, au Frego, èt à ç’t’heûre, i va päyi pou l’nom dè s’site èt co pou la place qu’i s’rè stocké. Ainlà, Proximus fât co d’ène pierre deux côps : i s’dèhale don boulot, èt i-l encaîsse èç qu’atout pou rin avant tchûz les clients.

    On s’fât toudjous pleumer, quoi!

    Vès l’ez dit.

    Èt l’histoire don s’lo qui n’peut pus lûre su la Gaûme, c’est arrandgi?

    Nènni, la coummission d’la Communauté française è in pouvoir absolu, èt peut ramadgi n’impoûrte qué aulûge pour âdi les copains et foute les autes à l’huche. On voirè bin ç’què la minisse dit d’ça. A rattadant, l’Frego è claqué les huches, èt i-l est avoyi l’comité d’labellisâtion des communes à la gâre.

    I-l è bin fât. I-l est bin sûr, ainla, dè n’mi s’rètrouver aveu les mounâmes don vî Feller qui n’counn’chant rin au gaumais èt qui foutant n’dictâteure infernâle.

    Dijez, Germaine, c’est co in paû vite pou fâre la fîte don r’tou en Gaûme, mâs i n’est djamâs trop tot pou penre l’apèro.

    Èt deûx ricards, deûx!

Le 4 septembre 2022.

    Et alors, Tampir, ça va, aujourd’hui?

    Oui, Germaine, mais on va encore avoir quelque chose à célébrer en grandes pompes!

    Aïe... Et quel sujet va-t-on encore se prendre une cuite?

    Maintenant, c’est certain :  Frego va revenir en Gaume. Il va s’installer à Saint-Mard.

    Ben, on devrait dire...

    A Viton, c’est comme cela qu’on dit, mais à la Villette, on a toujours dit «Saint-Mâd.» Lisez donc les ouvrages de Jean Girardin, et vous le verrez bien!

    On ne les trouve quasi plus.

    Vous irez à la foire du livre à Étalle le 8 octobre, il y en aura, avec les CD, en plus!

    On ira ensemble, vous me guiderez si je suis trop bête pour le trouver.

    Vous pouvez aussi les lire sur le site frego-et-folio, si vous voulez.

    La moitié des pages ne sont plus accessibles pour le moment. Il paraît que le garçon n’est pas encore prêt.

    Quel garçon?

    Ben celui chez qui le site se trouve, là, vous savez bien, hein!

    Vous voulez parler du serveur... Il est en train de mette tout à jour, mais il faudra encore une petite semaine pour arriver au bout.

    C’est parce que Frego déménage qu’il doit changer de serveur, comme vous dites?

    Non, Germaine. C’est parce que Proximus se débarrasse de tous les sites de ses clients. Il renvoie ça à une «filiale», en disant que ça ira tout seul. Oui, mon c... aussi! Ça lui a déjà coûté 700 euros, à Frego, et maintenant, il va payer pour le nom de domaine de son site et aussi pour l’hébergement. De ce fait, Proximus fait encore d’une pierre deux coups : il se défait du boulot, et il encaisse pour ce qui était gratuit avant pour les clients.

    On se fait toujours plumer, quoi!

    Vous l’avez dit.

    Et l’histoire du soleil qui ne peut plus luire sur la Gaume, c’est arrangé?

    Nenni, la commission de la Communauté française a un pouvoir absolu, et peut raconter n’importe quelle baliverne pour aider les copains éjecter les autres. On verra bien ce que la ministre va dire de cela. En attendant, Frego a claqué les portes, et il a envoyé le comité de labellisation des communes à la gare.

    Il a bien fait. Il est sûr, de cette manière, de ne pas se retrouver avec les sbires du vieux Feller qui ne connaissent rien au gaumais et qui imposent une dictature infernale.

    Dites, Germaine, c’est encore un peu tôt pour la fête du retour en Gaume, mais il n’est jamais trop tôt pour prendre l’apéro.

    Et deux ricards, deux!

El 28 d'août 2022.

    Germaine, djè sûs binâje dè v’voir anû!

    Bondjou, Tampir. Dè quoi ç’què v’ez dujette?

    Djè m’â boqué l’dos après in piquet d’cloteure, èt dj’â in blu coumme eune assiette!

    Èt vès voûrins qu’dj’alliche èrpeinde èl blu en rôse, bin sûr?

    V’ez bon dè v’foute dè mi, noume don!

    Oh, non, don, djè n’â djamâs eû eune pareille idée!

    Dj’â n’crîme què dj’fâs l’mèlandge mi-mîme, aveu d’ l’huîle essentielle èt n’pommâde à l’arnica.

    Tchaquin s’n’idée, Jules, vès fayez ç’què v’vèlez, ça n’mè r’wâte mi.

    Dj’essaie dè v’dère què dj’voûrous bin qu’vès m’frottinches el dos aveu ç’prèparâtion-là, Germaine.

    Si v’ez atu capâbe dè voir el blu, vès doûrins ête capâbe dè frotter d’sus ètou!

    Ah bin celle-là, elle est bounne!

    Bin quoi, ç’ n’est m’ vrâ?

    Germaine, dj’â mins ène glace dèvant mi èt pa ç’glace-là, dj’â vû m’dos das la grande glace dè la salle dè bain. Vès n’atez m’ tout d’mîme en train dè m’dère què dj’ n’â qu’à mette la crîme su l’cârrau dè d’vant pou qu’ça m’fäyiche don bin pa dri, bin sûr?

    Ah, ça, djè n’â djamâs essayi... Mâ djè crois tout d’mîme qu’à part anich’rer la glace, ça n’fârout rin d’bon!

    Ouf, v’atez in paû moins loûgne què dj’n’â eû peûr.

    Èt vès croyez qu’c’est a m’dijant des misîres què v’arez mes faveûrs?

    Vos faveûrs? Bin... Eûh... Qu’est-ç’ què v’vèlez dère aveu ça, ma p’tite Germaine adorâye?

    V’atez co en train d’sondgi à des pouchelleries!

    Bon djeu, Germaine, ç’què v’allez sondgi toulà? Djè v’dèmande djusse dè m’frictionner l’dos aveu ma crîme conte les blus!

    Bin vès poûrrins mè l’dèmander sas m’dèhutchi coumme vès v’nez dè l’fâre!

    Nez-a, Germaine, djè vas vès l’dèmander aveu n’pètite boutchette.

    Bin là... Aveu vote tchique dè toubac què v’arriv’rez co à m’fourrer atère les dats, bin sûr!

    Floup! Là, elle est voûye, ma p’tite bèlette à cârreaux.

    Toûnez-v’, vî doryphore à p’tits poiches, èt rèl’vez vote liquette!

    Bon, dj’â comprins, v’îmez co mieux qu’djè m’tâjiche!

    Baillez-m’ d’aboûrd vote tûbe dè pommâde!

    Cè n’est m’ in tûbe, c’est l’pètit pot qu’est su la taûle.

    Sârrez les dats, djè n’fâs pont d’caresses, mi, djè frotte!

    Aaaaaahhhhh! C’est d’la torture, ça! À m’sècours, elle va m’atch’ver!

    Djè v’signale què djè n’ v’â m’ co toutchi!

    Mâs vès savez à c’t’heûre què dj’peux breûler coumme in Tarzan au tchu d’eune liane!

    Si v’breûlez d’trop, djè v’foute eune conrâye coumme à in afant!

    Ah bin oyi, djè l’â d’jà dit pus d’in côp : Germaine, v’atez n’mère pour mi!

    Eh bin allans-y!

    Aaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhhhhh!

Le 28 août 2022.

  Germaine, je suis bien content de vous voir aujourd’hui!

    Bonjour, Tampir. De quoi avez-vous besoin?

    Je me suis cogné le dos contre un piquet de clôture, et j’ai un bleu comme une assiette!

    Et vous voudriez que j’aille repeindre le bleu en rose, bien sûr?

    Ça vous amuse, de vous moquer de moi, hein!

   Oh, non, allez, Ça ne m’est même pas venu à l’idée!

    J’ai une crème avec laquelle je fais moi-même un mélange, avec de l’huile essentielle et une pommade à l’arnica.

    Chacun fait à sen idée, Jules, vous faites ce que vous voulez, ça ne me regarde pas.

    J’essaie de vous dire que je voudrais que vous me frottiez le dos avec cette préparation-là, Germaine.

    Si vous avez été capable de voir le bleu, vous devriez être capable de frotter dessus aussi!

    Ah ben celle-là, elle est bonne!

    Ben quoi, ce n’est pas vrai?

    Germaine, j’ai mis une glace devant moi et par cette glace-là, j’ai vu mon dos dans la grande glace de la salle de bain. Vous n’êtes tout de même pas en train de me dire que je n’ai qu’à mette la crème sur le verre de devant pour que ça me fasse du bien par derrière, quand même?

  Ah, ça, je n’ai jamais essayé... Mais je crois quand même qu’à part salir le miroir, ça n'appor- terait rien de bon!

 Ouf, vous êtes un peu moins débile que je ne craignais.

    Et vous croyez que c’est en me disant des misères que vous aurez mes faveurs?

    Vos faveurs? Ben... Euh... Qu’est-ce que vous voulez dire par là, ma petite Germaine adorée?

    Vous êtes encore en train de penser à des cochonneries!

    Bon dieu, Germaine, qu’allez-vous imaginer là? Je vous demande juste de me frictionner le dos avec ma crème contre les bleus!

    Ben vous pourriez me le demander sans me rabaisser comme vous venez de le faire!

    Venez, Germaine, je vais vous le demander avec un petit bécot.

  Ben voilà... Avec votre chique de tabac que vous réussirez encore à me fourrer entre les dents !

    Floup! Voilà, elle est partie, ma petite belette à carreaux.

    Tournez-vous, vieux doryphore à petits pois, et relevez vote chemise !

  Bon, j’ai compris, vous préférez que je me taise!

   Donnez-moi d’abord votre tube de pommade!

  Ce n’est pas un tube, c’est le petit pot qui est sur la table.

    Serrez les dents, je ne fais pas de caresses, moi, je frotte!

    Aaaaaahhhhh! C’est de la torture, ça! Au secours, elle va m’achever!

    Je vous signale que je ne vous ai pas encore touché!

    Mais vous savez maintenant que je peux hurler comme un Tarzan au bout d’une liane!

    Si vous hurlez trop, je vous fiche une raclée comme à un gosse!

    Ah ben oui, je l’ai déjà dit plus d’une fois : Germaine, vous êtes une mère pour moi!

    Eh bien allons-y!

    Aaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhhhhhhh!

El 21 d'août 2022.

    Tampir, v’atez toulà?

    Bin oyi, allez, Germaine, d’où ç’què dj’s’rous?

    V’ez cuvé toute la s’mîne, bin sûr!

    V’ez co vote langue dè vipère, coumme djè vois!

    Ç’atout djusse pou v’fâre couri in paû, Jules, djè sais bin qu’v’ez atu fâre des coummissions lundi das la matinâye...

    Gn’è qu’la Bertha don Gus’ qui m’y è vû.

    Oyi, èt elle n’è rin r’marqué, ça veut dère què v’atins d’jà r’tapé! Si elle avout vû des œils à couvisse ou si elle v’avout oyi hiquoter, tout l’villadge l’arout sû!

    Qu’est-ce què v’trimbâlez coumme boutelle das vote cabas?

    Cè n’est m’ possibe, v’ez des œils qui voyant au travîs des satches?

    Aveu l’son qu’dj’â oyi quand vès l’avez laûtchi su l’pavé, ça n’ sarout rin ète d’aute!

    C’est in vî armagnac què dj’â r’trouvé drî les dârins bouquets d’bos d’ma câve. A m-n’avis, i-l est foutu!

    Bin sûr què non, Germaine. I faut djusse el gouter. On douvîrè la boutelle après l’dîner.

    I m’rèfaut don bos.

    Pou catchi in aute boutelle?

    Pou m’tchauffi l’hivîr, hé, loûgne!

    Bayez-v’ toudjous d’awârde aveu les martchands, i gn’ è tout plî d’crapuleux qui v’fayant päyi don bos qu’i n’avant m’ èt qui sant vite voûyes aveu vos sous.

    Èt on les lâye fâre?

    Vès sondgez bin qu’i n’rattadant m’ qu’on les attrapiche pou foute el camp sas lâyi d’traces drî zoux!

    Bin i m’faurout co ça!

    Bah, si vès n’ez m’ tchaud en hivîr, vès mettez vote noir pal’tot èt vote bonnet pointu, pûs v’allez v’pourmoûner das l’villadge...

    Èt alôrs?

    Les dgens v’attrap’rant èt v’mettrant su l’bûcher, v’arez bin tchaud!

    Lâd vî niche carbeau, qu’v’atez! C’est bon qu’on arout rigolé d’mi aveu taps qu’i fât paç’què dj’arous fât coumme djè sondgeou!

    Quoi, don, Germine?

    Dj’arous prins m’parapuie èt dj’poûrrous vès l’ fracassi su la hanette!

Le 21 août 2022.

    Tampir, vous êtes là?

  Ben oui, allez, Germaine, où est-ce que je serais?

    Vous avez cuvé toute la semaine, pour sûr!

    Vous avez encore votre langue de vipère, comme je vois!

    C’était juste pour vous faire marcher un peu, Jules, je sais bien que vous avez été faire des courses lundi dans la matinée...

    Il n’y a que la Bertha du Gus’ qui m’y a vu.

    Oui, et elle n’a rien remarqué, ça veut dire que vous étiez déjà retapé! Si elle avait vu des bouffis ou si elle vous avait entendu hoqueter, tout le village l’aurait su!

    Qu’est-ce que vous transportez comme bouteille dans votre cabas?

    Ce n’est pas possible, vous avez des yeux qui voient au travers des sacs?

    Avec le bruit que j’ai entendu quand vous l’avez posé par terre, ça ne saurait rien être d’autre!

    C’est un vieil armagnac que j’ai retrouvé derrière les derniers morceaux de bois de ma cave. A mon avis, il est fichu!

    Bien sûr que non, Germaine. Il faut juste le goûter. On ouvrira la bouteille après le dîner.

    J’ai besoin de bois.

    Pour cacher une autre bouteille?

    Pour me chauffer l’hiver, hé, sot!

    Faites toujours bien attention avec les marchands, il y a beaucoup de crapuleux qui vous font payer du bois qui n’ont pas et qui sont vite enfuis avec vos sous.

    Et on les laisse faire?

    Vous pensez bien qu’ils n’attendent pas qu’on les attrape pour foute filer sans laisser de traces derrière eux!

    Ben il ne faudrait plus que ça!

    Bah, si vous n’avez pas chaud en hiver, vous mettez vote manteau noir et votre bonnet pointu, puis vous allez vous promener dans le village...

    Et alors?

    Les gens vous attraperont et vous mettront sut le bûcher, vous aurez bien chaud!

    Affreux vieux corbeau, que vous êtes! C’est bon qu’on aurait ri de moi avec le temps qu’il fait parce que j’aurais fait comme je pensais!

    Quoi, donc, Germaine?

    J’aurais pris mon parapluie et je pourrais vous le fracasser sur la tête!

El 14 d'août 2022.

    Tampir vès n’atez qu’in pouchî!

    Pouquoi, don, Germaine?

    Djè sûs sûre qu’on v’è oï reuper djusqu’au tchu d’la ruâye! Et si on croise quèqu’inque in paû pus lon?

    Beuuuuuuurrrps... Ça n’fât rin, djè dèrâ qu’c’est vous!

    Ah! Vara d’torî d’vara d’bouc!

    Hélà, calmez-v’, là, Germaine... Prouuuuuuut...

    Djè v’dis qu’i va tchîr! Mi, djè tchîdge dè trottoir.

    Vès m’lâyez tout seûl das l’ètat què dj’sûs...

    V’atez trop niche pouchî pou qu’djè d’moriche dèlez vous!

  Ç’atout n’belle fîte, noume, Germaine... Beurps.

    ...

  Germaine! Germaine!! Où ç’què v’atez? Hé! Heu... Bin, elle est voûye. Ah! La gârce! Mi qui v’lous lî payi l’poûsse-cafè! Bin tant pîre, djè l’boirâ tout seûl... C’est tout d’mîme malheûreûx! Ç’atout n’belle fîte, les 93 ans d’la Denîse. In bon barbacue... Don champagne, don rôsé bin frais...

    Vès causez tout seûl, alôrs, Tampir?

    Ah, v’ez r’vènu!

    Djè n’voûrous m’ què les dgens dijinchent què dj’v’â lâyi su l’pavé au mîtan d’la route!

    Djè n’sûs pus su l’trottoir? Oho!

    Allo, Tampir, in paû d’tènue, tout d’mîme.

    Germaîne, nez-a tchûz mi, dj’allans poûssi l’cafè!

    V’a-n n’ez assez su la bosse, Jules, v’ez djà laqué d’trop!

    Laqué d’trop? C’est âque què djè n’sais soûlmat coummat ç’qu’on fât.

    Quand djè vois les dgens qui rigolant dè v’voir tchamberler ainlà, djè sondge qu’i sant dè m-n avis!

    Vès savez ç’què dj’loû z-î dis?

    Vès n’loû z-i dijez rin dû tout, vès ratrez tchûz vous èt pûs c’est tout!

    V’ez râjon, Germaine, ramoûnez-m’ tchûz mi, qu’on perniche el poûsse-cafè!

    Djè crois qu’dj’â co bî fâre : djè n’vès ramoûn’ra m’ à la râjon...

    A la râjon, p’t-ête, mâs si v’vèlez bin, djusse à la mâjon.

    Sûr! Pou què v’sonrinches coumme ène soquette su l’divan!

    Après l’poûsse-cafè.

    Pfff! Qué ahali!

Le 14 août 2022.

    Tampir vous n’êtes qu’un pourceau!

    Pourquoi, don, Germaine?

    Je suis sûre qu’on vous a entendu roter jusqu’au bout de la rue! Et si on croise quelqu’un un peu plus loin?

    Beuuuuuuurrrps... Ça ne fait rien, je dirai que c’est vous!

    Ah! Sacré sale bouc!

    Hé là, calmez-vous , là, Germaine... Prouuuuuuut...

    Je vous dis qu’il va faire dans sa culotte! Moi, je change de trottoir.

    Vous me laissez tout seul dans l’état où je suis...

    Vous êtes trop sale pourceau pour que je reste près de vous!

    C’était une belle fête, hein, Germaine... Beurps.

    ...

    Germaine! Germaine!! Où êtes-vous? Hé! Heu... Ben, elle est partie. Ah! La garce! Moi qui voulais lui offrir le pousse-café! Ben tant pis, je le boirai tout seul... C’est quand même malheureux! C’était une belle fête, les 93 ans de la Denise. Un bon barbecue... Du champagne, du rosé bien frais...

    Vous parlez tout seul, alors, Tampir?

    Ah, vous êtes revenue!

    Je ne voudrais pas que les gens disent que je vous ai laissé sur par terre au milieu de la route!

    Je ne suis plus sur le trottoir? Oho!

    Allons, Tampir, un peu de tenue, tout de même.

    Germaine, venez chez moi, nous allons pousser le café!

    Vous en avez assez sur la bosse, Jules, vous avez déjà trop bu!

    Trop bu? C’est quelque que je ne sais même pas comment on fait.

    Quand je vois les gens qui rigolant de vous voir tituber comme ça, je pense qu’ils sont de mon avis!

    Vous savez ce que je leur dis?

    Vous ne leur dites rien du tout, vous rentrez chez vous et puis c’est tout!

    Vous avez raison, Germaine, ramenez-moi chez moi, qu’on prenne le pousse-café!

    Je crois que j’ai beau faire : je ne vous ramènerai pas à la raison...

    A la raison, peut-être mais, si vous voulez bien, juste à la maison.

    Sûrement! Pour que vous dormiez comme une souche sur le divan!

    Après le pousse-café.

    Pfff! Quel boulet!

El 8 d'août 2022.


    Hi hôô, Tampir! V’ez soûrti aveu pont casquette, coumme djè vois!

    Ah!, n’m’a causez m’, Germaine, dj’â la gueûle cûte èt racûte!

    Èt vès n’mettez rin d’sus?

    Non-net, djè n’â rin pou ça. Èt djè n’mè vois m’ èm’ frotter la pèlette aveu n’impoûrte quoi, ça fârout trop maû.

    Bin ça n’m’ètounne mi, v’atez roti coumme ène cotelette qu’on arout roubli su l’barbacue! Coummat ç’què v’ez fât vote compte?

    Dj’atous hodé, Germaine, djè m’a assis n’miette dans l’méche, coumme tous les loûgnes dè la tîrre, aveu la casquette das l’maûvais sens, la lisière das l’cô. Èt djè m’â assoqué... El sèlo n’è eû qu’à m’rèlètchi tant qu’i plout!

    Dj’â ç’qu’i faut, Jules. In p’tit flytox qu’on p’chitte su les côps d’sèlo... I gn’è m’ dujette dè frotter, c’est mou pratique!

    Hm! Djè n’mè fîs m’ à ces machins-là, mi.

    Tâjez-v’! Froumez les œils èt sârrez vos lippes, pou n’mi z’a-n avoir el goût...

    Mh mm... m...

    Djè v’â dit dè v’târe! Vingt guettes, v’atez sûr què les oreilles n’allant m’tchûre a poûssîre? En boudgez m’, djè va les asperdgi coumme i faût...

    Mh... Ça gratte, à ç’ t’heûre! Si ça n’s’arrête mi, i faûrè m’loyi les mîs das l’dos pou qu’djè n’ mè frottiche mi pa d’ t’avau!

    Ç’est l’affaire dè deux minutes, Jules, èt vès s’rez tran’quille pou in heûre ou deux, èt i faurè z’a r’pchitter in paû...

    V’atez in andge, Germaine. Vès v’lez bin n’aller quîre el ricard?

    On n’fârè toudjous pont d’barbacue anû, Jules!

    Non-net, Germaine. Mâs n’vès tracassez m’, dj’a prèparé in dîner froid, tafât est das l’frigo.

    Oho! Èt qu’est-ce qu’on mîdge?

    Rin d’bin compliqué. Mèlon-djambon pou coummaci, èt salâde dè crombîres èt d’macaroni aveu des tchus d’pouillon èt des trantches dè bû.

    Don carapaç’tchaud, coumme i dijant...

    Carpaccio, Germaine, carpaccio. Mâs nè m’fayez m’ rire, ça fât maû!

    Èt dè mîdg’rans d’vant l’huche?

    C’est ça, foutez-v’ dè mi! Dj’â prèparé la taûle au pèle, c’est co toulà qu’i fât l’pus frais.

    V’y ez mins in ventilâteur?

    Cè n’est m’ la poûne : v’atez toulà èt vès n’arrêtez m’ vote cratcheûre!

    Santé, lâd bouc!

    Santé, m’pètit lapin en suc...

Le 8 août 2022.


    Hi hôô, Tampir! Vous êtes sorti sans casquette, comme je vois!

    Ah!, ne m’en parlez pas, Germaine, j’ai la figure cuite et recuite!

    Et vous ne mettez rien dessus?

    Non, je n’ai rien pour ça. Et je ne me vois pas me frotter la peau avec quoi que ce soit, ça ferait trop mal.

    Ben ça ne m’étonne pas, vous êtes rôti comme ne côtelette qu’on aurait oubliée sur le barbecue! Comment avez-vous fait vote compte?

    J’étais vanné, Germaine, je me suis assis une minute au jardin, comme toutes les andouilles de la terre, avec la casquette à l’envers, la visière dans le cou. Et je me suis assoupi... Le soleil n’a eu qu’à me lécher tant qu’il pouvait!

    J’ai ce qu’il faut, Jules. Un petit spray qu’on vaporise sur les coups de soleil... Il n’y a pas besoin de frotter, c’est bien pratique!

    Hm! Je ne me fie pas à ces machins-là, moi.

    Taisez-vous! Fermez les yeux et serrez les lèvres, pour ne pas avoir le goût...

    Mh... mm... m...

    Je vous ai dit de vous taire! Bon sang, vous êtes sûr que les oreilles ne vont pas tomber en poussière? Ne bougez pas, je vais les asperger largement...

    Mh... Ça démange, maintenant! Si ça ne s’arrête pas, il faudra me lier les mains dans le dos pour que je ne me frotte pas partout!

    Ç’est l’affaire de deux minutes, Jules, et vous serez tranquille pour une heure ou deux, et il faudra en revaporiser un peu...

    Vous êtes un ange, Germaine. Vous voulez bien aller chercher le Ricard?

    On ne fera sûrement pas de barbecue aujourd’hui, Jules!

    Non, Germaine. Mais ne vous tracassez pas, j’ai préparé un dîner froid, tout est dans le frigo.

    Oho! Et qu’est-ce qu’on mange?

    Rien de bien compliqué. Melon jambon comme entrée, et salade de pommes de terre et de pâtes avec des dés de poulet et des tranches de bœuf.

    Don carapaç’tchaud, comme ils disent...

    Carpaccio, Germaine, carpaccio. Mais ne me faites pas rire, ça fait mal!

    Et on mangera dehors?

    C’est ça, foutez-vous de moi! J’ai préparé la table au pèle, c’est encore là qu’il fait le plus frais.

    Vous y avez mis un ventilateur?

    Pas la peine : vous êtes là et vous n’arrêtez pas de parler!

    Santé, vilain coco!

    Santé, mon petit lapin en sucre...

El 24 djulet 2022.


    Bondjou, Germaine. V’atez hoûrs d’haloûne... V’ez couri?

    Bondjou, Jules. Dj’â ètu dètchessi pa in tchin gros coumme in vî! I bawout co pîre qu’in loup, vingt guettes.

    Èt à vote âdge, v’ez couri pus vite què lu?

    Ès’ mâte è breûlé après lu èt i-l è fât d’mî-tou.

    El tchin don Gobert?

    Oyi, c’est ça.

    Bin vès m’montèr’rez où ç’qu’i gn’è des vîs dè ç’taille-là, on fârè v’nu l’Guinness bouc. Cè n’est djamâs qu’in caniche royal, èç’ tchin-là. Èt i n’fârout pont d’maû à n’moutche!

    I-l è toudjous bin foncé su mi, èt dj’â couri aussi vite què mes pattes vèlaint bin!

    I v’lout djusse èv’ dère bondjou, èt quand i v’è vû couri, i-l è bin cru què v’vèlins djouer aveu lu, alors i v’è cheuju...

    On n’è m’ el droit d’lâyi couri in tchin das la ruâye! Dj’a caûs’râ au champette!

    Germaine, n’allez m’ fâre rîre dè vous! Èt l’protchain côp què ç’tchin-là venrè d’lez vous, bachez-v’, lâyez-l’ vènu près d’vous èt i v’rabrach’rè tout plî.

    Bè... heu... Vès croyez?

    Bin sûr! Nez-a aveu mi, on va voir s’i-l est co toulà...

...

    Bin v’avins râjon, Jules. Coumme i-l est doux, pa d’zeûr el martchi!

    Èt v’ez oï l’Gobert, noume. I n’faut djamâs s’mette à couri d’vant in tchin, i v’rattrap’rè toudjous!

    Bon, là-d’sus, on ŷ va?

    Les panis sant prêtes, Germaine, dj’a-n allans.

    Premî pique-nique dè l’èté... Près d’ l’ètang. Djè n’sais co ç’què v’nous avez prèparé pou dîner, Jules, mâs dj’â fî èt dj’fârâ hounneûr à vos plats!

    À la bounne heûre, Germaine. Ricard pou l’apèro, bourgueil bin frais pou les deux soiffâs, el cafè corsé pou après, èt la mirâbelle adgealâye pou atch’ver.

    Huh... Ça node la carambole au mîtan des djonquettes...

    Mmh... Les djones allant co s’saûver d’ène belle raideûr!

    Oyi. A causant d’raideûr, wâtez d’ête à la haûteûr...

    Bè...!!!

Le 24 juillet 2022.

    Bonjour, Germaine. Vous êtes essoufflée... Vous avez couru?

    Bonjour, Jules. J’ai été poursuivie par un chien gros comme un veau! Il aboyait encore plus fort qu’un loup, bon sang.

   Et à votre âge, vous avez couru plus vite que lui?

    Son maître a crié après lui et il a fait demi-tour.

    Le chien du Gobert?

    Oui, c’est ça.

    Ben vous me montrerez où il y a des veaux de cette taille-là, on fera venir le Guinness Book. Ce n’est jamais qu’un caniche royal, ce chien-là. Et il ne ferait pas de mal à une mouche!

    Il a toujours bien foncé sur mi, et j’ai couru aussi vite que mes pattes voulaient bien!

    Il voulait juste vous dire bonjour, et quand il vous a vu courir, il a bien cru que vous vouliez jouer avec lui, alors il vous a suivie...

    On n’a pas le droit de laisser courir un chien dans la rue! J’en parlerai au garde-champêtre!

    Germaine, n’allez pas faire rire de vous! Et la prochaine fois que ce chien-là viendra près de vous, baissez-vous, laissez-le venir près de vous et il vous fera plein de bisous!

    Bè... heu... Vous croyez?

    Bien sûr! Venez avec moi, on va voir s’il est encore là...

...

    Ben vous aviez raison, Jules. Comme il est doux, par-dessus le marché!

    Et vous avez entendu le Gobert, n’est-ce pas. Il ne faut jamais se mettre à courir devant un chien, il vous rattrapera toujours!

    Bon, là-dessus, on y va?

    Les paniers sont prêts, Germaine, on y va.

    Premier pique-nique de l’été... Près de l’étang. Je ne sais pas encore ce que vous nous avez préparé pour dîner, Jules, mais j’ai faim et je ferai honneur à vos plats!

    Parfait, Germaine. Ricard pour l’apéro, bourgueil bien frais pour les deux assoiffés, le café corsé pour après, et la mirabelle bien froide pour achever.

   Huh... Ça sent la carambole au milieu des joncs...

    Mmh... Les oiseaux vont encore se sauver d’une belle vitesse!

    Oui. En parlant de vitesse, tâchez d’y aller mollo...

    Bè...!!!

El 24 djulet 2022.                                                                  Le 24 juillet  2022.

A V E R T I S S E M E N T :

Les faits rapportés ci-dessous par le père Tampir sont réels et authentiques.

Hélas.

    Bondjou, Tampir. On va co avoir tchaûd la couenne!

    Bondjou, Germaine. On va sûr avoir soi, èt i faurè bin boire tant qu’on poûrrè.

    Bin wâtez toudjous dè n’mi trop chniquer aute tchôse què d’l’âwe...

    Mi? Djè n’â djamâs bu qu’ça das ma vie!

    D’où ç’qu’i faut rîre, avant ou après la virgule?

    Bon, c’est vrâ qu’ dj’y mette co bin in paû d’pastis...

    Vès v’lez dère què v’mettez co bin in pau d’âwe das l’pastis, djè v’counneus...

    Assuez-v’ cinq minutes, Germaine, in heûre est co vite passâye...

    Wâye, v’avins mins les verres das l’frigo! In malin!

    A vote santé, djè n’ l’â m’ fât trop foûrt tout d’mîme.

    I paraît què l’patron d’Ma p’tite Édition è eû des esplicâtions qu’on lî è r’fusé in p’tit subside pou l’èdition don darin lîve don Daniel Hubert.

    Oyi, c’est à pichi das ses culottes èt à s’dèmander si la coummission qui fât les r’coummandâtions à la minisse sant co tout djusses.

    Oho!

    Bin sûr. I gn’è trois r’protches. El premi, c’est d’ l’arbitraîre dè la pîre espèce. I dijant què ç’ n’est m’ ècrit en orthographe Feller.

    Bin ça, c’est vrâ, non?

    Oyi, mâs les règues qu’on baille pou ètabli la d’mande n’imposant m’ ça. La coummission n’avout m’ el droit d’a fâre in obligâtion èt eune râjon d’dère non! Mâs l’meilleur resse à v’nu. Figurez-v’ què la coummission, c’est la vice-prèsidente qui l’dit, prètade (à l’unanimité) què l’auteur fât des faûtes dè langadge, èt mette coumme preuve qu’i s’sîrve don mot «sèlo», èt touci, djè cite : «œla forme ‛sèlo’ utilisée dans l’extrait n’est pas attestée par l’Atlas linguistique de wallonie; il n’y a donc pas un seul point en Wallonie où cette forme est utilisée» Si on chût bin ç’dijâye-là, la Gaume èn’ fât pus partie d’la Wallounnîe...

    I-s avint bu? C’est des Flaminds?

    Djè n’a sais rin, mâs pou des spècialisses, i pouvant r’passer! Ête ignorant ainlà, c’est n’faûte grâve! Mâs ç’n’est m’ co tout! I dijant ètou : «absence d’identification de la langue régionale utilisée par l’auteur». Des spècialisses qui n’atant m’ capâbes dè r’counneute inque des langadges qu’i sant tcherdgis d’sout’nu, i faut l’fâre! I counn’chant bin, pou la plupart, l’èditeur, èt i-s ant d’jà vû (ou araint dû voir!) les artics dans les gazettes ou das les r’vues, «Cocorico» par exempe. Incompètence, c’est tout djusse èç qu’i faut r’tènu don rappôrt dè la coummission.

    Qu’es-ç’qu’i va fâre, l’èditeur?

    Dènonci tout ça à la Direction gènèrâle dè la culture. Et si ça n’va m’, i fârè n’interpellâtion d’la minisse. Et si ça n’martche mi co, i ameûtrè les djournalisses èt les dgens d’la politique. Coumme i dit : la coummissions baille troîs arguments conte la subventions, èt c’est troîs aulûjes lamentâbes qui n’pèlant qu’lâyi supposer d’la mauveillance, èt on n’peut tolèrer qu’des spècialisses ètalînchent des mentes pour bloquer n’subvention. Surtout qu’su 22 ouvradges soûrtis, l’èditeur n’è d’mandé n’subven- tion pour 2 tites!

    Djè vois d’jà bin l’gros tite à la première pâdge des gazettes : EL SÈLO N’È PUS L’DROIT D’LÛRE SU LA GAÛME! On s’dèmande tout d’mîme où ç’qu’on va!

    Invraissemblâbe. En tout cas, mi, djè m’va nous r’fâre un pastis!

    Bonjour, Tampir. On va encore avoir chaud la couenne!

    Bonjour, Germaine. On va aussi avoir soif, et il faudra bien boire tant qu’on pourra.

    Ben tâchez toujours de ne pas trop descendre autre chose que de l’eau...

    Moi? Je n’ai jamais bu que ça dans ma vie!

Où est-ce qu’on rit, avant ou après la virgule?

    Bon, c’est vrai que j’y mets encore bien un peu de pastis...

    Vous voulez dire que vous mettez encore bien un peu d’eau dans le pastis, je vous connais...

    Asseyez-vous cinq minutes, Germaine, une heure est encore vite passée...

    Oh!, vous aviez mis les verres dans le frigo! Un malin!

    À vote santé, je ne l’ai pas fait trop fort tout de même.

    Il parait que le patron de Ma p’tite Édition a eu des explications à propos du refus d’un petit subside pour l’édition du dernier livre de Daniel Hubert.

 Oui, c’est à pisser dans sa culotte, à se demander si la commission qui fait les recommandations à la ministre sont encore sains d'eprit.

    Oho!

    Bien sûr. Il y a trois reproches. Le premier, c’est de l’arbitraire de la pire espèce. Ils disent que ce n’est pas écrit en orthographe Feller.

    Ben ça, c’est vrai, non?

    Oui, mais les règles qu’on donne pour établir la demande n’imposent pas ça. La commission n’avait pas le droit d’en faire une obligation et un critère de refus!  Mais le meilleur reste à venir. Figurez-vous que la commission, c’est la vice-présidente qui le dit, prétend que l’auteur fait des fautes de langage, et donne comme preuve qu’il utilise le mot «sèlo», et ici, je cite : «la forme ‛sèlo’ utilisée dans l’extrait n’est pas attestée par l’Atlas linguistique de Wallonie; il n’y a donc pas un seul point en Wallonie où cette forme est utilisée» Si on suit bien cette affirmation, la Gaume ne fait plus partie de la Wallonie...

    Ils avaient bu? Ce sont des Flamands?

    Je n’en sais rien, mais pour des spécialistes, ils peuvent repasser! Être ignorant à ce point, c’est une faute grave! Mais ce n’est pas tout! Ils disent aussi : «absence d’identification de la langue régionale utilisée par l’auteur». Des spécialistes qui ne sont pas capables de reconnaître un des langages qu’ils sont chargés de soutenir, c’est fort! Ils connaissent bien, pour la plupart, l’éditeur, et ils ont déjà vu (ou auraient dû voir!) les articles dans les journaux ou dans les revues, «Cocorico» par exemple. Incom- pétence, c’est tout juste ce qu’il faut retenir du rapport de la commission.

    Que va faire, l’éditeur?

    Dénoncer tout ça à la Direction générale de la culture. Et si c’est sans effet, il fera une interpellation de la ministre. Et si ça ne marche pas non plus, il ameutera les journalistes et les gens de la politique. Comme il le dit : la commissions donne 3 arguments contre la subvention, et c’est trois calembredaines lamentables qui ne peuvent que laisser croire à de la malveillance, et on ne peut tolérer que des spécialistes étalent des mensonges pour bloquer une subvention. Surtout que sur 22 ouvrages publiés, l’éditeur n’a sollicité de l’aide que pour deux titres...

    Je vois déjà bien le gros titre à la une des journaux : LE SOLEIL N’A PLUS LE DROIT DE LUIRE SUR LA GAÛME! On se demande tout de même où on va!

    Invraisemblable. En tout cas, moi, je vis nous refaire un pastis!

El 17 djulet 2022.

    Bondjou, mère Grougn’resse. V’allez bin?

    Bondjou, Tampir. Ça peut n-aller. Vès n’arins m’ in paû d’âwe pour mi? Djè r’vins don magasin èt djè crève dè soi.

    El çou qui poûrrè dère què dj’lî a r’fusé in verre d’âwe n’est m’ co au monde, Germaine. Nez-a v’assîre au pèle, i-l y fât in paû pus fraiche què d’vant l’huche.

    Merci, Jules. À la vote. Vès n’roubliez m’ dè boire de l’âwe, noume, Jules. Vès v’dessètch’rains su pîd!

    Djè bois don cafè, Germaine. Mâs mi d’trop. Cè n’est m’ bon pou l’palpitant, mâs i vaut mieux boire tchaud quand i fât tchaud èt froid quand i fât froid, à ç’qu’on dit.

    Ça, c’est des dijâyes dè gugusses qui n’viquant qu’das des baraques climatisâyes, qui n’avant djamâs ni tchaud ni froid! Dijez, v’ez vû l’nouvî slogan d’Vîrton?

    Oyi, «Binv’nue à Vîrton, v’y atez tchûz vous.» Ça n’peut v’nu qu’d’in Virtonnais.

    Bin sûr! Ça m’fât tout d’mîme dè la poûne dè voir qu’i gn’è qu’Vîrton qui fât campagne pou l’gaûmais. Rin das les 7 autes communes. Ça veut dère què das l’resse dè la Gaume, note langue gaumaise peut bin disparaite; qu’i s’a foutant coumme dè zoû premi can’çon.

    Coumme la RTBF qu’è foutu voûye toutes les èmissions en langues règionâles, èt qu’è co rèussi à foute des tchansons en anglais èt co en autes langues dans l’espèce dè micmac où ç’qu’i trèmelant l’pèquet aveu des rawettes d’on sait soûlmat quoi!

    C’est mou bin ça! La Coummunaûté française mette en place ène grosse campagne pou qu’les coummunes ravivinchent zou langue locâle, mâs d’ l’aute coté, elle lâye sa radio èt sa tèlèvision taper tafât aux oubliettes!

    Bin trisse!

    Vès n’savez quoi, Jules?

    Dijez m’, Germaine...

    On doûrout fâre ène pètition èt l’avoyi à la minisse. Lî mette el nez dans ç’ t’affaire-là. Djè m’dèmande si elle sè rade compte dè ç’qui n’va m’.

    El tout, c’est d’trouver quèqu’inque capabe d’ècri la lette. I faut rûter, mâs d’morer pôsitif èt poli.

    Oyi, cè n’est m’ la poûne dè v’dèmander dè l’fâre, vès s’rins in paû trop agressif èt ça s’rout lon d’ête guîgni d’avance...

    Tâjez-v’, Germaine. Djè va quîre el ricard.

    Vès n’arins m’ putot in Zigomar bin frais? Djusse pou montrer qu’dj’atans des bons Gaûmais...

Le 17 juillet  2022.

    Bonjour, mère Grougn’resse. Vous allez bien?

    Bonjour, Tampir. Ça peut aller. Vous n’auriez pas un peu d’eau pour moi? Je reviens du magasin et je meurs de soif.

    Celui qui pourra dire que je lui ai refusé un verre d’eau n’est pas encore né, Germaine. Venez vous asseoir au pèle, il y fait un peu plus frais que dehors.

    Merci, Jules. À la vôtre. Vous n’oubliez pas de boire de l’eau, n’est-ce pas, Jules. Vous vous dessécheriez sur pied!

    Je bois du café, Germaine. Mais pas trop. Ce n’est pas bon pour le cœur, mais il vaut mieux boire chaud quand il fait chaud et froid quand il fait froid, paraît-il.

    Ça, c’est des propos de types qui ne vivent que dans des maisons climatisées, qui n’ont jamais ni chaud ni froid! Dites, vous avez vu le nouveau slogan de Virton?

    Oui, «Bienvenue à Virton, vous y êtes chez vous.» Ça ne peut venir que d’un Virtonnais...

    Bien sûr! Ça me fait tout de même de la peine de voir que Virton est seule à faire campagne pour le gaumais. Rien dans les 7 autres communes. Ça veut dire que dans le reste de la Gaume, notre langue gaumaise peut bien disparaître, qu’ils s’en fichent comme de leur première culotte.

    Comme la RTBF qui a passé à la trappe toutes les émissions en langues régionales, et qui a encore réussi à fourrer des chansons en anglais et encore dans d’autres langues dans l’espèce de micmac où on mélange le pèket avec des rabiots d’on ne sait même pas de quoi!

    C’est tout à fait ça! La Communauté française met en place une grosse campagne pour que les communes ravivent leur langue locale mais, de l’autre côté, elle laisse sa radio et sa télévision tout jeter aux oubliettes!

    Bien triste!

    Vous savez quoi, Jules?

    Dites-moi, Germaine...

  On devrait faire une pétition et l’envoyer à la ministre. Lui mettre le nez dans cette affaire. Je me demande si elle se rend compte de ce qui ne va pas.

    Le tout est de trouver quelqu’un qui soit capable d’écrire la lettre. Il faut râler, mais rester positif et poli.

    Oui, ce n’est pas la peine de vous demander de le faire, vous seriez un peu trop agressif et ce serait loin d’être gagné d’avance...

Taisez-vous, Germaine. Je vais chercher le ricard.

  Vous n’auriez pas plutôt un Zigomar bien frais? Juste pour montrer que nous sommes des bons Gaumais...

El 10 djulet 2022.

    Bondjou, Tampir!

    Ah! V’là note mère Grougn’resse! Ça vèrè, Germaine?

    Ma foi, aveu l’sèlo, djè voûrous m’plîde qu’on s’foutrout d’mi!

    Ah, bin ça, on arout bin râjon! Pou les vacances, v’a-n allez en avion, au train, en  autocar, en auto?

    Vès voyez bin, què v’trouvez toudjous âque pou v’foute dè mi! Dj’a va à pid, coumme toudjous!

    Vès n’allez m’ don bin lon...

    Sûr mi à Tètoucimalpa!

    Pouquoi Tegucigalpa? V’ez révé d’ n’aller au Honduras, Germaine?

    Dj’â dit ça ainla, djè n’sais soûlmat d’où ç’què c’est.

    Bin ma foi, à ç’ t’heûre, vès savez qu’c’est en Amèrique latine.

    Oyi, en Amèrique centrale, mîme atère el Nicaragua èt l’Guatemala. Conte el Salvador, co bin.

    Bin... Euh... Èt...

    Ça v’ r’boûtche in coin, hein, Jules!

    Dj’a sûs abaûbi. Èt djè sûs sûr, à ç’ t’heûre què v’ez estropié l’nom d’la capitale esprès!

    Hè hè... Djè v’lous voir si v’savins dè quoi ç’què dj’causous!

    Assians-nous cinq minutes, Germaine, in heure, c’est co vite passé...

    Merci pou la jatte.

    Vès n’a-n allez m’ èç t’annâye-ci?

    Bin on n’a n’è m’ co causé nous deux...

    Aveu tout ç’qu’è dèv’nu si cher, on s’dèmande si on peut co voyadgi!

    Vès savez c’què dj’voûrous, mi, Jules?

    Aveu ç’què dj’â vû su vote taûle i gn’è deux-trois djous, djè crois bin qu’djè l’sais...

    Dijez voir...

    Vès voûrains bin n’aller à Bruxelles pou n’sèmîne!

    Voir el pètit pichâ, monter à la coupette de l’atomium, passer don taps das n’sèrie d’espositions...

    N’aller mîdgi des platerenâyes dè tout ç’qui soûrte dè la mer, ou n-aller das des restaurants qu’on n’voit m’ touci...

    Dj’atans les deux mîmes, Tampir : pansard aveu les œils è co aveu la basâne...

    Après l’apèro, on fârè l’programme èt on dècid’rè des dates.

    Dj’ans bin l’taps, Jules, on rawardrè qu’les tourisses atinchent rèvoûyes.

    Sole, frites èt n’pélâye dè lègumes dè Provence pou dîner, ça v’va?

    I sr’out djà l’heûre don ricard?

Le 10 juillet  2022.

    Bonjour, Tampir!

    Ah! Voilà note mère Grougn’resse! Ça va, Germaine?

    Ma foi, avec le soleil, si je voulais me plaindre on se ficherait de moi!

    Ah, ben ça, on aurait bien raison! Pour les vacances, vous partez en avion, au train, en  autocar, en auto?

    Vous voyez bien, que vous trouvez toujours quelque chose pour vous payer ma tête Je vais à pied, comme toujours!

    Vous n’allez donc pas bien loin...

    Sûr pas à Tètoucimalpa!

    Pourquoi Tegucigalpa? Vous avez rêvé d’aller au Honduras, Germaine?

    J’ai dit ça comme ça, je ne sais même pas où c’est.

    Ben ma foi, maintenant, vous savez que c’est en Amérique latine.

    Oui, en Amérique centrale, même, entre le Nicaragua et le Guatemala. Contre le Salvador, aussi.

    Ben... Euh... Et...

    Ça vous en bouche un coin, hein, Jules!

    J’en suis baba. Et je suis sûr aussi que vous avez estropié le nom de la capitale exprès!

    Hé hé... Je voulais voir si vous saviez de quoi je parlais!

    Asseyons-nous cinq minutes, Germaine, un heure, c’est encore vite passé...

    Merci pou la tasse de café.

    Vous ne partez pas cette année?

    Ben on n’en a pas encore parlé nous deux...

    Avec tout ce qui est devenu si cher, on se demande si on peut encore voyager!

    Vous savez ce que je voudrais, moi, Jules?

    Avec ce que j’ai vu sut vote table il y a deux ou trois jours, je crois bin que je le sais...

    Dites voir...

    Vous voudriez aller à Bruxelles une semaine!

    Voir le Manneken-Pis, monter en haut de l’Atomium, passer du temps dans une série d’expositions...

    Aller manger des plateaux de fruits de mer, ou aller dans des restaurants qu’on ne voit pas par ici...

    Nous sommes les deux mêmes, Tampir : gourmands avec les yeux comme avec le ventre...

    Après l’apéro, on fera le programme et on décidera des dates.

    On a le temps, Jules, on attendra que les touristes soient repartis.

    Sole, frites et une poêlée de légumes de Provence pour dîner, ça vous convient?

    Il serait déjà l’heure du ricard?

El 26 djuin 2022. 

    Tampir, i faut v’nu tout d’chûte!

    Bin, mère Grougn’resse, bondjou, d’aboûrd! Qu’est-ç’ qui v’arrive co?

    Djè n’â pus d’âwe au robinet!

    Aha. Èt vès n-n ez co à la tchesse don cabinet?

    Bin... Djè n’a sais rin...

    Haye, allans voir ça. Dijez, Germaine, v’atez sûre què v’ez douvî l’robinet coumme i faût?

    Vès m’pernez co pou n’loûgne, Jules. Djè sais tout d’mîme bin douvir in robinet dèdpûs longtaps!

    I gn’è pa des côps des affaires qu’on è toudjous fât qu’on y sondge mîme mi. Èt in bî djou, on s’dèmande coummat ç’ qu’on les fât... Èt on n’y arrive mi!

    Bin wâtez-y. Djè v’lâye fâre.

    Bin ma foi, i n’coule mi n’goutte d’âwe. V’a-n avins co èchoi à la nût?

    Dj’avous l’robinet qui gouttout tout l’taps. Dj’avous hutchi l’Zâbin pou qu’i v’niche èm’ rèmette in djoint. C’est s-n ouvri qu’è v’nu qu’i-l atout bin 9 heûres. I m’è dit qu’ç’atout sûr ène èpidèmîe, qu’i gn’a-n avout tout plî èt qu’i-l allout co tchûz deux autes dgens avant d’ratrer.

    Èt i fayant coumme les docteûrs?

    Dè quoi?...

    I v’comptant l’tarif dè nûti?

    Ha! ha!... Djè n’a sais rin.

    Et v’avins d’l’âwe quand i-l s’a-n è rallé?

    On n’è m’ rèwâti, il è couru voûye pou atch’ver sa djournâye...

    Soûrtez l’Ricard, Germaine.

    On n’va m’ el boire ainla, tout d’mîme, aveu pont d’âwe!

    V’arez d’ l’âwe quand vès r’venrez.

    V’là vote verre, Jules. Bin tassi, coumme toudjous.

    V’là vote âwe, bin claire èt bin fraiche, coumme toudjous.

    Coummat ç’què v’ez fât? V’atez magicien?

    L’ouvri don Zâbin è roubli dè r’toûner la p’tite vanne pa d’zous l’âwû avant d’a raller. I gn’è toudjous in premî robinet, ène vanne, quoi, avant l’robinet qu’on s’sîrve. I faut bin l’froumer si on veut tchîdgi l’djoint sans penre èn douche èt dètraper la cujine...

    Djè n’y â m’ sondgi! Pour mi, ç’atout n’catastrophe!

    Ah bin dj’crois bin! Don ricard aveu pont d’âwe, c’est pou v’ressârrer trois djous d’affilée...

    Tâjez-v’! Santé!

Le 26 juin  2022.

    Tampir, il faut venir tout de suite!

    Ben, mère Grougn’resse, bonjour, d’abord! Qu’est-ce qui vous arrive encore?

    je n’ai plus d’eau au robinet!

    Aha. Et vous en avez encore à la chasse d’eau?

    Bin... Je n’en sais rien...

    Bon, allons voir ça. Dites, Germaine, vous êtes sûre que vous avez ouvert le robinet comme il faut?

    Vous me prenez encore pour une andouille, Jules. Je sais tout de même bien ouvrir un robinet depuis longtemps!

    Il y a parfois des choses qu’on a toujours faites sans même y songer. Et un beau jour, on se demande comment on les fait... Et on n’y arrive pas!

    Ben regardez-y. Je vous laisse faire.

    Ben ma foi, il ne coule pas une goutte d’eau. Vous en aviez encore hier soir?

    J’avais le robinet qui gouttait tout le temps. J’avais appelé le Zâbin pour qu’il vienne me remettre un joint. C’est son ouvrier qui est venu qu’il était bien 9 heures. Il m’a dit que ç’était sûrement une épidémie, qu’il y en avait beaucoup et qu’il allait encore chez deux autres personnes avant de rentrer.

    Et ils font comme les médecin?

    Quoi?...

    Ils vous comptent le tarif de nuit?

    Ha! ha!... Je n’en sais rien.

    Et vous aviez de l’eau quand il est reparti?

    On n’a pas regardé, il est parti en vitesse pour achever sa journée...

    Sortez le Ricard, Germaine.

    On ne va pas le boire comme cela, quand même, sans eau!

    Vous aurez de l’eau quand vous reviendrez.

    Voilà votre verre, Jules. Bien tassé, comme toujours.

    Voilà vote eau, ben claire et bien fraîche, comme toujours.

    Comment avez-vous fait? Vous êtes magicien?

    L’ouvrier du Zâbin a oublié de retourner la petite vanne sous l’évier avant de partir. Il y a toujours un premier robinet, une vanne, quoi, avant le robinet qu’on utilise. Il faut bien le fermer si on veut changer le joint sans prendre une douche et détremper la cuisine...

    Je n’y ai pas pensé! Pour moi, c’était une catastrophe!

    Ah, ben je crois bien! Du ricard sans d’eau, c’est pour vous constiper pour trois jours d’affilée...

    Taisez-vous! Santé!


El 19 djuin 2022.

    Bondjou, Tampir!

    Bondjou, la mère Grougn’resse!

    V’allez co fâre in barbacue anû?

    Bin vès n’y sondgez m’, don, Germaine! Pou z-ête aussi roti qu’la tchâ? Faûrout ête in pau dècalé don ciboulot!

    Ça fât des annâyes què dj’vès l’dis : vès doûrins mette in grand parasol.

    Oyi, put-ête, mâs djè n-n â co pont, èt djè prèpare des affaires qui s’mîdgeant coumme on les soûrte don frigo!

    Ah, bin, ma foi, c’est n’bounne idée ètou... Et coumme vès prèparez tafât das la cujine, vès n’ez m’ dujette d’in parasol...

    Ça m’fât plâji d’voir què v’ez co n’manière normale dè voir la situâtion.

    Ç’ què ça veut dère, ça?

    Què v’ n’ez pont d’tchapî, mâs què l’sèlo n’ v’è m’co ratchitchi la cervelle...

    Bin merte, c’est vrâ qu’dj’â roubli ma hâlette! Ratrans deux minutes, què dj’n’attrapiche mi in côp d’sèlo su l’cabus!

    Bah, v’ez des mîs coumme des batteûres, vès n’ez qu’d’a mette eune au d’zus d’vote tîte, ça s’rè djusse èç’ qu’i faut...

    Lâd vara, va. Si vès n’vèlez m’ què dj’atriche, djè m’a r’va.

    Djè sais bin pouquoi qu’vès v’lez ratrer, c’est djusse pou voir èç’ què dj’mîdg’rans pou dîner.

    Lâd vara, èt co mauvaise gueûle, aveu ça!

    Haye, nez-a. I gn’è co in paû âque à fâre, vès n’arez què d’ m’âdi!

    Bin là, on n’è m’ el droit d’ratrer pou rwâti, mâs pou travailli, ça, on est bin v’nu!

    Qu’est-c’ què v’causins d’maûvaise gueûle?...

    Bin, Jules, v’ez fât des p’tites crombîres! I n’follout m’ les pèler!

    C’est pou z-a fâre ène salâde, Germaine. Aveu la pèlette, elles nè penraint m’ el goût d’la vinaigrette!

    Vès n’ez pont trouvé d’grosses crèvettes dècorticâyes?

    Ça n’è pont d’allure pou garni l’plat, si elles sant dècorticâyes.

    Mâs c’est co pèlant à pèler...

    C’est mi, què v’coummacez à pèler, Germaine! Djè v’fârâ n’târtine èt pûs ç’ s’rè bon ainla, nom des dj...

    Djè sûs binâje dè m’dèhossi la boud’lette su vote compte, Jules.

    Vès n’a-n avez m’ ène bounne à la camisole!

    Allèz, djè va quîre el Ricard, si v’vèlez bin...

Le 19 juin  2022.

    Bonjour, Tampir!

    Bonjour, la mère Grougn’resse!

   Vous allez encore faire in barbecue aujourd’hui?

    Ben vous n’y pensez pas, Germaine! Pour être aussi rôti que la viande? Faudrait être in peu décalé du ciboulot!

    Ça fait des années que je vous le dis : vous devriez mettre un grand parasol.

    Oui, peut-être, mais je n’en ai pas encore, et je prépare des plats qui se mangent comme on les sort du frigo!

    Ah, ben, ma foi, c’est une bonne idée aussi... Et comme vous préparez tout dans la cuisine, vous n’avez pas besoin d’un parasol...

    Ça me fait plaisir de voir que vous avez encore une manière normale de voir la situation.

    Qu’est-ce que ça veut dire, ça?

    Que vous n’avez pas de chapeau, mais que le soleil ne vous a pas encore desséché la cervelle...

    Ben merde, c’est vrai que j’ai oublié mon chapeau de soleil! Entrons deux minutes, que je n’attrape pas un coup de soleil sur le cabus!

    Bah, vous avez des mains comme des battoirs, vous n’avez qu’à en mettre une au-dessus de votre tête, ce sera juste ce qu’il faut...

    Laid bouc, va. Si vous ne voulez pas que j’entre, je m’en retourne.

    Je sais bien pourquoi vous voulez entrer, c’est juste pour voir ce que nous mangerons pour dîner.

    Laid bouc, et aussi mauvaise langue, avec ça!

    Allons, venez. Il y a encore in peu de travail à faire, vous n’aurez qu’à m’aider!

    Ben là, on n’a pas le droit d’entrer pour regarder, mais pour travailler, ça, on est bienvenu!

    Qu’est-ce que vous disiez, à propos de mauvaise langue?...

    Ben, Jules, vous avez fait des grenailles! Il ne fallait pas les peler!

    C’est pour faire en salade, Germaine. Avec la peau, elles ne prendraient pas le goût de la vinaigrette!

    Vous n’avez pas trouvé de grosses crevettes décortiquées?

    Ça n’a pas d’allure pour garnir le plat, si elles sont décortiquées.

    Mais c’est aussi pelant à peler...

    C’est moi, que vous commencez à peler, Germaine! Je vous ferai une tartine et puis ce sera bon comme ça, nom des dj...

    Je suis bien contente de me bidonner à vos dépens, Jules.

    Vous n’en avez pas une bonne dans la tête!

    Allez, je vais chercher le Ricard, si vous voulez bien...

El 12 djuin 2022.

    Bondjou, Tampir!

    Bin alors, v’là la mère Grougn’resse!

    Oyi, ène sacrée surprise, noume!

    Tâjez-v’, là, Germaine, ç’atout djusse ène manière dè causer.

    El sèlo v’è d’jà tapé su la hanette?

    C’est bin possibe, dj’â co roubli ma casquette.

    Vès savez, Jules, dj’â pa des côps la nostaldgie des fripes dè d’das l’taps.


    Qu’est-ce qu’è v’hutchez «das taps», Germaine? Vès n’allez-m’ èm’ dère què v’voûrins r’mette les minijupes dè vote djônesse, tout d’mîme?

    Ça... On voit tout d’chûte èç qui v’intèressout das les nippes à la moûde! Djè v’cause de pus longtaps qu’ça.

dfsdf

    Vès v’voyez aveu des crinolines? Èt in corset? Si v’a r’mettez inque, pou l’froumer, gn’arè d’ l’ouvradge... On pourrè bin s’y mette à deux-trois...

    Vès p’lez caûser! Si v’mettins in costume aveu dgîlet, on poûrrout bin r’mette ène bande dè tissus d’in mète das l’dos pou què v’plinches el froumer ètou!

    Rhôôô ! Coummat ç’qu’on peut avoir ène si mauvaise langue!

    A v’rèwâtant èt a fayant djusse coumme vous!

    Qu’est-ce qui v’è fât rêver d’ça? La gazette qui r’cause d’jà don martchi 1900?

    Ça n’peut ête què ça.

qsdf

    Vès savez, Germaine, das ç’taps-là, in n’faût m’ croire, i gn’avout d’jà des dgens, djônes ou vîs, qu’avaint in paû des kilos en pus què les autes!

    On è toudjous dit «des gros», Jules, des gros èt des grosses.

    Bah, vès n’atez m’ grosse, hein, Germaine. Enfin, djè veux dère... mi tant qu’ça!

    Tâjez-v’, hé, malotru!

    Si v’vèlez, on y vèrè, vitis coumme das ç’taps-là, au martchi 1900.

    Djè m’y vois d’jà, Jules, aveu la cote noire à dentelles, djusqu’au pids, èt pûs in ombrelle, des gants aveu des dentelles ètou...

    Si on s’y mette à c’ t’heûre, on s’rè prettes pou l’mois d’aousse!

    Vès comptez fâre in règime pou maigri d’assez d’kilos?

    Wâye non-net, hein, Germaine, mâs on poûrrè fâre fâre des handîs à nos tailles!

    Ouf, dj’îme mieux ça! Ça m’arout fât maû dè m’priver à m-n âdge!

    Mi aveu! Djè vas m’mette en tchèsse dè catalôgues.

    Èt mi, djè vas m’rèmette à couse. Gn’arè d’la b’sougne!

    Djè v’propose ène Sûze-câssis.

    Ça m’va, Jules, allans-y!

Le 12 juin  2022.

    Bonjour, Tampir!

    Ben alors, voilà la mère Grougn’resse!

    Oui, une fameuse surprise, hein!

    Allons, Germaine, c’était juste une façon de parler.

    Le soleil vous a déjà tapé sur la tête?

C’est bien possible, j’ai encore oublié ma casquette.

    Vous savez, Jules, j’ai parfois la nostalgie des vêtements d’autrefois.

Qu’est-ce que vous appelez «autrefois», Germaine? Vous n’allez pas me dire que vous voudriez remettre les minijupes de votre jeunesse, tout de même?

    Ça... On voit tout de suite ce qui vous intéressait dans les vêtements à la mode! Je vous parle de plus longtemps que ça.

 Vous vous voyez avec des crinolines? Et un corset? Si vous en remettez un, pour le fermer, il y aura du boulot... On pourra bien s’y mettre à deux ou trois...

    Vous pouvez parler! Si vous mettiez un costume avec gilet, on pourrait bien remette une bande de tissus d’un mètre dans le dos pour que vous puissiez le fermer aussi!

    Rhôôô ! Comment peut-on avoir une si mauvaise langue!

 En vous regardant et en faisant juste comme vous!

    Qu’est-ce qui vous a fait rêver de ça? La gazette qui reparle déjà du marché 1900?

    Ça ne peut être que ça.

    Vous savez, Germaine, dans ce temps-là, il ne faut pas croire, il y avait déjà des gens, jaunes ou vieux, qui avaient quelques kilos en plus que les autres!

    On a toujours dit «des gros», Jules, des gros et des grosses.

    Bah, vous n’êtes pas grosse, hein, Germaine. Enfin, je veux dire... pas tant que ça!

    Taisez-vous, hé, malotru!

    Si vous voulez, on ira, habillés comme dans ce temps-là, au marché 1900.

    Je m’y vois déjà, Jules, avec la robe noire à dentelles, jusqu’au pieds, et une ombrelle, des gants avec de la dentelle aussi...

    Si on s’y met maintenant, on sera prêts pour le mois d’août!

    Vous comptez faire un régime pour perdre assez de kilos?

    Ben non, hein, Germaine, mais on pourra faire faire des vêtements à nos tailles!

    Ouf, j’aime mieux ça! Ça m’aurait fait mal de me priver à mon âge!

    Et moi, donc! Je vais me mettre en chasse de catalogues.

    Et moi, je vais me remette à la couture. Il y aura du boulot!

    Je vous propose une Suze-cassis.

    Ça me va, Jules, allons-y!

El 5 djuin 2022.

    Alors, Tampir, v’atez content?

    Bondjou, Germaine. Dè quoi ç’què v’causez?

    Dè ç’qui nous tchût su la caf’tière...

    Bin, faut tout d’mîme bin r’counneute qu’on è dujette d’âwe pou tafât!

    Bin oyi, quand ça n’srout co qu’pou mette das l’ricard!

    Haye tâjez-v’, là. Cè n’est m’ la mîme!

    Ah paçquè v’croyez qu’si i gn’avout pus pont d’plaûve, on v’soûrtrout co des boutèles aveu d’la bounne âwe, ou bin qu’vote robinet la fabriqu’rout!

    Mère Grougn’resse, v’ez toudjous râjon. Qu’est-ç’ què v’ez d’bon das vote cabas?

    D’la grîne dè curieux!

    Voir in pau à quoi ç’què ça r’sène, djè n-n â djamâs pont vû...

    Bin vèlà!

    Aha! Ça r’sène en tout cas à don mèlon, don djambon, dè...

    Vès comptez fâre tout l’inventaire dè m’cabas?

    Bin faûrè bin, si la grîne est das l’fond...

    Haye, c’est bon. V’ez atu à Lîdge èchoi?

    Bin oyi, ma foi.

    Gn’avout tout plî d’monde?

  El lauréat atout aveu ses deux fèilles èt s’dgenre, èt i gn’avout l’confèrencier et deux autes dgens. Mâs i gn’a-nè co brâmat qu’atint on n’sait d’où...

    El gaumais n’passe mi bin tchûz les Lîdgeux?

    Cè n’est m’ ça, à m-n avis. El confèrencièr, el Jacques Warnier, è causé d’coummat ç’qu’i-l avout ècri s’lîve (su Favenale, in villadge disparu), èt ç’atout ma foi foût intèressant. Èt c’est ècrit en lîdgeux. Èt l’Tétras-Lyre, l’èditeur, è fât coumme à Ma p’tite Édition, el texe original en lîdgeux d’in coté, et l’mîme en français d’l’aute.

    Ça veut tout d’mîme bin dère qu’i gn’è pus wâ d’intèret pou l’wallon, qu’i souche wallon, lorrain ou picard.

    Djè crois què ç’ n’est m’ ça. Djè l’rèpète souvatx: el public îme co bin d’ l’oï, mâs aveu zou ècriture, el public n’è m’ prête à appenre à l’lire.

    Pourtant, el gaumais, lu, s’lît âjimat!

    Ça coummace à v’nu, Germaine, mâs on n’è m’ co guîgni : i gn’arè toudjous des auteûrs qui voûrant ècri à zoû manière, èt i n’sè doutant m’ qu’i-s atant les seûls à s’comprenre à la lecture...

    On n’tchîdge mi des habitûdes qu’ant collé à quate ou cinq gènérâtions en quéques annâyes, Jules.

    En tout cas, bravô à la ville dè Lîdge pou ses initiatîves pou què l’wallon n’mouriche mi si vite!

    I nous faûrout ça en Gaume, put-ête à Vîrton...

    Porto?

    Porto.

Le 5 juin  2022.

    Alors, Tampir, vous êtes content?

    Bonjour, Germaine. Vous parlez de quoi?

    De ce qui nous tombe sur la cafetière...

    Ben, il faut quand même bien reconnaître qu’on a besoin d’eau pout tout!

    Ben oui, quand ce ne serait encore que pour mettre dans le ricard!

    Allons, taisez-vous, là. Ce n’est pas la même!

  Ah parce que vous croyez que s’il n’y avait plus de pluie, on vous produirait encore des bouteilles avec de la bonne eau, ou que votre robinet la fabriquerait!

    Mère Grougn’resse, vous avez toujours raison. Qu’est-ce que vous avez de bon dans votre sac?

    De la graine de curieux!

    Montrez un peu à quoi ça ressemble, je n’en ai jamais vu...

    Ben voilà!

    Aha! Ça ressemble en tout cas à du melon, du jambon, de...

  Vous comptez faire tout l’inventaire de mon sac?

    Ben faudra bien, si la graine est dans le fond...

    Allez, c’est bon. Vous êtes allé à Liège hier?

    Ben oui, ma foi.

    Il y avait beaucoup de monde?

    Le lauréat était avec ses deux filles et son gendre, et il y avait le conférencier et deux autres personnes. Mais beaucoup étaient on ne sait où...

    Le gaumais passe mal chez les Liégeois?

    Ce n’est pas cela, à mon avis. Le conférencier, Jacques Warnier, a parlé de la genèse de son roman (sur Favenale, un village disparu), et ç’était ma foi fort intéressant. Et c’est écrit en wallon liégeois. Et le Tétras Lyre, l’éditeur, a fait comme à Ma p’tite Édition, le texte original en wallon d’un côté, et le même en français de l’autre.

    Ça veut tout de même bien dire qu’il n’y a plus guère d’intérêt pour le wallon, qu’il soit wallon, lorrain ou picard.

 Je crois que ce n’est pas cela. Je le redis souvent : le public aime bien de l’entendre, mais avec leur écriture, le public n’est pas prêt à apprendre à le lire.

    Pourtant, le gaumais, lui, se lit facilement!

    Ça commence à venir, Germaine, mais on n’a pas encore gagné : il y aura toujours des auteurs qui voudront écrire à leur manière, et ils ne se doutent pas qu’ils sont les seuls à se comprendre à la lecture...

    On ne change pas des habitudes qui ont collé à quatre ou cinq générations en quelques années, Jules.

    En tout cas, bravo à la ville de Liège pouf ses initiatives pour que le wallon ne meure pas si vite!

Il nous faudrait ça en Gaume, peut-être à Virton...

    Porto?

    Porto.

El 29 mai 2022.

    Bondjou, là, Mère Grougn’resse.

    Bondjou, don, Tampir!

    Est-ç’ què v’savez bin què l’patois s’prèpare à raviquer das la règion d’Vîrton?

    Ça m’ètounn’rout, mâs dijez toudjous...

    La Ville è signé la chârte aveu la Coummunaûté française pou la dèfense des LRE.

    V’là què v’causez coumme les gazettes, à ç’ t’heûre... Aveu des lettes qu’on sait soûlmat ç’qu’elles vèlant dère.

    Bin, tout l’monde sait bin ç’què ça veut dère, LRE, quand mîme...

    C’est ç’què les deux-trois hottus qu’ant inventé ça v’lant fâre accroire. Fayez l’tou don villadge èt d’mandez à 10 habitants si i savant bin ç’què ça veut dère... On n’fât pus qu’ça, à ç’ t’heûre. Et les çounes qui sant concernés dijant qu’tout l’monde sait bin.

    Langues régionales endogènes.

    Tout ça pou dère patois! I s’foutant d’note gueûle, noume! I gn’è co in pèteux ou l’aute qui mèprîjout l’patois èt qu’è v’lu a fâre quèque tchôse d’intellectuel...

    Ben vès poûrtez bin vote nom anû, mère Grougn’resse...

    Bon, dijans què dj’sûs co in paû loûgne... Coummat ç’qu’i-s allant fâre?

    I gn’avout djà les taûles dè conversâtion en gaumais à Îthe. On arè bintot des l’çons pou les afants.

    Bin ça, c’est n’bounne idée! Mâs l’problème, c’est qu’i-l est molâji d’ l’ècri, l’gaûmais. Èt dè l’lîre, don!

    Mâs vès savez, Germaine, si on arrive à mette les patoisants d’accoûrd su n’manière dè fâre, on poûrrout co sauver note patois.

    Vès savez bin – èt v’atez bin mins pou l’savoir, noume don – qu’les Gaûmais sant des heurîs, èt qu’i v’lant tourtous ècri à zoû manière!

    V’ez râjon, Germaine, mâs quand i g’nè des inondâtions, c’qui s’mette en route, c’est la solidarité, èt c’est ainla qu’les dgens s’a soûrtant. On n’ s’occupe pus dè c’qui sèpare, mâs on fât tafât pour r’mette les dgens assène.

    Là, Tampir, vès causez d’catastrophe. Djè n’sûs m’ sûre qu’i gn’a brâmat des Gaûmais qui considèrant qu’si l’patois est en train d’sombrer, c’est n’catastrophe... On lâye djà l’angliche penre la place don français...

    Germaine, vès fârez ç’què v’voûrez : mi, djè djoûrâ l’djû pou sauver l’patois d’note belle Gaûme.

    Èn’ vès tracassez m’, Jules, djè s’râ aveu vous!

    Ricard pou nous deux!


Le 29 mai 2022.

    Bonjour, là, Mère Grougn’resse.

    Bonjour, Tampir!

    Savez-vous bien que le patois se prépare à se réveiller dans la région de Virton?

    Ça m’étonnerait, mais dites toujours...

    La Ville a signé la charte avec la Communauté française pour la défense des LRE.

    Voilà que vous parlez comme les gazettes, maintenant... Avec des lettres dont on ne sait même pas ce qu’elles veulent dire.

   Ben, tout le monde sait bien ce que ça veut dire, LRE, quand même...

  C’est ce que les deux ou trois olibrius qui ont inventé ça veulent faire croire. Faites le tour du village et demandez à 10 habitants s’ils savent ce que ça signifie... On ne fait plus que ça, maintenant. Et les ceux qui sont concernés disent que tout le monde sait bin.

    Langues Régionales Endogènes.

    Tout ça pour dire patois! Ils se foutent de note gueule, hein! I y a encore eu un snobinard ou l’autre qui méprisait le patois et qui a voulu en faire quelque chose d’intellectuel...

    Ben vous portez bien votre nom aujourd’hui, mère Grougn’resse...

    Bon, disons que je suis encore un peu naïve... Comment vont-ils faire?

 Il y avait déjà les tables de conversation en gaumais à Èthe. On aura bientôt des cours pour les enfants.

   Ben ça, c’est une bonne idée! Mais le problème, c’est qu’il est difficile à écrire, le gaumais. Et à lire, donc!

    Mais vous savez, Germaine, si on arrive à mettre les patoisants d’accord sur une manière de faire, on pourrait encore sauver notre patois.

    Vous savez bien – et vous êtes bien placé pour le savoir, n’est-ce pas – que les Gaumais sont des entêtés, et qu’ils veulent tous écrire à leur manière!

    Vous avez raison, Germaine, mais quand il y a des inondations, ce qui se met en route, c’est la solidarité, et c’est comme cela que les gens s’en sortent. On ne s’occupe plus de ce qui sépare, mais on fait tout pour remette les gens ensemble.

    Là, Tampir, vous parlez de catastrophe. Je ne suis pas sûre qu’il y ait beaucoup de Gaumais qui considèrent que si le patois est en train de sombrer, c’est une catastrophe... On laisse déjà l’angliche prendre la place du français...

 Germaine, vous ferez ce que vous voudrez : moi, je jouerai le jeu pour sauver le patois de notre belle Gaume.

    Ne vous en faites pas, Jules, je serai avec vous!

    Ricard pour nous deux!

El 22 mai 2022.

    Salut, père Tampir, coummat ç’què v’allez anû?

    Djè crois què dj’va aussi bin qu’vous, mère Grougn’resse! Vès m’ez l’air dè foût bounne humeûr!

    Dj’â guîgni à la loterie nationâle!

    Tout plî d’sous?

    I n’faut m’ exadgèrer, là, Jules. Vès savez, les machins qu’on gratte, on n’guîgne djamâs des trèllâyes...

    Si v’a-n ez assez pou rapli vote cûve à mazout, c’est ma foi foût bin!

    A m-n’avis, ça vèrè. Et dj’arâ co pou v’päyi in bon dîner!

    Ça d’vint ma foi putot intèressant, tout ça!

    Djè l’savous bin, qu’i gn’avout qu’à v’causer d’mîdgi pour v’ravir èt v’bailli d’ l’appîtit!

    Oyi, bin sûr, Germaine, mâs i gn’è m’què ça, das la vîe.

    Vès douvez tout d’mîme fâre in paû attention, Jules. Dj’a atu sur goo-gle, coumme i dit l’Djean-Michel dè Beyne-Heusay, èt dj’â vû qu’i gn’avout n’feumme dè 75 ans qu’avout dèv’nu mère – in afant qu’avout crèchi das s’prope vate! – èt djè n’voûrous m’ què ça m’arriviche.

    Ç’est tout d’mîme èç’ qu’on peut hutchi d’la fècondâtion in vî trô!

    V’atez bin maû al’vé, Jules mâs c’est tout d’mîme à paû près ça!

    Èt vès v’lez m’dère què v’ n’ez m’ guîgni assez pou al’ver in afant?

    Tâjez-v’, là, Jules. Pour mi, c’est n’est m’ responsâbe, in affaire ainla. C’est coumme si la mère atout djà la grand-mère! Èt l’afant s’rè orphèlin d’bounne heûre. Qui ç’qui s’occup’rait d’lu, in côp la mère voûye? A moins què l’père atiche brâmat pus djeûne!

    Bon, on mette tout ça su l’coté! Quand ç’què où ç’què v’m’invitez?

    Nè, mille djeux, l’pansard èrprend l’dessus!  Où ç’qu’ èt quand ç’què v’vèlez, Jules.

    Mi ç’dîmatche-ci, Germaine, en tout cas.

    V’avez des autes prodjets aveu in aute feumme?

    Aaaah, ça s’poûrrout co bin. La Lèontine don Fernand d’la rûe don Bosquet m’è fât d’l’œil l’aute djou à la bouland’grie...

    Vès n’ mè fârez m’ bisquer aveu lîe, Jules. Djè la counneus bin, èt i gn’è m’ pus sèrieûse què lîe.

    Dj’â prèparé in mènu royal pou n’feumme qu’on hutche Germaine. Si vès v’lez bin ête èm-n hôte en tout cas...

    Djè va rèflètchi, Jules, mâs djè crois bin qu’ dj’arâ bî fâre, què djè n’troûv’râ pont d’argument pou v’dère non. Ça s’rè in Ricard, pour mi.

Le 22 mai 2022.

    Salut, père Tampir, comment allez-vous aujourd’hui?

    Je crois que je vais aussi bien que vous, mère Grougn’resse! Vous m’avez l’air de fort bonne humeur!

    J’ai gagné à la loterie nationale!

    Beaucoup d’argent

    Il ne faut pas exagérer, Jules. Vous savez, les machins qu’on gratte, on ne gagne jamais des grosses sommes...

    Si vous en avez assez pour remplir votre citerne à mazout, c’est ma foi fort bien!

    A mon avis, ça ira. Et j’aurai encore de quoi vous offrir un bon dîner!

    Ça devint ma foi plutôt intéressant, tout ça!

    Je le savais qu’il n’y avait qu’à vous parler de manger pour vous réveiller et vous donner de l’appétit!

    Oui, bien sûr, Germaine, mais il n’y a pas que ça, dans la vie.

    Vous devrez tout de même faire un peu attention, Jules. Je suis allée sur gôô-gle, comme dit Jean-Michel de Beyne-Heusay, et j’ai vu qu’une femme de 75 ans était devenue mère – un enfant qu’elle avait porté dans son propre ventre! – et je ne voudrais que ça m’arrive.

    Ç’est quand même ce qu’on peut appeler de la fécondation «in vî trô

    Vous êtes bien mal élevé, Jules mais c’est quand même in peu cela...!

    Et vous voulez me dire que vous n’avez pas gagné assez pour élever un enfant?

    Taisez-vous, donc, Jules. Pour moi, ce n’est pas responsable, un truc comme cela. C’est comme si la mère était déjà la grand-mère! Et l’enfant sera orphelin de bonne heure. Qui s’occupera de lui, une fois la mère partie? À moins que le père soit beaucoup plus jeune!

    Bon, on met tout ça de côté! Quand m’invitez-vous?

    Hop, crénom, le pansard reprend le dessus!  Où et quand vous voulez, Jules.

    Pas ce dimanche-ci, Germaine, en tout cas.

    Vous avez des autres projets avec une autre femme?

    Aaaah, ça se pourrait bien. La Léontine du Fernand de la rue du Bosquet m’a fait de l’œil l’autre jour à la boulangerie...

    Vous ne me ferez pas marcher avec elle, Jules. Je la connais bien, et il n’y a pas plus sérieuse qu’elle.

    J’ai préparé un menu royal pour une femme qu’on nomme Germaine. Si toutefois vous voulez bien être mon hôte...

    Je vais réfléchir, Jules, mais je crois bien que j’aurai beau faire, je ne trouverai pas d’argument pour vous dire non. Ce sera un Ricard, pour moi.

El 14 mai 2022.

   Bondjou, père Tampir.

   Ahâ, bondjou, là, mère Grougn’resse. V’allez bin?

   Bah, aveu l’taps qu’i fât, on n-n’ ôs’rout s’plîde, noume don?

   C’est tout d’mîme in drole dè djou, anû!

   Ah bon? Ç’qu’i-l è d’si drole?

   I mette assène la fîte des mères èt la fin d’ène guîrre...

   C’est in hasard...

   Èt vès trouvez ça normal, vous?

   Djè n’vois m’ èç qu’i gn’arout aveu ça!

   V’ez p’t-ête râjon. Das les deux cas, c’est in paû n’libèrâtion...

   Ah! Vès voyez bin!

   Èt das les deux cas, on n’est djamâs sûr què ça n’rècoummaç’rè m’!

   Bin djè v’mette au dèfi dè m’fâre rèdèv’nu mère, là, Jules! Alors què d’l’aute coté, gn’è toudjous quèqu’pârt das l’monde in holi ou in maû tapé qu’est prête à v’rèfoute ène guîrre su la plâtène!

   Oyi, qu’on croyout bin qu’ça n’atout pus possibe su note continent, i gnè in crapuleux fin fou qu’è r’foutu la merte.

   Bon, à part ça, qué libèrâtion qu’v’allez fîter anû?

   Vès savez bin qu’les commèmorâtions «pou n’djamâs roubliîr» èn’ sant m’ das mes habitudes. Respect pou tous les çounes qu’ant mouru sas râjon. Mâs mi, pou tout ç’qu’est noir èt tout plî d’moûts, djè d’mande el droit à l’oubli.

   Ma foi. Djè s’rous co bin d’vote coté...

   Vès v’nez, Germaine? Dj’â prèparé l’apèro et fât mi-mîme deux-troîs amûse-gueule què v’ m’a dèrez des nouvelles...

   Mi, Jules, djè v’nous v’dèmander si on n’vèrout m’ dîner tchûz la p’tite Marie, qu’è annonci in bî p’tit mènu pou la fîte dès mères.

   Atrez toudjous, Germaine, on voirè bin après.

   Oh mon djeu! Jules! Cè n’est m’ djeu possibe! V’y ez passé la nûti? Des fleûrs pa d’ t’avau... Ène taûle qu’on croirout dressîte pa n’fâye! Dès... Mon djeu, Jules, vès m’mettez des lârmes das les œils!

   Djè vois guère d’aute place pou les mette, Germaine...

   Tâjez-v’... Ça node si bon...

   Si Madâme veut bin s’assîre, djè vèrâ quîre el champagne èt lî servi...

   Aveu l’pûchet das l’cul...

   D’la boutèle pou fâre in paû «grand style», oyi, Madâme...

   Vès m’dijez l’mènu?

   Pou vote plâji, Madâme, el chef è prèparé in v’louté d’asperdges, des mini grènailles aveu in tournedos grilli au barbacue èt servi mîtant trantchi aveu don foie gras atère les trantches (Rossini, quoi), èt ène salâde dè saison...

   Vès savez ç’què dj’arous bin v’lu pou dessert, Jules?

   Non.net, Germaine, mâs djè v’servirâ ène «île flottante».

   Ça fât des annâyes què djè n’rêve què d’ça, Jules.

   Et dj’â d’la Sambuca pou mette aveu l’cafè!

   Après ça, Jules vès poûrrez m’dèmander tout ç’què v’voûrez...

   Bin, Germaine, la djournâye s’rè pus longue què les autes. Dj’allans passer don bon taps!

Le 14 mai 2022.

   Bonjour, père Tampir.

   Ahâ, bonjour, mère Grougn’resse. Vous allez bien?

   Bah, avec le temps qu’il fait, on n’oserait pas se plaindre, n’est-ce pas?

 C’est tout de même un drôle de jour, aujourd’hui!

   Ah bon? Qu’est-ce qu’il a de si drôle?

 Il associe la fête des mères et la fin d’une guerre...

   C’est un hasard...

   Et vous trouvez ça normal, vous?

   Je ne vois pas ce qui n’irait pas!

   Vous avez peut-être raison. Dans les deux cas, c’est un peu une libération...

   Ah! Vous voyez bien!

   Et dans les deux cas, on n’est jamais sûr que ça ne recommencera pas

   Ben je vous mets au défi de me rendre mère à nouveau, là, Jules! Alors que de l’autre côté, il y a toujours quelque part dans le monde un bon à rien ou un mal embouché prêt à vous refoutre une guerre sur la planète!

 Oui, alors qu’on croyait bien que ça n’était plus possible su note continent, il y a un cra- puleux fin fou qui a à nouveau semé la merde.

   Bon, à part ça, quelle libération allez-vous fêter aujourd’hui?

   Vous savez bien que les commémorations «pour ne jamais oublier» ne sont pas dans mes habitudes. Respect pou tous ceux qui sont morts sans raison. Mais moi, pour tout ce qui est noir et compte beaucoup de morts, je demande le droit à l’oubli.

 Ma foi. Je serais encore bien de votre côté...

  Vous venez, Germaine? j’ai préparé l’apéro et fait moi-même quelques amuse-gueules dont vous me direz des nouvelles...

   Moi, Jules, je venais vous demander si on n’irait pas dîner chez la petite Marie, qui a annoncé un beau petit menu pour la fête des mères.

   Entrez toujours, Germaine, on verra bien après.

   Oh mon dieu! Jules! Ce n’est pas dieu possible! Vous y avez passé la nuit? Des fleurs par tout... Une table qu’on croirait dressée par une fée! Dès... Mon dieu, Jules, vous me mettez des larmes dans les yeux!

   Je ne vois guère d’autre endroit pout les mette, Germaine...

   Taisez-vous... Ça sent si bon...

   Si Madâme veut bien s’asseoir, j’irai chercher le champagne et le lui servir...

   Avec le pouce dans le cul...

   De la bouteille pour faire un peu «grand style», oui, Madâme...

   Vous me dites le menu?

   Pour votre plaisir, Madâme, le chef a préparé un velouté d’asperges, des mini grenailles avec un tournedos grillé au barbecue et servi à demi tranché avec du foie gras entre les tranches (Rossini, quoi), et une salade de saison...

   Vous savez ce que j’aurais aimé comme dessert, Jules?

   Non, Germaine, mais je vous servirai une «île flottante».

   Ça fait des années que je ne rêve que de cela, Jules.

   Et j’ai de la sambuca pour aller avec le café!

   Après ça, Jules vous pourrez me demander tout ce que vous voudrez...

   Ben, Germaine, la journée sera plus longue que les autres. Nous allons passer du bon temps!

El 1î mai 2022.

    Bondjou, mère Grougn’resse!

    Ah! père Tampir! Coummat ç’què v’allez?

    Bin, ma foi, djè crois qu’ça vèrè. Djè v’a dèrâ pus’ el 15 dè mai.

    Ah bon? Ç’qu’i gn’è, l’15 dè mai?

    Ça s’rè l’ lond’mî don 14.

    Ooooh! V’ez fât n’fâmeuse trouvaille toulà...

    Vès n’savez d’jà pus ç’qu’i gnè l’14?

    Mi, das les 14, djè n’counneus qu’févrî.

    Ça n’m’ètounne mi d’vous! Vès n’sondgez qu’au plâji don...

    Oyi, ça va!

    Mi, c’est au plâji d’la langue què...

    V’atez co pus vicieux qu’djè n’croyous!

    Bin vès n-n’avez, don toupet! Mi, djè v’cause dè la langue gaumaise, dè note bon vî patois!

    Ah! Euh... Bin... Èt v’allez causer gaumais l’14 dè mai?

    Djè sais bin qu’aveu l’âdge, on pîrde in pau d’mèmoire, mâs tout d’mîme!

    Djè... Ah oyi! A Martche! La fîte aux langues dè Wallounie!

    On y rawâ des cent mille dgens!

    Vès plez d’jà sûr èr’tèrer les mille!

    Qué Èmile?

    Mi l’Èmile, les mille!

    Qu’est-ç’ què v’racontez toulà, v’avez v’nu sotte?

    C’est vous qui n’y atez pus! Des cent, mi des mille!

    Aha! Bin on voirè bin, noume don? V’allez au cabaret l’6?

    Oyi, sûr. I paraît què l’holi d’Frego va z’y tchanter èt conter deux-troîs flauves.

    I l’annonçant m’, pourtant.

    I s’avant trompé d’nom. Mâs ça n’fât rin, dj’y verâ! Qu’est ç’què v’fayez anû? Èt qu’est-ce què v’catchez dî vote dos?

    Anû, dj’invite la mère Grougn’resse, èt djè lî â amoûné don muguet.

    Bin... Euh... Merci brâmat des côps, Jules. Djè v’chû.

    Djusse pou l’plâji d’la langue?

    Nè m’fayez m’ roudgi, lâyez ça pou les rôse don premî mai!

Le 1er mai 2022.

    Bonjour, mère Grougn’resse!

    Ah! père Tampir! Comment allez-vous?

    Ben, ma foi, je crois que ça ira. Je vous en dirai plus le 15 mai.

    Ah bon? Qu’est-ce qu’il y a, le 15 mai?

    Ce sera le lendemain du 14.

    Ooooh! Vous avez fait là une sacrée trouvaille...

    Vous ne savez déjà plus ce qu’il y a le 14?

    Moi, dans les 14, je ne connais que février.

    Ça ne m’étonne pas de vous! Vous ne pensez qu’au plaisir du...

    Oui, ça va!

    Moi, c’est au plaisir de la langue que...

    Vous êtes encore plus vicieux que je ne croyais!

    Ben vous en avez, du culot! Moi, je vous parle de la langue gaumaise, de notre bon vieux patois!

    Ah! Euh... Ben... Et vous allez parler gaumais le 14 mai?

    Je sais bien qu’avec l’âge, on perd un peu la mémoire, mais quand même!

    Je... Ah oui! À Marche! La fête aux langues de Wallonie!

    On y attend des mille et des cents personnes!

    Vous pouvez déjà sûrement retirer les mille!

    Quel Émile?

    Pas l’Émile, les mille!

    Qu’est-ce que vous ’racontez là, vous êtes devenue sotte?

    C’est vous qui n’y êtes plus! Des cents, pas des mille!

    Aha! Ben on verra bien, n’est-ce pas? Vous allez au cabaret le 6?

    Oui, bien sûr. Il paraît que le fada de Frego va y chanter et raconter deux ou trois blagues.

    Ils ne l’annoncent pas, pourtant.

    Ils se sont trompés de nom. Mais ça ne fait rien, j’irai! Qu’est-ce que vous faites aujourd’hui? Et qu’est-ce que vous cachez derrière votre dos?

    Aujourd’hui, j’invite la mère Grougn’resse, et je lui ai apporté du muguet.

    Ben... Euh... Merci beaucoup, Jules. Je vous suis.

    Juste pour le plaisir de la langue?

    Ne me faites pas rougir, laissez ça pour les roses du premier mai!

El 24 avri 2022.

    Bondjou, mère Grougn’resse!

    Bondjou, là, Tampir.

    D’où ç’què v’allez aveu vote cabas?

    Djè m’va quîre in pî, Jules.

    Vès l’fayins vous-même, i m’sène...

    Èm’ robot pou fâre la pâte est en panne.

    Èt v’ez dèv’nu trop fégnante pou la fâre à la mîe...

    C’est in paû ça, Jules. Cè n’est m’ co si âji, wez-v’ bin.

    Si v’vèlez, Germaine, dj’a fârâ deux anû, djè v’a bârâ inque.

    Qu’est-ç’ què v’y mettez coumme grînes?

    In paû d’pavot, don sèsâme èt in paû d’grînes dè cahoûrte.

    Ça m’va. Ainlà, djè peux ratrer tout d’chûte. À quéle heûre què dj’peux v’nu l’quîre?

    Èn’ vès tracassez m’, Germaine, djè vès l’moûnrâ.

    À l’heûre dè l’apèro d’la nût, djè parîrous bin...

    Ou don poûsse-cafè...

    Mâs... Djè voûrous bin rwâti l’film à la tèlè...

    C’est aveu qui?

    L’Ursuline Andresse, c’est d’jà in vî film...

    Ah bon! Dj’allous dère, paç’què l’Ursula, elle è sûr das les 80 ans!

    Èt les vîes feummes, ça n’v’intèresse pus, sacré lâd mama!

    Ça dèpade in paû, hein, Germaine...

    Merci brâmat des côps pou l’complîmat qu’vès glissez d’zous les pîds coumme ène pèlette dè banane!

    Dijans què dj’n’â rin dit... On peut rwâti l’film assène...

    C’est ça. On prend l’apèro d’vant l’huche, mâs on ratère mîdgi à la mâjon...

    V’atez aussi pîre què mi, Germaine... si mi co d’pus!

    Vès venrez quand vès voûrez, Jules. Quand l’pî s’rè frad...

    C’est ça. A t’ t’à l’heûre...

Le 24 avril 2022.

    Bonjour, mère Grougn’resse!

    Bonjour, Tampir.

    Vous allez où, avec votre cabas?

    Je m’vais chercher un pain, Jules.

    Vous le faisiez vous-même, il me semble...

    Mon robot pour faire la pâte est en panne.

    Et vous êtes devenue trop paresseuse pour la faire à la main...

    C’est in peu ça, Jules. Ce n’est pas si facile, voyez-vous.

    Si vous voulez, Germaine, j’en ferai deux aujourd’hui, je vous en donnerai un.

    Qu’est-ce que vous y mettez comme graines?

    Un peu de pavot, du sésame et un peu de graines de courge.

    Ça me convient. Ainsi, je peux rentrer tout de suite. Je peux venir le chercher à quelle heure?

    Ne vous tracassez pas, Germaine, je vous le porterai.

    À l’heure de l’apéro du soir, je parie...

    Ou du pousse-café...

    Mais... Je voudrais bien regarder le film à la télé...

    C’est avec qui?

    L’Ursuline Angresse, c’est déjà un vieux film...

    Ah bon! J’allais dire, parce que l’Ursula, elle a sûrement dans les 80 ans!

    Et les vielles femmes, ça ne vous intéresse plus, sacré laid machin!

    Ça dépend un peu, hein, Germaine...

    Merci beaucoup pour le compliment que vous me glissez sous les pieds comme une peau de banane!

    Disons que je n’ai rien dit... On peut regarder le film ensemble...

    C’est ça. On prend l’apéritif dehors, mais on rentre manger à la maison...

    Vous êtes aussi vicieuse que moi, Germaine... si pas plus!

    Vous viendrez quand vous voudrez, Jules. Quand le pain sera froid...

    C’est ça. À tout à l’heure...

El 9 avri 2022.

    Père Tampir, djè crois qu’v’allez co rire dè mi...

    Bondjou, Germaine. Ça n’fât rin, dj’îme co bin, là, mi!

    Oh bin oyi, dj’a sûs sûre! Mâs mi, ça n’mè fât m’ rire!

    Qu’est-ce què v’ez co fât, don?

    Djè m’â rafroumé das les cabinets à 7 heûres au matin, èt djè vins d’a soûrti i gn’è dîje minutes!

    C’est bin, ça. Djusse pou l’heûre dè l’apèro. V’avins eune sacrée dèclitchette, don?

    Rin d’tout ça, Jules, djusse què la cliche s’è démîtchi èt què l’tchu dè d’hoûrs è tchu su l’pavé, dè l’aute coté!

    Qui est-ce qui vous è monté ça ainla? Pou la place, ç’atout toudjous in fâmeux traû don c...

    Et pouquoi, don? On peut les monter autrèmat?


    Bin, on lâye toudjous pa d’das la pièce la clitche aveu l’tchu qui passe au travî d’l’huche, bin sûr. Ainla, dè d’das, on peut toudjous toûner l’bazar pou douvri l’huche
!

    C’est bin ainla qu’elle atout. Mâs dj’avous bî toûner èt toûner, ça n’m’artchout m’ èt dj’atous bel èt bin rafroumâye!

    Vès m’contez des aulûjes, là, Germaine! Pouquoi qu’ ça n’allout m’? Cè n’est wâ possibe!

    Bin pourtant siè, Jules, c’est ainla.

    Èt qu’est-ce què v’ez fât là-d’ das djusqu’à ç’t’heûre?

    Djè m’â rassu pou rèflètchi.

    V’ez co des côps d’l’idée...

    Djè m’dèsespèrous. Bacâyi? Pachoûne n’arout rin oï.

    Bon, bin dijez m’ coummat ç’què v’ez rèussi à soûrti... Mi pa la bawette, tout d’mîme?

    Bin sûr què non!

    Gn’arout qu’la tîte qu’arout passé...

    Èt si ç’avout atu vous, i gn’arout sûr què la bett’râve, aveu la grosse tîte què v’ez toudjous!

    1-1. Alôrs?

    Quoi, 1-1?

    Èn’ vès fayez m’ pus loûgne què v’n’atez... djè v’â eû èt vès m’ez eû in côp...

    Oyi, bon. In moumat, què djè m’prèparous à fonci das l’huche...

    Vès v’arins djusse fât maû...

    Èm-n œil s’est fixé su la clé das la serrure...

    Vès n’allez m’ èm’ dère...

    Djè n’sais quand ç’què dj’â fât ça, Jules mâs i gn’avout pachoûne d’aute dans l’cabinet... adon c’est sûr mi qu’è froumé à clé...

    Èt in côp r’laûtchîte, vès v’ez dit qu’coumme vès n’avins rin fât pou dîner, el Jules allout v’nûri...

    Ma foi...

    Djè va quîre l’apèro. Mâs avant, dj’â co n’pètite tchôse à fâre.

    Quoi?

    Djè m’va r’tèrer la clé dè m’cabinet!

Le 9 avril 2022.

    Père Tampir, je crois que vous allez encore rire de moi...

    Bonjour, Germaine. Ça ne fait rien, j’aime encore bien, moi!

    Oh ben oui, j’en suis sûre! Mais moi, ça ne me fait pas rire!

    Qu’est-ce que vous avez encore fait, donc?

  Je me suis renfermée dans les toilettes à 7 heures du matin, et je viens d’en sortir il y a dix minutes!

    C’est bien, ça. Juste pour l’heure de l’apéro. Vous deviez avoir une sacrée diarrhée...

    Rien de tout ça, Jules, juste que la poignée s’est démanchée et que la partie de l’extérieur est tombée sur le pavé, de l’autre côté!

    Qui est-ce qui vous a monté ça comme cela? Pour l’endroit, c’était en tout cas un fameux trou du c...

 Et pourquoi, donc? On peut les monter autrement?

    Ben, on laisse toujours à l’intérieur de la pièce la partie avec le morceau qui passe au travers de la porte, bien sûr. Ainsi, de l’intérieur on peut toujours tourner le mécanisme pour ouvrir la porte!

    C’est bien comme cela qu’elle était. Mais j’avais beau tourner et tourner, ça ne fonctionnait pas et j’étais bel et bien enfermée!

  Vous me contez des craques, là, Germaine! Pourquoi est-ce que ça n’allait pas? Ce n’est guère possible!

    Ben pourtant, si, Jules, c’est ainsi.

    Et qu’est-ce que vous avez fait là-dedans jusqu’à maintenant?

    Je me suis rassise pour réfléchir.

    Vous avez encore parfois de l’idée...

    Je me désespérais. Crier? Personne n’aurait rien entendu.

    Bon, ben dites-moi comment vous avez réussi à sortir... Pas par la fenêtre, tout de même?

    Bien sûr que non!

    Seule la tête serait passée...

    Et si ç’avait été vous, il n’y aurait sûrement que le nez, avec la grosse tête que vous avez toujours!

    1-1. Alors?

    Quoi, 1-1?

    Ne vous faites pas plus bête que vous n’êtes... je vous ai eue et vous m’avez eu une fois...

    Oui, bon. Un moment, alors que je me préparais à enfoncer la porte...

    Vous vous seriez tout juste fait mal...

    Mon œil s’est fixé sur la clé dans la serrure...

    Vous n’allez pas me dire...

    Je ne sais pas quand j’ai fait ça, Jules mais il n’y avait personne d’autre dans les toilettes... c’est donc assurément moi qui ai fermé à clé...

    Et une fois libérée, vous vous êtes dit que comme vous n’aviez rien fait pour dîner, le Jules allait vous restaurer...

    Ma foi...

    Je vais chercher l’apéro. Mais avant, j’ai encore une petite chose à faire.

    Quoi?

    Je vais retirer la clé de mes toilettes!

El 2 avri 2022.

    Alors, Tampir? On penrè l’apèro d’vant l’huche?

    Pour sûr, Germaine, on fârè l’èconomie des glaçons!

    Qu’est-ce qu’on è fât au bon dieu pou mèriter ça, don?

    Lâyez ç’ t’innocent-là tranquille, Germaine, i n’è djamâs étu capâbe dè rin d’bon su la tîrre!

    Nous v’là tout d’mîme en avri, aveu d’la dgealâye coumme en fèvrièr!

    Mâs i n’faut m’ tchartchi les caûses bin lon, Germaine! Tout ç’qui n’va m’ pou l’moumat, c’est la caûse don Covid ou d’ l’Ukraine. À croire què toute note èconomie atout fondâye su l’Ukraine ou su la Russie. Cèrèales, pètrole, gâz èt djè n’sais co d’tout quoi, tafât monte dè prix à cause dè ça!

    On r’vint co aveu ça, Jules, mâs les lobbys dècidant vraimat d’tafât! Les usines à pharmacie avant fât des milliards dè bènèfices su l’dos don covid. Pou fâre quoi aveu ces sous-là? A r’vûdi n’bounne blosse das les potches des politicards qui les wârdant grandes au lârdge pou qu’ça n’trelliche mi à coté!

    C’est co la mîme tchôse aveu l’pètrole èt l’gâz! On v’abatte les oreilles aveu les «pont d’dandgi d’manquer d’gâz, on è des provisions et in approvisionnemat garantis. Et on n’sè dgîne mi pour fâre grimper les prix.

    «Tafât èlectrique», qu’i bacâyant. I savant bin qu’les autos èlèctriques, c’est d’la merte à tous points d’vûe, mâs les lobbys fayant croire què c’est ç’qu’i faut pou tchessi la pollution des fossiles. Sauf què les All’mands avant r’mins des centrales à la houille en route pou z’avoir don courant prope, vart! Qué foutadge dè gueûle!

    Vès v’rapp’lez, das l’taps, on è bacâyi qu’i volout mieux l’diesel què l’essence, què ça polluout moins. Mâs coumme ç’atout meilleûr martchi, èt qu’les pètroleux n’vadint m’assez d’essence, on è prètadu l’contraire! Bènèfice? Pou les pètroleux!

    Bin oyi... Vès v’rapp’lez qu’on è fât supprimer les sacs en papi pou les coummerces, pasqu’ i follout abatte trop d’âbes. Follout rapli les potches des producteurs dè plastique, adon dès pètroleux. Pûs on è dit què l’plastique, ça n’atout m’ prope, èt on l’è fât r’tèrer pou r’mette don papi à la place. On arout trop d’âbes à ç’t’heûre? Djè n’vès d’mande pus dè d’quî ç’qu’on s’foute!

    P’t-ête qu’in djou dj’arans des politiques qu’arant das zou mentalité d’dèfade les citoyens?

    Ça m’ètounn’rout, là, ça! N’roubliez m’ à qué tarif qu’on päye ces dgens-là. Les index, ça loûs-y raplit les potches in pau d’pus’ qu’aux autes. Les augmentâtions d’prix, ça n’loûs-y fât rin, i n’voyant m’ la diffèrence. Alors, les p’tites dgens, i n’a-n avant rin à fâre. Et i n’a-n arant djamâs rin à fâre.

    Et coumme i gn’a-n è m’ inque pou rèl’ver l’aute, qu’on vôtiche d’in coté ou d’ l’aute, c’est coumme si on pètout conte les ramparts dè Montmédy pou les abatte!

    Ricard, mi. Ça m’fârè accroire què l’sèlo va r’vènu!

    Oyi, mâs lu, on sait bin qu’i r’venrè... Santé!

Le 2 avril 2022.

    Alors, Tampir? On prendra l’apéro dehors?

    Pour sûr, Germaine, on fera l’économie des glaçons!

    Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu pou mériter ça, don?

    Laissez cet innocent tranquille, Germaine, il n’a jamais été capable de rien de bon sur la terre!

    Nous voilà tout de même en avril, avec des gelées comme en février!

   Mais il ne faut pas chercher les causes bien loin, Germaine! Tout ce qui ne va pas pour le moment, c’est la faute au Covid ou à l’Ukraine. À croire que toute notre économie était fondée sur l’Ukraine ou sur la Russie. Céréales, pétrole, gaz et je ne te sais tout quoi, tous les prix montent à cause de ça!

    On revint encore avec ça, Jules, mais les lobbys décidant vraiment de tout! Les usines à pharmacie ont fait des milliards de bénéfices sur le dos du covid. Pour faire quoi avec cet argent-là? En reverser une bonne partie dans les poches des politicards qui les gardent grandes ouvertes pour que ça ne tombe pas à coté!

    C’est toujours la même chose avec le pétrole et le gaz! On vous rebat les oreilles avec les «pas de danger de manquer de gaz, on a des provisions et un approvisionnement garantis. Et on ne se gêne pas pour faire grimper les prix.

    «Tout électrique», crient-ils. Ils savent bien que les autos électriques, c’est de la foutaise à tous points de vue, mais les lobbys font croire que c’est ce qu’il faut pour chasser la pollution des fossiles. Sauf que les Allemands ont remis des centrales au charbon en route pour avoir du courant propre, vert! Comme on se paie notre tête!

    Vous vous rappelez, autrefois, on a prétendu qu’il valait mieux du diesel que de l’essence, que ça polluait moins. Mais comme c’était moins cher, et que les pétroliers ne vendaient pas assez d’essence, on a affirmé le contraire! Bénéfice? Pour les pétroliers!

    Ben oui... Vous vous rappelez qu’on a fait supprimer les sacs en papier dans les commerces, parce qu’ il fallait abatte trop d’arbres. Fallait remplir les poches des producteurs de plastique, donc des pétroliers. Puis on a dit que le plastique, ça n’était pas propre, et on l’a fait retirer pour remettre du papier à la place. On aurait trop d’arbres maintenant? Je ne vous demande plus de qui on se moque!

  Peut-être un jour aurons-nous des politiques qui auront dans leur mentalité de défendre les citoyens?

    Ça m’étonnerait, ça! N’oubliez pas à quel tarif on paie ces gens-là. Les index, ça leur remplit les poches in peu plus qu’aux autres. Les augmentations de prix, ça ne leur fait rien, ils ne voient pas la différence. Alors, les petites gens, ils n’en ont rien à cirer. Et ils n’en auront jamais rien à cirer.

    Et comme il n’y en a pas un pour relever l’autre, qu’on vote d’un côté ou de l’autre, c’est comme si on pétait conte les remparts de Montmédy pour les abattre!

    Ricard, moi. Ça me fera croire que le soleil va revenir!

 Oui, mais lui, on sait bien qu’il reviendra... Santé!

El 27 mârs 2022.

    Germaine, on va co r’fâre in barbacue, i nous r’proumettant des caberlâyes pou bintot.

    Bounne idée, Jules. Dj’â djustèmat r’netti l’mienne, on dèrout qu’on vint dè l’monter èt i n’rawâ qu’inque ou deux kilos d’houille dè bos.

    Vès m’ez l’air en forme, anû... Vès n’ez pus d’trâces dè vos ramujl’adges dè la s’mîne passâye...

    Non-net, ça va brâmat mieux! Djè vins d’passer tchûz l’Gaston, èt dj’â tout plî d’tchâ bin tenre pou mîdi.

    Djè s’râ toulà pou moins l’quârt, Germaine, aveu don Châblis pou l’atrée èt don  Nûti-St-Dgeordges pou l’principâl.

    Haye, merte, djè n’â m’ sondgi à in atrée...

    Pont d’souci, Germaîne, elle est d’jà quâsi prête.

    Mâs vès n’mè dèrez m’ bin sûr est-ç’ què c’est, noume?

    Djè sais bin qu’v’adorez les asperdges...

    Dj’allans nous règâler!

    V’ez vû passer l’camion pou l’Ukraîne?

    Oyi, dj’avous prèparé n’caîsse aveu in paû d’tafât qu’i avaint dit qu’i z’a-n avaint dujette.

    Das la mienne, dj’avous mins des djûx èt des doûceurs pou les afants. C’est zoux qu’arant l’pus d’maû passer oute dè tout ça...

    On avout cru qu’au 21e sièque, on n’voirout pus djamâs d’guîrre ainlà su note continent.

    I n’faut qu’in mîtant braque qui s’prend co pou in tsar pou foute la paix en l’air pa d’t’avau...

    Vès croyez qu’ça poûrrout pèter pus lon? Qu’ça poûrrout nous r’vènu su la margoulette?

    On n’a sait rin, Germaine. Mâs quand on voit les sous qu’tous nos pays r’mettant co das les armes èt les armées, i gn’arout rin d’drole. A moins qu’on n’troûv’rout in volontaire pou fâre sauter la tîte dè l’aradgi!

    Ça, i n’faût m’ y compter. La guîrre, coumme el resse, s’rout co bin das les mîs des lobbys. Quand c’est pou les sous, ces salop’ries-là n’a-n ant rin à fâre don malheûr des populâtions.

    C’est bin trisse. Fayans toudjous note barbacue, on n’sait combin d’taps qu’on poûrrait co z’a profîter.

Le 27 mars 2022.

    Germaine, on va refaire un barbecue, ils nous promettent des averses pour bientôt.

    Bonne idée, Jules. J’ai justement renettoyé le mien, on dirait qu’on vient de le monter et il n’attend qu’un ou deux kilos de charbon de bois.

 Vous m’avez l’air en forme, aujourd’hui... Vous n’avez plus de traces de vos chutes de la semaine dernière...

    Non, ça va beaucoup mieux! Je viens de passer chez le Gaston, et j’ai plein de viande bien tendre pour midi.

    Je serai là pour moins le quart, Germaine, avec du Chablis pour l’entrée et du  Nuits-St-Georges pour le principal.

    Ah, zut, je n’ai pas pensé à une entrée...

    Pas de problème, Germaine, elle est déjà quasi prête.

    Mais vous ne me direz évidemment pas ce que c’est, hein?

    Je sais bien que vous adorez les asperges...

    On va se régaler!

    Vous avez vu passer le camion pour l’Ukraine?

    Oui, j’avais préparé une caisse avec un peu de tout ce dont on avait dit qui manquait.

    Dans la mienne, j’ai mis des jeux et des friandises pour les enfants. C’est eux qui auront le plus de mal à surmonter tout ça...

    On avait cru qu’au 21e siècle, on ne verrait plus jamais de ces guerres sur notre continent.

    Il suffit d’un moitié fou qui se prend encore pour un tsar pour anéantir la paix partout...

    Vous croyez que ça pourrait péter plus loin? Que ça pourrait nous retomber sur la figure?

    On n’en sait rien, Germaine. Mais quand on voit les sous que tous nos pays remettent dans les armes et les armées, ce ne serait pas surprenant. A moins qu’on ne trouve un volontaire pour faire sauter la tête de l’enragé!

    Ça, il ne faut pas y compter. La guerre, comme le reste, est probablement dans les mains des lobbys. Quand c’est pour l’argent, ces saloperies-là n’en ont rien à faire, du malheur des populations.

    C’est bien triste. Faisons toujours notre barbecue, on ne sait combien de temps on pourra encore en profiter.

El 20 mârs 2022.

    Aaaah! Mère Grougn’resse, vès bronzez à vûe d’œil!

    Foutez-v’ co d’mi, Tampir, allez-y!

    V’atez arrandgîte, qu’est-ç’ què v’ez fât?

    Djè m’â ramuj’lé das les escayis d’la câve. Djè m’â ècrasé la margoulette su la martche don mîtan, don coté gaûtche, èt dj’â fât l’aute coté su la dârinte.

    Et v’ez maû, Germaine?

    Djè v’dèrous bin coumme l’aute : soûlmat quand djè rigole!

    Vès n’rîrez m’ sûr anû... maugré l’sèlo.

    El vat est co frisquet, Jules. In paû d’trop pou mîdgi d’vant l’huche.

    Nez-a, Germaine, djè fârâ les grillâdes, mâs on mîdg’rè au pèle.

    Djè va n-aller r’quîre...

    Nez-a èt assuez-v’. Il n’ manque rin pou note dîner. Vè n’ez m’ maû l’bras, djusse au d’sus don coude?

    Coummat ç’què v’savez ça?

    Djè m’dis qu’la tatche bin noire qu’on voit su vote mîtchette s’rout co bin don sang...

    Vès v’lez bin y rwâti?

    On coummace pa n’jatte dè bon cafè?

    Oyi, Jules, s’i vous plât bin.

    In suc, noume?

    Oyi...

    I va falloir dèsinfecter, la pèlette è bin râyîte.

    V’arriv’rez à la remette à sa place?

    Djè va penre la pince à èpiler...

...

    Vès n’ez m’ brontchi, Germaine, pourtant, ça è dû fâre maû...

    Dj’â des lârmes plî la margoulette, Jules, mâs djè crois qu’v’ez bin fât ça.

    Dj’â des p’tites cot’lettes d’agnî, don pouchî mariné èt don bu... Qu’est-ce què v’îmez mieux?

    Haye, pou in côp, on va passer l’bu, on fârè bin aveu l’resse. Mâs djè m’dèmande si dj’sarâ m’rèlver don fautu pou n’aller à la taûle...

    Dj’allans arrandgi ça, Germaine. Si vès n’allez m’ à la taûle, c’est la taûle qui venrè djusquè près d’vous! Porto?

    Ricard, va, putot, aveu l’sèlo. Faut lî montrer qu’on è bin comprins qu’il atout toulà...

    A vos douleûrs, pou qu’elle a-n allinchent!

Le 20 mars 2022.

    Aaaah! Mère Grougn’resse, vous bronzez à vue d’œil!

    Foutez-vous encore de moi, Tampir, allez-y!

  Vous êtes arrangée, qu’est-ce que vous avez fait?

    Je suis tombée dans les escaliers de la cave. Je me suis écrasé la figure sur la marche du milieu, du côté gauche, et j’ai fait l’autre côté sur la dernière.

    Et vous avez mal, Germaine?

  Je vous dirais bien comme l’autre : seulement quand je ris!

    Vous ne rirez sûr pas beaucoup aujourd’hui... malgré le soleil.

    Le vent est encore frisquet, Jules. Un peu trop pou manger dehors.

    Venez, Germaine, je ferai les grillades, mais on mangera au pèle.

    Je vais aller rechercher...

    Venez et asseyez-vous. Il ne manque rien pour notre dîner. Vous n’avez pas mal au bras, juste au-dessus du coude?

    Comment vous savez ça?

    Je me dis que la tache bien noire qu’on voit sur votre manchette serait bien du sang...

    Vous voulez bien y regarder?

    On commence par une tasse de bon café?

    Oui, Jules, s’il vous plait bien.

    Un sucre?

    Oui...

    Il va falloir désinfecter, la peau est bien arrachée.

    Vous saurez la remettre à sa place?

    Je vais prendre la pince à épiler...

...

    Vous n’avez pas bronché, Germaine, pourtant, ça a dû faire mal...

    J’ai des larmes plein les joues, Jules, mais je crois que vous avez bien fait ça.

    J’ai des petites côtes d’agneau, du porc mariné et du bœuf... Qu’est-ce que vous préférez?

    Allons, pour une fois, on va passer le bœuf, on fera bien avec le reste. Mais je me demande si je saurai me relever du fauteuil pour aller à table...

    On va arranger ça, Germaine. Si vous n’allez pas à la table, c’est la table qui viendra jusqu’ à vous! Porto?

    Ricard, va, plutôt, avec le soleil. Faut lui montrer qu’on a bien compris qu’il était là...

    À vos douleurs, pour qu’elles s’en aillent!

El 13 mârs 2022.


    Bondjou, Père Tampir

    Bondjou, Germaine.

    V’ez l’air mou drole, anû.

    I gn’è d’quoi, Germaine. El gaumais, note patois, s’fât mèpriji d’la pus belle des manières.

    Vès v’lez rigoler?

    Les Langues endogènes dè la Coummunauté française avant r’fuseé d’âdi à l’èdition d’in live don Daniel Hubert pasquè ça n’atout m’ ècri en Feller.

    Bin, gn’è pachoûne en Gaume qu’è djamâs ècri ainlà!

    Non.net. C’est d’la discriminâtion, c’est arbitraire. On mèprije les particulârités. Et vès savez qu’l’èditeûr vèlout mette su l’Net les ouvradges dè l’Albert Yande aveu les lectures dè l’auteûr...

    I-l è coummaci...

    I- è arrèté. In houmme qui s’dit gaumais avout rèècri les textes de l’Albert Yande en Feller. I-l a fât sa proprièté èt interdit qu’on publiiche aute tchôse que ses rèècriteures. Aveu l’appui don conservateûr don Musée Gaumais (qui s’catche padrî l’obligâtion qu’lî fât la Socièté d’Langue èt d’littèrature wallounnes dè n’publîr don gaumais qu’en Feller, socièté qui lîe-mîme, à l’unanimité, vint d’fâre savoir qu’elle s’oppôsout au projet pou «Botré d’rutlins». En fait, i cratchant su la graphie gaumaise (confirmée pa bin des auteurs et pa l’dico don Georges) a bacâyant qu’on cratch’rout su n’graphie qui vint d’Hoûte s’i plout, la zolle.

    Qu’est-ce què ces dgens-là counn’chant au gaumais?

    Rin, Germaine. Rin dû tout. C’est djusse dè la confiscâtion d’patrimoine. Alors anû, djè v’baille in texe don Georges Bouillon, mins en gaumais pau Jean-Luc Geoffroy, èt mins en musique (en français) pau Jean-Claude Wâtrin. Vès poûrrez sûr l’oï bintot touci...

        El gaumais n’sè lâyrè m’ fracassi pa des ètrandgis!

 

Djè sûs Gaumais

 

Ça fât qu’ i faûrout toudjous s’târe

Bachi la tîte dèvant les gros!

Djè n’sûs m’ esclâve ni co manant

Èt djè s’râ toudjous mâte tchûz mi!

Dj’n’â wâ d’ardgent èt co moins d’our

Mâs tout plî d’gueûle, mon Djeu, merci!

Djè caus’râ à qui ç’qui m’plârè

Qu’est-ce què v’vèlez, djè sûs gaumais!

 

        Boulant, câgnou, èt insoç’naûle,

        Toudjous grougnâ, coumme vès dijez!

        Mâs djè n’dèrâ djmâs pont d’mentes

        Sur ni a causant ni a sondgeant,

        Djè breûle «Arrête!» aux grimanciens

        Èt «À v’là marre!» aux malins mâtes,

        Dj’ bacây’râ toudjous ç’qui m’plârè

        Qu’es-ce què v’vèlez, djè sûs gaumais!

 

À vous, pèteux, qu’ant les pîds plats,

Qui n’ramadgez qu’pou fâre don vat,

Oyi, djè l’ dis en bon gaumais,

Sas m’actchi èt co sas m’dgîner,

Coumme on fât l’long d’la Vire, don Ton

«Troîs côps merte èt pûs mîdgez-la!»

Djè l’rèdèrâ tant qu’ça m’plârè!

Qu’es-ce què v’vèlez, djè sûs gaumais!

 

Envoi

 

Wâtez tourtous dè l’bin v’rapp’ler :

Gn’è qu’à Vîrton qu’on est si vrâ!

Adon dj’caûs’râ coumme i m’plârè!

Qu’es-ce què v’vèlez, djè sûs gaumais!

Le 13 mars 2022.

    Bonjour, Père Tampir.

    Bonjour, Germaine.

    Vous avez l’air bien bizarre, aujourd’hui.

    Il y a de quoi, Germaine. Le gaumais, notre patois, se fait déjeter de la plus belle des manières.

    Vous voulez rire?

    Les Langues endogènes de la Communauté française ont refusé d’aider à l’édition d’un livre de Daniel Hubert parce que ça n’est pas écrit en Feller.

    Ben, personne en Gaume n’a jamais écrit de cette manière-là!

    Non. C’est de la discrimination, c’est arbitraire. On méprise les particularités. Et vous savez que l’éditeur voulait mettre sur le Net les ouvrages de l’Albert Yande avec les lectures par l’auteur...

    Il a commencé...

    Il a arrêté. Un homme qui se dit gaumais avait réécrit les textes d’Albert Yande en Feller. Il en fait, de ces textes, sa propriété et interdit qu’on publie autre chose que ses réécritures. Avec l’appui du conservateur du Musée Gaumais (qui se retranche derrière l’obligation que lui fait la Société de Langue et de Littérature wallonnes de ne publier le gaumais qu’en Feller, société qui elle-même, à l’unanimité, vient de faire savoir qu’elle s’opposait au projet pour les «Botrés d’rut’lins. En fait, ils crachent sur la graphie gaumaise (confirmée par bien des auteurs et par le dico de Georges Themelin) en criant qu’on cracherait sur une graphie qui vient d’Hoûte s’i plout, la leur.

    Qu’est-ce que ces gens-là connaissent au gaumais?

    Rien, Germaine. Rien du tout. C’est juste de la confiscation de patrimoine. Alors aujourd’hui, je vous donne un texte de Georges Bouillon, mis en gaumais par Jean-Luc Geoffroy, et mis en musique (en français) par Jean-Claude Watrin. Vous pourrez sans doute l’entendre ici bientôt...

        Le gaumais ne se laissera pas démolir par des étrangers!

       
Je suis Gaumais

 

        Ainsi toujours faudrait se taire,    

        Devant puissants toujours trembler!...

        Vassal ne puis, manant ne suis-je.

        Né libre et seigneur de nos bois,

        Peu d'argent ai-je et bien moins d'or,

        Mais grande gueule, à Dieu merci!

        Je veux parler à qui me plaît!

        Que voulez-vous! – Je suis Gaumais!

 

            Bouillant, rebelle, insociable,

            Mauvais coucheur, chantez-vous... Soit!

            Mais ami du vrai, aussi franc

            Sur les lèvres que dans le coeur,

            Aux tartufes je crie : «Assez!»

            Et aux petits tyrans : «Holà!»

            J'aime à crier ce qu'il me plaît!

            Que voulez-vous! – Je suis Gaumais!

 

        À vous les fats, pauvres pieds plats,

        Messieurs les rois du bla-bla-bla,

        Oui, je le dis en bon français,

        Sans feinte et sans la moindre gêne,

        Tel qu'on fait entre Vire et Ton :

        «Merde trois fois et mangez-la!»

        Je redis ça quand il me plaît!

        Que voulez-vous! – Je suis Gaumais!

 

                Envoi

 

        Que toutes gens sachent ceci :

        Qu'il n'est vrai bec que Virtonnais!

        Je parle donc comme il me plaît!

        Que voulez-vous! – Je suis Gaumais!

 

                Hymnes et ballades, L'Audiothèq

El 6 mârs 2022.

    Bondjou, mère Grougn’resse.

    Bondjou, Tampir.

    Vès savez bin qué différence qu’i gn’è atère el droit tchûz nous èt l’droit internationâl?

    V’allez bin sûr mè l’dère...

    Si djè v’foute in côp d’pougne su la margoulette, on va m’condâmner, èt djè doûrâ v’payi des doummadges, èt co sûr in amende.

    Bin, ça n’s’rout qu’djustice.

    Djè n’vès l’fâs m’ dère. Èt si djè v’foute in côp d’lame ou deux, dj’arâ les mènottes èt on m’mettrè à la gayole.

    Vès n’l’arins m’ volé!

    Et si djè v’dècôpe a bouqueets, djè sûs bon pou perpette.

    Djè troûve ça normal, savez-v’, mi!

    Mi ètou, Germaine, mi ètou. En internationâl, quand in macaque aveu in p’tit poiche das la tîte ès’ mette à massacrer tout plî d’ dgens, dèmolit des villes a dijant qu’i n’tape què su des cîbes militaires, bin on rwate à dijant «qué malheur». L’ONU, ène mascarade qui doûrout wârder la paix das l’monde, èn’ veut rin fâre. I gn’è m’ in pays qu’arè les affaires où ç’qu’i faut pour aller dère à l’imbècile qu’i-l est taps d’arrêter, l’OTAN prètade què ça nè l’rèwâte mi (a s’bâsant su l’«droit» internationâl). Et l’pus bî das tout ça, c’est qu’i n’avant qu’in mot à la gueûle : solidarité.

    Das qué monde què dj’viquans, don?

    I gn’è mîme in grand djudge don tribunâl internationâl qu’è avanci qu’i-l atout compètant pou estimer qu’l’aute salopârd (qui bacâye què les Ukrainiens sant des nouvîs nazis quand lu-mîme fât aussi pîre què l’Hitler) fayout des crimes dè guîrre. Mâs i faut d’aboûrd el lâyi fâre, sinon, pont d’procès... su l’dos tous les çounes qu’arant mouri.

    C’est mou bin ça. On rwâte, on marque èç’ què l’aute fât, èt on bacâye. Das l’droit internationâle, on n’è m’ ècrit la «non-assistance à personne en danger». On breûle «salop», «assassin» et on n’fât rin.

    On n’ sarout rin fâre, pusquè c’est ç’t’abruti-là qui moûne la danse au Conseil dè sécurité, co n’grosse flatte qui n’sîrve à rin.

    Et qu’on päye à prix d’our, coumme la pus grande qu’on hutche ONU.

    Dj’atans bin das in monde dè pûrris, Germaine, où ç’què les intèrêts des grosses panses à sous valant mieux qu’la vie dès brâves dgens. Et tous les politiques, tourtous autant qu’i sant, mettant la tîte das l’sâbe.

    Djè m’imadgine la scîne, èt djè m’dis qu’on doûrout z’a profîter pou loûs-y botter l’cul!

Le 06 mars 2022.

    Bonjour, mère Grougn’resse.

    Bonjour, Tampir.

    Vous savez bien quelle différence il y a entre le droit chez nous et le droit international?

    Vous allez sans doute me le dire...

    Si je vous fiche un coup de poing sur la figure, on va me condamner, et je devrai vous payer des dommages, et encore à coup sûr payer une amende.

    Ben, ça ne serait que justice.

    Je ne vous le fais pas dire. Et si je vous donne un ou deux coups de couteau, j’aurai les menottes et on me mettra en prison.

    Vous ne l’auriez pas volé!

    Et si je vous découpe en morceaux, je suis bon pour la perpette.

    Je trouve ça normal, vous savez, moi!

    Moi aussi, Germaine, moi aussi. En international, quand un macaque avec un petit pois dans la tête se met à massacrer plein de gens, démolit des villes en disant qu’il ne tape que sur des objectifs militaires, ben on regarde en disant «quel malheur». L’ONU, une mascarade qui devrait veiller au maintien de la paix dans le monde, ne veut rien faire. Il n’y a pas un pays qui aura ce qu’il faut où il faut pour aller dire à l’imbécile qu’il est temps d’arrêter, l’OTAN prétend que ça ne le regarde pas (en se basant sur le «droit» international). Et le plus beau, dans tout ça, c’est qu’ils n’ont qu’un mot à la gueule : solidarité.

    Dans quel monde vivons-nous, donc?

    Il y a même un grand juge du tribunal international qui a avancé qu’il était compétent pour estimer que l’autre salopard (qui crie que les Ukrainiens sont des néo-nazis quand lui-même fait aussi pire qu’Hitler) faisait des crimes de guerre. Mais il faut d’abord le laisser faire, sinon, pas de procès... sur le dos de tous les ceux qui seront morts.

    C’est vraiment ça. On regarde, on écrit ce que l’autre fait, et on hurle. Dans le droit international, on n’a pas écrit la «non-assistance à personne en danger». On hurle «salaud», «assassin» et on ne fait rien.

    On ne saurait rien faire, puisque c’est cet abruti-là qui mène la danse au Conseil de sécurité, encore une grosse flatte qui ne sert à rien.

    Et qu’on paie à prix d’or, comme la plus grande qu’on appelle ONU.

    Nous sommes bien dans un monde de pourris, Germaine, où les intérêts des grosses panses à à pognon valent mieux que la vie des braves gens. Et tous les politiques, tous autant qu’ils sont, mettent la tête dans le sable.

    J’imagine la scène, et je me dis qu’on devrait en profiter pour leur botter le cul!

El 27 févrî 2022.

    Mère Grougn’resse, djè v’dis bin l’bondjou!

    Père Tampir, el sèlo v’tape dédjà su l’caillou!

    Ah, bin, a v’là co d’eune! Djè v’dis bondjou, èt vous, vès dijez n’misîre!

    Bondjou, Tampir! Coummat ç’qu’allez-v’bin?

    C’est co nouvî, ène dijâye ainla?

    Bah, c’est n’manière coumme in aute dè vès l’dèmander, noume?

    Si v’vèlez, ma foi! Bin alors, djè va bin bin.

    Bin bin? Ç’què ça veut dère, ça?

    Ooooh! V’atez co pîre anû qu’les autes djous, ma parole! Vès m’dèmandez coummat ç’què dj’va bin èt djè v’dis bin. Adon, djè va bin bin...

    Si v’atez ainla toute la djournâye, dj’arâ maû la tîte avant mîdi!

    Aha. Les autes côps, c’est après l’troîsîme apèro, qu’i-l est djà bin mîdi èt d’mie, què v’ez la tîte qui s’trèmeule les tripes...

    Djè n’â djamâs vû n’si mauvaise gueûle què la vote!

    Et vès savez ç’qu’elle vès dit?

    Hâye, là... Arrêtans-nous, Jules. In si bî dîmatche, on n’va m’ el foute en l’air, tout d’mîme...

    V’ez prèparé l’pani pou l’pique-nique?

    Oyi, i n’y manque pus grand tchôse. Mâs, maugré l’sèlo, on n’arè m’ tchaud la couenne!!!

    On s’fârè in p’tit fû, Germaine, èt pûs i gn’è tout plî d’manières dè s’ratchauffi!

    Oyi, djè v’vois v’nu!...

    On mettrè don Bourgueil das l’pani, i s’boit co bin in paû frais...

    Vès n’savez soûl’mat ç’què dj’â mins pou mîdgi!

    V’ez quate pètits bouquets d’pâté d’tchâ, d’la salâde dè crombîres, d’la salâde dè djambon, èt des tout p’tits pistolets qu’v’ez fât au matin.

    Coummat ç’ què v’savez ça, Jules? V’ez v’nu rwâti pa ma f’nîte en doûce?

    Bin nenni, hein, Germaine! C’est ç’què v’avins fât l’dârin côp!

    V’atez sûr dè ça? Djè... Oyi, probâbe què v’ez râjon... Vès v’lez aute tchôse?

    Wâye non.net, hein, Germaine, djè m’a mettrâ plî la basâne aveu plâji!

    Mâs, djè compte bin mette aute tchôse aveu...

    Don cafè, Germaine, don cafè, c’est ç’qu’i gn’avout aveu l’dârin côp.

    Sûr què l’Aloïs èn’ vès ratchitchîme el cerveau, vous, nom des djos!

    Ça fât au moins 50% d’chappé das nous deux...

    Si i n’vè l’ratchitchîme, c’est à cause qu’i nè l’trouve mi!

    Et tchûz vous, i n’è m’eû brâmat d’ouvradge pour fâre dècanîr vos deux-troîs neurônes...

    Ç’ qu’on fât, on continue d’s’agûyi, ou on s’prèpare pour n’aller au bos?

    I s’rè co taps d’dècider quand djè s’rans l’long don ruchî...

    Vès n’a-n ez m’ ène bounne à la camisole. Djè m’va mette el cafè en route. Djè v’rawâ das n’dèmi-heûre pou z’a-n aller.

    Ça m’va. Dj’amoûn’râ c’què v’ez roubli. Djè sûs mîme esbaûbi què v’ n’y avez m’ co sondgi ç’côp-ci!

    Dè quoi, don?

    L’apèro, Germaine, l’apèro!!!

Le 20 février 2022.

    Mère Grougn’resse, je vous dis bien le bonjour!

Père Tampir, le soleil vous tape déjà sur le caillou!

    Ah, ben, en voilà encore une! Je vous dis bonjour, et vous, vous me dites une misère!

    Bonjour, Tampir! Comment allez-vous bien?

    C’est nouveau, une expression pareille?

    Bah, c’est une manière comme une autre de vous le demander, non?

Si vous voulez, ma foi! Ben alors, je vais bien bien.

    Bien bien? Qu’est-ce que ça veut dire, ça?

    Ooooh! Vous êtes encore pire aujourd’hui que les autres jours, ma parole! Vous me demandez comment je vais bien et je vous dis bien. Donc, je vais bien bien...

    Si vous êtes comme cela toute la journée, j’aurai mal au crâne avant midi!

    Aha. Les autres fois, c’est après le troisième apéro, qu’il est déjà bien midi et demi, que vous avez la tête qui se mélange les boyaux...

    Je n’ai jamais vu une aussi mauvaise gueule que la vôtre!

    Et vous savez ce qu’elle vous dit?

    Allez, c’est bon... Arrêtons-nous, Jules. Un si beau dimanche, on ne va pas le gâcher, quand même...

    Vous avez préparé le panier pour le pique-nique?

    Oui, il n’y manque plus grand chose. Mais, malgré le soleil, on n’aura pas chaud la camisole!!!

    On se fera in petit feu, Germaine, et puis il y a tout de même beaucoup dx d’manières de se réchauffer!

    Oui, je vous vois venir!...

    On mettra du bourgueil dans le panier, il se boit bien un peu frais...

    Vous ne savez même pas ce que j’ai mis pour manger!

    Vous avez quatre petits morceaux de pâté de viande, de la salade de pommes de terre, de la salade de jambon, et des tout petits pistolets que vous avez faits ce matin.

    Comment savez-vous ça, Jules? Vous êtes venu regarder par ma fenêtre en catimini?

    Ben non, hein, Germaine! C’est ce que vous aviez fait la dernière fois!

    Vosu en êtes sûr? Je... Oui, vous avez sans doute raison... Vous voulez autre chose?

    Ben non, allez, Germaine, je m’en mettrai plein derrière la cravate avec plaisir!

    Mais, je compte bien mette autre chose avec...

    Du café, Germaine, du café, c’est ce qu’il y avait avec la dernière fois.

    L’Aloïs ne vous rabougrit pas le cerveau, vous, nom des djos!

    Ça fait au moins 50% de nous deux qui y échappe...

    Sil ne vous le rabougrit pas, c’est parce qu’il ne le trouve pas!

&